L'invasion Russe en Ukraine

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mar 2 Fév - 13:31

Autant demander au pyromane d'éteindre l'incendie . . .

Dans le même temps:

European Union to donate armoured vehicles to OSCE Special Monitoring Mission to Ukraine

KYIV, 2 February 2016 –The handover ceremony of 20 armoured vehicles donated by the European Union to the OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine will take place tomorrow in Kyiv.

Chief Monitor of the SMM to Ukraine Ertugrul Apakan, Head of the EU Delegation to Ukraine Jan Tombinski and Deputy Head of the European Union Advisory Mission for Civilian Security Sector Reform Ukraine Hugues Fantou will participate in the ceremony.

Journalists are invited to attend the ceremony on Wednesday, 3 February, at 13:30 at Turhenievska 26, at the premises of the SMM’s office in Kyiv.

Journalists should request accreditation by sending an e-mail to smm-press@osce.org by 11.00 on 3 February.

For admittance to the SMM’s office, please bring a valid ID document with a photo.

Vrai qu'aller chez les fous . . .

En parlant de l'OSCE, ils ont de l'aide:

InformNapalm’s Observers Inspected Weaponry Storage Bases. Report for OSCE



InformNapalm community has identified the exact location of one of the bases belonging to ‘the 1st armored battalion of Republic Guard of DPR’ which is a part of the Russian-terrorist forces stationed in the territory of a chemical reagents plant in Donetsk.

In October of 2015 we published several photos of the Russian tanks in the “Russian Mercenaries: From Expodonbas to a Barn” article. Having little photo- and video- proofs from within the buildings and taking into account a very similar interior decoration of the showrooms, we suggested that it was the ‘ExpoDonbas’ exhibition center in Donetsk. But when the new data became available, it appeared that the actual place of equipment storage was a building of an industrial complex (48°00′51.7″N 37°44′46.2″E) of a chemical reagents plant in Donetsk located just in 7 km from Peski settlement and 15 km from Krasnogorovka.

The identified location is marked with a green circle on the screenshot of LiveUAmap site.

These are the pictures thanks to which we were able to identify the place.
 
@5urpher twitter user first pointed out the same place in a ‘Novorossiya tanks on positions near Marinka’ footage published by separatists on July 17, 2015, and later identified the location on the map. Below you will find slides from the video overlaid the map.

Next we will show new pictures which were not published in the article from October.
Windows of the opposite building can be clearly seen in the photos – that helped a lot too.

Earlier the tanks in these premises had ‘100 in diamond’ and ’26 in diamond’ tactical signs, but starting from December they were replaced by the ’50 in triangle’ signs.


The similarity of the interior of the premises in the photo is very well seen in the slide of the video mentioned above.
 
Let’s put the main screenshot over the map for comparison.

The main question here sounds like: “Are the tanks of the Russian-terrorist forces still there or have they been moved out beyond 25-kilometer zone from the demarcation line, as claimed by the Russian militants?”
Representatives of the OSCE are the only ones who can answer this question. On the other hand, they have less possibilities to inspect the occupied territories with every passing day. It seems that soon the OSCE mission will be observing only the Ukrainian forces since there are no such cameras on the militants’ check points.
The pictures published on January 27, 2016, are the latest ones which we could found.




(CC BY 4.0) 
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mar 2 Fév - 14:21

UK in Russia :

Сегодня мы наблюдали за судебным заседанием по делу Нади #Савченко и продолжаем призывать #Россию прекратить ее незаконное задержание

La diplomatie anglaise insiste pour la libération de Savchenko.

Mr. Lavrov, Russia, and the Budapest Memorandum Neutral

Russian Foreign Minister Sergey Lavrov gave a lengthy press conference on January 26, in which he reflected on the performance of Russian diplomacy in 2015. Among a number of issues, he addressed Moscow’s obligations under the December 1994 Budapest Memorandum on security assurances for Ukraine.

Mr. Lavrov was asked how, given Russia’s violation of Ukraine’s territorial integrity and its failure to observe international agreements, Russia’s neighbors should feel secure. He responded: “If you’re referring to the Budapest Memorandum, we have not violated it. It contains only one obligation—i.e., not to use nuclear weapons against Ukraine. No one has made any threats to use nuclear weapons against Ukraine.”

That statement is patently and absurdly false. 

Violating Moscow’s commitments

The Budapest Memorandum was signed by the presidents of Russia, the United States, and Ukraine and the prime minister of the United Kingdom. In the document, Russia, the United Kingdom, and the United States reaffirmed their commitments:


  • “to respect the independence and sovereignty and the existing borders of Ukraine;”



  • “to refrain from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of Ukraine;”



  • “to refrain from economic coercion designed to subordinate to their own interest the exercise by Ukraine of the rights inherent in its sovereignty;” 



  • to provide assistance “if Ukraine should become a victim of an act of aggression or an object of a threat of aggression in which nuclear weapons are used;” and



  • “not to use nuclear weapons against any non-nuclear-weapon state party to the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons, except in the case of an attack on themselves, their territories or dependent territories, their armed forces, or their allies, by such a state in association or alliance with a nuclear weapons state.” (Ukraine had just acceded to the Non-Proliferation Treaty as a non-nuclear weapons state.)


Mr. Lavrov was correct that Russia has not used nuclear weapons against Ukraine. But Russia used military force to seize and illegally annex Crimea, and it supported armed separatism in eastern Ukraine, including with leadership, funding, heavy weapons, and intervention by regular units of the Russian army. Moscow has also imposed a trade embargo on Ukraine. Those actions violate most provisions of the Budapest Memorandum.

President Boris Yeltsin freely signed the memorandum in 1994. It was a key element in achieving a major Russian and U.S. objective: ensuring the elimination of all nuclear strategic weapons in Ukraine. (Understandably, many Ukrainians now question the wisdom of giving up those nuclear arms.)

Moscow even violated the final commitment in the memorandum—the commitment to “consult in the event a situation arises which raises a question concerning these [Budapest Memorandum] commitments.” When Ukraine called for such consultations in early March 2014, Mr. Lavrov boycotted them. Secretary of State John Kerry, British Foreign Secretary William Hague, and Ukrainian Acting Foreign Minister Andriy Deshchytsia met without him.


[Russia's] actions violate most provisions of the Budapest Memorandum.
Ludicrous explanations

At the time, Mr. Lavrov’s ministry offered the ludicrous explanation that Russia had not signed the Budapest Memorandum with the then acting government of Ukraine, and thus was not bound to observe it. Under that logic, each and every time a government changes in any state in the world, Russia would have to reconfirm all of its agreements with the new government. International agreements are between states, not between governments.

One other oddity about the Russian foreign minister’s comment: He was not asked specifically about the Budapest Memorandum, and he could have side-stepped mentioning it—as he has artfully side-stepped many press conference questions in the past.

Mr. Lavrov is far from stupid, and he surely understands the commitments that Russia undertook in the memorandum. What does it say about the mendacity of Russian diplomacy and its contempt for international opinion when the foreign minister says something that can be proven wrong with less than 30 seconds of Google fact-checking? 

Note: During his U.S. government service, Pifer helped negotiate the Budapest Memorandum.





  • Steven Pifer
    Director, Arms Control and Non-Proliferation Initiative
    Senior Fellow, Foreign Policy, Center on the United States and Europe, Center for 21st Century Security and Intelligence
    @steven_pifer

    Steven Pifer is director of the Brookings Arms Control and Non-Proliferation Initiative and a senior fellow in the Center for 21st Century Security and Intelligence and the Center on the United States and Europe in the Foreign Policy program at Brookings. A former ambassador to Ukraine, Pifer’s career as a foreign service officer centered on Europe, the former Soviet Union, and arms control. Pifer also had postings in London, Moscow, Geneva, and Warsaw, as well as on the National Security Council. At Brookings, Pifer focuses on arms control, Ukraine, and Russia issues.


Ukraine digs 230 km of anti-tank ditches on border with Russia



Some 230 kilometers of anti-tank ditches were dug, 32 observation towers were erected, and 115 kilometers of lateral routes were constructed, in the Kharkiv and Chernihiv regions, near the Ukrainian-Russian border, last year, says a report on the fulfillment of the Ukrainian government's program in 2015.

A metal fence was installed along 72 kilometers of the border, nine fire positions for ten men and five strongholds were built, and seven more units were deployed in the Kharkiv and Chernihiv regions in 2015.

The government also reported the procurement of four combat modules based on a lightly armored platform, Triton, and the installation of an optical-electronic observation system in the Derhachi district of the Kharkiv region.

The state budget assigned UAH 400 million for the works, and all the funds were spent, the government said in its report.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mer 3 Fév - 9:30

Le rapport du jour de l'OSCE.

Un pas vers la reconnaissance?

Russian Court Admitted Participation Of Drunk Driver In Military Conflict In Donbas To Be Extenuating Circumstance

The district court of Ulyanovsk region, Russia, delivered a verdict to a person accused of an administrative offence with the account of an extenuating circumstance – the defendant’s participation in military hostilities as a part of ‘DPR’.
            
The court decision was included into the base of court and normative data of the Russian Federation.

As it is stated in the decision, adopted in November 2015, the punishment was mitigated in a view of the defendant’s participation in separatist formation ‘DPR’. The defendant was condemned to 260 hours of compulsory labor and deprived of driving license. At the same time, this is not the first time the defendant was caught driving in the state of alcohol intoxication.

The lawyer of the defendant called his participation in the war in Ukraine “an expression of fraternal respect towards Ukrainians”.

The Kremlin claims all the other participants of the conflict in Ukraine to be “volunteers” and deny participation of Russian regular troops in military hostilities.

Armed Fights Between Militants Continue: Terrorist Command Hides Personnel Losses


The command of the 3rd separate motorized rifle brigade (Horlivka, Donetsk region) tries to hide losses among its personnel occurred in fights between militants. 

            

This was reported by the Main directorate of intelligence of the Ministry of Defence of Ukraine.



“On the grounds of alcohol consumption, an armed fight between the servicemen took place on the advanced positions of the 3rd separate motorized rifle brigade (Horlivka). As a result, one of the servicemen died”, the Intelligence reported.



The formation command takes measures to hide the incident from the higher command and tries to mispresent it as a consequence of firefight of the subversive reconnaissance group with ATO forces.



At the same time, the frequency of desertion in Donbas increased.


Les citoyens normaux ont peur:

Meeting Against Occupation Authorities In Yasynuvata: Locals Are Afraid Of Provocations

Residents of the town of Yasynuvata began the protest action against the local mayor Pavlo Hubaryev. 
This was reported by the press center of the ATO Staff.

According to the report, the protest action was inspired by personnel purges in higher command of ‘DPR’.

At the same time, intensive mortar shelling began in Pisky and Opytne. This is another attempt to provoke Ukrainian soldiers to open fire is response.

Residents of Yasynuvata are afraid that militants may start shelling the town to disperse the protesters.

As previously reported, the situation Luhansk sector remains calm, though military hostilities in Donetsk sector continue.

Ukrainian Side Of JCCC Provided Video Showing Consequences Of Shellings In Zaitseve

Ukrainian side of the JCCC provided a video showing consequences of night shellings in Zaitseve. During the attacks, members of illegal armed formations used 120-mm mortars. 
            
According to the ATO Staff, at least 6 houses were damaged. Overall, the residential area was hit by eleven 120-mm mines.

“Local residents were not injured as they spent the whole night hiding in basements”, the press center reported.

Ukrainian side of the JCCC managed to record consequences of the shelling.

Evidences proving the fact that militants continue using weapon which was supposed to be withdrawn were submitted to OSCE SMM.

Over the recent period, the frequency of shellings in Zaitseve increased. In particular, the ATO positions in Zaitseve and Maiorsk were shelled with 120-mm mortars yesterday. Besides, Zaitseve checkpoint will be temporarily closed because of enemy attacks.

President of Ukraine had a meeting with NB8 delegation




President of Ukraine Petro Poroshenko had a meeting with NB8 delegation that is on a working visit to Ukraine.



Petro Poroshenko informed Speakers of Parliaments on the situation in Donbas. He emphasized that Russia and Russia-backed militants keep ignoring the obligations under the Minsk agreements. The Head of State emphasized the necessity of prolongation of sanctions to stop the aggression.



“Only coordination of our actions, only concentrated pressure and sanctions can have an influence on Russia. It is important to have a transparent mechanism of sanctions, for it is not the issue that we want to punish someone or achieve some economic goals. It is a motivation for Russia to stop the aggression,” the President said noting the importance of stabilization of the situation and deployment of international presence in Donbas.



Petro Poroshenko also drew attention to the liberation of hostages illegally detained in Russia: Nadiya Savchenko, Oleg Sentsov etc. He stressed that Nadiya Savchenko had been unreasonably imprisoned in Russia for more than one and a half year being Ukrainian MP and PACE delegate from Ukraine.



The parties paid significant attention to the de-occupation of Crimea. The Head of State informed on the cooperation with the Council of Europe and the establishment of a new commission that will visit places where Russia violates the rights of Ukrainians and Crimean Tatars.



The President thanked the parliamentary leaders for the firm position of support for Ukraine’s territorial integrity and sovereignty.



The Speakers noted the effort of Ukraine on the comprehensive plan of reforms. Supporting Ukraine is a priority for the NB-8.



The NB-8 representatives also welcomed the approval in the first reading of the constitutional amendments on the judicial system by the Ukrainian Parliament.



Latvian representative noted that her country chairs the NB-8 in 2016 and wants to provide bigger support for Ukraine. She also said that Latvia understands all the economic challenges in the implementation of reforms in Ukraine and reminded that last Friday, “the Latvian Parliament made a statement that Latvia doesn’t support the Nord Stream II”.


Après le pou, une interview du "Bild" avec Porochenko:

Ukrainian president: The risk of 'open war' with Russia is 'more serious than last year'



Germany's leading newspaper, Bild, has published an exclusive interview with Ukranian President Petro Poroshenko. In partnership with Bild, Business Insider has published an English translation below.

Poroshenko talked about ongoing tensions with Russia, as he has been pressing Western allies to maintain sanctions on the country over its support for militants in Ukraine.
The Ukranian president also discussed Russian President Vladimir Putin's decision to involve Russia in the ongoing Syrian civil war.
View the full interview below.

BILD: Mister Poroshenko, you have just returned from a meeting with Chancellor Angela Merkel. Has Germany abandoned Ukraine because of the refugee crisis?
Petro Poroshenko: No, on the contrary! The fact that we had such an intensive meeting today shows the priority that Ukraine has for Germany and the whole of Europe. Everyone knows: if Russia threatens Ukraine and also has its sights on other states, this concerns the global security of Europe. Russia is still not implementing the Minsk Agreement, but is increasing the number of its troops in Ukraine.

BILD: How serious is the danger of open war?
Poroshenko: More serious than last year. Russia has not implemented a single point of the Minsk Agreement. Instead, we can see 8,000 Russian soldiers with Russian commanders in our country, new military sites directly along the border, and constant military trainings. Russia is investing a lot in these war preparations. And we are not getting any explanations for this.

BILD: Do you need more weapons from Germany to defend yourself?
Poroshenko: We are open to this possibility and we are advocating it, because this concerns the security situation in Europe. We should all support each other more in order to be prepared for everything. The primary solution is a diplomatic one. Chancellor Merkel and President Hollande play a very important role in the de-escalation process. Exactly one year ago, in February of 2015, we met in Minsk after the Kramatorsk tragedy when a Russian multiple rocket launcher shelled houses of civilians more than 50 km away from the frontline. No explanation was received afterwards

.


BILD: At the same time, an increasing number of politicians are approaching Putin and regard him as “a partner” because of the war in Syria. What do you think about that?
Poroshenko: For me it is clear that, if you take a look at what is happening in eastern Ukraine, you cannot support lifting the sanctions against Russia. Europe must not become the victim of Putin’s blackmailing because of the assumption that there can be no solution to the Syria question without Putin. Everything that is happening in the world is directly or indirectly linked to Russia’s aggressions. It is therefore also a matter of our values that we keep up the sanctions. Russia wants to divide the countries of Europe; that is its aim. We must not allow for that to happen.

Even from an economic point of view: the Russian market is not the same as it used to be a few years ago. Europe has become far less dependent on the Russian market.

BILD: In an interview with BILD, Putin has said that borders are not important for him. What does that mean for Ukraine?
Poroshenko: First of all, congratulations to the journalists he said that to! So far, Putin has always acted according to this attitude, but never publicly admitted to it. We in Ukraine know that he does not accept our borders. His statement is therefore rather directed at everyone in Europe, meaning that it can happen to anyone. Putin does not accept any red lines and can annex other countries under the pretense of the alleged discrimination of Russian minorities. You in Germany also have Russian minorities …

BILD: There was a big discussion in Germany about the Lisa case …



Poroshenko: Everyone knows about it now because of Russian propaganda! For Germany, this is new, a shocking instance of propaganda. For one and a half years now, Ukraine is familiar with the lies that are repeated by the Russian media until people start to believe them.

Putin has now also started the information war against Germany. This is Russia’s hybrid war. We all have to fight it together, because the truth is on our side.  That is why establishing European TV channel broadcasting in Russian language is a right decision. They need to receive alternative opinions except those presented on Russian state channels.

BILD: In your country, you also have to fight against the corruption. There is massive criticism that reforms and the fight against corruption are not effective.
Poroshenko: We have implemented many reforms, in the police, in the fight against corruption, in the army, in decentralization process, in economy as  whole, but of course we want faster progress. But please do not forget that we have been suffering from a war for one and a half years now. Without the war, without Russian troops in the east of Ukraine, we would already have made much more progress with our reforms.

Read the original article on Bild. Copyright 2016. Follow Bild on Twitter.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mer 3 Fév - 14:08

OSCE Reacted To Use Of Banned Weapons By Militants

According to Deputy Chief Monitor of the OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine Alexander Hug, OSCE monitors recorded consequences of shelling with 120-mm mortars in Zaitseve. 
            
Mr. Hug commented on shell craters found in Zaitseve, reports ‘Channel 24’.

According to him, the OSCE patrol found three recent shell craters. The patrollers assume these are consequences of shelling with 120-mm mortars.

Mr. Hug expressed deep concern over the current situation.

Previously, the Ukrainian ATO HQ accused the Special Monitoring Mission (SMM) of the OSCE in Ukraine of demonstrating no reaction to the growth of fire intensity in Donbas.

As the ATO Staff reported in the morning, yesterday evening the intensive shellings in Maiorsk and Zaitseve began again.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Jeu 4 Fév - 10:01

Le rapport de l'OSCE.
A noter que les tordus ont refusé que les caméras installées soient orientées dans leur direction . . .

Aerial Reconnaissance Noticed Enemy Mortars Near Zaitseve

On February 2, aerial reconnaissance of the Armed Forces of Ukraine noticed heavy weapons banned by the Minsk Agreements near Zaitseve. 
            
This was reported by the ATO Staff.

According to the report, “The reconnaissance noticed one 82-mm mortar and three 120-mm mortars positioned close to the village of Zaitseve and positions of Ukrainian Armed Forces”.

But for mortars, the reconnaissance noticed trucks Ural 4320.
 

 


#gallery-55161-1-slideshow .slideshow-slide img { max-height: 410px; /* Emulate max-height in IE 6 */ _height: expres​sion(this.scrollHeight >= 410 ? '410px' : 'auto'); }
As previously reported, militants continue shelling Zaitseve and Maiorsk with 120-mm mortars.

Since February, Zaitseve checkpoint will be temporarily closed due to increase of frequency of enemy attacks.  Yesterday, Ukrainian side of JCCC provided video showing consequences of shellings in Zaitseve.

Ukraine now has anti-tank trenches running from Kharkiv and Chernihiv


Armored Personnel Carrier of the Ukrainian border guards is seen near the Goptivka border crossing on the Ukrainian-Russian border, north of Kharkiv, eastern Ukraine, on Oct. 15, 2014 (UNIAN photo)

Ukraine has spent USD 15.7 million on anti-tank trenches along the border with Russia 
       

The Ukrainian military says in 2015 it fortified Ukraine's border with Russia between the cities of Kharkiv and Chernihiv with 230 kilometers (143 miles) of anti-tank trenches, Meduza reports.

This statistic was cited in a report on various measures ordered by the Ukrainian government to be fulfilled in 2015. The report has been sent to the Ukrainian parliament.

The report says the fortified border areas with Russia have been equipped with 72 kilometers (45 miles) of metal barrier fences, 5 way-stations, 9 firing positions accommodating ten men each, and 32 observation towers. 

In 2014, Ukraine began "The Wall" project to fortify its border with Russia. The wall covers 2,000 kilometers (1,243 miles) of border territory with Russia, including areas under the control of separatists. In mid-2015, it was reported USD 155 million had been allocated to the project from Ukraine's state budget.

Poroshenko Excludes Compromise On Status Of Donbas

President of Ukraine Petro Poroshenko will accept no compromises as far as special status of Donbas is concerned. 
            
“Returning of Donbas under Ukrainian control is crucially important. No compromises will be accepted”, said Poroshenko during his speech at the state administration in Kyiv, ‘Radio Svoboda’ reports.

“For me, it is absolutely unacceptable to squander Ukrainian territories. Whatever the excuse for such compromise may be, I will not let it happen”, the President emphasized.

Previously, the President of Ukraine assumed that the sovereignty of Ukraine will be restored in 2016.

As earlier reported, President of Ukraine Petro Poroshenko believes the threat of open war between Russia and Ukraine to be higher than last year.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Jeu 4 Fév - 16:07

European Parliament Calls On Russia To Withdraw Troops From Donbas And Crimea

The European Parliament calls on the Russian Federation to withdraw its troops from the territory of Ukraine, as well as from the annexed Crimea, which is stated in a resolution on the human rights situation on the peninsular.   
            
This was reported by ‘Ukrinform’.

As stated in the resolution, “The European Parliament again calls on withdrawing Russian forces from Crimea and eastern Ukraine”.

MEPs condemned militarization of the Crimean peninsula, which has a significant negative influence on the economic and social life of its residents.

In addition, the European Parliament condemned Russia’s threats to deploy nuclear weapons in the Crimea, which could pose a significant threat to regional, European and global safety.

Last week, the Secretary General of the Council of Europe Mr. Thorbjørn Jagland announced the beginning of the Human Rights Mission in the Crimea.

La vermine traîne partout:

SSU Apprehended One Of ‘LPR’ Leaders In Poltava Region

Security Service of Ukraine confirmed apprehension of Sergiy Korsunsky who is considered to be one of ‘LPR’ leaders. 
            
This was reported by the Spokesperson of SSU Olena Hitlyanska on Facebook.

Previously, journalists came across Korsunsky in a restaurant in Kyiv. He explained there are no criminal proceedings opened against him. The terrorist was apprehended only in Poltava region.

Olena Hitlyanska wrote: “Security Service of Ukraine apprehended Sergiy Korsunsky who is suspected of being a member of ‘LPR’. He was captured in Poltava region by the servicemen of SSU”.

Provocations:

Militants Opened Fire Against Villages They Control

Yesterday, February 3, another provocation of illegal armed formations controlling Kominternove in the Donetsk region was recorded. 
           
On this day, February 4, the spokesman of the Presidential Administration for ATO issues Colonel Oleksandr Motuzianyk reported this.

Reportedly, in the evening, militants opened fire from the ‘Grad’ installation towards Sakhanka village, which is also occupied by militants. At the same time, another militants’ provocation was recorded: for 15 minutes, they were using mortars, anti-aircraft systems and anti-tank installations to shell the village of Octiabr, which is northeast of Kominternove and is also under the control of illegal armed formations.

As known, on December 22, a group of militants of the so-called “DPR” seized Kominternove (that is a “gray area” in ATO zone) using armored vehicles.

Later it became known that militants, who had entered Kominternove, tried to penetrate further into the territory controlled by ATO forces.

Then, the main forces of militants left the town. However, according to the current information, a small number of militants remained in the village hiding in the houses of local residents dressed like civilians.

It should be recalled that militants use “scorched earth” tactics in Zaytseve.

Pas de russes, hein?

Militants Shell Ukrainian Positions Demonstratively In Presence of Russian “Curators”

A group of "curators" from Russia, including a group of Russian Federation General Staff's officers, arrived in the so-called "LPR". 
            
The press center of the ATO Staff reported this in the morning.

“According to data, “curators” from Russia arrived in the territory of the so-called “LPR”. A group of officers of the RF came with them in order to test the systems of operational and combat training of the illegal armed formations”, – said the statement.

Reportedly, pro-Russian militants were shelled the positions of the Armed Forces of Ukraine in Trokhizbenka to demonstrate their combat skills. The bombardment was carried out from the direction of Krasnyi Lyman with automatic grenade launchers, heavy machine guns and 82-mm mortars. In Stanytsia Luhanska, the fire from 120-mm mortars was recorded from the direction of Nikolaievka.

“This “demonstrative performance” took place from 19.00 to 20.00. It should be noted that these attacks were carried out by militants intentionally to demonstrate the readiness to continue the escalation of the conflict in Donbas anytime”, – added the Staff.

As previously reported, the clashes between militants continue, commanders hide the losses.

Quand il n'y a pas de cargo 200, les tombes ont un simple numéro:

Кладбище боевиков ДНР в Донецке. Сотни безымянных могил




Корреспондент издания «Четвертая власть» побывал на кладбище «ополченцев ДНР» в Донецке, где увидел сотни безымянных могил. Боевиков, как известно, хоронят на разных кладбищах города, но самое известное захоронение находится в поселке шахты №6 «Капитальная». За последние два года кладбище существенно выросло из-за множества новых могил.

Большое количество безымянных табличек объясняется тем, что в Донецке не проводят экспертизы ДНК, и таким образом идентифицировать многие останки попросту невозможно. Большинство безымянных могил принадлежат, по всей видимости, гражданам России.


Порядковые номера на табличках доходят до 3,5 тысяч. При этом цифры указаны не по порядку — двузначные номера могут соседствовать с четырехзначными.
































avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Ven 5 Fév - 12:17

Le rapport du jour de l'OCSCE.

Back to the USSR! Photo report from occupied Donetsk


Depardieu: Documents (internal passport, ID number, international passport, travel documents, etc) 

Article by: Nataliya Zolotonoska, student

When I went back to Donetsk after an absence of six months, I was greeted by Lenin and Depardieu. The mining capital of Ukraine hasn’t heard anything about decommunization, which is underway in most Ukrainian cities. Monuments to Lenin and Shchors (Red Army commander-Ed.), as well as Krasnoarmeyskaya Street used to be familiar, but now seem strange and even exotic.
When I expressed my surprise, locals looked at me strangely and said: “But what else? This is part of our history. Don’t they have anything else to do in Ukraine besides knocking down Lenin statues and renaming streets?”

Cinemas show films that were screened in Ukraine a month or two ago.
“We don’t go to the movies. First, it’s expensive. Second, it makes no sense. Before, films that we watched at a cinema appeared online about a month later. Today, everything you pay for at the movies can be viewed online, but it’s free and good quality.” remarked a 20-year old girl.

Donetsk residents have gone overboard with their “local patriotism”. Many cars are decorated with tri-colour “Donetsk People’s Republic” flags, while magnets and stickers are sold and money is collected at the entrance to underground passages to help the “Donbas defenders”.

Standing for Russia! I fight for Rus! (sic) (referring to ancient Empire of Kyiv)

Russian flags on wall; blue and yellow apartment building in background

Soviet-inspired billboard – Donbas “Liberation Day”

Gastronom Rossiya
New or renamed grocery stores remind us of the tales of the Soviet past recounted by our mothers and grandmothers, because I personally don’t remember those times.
An elderly lady (babushka) remarks that the queues at the “First Republican Bank” hark back to the good old USSR. This is the only bank operating in the occupied territory.
There are no Ukrainian banks in occupied Donetsk. However, many people have found cunning ways to withdraw cash with Ukrainian bank cards.

“Leningrad” grocery store with exchange bureau
There is also the “First Republican Supermarket”. You probably recognize the ATB logo (ATB stores in the Donetsk People’s Republic were seized to form a new supermarket chain called the “First Republican Supermarket”.-Ed.)

“First Republican Supermarket”
Stores sell local, Russian, Belarusian and Kazakh products. I found only Ukrainian-produced Milka chocolate.

Russian potato chips

Fruit juice from Kuban, Russia

Putinka vodka

Tomato paste from Kuban, Russia
After two weeks, I was sick and tired of all those black, red and blue colours as the “DNR” flags are everywhere, at every corner. Women in uniform proudly walk hand in hand with their men. They’re also everywhere, but fortunately, not all are armed.
Only the power lines reminded me that until recently Donetsk was controlled by Ukraine…

Photos courtesy of author
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Ven 5 Fév - 12:21

EP Supports ‘Geneva Plus’ Format On De-Occupation Of Crimea

The European Parliament has supported creation of the ‘Geneva Plus’ format for de-occupation of the Russian-annexed Crimean peninsula. 
            
The President of Ukraine Petro Poroshenko wrote this on Twitter.

According to the resolution, the European Parliament supported establishment of the ‘Geneva Plus’ format. The Russian Federation was once again called on to start negotiations of de-occupation of the peninsular with Ukraine and other parties.

“An important decision toward de-occupation of the Ukrainian Crimea”, wrote the President.

Today, the EP adopted the resolution calling of the Russian Federation to withdraw its troops from the territory of Ukraine, as well as from the annexed Crimea.

Last month, the President of Ukraine Petro Poroshenko called the ‘Geneva Plus’ format to be optimal as far as the returning of Crimea is concerned.

La violence en hausse dans l'est de l'Ukraine (OSCE)

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui surveille la situation dans l'est de l'Ukraine, a annoncé jeudi avoir enregistré une "augmentation massive" de la violence dans les zones agitées au cours des derniers jours.

Cette augmentation est non seulement irréfléchie, mais pire encore, elle est irrationnelle. "L'intensité de la violence me rappelle les pires moments du conflit", a déclaré Alexander Hug, un responsable de la Mission de surveillance spéciale de l'OSCE (SMM) en Ukraine, aux journalistes à Kiev, la capitale de l'Ukraine.

Les affrontements entre les troupes gouvernementales et les rebelles indépendantistes dans les deux derniers jours se sont concentrés près de l'aéroport détruit de Donetsk et dans la périphérie de la ville de Gorlovka, a précisé M. Hug.

La hausse de la violence est particulièrement alarmante dans la lumière du fait que les deux parties au conflit n'ont pas complètement retiré leurs armes lourdes de la ligne de front comme prescrit dans l'accord de cessez-le-feu de Minsk, a-t-il ajouté, sans donner d'informations sur les victimes.

Les combats ont fait rage dans l'est agité de l'Ukraine depuis avril 2014, causant plus de 9.000 morts. Ces derniers mois, les combats ont baissé en dépit des affrontements sporadiques après que les parties belligérantes eurent déclaré un cessez-le-feu en septembre dernier.

Du coup:

Kiev souhaite inviter le Conseil de sécurité à visiter l’est de l’Ukraine


Des rebelles sur l’aéroport de Donetsk, en Ukraine, le 13 octobre 2015. (AFP/Archives/Aleksey Filippov)

L’Ukraine souhaite inviter une délégation du Conseil de sécurité à visiter la région du Donbass (Est), en proie à une insurrection séparatiste, a indiqué jeudi son ambassadeur à l’ONU.

« La période idéale serait cet été », a déclaré Volodymyr Yelchenko à des journalistes.

Kiev n’a pas encore envoyé d’invitation officielle car « nous devons nous préparer », a-t-il précisé. L’Ukraine s’efforce pour l’instant de définir les modalités, les objectifs et les dates d’une telle visite.

L’ambassadeur n’a pas caché l’hostilité de la Russie à ce projet mais il a estimé « qu’il n’était pas nécessaire que tous les ambassadeurs des 15 pays » membres du Conseil y participent. « Si quelqu’un ne veut pas y aller c’est très bien », a-t-il ajouté.

Il a reconnu qu’en raison de la menace toujours présente d’un veto russe, « le Conseil de sécurité ne joue malheureusement qu’un rôle secondaire » dans la crise ukrainienne.

« Il peut seulement entériner les décisions prises dans le cadre de Minsk », en référence aux accords de Minsk de février 2015 signés par la Russie, l’Ukraine, la France et l’Allemagne et censés régler le conflit dans l’Est de l’Ukraine.

« Nous aimerions que le Conseil joue un rôle plus indépendant mais ce n’est pas possible à cause du veto potentiel de la Russie », a-t-il ajouté.

Depuis le déclenchement de la crise en Ukraine début 2014, le Conseil a tenu plusieurs dizaines de réunions sur ce dossier, pour la plupart infructueuses ou se résumant à un dialogue de sourds entre occidentaux et Russes.

L’Ukraine a rejoint le Conseil –où la Russie siège en permanence avec droit de veto– début janvier comme membre non permanent pour un mandat de deux ans.
Depuis avril 2014, le conflit dans l’Est entre les forces gouvernementales et les séparatistes pro-russes a fait plus de 9.000 morts.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d’armer les séparatistes et d’avoir déployé des troupes dans la zone de conflit.

Moscou nie farouchement ces accusations, mais son rôle dans la crise ukrainienne lui a valu de lourdes sanctions économiques et la pire dégradation de ses relations avec les Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mer 10 Fév - 10:44

Le rapport du jour de l'OSCE.

Commencent à se prémunir les fous du donbabwe:

‘DPR’ Commanders Created “Anti-Retreat Detachments” To Prevent Desertion

Frequency of desertion among members of illegal armed formations in the occupied Donbas has increased. 
            
This was reported by the Main directorate of intelligence of the Ministry of Defence of Ukraine.

Due to widespread cases of desertion among the servicemen of the advanced units of the 3rd separate motorized rifle brigade (HORLIVKA), command of the 1st AC decided to deploy operative groups of the so-called “Ministry of State Security of DNR” in the rear of the formation. They will carry out functions of “anti-retreat detachments”.

Besides, commanders of “the detachments” have the right to use weapons against “deserters”.

Laughing
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mer 10 Fév - 11:31

Ukraine : vivre près de la zone séparatiste de Louhansk

"Nous voudrions savoir quand ce bazar prendra fin, l'Ukraine c'est ici, et c'est là-bas..."

La ligne de séparation est à une centaine de mètres de la petite ville de Stanitsa Luhanska. Ici, la situation est tendue. La ville a lourdement payé le prix des affrontements entre l’armée ukrainienne et les insurgés de la République auto-proclamée de Louhansk. Et ça continue…

Les Ukrainiens sont obligés de passer par ce point de contrôle pour se rendre d’un territoire à l’autre, de Stanitsa Luhanska dans la zone contrôlée par Kiev à celle des rebelles pro-russes, et vice-versa.

Nous voudrions savoir quand ce bazar prendra fin, l’Ukraine c’est ici, et c’est là-bas, nous voulons savoir pourquoi ils ont coupé cette partie de l’autre ? Pourquoi on doit passer par ce check-point avec des passeports ukrainiens ? Je suis Ukrainienne, mes enfants sont Ukrainiens et ils n’y sont pour rien si ces terroristes ont pris le pouvoir. Qu’on retrouve notre liberté !“ dit cette femme qui vit à Stanitsa mais dont la fille travaille et vit à Louhansk.

Il fait froid, en dessous de zéro et côté Stanitsa, des tentes ont été installées pour offrir aux gens de quoi attendre au chaud, prendre un thé, un café. 
 
Les gens passent en moyenne une heure à attendre ici des deux côtés du point de contrôle.

Ils vont voir leur famille, parfois retirer leur retraite, car Kiev ne les paie plus dans les zones séparatistes étant donné qu’il n’y a plus aucune voie officielle pour les distribuer. 

 Ils vont aussi acheter et vendre des produits, sachant que les prix sont au moins deux tiers plus élevés côté rebelle. 

 
Avant la guerre, Stanitsa produisait des légumes, mais nombre d’exploitations agricoles ont été détruites par les bombardements : 
 
Nous faisions pousser des tomates et des concombres, c‘était notre revenu. Nous les vendions à Louhansk, pas seulement, mais principalement. Mais maintenant nous ne pouvons plus rien faire pousser, plus rien vendre, nous ne pouvons plus vivre ici, donc nous avons déménagé chez notre fille.

Lourdement bombardée pendant la phase la plus dure du conflit, Stanitsa Luhanska doit être reconstruite.

L’UNHCR est venue jusqu’ici fournir des matériaux à ceux dont les maisons sont réparables : tuiles, briques, bois, ciments, fenêtres, clous…

Nous avons d’abord mené des projets pilotes à Lysychansk, sur l’ancienne ligne de front, il reste des maisons debout et les conditions permettent vraiment de travailler en sécurité. Pour cette année, les villes sur l’ancienne ligne de front continueront probablement à rester la priorité pour la reconstruction, mais on arrivera jusqu’ici, ce n’est qu’une question de temps“ explique le responsable de la mission Jeff Wilkinson.

Avec d’autres organisations internationales, le gouvernement ukrainien a démarré un programme de reconstruction, mais Stanitsa Louhanska n’en fait pas encore partie, à cause de sa proximité avec la zone séparatiste. Elle serait en première ligne si jamais les combats reprenaient un jour…

Par Sergio Cantone | Avec SANDRINE DELORME
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Mer 10 Fév - 15:20

Un minibus saute sur une mine en Ukraine, trois morts


Archives. © ap.

Trois civils, dont une femme, ont été tués mercredi, leur minibus ayant sauté sur une mine près de points de contrôle installés sur la ligne du front dans l'Est séparatiste prorusse de l'Ukraine, ont annoncé les autorités ukrainiennes.

"Deux civils ont été tués sur le coup, un troisième a succombé à ses blessures dans l'ambulance qui le transportait à l'hôpital", a indiqué le porte-parole militaire ukrainien Andriï Zadoubinny. Deux autres personnes se trouvant à bord ont reçu les premiers soins sur place, a-t-il ajouté.

L'incident s'est produit dans la village de Novomikhaïlivka, à 25 kilomètres au sud-ouest du fief séparatiste de Donetsk, a précisé un autre porte-parole militaire, Oleksandre Kindsfater.

Selon M. Zadoubinny, le véhicule, qui venait de quitter le territoire rebelle, a sauté sur une mine dans une zone "neutre", à plusieurs centaines de mètres du checkpoint de l'armée ukrainienne. "Selon les premières informations, il a tenté de contourner la file d'attente de véhicules" attendant de pouvoir entrer dans la zone contrôlée par Kiev, en dépit des signes d'avertissement sur les mines, a poursuivi M. Zadoubinny.

Le conflit opposant l'armée ukrainienne aux séparatistes, soutenus militairement, selon Kiev et l'Occident, par la Russie, a fait plus de 9.000 morts depuis son déclenchement il y a bientôt deux ans.



Ce qui reste en réalité.

InfoResist
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Jeu 11 Fév - 10:22

Le rapport du jour de l'OSCE.

By Constant Shelling Militants Provoke Humanitarian Disaster In Donetsk Region, – JCCC

The events of the past two days clearly indicate the militants’ intent to provoke a humanitarian disaster in the territory of Donbas, uncontrolled by the Ukrainian government, and to accuse Ukrainian side of this. 
            
This was stated by the head of the Ukrainian side of JCCC Lieutenant-General Andrii Taran, the press center of the Ukrainian side reported.

According to him, after the last week’s closure of Zaitseve checkpoint due to constant militants’ attacks, the checkpoint near Marinka remained only one in Donetsk region, which allows civilians, despite the long lines, to cross the delimitation line.

By their devious actions militants seek to force the Ukrainian side to close this checkpoint.

“The tragic events in Marinka, which occurred this morning and killed people, was preceded by another provocation last night. At about 17:00 of February 9, this checkpoint was shelled by militants who used grenade launcher”, – he said.

“Such actions of militants can not be interpreted otherwise than as a provocation to close the single checkpoint currently existing in Donetsk region, and then, with inherent cynicism, accuse Ukrainian authorities of the humanitarian catastrophe”, – the head of the Ukrainian side of JCCC stated.

The information on all of the facts was communicated to the representatives of the OSCE SMM.

It should be recalled that on Wednesday in Marinka, near the Ukrainian checkpoint, mini van hit a land mine. The explosion killed three people, one man died later from injuries.

In addition, militants carried out provocative shelling of Marinka checkpoint while the civilians were there.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Jeu 11 Fév - 15:19

Accords de Minsk: un an après, l'enlisement ?


Le président russe Vladimir Poutine fait face à son homologue ukrainien Petro Porochenko, aux côtés des dirigeants français et allemand François Hollande et Angela Merkel, le 11 février 2015 à Minsk, avant la signature de l'accord de paix.
REUTERS/Mykola Lazarenko/Ukrainian Presidential Press Service


Un an après la signature des accords de Minsk entre la Russie et l’Ukraine et un apaisement relatif des combats, le processus politique de réconciliation est toujours bloqué de part et d'autre. Les perspectives de voir les territoires séparatistes réintégrés dans une Ukraine unie sont encore très incertaines.


La semaine dernière, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui supervise la mise en œuvre du cessez-le-feu, a fait part de sa préoccupation face à une nouvelle escalade de la violence dans l'est de l'Ukraine. Vendredi 5 février, l’État-major ukrainien a recensé 84 attaques en vingt-quatre heures.

Les trois premiers points des Accords de Minsk II portent sur les aspects militaires : cessez le feu immédiat et complet, retrait des armes lourdes d’un calibre supérieur à 100 mm, de façon à créer une zone neutre de 50 km de large, tous ces processus devant être contrôlés par les équipes de l’OSCE présentes sur le terrain. Aucun de ces points n’a, pour l’heure, été mis en œuvre complètement.

Si l’intensité des tirs a nettement baissé, des entorses au cessez-le-feu sont encore régulièrement enregistrées, les deux parties s’accusant mutuellement de violer la trêve. De même, l’usage des armes lourdes n’a pas totalement disparu, selon les observateurs de l’OSCE, qui, se sont heurtées, plus d’une fois au refus des autorités locales de les laisser circuler librement. Récemment, un véhicule blindé de la mission d’observation a été touché par des tirs d’armes légères dans une zone contrôlée par les forces ukrainiennes, près de Mariinka, à une vingtaine de kilomètres de Donetsk. Quelques jours plus tôt, des membres de l’OSCE avaient été sortis de leur véhicule et forcés à se mettre au sol sous la menace des armes, près de Gorlivka, ville sous contrôle rebelle, à une trentaine de kilomètres de Donetsk.

« Scrutin incontestable »




Dans ces conditions, difficile d’imaginer que des élections locales libres, sous supervision et selon les standards de l’OSCE, puissent se tenir dans les zones sous contrôle des pro-russes. Ce scrutin est pourtant évoqué dans le 4ème point des accords de Minsk.

Mais les conditions pour organiser des élections sont loin d’être réunies, souligne le politologue ukrainien Vladimir Fessenko. « Quand les Européens disent : donnons-leur une chance, organisons des élections justes, c’est très naïf. Je comprends que les hommes politiques européens soient habitués à régler leurs conflits par la voie des urnes, mais comment peut-on parler d’élection libre et démocratique dans ces républiques séparatistes, où les autorités ont fermé l’accès à 113 sites Internet, parmi lesquels BBC, Deutsche Welle et des sites d’information ukrainiens ? », s’interroge le directeur du centre Penta à Kiev. « Les autorités locales veulent tout contrôler, il s’agit pratiquement d’un système totalitaire. Dans ces conditions, comment voulez-vous organiser des élections démocratiques ? ». Après la rencontre à Paris des présidents français, russe, ukrainien et de la chancelière allemande, le 2 octobre 2015, les autorités de républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk avaient accepté de reporter les élections qu’elles avaient initialement projeté d’organiser dans les semaines suivantes.
Tout comme Angela Merkel, François Hollande avait insisté sur ce report, destiné, selon lui à permettre un «scrutin incontestable». Pour ce faire, les deux parties, devaient négocier les conditions d’organisation de ce scrutin à travers leurs groupes de contact trilatéraux à Minsk, et une nouvelle loi électorale devait être adoptée par le Parlement ukrainien. Mais le chemin est semé d’embûches et les discussions avancent difficilement. « Si l’OSCE, une organisation intergouvernementale, supervise ces élections, cela signifie que des représentants politiques ukrainiens devront se rendre dans le Donbass pour faire y campagne, pour participer à des débats politiques, or c’est complètement impensable. Mais le problème c’est que c’est sur le papier et il va falloir trouver une solution », souligne Mathieu Boulègue, spécialiste des questions sécuritaires et géostratégiques de l’espace post-soviétique, associé au cabinet de conseil AESMA.
Les séparatistes soutenus par Moscou poussent pour qu’une date soit fixée dans les semaines ou les mois qui viennent. Mais la situation apparaît comme bloquée. Du côté de Kiev, on insiste sur un point : l’Ukraine doit reprendre entièrement le contrôle de sa frontière avec la Russie avant l’élection, sans ça, « impossible d’organiser un scrutin libre et transparent », note Vladimir Fessenko. Le calendrier fixé par les accords de Minsk II, prévoit pourtant que l’Ukraine reprenne le contrôle total de sa frontière au lendemain des élections locales.

Statut spécial

Pour ajouter à la difficulté, dans les textes élaborés et signés à Minsk, la question des élections locales est intimement liée à celle du statut spécial des régions aujourd’hui sous contrôle séparatiste, qui devrait être inscrite dans la Constitution ukrainienne. Cela nécessite donc le vote d’une réforme de la décentralisation, qui rencontre beaucoup de résistances à Kiev.

Selon Mathieu Boulègue, il y a eu « une mauvaise gestion de la part des autorités internationales » qui ont permis que le texte des accords de Minsk « couple la réforme de la décentralisation et le statut spécial », qui reconnaît dans la constitution ukrainienne une séparation de facto de certains territoires de Donetsk et Lougansk du reste de l’Ukraine. Une demande « complètement inacceptable pour Kiev qui cherche à retarder au maximum la mise en place des accords de Minsk II ».

La première lecture du projet de loi de décentralisation, en août 2015, avait débouché sur des émeutes devant le Parlement : quatre policiers avaient été tués. « Un tiers de la population ukrainienne environ est catégoriquement opposée à toute réconciliation avec les séparatistes. Ils ne veulent pas entendre parler d’amnistie pour les chefs de guerre ou de statut spécial pour le Donbass. Et ces gens-là sont représentés au Parlement », explique Vladimir Fessenko.

Dans ce contexte délicat, le vote du texte en deuxième lecture, qui aurait dû intervenir avant la fin de l’année 2015, a été repoussé à une date indéterminée, suite à une initiative de députés du bloc de Petro Porochenko. 51 parlementaires ont saisi la Cour constitutionnelle. Cette démarche permet à Kiev de jouer la montre et au président, en particulier, d’éviter de chercher une majorité de 300 voix, qu’il est quasiment sûr de ne pas réunir. Le chef de l’Etat ukrainien se retrouve dans une situation délicate, commente Vladimir Fessenko. « En signant les accords de Minsk, Porochenko a pris un engagement vis-à-vis de la communauté internationale et il doit s’y conformer, il ne peut y renoncer. D’un autre côté, il a bien conscience qu’il est limité politiquement. Il a peut être sous-estimé ce facteur politique. Il est possible qu’au moment où il signait le texte à Minsk, il se disait : les hommes politiques ukrainiens mettront en œuvre ces accords au nom de la paix », explique le politologue ukrainien.

Enlisement

En attendant une hypothétique avancée sur le volet politique, les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk se sont transformées en zone grise instable. Cette situation de « conflit latent » sert les intérêts de Moscou, relève Florent Parmentier enseignant à Sciences Po, et auteur de « Les chemins de l’Etat de droit - La voie étroite des pays entre Europe et Russie». « C’est une sorte de corde de rappel pour Moscou, qui pourrait lui servir à chaque fois que l’Ukraine prendra des décisions qui iront à l’encontre de ses intérêts ». La Russie a-t-elle intérêt à résoudre le problème ukrainien ? « Rien n’est moins sûr », avance le chercheur, qui n’exclut toutefois pas un sommet « Minsk III » pour tenter de sortir de l’impasse politique.

En théorie, l’enlisement joue en faveur du Kremlin, mais les sanctions économiques troublent le jeu. « Dans un schéma idéal typique pour Moscou, où la Russie irait mieux, le conflit se serait enlisé, et on l’aurait retrouvé dans les livres d’histoire dans trente ans, comme un conflit gelé de plus aux portes de l’Europe, comme en Ossétie du sud, en Abkhazie ou en Transnistrie ». Mais la crise économique et les sanctions, que Moscou espère voire levées l’été prochain, sont passées par là. « Le poids de l’isolation russe commence à se faire sentir », note le spécialiste de l’espace post-soviétique, « voyant cela, les autorités russes ont cherché à faire avancer les choses en sous-main en créant des courroies de transmission diplomatique parallèles et non pas officielles » avec les Américains.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a été longuement reçu par son homologue Sergueï Lavrov puis par Vladimir Poutine, Sotchi le 12 mai 2015.REUTERS/Joshua Roberts

En mai 2015, Vladimir Poutine a accueilli le secrétaire d’Etat américain John Kerry à Sotchi pour parler du dossier ukrainien. La diplomatie américaine avait alors perçu ça comme « un appel d’air », explique Mathieu Boulègue, « c‘était la première fois que la Russie appelait les Américains pour dialoguer sur le conflit. Il y a eu un basculement : on a voulu sortir de cette diplomatie officielle avec les représentants russe, européen, ukrainien, pour passer à un format plus caché, plus parallèle avec les puissances qui comptent ».

A la mi-janvier, la secrétaire d'Etat adjointe américaine Victoria Nuland a rencontré Vladislav Sourkov, dans l’enclave russe de Kaliningrad, l’influent conseiller de Vladimir Poutine étant sous le coup de sanctions occidentales et n’a donc pas le droit de voyager en Europe. La conversation s’est déroulée à l’abri des journalistes. Les efforts conjoints des Russes et des Américains, conjugués à ceux de la diplomatie européenne, parviendront-ils à sortir de l’impasse ?

Selon Mathieu Boulègue, un accord serait en train de se dessiner : « la Russie pourrait rendre le contrôle des territoires séparatistes à l’Ukraine avec une autonomie aménagée, sur un modèle qui ressemblerait à celui du Kosovo ». Il reviendrait alors à Kiev de supporter le poids financier de la réintégration et de la reconstruction du Donbass. En tout cas, l’analyste en est persuadé : « Moscou n’est plus capable de gérer en même temps la crise économique, la Crimée et les territoires séparatistes de l’Est ».






■ Correspondance dans le Donbass, à Kramatorsk,
Sébastien Gobert
Le processus de paix de Minsk prévoyait un arrêt des combats, une démilitarisation de la ligne de front, une loi d’amnistie, la libération de prisonniers de guerre ou encore l’organisation d’élections locales. Un an après, aucun de ces points n’a été totalement respecté. Les échauffourées sont encore nombreuses dans la région et les rumeurs de toutes sortes circulent sur l’organisation d’élections locales. Certains évoquent la tenue d’un scrutin en avril, mais personne ne peut encore préciser qui sera autorisé à y participer, ni même selon quelle législation.

A Kiev, on accuse les Russes de vouloir verrouiller les listes électorales avec des candidats triés sur le volet. Le processus politique est aussi paralysé en raison des blocages internes en Ukraine. Le Parlement n’a pas pu adopter une réforme cruciale de la Constitution sur la décentralisation de l’Etat et les députés ne parlent même pas encore d’amnistie potentielle.

Un an après Minsk, le bilan est terne. Il est impossible de parler de progrès, que ce soit au niveau du dialogue politique ou même de l’amélioration des conditions de vie de millions d’habitants du Donbass.



Ukraine : Des écoles attaquées et utilisées à des fins militaires

(Berlin) – Les hostilités dans l’est de l’Ukraine ont endommagé ou détruit des centaines d’écoles, dont la plupart ont été utilisées à des fins militaires par les diverses parties au conflit, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui.

Le rapport de 65 pages, intitulé « Studying Under Fire: Attacks on Schools, Military Use of Schools During the Armed Conflict in Eastern Ukraine » (« Étudier sous le feu des tirs : Des écoles soumises à des attaques et utilisées à des fins militaires lors du conflit armé dans l’est de l’Ukraine »), démontre comment les forces gouvernementales ukrainiennes et les militants soutenus par la Russie ont mené des attaques indiscriminées ou délibérées contre des écoles. Les deux parties ont utilisé des écoles à des fins militaires, déployant leurs forces à l’intérieur et à proximité des écoles, faisant d’elles des cibles militaires légitimes. La destruction engendrée a obligé de nombreux enfants à quitter l’école, et plusieurs écoles à cesser de fonctionner ou à fonctionner dans des conditions difficiles et en sureffectif, a conclu Human Rights Watch.

« De chaque côté de la ligne d’affrontement, des civils, y compris des enfants, subissent de plein fouet cette guerre prolongée », a déclaré Yulia Gorbunova, chercheuse de Human Rights Watch en Ukraine. « Toutes les parties au conflit sont tenues de protéger les enfants et de s’assurer que les hostilités ne nuisent pas davantage à leur sécurité et à leur éducation. »
Le gouvernement ukrainien devrait protéger la sécurité des enfants et leur accès à l’éducation et empêcher toute utilisation militaire des écoles, en adoptant et en faisant appliquer la Déclaration internationale sur la sécurité dans les écoles. Les militants soutenus par la Russie doivent également éviter d’utiliser les écoles conformément aux principes des Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l'utilisation militaire durant les conflits armés.

Dans le cadre de son rapport, Human Rights Watch a interrogé 62 élèves, enseignants, directeurs d’écoles et témoins, et a visité 41 écoles et jardins d’enfants situés dans des zones contrôlées soit par les forces gouvernementales, soit par des combattants soutenus par la Russie.



Déplier

Cérémonie de la « première cloche » devant l’école numéro 2 de Donetsk, ville contrôlée par les forces rebelles dans l’est de l’Ukraine, marquant le début d'une nouvelle année scolaire.

© 2015 Yulia Gorbunova / Human Rights Watch

Human Rights Watch a rassemblé des informations sur des attaques contre des écoles commises par les forces des deux camps, alors que ces établissements n’étaient ni occupés ni utilisés par des forces militaires, et ne s’apparentaient donc pas à des cibles militaires légitimes. Les attaques ciblées contre des établissements scolaires ne constituant pas des objectifs militaires, ainsi que les attaques aveugles ne permettant pas de distinguer les objets civils, tels que les écoles, sont prohibées conformément aux lois de la guerre ; elles peuvent donc faire l’objet de poursuites en tant que crimes de guerre.

Dans un cas, en juin 2015, des tirs d’artillerie en provenance du territoire tenu par les insurgés ont gravement endommagé l’école numéro 3 à Krasnohorivka, ville sous le contrôle du gouvernement dans la région de Donetsk. Le bâtiment de l’école a subi 12 tirs directs. Un poste de contrôle militaire situé à 700 mètres de l’école n’a pas été touché. La directrice de l’école, selon qui l’école était la cible de l’attaque, a déclaré à Human Rights Watch : « Nous avions pour habitude de plaisanter en disant que le poste de contrôle était l’abri le plus sûr car il ne serait jamais visé. »

Tout au long du conflit, le gouvernement ukrainien ainsi que ses adversaires soutenus par la Russie ont déployé des forces militaires à l’intérieur et à proximité des écoles. Lorsque des forces militaires occupaient des écoles, elles ont souvent cassé ou brûlé le mobilier, notamment des portes de classe, des chaises et des bureaux. À plusieurs reprises, les écoles utilisées par les combattants continuaient de poser un risque même après leur départ, car les troupes laissaient derrière elles de l’artillerie lourde ou des munitions non utilisées.
 



Déplier

Décombres d’une école à Novosvitlivka (est de l’Ukraine), détruite par des tirs de roquettes Grad en août 2014.

© 2015 Yulia Gorbunova / Human Rights Watch

La directrice de l’école numéro 14 à Ilovaisk a déclaré à Human Rights Watch que lors de l’occupation de son établissement par les forces du gouvernement ukrainien pendant deux semaines en août 2014, elles avaient endommagé le mobilier, cassé toutes les portes et détruit 11 ordinateurs. En octobre 2014, les chercheurs de Human Rights Watch ont découvert dans la cour de cette école plusieurs mines terrestres non explosées, qui avaient apparemment été éjectées d’un camion d’approvisionnement garé dans la cour.

Alors qu’une école est normalement un objet civil protégé contre toute attaque par les lois de la guerre, lorsqu’elle est utilisée à des fins militaires ou occupée par des forces militaires, elle devient une cible militaire légitime. En créant une cible militaire légitime à proximité de civils, comme les élèves d’une école, on met ces civils en danger ce qui constitue une violation du droit international humanitaire.



Déplier

La cour de l’école nº 2 de Stanytsia Luhanska (est de l’Ukraine), détruite par un incendie apparemment déclenché par une frappe aérienne en août 2014.

© 2015 Yulia Gorbunova / Human Rights Watch

 
Le ministère ukrainien de l’Éducation et des Sciences a reconnu lors de réunions avec Human Rights Watch que les forces du gouvernement ukrainien avaient utilisé des écoles à des fins militaires. En adoptant la Déclaration internationale sur la sécurité dans les écoles, déjà signée par 51 pays, l’Ukraine s’engagerait à protéger l’éducation contre toute attaque. L’Ukraine devrait également revoir ses politiques, ses pratiques et ses formations militaires afin d’assurer au minimum le respect des Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l'utilisation militaire durant les conflits armés qui fournissent des recommandations pour que les parties à un conflit armé évitent d’empiéter sur la sécurité et l’éducation des élèves. Les forces rebelles devraient s’inspirer des exemples de bonnes pratiques.

Même dans les endroits où les enfants ukrainiens n’ont pas été complètement obligés d’évacuer l’école, le conflit armé a altéré la qualité de leur éducation. Certaines écoles ont dû fermer pendant des périodes de lutte intense, avec pour conséquence des mois de cours perdus. Des heures de cours ont également été perdues à cause des sureffectifs quand les écoles endommagées attendaient d’être réparées et envoyaient leurs élèves dans d’autres écoles, souvent pendant de longues périodes car les écoles n’ont pas les moyens de réparer ou de convertir les systèmes de chauffage abîmés.

Les enfants ont rencontré des obstacles simplement pour atteindre leurs écoles à cause des hostilités en cours, des restrictions de déplacements imposées par le gouvernement et du manque de transports.

« Les enseignants et les parents des deux côtés de la ligne d’affrontement ont fait preuve d’un immense engagement pour que l’éducation des enfants continue malgré la guerre », a ajouté Yulia Gorbunova. « Les parties en guerre devraient aussi faire bien plus pour éviter de nuire irrémédiablement à la sécurité et à l’éducation des enfants. »

DONBASS : une immersion inédite au cœur de la guerre en Ukraine de l’Est



Le film documentaire est en avant-première mondiale au Festival Au cœur des Droits Humains, du 1er au 31 mars 2016 dans la région PACA.

Anne-Laure Bonnel, jeune réalisatrice et mère de famille française, décide d’accompagner Alexandre, un père de famille d’origine ukrainienne, dans la région du Donbass, à l’est de l’Ukraine en zone pro-russe. Au cœur de la guerre, elle capte les images terribles d’un conflit meurtrier et d’un désastre humanitaire sans précédent. Donbass est un road-movie immersif, un film documentaire saisissant dans un pays déchiré. A découvrir en avant-première au Festival Au cœur des Droits Humains.

Filmer la guerre, ce n’est pas filmer les combats


 Si la guerre est un spectacle, on a souvent tendance à oublier ce qui s’y trouve autour. Dans son hors-champs, des populations entières essaient de vivre ou plutôt de survivre. Donbass leur donne la parole. A travers son documentaire, Anne-Laure Bonnel se penche sur le conflit dans son universalité et filme cet « à côté » qu’on ne nous montre pas assez.
 
La réalisatrice infiltre ainsi le quotidien des populations civiles. Prisonnières de cette situation, elles sont les premières victimes du conflit. A travers l’œil de sa caméra, Anne-Laure Bonnel capte leurs cicatrices, leurs plaies, celles qu’on ne voit pas mais qui dureront des années : la peur, le deuil, le chaos.


Du jour au lendemain, pas si loin de Paris, la vie quotidienne d’êtres humains a basculé. Anne-Laure Bonnel nous conduit dans ce vacillement qui a altéré la vie de milliers de gens, plongés dans la réalité d’une guerre du XXIe siècle, en plein cœur de l’Europe ; elle nous fait regarder en face la violence dont l’homme est capable. Penser la violence pour mieux la contenir, tel est le leitmotiv de Donbass.
 
Des images inédites en Europe au cœur de la zone séparatiste.



 Dans son premier film, la réalisatrice nous guide au cœur d’une guerre qui ne dit pas son nom. Le parti pris est de donner aux spectateurs très peu d’éléments sur le contexte politique et de se concentrer ainsi sur un visage humain ou sur une réalité qui de loin peut paraître totalement abstraite. Le conflit a fait plus de 10.000 morts civils en onze mois.
 
Malgré le danger, la jeune cinéaste est partie sur le terrain en Janvier 2015. De ce conflit en zone séparatiste, nous français, ne savons en réalité pas grand-chose puisque le Gouvernement Ukrainien limite l’accès des journalistes à la zone de conflit. Anne-Laure Bonnel a réussi néanmoins à y pénétrer en passant par la Russie. Un périple compliqué et extrêmement dangereux. Au cours du tournage, un technicien a été kidnappé puis assassiné.


Par ses images authentiques et exigeantes, Donbass ressemble à un road-movie à la recherche des oubliés. Mais c’est aussi et surtout une métaphore de la guerre qui se regarde à hauteur d’homme, loin de toutes considérations politiques.

 Le film se construit comme des fragments de douleur sur la vie quotidienne de gens ordinaires. Un travail qui ne se situe pas dans le voyeurisme mais dans l’humanisme pour comprendre que la paix est un combat de tous les instants.
 
Donbass est une ode à la paix universelle dans un monde où la violence des hommes gagne de plus en plus du terrain.
 
« Il faut que nous soyons capables de regarder en face la violence dont l’homme est capable pour ne jamais oublier ce que la guerre fait aux hommes. » Anne-Laure Bonnel



Donbass : Avant-Première Mondiale au Festival Au cœur des Droits Humains
Du 1er au 31 mars 2016 Dans 20 villes de la région PACA et de la Corse
Projections :
 le mercredi 9 mars à 20h30 au cinéma Le Mercury (Nice)
 le dimanche 13 mars à 10h30 au cinéma Les Arcades (Cannes)
Photo DR.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Александр le Ven 12 Fév - 11:32

Le rapport du jours de l'OSCE.

MFA: Not Any Point Of Minsk Agreements Fulfilled By Russia

The Russian Federation has not fulfilled a single point of the Minsk Agreements it has signed. 
            
This was stated by the Foreign Ministry spokesperson Mariana Betza, ‘Interfax Ukraine’ reports.

“As of today, none of the points of the Minsk Agreements has been fulfilled. Russia-controlled illegal armed formations continue intensive systematic attacks of the positions of Ukrainian Armed Forces. In particular, 1,2 thousand attacks took place along the whole demarcation line in January. Heavy weapons have not been withdrawn so far”, Betza stated.

As the United States Ambassador to Ukraine Geoffrey R. Pyatt stated, sanctions against the Russian Federation will remain in force until the Minsk Agreements are fully implemented.

Comme tous les accords signé par la Russie.

Militants Tried To Cross Demarcation Line In Donetsk Region

Yesterday, on February 10, Ukrainian border guards and servicemen of Ukrainian Armed Forces prevented a sabotage-reconnaissance group of terrorists from crossing the demarcation line in Donetsk region. 
            
This was reported today, February 11, by Col. Oleksandr Motuzyanyk, Presidential Administration spokesperson on ATO issues.

“Yesterday, Ukrainian border guards and military did not let the reconnaissance and sabotage group of the enemy to cross the demarcation line near Marinka checkpoint”, Motuzyanyk reported.

Ukrainian forces opened fire and the group consisting of five people was forced to retreat.

Previously, on February 9, terrorists opened fire at Marinka checkpoint from their positions in the village of Olexandrivka. They used AGS-17. The grenades were exploding in the close proximity to the Marinka checkpoint. At that particular moment, civilians were present in the area. Border guards have immediately started evacuation to prevent human losses. No casualties were reported in the attack.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  benoit77 le Ven 12 Fév - 22:13

un an après MinskII :



http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/accords-de-minsk-un-apres-rien-n-change-765939



http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/11/paris-et-berlin-s-inquietent-des-ambiguites-de-kiev_4863681_3214.html
avatar
benoit77

Messages : 1689
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  орис le Sam 13 Fév - 13:53

http://www.boursorama.com/actualites/ukraine-pour-kerry-les-sanctions-contre-la-russie-doivent-etre-maintenues-aussi-longtemps-que-necessaire-88d3d1892f073259936974738e37b114

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré samedi que les sanctions imposées à la Russie en raison de la crise ukrainienne devaient être maintenues "aussi longtemps que nécessaire", alors que certains pays européens, dont la France, visent leur levée.

"Je suis confiant dans le fait que l'Europe et les Etats-Unis vont continuer à rester unis, à la fois pour le maintien des sanctions aussi longtemps que nécessaire et pour l'octroi de l'assistance nécessaire à l'Ukraine. Le choix pour la Russie est simple: appliquer pleinement l'accord de Minsk (sur l'Ukraine) ou continuer à faire face à des sanctions pénalisantes économiquement", a-t-il dit à la Conférence sur la sécurité de Munich (sud de l'Allemagne).

-------

http://forum-ukrainien.forumactif.org/viewtopic.forum?t=1432

орис

Messages : 135
Date d'inscription : 09/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'invasion Russe en Ukraine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum