En Crimée

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Jeu 18 Mai - 13:55

L'Ukraine commémore les victimes de la déportation des Tatars de Crimée



Aujourd'hui, l'Ukraine commémore les victimes de la déportation des Tatars de Crimée. Le 18 mai 1944, le Comité de défense de l'URSS avait décidé la déportation des Tatars de Crimée vers l'Ouzbékistan et les régions voisines du Kazakhstan, du Tadjikistan ainsi que dans certaines régions de Russie.

Au total, ce sont 238 500 Tatars de Crimée qui ont été expulsés de leurs terres, sans compter de nombreux soldats démobilisés. En raison de cette déportation, 46 % d'entre eux sont décédés, la moitié d'entre eux étant âgés de moins de 18 ans. L'Ukraine a récemment reconnu officiellement le caractère génocidaire de la déportation des Tatars de Crimée.

À midi, une minute de silence sera respectée pour rendre hommage aux victimes de ce génocide et les cloches de toutes les cathédrales du Patriarcat de Kyiv sonneront pendant cinq minutes pour exprimer le deuil et la solidarité des Ukrainiens envers les Tatars de Crimée.

À 16h00, l'Opéra national d'Ukraine interprétera un requiem en présence du président ukrainien et un rassemblement en mémoire des victimes du génocide se tiendra ensuite sur la place Maidan Nezalezhnosti à 18h00.

Pour conclure ces cérémonies, la diffusion de la première du long métrage « Another's Prayer » d'Akhtem Seitablayev aura lieu à 20h00.
Des hommages se tiendront également dans de nombreuses villes d'Ukraine: Kherson, Lviv, Vinnytsia, Chernihiv, Zhytomyr, Odessa et d'autres.

olexander scherba‏Compte certifié @olex_scherba 2 hil y a 2 heures

On Commemoration Day of #CrimeanTatars #deportation, memorial sign in #Crimea blocked by car. So that ppl wldnt bring flowers. But they do.


На ЮБК снова сносят кафе на пляжах (фото)

"Sur la côte sud démoli à nouveau café sur la plage (photo)"




На ЮБК снова сносят кафе на пляжах (фото)



На Южнобережье Крыма возобновилась работа по сносу торговых точек и объектов питания на пляжах.
Так, в Гурзуфе снесено 4 таких точки, установленных прямо на берегоукрепительных сооружениях.

"Помимо того, что нахождение этих объектов на территории набережной на сегодняшний день являлось незаконным, важно то, что данные строения придавали неэстетический вид гурзуфской набережной, а также портили живописный вид на море. Мы учли многочисленные жалобы местных жителей и провели данные работы", - сообщил глава Гурзуфа Игорь Гец.

2 объекта были снесены самостоятельно владельцами.

Sur la côte Sud de Crimée ont repris les travaux sur la démolition des magasins et des installations alimentaires sur les plages.

Par exemple, à Gurzuf 4 sont démoli et situé sur le rivage.

« En plus de trouver ces objets sur le territoire du front de mer d'aujourd'hui est illégal, il est important que la structure de données attachée aspect inesthétique front de mer Gurzuf et la vue pittoresque port de la mer, nous avons pris en compte de nombreuses plaintes de résidents locaux et effectuer ces travaux. » - communiqué du chef Gourzoufa Igor Gets.


2 propriétés démolies étaient privées.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Ven 19 Mai - 9:55

Les Tatars obligés de quitter la Crimée à cause des représailles massives



Depuis le début de l’occupation de la Crimée par la Russie, environ 55 000 personnes ont été obligées de quitter la péninsule, dont 25 000 Tatars.

Ce chiffre a été confirmée par Tamila Tacheva, coordinatrice de l’ONG «SOS Crimée » lors d’une conférence dédiée à la commémoration des victimes de la déportation des Tatars de Crimée en 1944, qui s'est tenue hier.

« Depuis le début de l’occupation et l’annexion de la Crimée, environ 25 000 Tatars de Crimée ont quitté la péninsule. Au total, 55 000 personnes ont été forcées de quitter le territoire. Elles sont parties vivre dans divers coins de l’Ukraine. Beaucoup de Tatars se sont installés à Lviv, Kiev et dans la région de Kherson », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que ces départ définitifs n’ont pas été provoqué par des difficultés financières :

«Les raisons pour lesquelles les Tatars de Crimée quittent leur patrie, qu’ils avaient retrouvé avec tant de difficultés, sont dues à des représailles massives. Nous n’avions jamais vu cela. Nous savons qu'au minimum, 19 personnes ont été kidnappées ou sont portées disparues. Environ  60 affaires de poursuites criminelles ont été engagées contre des Tatars de Crimée, 40 d'entre eux sont en prison et 20 autres assigné à domicile. Les maisons des Tatars de Crimée sont fouillées toutes les semaines », a-t-elle dit, avant de préciser que ce ne sont là que les chiffres officiellement confirmés.

Les Tatars de Crimée sont en train de vivre leur pire époque depuis 1944



À l’occasion du 73e anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée, le ministère ukrainien des territoires temporairement occupés et des personnes déplacés a déclaré dans un communiqué que depuis l’occupation de la péninsule par la Russie, les Tatars subissent leur pire période depuis la déportation de 1944.

Selon la déclaration du ministère des territoires occupés et des personnes déplacées,:

« Aujourd’hui, le peuple des Tatars de Crimée est en train de vivre les moments les plus affreux depuis la déportation de 1944. Les disparations, les poursuites criminelles engagées pour des prétextes imaginaires, les lourdes peines de prison, l’interdiction du Madjlis, l’interdiction d’entrée sur le territoire de la Crimée proclamée à l'encontre d'un grand nombre de citoyens, l’interdiction de manifester ... tout cela sont comme de terribles échos du crime de 1944».

Le ministère se dit persuadé que les crimes actuels de la Russie seront condamné par la communauté internationale.

La déportation des Tatars de Crimée, organisée par le pouvoir soviétique a commencé le 18 mai 1944 lorsque 200 000 Tatars ont été forcés de quitter leur terre. Durant la première année d’exil, plus de 30 000 personnes sont décédées.

L’Ukraine a décidé de récupérer la Crimée par les moyens diplomatiques

Difficile de faire autrement No



L’Ukraine a pris la décision de récupérer la Crimée, qui est et reste considérée comme une partie de l’État ukrainien, par les moyens diplomatiques et politiques.

Cette déclaration a été faite par le président de la république ukrainienne, Petro Porochenko, lors d'un discours adressé au peuple ukrainien en raison de la journée de défense des droits des Tatars de Crimée :

«Dans le combat avec l’ennemi qui transforme la terre florissante de Crimée en une base militaire gigantesque, notre État reste sur les positions propres à toute l’humanité civile qui sont d'assurer la paix, la liberté et la démocratie. Nous avons décidé de récupérer la Crimée occupée, qui est et restera une partie de l’État ukrainien, par les moyens diplomatiques et politiques », a-t-il déclaré.

Le président ukrainien a souligné que les pays démocratiques ne reconnaissaient pas l’annexion de la Crimée par la Russie. «Nous apprécions leur soutien clair à la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ces conditions d'une agression russe sur la durée, ainsi que leur attention particulière au destin des Tatars de Crimée et de tous nos compatriotes vivant sur la péninsule occupée».

Petro Porochenko a remercié les partenaires étrangers pour leur contribution au retour en Ukraine de la Crimée grâce à la pression internationale, effectuée sur l’occupant via les sanctions et les tribunaux internationaux.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Ven 19 Mai - 12:20

Fixing mistakes. How Ukraine treats Crimean Tatars after the occupation of Crimea

(Correction des erreurs. Comment l'Ukraine traite les Tatars de Crimée après l'occupation de la Crimée)


Ukraine was hospitable to the Crimean Tatars, but in the end it turned out it did not do enough for them. Photo: udmn.org 
L'Ukraine était hospitalière pour les Tatars de Crimée, mais à la fin, il s'est avéré que cela ne suffisait pas pour eux. Photo: udmn.org

On 18 May 1944, the tragic deportation of Crimean Tatars was initiated by the Soviet People’s Commissariat of Internal Affairs (NKVD). In result, at least 183,185 people were evicted (up to 240,000 by other estimates) – the majority were transported to Uzbekistan, Kazakhstan, and Tajikistan. According to different data, during 1944-1945 up to 46% of those evicted died.
In 1989, the Verkhovna Rada (Parliament) of the Ukrainian Soviet Socialist Republic recognized the deportation as illegal. Crimean Tatars started to come back home. Ukraine was hospitable to them, but in the end, it turned out it did not do enough. Now the Crimean Tatar population is again in danger due to the Russian occupation of Crimea and political persecution of those who stayed on the peninsula. Only now did Ukraine activate the process of integration of the indigenous people of Crimea. But is it enough?

Crimean Tatars before the occupation


Representatives of Crimean Tatars emphasize that they see their future within independent and sovereign Ukraine.
During over 20 years of Ukraine’s independence, the government lacked a clear strategy to resolve the situation in Crimea, specifically – the Crimean Tatar question. The country faced the cultural, economic, political, and social challenges with settling Crimean Tatars returning to Crimea.
Inertia, lack of systematic actions, and imperfect legislation of the state led to certain problems in the region:

  • The program on resettling those who were returning from the deportation was underfinanced. In result, thousands of Crimean Tatar families had been waiting in lines for accommodation.


  • The state program on the social and economic development of the Autonomous Republic of Crimea until 2017 was aimed at solving the social-economical, but not ethnopolitical problems of the region.


  • The land issue. According to the Crimean Regional Executive Committee decision from 1989, it was forbidden to register Crimean Tatars who returned to Crimea in the largest cities, most of which were situated on the tourist-attractive south coast:: Simferopol and its districts, in Velyka Yalta, Velyka Alushta, Sudak, Feodosiya, Yevpatoriya, and Bakhchisarai districts. Many of the Crimean Tatars lived in these places before the deportation. Now, instead, they had to live in depressing steppe parts of Crimea with the highest level of unemployment. Notably, land for Crimean Tatars has always been the part of their identity.
  • The land and other problems became catalysts of the ethnic conflicts between Crimean Tatars and the Russian-speaking population of the peninsula.

As of 2013, about 270,000 Crimean Tatars lived in Crimea, approximately 13% of the total amount of the population of the peninsula. When the Russian Federation occupied Crimea, about 30,000 Crimean Tatars left Crimea.
Nowadays, the indigenous people of Crimea are again pressured, this time by Russia, the successor of the Soviet Union. And the majority of the questions related to the Crimean Tatars which were left unsolved by the Ukrainian government still remain.

What Ukraine did and should do for Crimean Tatars after the occupation


When Russia illegally annexed Crimea, Crimean Tatars became the main force of resistance. On the photo stands Mustafa Dzhemilev, Authorized representative of the President of Ukraine on Crimean Tatar people. Photo: ukrinform.com
Waking up after the occupation. Before the occupation of Crimea in 2014, the question of the Crimean Tataräs tragedy had never really been brought to the agenda in Ukrainian society.
Only on 12 November 2015 did Ukraine officially recognize the deportation of 1944 as a genocide of the Crimean Tatars and announced 18 May as a Day of Remembrance of Victims of the Genocide of Crimean Tatar People.
Moreover, this year the Ukrainian Orthodox Churches of the Kyiv Patriarchate tolled their bells for the first time to commemorate the victims of the deportation on 18 May.
After the occupation, Ukraine finally realized that Crimean Tatars are a part of Ukrainian society. The question also received a lot of attention after Crimean Tatar singer Jamala’s winning performance on Eurovision with the song “1944” devoted to the deportation. After her victory, Jamala became a judge on the Ukrainian version of the popular TV show The Voice where she often referred to her roots.
The status of Crimean Tatars. The development of legislature on the status of Crimean Tatar people in Ukraine started in 1996. However, there were no chances for its adoption at that time due to opposition from several forces in Crimea, namely, the Security Services (SBU) of Crimea, a large part of whom betrayed their oath and switched to the side of Russia after the occupation. They were imposing perception of Crimean Tatars as extremists and potential terrorists.
Only on 20 March 2014, days after the illegal referendum on the annexation organized by Russia did Ukraine recognize Crimean Tatars as the indigenous population of Crimea by adopting the corresponding decree.
Among its main provisions are guarantees to maintain and develop the ethnic, cultural, language and religious uniqueness; to protect and implement the Crimean Tatars’ right to self-identification within sovereign and independent Ukraine.
Additionally, the Mejlis was recognized as an authorized body of the Crimean Tatar people.
Albeit belatedly, Ukraine signed the UN declaration on the rights of indigenous people.
The decree of the Ukrainian Parliament foresaw the development of the relevant law. However, work on it had been renewed only in the summer of 2016.
“Despite the decree of 20 March containing the phrase ‘urgently develop,’ in fact nobody was in a hurry. There was an attempt in 2015 which failed […]. But after the ban of Mejlis [by Russian officials- ed.] and its inability to operate in Crimea, these regulations don’t work, they should be urgently changed. It was unclear how to get out of this situation, so the work on the bill was delayed,” said Natalia Belitser, an expert of the Institute for Democracy of Pylyp Orlyk.
In April 2017, the bill on the status of Crimean Tatars was registered in Ukrainian Parliament. Its authors say that the bill has to become a part of the suggested amendments to the Constitution on the status of the Autonomous Republic of Crimea as a national-territory autonomy of Crimean Tatar people within Ukraine.
No de-occupation without Crimean Tatars. When Russia illegally annexed Crimea, the Crimean Tatars became the main force of resistance. They initiated blockades of the peninsula, brought the Crimean question to international attention at any occasion, and appealed to Ukraine to create a strategy on the de-occupation of the peninsula. The first signs of Ukraine starting to think about such a strategy appeared only after three years of occupation.
It is noteworthy that the above-mentioned problems which arose after the Crimean Tatars returned to Ukraine after the exile also played a significant role in Russia’s occupation of Crimea. Now, Ukraine is working on fixing its main mistakes.
“This year, as in previous years, the attention of the Crimean Tatar People will be on the capital of our state, Kyiv. Because right here the historical justice for the Crimean Tatar people should finally be renewed. The same justice which Crimean Tatars could not gain during 23 years before the Russian occupation,” said Refat Chubarov, the Head of the Mejlis of Crimean Tatar people.
He reminded that on 18 May 2016 Ukrainian President Petro Poroshenko stressed that it was necessary to create a national autonomy of Crimean Tatars with full guarantees of equal rights and freedoms like those of ethnic Ukrainians, Russians, and other ethnoses of the peninsula.
“Today the Mejlis of the Crimean Tatar people has to work in emergency conditions. It is still not introduced to the legal field of Ukraine, as there is no law on indigenous peoples. Meanwhile, the Mejlis which represents the indigenous people of Crimea is a tool for de-occupation of the Crimea at the international level,” said Mejlis member Eskender Bariev.
On 11 May 2017, Ukraine’s Constitutional Commission decided to create a working group to draft proposals of amendments to the Constitution of Ukraine regarding the Autonomous Republic of Crimea and Sevastopol. It consists of 25 members, including Mejlis Head Refat Chubarov and Authorized representative of the President of Ukraine on Crimean Tatar people Mustafa Dzhemilev.
In his yearly press conference, Poroshenko emphasized the importance of the issue and said that he is ready to make corresponding changes to the Constitution of Ukraine:
“I think it was a mistake that for 23 years prior to the Russian annexation of Crimea, Ukrainian authorities failed to grant an appropriate status of autonomy to the Crimean Tatars. I am ready to make a few changes to the Constitution, including on the Crimean autonomy. What will be the format of autonomy? The Constitutional Commission should suggest that to me.”

The difficulties of adaptation in mainland Ukraine


The vast majority of Crimean Tatars are Sunni Muslims. Photo: fdlx.com
Because of constant pressure from the Russian Federation and other problems caused by the occupation of Crimea, thousands of Crimean residents including Crimean Tatars had to leave their homes. They fled to mainland Ukraine.
As well as IDPs from Donbas, displaced Crimeans faced difficulties with finding accommodation, work, and education facilities. However, in addition to that, Crimean Tatars had their own unique difficulties of adapting to new places of living.
In mainland Ukraine, they met a different culture and religion.
Crimean Tatars in the vast majority belong to the Sunnis. This mainstream denomination of Islam includes many directions and branches, one of which is Salafism. People practicing it adhere to a literal interpretation of the provisions of the Koran. There are Salafists among the Crimean Tatars. The majority of those who first left the Crimea for religious reasons where Salafists and supporters of the party Hizb ut-Tahrir, which Russia recognizes a terrorist organization. Even before the occupation of the peninsula, these two religious groups emphasized their distinctiveness against the general Muslim background of Crimea. For example, Salafists had their own mosques, where they said parishioners could practice a “cleaner” Islam which was free of historical layers.
For example, Salafists had their own mosques, where they said parishioners could practice a “cleaner” Islam which was free of historical layers.
The religious group Hizb ut-Tahrir, which is better known as a political party, acted in Crimea for a long time. Despite the party being legal in Ukraine, it remains a closed organization. According to unofficial data, there were about 1,500 of its supporters in Crimea before the occupation. With its populist rhetoric directed at building a caliphate throughout the world, the party has gained great popularity among young people. Today, supporters of Hizb ut-Tahrir moved their activities from Crimea to Western Ukraine.
Read also: Imaginary “terrorists” with no terror acts: Russia’s collective punishment of Crimean Muslims
After ending up in a different religious environment, they keep to themselves, which often causes problems with integration to non-Muslim society. There are cases where Salafists tried to obtain permission for homeschooling their children, which is sometimes problematic.
According to the editor of the website “Islam in Ukraine” Dilyaver Saidahmetov, the main problem is not a lack of religious tolerance or intolerant attitudes, but a different level of religious competency and general education of Muslims and Christians.
For Crimean Tatars, it is hard to form a community and to solve other issues, for example, receiving education in the Crimean Tatar language. After the occupation, Crimean Tatars moved to different cities and towns from different parts of Ukraine. The largest share of them came to Lviv, Kharkiv, Kherson, and Kyiv. As Crimean Tatars are dispersed across the country, there is no possibility to open additional classes in the Crimean Tatar language. There are no teachers who will teach the language. So there is a risk that the language will be lost, at least for those people who live on the mainland.
However, representatives of Crimean Tatars emphasize that they see their future within independent and sovereign Ukraine.
Now, the Crimean Tatars in Crimea are the main targets of the pressure of the Russian occupational authorities. Twenty of them are held in Russian prisons. In April 2017, The International Court of Justice ordered Russia to stop discrimination against Crimean Tatars and Ukrainians in Crimea.

Putin doesn’t want Russians to continue focusing on Crimea, Goryunova says

(Poutine ne veut pas que les Russes continuent de se concentrer sur la Crimée, dit Goryunova)
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 22 Mai - 9:10

President: I am confident in de-occupation of Crimea – the country-criminal will be forced to return stolen

"Président: Je suis convaincu de la désoccupation de la Crimée - le pays-criminel sera obligé de rendre (ce qu'il a) volé"


President Petro Poroshenko emphasizes that deportation of Crimean Tatars is a crime without a statute of limitations. Forcible eviction has become one of the most infamous and criminal special operations of the totalitarian communist regime of the Soviet Union, as stated by the President.

“Today, we commemorate the 73rd anniversary of deportation of Crimean Tatars from their historic homeland – Crimea. We remember with compassion other ethnic groups of Crimea that faced this challenge: Germans, Greeks, Armenians, Bulgarians, Karaites and others,” the President said during his speech in the requiem for the victims of deportation of Crimean Tatars.

According to him, the Verkhovna Rada has reasonably recognized deportation of 1944 an act of genocide and proclaimed May 18 the Day of Remembrance of the Victims of Genocide of the Crimean Tatar People, as forced eviction was one of the most infamous and criminal special operations of the totalitarian communist regime of the Soviet Union.

“Deportation is a crime without a statute of limitations and criminals who cold-bloodedly planned this act of genocide are not eligible for forgiveness,” Petro Poroshenko emphasized.

The President noted that horrifying memories of witnesses about deportation and future life in those terrible conditions provided by the Soviet leadership leave no indifferent people no matter how much time has passed. However, the freedom-loving nation has returned to the native Crimea.

The Head of State stressed that we have been building independent Ukraine together. At the same time, he noted that exclusively Russian content of the Crimean autonomy has been a big mistake and the price of it turned out to be too high.

“In 2014, shortly before the seventieth anniversary of deportation, post-Soviet but still authoritarian Russia annexed the Ukrainian Crimea. Thousands of Crimean Tatars were forced to leave their home again. Invaders do everything to squeeze the freedom-loving people out of their native land. Isn’t it a new undeclared, deviously hidden deportation?” the President noted.

The Head of State recalled the ban of the Mejlis in Crimea, which has already been condemned by the UN International Court of Justice. He recalled arrests and torture, oppression of ethnic Ukrainians and Crimean Tatars, disappearance of people without a trace. “These are only a few touches to the portrait of the self-proclaimed interim criminal Crimean so-called "leadership",” he said.

“The sacred right of Crimean Tatars to live freely on their native land will be restored – finally and irreversibly. Due to all possible means and mechanisms approved in a civilized world,” Petro Poroshenko assured.



The Head of State reminded that a week ago, the Constitutional Commission, pursuant to his instruction, has adopted a decision to establish a working group on the elaboration of amendments to the Constitution of Ukraine as regards the Autonomous Republic of Crimea. “We are making the first steps in the creation of the national autonomy of Crimean Tatars in Crimea. Certainly, this autonomy will fully take into account equal rights and freedoms of Ukrainians, ethnic Russians and representatives of all other ethnicities living on the peninsula,” he stressed.

"Crimea is Ukraine, and Ukraine is Europe. Part of the civilized world that values human dignity and sovereign rights of nations," he said.

The Head of State emphasized: “I believe in de-occupation of Crimea. I am confident that criminals will be punished. The country-criminal will be forced to return stolen”.

The President noted that Ukraine has finally abandoned the post-Soviet past, becomes part of single European civilization. He reminded that yesterday in Strasbourg, the process of granting the right to visa-free travel to the EU countries for Ukrainians was finally completed. “The night of June 11 will be the beginning of a new era,” the President said.

Petro Poroshenko is confident the European progress of Ukraine will be another important factor of return of the occupied territories under Ukrainian sovereignty.

The Head of State also recalled the legal evaluation of the occupation of Crimea by the UN International Court of Justice. “We have recently got a preliminary legal assessment by the UN ICJ. Ukraine filed this lawsuit. It was accepted by the UN ICJ and preventive measures have already been taken,” the President said.

Petro Poroshenko also thanked People's Artist of Ukraine Jamala who brought the Eurovision Song Contest to Ukraine and added that Europe and the world had an opportunity to see Ukraine.

Le président Petro Poroshenko souligne que la déportation des Tatars de Crimée est un crime sans prescription. L'éviction forcée est devenue l'une des opérations spéciales les plus infâmes et criminelles du régime communiste totalitaire de l'Union soviétique, comme l'a déclaré le Président.

"Aujourd'hui, nous commémorons le 73e anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée de leur patrie historique - la Crimée.
Nous nous souvenons avec compassion d'autres groupes ethniques de Crimée qui ont fait face à ce défi: les Allemands, les Grecs, les Arméniens, les Bulgares, les Karaïtes et d'autres ", a déclaré le Président lors de son discours dans le requiem pour les victimes de la déportation des Tatars de Crimée.

Selon lui, la Verkhovna Rada a raisonnablement reconnu la déportation de 1944 un acte de génocide et a proclamé le 18 mai la Journée du souvenir des victimes du génocide du peuple tatar de Crimée, l'expulsion forcée étant l'une des opérations spéciales les plus infâmes et criminelles de
Le régime totalitaire communiste de l'Union soviétique.

"La déportation est un crime sans prescription et les criminels qui ont planifié à froid cet acte de génocide ne sont pas éligibles au pardon", a souligné Petro Poroshenko.

Le Président a noté que les horribles souvenirs de témoins à propos de la déportation et de la vie future dans ces conditions terribles imposées par les dirigeants soviétiques ne laissent aucune personne indifférente, peu importe le temps écoulé.
Cependant, la nation qui aime la liberté est revenue à la Crimée natale.

Le chef de l'Etat a souligné que nous construisons l'Ukraine indépendante ensemble.
Dans le même temps, il a noté que le contenu exclusivement russe de l'autonomie de Crimée a été une grosse erreur et que le prix s'est avéré trop élevé.

"En 2014, peu de temps avant le septième anniversaire de la déportation, la Russie post-soviétique mais toujours autoritaire a annexé la Crimée ukrainienne. Des milliers de Tatars de Crimée ont été obligés de quitter leur maison à nouveau. Les envahisseurs font tout pour étirer les gens qui adorent la liberté de leur pays natal.
N'est-ce pas une nouvelle déportation non déclarée, évidemment cachée? ", A-t-il souligné.

Le chef de l'Etat a rappelé l'interdiction du Mejlis en Crimée, qui a déjà été condamnée par la Cour internationale de Justice de l'ONU. Il a rappelé les arrestations et la torture, l'oppression des Ukrainiens et des Tatars de Crimée, la disparition de personnes sans laisser de traces.
"Ce ne sont que quelques touches au portrait de l'autoproclamé criminel interministériel appelé" leadership "de la Crimée", a-t-il déclaré.

"Le droit sacré des Tatars de Crimée de vivre librement sur leur pays d'origine sera restauré - enfin et irréversiblement.
En raison de tous les moyens et mécanismes possibles approuvés dans un monde civilisé ", a déclaré Petro Poroshenko.

Le chef de l'Etat a rappelé qu'il y a une semaine, la Commission constitutionnelle, conformément à ses instructions, a adopté la décision d'établir un groupe de travail sur l'élaboration d'amendements à la Constitution de l'Ukraine en ce qui concerne la République autonome de Crimée. "Nous faisons les premiers pas dans la création de l'autonomie nationale des Tatars de Crimée en Crimée.
Certes, cette autonomie prend pleinement en compte l'égalité des droits et libertés des Ukrainiens, des Russes ethniques et des représentants de toutes les autres ethnies vivant dans la péninsule ", at-il souligné.

"La Crimée est l'Ukraine et l'Ukraine est l'Europe. Une partie du monde civilisé qui valorise la dignité humaine et les droits souverains des nations", a-t-il déclaré.

Le chef de l'Etat a souligné: «Je crois en la désaffection de la Crimée. Je suis convaincu que les criminels seront punis.
Le pays-criminel sera obligé de retourner volé ".

Le Président a noté que l'Ukraine a finalement abandonné le passé post-soviétique, fait partie de la civilisation européenne unique. Il a rappelé hier à Strasbourg que le processus d'octroi du droit au voyage sans visa dans les pays de l'UE pour les Ukrainiens était finalement achevé.
"La nuit du 11 juin sera le début d'une nouvelle ère", a déclaré le président.

Petro Poroshenko est convaincu que le progrès européen de l'Ukraine sera un autre facteur important du retour des territoires occupés sous la souveraineté ukrainienne.

Le chef de l'Etat a également rappelé l'évaluation juridique de l'occupation de la Crimée par la Cour internationale de Justice de l'ONU. "Nous avons récemment obtenu une évaluation juridique préliminaire par la CIJ de l'ONU. L'Ukraine a déposé ce procès.
Il a été accepté par la CIJ de l'ONU et des mesures préventives ont déjà été prises ", a déclaré le président.

Petro Poroshenko a également remercié l'artiste populaire d'Ukraine Jamala qui a apporté le Concours Eurovision de la chanson à l'Ukraine et ajouté que l'Europe et le monde ont eu l'occasion de voir l'Ukraine.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 22 Mai - 9:23

Pourquoi l’Ukraine ne pourrait-elle pas récupérer la Crimée par la voie militaire?



Pour l’Ukraine, il est très dangereux de tenter de récupérer la Crimée par la voie militaire, car la péninsule est transformée en une base militaire géante.

Cette information a été communiquée par Moustafa Djemilev, leader des Tatars de Crimée, en direct sur la chaîne UA.TV.

«Aujourd’hui, la Crimée a été transformée en une base militaire géante, selon nos informations, il y a même des armes nucléaires qui y sont installées. Donc, il est très dangereux de s’engager dans des affrontements militaires là-bas», a-t-il déclaré. 

Selon le leader des Tatars de Crimée, les affrontements militaires sur le territoire de la péninsule pourraient conduire à des nettoyages ethniques, semblables à ceux qui ont eu lieu en Tchétchénie.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 22 Mai - 10:44

Confirmation de l'article précédent (on la savait):

Russia deploys six nuclear warheads in Crimea

(La Russie déploie six ogives nucléaires en Crimée)

The Ukrainian president`s envoy to the Crimean Tatar people and Crimean Tatar leader, Ukrainian MP Mustafa Dzhemilev has said in an interview with UATV that Russia deployed six nuclear warheads in Crimea, according to LIGA.net.
”Crimea was turned into a military base … We even have information that there are now six nuclear warheads,” he said, LIGA.net reports.
Dzhemilev also noted that it is dangerous to deploy any military operations in the peninsula.
Experts stated earlier that the militarization of Crimea led to its high subsidization and decline in tourism.



See also: Russia deploys S-400 anti-aircraft missile system in Crimea


Memo. Russia annexed Ukraine`s Crimea in March 2014 after its troops had occupied the peninsula. An illegal referendum was held for Crimeans to decide on accession to Russia. De-facto Crimean authorities reported that allegedly 96.77% of the Crimean population had voted for joining Russia.
On March 18, 2014, the so-called agreement on the accession of Crimea and the city of Sevastopol to Russia was signed in the Kremlin. The West did not recognize the annexation in response to which sanctions against Russia were introduced.
Ukraine`s parliament voted to designate February 20, 2014, as the official date when the temporary occupation of Crimea began.

L'envoyé du président ukrainien aux Tatares de Crimée et le chef Tatar de Crimée, le député ukrainien Mustafa Dzhemilev a déclaré lors d'une interview avec UATV que la Russie a déployé six ogives nucléaires en Crimée, selon LIGA.net.
"La Crimée a été transformée en une base militaire ... Nous avons même des informations selon lesquelles il y a maintenant six ogives nucléaires", a-t-il déclaré, rapporte LIGA.net.
Dzhemilev a également noté qu'il est dangereux de déployer des opérations militaires dans la péninsule.

Les experts ont déclaré plus tôt que la militarisation de la Crimée a entraîné son subventionnement élevé et son déclin dans le tourisme.




See also: Russia deploys S-400 anti-aircraft missile system in Crimea


Note. La Russie a annexé la Crimée d'Ukraine en mars 2014 après que ses troupes aient occupé la péninsule. Un référendum illégal a été organisé pour que les Crimées décident de l'adhésion à la Russie. Les autorités de Crimée de facto ont déclaré que 96,77% de la population de Crimée avaient voté pour rejoindre la Russie.

Le 18 mars 2014, le soi-disant accord sur l'adhésion de Crimée et la ville de Sébastopol en Russie a été signé au Kremlin. L'Occident n'a pas reconnu l'annexion en réponse à l'introduction des sanctions contre la Russie.

Le parlement de l'Ukraine a voté pour désigner le 20 février 2014, date officielle de l'occupation temporaire de la Crimée.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 22 Mai - 12:00

Halya Coynash: la loi de l'Ukraine sur le statut des Tatars de Crimée devrait sérieusement inquiéter la Russie  Laughing


People march for solidarity with Crimean Tatars who did a rally 3 years ago near Crimean parliament as they protested Russian occupation of the peninsula on Feb. 26.
Photo by Anastasia Vlasova

A bill now before Ukraine’s parliament can, according to Crimean Tatar leader Refat Chubarov, finally end any dispute as to whom Crimea rightly belongs to. The law on regulating the status of the country’s main indigenous people – the Crimean Tatars – is long overdue, and is now especially urgent as it can provide a crucial lever against Russia’s occupation of Crimea and mounting repression.

Read more here.

Un projet de loi avant le Parlement ukrainien peut, selon le chef tatar de Crimée Refat Chubarov, finalement mettre fin à tout conflit quant à qui Crimea appartient à juste titre. La loi sur la réglementation du statut des principaux peuples indigènes du pays - les Tatars de Crimée - est attendue depuis longtemps et est maintenant particulièrement urgente, car elle peut constituer un levier crucial contre l'occupation russe de la Crimée et la répression croissante.

L'article original vaut la peine d'être lu. Laughing


Et pendant qu'on persécute des tatars, on en glorifie d'autres:

Sabantuy tatare à Paris

Des couleurs, du sport et du folklore : Paris accueille son premier grand Sabantuy ! Les villes de Paris et Kazan, capitale de la République russe du Tatarstan, s’unissent pour offrir aux visiteurs un spectacle authentique au pied de la tour Eiffel.

Crédit : Alamy/Legion-Media

A l’origine célébré par les peuples ruraux de la Volga pour invoquer les esprits de la fertilité agricole, Sabantuy est aujourd’hui fêté dans toutes les villes du Tatarstan. Au programme : des courses et autres épreuves d’adresse, de la musique et la découverte de la gastronomie tatare. De quoi commencer l’été sur une note folklorique et animée !
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mar 23 Mai - 8:31

Une nouvelle perquisition chez un Tatar de Crimée (vidéo)



Les agents des forces de l’ordre russes ont mené une perquistion chez Nadir Mambetchaev, un Tatar de Crimée. Après la perquisition, il a été transporté au commissariat pour être interrogé.

Son avocat, Edem Semedlyaev, a confirmé l’information via son compte Facebook.

«Aujourd’hui, à 7h30, il y a une perquisition chez Nadir Mambetchaev, un Tatar de Crimée, habitant le village de Lenine».

Selon le communiqué , l’homme a été transporté au commissariat de police de Lenine pour être interrogé.

Plus tard, Nadir Mambetchaev a publié une vidéo dans laquelle il racontait la manière dont les forces de l’ordre ont pénétré chez lui et essayé de le frapper.

avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mar 23 Mai - 10:40

Conséquence?

L'UE devrait renforcer les sanctions contre la Russie en raison de la répression en Crimée - activistes des droits de l'homme



The European Union should strengthen sanctions against the Russian Federation because of repressive actions against Ukrainian citizens detained in the occupied Crimea.

Mykhailo Gonchar, the President of the Centre for Global Studies "Strategy XXI", said this during a press conference in Kyiv, he was supported by Head of the Crimean Human Rights Group Olga Skrypnyk , an Ukrinform correspondent reports.

"We do not just state the fact of illegal actions and violations of human rights, but we demand that our European partners tighten the sanctions regime due to repressive actions not only against our colleagues but against all those who came under any form of repression in the occupied territories, especially in Crimea," Gonchar said.

L'Union européenne devrait renforcer les sanctions contre la Fédération de Russie en raison d'actions répressives contre des citoyens ukrainiens détenus dans la Crimée occupée.

Mykhailo Gonchar, président du Centre d'études mondiales "Stratégie XXI", a déclaré lors d'une conférence de presse à Kiev, il a été soutenu par le chef du groupe des droits de l'homme de Crimée Olga Skrypnyk, un correspondant de l'Ukrinform.

"Nous n'expliquons pas seulement les actions illégales et les violations des droits de l'homme, mais nous exigeons que nos partenaires européens renforcent le régime de sanctions en raison d'actions répressives non seulement contre nos collègues mais contre tous ceux qui ont subi une quelconque forme de répression dans Territoires occupés, en particulier en Crimée ", a déclaré M. Gonchar.


. Ирина украинка‏                       

Крымский автобус





Katie LaRoque

.@IRIglobal's #Crimea poll from 2013: Only 23% wanted to rejoin #Russia. Hard to imagine big public swing ahead of falsified 2014 referendum

avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Janchik le Mar 23 Mai - 13:50

Pour la Crimée, il faut être patient pour un retour vers l'Ukraine, malheureusement (sauf coup de tonnerre!). Le fruit n'est pas encore assez pourri pour tomber. Transformer un si bel endroit en "porte avion de la Mer Noire" (surnom donné récemment), c'est sûr qu'à un moment ou un autre les russes (parce que ça commence à leur couter la peau des fesses) et les Criméens vont être fatigués de subir. J'ai une amie à Sevastopol (famille depuis 4 générations en Crimée) qui commence à trouver le temps long depuis les "petits hommes verts". Le tourisme va encore cette année s'effondrer encore plus (déjà 53% en moins par rapport à mai de l'année dernière. Cette période du mois de mai étant traditionnellement un bon enseignement pour la suite de la saison). Comme les sanctions ont affaiblis l'économie locale, le manque d'eau a ruiné l'agriculture (quand je pense que la Crimée produisait un excellent riz, pour situer l'abondance en eau venant d'Ukraine). Le désastre écologique est prévu dans les 2 ans qui viennent. Quand au pont de Kertch, le budget a déjà été croqué depuis bien longtemps (un classique des marchés russes!!!). Un bilan bien noir qui, je l'espère, réveillera de leur torpeur ces "pauvres" Criméens victimes d'un référendum qui n'en porte que le nom... Heureusement, il y a les Tatars qui ne lâchent rien et qui cette fois devraient être décorés, plutôt que déportés...
avatar
Janchik

Messages : 152
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Krispoluk le Mar 23 Mai - 14:00

Janchik a écrit:Pour la Crimée, il faut être patient pour un retour vers l'Ukraine, malheureusement (sauf coup de tonnerre!). Le fruit n'est pas encore assez pourri pour tomber. Transformer un si bel endroit en "porte avion de la Mer Noire" (surnom donné récemment), c'est sûr qu'à un moment ou un autre les russes (parce que ça commence à leur couter la peau des fesses) et les Criméens vont être fatigués de subir. J'ai une amie à Sevastopol (famille depuis 4 générations en Crimée) qui commence à trouver le temps long depuis les "petits hommes verts". Le tourisme va encore cette année s'effondrer encore plus (déjà 53% en moins par rapport à mai de l'année dernière. Cette période du mois de mai étant traditionnellement un bon enseignement pour la suite de la saison). Comme les sanctions ont affaiblis l'économie locale, le manque d'eau a ruiné l'agriculture (quand je pense que la Crimée produisait un excellent riz, pour situer l'abondance en eau venant d'Ukraine). Le désastre écologique est prévu dans les 2 ans qui viennent. Quand au pont de Kertch, le budget a déjà été croqué depuis bien longtemps (un classique des marchés russes!!!). Un bilan bien noir qui, je l'espère, réveillera de leur torpeur ces "pauvres" Criméens victimes d'un référendum qui n'en porte que le nom... Heureusement, il y a les Tatars qui ne lâchent rien et qui cette fois devraient être décorés, plutôt que déportés...

Salut "Petit Jean" Wink Oui, je sais que tu connais parfaitement le terrain... Hélas, je crois qu'il ne faut pas compter sur la lassitude du gouvernement (russe) actuel...

L'avantage politico-stratégique pour lui, est tellement important, en tant que "superpuissance" menaçant l'OTAN sur son flanc sud/est et la menace constante qu'il fait peser sur le Moyen-Orient via cette position stratégique, qu'il n'est pas près d'y renoncer, quel qu'en soit le coût économique et humain... Evil or Very Mad

La Crimée ne pourra revenir à l'Ukraine que s'il y a un changement de régime radical en Russie... Twisted Evil
avatar
Krispoluk

Messages : 3775
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 23 Mai - 14:06

Krispoluk a écrit:L'avantage politico-stratégique pour lui, est tellement important, en tant que "superpuissance" menaçant l'OTAN sur son flanc sud/est et la menace constante qu'il fait peser sur le Moyen-Orient via cette position stratégique, qu'il n'est pas près d'y renoncer, quel qu'en soit le coût économique et humain... Evil or Very Mad

La Crimée ne pourra revenir à l'Ukraine que s'il y a un changement de régime radical en Russie... Twisted Evil
Hélas ! Même avis : il faudrait une véritable RÉVOLUTION en Russie  Evil or Very Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3267
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  travellergillou76 le Mar 23 Mai - 20:45

[size=41]La Crimée, future tête de pont du marché russe[/size]

BENJAMIN QUENELLE Le 23/05 à 19:24Mis à jour à 19:54 
 
[size=18]0
 
0
 
1
 Partager par mail 
0
 Imprimer[/size]



image:

Le plus grand chantier du Kremlin pour sortir la Crimée de son isolement, c’est le « pont Poutine ». Cette future liaison, routière et ferroviaire, reliera la péninsule à la Russie. - Sergey Malgavko/Sputnik/AFP

ENQUÊTE Alors que les sanctions occidentales contre la Russie, décidées après l’annexion de la Crimée, sont toujours en vigueur, les investisseurs européens lorgnent déjà la péninsule. D’autant que son isolement doit bientôt être rompu par le « pont Poutine ».

C'est le grand chantier de Vladimir Poutine. Trois ans après son an­nexion par la Russie, la Crimée se met à rêver de boom économique. « Attirer des millions de touristes, moderniser les infrastructures, créer des centres de haute technologie... Ici, il y a tout à construire ! », s'enthousiasme Oleg Morozov, le jeune directeur général de Crimea Development, cette société créée par le Kremlin pour favoriser l'essor de la péninsule, de facto rattachée à la Russie depuis l'annexion en mars 2014 mais toujours ukrainienne « de jure ». Autour de l'entrepreneur s'activent hommes politiques et d'affaires, invités du Forum économique de Yalta. Un nouveau rendez-vous où, fin avril, dans un hôtel cinq étoiles flambant neuf sur la côte, le Kremlin et les dirigeants locaux ont mis les grands moyens pour attirer des investisseurs russes, mais aussi... étrangers.
« D'ici à 2020, nous allons lancer deux grands technoparcs de 120 hectares. Des partenaires européens nous ont déjà donné leur accord pour être résidents », confie Oleg Morozov, qui refuse cependant de divulguer les noms « des futurs investisseurs italiens et allemands » intéressés par le projet. Car tout accord est pour le moment impossible : la Crimée est [url=https://www.lesechos.fr/28/07/2014/lesechos.fr/0203670857229_ukraine---les-occidentaux-vont-prendre-de-nouvelles-sanctions-contre-la-russie.htm?texte=sanctions russie]sous sanctions américaines et européennes[/url] . « Concrètement, il est interdit d'investir, de vendre et de transférer des technologies. Tout contrevenant est passible de poursuites judiciaires, en Europe notamment », prévient Pierre-Emmanuel Dupont, avocat français au sein d'un cabinet de droit international, invité au Forum de Yalta. Dans les couloirs, il est très demandé. Pour un avis, un conseil. Car, de Russie ou d'Europe, beaucoup sont venus avec des projets dans la tête.
La Crimée, c'est Nice il y a cinquante ans ! Le potentiel est énorme
[size]
« La Crimée, c'est Nice il y a cinquante ans ! Le potentiel est énorme. Aujourd'hui, il faut respecter les sanctions à la lettre. Mais il faut commencer aussi à regarder et à prospecter pour être prêt au bon moment. Et ne pas se faire doubler par les Américains comme en Iran... », assure ainsi Jean-Pierre Thomas, homme d'affaires français, ex-envoyé spécial du président Nicolas Sarkozy pour la Russie.

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/23/2089093_la-crimee-future-tete-de-pont-du-marche-russe-web-030350963707.jpg
[/size]
Laurentiu Rebega, député roumain au Parlement européen, Andros Kyprianou (parti grec des travailleurs Akel), Jean-Pierre Thomas (Vendome Investment), Sergio Divina, sénateur italien (Ligue du nord), Hans-Jorg Jenewein, sénateur autrichien (parti de la liberté), et Bartolomeo Amidei, sénateur italien (Forza Italia), lors d'une session du Forum de Yalta en avril dernier - DR
[size]
Au Forum de Yalta, il se mêle avec aisance et sourire à la foule des invités russes. Dans leurs conversations, les sanctions semblent déjà presque une affaire du passé. « Des mesures temporaires ! s'amuse Ar­tiom Maltsev, président de la chambre de commerce et d'industrie locale. D'ailleurs, dans le tourisme, la logistique, la construction, l'agriculture, les investisseurs étrangers viennent nous voir. Certains ont déjà enregistré ici leur société, pour être prêts le jour où les sanctions seront levées... »

« On n'a pas peur du scandale »

Dans cette foule très sûre d'elle, loin des condamnations européennes sur les manipulations de Moscou pour récupérer la Crimée puis entretenir le conflit dans l'est de l'Ukraine, une délégation se fait particulièrement voyante et audible : une cinquantaine d'Italiens sont présents à Yalta. « Les sanctions ne nous interdisent pas de construire dès aujourd'hui de fortes relations politiques », s'exclame Edoardo Rixi, chargé du commerce pour la Ligurie, l'une des régions italiennes qui ont décidé de passer outre les interdits politiques et de venir au forum.
« On n'a pas peur du scandale. Notre priorité, c'est l'économie de notre région. Nous voyons des perspectives de partenariats d'affaires, notamment avec les ports de Crimée. Ukrainienne, la péninsule ne nous intéressait guère. Mais, désormais, c'est une porte vers tout le marché russe ! » espère-t-il. Certains Italiens sont déjà entrés dans le concret. « Tout le monde sait comment il faut faire pour contourner les sanctions : passer par des société russes », confie l'un d'eux.
[/size]
Il a fallu passer par des intermédiaires pour contourner les sanctions
[size]
Des sociétés françaises seraient pareillement intéressées. « Certains, dans les infrastructures de tourisme, la viticulture, la cosmétique et l'aménagement urbain, sont venus prospecter. Mais discrètement. Avec des équipes russes... », raconte une source bien informée, sans toutefois donner de noms. Dans l'agriculture, l'un des secteurs clefs de la Crimée, des producteurs locaux continuent par ailleurs à collaborer avec des partenaires européens.
À LIRE AUSSI
[/size]

  • [url=https://www.lesechos.fr/20/06/2016/LesEchos/22216-026-ECH_france-russie---les-hommes-d-affaires-voient-au-dela-des-sanctions.htm?texte=russie hommes d%27affaires]France-Russie  : les hommes d'affaires voient au-delà des sanctions[/url]

[size]
« Juste après l'an­nexion, on a été coupés de nos fournisseurs et on ne pouvait même plus importer des pièces détachées. Aujourd'hui, au contraire, nous nous sommes lancés dans une nouvelle expansion grâce à des achats d'équipements européens », raconte Igor Polichouk, pdg de Skvortsovo, entreprise familiale locale en plein essor. Il liste ses récentes emplettes : du matériel Skiold (danois) pour son business de grains et Van Amerongen (néerlandais) pour ses exploitations de pommes. « Il a fallu passer par des intermédiaires pour contourner les sanctions », explique-t-il avec candeur. Il a aussi acheté un véhicule frigorifique français Chereau et est en négociations avec Manitou pour huit machines - « Via des intermédiaires, bien sûr ! »

Népotisme et corruption

La Crimée est pourtant encore loin d'être un eldorado. A cause de son isolement géographique, depuis 2014, l'Ukraine a stoppé toutes les liaisons de transport. Résultat : pour les approvisionnements, tout vient et dépend de la Russie. Des transports effectués uniquement par la mer. D'où les coûts élevés et l'inflation toujours aussi forte. Les autres problèmes économiques restent multiples. A commencer par... la corruption.
« Après toutes les mauvaises habitudes prises sous l'Ukraine, Moscou a imposé un strict contrôle. Le message est passé et la pression est forte... Du coup, les gens ont peur et il y a moins de corruption », affirme Ana Efremova, directrice générale d'une usine de produits métalliques en cours de montage à la pointe de la Crimée. « Faux ! La corruption est en fait pire qu'avant. Sous l'Ukraine, il y avait juste les bandits. Aujourd'hui, dès qu'on fait un investissement, l'administration russe nous saute dessus. On ne peut plus se plaindre à personne, car, au tribunal comme dans les médias, tout est noyauté par les nouveaux dirigeants, qui favorisent leurs d'amis », proteste au contraire Oleg Zoub­kov, une figure du tourisme en Crimée, à la tête d'un immense zoo de lions et tigres.

Trois milliards pour le "pont Poutine"

Pour soutenir le développement de la Crimée, [url=https://www.lesechos.fr/18/03/2015/LesEchos/21900-036-ECH_la-russie-a-promis-d-investir-10-milliards-d-euros-pour-arrimer-la-crimee.htm?texte= Arkadi Rotenberg]Moscou a promis d'investir au total quelque 10 milliards d'euros[/url] . Un effort financier d'autant plus lourd pour le budget national que la Russie peine toujours à sortir de deux années de récession. Mais la Crimée échappe à ces réalités : alors que, du fait des restrictions budgétaires, les transferts financiers de Moscou pour le développement des autres régions russes ont dû être baissés de 4 % en 2016 par rapport à 2015, les allocations pour la péninsule ont augmenté de... 18 %.
Le gouvernement a notamment investi pour mettre fin aux coupures d'électricité et de gaz, des services jusque-là fournis par Kiev. En décembre dernier a été mise en service une conduite acheminant du gaz russe vers la Crimée. Et, en mai 2016, Vladimir Poutine a lui-même lancé la dernière branche de la ligne électrique. Un problème demeure : 85 % de l'eau douce venait avant d'Ukraine. Kiev a coupé le canal d'approvisionnement. De nombreux puits sont depuis creusés, notamment pour satisfaire les besoins de l'agriculture. Avec toutefois une forte teneur en sel dans cette eau des sous-sols, du fait de la proximité de la mer.
[/size]
Nos familles pourront enfin aller et venir normalement ! 
[size]
Mais le plus grand chantier du Kremlin pour sortir la Crimée de son isolement, c'est le « pont Poutine ». Cette future liaison, routière et ferroviaire, reliera la péninsule à la Russie. Le chef du Kremlin a prévu un budget de près de 3 milliards d'euros pour ce vieux projet jamais concrétisé par l'URSS et aujourd'hui devenu une priorité nationale. En pleine mer, où le vent souffle et la pluie brouille la vue, les grues s'activent, les machines de soudage crachent leurs étincelles. « Nos familles pourront enfin aller et venir normalement ! » s'enthousiasme Leonid Ryjenkine, le chef de cet immense chantier, avec quelque 7.000 ouvriers travaillant nuit et jour.

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/23/2089093_la-crimee-future-tete-de-pont-du-marche-russe-web-030350821894.jpg

« Nos principales difficultés, ce sont les conditions géologiques et les changements climatiques », explique-t-il. Tout le projet du pont est placé sous les mesures européennes et américaines interdisant le recours aux financements et technologies occidentaux. Les Russes ont du coup envisagé en interne plus de 70 variantes (y compris des projets de tunnel), avant que les experts privilégient la construction d'un pont au tracé sinueux de 29 kilomètres de long - le plus long de Russie - pour éviter les fonds trop sableux et marécageux. Un vrai défi. Certains pieux doivent être enfoncés jusqu'à 90 mètres de profondeur.

Un atout pour le tourisme

Un quart du budget alloué au projet a déjà été dépensé. Pareillement, un quart des travaux ont été effectués. Le Kremlin a posé des dates butoirs : fin 2018 pour la liaison routière, un an plus tard pour la ligne ferroviaire. Les deux fois deux voies de route devront permettre le passage de 40.000 vé­hicules par jour. Et 47 trains pourront passer quotidiennement sur les deux voies ferroviaires. Soit 14 millions de passagers et 13 millions de tonnes de marchandises par an, selon les prévisions. « La Crimée, depuis longtemps, avait besoin d'être désenclavée. Ce pont rendra plus faciles, plus fréquents et moins chers les transports de marchandises et d'équipements. Mais aussi de touristes... », rappelle l'économiste indépendante Natalia Zubarevich.
Des doutes planent en revanche sur la transparence financière de ce chantier, entièrement payé sur fonds publics et sans appel d'offres. Pour plus d'efficacité et de rapidité, le contrat a été directement confié à un proche de Vladimir Poutine : Arkadi Rotenberg, ancien partenaire de judo du président et déjà l'un des principaux entrepreneurs derrière les chantiers des Jeux Olympiques de Sotchi. Une provocation de plus pour les Occidentaux. Car [url=https://www.lesechos.fr/30/07/2014/lesechos.fr/0203676464285_l-ue-devoile-de-nouvelles-sanctions-contre-des-proches-de-poutine.htm?texte= Arkadi Rotenberg]Arkadi Rotenberg, à cause de ses liens avec le Kremlin et de controversés contrats passés[/url] , est... sous sanctions depuis l'annexion de la Crimée.[/size]

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/monde/europe/030350508152-la-crimee-future-tete-de-pont-du-marche-russe-2089093.php#6ix2e8VklOffibpv.99

travellergillou76

Messages : 373
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  travellergillou76 le Mar 23 Mai - 20:46

Un article très intéressant sur la Crimée dans les échos aujourd'hui.
La région suscite pas mal de convoitises. Very Happy

travellergillou76

Messages : 373
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Krispoluk le Mar 23 Mai - 22:08

travellergillou76 a écrit:Un article très intéressant sur la Crimée dans les échos aujourd'hui.
La région suscite pas mal de convoitises. Very Happy

La Crimée, sans eau et sans électricité (d'Ukraine), c'est Zéro... Suspect
avatar
Krispoluk

Messages : 3775
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Janchik le Mar 23 Mai - 22:18

Désolé, cet article est fade et reprend tout les poncifs et la propagande distillée par le Kremlin. La réalité est tout autre. La Crimée se transforme petit à petit en une caserne russe géante (bientôt plus de soldats que de vrais Criméens). Il faut demander aux habitant de Sevastopol ce qu'ils pensent de Medvedev après une visite chez eux. Les retraités ont demandé des comptes sur l'augmentation qu'ils attendent toujours et la flambée des prix (aussi cher qu'à Moscou, voir plus). Il leurs a juste répondu qu'il n'y avait pas d'argent pour ça, alors que lui se goinfre comme jamais (à voir la vidéo sur YouTube sur son train de vie et ses richesses accumulées depuis des années).
Aucuns investisseurs ne veux aller risquer un kopeck dans ce merdier! Trop peur d'être rackettés et de tout perdre.  Désolé, cet article ne reflète absolument pas la réalité (j'ai du monde dans la place et les nouvelles sont plutôt négatives)...
avatar
Janchik

Messages : 152
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Krispoluk le Mar 23 Mai - 22:30

Janchik a écrit:Désolé, cet article est fade et reprend tout les poncifs et la propagande distillée par le Kremlin. La réalité est tout autre. La Crimée se transforme petit à petit en une caserne russe géante (bientôt plus de soldats que de vrais Criméens). Il faut demander aux habitant de Sevastopol ce qu'ils pensent de Medvedev après une visite chez eux. Les retraités ont demandé des comptes sur l'augmentation qu'ils attendent toujours et la flambée des prix (aussi cher qu'à Moscou, voir plus). Il leurs a juste répondu qu'il n'y avait pas d'argent pour ça, alors que lui se goinfre comme jamais (à voir la vidéo sur YouTube sur son train de vie et ses richesses accumulées depuis des années).
Aucuns investisseurs ne veux aller risquer un kopeck dans ce merdier! Trop peur d'être rackettés et de tout perdre.  Désolé, cet article ne reflète absolument pas la réalité (j'ai du monde dans la place et les nouvelles sont plutôt négatives)...

Je pense exactement la même chose mais je n'ai pas osé l'écrire, je me suis tellement opposé à Gillou ces derniers temps qu'on aurait pu croire que je fais une fixation sur lui... Cool
avatar
Krispoluk

Messages : 3775
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 23 Mai - 23:57

travellergillou76 a écrit:Un article très intéressant sur la Crimée dans les échos aujourd'hui.
La région suscite pas mal de convoitises. Very Happy
Le "benjamin Quenelle" ressemble plutôt à un journaliste lobotomisé à la mode russe  scratch
Article à mettre dans la rubrique "Propagande russe" Evil or Very Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3267
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mer 24 Mai - 12:28

Itou, juste la "bonne parole" du Kremlin, rien de plus.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mer 24 Mai - 14:06

Quant on dit que les tatars ne lâchent rien:

Les Tatars de Crimée ont annoncé une déclaration sur la désoccupation de la péninsule



Les Tatars de Crimée ont annoncé une campagne de récolte de signatures en signe de soutien et d’approbation de la déclaration de la communauté internationale au sujet de la désoccupation de la Crimée. Ils prévoient de recolter 1 000 000 de signatures avant le 10 décembre 2017.

Cette information a été communiquée par Refat Tchoubarov, chef du Madjlis des Tatars de Crimée dans une interview au média «Apostrophe».

«Il est vrai que nous avons adopté une forme spéciale lors du rassemblement du Congrès international des Tatars de Crimée et nous avons déjà lancé une campagne du récolte de signatures. Notre objectif est d’obtenir un million de signatures dans le monde entier avant le 10 décembre 2017, Journée internationale des droits de l’Homme. La déclaration, avec toutes ces signatures sera envoyée aux organisations internationales respectées», a-t-il précisé.

Par cette action, les Tatars de Crimée souhaitent attirer l’attention de la communauté internationale sur ce qui se passe en Crimée et à l’est de l’Ukraine. «Nous voulons montrer à tout le monde que sans la résolution des problèmes généraux qui sont apparus suite à l’agression directe russe contre l’Ukraine, le monde ne peut plus avancer », a-t-il ajouté.

Refat Tchoubarov a ajouté que les Tatars sont en désaccord avec la lenteur des mesures prises par la communauté internationale face à l’agression russe. «Nous voudrions que les sanctions soient plus efficaces, nous voudrions que les actions soient plus décisives ».

Selon Refat Tchoubarov, les leviers de pression efficaces pour peser sur la Russie et que, pour le moment, le monde n’a pas osé utiliser sont le renforcement des sanctions économiques, notamment, l’embargo sur les ressources énergetiques russes, ainsi qu’une isolation totale de la Russie; l’isolation des politiciens russes, y compris Poutine, et le bannissement de la Russie des systèmes bancaire et financier internationaux.

Le chef du Madjlis estime que la communauté internationale doit créér les conditions pour que le pouvoir russe se sente en inconfort, et qu’une partie de ce pouvoir soit poussé à définir comme objectif d’evincer Poutine.
avatar
Александр

Messages : 4617
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Janchik le Mer 24 Mai - 19:12

Hourra, hourra!!! Les premiers vacanciers sont arrivés en Crimée lol!
avatar
Janchik

Messages : 152
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Krispoluk le Mer 24 Mai - 19:58

Janchik a écrit:Hourra, hourra!!! Les premiers vacanciers sont arrivés en Crimée lol!

Pas d'ironie facile, STP... Ici t'es sur un site sérieux ! Twisted Evil Cool Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 3775
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  travellergillou76 le Mer 24 Mai - 23:04

Janchik a écrit:Désolé, cet article est fade et reprend tout les poncifs et la propagande distillée par le Kremlin. La réalité est tout autre. La Crimée se transforme petit à petit en une caserne russe géante (bientôt plus de soldats que de vrais Criméens). Il faut demander aux habitant de Sevastopol ce qu'ils pensent de Medvedev après une visite chez eux. Les retraités ont demandé des comptes sur l'augmentation qu'ils attendent toujours et la flambée des prix (aussi cher qu'à Moscou, voir plus). Il leurs a juste répondu qu'il n'y avait pas d'argent pour ça, alors que lui se goinfre comme jamais (à voir la vidéo sur YouTube sur son train de vie et ses richesses accumulées depuis des années).
Aucuns investisseurs ne veux aller risquer un kopeck dans ce merdier! Trop peur d'être rackettés et de tout perdre.  Désolé, cet article ne reflète absolument pas la réalité (j'ai du monde dans la place et les nouvelles sont plutôt négatives)...
Je n'ai pas l'impression que cet article soit si pro Kremlin.

Quand à la vocation militaire de la Crimée , ça n'est pas exactement une nouveauté.

J'ai une amie d'origine criméenne (sa mère y vit). Elle m'a expliqué que si les conditions de vie là bas étaient en effet très difficiles, peu de gens sur place regrettaient la crimée ukrainienne. bounce

travellergillou76

Messages : 373
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  travellergillou76 le Mer 24 Mai - 23:06


Je pense exactement la même chose mais je n'ai pas osé l'écrire, je me suis tellement opposé à Gillou ces derniers temps qu'on aurait pu croire que je fais une fixation sur lui... Cool
Surtout que je ne suis pas l'auteur de l'article... Cool

travellergillou76

Messages : 373
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Janchik le Jeu 25 Mai - 8:45

travellergillou76 a écrit:
Janchik a écrit:Désolé, cet article est fade et reprend tout les poncifs et la propagande distillée par le Kremlin. La réalité est tout autre. La Crimée se transforme petit à petit en une caserne russe géante (bientôt plus de soldats que de vrais Criméens). Il faut demander aux habitant de Sevastopol ce qu'ils pensent de Medvedev après une visite chez eux. Les retraités ont demandé des comptes sur l'augmentation qu'ils attendent toujours et la flambée des prix (aussi cher qu'à Moscou, voir plus). Il leurs a juste répondu qu'il n'y avait pas d'argent pour ça, alors que lui se goinfre comme jamais (à voir la vidéo sur YouTube sur son train de vie et ses richesses accumulées depuis des années).
Aucuns investisseurs ne veux aller risquer un kopeck dans ce merdier! Trop peur d'être rackettés et de tout perdre.  Désolé, cet article ne reflète absolument pas la réalité (j'ai du monde dans la place et les nouvelles sont plutôt négatives)...
Je n'ai pas l'impression que cet article soit si pro Kremlin.

Quand à la vocation militaire de la Crimée , ça n'est pas exactement une nouveauté.

J'ai une amie d'origine criméenne (sa mère y vit). Elle m'a expliqué que si les conditions de vie là bas étaient en effet très difficiles, peu de gens sur place regrettaient la crimée ukrainienne
Bien sûr, il faut des masochistes partout. Quand tu dis que peu de gens regrettent la Crimée Ukrainienne, je pense que que tu y vas un peu fort. A part les retraités russes nostalgiques de l'ex URSS, je ne pense pas que beaucoup d'"actifs" soit content de leur situation actuelle. Même les retraités râlent sur les promesses non tenues au niveau des pensions. Va demander aux Tatars (pour moi les habitants historiques de la Crimée) s'ils ne regrettent pas la Crimée Ukrainienne. Non, je ne suis pas d'accord, en Crimée, il y a plus de mécontents sur cette situation. Mais comme le climat est à l'intimidation, il vaux mieux se taire et ne rien dire (là ça me rappelle l'ex URSS!).
avatar
Janchik

Messages : 152
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum