Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 17 Mai - 10:45

La France prête à signer l'accord d'association entre l'UE et l'Ukraine selon des informations en provenance de Paris

PARIS, May 16, 2013 /PRNewswire/ --

Les signes témoignant de la volonté des pays membres de l'UE de voir l'Ukraine finaliser son accord d'association avec l'UE se multiplient suite à des informations en provenance de Paris selon lesquelles le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault serait disposé à ratifier le document dès lors qu'il aura été finalisé en fin d'année.

C'est ce qu'a affirmé le Premier ministre lituanien Algirdas Butkevičius après avoir rencontré son homologue français cette semaine :

« La France est également désireuse de signer l'accord d'association avec l'Ukraine sous réserve, bien entendu, a indiqué le Premier ministre français que les conditions requises soient réunies », a fait savoir Algirdas Butkevičius au Baltic News Service.

La France deviendrait ainsi l'un des premiers des 27 États membres de l'UE à ratifier l'accord après sa signature par les parties concernées, une signature qui interviendra vraisemblablement à l'occasion du Sommet du Partenariat oriental de Vilnius en novembre.

L'Ukraine a été avertie de ce que le processus de ratification par chaque pays pourrait durer des mois, mais les nouvelles positives récentes en provenance de Paris constituent un encouragement pour Kiev. L'aval d'un membre aussi important de l'UE devrait en effet accélérer les décisions des autres pays membres qui pourraient activer le processus de ratification.

La signature de l'accord à Vilnius est désormais plus probable que jamais compte tenu des efforts déployés par l'Ukraine pour satisfaire les critères requis, a indiqué le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkyavichus.

Il a affirmé que la décision prise cette semaine par la Commission européenne de recommander au Conseil de signer l'accord d'association constituait une « étape technique mais n'en était pas moins très importante ».

« L'UE agit comme prévu sur les aspects techniques et juridiques. La réussite ultime de l'opération dépendra des progrès réalisés par l'Ukraine. Si l'Ukraine est prête, l'UE le sera également », a-t-il déclaré.

L'Ukraine a mis en place une série de mesures pour se mettre en conformité avec les normes et pratiques de l'UE, réformant notamment ses codes pénal et fiscal et votant un projet de loi simplifiant le régime d'octroi de visas qui, pas plus tard que cette semaine, a été approuvé par le Conseil de l'Europe.

Le pays a également négocié avec Bruxelles la création d'une zone de libre-échange approfondi et complet, pierre angulaire du processus d'intégration économique, qui en vertu d'une disposition spéciale verrait le jour avant la ratification de l'accord d'association par les pays membres de l'UE.



SOURCE Ukraine Monitor


Un pas vers? Very Happy

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 17 Mai - 11:22

Il semblerait bien que oui:



La Commission européenne propose de conclure l'accord d'association avec l'Ukraine

KIEV, Ukraine, May 16, 2013 /PRNewswire/ --

La Commission européenne a adopté les propositions de décision du Conseil de l'UE relatives à la signature, l'application provisoire et la conclusion de l'accord d'association entre l'UE et l'Ukraine, indique le communiqué de presse de la Commission publié à cet égard. La déclaration politique accompagnant ces propositions stipule : « Il appartient maintenant aux autorités ukrainiennes de résoudre les problèmes en suspens pour que l'accord puisse être signé. Il s'agirait là d'une avancée historique dans les relations entre l'UE et l'Ukraine. »

L'adoption des propositions « permet techniquement à l'UE d'aller de l'avant avec les accords préparatoires requis sans écarter quelque décision que ce soit », souligne la Commission. La Commission attire l'attention sur le fait que le possible accord d'association avec l'Ukraine, paraphé en mars 2012, est « le premier d'une nouvelle génération d'accords d'association entre l'Union européenne et les pays associés au Partenariat occidental ».

La décision prise parla Commission européenne est une incitation forte pour toutes les branches du pouvoir en Ukraine à mettre en place les mesures requises en vue de la signature de l'accord d'association avec l'UE en novembre 2013 lors du Sommet du Partenariat oriental de Vilnius, a fait remarquer dans la presse Kostiantyn Yeliseyev, commissaire ukrainien à la politique étrangère et aux procédures d'intégration.

Pour que l'accord d'association puisse être signé, l'Ukraine doit suivre les recommandations formulées en conclusion de la réunion du Conseil de l'UE du 10 décembre 2012. Les trois domaines clés dans lesquels l'Ukraine doit prouver qu'elle a pris des mesures énergiques et accompli des progrès tangibles sont les suivants : mise en place des réformes préalablement convenues, suppression des pratiques de justice sélective et conformité des élections législatives de 2012 avec les normes internationales.

Les accords d'association sont des accords internationaux conclus entre l'UE et des pays tiers en vue d'améliorer les relations bilatérales. Certains accords font expressément état de la possibilité pour le pays tiers de devenir candidat à l'adhésion au sein de l'Union (comme, par exemple, l'accord d'association et de stabilisation signé avec la Bosnie-et-Herzégovine en juin 2008) tandis que d'autres prévoient la mise en place d'une union douanière (comme le traité conclu avec la Turquie en 1963) ou la création d'une zone de libre-échange de marchandises (association avec le Chili, par exemple).

L'accord avec l'Ukraine prévoit un renforcement de la coopération politique et la mise en place d'une zone de libre-échange approfondi et complet entre les parties. De par le nombre de domaines couverts, les engagements et calendriers spécifiés dans le détail, ce document n'a pas son pareil, selon le site Internet de l'Union européenne.



SOURCE Worldwide News Ukraine


Sur le site de la commission:

http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-436_en.htm

Désolé, seulement disponible en Anglais. Embarassed


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Thuramir le Sam 18 Mai - 18:58

Enfin une bonne nouvelle pour les ukrainiens de base !

A vérifier avec attention pour le suivi cependant.
avatar
Thuramir

Messages : 2130
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Jeu 6 Juin - 9:53

Ukraine et Union européenne, les avantages de l’association

L’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne, qui sera signé en novembre, sera une opportunité de développement important pour l’Ukraine, mais aussi pour l’ensemble de l‘économie européenne. C’est ce qu’a déclaré le ministre des Affaires étrangères ukrainien Leonid Kozhara, en visite à Paris, où il a rencontré son homologue français Laurent Fabius.

Avant la réunion ministérielle, Kozhara a rencontré un groupe de journalistes, des diplomates, des parlementaires et des experts dans les relations entre Kiev et l’Europe.

L’accord ne concerne pas une adhésion possible de l’Ukraine à l’Union européenne, a précisé le ministre. Néanmoins, il prévoit un accord politique sur les réformes visant à aligner Kiev sur les normes européennes ainsi qu’un accord de libre-échange.

L’application de ce dernier sera difficile, au moins initialement, en particulier dans le secteur agricole qui bénéficie d’une quantité non adéquate de placements, a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne. Kiev s’engage à ne pas appliquer de droits de douane sur les marchandises européennes, ce qui sera ne excellente opportunité pour les entreprises européennes qui bénéficieront d’un accès facilité au marché ukrainien. Pour ne citer qu’un exemple, les voitures produites dans l’UE sont actuellement l’objet d’une taxe à l’importation de 15 pour cent.

Pressé de s’exprimer sur le respect des droits de l’homme dans son pays, sujet qui fera partie de l’accord avec l’Union européenne, le ministre Kozhara a déclaré que l’Ukraine était le champion du changement démocratique parmi les pays de l’ex-bloc soviétique (sic).


Belles promesses . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Thuramir le Dim 9 Juin - 0:15

"Pressé de s’exprimer sur le respect des droits de l’homme dans son pays, sujet qui fera partie de l’accord avec l’Union européenne, le ministre Kozhara a déclaré que l’Ukraine était le champion du changement démocratique parmi les pays de l’ex-bloc soviétique (sic)".

Il se fout de la gueule de qui là, le sieur Kozhara ? Sans doute a-t-il "oublié" que l'Ukraine est le pays le plus condamné devant la Cour européenne des droits de l'homme.
avatar
Thuramir

Messages : 2130
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Lun 10 Juin - 10:17

D'où mon "sic"!! Wink



L'Ukraine souhaite une ouverture des négociations pour intégrer l'UE


L'Ukraine a réitéré son souhait que soit fixée une date d'ouverture des négociations pour une adhésion du pays au sein de l'Union européenne (UE). En visite à Belgrade, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a prit pour modèle l'exemple de la Serbie dans ses relations avec l'Union "dans le cadre de notre aspiration commune à un rapprochement avec l'UE".

A la mi-mai, Mme Catherine Ashton, représentante de l'executif européen pour les affaires étrangères, avait averti Kiev qu'il lui restait trois mois pour remplir les conditions indispensables à la signature d'un accord d'association avec l'Union. Bruxelles prendra une décision en septembre à ce sujet.

LE CAS TIMOCHENKO, OBSTACLE À L'ADHÉSION

Le principal obstacle à un tel accord reste l'incarcération depuis 2011 de l'ex-première ministre Ioulia Timochenko, condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir. Opposante à M. Ianoukovitch, elle est aussi jugée pour fraude fiscale et inculpée de complicité dans l'assassinat d'un député en 1996.


Le président Ianoukovitch, qui espère obtenir en novembre la signature d'un accord d'association historique avec l'Europe, se trouve ainsi devant un choix pénible : libérer Mme Timochenko, en lui permettant de réintégrer le jeu politique malgré une certaine popularité ; la maintenir en détention ou précipiter les autres enquêtes contre elle, en s'exposant à l'accusation d'acharnement.

Lire aussi : L'Ukraine condamnée pour l'emprisonnement de Ioulia Timochenko

L'Union européenne, qui a fait de ce cas un préalable à tout rapprochement avec l'Ukraine, en tirerait alors les conséquences. Au terme du sommet entre l'Union et l'Ukraine, le 25 février, un communiqué commun rappelait l'"engagement ferme" de Kiev à respecter et appliquer les décisions de la Cour européenne des droits de l'homme.



Ukraine : "L'intégration européenne est notre objectif stratégique"




Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Leonid Kojara, à Helsinki, le 28 mai. | LEHTIKUVA/JUSSI NUKARI/AFP

Le temps presse pour l'Ukraine. Si Kiev veut obtenir la signature d'un accord d'association et de libre échange avec l'Union européenne (UE), il lui faut donner des gages en matière d'État de droit. Notamment en libérant Ioulia Timochenko, l'ancienne première ministre. Fin novembre, un sommet du Partenariat oriental déterminant aura lieu à Vilnius. Dans un entretien au Monde, le ministre des affaires étrangères, Leonid Kojara, explique la position de son pays.

Quelles sont les chances de signer l'accord d'association et de libre échange avec l'UE en novembre ?

Leonid Kojara : J'espère qu'il sera signé. Dans le pire des cas, on manquerait une occasion historique unique. En 2014 auront lieu les élections européennes, l'attention sera ailleurs. En 2015, ce seront les élections présidentielles en Ukraine. L'UE ne voudra pas offrir un tel avantage à l'un des candidats. Ensuite, c'est le brouillard. En cas d'échec cette année, le terme d'espace post-soviétique continuerait d'exister, au lieu de permettre à l'Ukraine d'en sortir. On en pâtirait, l'UE aussi. Je l'ai dit à M.Fabius : pour la France, l'accord signifierait des milliers d'emplois, avec la fin des tarifs douaniers et l'ouverture de notre marché de 46 millions de personnes.

La libération de Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis août 2011, est une condition posée par des membres de l'UE pour signer l'accord d'association. Etes-vous prêt à sacrifier ce rendez-vous pour la garder en détention ?

Cette affaire ne peut être résolue par des moyens politiques. L'an dernier, le Parlement européen a adopté une résolution sur l'Ukraine où il nous appelait à libérer Timochenko "sans conditions". Cette résolution, initiée par la droite européenne, réclamait une solution politique. Ce n'est pas possible ! On ne peut pas dire qu'il y a une justice sélective en Ukraine, puis nous demander d'ignorer la loi !

Le grand problème de Ioulia Timochenko est son refus de coopérer avec les services d'enquête. Si elle avait choisi une défense juridique, je pense que la décision du tribunal [qui l'a condamnée à sept ans de prison pour "abus de pouvoir"] aurait été différente. Aujourd'hui encore, elle mobilise ses partisans, elle réclame sa libération et menace de nous mettre en prison le jour où elle prendra le pouvoir. Toutes les procédures ne sont pas finies. Après la décision de la Cour européenne des droits de l'homme [qui a rendu un avis sévère sur l'arrestation illégale de Mme Timochenko et son traitement judiciaire], on a encore deux mois pour faire appel. Pour l'heure, il n'y a pas eu de décision de prise.


Mais pourquoi ne pas la gracier, comme son ancien ministre, Iouri Loutsenko ?

La grâce n'est pas une décision politique mais juridique. Pour Loutsenko, il y avait une demande de son épouse et de la Défenseur des droits. Timochenko refuse de signer une demande de grâce. Le président Ianoukovitch ne peut donc prendre cette mesure.

L'Ukraine a obtenu, fin mai, un statut d'observateur au sein de l'Union douanière, composée de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan. Quel est l'intérêt pour Kiev ?

Pour l'Ukraine, l'essentiel n'est pas d'intégrer l'Union douanière, mais d'éviter de se désintégrer. Nos secteurs stratégiques restent très intégrés dans l'économie de l'Union. Les avions Antonov sont produits à 50 % en Ukraine, le reste l'étant en Russie, au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Cela concerne aussi l'industrie spatiale, avec des programmes communs, ou la coopération dans l'industrie militaire.

Nous avons souhaité, dès le départ, que l'Union adopte un format 3+1, avec un statut d'observateur pour l'Ukraine. Nous voulons absolument savoir ce qu'il s'y passe. La Russie était sceptique, ce genre de statut n'étant pas prévu dans les 240 accords déjà conclus. Au bout de deux ans de négociations, nous l'avons obtenu. Ce statut ne contredit pas nos engagements devant l'Union européenne.

Mais s'agit-il du premier pas vers l'intégration dans une Union eurasienne ?

Ça peut l'être, ou pas. Pour le moment, on exclut cette possibilité. Nous avons pris des engagements. L'intégration européenne figure dans la législation ukrainienne, c'est notre objectif stratégique. Mais le statut d'observateur nous permet de participer à tous les organes de l'Union douanière, sans droit de vote, avec la possibilité de s'exprimer. Nous en avons informé nos partenaires européens. Nous n'avons pas entendu d'objections.

Mais vous continuez, en somme, à jouer Bruxelles contre Moscou, ou le contraire, en fonction du moment...

C'est un jeu de balancier, c'est vrai. Il y a eu énormément de déclarations de dirigeants russes nous invitant à rejoindre l'Union douanière. Mais cela ne signifie pas que l'Ukraine exerce un chantage vis-à-vis de l'UE. Nous ne faisons que suivre nos intérêts nationaux. Nous nous devons d'entretenir de bonnes relations avec l'UE comme avec la Russie. L'Allemagne est son premier partenaire dans l'UE. Leurs échanges s'élevaient, en 2011, à 80 milliards de dollars [60,4 milliards d'euros]. Suivait l'Italie avec 50 milliards de dollars. Nous étions à 57 milliards. Cela veut dire que l'Ukraine est réellement importante pour la Russie, et pas seulement le contraire.



Y en a qui doutent de rien quand même!! Shocked

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Mer 12 Juin - 9:26

L'Ukraine vers un rapprochement avec l'Union européenne


11 juin 2013 Par Jean-Sébastien Bamvilla



Alors que Poutine drague l'Ukraine, et que cette dernière se verrait bien intégrer l'Union européenne, le Vieux Continent devra trancher en novembre prochain : s'associer à un pays qui panse encore ses plaies, mais plein d'avenir, ou le laisser définitivement dériver dans le sillage de Moscou.





L'histoire de l'Ukraine est aliénée à celle de la Russie. Enclavé entre le colosse slave et la vieille Europe, le pays, d'une superficie égale à celle de la France, a longtemps été considéré comme le "grenier" de la Russie tsariste pour sa fertilité, avant de devenir, sous Staline, le terreau d'une industrialisation galopante. Il faudra attendre 1991 et l'effondrement du bloc soviétique pour que l'Ukraine accède à son indépendance.



Depuis, c'est un long chemin de croix, mais ça va, ça va, l'Ukraine se remet peu à peu. Elle s'engage chaque jour un peu plus dans le combat pour le respect et la protection des minorités ou des données personnelles, par exemple. Alors bien sûr, on n'efface pas sept décennies d'allégeance au régime soviétique d'un coup de baguette magique, mais dans l'ensemble les choses vont bon train. Tant et si bien que l'Ukraine se prend à espérer signer un accord d'association et de libre échange avec l'UE, en novembre prochain, à l'occasion du sommet du Partenariat oriental de Vilnius.



Pour le pays, ce sommet est crucial. S'il manque le coche, son intégration à l'Union européenne serait remise aux calendes grecques. Dans en entretien accordé au Monde, Leonid Kojara, ministre ukrainien des Affaires étrangères, s'en explique : "En 2014 auront lieu les élections européennes, l'attention sera ailleurs. En 2015, ce seront les élections présidentielles en Ukraine. L'UE ne voudra pas offrir un tel avantage à l'un des candidats. Ensuite, c'est le brouillard. En cas d'échec cette année, le terme d'espace post-soviétique continuerait d'exister, au lieu de permettre à l'Ukraine d'en sortir".



Pour l'Ukraine, l'entrée dans l'Europe serait une véritable aubaine. Elle représenterait un coup de pouce énorme en matières économiques et sociales, l'élément déclencheur qui autoriserait Kiev à embrayer pour de bon sur l'autoroute de la démocratie. Mais on aurait tort de croire que l'Europe n'y trouverait pas non plus son compte. L'intérêt est ici réciproque.



Toujours pour Le Monde, Leonid Kojara livre son analyse : " (...) pour la France, l'accord signifierait des milliers d'emplois, avec la fin des tarifs douaniers et l'ouverture de notre marché de 46 millions de personnes." On peut le voir comme ça, oui. On peut aussi évoquer le fait qu'une grande partie du gaz russe en direction du continent européen transite par l'Ukraine, et qu'il vaut donc mieux s'en faire un allié. Enfin, notons que l'Ukraine n'a rien perdu de sa puissance agricole, autre atout essentiel.



Ces éléments suffiront-ils à faire pencher la balance lors du prochain sommet de Vilnius ? Impossible à dire, à l'heure actuelle. Toujours est-il que les Etats membres feraient bien de s'intéresser d'un peu plus près au dossier ukrainien, pour ne pas faire manquer à cette ancienne antichambre de la Russie son rendez-vous avec le bon côté de l'Histoire, enfin.



Pourvu que ça se passe (enfin) bien!!


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Lun 17 Juin - 15:01

Restons optimiste:

Le commissaire chargé de l'élargissement européen est convaincu que l'accord d'association avec l'Ukraine sera signé


 
Stefan Füle, commissaire chargé de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage, a fait part vendredi de sa certitude que l'accord d'association avec l'Ukraine sera signé et les accords avec d'autres partenaires y compris la Moldavie seront initiés au cours du sommet du partenariat oriental qui se déroulera en novembre à Vilnius.


Lorsqu'on lui a demandé si le sommet de Vilnius serait considéré comme un échec si l'accord d'association avec l'Ukraine n'était pas signé, il a répondu : « Le partenariat oriental ne sera pas un échec. »


Il a souligné que l'Ukraine devait respecter certaines conditions pour garantir la signature de l'accord tout en ajoutant qu'il n'a aucune raison de douter de la poursuite du processus.


Suite à une réunion avec Yuri Lenk, premier ministre de Moldavie, M. Füle a déclaré : « Nous sommes déterminés, ainsi que le premier ministre Lenk et les autres membres du partenariat oriental, à obtenir des résultats et répondre aux attentes en profitant du sommet de Vilnius pour signer et initier ces accords très importants avec nos partenaires. »


Il a ajouté que la réunion du conseil de coopération au Luxembourg au mois de juin « représente une autre occasion de faire le point sur la situation actuelle et sur ce que nous devons faire pour continuer de progresser. »


Le mois dernier la Commission européenne a donné le feu vert pour l'accord d'association et a transmis sa décision au Conseil européen, qui est constitué des 27 membres de l'union, pour la ratification finale.


La recommandation indique que l'Ukraine a pris des mesures positives pour la conformité aux conditions posées par le conseil européen des ministres au cours du mois de décembre de l'année dernière.


L'Ukraine a depuis lancé d'importantes réformes conçues pour harmoniser ses lois avec les normes européennes, y compris son code pénal et son code fiscal ainsi que des améliorations au droit électoral. Le pays a également simplifié le régime des visas et adopté une nouvelle législation anti-discrimination très stricte.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Thuramir le Jeu 27 Juin - 23:39

Et pourtant rien ne change !

La corruption se maintient à un niveau identique à ce qu'elle était avant les soi-disant réformes et les droits des citoyens ukrainiens restent toujours autant bafoués, sinon plus, que par le passé.

Toutes ces annonces ne constituent que de la poudre (politique) aux yeux...

Il ne faut pas être dupe et faire tout ce qui est possible pour que les politiciens européens ne signent pas une convention d'association avec l'Ukraine, qui conforterait et qui pérenniserait de telles pratiques antidémocratiques. Faire le contraire aurait pour effet de blanchir les pratiques illégales et les capitaux sales d'une mafia politico-financière.
avatar
Thuramir

Messages : 2130
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Mer 13 Nov - 13:39

Cette journée de mercredi était considérée comme cruciale et le dernier délai, les émissaires européens -- l'ex-président polonais Aleksander Kwasniewski et l'ex-président du Parlement européen Pat Cox -- devant présenter jeudi leur rapport définitif aux Européens avant le sommet du partenariat oriental de l'UE à Vilnius les 28-29 novembre, où était prévue la signature de l'accord d'association.
Mais le Parlement ukrainien a refermé mercredi sans avoir abouti une session extraordinaire convoquée pour décider du sort de Mme Timocheno, et à laquelle assistaient MM. Kox et Kwasniewski.
Il s'agissait de voter une loi permettant à l'ex-Premier ministre, qui souffre de hernies discales de se rendre à l'étranger pour des soins médicaux.
Aucun projet de loi de compromis n'a finalement été présenté par un groupe de travail composé de députés pro-pouvoir et d'opposition.
"Honte", crie l'opposition
"Je clos la séance extraordinaire du Parlement. La prochaine séance aura lieu le 19 novembre", a déclaré Volodymyr Rybak.
Arseni Iatseniouk, allié de Mme Timochenko, a accusé le président Viktor Ianoukovitch de saper la signature de l'accord d'association avec l'UE.
"Le parti des Régions (du président) a refusé d'examiner un projet de loi sur le départ de Timochenko à l'étranger, l'administration présidentielle m'a répondu par écrit que Ianoukovitch n'avait pas l'intention de gracier Timochenko. C'est la réponse à la question de savoir s'il est prêt à signer l'accord", a-t-il déclaré.
"Nous voulons dire à Ianoukovitch: les voyages à Moscou ne servent à rien. On ne peut pas marchander les intérêts du pays, le pays ne vous le pardonnera pas", a-t-il poursuivi.
Il faisait référence à un mystérieux voyage de M. Ianoukovitch samedi dernier en Russie, pays qui voit d'un très mauvais oeil la perspective d'un accord d'association entre Kiev et l'UE.
Les députés du parti des Régions, pro-pouvoir, et des entrepreneurs avaient déjà douché les espoirs des pro-européens en demandant mardi soir au président Ianoukovitch de reporter d'un an la signature de l'accord avec l'UE pour mieux préparer l'industrie ukrainienne aux exigences européennes.
Le président a demandé au gouvernement d'examiner "immédiatement" ces propositions des milieux économiques.
"Les entrepreneurs préparent un alibi pour le président au cas où la signature échouerait", écrivait mercredi le quotidien Kommersant.
Les relations avec la Russie
"La question numéro un pour l'économie nationale est la normalisation des relations avec la Russie", a résumé le Premier ministre, Mykola Azarov, en ouvrant une réunion du gouvernement mercredi.
La Russie, qui pèse depuis des années de tout son poids pour attirer l'Ukraine dans son projet d'union économique et douanière de pays de l'ex-URSS, a multiplié les mises en garde à l'adresse de Kiev.
Selon plusieurs experts ukrainiens, M. Ianoukovitch préfère renoncer à l'accord d'association plutôt que de libérer Mme Timochenko, son ex-rivale à la présidentielle de 2010, qui purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir.
Le cas de Timochenko, considéré en Europe comme un exemple de justice sélective, a entraîné une grave crise dans les relations entre l'Ukraine et l'Union européenne.
En visite à Kiev en octobre, le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, dont le pays est prêt à accueillir Mme Timochenko pour des soins médicaux, avait averti Kiev que la "fenêtre d'opportunité" pour un rapprochement avec l'UE pourrait se renfermer.
Mme Timochenko, en détention depuis l'été 2011 et hospitalisée l'année suivante, s'est adressée mardi aux Européens dans une lettre transmise à la presse par sa fille. Elle a appelé les leaders européens et les opposants ukrainiens à tout faire pour que l'accord d'association soit signé "quelles que soient les circonstances".
"On ne peut pas admettre que des accords en coulisses et les phobies personnelles de Ianoukovitch mettent une croix sur les aspirations européennes de l'Ukraine", a-t-elle écrit dans cette lettre.
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 10 Jan - 12:07

Je reprends ce topic, puisque cette actualité revient . . .

L'Ukraine souhaite entamer de nouveaux pourparlers avec l'UE sur un accord de partenariat
( Xinhua )
10.01.2014 à 08h26

Le quotidient du peuple

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Mer 15 Jan - 16:48

Mais il a son pendant:

L'Ukraine se rapproche à petits pas de l'Union douanière menée par Moscou

15/01 | 14:36

Le gouvernement ukrainien, contesté dans la rue depuis fin novembre par les pro-Européens, a approuvé mercredi un programme de coopération avec d'ex-républiques soviétiques, membres de l'Union douanière pilotée par la Russie.
Le gouvernement a approuvé un programme de coopération d'ici à 2020 qui "ne prévoit toutefois pas l'adhésion de l'Ukraine" à l'organisation, a déclaré à l'AFP Viktor Souslov, le représentant de l'Ukraine dans ce processus d'intégration, à l'issue du conseil des ministres.


LesEchos.fr

Pas une bonne nouvelle ça!  Evil or Very Mad

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Invité le Mer 15 Jan - 21:17

Une décision de "justice" interdit les manifestations pro-européennes pour les deux mois à venir !

Info France Inter

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Lun 3 Fév - 18:54

L’Ukraine et la grande peur de la Russie face à la démocratie

LE CERCLE. par Dominique Moïsi - Secouée par huit semaines de manifestations, l’Ukraine est victime de l’intransigeance d’un Poutine inquiet à l’idée que le renversement d’un pouvoir autoritaire ne donne des idées à sa propre opposition.

ÉCRIT PAR Dominique Moïsi
Professeur au King's College de Londres
Conseiller spécial à l'Ifri

Nous voulons vivre comme les gens vivent en Europe. » Depuis plus de deux mois, unis par cet espoir, des milliers d’Ukrainiens affrontent chaque soir un froid glacial. Animés par un mélange de colère et d’indignation, sinon de haine à l’encontre d’un régime qui propage le mensonge avec le même sans-gêne qu’il pratique la corruption, ils sont prêts à risquer leurs vies, comme l’ont fait ces jeunes étudiants, victimes le 19 janvier des violences policières. Pour tous ces manifestants le devenir de l’Ukraine pourrait-il se rapprocher à ce point de celui de la Biélorussie et tant s’éloigner de celui de la Pologne ? Nombreux sont les Ukrainiens qui ont travaillé et vécu en Pologne, membre depuis 2004 de l’Union européenne. Ils savent trop bien ce qu’ils ont à gagner d’un rapprochement avec l’Union. Permettre au régime actuel de rester en place en dépit de son incompétence, de sa corruption et de sa violence, c’est tout simplement remettre en cause une indépendance et une liberté que l’Ukraine n’a connues que depuis vingt ans.

Mais, de l’autre côté, il y a l’intransigeance inquiète de la Russie et les divisions en profondeur d’une Europe frileuse et timorée.

« Sans l’Ukraine, la Russie peut rester un empire, mais elle n’est plus la Russie », titrait récemment « Russkoye Obozreniye », un périodique russe plutôt modéré. L’Ukraine n’est pas pour la Russie un simple enjeu stratégique et diplomatique, même si les Russes ne sont pas prêts à payer indéfiniment le coût de sa très mauvaise gestion. L’essentiel est ailleurs. Derrière des revendications historiques et culturelles que Moscou agite avec un talent consommé se cache une peur quasi existentielle. La démocratie à Kiev est, avant tout, une menace pour le pouvoir en place, et un modèle et un encouragement pour l’opposition russe : « Ce que les Ukrainiens ont fait, nous pouvons le faire nous aussi ! »

Existe-t-il aujourd’hui une solution de compromis qui puisse à la fois satisfaire les manifestants ukrainiens épris de liberté et de démocratie et une Russie désireuse de rétablir son hégémonie régionale, tout en confortant la nature de son régime ?

La réponse est très probablement « non ». Ainsi s’explique l’intensité et la durée de manifestations qui sont les plus violentes que l’Europe ait connues depuis l’éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990. Pour autant, la guerre civile n’est pas le scénario le plus probable. Le pouvoir a fait, la semaine dernière, des concessions significatives avec la démission du Premier ministre et le retrait des lois liberticides. « Trop tard et trop peu », répliquent les dirigeants de l’opposition, animés, comme ils peuvent légitimement l’être, d’une méfiance radicale à l’égard du pouvoir en place. La situation est d’autant moins claire que les acteurs de la pièce qui se joue en Ukraine sont multiples et n’ont pas nécessairement une stratégie bien déterminée. Les concessions faites par le pouvoir, encouragé sans doute par Vladimir Poutine, sont probablement avant tout tactiques : « Pas d’épreuve de force à la veille de l’ouverture des Jeux de Sotchi. » Mais cette volonté d’apaisement peut être aussi, sinon avant tout, le résultat des pressions exercées sur le pouvoir par les oligarques ukrainiens qui ont été jusqu’à présent les grands bénéficiaires et soutiens du régime. Ils craignent des sanctions économiques de la part de l’Europe et des Etats-Unis, qui pourraient conduire à un gel de leurs avoirs.

La marge de manœuvre du président Ianoukovitch est de fait très étroite. Son tempérament personnel le porterait sans doute à choisir l’épreuve de force. Il sait que, s’il n’est plus au pouvoir, il risque la prison ou l’exil. Il ne dispose plus chez les Ukrainiens de l’Est les plus « proslaves » du même soutien qu’hier. Il paie le prix de l’excès de corruption et de l’insuffisance de résultats de son équipe.

Du côté de l’opposition, l’absence d’un leader, qui soit à la fois charismatique et compétent, se fait cruellement sentir. L’ancien champion de boxe Vitali Klitschko a le charisme mais pas l’expérience.
La dérive extrémiste d’une petite minorité ultranationaliste, mise en avant, sinon manipulée, par le pouvoir et/ou Moscou, n’est pas le problème majeur de l’Ukraine. Fondamentalement – il ne faut pas se laisser abuser – ce n’est pas le vent mauvais du fascisme qui risque de souffler d’est en ouest si le rempart du régime en place venait à tomber. C’est bien au contraire le vent de la démocratie qui souffle à nouveau d’ouest en est.

L’Union européenne peut-elle se montrer à la hauteur de ce nouveau défi, le plus important sans doute depuis une décennie ? En Ukraine, il ne s’agit pas seulement de géographie au sens physique du terme, mais de « géographie des valeurs ». C’est au nom de ces valeurs que des Ukrainiens se battent depuis huit semaines. Ce sont ces mêmes valeurs que craignent tant le pouvoir en place et ses soutiens à Moscou. Le rêve de Poutine serait sans doute de voir l’Union européenne « payer » pour le maintien de l’Ukraine sous l’influence « stabilisatrice » de Moscou. Mais même une Europe molle et divisée ne peut y consentir.

Ne pas céder au chantage russe, rester ferme sur nos valeurs, réaliser que l’avenir de l’Ukraine est au moins aussi important pour l’ensemble des pays de l’Union – quelle que puisse être leur géographie, au Sud comme au Nord – que celui de l’Afrique et du Moyen-Orient, telle devrait être la conviction active de toutes les capitales européennes. Il ne s’agit pas d’ouvrir toutes grandes les portes de l’Union à l’Ukraine, mais de maintenir entrouvertes, par notre comportement ferme et digne, celles de l’espoir.
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Jeu 6 Mar - 16:55

Info, intox?  Shocked 

Ukraine-UE: Varsovie propose de signer d'urgence l'accord d'association



Le premier ministre polonais Donald Tusk a proposé jeudi de signer au plus vite l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, mis au point l'année dernière.

"Je propose une signature d'urgence de l'accord d'association. On a la chance de réussir, mais la résistance sera forte", a écrit le chef du gouvernement sur son compte Twitter.

L'Ukraine et l'UE auraient dû signer un accord d'association fin novembre lors du sommet de Vilnius, mais le gouvernement ukrainien a décidé de suspendre ce processus en raison des difficultés économiques. Cette décision a provoqué le mécontentement des partisans de l'intégration européenne qui ont organisé des rassemblements de protestation à Kiev et dans d'autres villes du pays qui ont dégénéré en troubles sanglants et amené finalement à un changement de pouvoir.

Le 22 février, la Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou conteste également la légitimité des décisions de la Rada.

Ria Novosti

L'Ukraine prête à signer l'accord d'association avec l'UE



L'Ukraine est prête à signer "dès que possible" l'accord d'association avec l'Union européenne que l'ancien président Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer en novembre.

"Le gouvernement ukrainien est déterminé à signer un accord d'association" avec l'UE, "nous sommes prêts à le signer dès que possible", a déclaré ce jeudi 6 mars le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk après une rencontre d'environ trois heures avec les chefs d’État et de gouvernement européens réunis en sommet à Bruxelles.

RTL.fr

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Ven 7 Mar - 13:58

La Pologne et les pays baltes y sont TRES favorables mais malheureusement la France et l'Allemagne trainent des pieds par frilosité comme d'habitude  Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 7 Mar - 14:02

Simplement dans leur logique. Ce ne sera pas donné (€€€).

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Mar 11 Mar - 16:54

Malgré tout, l'UE aide l'Ukraine:

Ukraine: l'UE offre des réductions douanières de quelque 500 millions d'euros par an

STRASBOURG, 11 mars 2014 - La Commission européenne a proposé mardi à l'Ukraine de fortes réduction des tarifs douaniers, pour un montant évalué à quelque 500 millions d'euros par an, dans le cadre de son vaste plan d'aide annoncé la semaine dernière.


"Nous avons décidé une série de mesures commerciales unilatérales", a annoncé le président de la Commission, José Manuel Barroso, en précisant que cela représentait un "bénéfice économique de 500 millions d'euros par an".

Il a rappelé que la Commission avait présenté la semaine dernière un plan d'aide massif en faveur de l'Ukraine d'un montant d'au moins 11 milliards d'euros, sous forme de prêts, de dons et d'avantages commerciaux.

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont décidé jeudi dernier lors d'un sommet extraordinaire consacré à la crise ukrainienne de signer le volet politique de l'accord d'association avec l'Ukraine avant les élections prévues le 25 mai.

Ils avaient décidé également de faire bénéficier Kiev par avance de la baisse de tarifs douaniers prévus dans l'accord de libre-échange lié à l'accord d'association, que l'UE espère signer à la fin de l'année.

Cette mesure unilatérale doit encore être approuvée par les Etats membres et par le Parlement européen. M. Barroso a souhaité que ce soit fait d'ici le mois de juin. Elle sera temporaire et doit s'appliquer jusqu'au 1er novembre 2014.

Par AFP

lexpress.fr

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 21 Mar - 11:33

C'est signé:

Kiev se rapproche de l'UE en signant un accord à Bruxelles

Bruxelles — L'Ukraine se rapproche vendredi de l'UE en signant le volet politique d'un accord d'association au sommet européen de Bruxelles, sur fond d'escalade des tensions entre Moscou et l'Occident sur la Crimée.

Les Européens marqueront ainsi un soutien fort à l'Ukraine, qui sera représentée à Bruxelles par le Premier ministre Arseni Iatseniouk.

Cette signature intervient alors que le ton s'est encore durci jeudi avec la Russie qui a répliqué du tac au tac à l'annonce d'un durcissement des sanctions américaines et européennes.

Les États-Unis ont frappé haut en visant de proches collaborateurs du président Vladimir Poutine, dont Sergueï Ivanov, son chef de cabinet. Ils ont ajouté vingt personnes à la liste des onze dont les avoirs sont déjà gelés.

Jeudi soir, les dirigeants de l'Union européenne, réunis à Bruxelles, ont emboité le pas en décidant l'ajout de 12 Russes et Ukrainiens pro-russes à leur liste, portant à 33 le nombre de personnes ciblées.

Le président Barack Obama a menacé Moscou d'aller plus loin et de viser des "secteurs clé" de son économie. "La Russie doit comprendre qu'une escalade supplémentaire ne fera que l'isoler davantage de la communauté internationale", a-t-il affirmé.

Quelques minutes après cette courte intervention à la Maison Blanche, la Russie publiait sa propre liste de sanctions visant trois conseillers de M. Obama et des parlementaires, dont le sénateur conservateur John McCain.

"Qu'il n'y ait aucun doute: à chaque acte hostile nous répondrons de manière adéquate", a prévenu le ministère russe des Affaires étrangères. Un porte-parole du Kremlin a qualifié d'"inacceptables" les sanctions contre la Russie.

La liste de l'UE, qui sera dévoilée vendredi, "est assez proche de celle des Etats-Unis", a précisé le président français François Hollande. "Elle concerne des personnalités ukrainiennes impliquées dans la vraie fausse consultation" sur le rattachement de la Crimée à la Russie, "ou russes".

"Certains sont vraiment haut placés", a souligné le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Il y en a qui "appartiennent au premier cercle" du président russe Vladimir Poutine, selon une source européenne.

De ce fait, l'UE s'attendait à faire elle aussi l'objet de mesures de rétorsion de la part de Moscou, selon un diplomate.

- "Précautionneux" -

Les Européens se sont par ailleurs entendus sur l'annulation du prochain sommet UE-Russie prévu en juin à Sotchi, ainsi que de réunions bilatérales entre leur pays et Moscou.

M. Van Rompuy a souligné qu'en l'absence de solution politique à la crise actuelle, la Russie s'exposerait à des "conséquences touchant de nombreux secteurs économiques". La Commission européenne a été chargée de préparer des "mesures ciblées".

Plusieurs pays de l'UE ont exprimé leurs fortes réticences sur les sanctions économiques, dans un contexte de forte progression des échanges avec la Russie ces dernières années et de dépendance énergétique.

"Nous devons être extrêmement précautionneux" car l'UE doit à la fois garder des armes en cas d'escalade ultérieure et "veiller aux intérêts" des Européens, a mis en garde le Premier ministre belge, Elio Di Rupo.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a eu jeudi avec son homologue russe Sergueï Lavrov un entretien téléphonique au sujet de la situation en Ukraine, a annoncé vendredi le ministère russe dans un très bref communiqué.

Préoccupée par les risques des sanctions, l'agence d'évaluation Standard & Poor's a abaissé jeudi à "négative" la perspective de la note de solvabilité de la Russie.

Dans la foulée, l'agence de notation financière Fitch a dégradé vendredi matin la perspective d'évolution de note de la dette souveraine de la Russie de stable à négative, expliquant craindre que l'incorporation de la Crimée à la Russie n'amènent les Occidentaux à élargir leurs sanctions.

La Bourse de Moscou chutait vendredi d'environ 3% dans la matinée.

- Navire ukrainien attaqué en Crimée -

Le gouvernement japonais a de son côté décidé de proposer une aide de quelque 710 millions d'euros sous diverses formes à l'Ukraine.

En Crimée, un groupe d'hommes armés s'est emparé de la corvette ukrainienne Ternopil, à l'ancre à Sébastopol. "Des grenades assourdissantes ont été utilisées lors de l'attaque et on a entendu des rafales d'armes automatiques", a annoncé un porte-parole ukrainien.

M. Iatseniouk a averti que l'Ukraine répondrait "militairement" à toute tentative russe d'"annexer" les régions de l'Est pro-russe du pays. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu a cependant assuré à son homologue américain Chuck Hagel que Moscou n'envahirait pas l'Est de l'Ukraine.

A Kiev, où est attendu vendredi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le Parlement a adopté jeudi une résolution affirmant que l'Ukraine "ne reconnaîtra jamais l'annexion" de la Crimée par la Russie et "ne cessera pas sa lutte pour sa libération, aussi longue et douloureuse qu'elle soit".

Kiev avait annoncé mercredi plusieurs mesures ponctuant la rupture avec Moscou, dont l'instauration de visas pour les Russes.
Parallèlement, Moscou a annoncé que son administration avait commencé à délivrer des passeports russes en Crimée.

Le Blitzkrieg institutionnel du rattachement de la péninsule est désormais presque terminé: la Douma a ratifié jeudi le traité signé mardi par M. Poutine avec les dirigeants pro-russes de Crimée. Les députés ont aussi adopté une loi constitutionnelle sur l'incorporation de la Crimée au territoire russe. Le Conseil de la Fédération (chambre haute) doit examiner ces deux textes vendredi.

Copyright © AFP 2014

AFP

Voir la réaction côté russe dans "propagande"

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Ven 21 Mar - 14:22

AFP 21/03/2014 à 12:19
L'Ukraine signe un accord historique avec l'UE

Les dirigeants européens ont apporté vendredi un soutien fort à l'Ukraine en signant le volet politique de l'accord d'association auquel s'était vivement opposée la Russie au début de la crise fin 2013.

"L'Union européenne soutient les Ukrainiens et leur droit de décider de leur propre avenir", ont affirmé les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE avant d'accueillir vendredi matin le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk.

Cette signature creuse un peu plus le fossé entre les Occidentaux et la Russie à l'issue d'une semaine de tensions croissantes autour de la Crimée.

Moscou est en passe de finaliser le rattachement de cette presqu'île russophone, qui a été ratifié vendredi à l'unanimité par la chambre haute du parlement russe, après l'avoir été la veille par la chambre basse.

Estimant que la situation ne montrait aucun signe de "désescalade", les Etats-Unis et l'UE ont décidé jeudi de durcir les sanctions visant des responsables russes ou ukrainiens pro-russes.

Washington a frappé haut en ciblant de proches collaborateurs du président Vladimir Poutine, dont Sergueï Ivanov, son chef de cabinet. Ils ont ajouté 20 personnes à la liste des onze dont les avoirs étaient déjà gelés.

Bruxelles a emboité le pas en décidant l'ajout de 12 Russes et Ukrainiens pro-russes à leur liste, portant à 33 le nombre de personnes ciblées. Les noms des nouveaux sanctionnés devaient être dévoilés en début d'après-midi par le Journal officiel de l'UE. "Certains sont vraiment haut placés", a souligné le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

La Russie n'avait pas annoncé de mesures de rétorsion vendredi matin à la décision européenne alors qu'elle avait immédiatement sanctionné jeudi trois conseillers du président Barack Obama et des parlementaires, dont le sénateur conservateur John McCain.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti que les tentatives d'isoler la Russie étaient "une voie sans issue".

Inédit dans l'histoire de l'UE, l'accord d'association vise à arrimer l'Ukraine à l'Union, sans pour autant déboucher sur son adhésion au bloc des 28.

L'UE et l'Ukraine étaient convenus de signer cet accord en novembre, mais le président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait fait volte-face sous pression de Moscou, déclenchant la crise qui a conduit à sa chute puis au rattachement de la Crimée à la Russie.

Seuls les chapitres "politiques" de l'accord ont été signés, ceux instituant une zone de libre échange ayant été renvoyés à la formation d'un gouvernement ukrainien issu des élections du 25 mai, et au lancement de réformes économiques demandées par le FMI.

A l'issue de la signature, M. Iatseniouk s'est affirmé convaincu que l'UE allait "parler d'une voix unie et forte" pour parer une escalade avec la Russie. "Dieu sait quel est l'objectif final pour la Russie (...) A-t-elle décidé d'imposer un nouvel ordre mondial?", s'est-il interrogé.

Il a appelé l'UE à prendre de "réelles" sanctions économiques contre la Russie, car c'est le "meilleur moyen de (la) contenir".

Les 28 ont cependant décidé de ne pas franchir pour l'instant cette étape, le stade 3 de sa réponse graduée à la crise, en raison notamment des conséquences économiques pour les Européens eux-mêmes.

Préoccupée par les risques de sanctions économiques, les agences d'évaluation Standard & Poor's et Fitch ont abaissé à "négative" la perspective de la note de solvabilité de la Russie.

"Étant donné que les banques et les investisseurs américains et européens pourraient avoir des réticences à prêter à la Russie dans les circonstances actuelles, l'économie pourrait ralentir davantage et le secteur privé pourrait avoir besoin d'aide publique", a expliqué Fitch.

Le gouvernement japonais a de son côté décidé de proposer une aide de quelque 710 millions d'euros sous diverses formes à Kiev.

L'Ukraine fait face à d'importantes difficultés économiques et financières, accentuées par l'annulation par la Russie des aides dans le domaine énergétique. Moscou a ainsi annoncé vendredi la suppression du rabais qu'elle accordait à l'Ukraine sur le prix du gaz en échange de l'utilisation d'une base navale en Crimée.

L'Ukraine va désormais devoir payer 480 dollars les 1.000 m3 de gaz, un des prix les plus élevés d'Europe, selon la presse économique russe.

L'UE a par ailleurs décidé d'accélérer les préparatifs pour signer "au plus tard en juin" un accord d'association avec la Géorgie et la Moldavie, deux autres anciennes républiques soviétiques souhaitant sortir de la sphère d'influence russe.
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Jeu 26 Juin - 17:17

C'est demain que Porochenko va signer à Bruxelles.
Mais il ne sera pas seul:

La Moldavie se rapproche de l'UE, quitte à fâcher Moscou


Pour Iurie Leanca, premier ministre moldave, ici à l'Elysée au côté de François Hollande le 16 juin dernier: «Cet accord est le plus efficace pour moderniser le pays».
Crédits photo : DOMINIQUE FAGET/AFP

REPORTAGE - La petite république voisine de l'Ukraine, qui signe ce vendredi son accord d'association avec les Vingt-Huit, prend ce faisant un vrai risque économique.

Ça soude, ça visse, ça assemble… Ion Chilianu, le directeur de la société Codrust, dans le village de Bucavats, au nord-ouest de Chisinau, veut dès septembre être prêt à vendre ses pommes, prunes ou raisins de table sur le marché européen. Il surveille lui-même la construction du bâtiment qui va abriter sa chaîne de calibrage et d'emballage «entièrement aux standards européens». «Les Russes peuvent décréter un embargo d'un jour à l'autre sur nos fruits», explique ce chef d'entreprise qui exploite 1000 hectares de vergers. Or les deux tiers des 300.000 tonnes de pommes moldaves produites chaque année sont écoulées en Russie. Et le Kremlin n'apprécie pas du tout de voir l'ex-république soviétique signer ce vendredi un accord d'association avec l'Union européenne. Elle l'a fait savoir en imposant un embargo sur les vins moldaves à l'automne dernier et en menaçant de ne plus importer de fruits des vallons de l'ouest du Dniestr. Une lourde menace alors que plus de la moitié des 3,5 millions de Moldaves vivent en zone rurale.

«Il faut qu'on arrête de produire des fruits inégaux, mâchés, expédiés dans des cageots usés. Même la Russie demande de plus en plus des fruits aux standards. Il faut que l'Europe soit pour nous un prétexte pour nous moderniser, estime Ion Chilianu. Ce serait déjà très important, même si nos perspectives d'adhésion à l'UE sont quasi nulles.» Ce patron fait figure de pionnier. «Très peu de paysans sont prêts à faire un effort pendant cinq ou six ans pour transformer leur mode de production», craint Ridha Tekaia, le président de la Mobiasbanca, la filiale moldave de la Société générale. «Le risque pour ce pays, c'est qu'il tombe dans une grande déception vis-à-vis de l'Europe.»

Le risque d'une grande déception

C'est sur le risque pris par l'économie moldave que capitalisent les adversaires du rapprochement avec l'UE. Ces derniers - des leaders de très petits partis ou des figures politiques régionales - chantent en revanche les louanges de l'union douanière eurasiatique voulue par Vladimir Poutine. C'est le cas de Mikhaïl Formuzal, bachkan (gouverneur) de la région autonome de Gagaouzie, où vivent 80.000 membres de cette minorité chrétienne turcophone. «Pour que nos producteurs de pommes puissent résister à leurs concurrents européens, il faudra dix ans de réformes et d'investissements. Ils ne tiendront pas», explique-t-il.

Le 2 février, Mikhaïl Formuzal est parvenu à organiser un référendum demandant aux Gagaouzes s'ils souhaitaient un rapprochement avec l'UE ou l'intégration à l'union douanière eurasiatique. 98,4 % ont choisi cette dernière proposition. «La population moldave est partagée, nous avons plusieurs petites régions avec des minorités russes, bulgares, etc., souvent nostalgiques de l'URSS. Moscou pourrait tenter de déstabiliser la Moldavie par ce biais», estime le politologue Arcadie Barbarosie.

La coalition au gouvernement le sait, elle qui doit en outre traiter avec la question de la Transnistrie, région qui a fait sécession en 1992. «Le consensus national est encore faible. Mais le gouvernement a fait un choix clair», assure Vlad Kulminski, le conseiller du premier ministre moldave pour les questions internes et le règlement du conflit de la Transnistrie. «Ainsi, nous sommes mieux outillés pour faire adhérer à notre projet les parties de la population qui ne sont pas convaincues par ce choix.»

lefigaro.fr

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Matt le Ven 27 Juin - 11:25

Il le dit lui-même:

Porochenko salue «un jour historique»

Le président ukrainien est arrivé ce vendredi à Bruxelles pour signer l'accord d'association avec les dirigeants de l'Union européenne.


26.06 Petro Porochenko s'est déclaré prêt jeudi à signer un accord de paix avec Vladimir Poutine.

«C'est un jour historique pour mon pays, le plus important depuis l'indépendance», a déclaré M. Porochenko. Il devait signer dans le bâtiment du Conseil européen le second volet de l'accord d'association, celui d'ordre commercial qui vise en particulier à supprimer l'essentiel des barrières douanières entre l'Ukraine et les pays de l'UE. Le premier volet, d'ordre politique, avait été signé en mars par le Premier ministre, Arseni Iatseniouk.

«C'est le résultat de sept années de travail», a indiqué M. Porochenko. «Il offre une nouvelle perspective à mon pays» et «nous allons utiliser cette opportunité pour moderniser le pays», a-t-il ajouté. L'accord doit être également signé par les Premiers ministres de la Géorgie, Irakli Garibachvili, et de la Moldavie, Iurie Leanca.

Au cours de leur sommet, dominé par la question de la nomination du nouveau président de la Commission européenne, les dirigeants européens devraient faire le point sur la crise ukrainienne et examiner l'éventualité de nouvelles sanctions contre la Russie.

lessentiel.lu

L'accord historique entre l'UE et trois voisins de l'Est, mode d'emploi

Les dirigeants de l'Union européenne ont signé vendredi matin un accord d'association (AA) avec l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, trois ex-républiques soviétiques qui veulent se rapprocher de l'Europe occidentale malgré les pressions de la Russie.

Q: Pourquoi l'UE a-t-elle pris l'initiative de cet accord inédit?
R: L'AA permet d'arrimer ces pays à l'UE sans pour autant leur offrir la perspective d'y adhérer un jour.
Qualifié de "novateur et ambitieux" par la Commission européenne, qui l'a négocié depuis 2007, l'AA crée le cadre d'une coopération poussée dans de nombreux secteurs: énergie, justice, politique extérieure, visas, culture... Les pays signataires devront s'engager à respecter l'Etat de droit et à lutter contre la corruption.
Son ambition est également de créer une zone de libre-échange, avec la mise en place de normes communes.

Q: Quelles sont les conséquences économiques attendues?
R: Les trois pays vont gagner un accès privilégié au Marché intérieur de l'UE, "le plus grand marché unique au monde" avec 500 millions de consommateurs. Les exportations ukrainiennes pourraient ainsi croître d'un milliard d'euros par an, notamment dans le textile, l'alimentaire ou l'acier, ce qui doperait sa croissance de 1%, selon une étude de l'UE.
En contrepartie, Kiev, Chisinau et Tbilissi devront mener de profondes réformes qui pourraient s'avérer socialement et politiquement difficiles.
Pour l'UE, des bénéfices commerciaux sont attendus à plus long terme mais le soutien s'annonce onéreux pour les prochaines années. Elle a promis un vaste programme d'aide de 11 milliards d'euros à la seule Ukraine.
Sur le long terme, l'UE va "devoir faire un effort soutenu pour aider ses pays à mener les douloureuses réformes, dont la principale sera celle du secteur énergétique afin de rendre ses Etats moins vulnérables aux pressions russes", prévient Judy Dempsey, de l'institut Carnegie Europe.

Q: La signature des AA peut-elle envenimer davantage les relations avec la Russie?
R: La prudence domine à Bruxelles, où les experts n'avaient absolument pas prévu que l'AA, qui devait être initialement signé fin 2013, allait déclencher la grave crise ukrainienne.
Six mois plus tard, la Russie semble avoir pris conscience qu'elle ne pouvait pas empêcher les trois pays de signer l'AA, même si elle a tenté de faire pression en interdisant le vin moldave ou les chocolats ukrainiens Roshen.
Sur le plan économique, elle a averti qu'elle prendrait des "mesures de protection" s'il s'avérait que l'accord nuisait à son économie. Elle craint notamment un afflux de produits fabriqués dans l'UE via le territoire ukrainien.
Malgré ses réserves, Moscou a accepté d'entamer des discussions avec Bruxelles et Kiev, à partir du 11 juillet, sur les conditions d'application de l'AA. Jusqu'à présent, l'UE "n'a pas pu prouver les avantages" que pourrait en tirer la Russie, a souligné le ministère russe des Affaires étrangères.

Q: Les trois pays restent-ils libres de commercer avec la Russie?
R: Oui, selon les experts de l'UE, qui dénoncent les contre-vérités de Moscou sur le sujet.
Cependant, en signant l'AA, les trois pays ne peuvent plus joindre le projet d'Union économique eurasiatique que tente de mettre en place Moscou avec ses voisins. "Il y a incompatibilité entre les deux", a affirmé un responsable de l'UE. Notamment parce que les deux seuls pays l'ayant jusqu'à présent rejoint, le Belarus et le Kazakhstan, ne sont pas membres de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Q: L'AA va-t-il s'appliquer aux territoires disputés comme la Crimée?
R: Non. Le 23 juin, l'UE a formellement banni les importations de biens de Crimée, dont elle ne reconnaît pas le rattachement à la Russie. Seuls les produits criméens autorisés par les autorités de Kiev seront acceptés dans l'UE.
Les entreprises de la Transnistrie, région séparatiste moldave, et celles de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, territoires géorgiens dont la Russie a reconnu l'indépendance, ne bénéficieront pas des avantages commerciaux liés à l'AA.

© 2014 AFP 
lalibre.be

La réaction russe ne s'est pas faite attendre:

Accord/UE: "de graves conséquences" (Russie)

L'accord d'association économique signé aujourd'hui entre l'Ukraine et l'Union européenne aura de "graves conséquences", a averti un haut diplomate russe cité par l'agence Interfax. "La conclusion d'un tel accord aussi sérieux relève bien sûr de la souveraineté de chaque État", a déclaré un vice-ministre des Affaires étrangères, Grigori Karassine. "Les conséquences de l'accord (signé) par l'Ukraine et la Moldavie seront sans aucun doute graves", a-t-il ajouté.

lefigaro.fr


Je vous laisse découvrir les mêmes réactions sur les sites russes.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Ven 27 Juin - 12:17

Tant pis pour la Crimée, la Transnistrie, l'Ossétie du sud et l'Abkhazie  Rolling Eyes Ils ont voulu rester au chaud dans le bourbier russe; qu'ils y restent, on va pas les plaindre  Laughing 

Si Poutine avait négocié avec douceur et n'avait pas usé du gaz comme moyen de pression et rétorsion  Evil or Very Mad Entre la carotte européenne et le bâton russe  Laughing
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Thuramir le Sam 28 Juin - 1:04

Quelques couacs quand même...
Une phrase de Porochencko sème la confusion au sommet européen

(Belga) Une phrase du nouveau président ukrainien Petro Porochenko sur les perspectives d'adhésion de son pays à l'UE a semé un certain trouble vendredi au sommet européen. Des diplomates de plusieurs Etats membres ont démenti que l'Ukraine ait obtenu quoi que ce soit sur ce front.
Kiev cherche depuis longtemps à obtenir une perspective d'adhésion à l'UE, mais cet espoir est systématiquement douché par une majorité d'Etats membres. A l'exception de la Pologne et de quelques autres alliés, personne ne veut faire de l'Ukraine un nouvel Etat membre. La majorité des Européens privilégient la voie d'une association étroite. La signature d'un accord commercial, vendredi à Bruxelles, confirme ce choix stratégique.
M. Porochenko n'en a pas moins affirmé, en réponse à une question lors d'une conférence de presse, que la position de l'UE avait été légèrement infléchie. D'après lui, les dirigeants européens auraient reconnu le droit de l'Ukraine de poser sa candidature. "Pour la première fois dans l'histoire", a-t-il insisté.
La déclaration a surpris la diplomatie européenne, qui a poliment démenti les propos du nouveau président. Plusieurs délégations ont indiqué aux journalistes qu'il n'était nullement question d'une telle phraséologie dans les conclusions du sommet européen. (Belga)


Pour ce qui est de la réaction russe, je confirme que cela se ressent déjà dans l'économie de l'Ukraine. La Russie n'importe plus de biens ukrainiens (ou si peu), et mes contacts m'ont confirmé aujourd'hui que la population s'est appauvrie, qu'il n'y a plus de travail (ou que ceux qui en offrent ne payent pas), et que les délits de vol sont fortement repartis à la hausse.

De nombreux mois difficiles à vivre pour la population sont prévisibles.
avatar
Thuramir

Messages : 2130
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Caduce62 le Sam 28 Juin - 9:39

"Le coup d'Etat anticonstitutionnel à Kiev et les tentatives d'imposer au peuple ukrainien un choix artificiel entre l'Europe et la Russie ont poussé la société vers une scission et une confrontation intérieure douloureuse", a déclaré le président Vladimir Poutine à la télévision russe, soulignant au passage qu'il ne reconnaissait toujours pas la légitimité des autorités pro-européennes de KievEvil or Very Mad 

Avec l'accord signé à Bruxelles, qui s'ajoute à ceux similaires qu'ont paraphés le même jour la Géorgie et la Moldavie, s'évanouissent les rêves de M. Poutine de voir entrer l'Ukraine dans l'Union économique qu'il a créée avec d'autres pays de l'ex-URSS - le Bélarus et le Kazakhstan - au moment où il cherche à rétablir l'influence de Moscou dans cette zone.
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, a averti que cela aurait des "conséquences graves" sur les relations commerciales avec l'Ukraine.

La Russie craint une arrivée de produits fabriqués dans l'UE, via ce pays, au détriment de sa production nationale, et estime que Kiev ne peut pas bénéficier de conditions commerciales privilégiées à la fois avec Bruxelles et Moscou.
Et près de deux semaines après la coupure du gaz russe à l'Ukraine faute d'accord sur le remboursement d'une dette, le géant russe Gazprom a menacé vendredi de réduire ses livraisons aux compagnies européennes qui fournissent du gaz à l'Ukraine "en flux inversés" pour compenser l'interruption des livraisons russes. Twisted Evil 

L'agence d'évaluation financière Moody's a abaissé vendredi de "stable" à "négative" la perspective de la dette de la Russie en raison de l'impact économique de la crise en Ukraine. Smile 
Puni !  Laughing
avatar
Caduce62

Messages : 3263
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum