En Arménie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En Arménie

Message  Александр le Jeu 25 Juin - 11:18

Il est (grand) temps d'y venir puisque les penseurs russes font un paralèlle avec Maïdan:

Arménie : la hausse du tarif de l’électricité – russe – met le feu aux poudres, une nouvelle Ukraine ?



L’Arménie … une nouvelle Ukraine ?
Il est vrai que la position respective de l’un et l’autre des deux pays sur le chemin de transit du gaz s’avère aussi stratégique  … Alors, quand on apprend que la tension monte à Erevan, l’augmentation du prix de l’électricité provoquant des manifestations dont l’ampleur ne fait que croître, il n’est pas interdit de penser que certains pourraient trouver intérêt à bloquer l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe, et ce alors même, que Moscou s’est allié tout récemment avec Turquie et Grèce pour mettre en œuvre des infrastructures lui permettant d’écouler sa production.

En tout état de cause, les manifestations contre la hausse des tarifs de l’électricité, qui ont débuté vendredi 19 juin, prennent désormais de l’ampleur, le nombre de manifestants passant de 3000 à 6000 en quelques heures.

L’origine de la colère : la décision du président arménien Serge Sargsian d’augmenter les tarifs de l’électricité à compter du 1er aout à hauteur de 16,7 % .

Dès le 19 juin, le groupe Non au pillage ! a organisé l’occupation de la place de la Liberté, dans le centre-ville, entraînant des milliers de personnes dans leur sillage. Sur sa page Facebook, on peut lire des messages adressés au gouvernement tels que «Nous sommes les maîtres de notre pays. Nous ne tolérerons pas l’augmentation du prix de l’électricité et ne laisserons pas voler notre peuple.»

Les arrestations qui en ont suivi n’ont rien arrangé à l’affaire. D’autant plus que selon les medias, la police a fait usage de méthodes particulièrement violentes pour disperser les manifestants, telles que le recours à des canons à eau.

La presse russe n’y va pas par quatre chemins, faisant état d’un “Maïdan arménien” ou encore d’un “électro-Maïdan”. Le journal russe RBC estime pour sa part qu’il y a un danger réel de détérioration de la situation, “compte tenu de l’instabilité de la situation intérieure, de la situation géopolitique complexe et des pressions exercées sur les pays étrangers”.

Fait notable et très souvent oublié par la presse internationale : le fournisseur d’électricité national de l’Arménie, Inter-RAO, s’avère au final être russe. De là à ce que l’arme énergétique soit récupérée par certaines puissances hostiles à l’hégémonie russe en la matière … il n’est pas interdit d’y penser.

L’origine  du problème, quasiment occultée par la presse internationale  … : le  distributeur d’électricité arménien, détenu  par le producteur d’électricité russe Inter-RAO, a demandé au gouvernement arménien d’augmenter les tarifs afin de lutter contre la dévaluation de la monnaie arménienne, le dram.    Une dévaluation elle-même engendrée  par  l’impact   sur l’économie arménienne de la crise économique russe  induite par les  sanctions internationales et la chute des cours du pétrole.


 Rajoutant son grain de sel, voire mettant de l’huile sur le feu, la Banque mondiale a indiqué pour sa part mercredi, alors que le gouvernement arménien devrait partiellement approuver la demande de la société russe d’augmenter le tarif de l’électricité pour les Arméniens, qu’elle considérait qu’il s’agissait d’ »une augmentation tarifaire justifiée dans le champ du secteur énergétique actuelle ».

Le site Armenia Today rapporte quant à lui les propos du chanteur du groupe System of a Down, Serj Tankian, d’origine arménienne, qui “appelle les médias internationaux et les gouvernements à ne pas politiser la situation”. Certains y trouveraient-ils intérêt ?

Suivre le streaming en live:



Et

avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Arménie

Message  Александр le Ven 26 Juin - 12:45

Tiens qui revoilà là aussi:

Vladimir Poutine s’inquiète des manifestations en Arménie…

Depuis une semaine, des milliers de manifestants arméniens occupent le centre de la capitale Erevan pour protester contre la hausse des prix de l’électricité. Et dans leur sillage, prospère en Russie la paranoïa d’une nouvelle « révolution de couleur » dans l’espace post-soviétique, un an et demi après le « coup d’État » ukrainien.


Vladimir Poutine « suit avec attention » les événements et espère une « normalisation de la situation en stricte conformité avec la loi » a déclaré le Kremlin. En termes moins diplomatiques, Moscou commence à agiter la thèse du complot « américain » destiné à déstabiliser le régime arménien et par ricochet, le grand voisin russe. En 2013, le président Serge Sarkissian, l’un des plus fidèles alliés du président russe, avait préféré unir son pays à l’Union eurasiatique créée par Moscou plutôt que de nouer un accord de coopération avec l’Union européenne, à l’instar de l’Ukraine et la Géorgie.

« L’Arménie n’est pas assurée contre une révolution de couleur », met en garde le président du comité des affaires étrangères du Sénat, Konstantin Kossatchev. Derrière ce vocable se cachent les révolutions qui ont secoué depuis douze ans les pouvoirs, géorgien (2003), kirghiz (2005) et ukrainien (2005 puis 2014). Ce parlementaire accuse des « ONG étrangères » de fomenter les troubles à Erevan, ces mêmes organisations qui, depuis quelques jours, font aussi l’objet d’une nouvelle campagne de dénigrement en Russie. Dans un communiqué, le mouvement Anti-Maïdan, proche du Kremlin publie la liste des ONG occidentales qui seraient à la manoeuvre en Arménie, notamment le fonds du milliardaire d’origine hongroise, George Soros. «À Erevan, les jeunes, qui ont des mégaphones, ne prononcent aucun slogan relatif aux prix de l’électricité. Ils sont habillés de tee-shirts siglés du drapeau américain, appellent à renverser le pouvoir et expliquent que l’Arménie n’a pas besoin de suivre la voie russe », décrivent les idéologues d’Anti-Maïdan.
« Révolution de couleur »
Sur place, ces descriptions véhiculées par la télévision russe suscitent colère et incompréhension. «Ces commentaires sont insultants et inacceptables. Il n’y a pas la moindre présence américaine dans ces manifestations », affirme Irina Ghaplanyan, une intellectuelle arménienne qui tient un café branché dans le centre de la capitale. Celle-ci rappelle que les prix de l’électricité en Arménie sont les plus élevés de tout l’espace soviétique. « Contrairement au Maïdan ukrainien, qui était guidé par des aspirations européennes, les manifestants protestent ici contre l’opacité du système de distribution d’électricité et contre l’incompétence du gouvernement Sarkissian », poursuit la jeune femme, issue de la diaspora arménienne. Sous le titre « L’avenue Bagramian s’est séparée de Maïdan », le quotidien russe de référence Kommersant, tentait également, jeudi, de dégonfler la théorie du «complot occidental ». Mais ce journal bénéficie d’une audience marginale.

Géographiquement, cette avenue qui conduit au palais présidentiel à Erevan, est aussi symbolique, que le boulevard Krechtchatik de Kiev, qui longe Maïdan et a longtemps hébergé les manifestants anti-Ianoukovitch. Par ailleurs, la compagnie d’électricité mise en cause par les protestataires est une filiale du groupe russe Inter RAO. Enfin, plusieurs manifestations anti-Sarkissian ont eu lieu ces dernières années, notamment lorsque Erevan a décidé de tourner le dos à l’UE. Il n’en faut pas plus pour que Moscou agite le spectre d’une « révolution de couleur » dirigée contre ses intérêts. Voici six mois que le ministère de la Défense prépare en toute discrétion un plan « de lutte » contre cette menace, érigée en priorité par les responsables sécuritaires russes, parfois devant celle que représenterait l’Otan. C’est sur cette toile de fond, accompagnée d’une nouvelle guerre des sanctions économiques russo-européennes, que se déroulent aujourd’hui les manifestations arméniennes.
avatar
Александр

Messages : 5232
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Arménie

Message  Krispoluk le Ven 26 Juin - 16:28

De retour après une brève absence sans conséquences...

Commentaire perso :

L'Arménie malgré les évidences - Ces évidences étant l'importante et influente diaspora arménienne implantée aux USA, en GB et en France, ainsi que la proximié culturelle et religieuse très forte de l'Arménie avec l'Occident - A toujours considéré la Russie, comme un allié de premier plan depuis son indépendance. 
La seule et unique raison de cette alliance est la "protection russe" accordée à l'Arménie pour contrer la menace potentielle que ressent l'Arménie face à ses voisins musulmans immédiats : la Turquie (no comment), l'Iran (re-no comment) et l'Azerbaïdjan avec lequel elle est en conflit larvé pour la souveraineté du Haut-Karabagh.
Les Russes considère l'alliance avec l'Arménie comme stratégique, compte tenu de sa position géographique privilégiée mais aussi de son positionnement sur la voie de distribution des hydrocarbures vers l'Ouest.
Il est donc évident que les Russes voient d'un très mauvais oeil les manifestations récentes, qu'ils considèrent à tort ou a raison comme un début de révolution pouvant mettre à mal leur influence en Arménie Twisted Evil

A quand des visites de petits hommes verts à Ierévan ? Mad

Affaire à suivre...
avatar
Krispoluk

Messages : 4146
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Arménie

Message  Thuramir le Ven 26 Juin - 19:23

Krispoluk a écrit:De retour après une brève absence sans conséquences...

Commentaire perso :

L'Arménie malgré les évidences - Ces évidences étant l'importante et influente diaspora arménienne implantée aux USA, en GB et en France, ainsi que la proximié culturelle et religieuse très forte de l'Arménie avec l'Occident - A toujours considéré la Russie, comme un allié de premier plan depuis son indépendance. 
La seule et unique raison de cette alliance est la "protection russe" accordée à l'Arménie pour contrer la menace potentielle que ressent l'Arménie face à ses voisins musulmans immédiats : la Turquie (no comment), l'Iran (re-no comment) et l'Azerbaïdjan avec lequel elle est en conflit larvé pour la souveraineté du Haut-Karabagh.
Les Russes considère l'alliance avec l'Arménie comme stratégique, compte tenu de sa position géographique privilégiée mais aussi de son positionnement sur la voie de distribution des hydrocarbures vers l'Ouest.
Il est donc évident que les Russes voient d'un très mauvais oeil les manifestations récentes, qu'ils considèrent à tort ou a raison comme un début de révolution pouvant mettre à mal leur influence en Arménie Twisted Evil
La situation de l'Arménie est des plus inconfortables. D'une part, ce pays enclavé manifeste un besoin stratégique vital de l'aide militaire russe pour maintenir des forces armées crédibles face à l'Azerbaïdjan (vu la différence importante de population entre les deux pays) et pour maintenir son accès terrestre à l'enclave du Haut-Karabakh, et d'autre part ses habitants aspirent à une politique économique indépendante.

C'est un exercice d'équilibriste des plus difficiles !

La grande chambre de la Cour européenne des droits de l'homme vient de prononcer deux arrêts tout récents sur ces problèmes géo-politiques et leurs conséquences sur les biens des personnes résidant dans les zones revendiquées par les deux pays (les deux arrêts datent du 16 juin 2015). Ceux que cela intéresse liront avec intérêt un exposé détaillé sur la situation existant entre ces deux pays (arrêts en ligne sur le site internet de la Cour) :

  1. Impossibilité pour un réfugié arménien ayant fui le conflit dans le Haut-Karabakh d’accéder à ses biens restés en Azerbaïdjan : violation de l’article 1 du Protocole n° 1 (protection de la propriété) à la Convention européenne des droits de l’homme (requête n° 40167/06)
  2. Impossibilité pour des réfugiés azerbaïdjanais d’accéder à leurs biens restés dans un district contrôlé par l’Arménie : violation de l’article 1 du Protocole n° 1 (protection de la propriété) à la Convention européenne des droits de l’homme (requête n° 13216/05)

On peut aussi y lire les avis dissidents séparés des juges Khanlar Hajiyev, juge élu de l’Azerbaïdjan, et de Alvina Gyulumyan, juge élue de l’Arménie, qui reproduisent chacun la thèse de leur gouvernement respectif, et qui semblent incapables de s’élever au-dessus des débats politiciens, et l’avis séparé et incompréhensible du juge portugais Paulo Pinto de Albuquerque, dont on se demande ce qu’il cherche à démontrer.
avatar
Thuramir

Messages : 2225
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Arménie

Message  Thuramir le Jeu 24 Sep - 23:50

Voici un autre conflit qui pointe le bout de son nez et qui compliquera sans doute encore un peu plus la donne dans toute cette région. L'Azerbaïdjan n'est pas un modèle de démocratie, loin de là, le régime étant régulièrement dénoncé par la presse du monde entier comme particulièrement répressif et dictatorial, les frasques de la fille de son président étant un sujet de prédilection de la presse dans le monde entier, et la corruption est aussi endémique dans ce pays, comme elle l'est en Arménie, mais à un degré sans doute moins important.

Et pour rendre la situation plus délétère encore, si c'était possible, l'Azerbaïdjan est soutenu par les Etats-Unis et l'Arménie par la Russie, qui en contrôle les frontières extérieures suite à un accord entre les deux pays.

(Belga) Trois femmes ont été tuées jeudi dans des tirs de mortier des forces azerbaïdjanaises sur le territoire arménien, ont annoncé des responsables à Erevan, selon lesquels les bombardements se poursuivaient dans la soirée
 
"Une femme de 70 ans a été tuée dans le village de Paravakar et deux autres femmes, âgées de 94 et 41 ans, ont été tuées dans le village de Berdavan, dans la région de Tavouch (nord-est), proche de l'Azerbaïdjan, dans des tirs de "mortiers de gros calibre", a déclaré le porte-parole du ministère arménien de l'Intérieur Achot Agaronian.
"Deux autres civils ont été blessés", a-t-il ajouté.
"L'Arménie prendra les mesures qui s'imposent pour pacifier les forces armées azerbaïdjanaises" après cette "provocation", a de son côté réagi le ministère arménien de la Défense.
L'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux anciennes républiques soviétiques du Caucase du Sud, sont en conflit depuis la fin des années 1980 au sujet du Nagorny-Karabakh.
Rattachée à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique, cette région en majorité peuplée d'Arméniens a été le théâtre d'une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés entre 1988 et 1994.
Les accrochages s'y multiplient à nouveau depuis plusieurs mois, l'Azerbaïdjan et l'Arménie s'accusant mutuellement de déclencher des attaques qui ont fait plusieurs dizaines de morts l'année dernière.
Fin 2014, l'Azerbaïdjan, pays riche en hydrocarbures, a décidé une forte augmentation de ses dépenses militaires, qui dépassent à elles seules le budget total de l'Arménie.
Bakou a menacé de reprendre la région par la force si aucun progrès diplomatique n'était réalisé, tandis que l'Arménie a prévenu qu'elle riposterait à toute action militaire.
avatar
Thuramir

Messages : 2225
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Arménie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum