En Crimée

Page 42 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Jeu 21 Sep - 15:41

Ilmi Oumerov : « Je me considère comme un citoyen ukrainien ! J’appelle « annexion » une annexion ! »



Aujourd’hui, la dernière audience dans l’affaire Ilmi Oumerov s’est déroulée à la Cour de Simféropol, ville contrôlée  par la Russie. Le procureur, l’avocat et Ilmi Oumerov en personne ont mené les débats. 

Cette information a été communiquée par Ayshe Oumerova, la fille de l’accusé.

« Je me considère comme le citoyen d’un seul pays, l’Ukraine ! En 2014, je me suis ouvertement opposé à ce soi-disant référendum, à cette soi-disant annexion et à tout ce qui est arrivé par la suite. J’appelle  « annexion » une annexion,  et « occupation »un pouvoir imposé. Je pense qu’il faut revenir aux frontières établies en 1991 au moment de la chute de l’Union Soviétique.

Ces frontières ont été reconnues dans le monde entier et confirmées par des documents signés par l’Ukraine et la Fédération de Russie », a déclaré Ilmi Oumerov.

Il a aussi souligné que l’affaire contre lui a été entièrement falsifiée.

« Je ne renie ni mes convictions, ni mon opinion, mais je déclare : l’affaire contre moi a été falsifiée, l’appel dont je suis accusé n’a jamais existé ! », a-t-il dit. 
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Sam 23 Sep - 10:44

Mykola Semena est condamné à 2 ans et demi avec sursis



La Cour de Simferopol en Crimée occupée a condamné Mykola Semena, journaliste criméen, à 2 ans et demi avec sursis assortis d’une période de probation de 3 ans et l’interdiction de s'engager dans des activités publiques.
Cette information a été communiquée par « Crimée, Réalités ».

La veille, Mykola Semena, lors de sa dernière prise de parole, a déclaré que s’il était condamné, cela aura un impact négatif sur tout le journalisme en Russie.

Le 18 septembre, le procureur a requis pour Semena 3 ans de prison avec sursis assortis d’une période de probation de 3 ans et une interdiction de s'engager dans des activités publiques.

Le journaliste de « Radio Svoboda » et « Crimée Réalités », Mykola Semena est accusé par le gouvernement pro-russe d’appels publics à la violation de l'intégrité territoriale de la Russie. En avril 2016, le FSB russe a effectué une recherche dans sa maison, et en mai, il a été officiellement accusé d’avoir publié un article sur le site web de « Crimée Réalités ».

Mykola Semena assure que dans ses articles il utilisait son droit à la liberté de pensée.

Les organisations de défense des droits de l’Homme et des journalistes estiment que la poursuite de Semena est politiquement motivée.

UNESCO : la situation en Crimée occupée s’aggrave



La situation en Crimée, dans les domaines concernant l’UNESCO, continue de s’aggraver à cause de l’occupation illégale de la péninsule par la Russie.

Selon l’information, communiquée par le service de presse du ministère des Affaires Étrangères, ce sujet a été abordé lors d’une rencontre au siège de l’UNESCO le 20 septembre.

«Marc Bojanic, représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, et Anne Castagnos-Sen, adjoint du directeur de l’Amnesty International France, ont présenté des faits concrets de violations des droits de l’Homme et d'oppression des minorités nationales, de violations  de liberté de religion, de presse et d’expression d’opinions, de sécurité des journalistes et d’accès à l'éducation dans la langue maternelle en Crimée », peut-on lire sur le site du ministère.

Oleh Shamshur, représentant permanent de l’Ukraine auprès de l’UNESCO, a attiré l’attention sur l’oppression envers la démocratie en Crimée occupée, ainsi que la violation des droits des Ukrainiens et des Tatars de Crimée dans les domaines de l’enseignement, de la culture et de la liberté de parole.

Cette rencontre a été assistée de 120 représentants des missions permanentes des pays-membres accrédités auprès de l’UNESCO et des partenaires institutionnels de l’Organisation. 

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 25 Sep - 9:15

L’OSCE prévient que le verdict pour Semena aura des conséquences négatives



L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a sévèrement critiqué le verdict prononcé par la Cour de la Crimée à l’égard de Mykola Semena, un journaliste criméen condamné à deux ans et demi de prison avec sursis.

Cette déclaration a été faite par Harlem Désir, représentant de l'OSCE pour la liberté des médias.

« Je me réjouis que Semena ait été libéré de son assignation à résidence, mais le fait qu'il ait été condamné et exclu de toute activité publique aura un effet  négatif sur les journalistes et la liberté d'expression », a-t-il déclaré.

Il a demandé de supprimer toutes les allégations contre Mykola Semena, comme celles qui violaient les principes de  la liberté d'expression adoptés par l'OSCE et la liberté de la presse. En outre, l'organisation exige que le journaliste se déplace librement.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mar 26 Sep - 8:35

L’ONU : la situation des droits de l’Homme en Crimée s’est considérablement aggravée



Après l’annexion de la Crimée par la Russie, la situation des droits de l’Homme sur la péninsule s’est considérablement aggravée.

Cette information figure dans le rapport publié sur le site du Haut-Commissairiat des Nations Unies aux droits de l’Homme.

« Il s’agit de sérieuses violations des droits de l’Homme, telles que des arrestations et des détentions arbitraires, des disparitions forcées, des tortures et mauvais traitements », peut-on lire dans le rapport.

Le document souligne que tous les habitants locaux ont souffert après l’annexion de la Crimée par la Russie lorsque toutes les lois ukrainiennes ont été remplacées par des lois russes. Des dizaines de milliers de personnes témoignent  d’un impact négatif de la nationalité russe. Ces actes de la Russie sont une violation flagrante du droit humanitaire international et des droits de l’Homme.

Le rapport contient 20 recommandations au gouvernement russe pour l’exhorter à respecter les droits de l’Homme et enquêter efficacement sur les allégations de tortures, les enlèvements et les meurtres impliquant des forces de sécurité de Crimée.

L’ONU souligne que des centaines de personnes ont été emprisonnées avant d’être jugées et transférées en Fédération de Russie ce qui est sévèrement interdit par le droit humanitaire international. Au moins, dix personnes ont été enlevées et portées disparues.

Parmi les victimes figurent les opposants au référendum de mars 2014 et ceux qui critiquent le pouvoir russe : des journalistes, des bloggeurs, des activistes et des partisans du Madjlis.

ONU: la Russie exproprie des biens public et privé en Crimée



The Russian Federation conducts large-scale expropriation of public and private property in Crimea without observing the norms of international law. 

This is stated in the report released on the site of the United Nations High Commissioner for Human Rights on Monday, September 25.

"Large scale expropriation of public and private property has been conducted without compensation or regard for international humanitarian law provisions protecting property from seizures or destruction," the report says.

As noted, the Crimean Tatars who returned from deportation in the 1990s and built their houses on land plots without obtaining construction permits “remain at risk of seeing their security of tenure contested and being forcibly evicted.”

La Fédération de Russie procède à une expropriation à grande échelle de biens publics et privés en Crimée sans respecter les normes du droit international.

Ceci est indiqué dans le rapport publié sur le site du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme le lundi 25 septembre.

"L'expropriation à grande échelle de biens publics et privés a été menée sans compensation ni respect pour les dispositions du droit international humanitaire protégeant les biens contre les saisies ou la destruction", indique le rapport.

Comme on l'a noté, les Tatars de Crimée qui sont retournés de la déportation dans les années 1990 et ont construit leurs maisons sur des terrains sans obtenir de permis de construction «restent à risque de voir leur sécurité de tenure contestée et expulsée par la force».
Shocked ???
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 2 Oct - 11:14

Un nouvel "idiot utile":

Samy Naceri s’est retrouvé sur la liste noire du site « Myrotvorets »



Samy Naceri, acteur français, célèbre pour son son rôle dans le film « Taxi » s’est retrouvé sur la liste noire du site « Myrotvorets ».

L’acteur a été classé dans la catégorie « Purgatoire ».

« Il s’agit d’une violation délibérée de la frontière ukrainienne lors de son entrée en Crimée, occupée par la Russie », expliquent les gérants du site.

« Myrotvorets » a inscrit le comédien dans sa base de données après que ce dernier est arrivé en Crimée pour participer au « Forum de la paix ».
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 2 Oct - 14:11

Crimea suffering from ‘East German Syndrome,’ Moscow scholar says

La Crimée souffrant du «syndrome de l'Allemagne de l'Est», dit un chercheur de Moscou


Left: Hitler announces the Anschluss of Austria on the Heldenplatz, Vienna, Austria on 15 March 1938. (Image: Wikipedia)

Right: Putin speaking in occupied Sevastopol to celebrate 18 March 2014 anschluss of the Crimean peninsula from Ukraine conducted by Russian military and special forces. May 9, 2014 (Image: kremlin.ru) 


There have been almost as many premature deaths in Crimea as a result of rapidly rising mortality rates on the Ukrainian peninsula since the Russian Anschluss as there have been combat losses in the Donbas, 9400 compared to 10,000 respectively, Igor Gundarov, an independent medical expert in Moscow says.

For the fourth year in a row – that is for the period since Vladimir Putin seized the peninsula – “Crimeans have been under the influence of a growing increase in mortality rates, the cause of which has still not become the subject of scholarly analysis, he writes in Nezavisimaya gazeta.

What is happening in Crimea now, Gundarov says, resembles what happened in Russia in the 1990s and even more what happened in East Germany after reunification. It does not reflect what was the case before Crimea was annexed: “From 2005 through 2013, mortality” in Crimea as in Ukraine and in Russia, he points out, “had fallen without interruption.”




Russian special forces and mercenaries subdue and escort away a local resident before Russian troops assault the Ukrainian Belbek airbase, outside Sevastopol, Crimea, on March 22, 2014. (Image: AP Photo/Ivan Sekretarev)

Medical risk factors like smoking and drinking don’t explain this because they don’t change so quickly, and in Crimea over the last four years, deaths from overconsumption of alcohol have even fallen. And there are other inexplicable developments as well, the Moscow medical expert says.

“For the first time in the history of demography, the acceleration of the growth of mortality among women has exceeded that of men. If in 2014, for every 1000 men aged 35 to 59 there were 1256 women, in 2015, that had fallen to only 982 women per 1000 men, that is, by 28 percent fewer.”



According to Gundarov, “contemporary medicine isn’t capable of explaining the cause of super-high mortality in Crimea,” but events in Russia in the 1990s and in the GDR at the time of reunification point to a possible explanation, the impact on geography of “a deformed public consciousness.”



This involves such things as theft, violence, murders, divorce and general criminality, factors that reflect how people really feel about developments in contrast to what they say. In Russia in the 1990s and East Germany at the time of reunification, people said they were pleased by the development. The same is true in Crimea, he reports.

But their actions, which reflect their “subconscious” feelings, point in a different direction and do have demographic consequences. Unfortunately, the link between subconscious feelings and demography and the impact of cognitive dissonance between conscious and unconscious feelings are “typically ignored by sociologists.”




A view of the Russian entry point into the Ukrainian peninsula of Crimea occupied by Russia in March 2014 (Image: Kommersant.ru)

What is taking place in Crimea now, Gundarov says, might best be termed “the GDR syndrome,” with rising crime, most of it economic, reflecting the “impoverishment of the population and the vulgarization of social relations. An MVD officer in Sevastopol says that crime is up because unemployment is up. “There is no work, but people want to live.”

“Two-thirds of those who commit crimes do not have a permanent source of income,” and increasingly they are committing ever more violent crimes, including murder, battery, and other attacks. And at the same time, they are turning away from activities of intellectual and cultural development. Moreover, “the number of divorces has increased 200 percent.”



All these factors taken together have depressed the birthrate and produced what can only be called “a humanitarian catastrophe,” the product the medical scholar says of “the GDR syndrome” there. What is especially unfortunate, he continues, is that the methods the authorities there are using to address this are not going to work.



Consequently, the GDR syndrome is likely to last far longer than it did in Germany.

Gauche: Hitler annonce l'Anschluss d'Autriche sur Heldenplatz, Vienne, Autriche le 15 mars 1938. (Image: Wikipedia)

A droite: Poutine s'exprime en Sébastopol occupée pour célébrer le 18 mars 2014 à l'origine de la péninsule de Crimée en provenance d'Ukraine menée par des forces militaires russes et des forces spéciales. 9 mai 2014 (Image: kremlin.ru)


Il y a eu presque autant de décès prématurés en Crimée en raison de la hausse rapide des taux de mortalité dans la péninsule ukrainienne depuis l'Anschluss russe, car il y a eu des pertes de combat dans les Donbas, 9400 contre 10 000 respectivement, Igor Gundarov, expert médical indépendant Dit Moscou.

Pour la quatrième année consécutive - c'est pour la période depuis que Vladimir Poutine a saisi la péninsule - «Les Crimées ont été sous l'influence d'une augmentation croissante des taux de mortalité, dont la cause n'a toujours pas fait l'objet d'une analyse scolaire, il écrit dans Nezavisimaya gazeta.

Ce qui se passe actuellement en Crimée, dit Gundarov, ressemble à ce qui s'est passé en Russie dans les années 1990 et même plus à ce qui s'est passé en Allemagne de l'Est après la réunification. Cela ne reflète pas ce qu'était avant que la Crimée n'ait été annexée: "De 2005 à 2013, la mortalité" en Crimée, comme en Ukraine et en Russie, souligne-t-il, "est tombé sans interruption".


Les facteurs de risque médicaux comme le tabagisme et la consommation ne l'expliquent pas parce qu'ils ne changent pas si rapidement et, en Crimée, au cours des quatre dernières années, les décès dus à une consommation excessive d'alcool sont même tombés. Et il y a aussi d'autres développements inexplicables, selon l'expert médical de Moscou.

"Pour la première fois dans l'histoire de la démographie, l'accélération de la croissance de la mortalité chez les femmes a dépassé celle des hommes. Si en 2014, pour 1000 hommes âgés de 35 à 59 ans, il y avait 1256 femmes, en 2015, qui ne représentaient que 982 femmes pour 1000 hommes, soit 28 pour cent de moins.

Selon Gundarov, "la médecine contemporaine n'est pas capable d'expliquer la cause de la mortalité super-élevée en Crimée", mais les événements en Russie dans les années 1990 et en RDA au moment de la réunification indiquent une explication possible, l'impact sur la géographie de «conscience publique déformée».


Cela implique des choses telles que le vol, la violence, les meurtres, le divorce et la criminalité générale, facteurs qui reflètent la façon dont les gens se sentent réellement sur les développements, contrairement à ce qu'ils disent. En Russie dans les années 1990 et en Allemagne de l'Est au moment de la réunification, les gens ont déclaré qu'ils étaient ravis du développement. Il en va de même en Crimée, rapporte-t-il.

Mais leurs actions, qui reflètent leurs sentiments «subconscients», orientent une direction différente et ont des conséquences démographiques. Malheureusement, le lien entre les sentiments subconscients et la démographie et l'impact de la dissonance cognitive entre les sentiments conscients et inconscients sont «généralement ignorés par les sociologues».


Ce qui se passe actuellement à la Crimée, selon Gundarov, pourrait être qualifié de «syndrome de la RDA», avec la criminalité croissante, la plus économique économique, reflétant l'appauvrissement de la population et la vulgarisation des relations sociales. Un officier de MVD à Sébastopol dit que le crime est en hausse parce que le chômage est en hausse. "Il n'y a pas de travail, mais les gens veulent vivre".

"Les deux tiers de ceux qui commettent des crimes n'ont pas de source permanente de revenus", et de plus en plus ils commettent des crimes de plus en plus violents, y compris le meurtre, la batterie et d'autres attaques. Et en même temps, ils se détournent des activités de développement intellectuel et culturel.
En outre, «le nombre de divorces a augmenté de 200 pour cent».

Tous ces facteurs pris ensemble ont déprimé le taux de natalité et ont produit ce qu'on ne peut appeler «une catastrophe humanitaire», le produit que l'érudit clinique dit du «syndrome de la RDA» là-bas.
Ce qui est particulièrement regrettable, poursuit-il, c'est que les méthodes utilisées par les autorités pour résoudre ce problème ne fonctionnent pas.

Par conséquent, le syndrome de la RDA devrait durer bien plus longtemps qu'il ne l'était en Allemagne.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 2 Oct - 15:11

Et encore trois tatars arrêté:

Le FSB a arrêté trois Tatars de Crimée



En Crimée occupée, les agents du FSB russe ont arrêté trois Tatars: Renat Souleymanov, Arsen Koubedinov et Seyran Moustafaev.

Cette information a été communiquée par l’avocat Edem Semedlyaev.

« Pour le moment, nous savons qu’au moins trois personnes ont été arrêtées. Il s’agit de Renat Souleymanov, Arsen Koubedinov et Seyran Moustafaev », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Renat Souleymanov a été emmené par des inconnus dans une voiture de service sans plaque d’immatriculation après une perquisition dans le village de Molodizhne où l’avocat n’a pas été admis.​
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mar 3 Oct - 9:53

Le Parlement européen adopte une résolution à l'appui des Tatars de Crimée réprimés par la Russie



The European Parliament will hold debates and vote for a resolution in support of the leaders of the Crimean Tatar people who are persecuted by the Russian occupation regime in Crimea.

The relevant issue is included into the agenda of the plenary session of the EU legislative body on Thursday, October 5, according to an Ukrinform correspondent.

"The cases of Crimean Tatar leaders Akhtem Chiyhoz, Ilmi Umerov and journalist Mykola Semena" is the title of the draft resolution that will be considered within the framework of the European Parliament meeting dedicated to the violation of human rights, democracy and the rule of law.

Le Parlement européen tiendra des débats et votera pour une résolution à l'appui des dirigeants des Tatar de Crimée qui sont persécutés par le régime d'occupation russe en Crimée.

La question pertinente est incluse dans l'ordre du jour de la session plénière du corps législatif de l'UE le jeudi 5 octobre, selon un correspondant Ukrinform.

"Les cas des dirigeants Tatar de Crimée Akhtem Chiyhoz, Ilmi Umerov et journaliste Mykola Semena" sont le titre du projet de résolution qui sera examiné dans le cadre de la réunion du Parlement européen consacrée à la violation des droits de l'homme, de la démocratie et de la règle de droit .
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mar 3 Oct - 10:28

Kyiv dit que les tentatives d'utiliser l'UNESCO pour légitimer l'occupation de la Crimée seront arrêtées



The 22nd meeting of the Ukrainian National Commission for UNESCO, which was held at the Ukrainian Foreign Ministry on September 28, was devoted primarily to the situation in Russia-occupied Crimea, the ministry's press service reported on September 29.

"In our work at UNESCO, we must always remember that part of the territory of Ukraine is occupied and draw the attention of our partners to it. We will do everything we can to prevent any attempts to use UNESCO to legitimize the illegal annexation of Crimea," Deputy Foreign Minister and Chairman of the Ukrainian National Commission for UNESCO Serhiy Kyslytsia said.

The commission's members paid special attention to the monitoring of the state of cultural heritage sites in Crimea, the preparation of the register of moveable and immovable sights and objects of Ukraine located in museum funds on Crimean territory, as well as Ukraine's accession to the Second Protocol to the Hague Convention of 1954 for the Protection of Cultural Property in the Event of Armed Conflicts.

La 22ème réunion de la Commission nationale ukrainienne pour l'UNESCO, qui a eu lieu au ministère ukrainien des Affaires étrangères le 28 septembre, a été consacrée principalement à la situation dans la Crimée occupée par la Russie, a annoncé le service de presse du ministère le 29 septembre.

"Dans notre travail à l'UNESCO, nous devons toujours nous rappeler que la partie du territoire de l'Ukraine est occupée et attirer l'attention de nos partenaires. Nous ferons tout notre possible pour éviter toute tentative d'utiliser l'UNESCO pour légitimer l'annexion illégale de la Crimée
", A déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères et président de la Commission nationale ukrainienne pour l'UNESCO Serhiy Kystictsia.

Les membres de la Commission ont accordé une attention particulière au suivi de l'état des sites du patrimoine culturel en Crimée, à la préparation du registre des sites et objets mobiles et mobiliers de l'Ukraine situés dans des fonds de musée sur le territoire de Crimée, ainsi que l'adhésion de l'Ukraine au Deuxième Protocole à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Jeu 5 Oct - 13:41

OPINION: Crimean seizure was geopolitical equivalent of a plastic bag over the head

OPINION: La saisie de Crimée était équivalente géopolitique d'un sac en plastique sur la tête

European politicians who call for pragmatic thaw in ties with Russia need to think carefully about the nature of the international crimes they would be condoning


Invaders Without Insignias: Russian soldiers removed all identification markings before seizing control of Ukraine's Crimean peninsula in February-March 2014 sparking the biggest international security crisis since the end of the Cold War
Envahisseurs sans insignes: les soldats russes ont enlevé toutes les marques d'identification avant de prendre le contrôle de la péninsule de Crimée d'Ukraine en février-mars 2014, déclenchant la plus grande crise de sécurité internationale depuis la fin de la guerre froide

Time after time, the issue of Crimea has appeared during the course of the election campaign in Austria. In light of regular calls by some Austrian politicians to accept the Russian occupation of Crimea, it is time to remind them of some basic facts.

First, Crimea is just as Russian under Putin as Austria was German under Hitler. The annexation was an obvious and clear breach of fundamental international law. Primarily, this means it was in direct violation of all bilateral treaties between Ukraine and Russia, beginning with the 1994 Budapest Memorandum, under which Russia (in exchange for Ukraine surrendering what was at the time one of the world’s latest arsenals of nuclear weapons) vowed to respect the inviolability of Ukrainian borders.

Second, no one stood in anyone’s way in Ukrainian Crimea; no one’s rights were violated. The annexation was an unprovoked land grab in the worst traditions of the twentieth century’s darkest chapters. Caused solely by the Kremlin’s imperial greed.

Third, there is no way to make an illegal Anschluss legal. The euphoric faces of some locals prove nothing. Due to its own historic experience, Europe, in particular Austria knows this better than anyone. The so-called “referendum” in Crimea was a travesty, observed solely by those who need observation themselves.

Fourth, the notion that “Crimea was always Russian” does not hold water. Crimea was part of the Russian Empire and then part of the Russian Soviet Federal Republic in 1784-1954, but it was under Crimean Tatar and Ottoman Empire rule for considerably longer. As historic reference, Kyiv was a part of the Russian and Soviet empires from 1654 until 1991. By this logic, is the Kremlin entitled to proclaim Kyiv as “eternally Russian” and occupy it too? Can any European politician afford such logic?

Fifth, the 2014 Anschluss was not bloodless as many apologists claim. The most striking example is the fate of 39-year-old Reshat Ametov, who was tortured and shot in the eye just for holding a piece of paper that said: “No to the occupation!” This happened on 3 March 2014, at the outset of the annexation. An ocean of hate had not yet come to separate Ukraine and Russia. Ukrainians were watching the occupation unfold in a kind of collective paralysis, unable to imagine that a “Ukrainian-Russian War” was even possible. The Kremlin obviously did not have any such qualms. It came, it killed, and it took away our land.

Dozens of ethnic Ukrainians and Crimean Tatars have vanished during the occupation. Political prisoners like Oleg Sentsov, Oleksandr Kolchenko and Hennady Afanasyev have been tortured with electric cables and plastic bags. Just recently, the occupiers imprisoned and sentenced some of the elder statesmen of the Crimean Tatar community, the politicians Akhtem Chiygoz and Ilmi Umerov. I cannot help but wonder: do Putin’s friends in Europe have any idea what an electric cable feels like when applied to human skin? Do they know what it is like to have a plastic bag jammed over their head?

This is how Russia came to Crimea – like a plastic bag thrust over the head. Russia came via broken treaties and behind the barrel of a gun. The seizure led to unthinkable suffering for some – and yes, it provoked happy, almost sadistic tears in some others. Does this not bring to mind the European evil of 1938? It is hard not to think back to those dark days when we are confronted by the realities of Putin’s Crimean crime, and when we witness the apparent eagerness of so many European politicians to turn a blind eye.
 
About the author: Olexander Scherba is the Ambassador of Ukraine to Austria

Les politiciens européens qui appellent à une décongélation pragmatique des liens avec la Russie doivent réfléchir sérieusement à la nature des crimes internationaux souhaitables

Une fois de plus, la question de la Crimée est apparue au cours de la campagne électorale en Autriche. À la lumière des appels réguliers de certains politiciens autrichiens pour accepter l'occupation russe de la Crimée, il est temps de leur rappeler quelques faits fondamentaux.

Tout d'abord, la Crimée est tout aussi russe sous Poutine que l'Autriche était allemande sous Hitler. L'annexion était une violation évidente et claire du droit international fondamental. Principalement, cela signifie qu'il s'agissait en violation directe de tous les traités bilatéraux entre l'Ukraine et la Russie, en commençant par le Mémorandum de Budapest de 1994, selon lequel la Russie (en échange de l'Ukraine qui cédait ce qui était à l'époque l'un des derniers arsenaux d'armes nucléaires au monde) a juré
de respecter l'inviolabilité des frontières ukrainiennes.

Deuxièmement, personne ne se tenait dans la voie de la personne en Crimée ukrainienne; aucun droit de personne n'a été violé. L'annexion était une prise de terre non provoquée dans les pires traditions des chapitres les plus sombres du vingtième siècle.
Causé uniquement par la cupidité impériale du Kremlin.

Troisièmement, il n'y a aucun moyen de rendre illégal illégalement légal. Les visages euphoriques de certains habitants ne prouvent rien. En raison de sa propre expérience historique, l'Europe, en particulier l'Autriche, le sait mieux que quiconque.
Le soi-disant «référendum» en Crimée était une parodie, observée uniquement par ceux qui ont besoin d'une observation eux-mêmes.

Quatrièmement, la notion selon laquelle «la Crimée était toujours russe» ne contient pas d'eau. La Crimée faisait partie de l'Empire russe et ensuite de la République fédérale soviétique russe en 1784-1954, mais c'était sous la domination tatarienne et ottomane de Crimée pendant beaucoup plus longtemps. En tant que référence historique, Kyiv faisait partie des empires russes et soviétiques de 1654 à 1991. Selon cette logique, le Kremlin a-t-il le droit de proclamer Kyiv comme «éternellement russe» et l'occuper aussi? Un politicien européen peut-il avoir une telle logique?


Cinquièmement, l'Anschluss de 2014 n'était pas sans sang, comme beaucoup d'apologistes l'affirment. L'exemple le plus frappant est le sort de Reshat Ametov, âgé de 39 ans, qui a été torturé et tiré dans les yeux juste pour tenir un morceau de papier qui a déclaré: "Non à l'occupation!" Cela s'est passé le 3 mars 2014, à la début de l'annexion. Un océan de haine n'était pas encore venu séparer l'Ukraine et la Russie. Les Ukrainiens regardaient l'occupation se dérouler dans une sorte de paralysie collective, incapable d'imaginer qu'une «guerre ukrainienne-russe» soit même possible. Le Kremlin n'a évidemment pas eu de pareils scandales. Il est venu, il a tué, et il a emmené notre terre.

Des dizaines d'Ukrainiens et de Tatars de Crimée ont disparu pendant leur occupation. Des prisonniers politiques comme Oleg Sentsov, Oleksandr Kolchenko et Hennady Afanasyev ont été torturés avec des câbles électriques et des sacs en plastique. Tout récemment, les occupants ont emprisonné et condamné certains des hommes d'État aînés de la communauté tatare de Crimée, les politiciens Akhtem Chiygoz et Ilmi Umerov. Je ne peux m'empêcher de me demander: les amis de Poutine en Europe ont-ils une idée de ce que ressemble un câble électrique lorsqu'on l'applique à la peau humaine?
Est-ce qu'ils savent ce que c'est que d'avoir un sac en plastique coincé sur leur tête?

C'est ainsi que la Russie est venue en Crimée - comme un sac en plastique sur la tête. La Russie est venue par des traités brisés et derrière le canon d'un fusil. La saisie a conduit à des souffrances impensables pour certains - et oui, cela a provoqué des larmes heureuses et presque sadiques dans d'autres. Est-ce que cela ne rappelle pas le mal européen de 1938?
Il est difficile de ne pas réfléchir à ces jours sombres lorsque nous sommes confrontés aux réalités du crime de Crimée de Poutine et lorsque nous sommes témoins de l'apparente envie de tant de politiciens européens de fermer les yeux.

 A propos de l'auteur: Olexander Scherba est l'Ambassadeur d'Ukraine en Autriche
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 9 Oct - 9:28

La délégation ukrainienne soulève une question de militarisation de la Crimée lors de la session de l'AP à l'OTAN à Bucarest



The Ukrainian delegation has raised the issue of the militarization of Crimea at the NATO Parliamentary Assembly session in Bucharest.

Chairwoman of the Permanent Delegation of Ukraine to the NATO Parliamentary Assembly, MP Iryna Fryz wrote this on her Facebook page.

"During the ongoing discussion, we focused the attention of the NATO PA members on the issues of militarization of Crimea, violation of human rights and freedoms by de facto authorities in the peninsula, compulsory grating of Russian citizenship to residents of Crimea, shameful sentences to Ilmi Umerov, Akhtem Chiygoz..." Fryz wrote.

La délégation ukrainienne a soulevé la question de la militarisation de la Crimée lors de la session de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN à Bucarest.

Présidente de la Délégation permanente de l'Ukraine auprès de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, le député Iryna Fryz a écrit ceci sur sa page Facebook.

"Au cours de la discussion en cours, nous avons attiré l'attention des membres de l'AP de l'OTAN sur les questions de militarisation de la Crimée, violation des droits de l'homme et des libertés par les autorités de facto dans la péninsule, grillage obligatoire de la citoyenneté russe aux habitants de la Crimée, phrases honteuses Ilmi Umerov, Akhtem Chiygoz ... "Fryz a écrit.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 9 Oct - 13:29

Les autorités pro-russes ont décrété que le Palais des Khans de Bakhtchissaraï deviendrait propriété de la « République »



L’instance « Registre national » a approuvé le droit de propriété concernant 32 dépendances immobilières du Palais des Khans de Bakhtchissaraï.

C’est ainsi : le monument est devenu « propriété de la République ».

Le Palais des Khans, est situé dans la ville de Bakhtchyssaraï en Crimée. Il fut construit au XVI ème siècle et devint la résidence principale des Khans de Crimée. À l'intérieur, des murailles dissimulent une mosquée, un harem, un cimetière, des quartiers de vie et des jardins.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mer 11 Oct - 9:02

L'UNESCO pourrait introduire un suivi direct en Crimée



La violation des normes de l'UNESCO en Crimée occupée constitue un sérieux défi pour la communauté internationale et l'introduction d'une surveillance directe dans la péninsule serait une réponse adéquate à cette violation.

Le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères, représentant de l'Ukraine au Conseil exécutif de l'UNESCO, Serhiy Kyslytsia, a fait cette déclaration lors de la séance plénière de la 202e session du Conseil exécutif à Paris.

Serhiy Kyslytsia a dénoncé les violations flagrantes des droits de l'homme sur le territoire de la péninsule occupée et a souligné l'importance d'unir les efforts de la communauté internationale afin de résoudre le problème de l'occupation illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol par la Russie.

« L'UNESCO doit répondre aux changements dynamiques dans le monde moderne. L'énorme potentiel de l'Organisation doit être pleinement utilisé. Un test décisif de la capacité de l'UNESCO à répondre de manière adéquate aux défis du 21e siècle devrait être l'introduction d'un suivi direct en Crimée », a déclaré Kyslytsia.

À cet égard, il s'est félicité des progrès réalisés dans les consultations entre l'Ukraine et le Secrétariat de l'UNESCO sur les paramètres du suivi.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Mer 11 Oct - 10:37

Et c'est reparti pour un tour de répression:

Crimée : les occupants effectuent des perquisitions chez des Tatars de Crimée à Bakhtchissaraï



Le matin du 11 octobre 2017, les forces de sécurité russes ont commencé à mener des perquisitions au domicile de plusieurs Tatars de Crimée musulmans dans la ville de Bakhtchissaraï, située en Crimée occupée par la Russie.

Selon la Radio Svoboda, cette information a été communiquée par le militant du mouvement national tatar de Crimée, Zaїr Smedlyayev, sur sa page Facebook :

« A Bakhtchissaraï, une nouvelle vague de répressions: des perquisitions ont commencé », a écrit Smedlyayev, ajoutant que les forces de sécurité procédaient à des fouilles dans six habitations.

Le militant a noté qu'il s'agissait en particulier des maisons de Souleiman Asanov, de Timour Ibragimov, de Marlen Asanov, de Memet Belyalov, de Seyran Saliyev et de Server Zekeryaev.

Il n'y a toujours pas de commentaires officiels des forces de sécurité russes à ce sujet.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères s'est indigné de la déclaration de Zeman sur la « vente » de la Crimée



L'Ukraine est indignée d'entendre la déclaration du président tchèque Miloš Zeman concernant la Crimée, lors de la session de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

« La déclaration faite par le président Miloš Zeman au cours de la session de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe le 10 octobre 2017 a soulevé l'indignation de l'Ukraine. La tentative de proposer non seulement de pacifier l'agresseur, mais également de légitimer l'annexion de la République autonome de Crimée par la « vente » d'une partie de notre territoire est absolument inacceptable pour l'Europe moderne. Il est difficile de croire que nous l'entendons du président d'un pays qui a tant souffert à cause des accords de Munich », indique le communiqué du ministère des Affaires étrangères de l'Ukraine.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Ven 20 Oct - 12:45

Les comptes Facebook des militants pro-Ukraine bloqués par la Russie au moment de l’annexion de la Crimée



Au cours de l’opération de l’annexion de la Crimée en 2014, en utilisant les usines de trolls et ses services spéciaux, la Russie a mis en place un blocage massif des publications des militants pro-Ukraine sur Facebook afin d’obtenir un avantage informationnel temporaire, brouiller les messages en provenance de la Crimée sur l’invasion et inonder les médias de la communauté internationale avec un flot de la désinformation.

L’isolement informationnel ou Comment on a bloqué la Crimée

La chaîne de télévision américaine MSNBC , en référence à la publication de The Daily Beast a déclaré que lors de l’annexion de la Crimée la Russie a profité des failles des règles de modération sur Facebook pour en faire supprimer les messages et les statuts au contenu indésirable, en générant en même temps un grand nombre de faux signalements  pour « contenu indterdit ».Ceci a empêché la diffusion d’informations sur l’agression russe et l’annexion de la péninsule de Crimée.
L’ancien adjoint au secrétaire d’Etat pour les stratégies des technologies numériques, Moira Veylan, a confirmé cette information.
« C’est vrai à 100% .Beaucoup d’entre nous, au Département d’Etat, avons essayé d’aider les collègues en Ukraine, en Géorgie et ailleurs. Facebook a laissé nos requêtes sans réponse »,écrit- elle .De nombreux bénévoles de la communauté internationale InformNapalm, qui ont à l’époque posté des messages sur Facebook au sujet des faits d’agression russe en Crimée confirment eux aussi qu’ à plusieurs reprises ils se sont retrouvés face aux blocages du contenu suite à des signalements délibérés.
Comment le blocus informationnel a finalement été rompu (vidéo)

Malgré le blocus de l’information postée depuis la Crimée, les militants pro-Ukraine en Crimée ont parfois réussi a largement diffuser des faits de l’invasion russe auprès de la communauté internationale. Certains reportages ont suscité un tel intérêt de la part l’audience qu’aucune usine de trolls n’a rien pu faire.

Tel a été le sort de la vidéo transmise aux bénévoles d’InformNapalm par les participants des événements en Crimée. La vidéo représente des militaires des forces spéciales russes, qui le matin du 2 Mars, 2014 ont pénétré illégalement sur le territoire du Centre de formation de la marine ukrainienne du 191e Détachement et ont tenté de s’emparer des armes, mais ont été bloqués par des soldats ukrainiens à l’aide d’un BTR-80.

Cette vidéo a suscité de multiples réactions de la part de l’audience, suite à sa diffusion par Facebook. Plus de 2 millions de personnes ont vu cette vidéo seulement en espace de quelques jours, sur la chaîne YouTube d’InformNapalm et, ensuite, des dizaines de personnes l’ont vu dans des reportages diffusés à la télévision du monde entier. Ceci est un exemple de la rupture du blocus de l’information abouti durant les premiers jours de l’invasion russe en Crimée.



Les Etats-Unis accusent la Russie de la campagne d'oppression des Tatars de Crimée



Russia continues its campaign of oppression and persecution of Crimean Tatars and those citizens who do not agree with the Russian occupation of the Ukrainian peninsula.

Harry Kamian, the Chargé d’ Affaires, a.i., to the U.S. Mission to the OSCE said this at the OSCE Permanent Council meeting in Vienna on Thursday, an Ukrinform correspondent reports.

"The restrictions on freedom of expression in Russia-occupied Crimea are appalling. We are concerned by reports that at least 49 Crimean Tatars were arbitrarily detained on October 14 for staging one-person protests in towns all around the Crimean peninsula," the American diplomat said.

He noted that the protesters opposed violent police raids on Crimean Tatar homes in Bakhchisaray. “These detentions are part of an orchestrated campaign of oppression of the Crimean Tatars, and of anyone else who opposes Russia’s purported annexation and occupation of the Crimean peninsula,” Kamian said.

In this regard, he called upon Russia to end its repressive actions in occupied Crimea and return control of Crimea to Ukraine.

“The United States fully supports Ukraine’s sovereignty, independence, and territorial integrity within its internationally-recognized borders. We do not, nor will we ever, recognize Russia’s purported annexation of Crimea. And Crimea-related sanctions on Russia will remain in place until Russia returns full control of the peninsula to Ukraine,” U.S. Chargé d’Affaires to the U.S. Mission to the OSCE said.

La Russie poursuit sa campagne d'oppression et de persécution contre les Tatars de Crimée et contre les citoyens qui ne sont pas d'accord avec l'occupation russe de la péninsule ukrainienne.

Harry Kamian, Chargé d'Affaires, a.i., à la Mission des Etats-Unis auprès de l'OSCE l'a déclaré lors de la réunion du Conseil permanent de l'OSCE à Vienne jeudi, rapporte un correspondant d'Ukrinform.

"Les restrictions à la liberté d'expression en Crimée occupée par la Russie sont effroyables et nous sommes préoccupés par les informations selon lesquelles au moins 49 Tatars de Crimée ont été arbitrairement arrêtés le 14 octobre pour avoir organisé des manifestations individuelles dans les villes de la péninsule de Crimée".
m'a dit.

Il a noté que les protestataires s'opposaient à de violentes descentes de police sur les maisons des Tatars de Crimée à Bakhchisaray.
"Ces arrestations font partie d'une campagne orchestrée d'oppression des Tatars de Crimée et de quiconque s'oppose à l'annexion et à l'occupation présumée de la péninsule de Crimée", a déclaré Kamian.

À cet égard, il a appelé la Russie à mettre fin à ses actions répressives en Crimée occupée et à rendre le contrôle de la Crimée à l'Ukraine.

"Les États-Unis soutiennent pleinement la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons jamais la prétendue annexion de la Crimée par la Russie. Et les sanctions liées à la Crimée à l'égard de la Russie resteront en place jusqu'à ce que la Russie revienne à l'Ukraine sous le contrôle total de la péninsule ", a déclaré le chargé d'affaires américain auprès de la mission américaine auprès de l'OSCE.


Et tant qu'à faire:

У экс-прокурора Крыма Натальи Поклонской остается украинское гражданство
L'ancien procureur de la Crimée Natalia Poklonskaya garde la citoyenneté ukrainienne

Детали: bit.ly 2gwuyfl 

avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Ven 20 Oct - 14:07

Александр a écrit:
У экс-прокурора Крыма Натальи Поклонской остается украинское гражданство
L'ancien procureur de la Crimée Natalia Poklonskaya garde la citoyenneté ukrainienne

Детали: bit.ly 2gwuyfl 

Questions :
1- Pourquoi n'a t'elle pas été déchue de sa nationalité ukrainienne scratch
2- Comment peux t'on être, sur le plan juridique, procureur ukrainien en territoire russe scratch

A part être fusillée ou pendue pour haute-trahison et collaboration avec l'ennemi geek
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Ven 20 Oct - 14:16

Serge est mieux placé que moi pour répondre. Wink
Mais elle était en Crimée et y est restée.
Possible qu'elle n'ai pas changé son passeport ukrainien par un russe.
Comme l'Ukraine a d'autres chat(te)s à fouetter . . . passage entre les mailles du filet. geek
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Thuramir le Sam 21 Oct - 14:29

C'est à l'Ukraine de déchoir ses citoyens de leur nationalité, mais cela doit se faire selon les règles légales, pour autant que le droit ukrainien prévoie cette possibilité (ce que je suppose doit être possible). Et c'est donc soit de l'inertie ukrainienne, soit, comme le dit Pierre, qu'il y a d'autres chats à fouetter.

Ceci dit, avoir plus qu'une nationalité peut avoir des avantages mais aussi de gros désavantages, comme, par exemple, être pénalement punissable pour des faits qui sont interdits à tous les citoyens d'une nation, où qu'ils se trouvent dans le monde, ou pour des faits de commission d'actes contraires aux intérêts d'un de pays dont ces citoyens possèdent la nationalité. Autre exemple : les citoyens américains sont soumis à l'impôt des personnes physique des Etats-Unis où qu'ils se trouvent dans le monde, l'impôt local du pays où se trouvent les américains étant cependant déduit de l'impôt américain. Comme l'impôt des autres pays est souvent (mais pas toujours, loin de là) supérieur à l'impôt américain, la plupart des citoyens américains résidant à l'étranger ne doivent pas payer un impôt aux Etats-Unis, mais certains doivent en payer un, et si'ils ne le payent pas, ils sont passibles de lourdes peines de prison aux Etats-Unis. Enfin, le service militaire obligatoire dans un des Etats dont on possède la nationalité est également un inconvénient majeur, surtout si le fait de ne pas se présenter est punissable de désertion (par exemple les turcs).
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  julienp le Lun 23 Oct - 9:05

Thuramir a écrit:C'est à l'Ukraine de déchoir ses citoyens de leur nationalité, mais cela doit se faire selon les règles légales, pour autant que le droit ukrainien prévoie cette possibilité (ce que je suppose doit être possible). Et c'est donc soit de l'inertie ukrainienne, soit, comme le dit Pierre, qu'il y a d'autres chats à fouetter.

C’était plus urgent de supprimer la nationalité ukrainienne de Saakashvili et l’empêcher de se présenter aux élections...

Liste de priorité pour la suppression de la nationalité : 
- Personne voulant s'attaquer a la corruption : Top Priorité
- Traîtresse légitimant l'annexion d'une partie du territoire : a s'occuper quand on aura du temps libre mais la mon agenda est plein et en plus j'ai piscine (c) Petro P
avatar
julienp

Messages : 76
Date d'inscription : 14/04/2017
Localisation : Kyiv

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Александр le Lun 23 Oct - 9:38

avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 31 Oct - 13:47

NBU publishes list of Russian banknotes, coins banned in Ukraine

https://economics.unian.info/2216496-nbu-publishes-list-of-russian-banknotes-coins-banned-in-ukraine-photo.html

31 October 2017

The National Bank of Ukraine (NBU) has published a full list of Russian bills and coins with their photos featuring places of interest in the Russian occupied territory of Crimea, following Resolution No. 103 issued two weeks ago, according to UBR.ua.



The list included two banknotes, that is 100- and 200-ruble bills, as well as 11 coins, UBR.ua wrote, referring to NBU telegram No. 50-0006/72881. 



It also includes list of coins of five denominations of different types: 2-, 3-, 5-, 10- and 25-ruble, issued from 2014 to 2017, with images of the Crimean cities of Sevastopol, Feodosia, Kerch, as well as children's camp Artek, etc. Read also Ukraine's Central Bank not going to completely outlaw Russian rubles 

As UNIAN reported, the National Bank of Ukraine on October 13 forbade Ukrainian banks to conduct transactions with Russian banknotes and coins featuring images of sites located in the Ukrainian territory occupied by Russia. 

The NBU decision came in response to a statement by the Russian central bank of October 12 on the introduction of new 200-ruble bills with symbols of the occupied city of Sevastopol: the Monument to the Scuttled Ships and an image of Tauric Chersonesos.

Read more on UNIAN: https://economics.unian.info/2216496-nbu-publishes-list-of-russian-banknotes-coins-banned-in-ukraine-photo.html


La Banque nationale d'Ukraine (BNU) a publié une liste complète des billets et pièces russes avec leurs photos montrant des lieux d'intérêt dans le territoire occupé par la Russie de Crimée, conformément à la résolution n ° 103 publiée il y a deux semaines, selon UBR.ua.

La liste comprenait deux billets de banque, soit des billets de 100 et 200 roubles, ainsi que 11 pièces de monnaie, a écrit UBR.ua, se référant au télégramme NBU n ° 50-0006 / 72881.

Il comprend également une liste de pièces de cinq dénominations de différents types: 2, 3, 5, 10 et 25 roubles, émis de 2014 à 2017, avec des images des villes de Crimée Sébastopol, Feodosia, Kertch, ainsi comme le camp des enfants Artek, etc Lire aussi la Banque centrale de l'Ukraine ne va pas complètement interdire les roubles russes

Comme l'a rapporté UNIAN, la Banque nationale d'Ukraine a interdit le 13 octobre aux banques ukrainiennes de réaliser des transactions avec des billets et des pièces de monnaie russes comportant des images de sites situés sur le territoire ukrainien occupé par la Russie.

La décision de la NBU fait suite à une déclaration de la banque centrale russe du 12 octobre sur l'introduction de nouveaux projets de loi de 200 roubles avec des symboles de la ville occupée de Sébastopol: le Monument aux Navires sabordés et une image de Tauric Chersonesos.
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 42 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum