En Crimée

Page 1 sur 41 1, 2, 3 ... 21 ... 41  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 22 Avr - 16:18

Poutine veut faire de la Crimée un nouveau Las Vegas

Si le texte soumis par le président russe est adopté, il appartiendra aux autorités de Crimée de délimiter les contours d'une zone de la région dédiée aux jeux  Shocked 

Par Francetv info
Mis à jour le 21/04/2014 | 18:04 , publié le 21/04/2014 | 17:44

Annexée par référendum à la Russie le 16 mars, la Crimée, jadis ukrainienne, demeure dans le flou sur son avenir. Pourquoi pas devenir un nouveau Las Vegas ? Le président russe, Vladimir Poutine, a soumis lundi 21 avril au Parlement un projet de loi autorisant la création en Crimée d'une zone destinée aux jeux de hasard et aux casinos. Une transformation censée attirer les investisseurs dans la péninsule, espère le gouvernement russe.  Laughing 

"Compte tenu du fait que la Crimée va devenir l'une des régions les plus développées de la Russie, et compte tenu de la création d'une possible zone de libre-échange, cette zone de jeu a toutes les chances d'atteindre un statut mondial et de venir concurrencer des territoires comme Macao, Monaco ou Las Vegas", a affirmé Vladimir Poutine. Elle deviendrait alors la cinquième zone de Russie où les activités liées aux jeux d'argent peuvent se développer légalement.  geek 

Si le texte est adopté, il appartiendra aux autorités de Crimée de délimiter les contours de cette zone. Celles-ci ont indiqué hésiter entre une zone étendue sur toute la péninsule et un "Las Vegas" local situé près des stations balnéaires de Yalta et Alouchta.
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Mer 23 Avr - 8:33

C'est beau de rêver . . .  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Mer 23 Avr - 9:37

Une autre image de la Crimée est en cours:

Les musulmans de Crimée seront-ils déportés?



Alors que la peur palpable de l’exil forcé et de la montée en puissance de l’islamophobie envahit la communauté musulmane de Crimée, au premier rang de laquelle la minorité Tatar, d’origine turque, redoute que les tourments de l’histoire ne se répètent inlassablement, la violence de l’oppression Stalinienne étant une plaie difficile à panser, Vladimir Poutine s’est voulu rassurant en ce début de semaine, après un vendredi 18 avril où l’angoisse fut à son comble.

Figure de proue de la population Tatar vivant dans le territoire récemment annexé par la Russie, Mustafa Dzhemilev a en effet alerté sur la répression russe qui se tramerait en coulisses pour procéder à la déportation massive des musulmans. Celui-ci assure avoir été informé des représailles qui menacent de s’abattre sur son peuple, susceptible d'être condamné au bannissement comme ce fut le cas sous la férule de Staline, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand ce dernier déporta les Tatars et les Tchétchènes en Asie centrale, en les accusant de collaboration avec les Allemands. Ou comment justifier l’injustifiable en jetant l’opprobre sur des minorités indésirables…

En ce lundi 21 avril placé sous le signe de la « réhabilitation des Tatars de Crimée » en tant que peuple réprimé par Staline, Vladimir Poutine a, semble-t-il, décidé de corriger le tir en optant pour un geste magnanime en faveur de cette minorité qui a largement boycotté le référendum du 16 mars, hostile au rattachement de la Crimée à la Russie, coupant court ainsi à la rumeur persistante affirmant que son sombre dessein viserait à la bouter hors d’un territoire passé sous pavillon russe.

"Je tiens à vous informer que j'ai signé un décret sur la réhabilitation des Tatars de Crimée, des Arméniens, Allemands, Grecs, de tous ceux qui ont souffert sous la répression stalinienne", a-t-il annoncé lors d'une réunion gouvernementale, cité par l'agence de presse russe Ria Novosti.

Si Poutine semble revenu à de meilleurs sentiments, un immense frisson d’anxiété continue de parcourir la communauté musulmane de Crimée, saisie d’effroi face à l’hémorragie d’agressions islamophobes commises par la population russe, avec une cible de prédilection, les Tatars, contre lesquels se libèrent les pires pulsions, dans l’espace public ou à l’école, au grand jour et sans complexes.

Chronique du racisme ordinaire sur fond de tensions à leur paroxysme, il n’est plus rare que des Tatars soient apostrophés dans la rue par des citoyens russes ordinaires, quand ce ne sont pas des familiers, voisins ou amis, avec lesquels les relations étaient jusqu’ici courtoises voire même conviviales, qui leur demandent de but en blanc s’ils comptent quitter la Crimée, avant de les injurier en les menaçant d’être exterminés s’ils décident de rester.

Ces actes odieux ne cessent de se multiplier, les concitoyens ou amis d’hier devenant les ennemis jurés d’aujourd’hui, culminant dans une violence inouïe jusque dans le temple scolaire où les écoliers Tatars sont désormais insultés, discriminés et rudoyés par leurs camarades de classe, avec une impunité d'autant plus terrifiante qu'elle bénéficie de l’inertie complice des responsables des établissements scolaires.

oumma.com

Croire que les casinos vont "arranger les choses" est bien naïf.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Thuramir le Ven 25 Avr - 14:59

Des tensions entre la population locale et les Tatars revenus sur leur terres d'origine existaient déjà avant l'annexion de la Crimée, mais les choses ne s'arrangent manifestement pas
avatar
Thuramir

Messages : 2204
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Lun 28 Avr - 13:01

Déjà un mois depuis le rattachement de la Crimée à la Russie
24 avril, 2014 Eradj Nidoev, pour RBTH
A peine un mois s'est passé depuis que la Fédération de Russie a rattaché la Crimée. Que pensent ses habitants de leur situation présente et à venir ?

Izzed Emirsaliev, 41 ans, Tatar de Crimée de souche, vivant à Bakhtchisaraï, s'est déclaré contre le rattachement de la Crimée par la Russie, qu'il considère comme une annexion par la force.
Izzed est parti en Crimée, la patrie de sa mère, depuis l'Ouzbékistan en 1999. Cela fait huit ans qu'il travaille ici comme conducteur de taxi collectif, il conduit dans la Vieille et la Nouvelle ville. Après l'entrée de la presqu'île dans la Russie, Izzed n'a ressenti aucune amélioration. Au contraire, les prix ont augmenté de trois fois, notamment sur les produits alimentaires et l'essence.
Dans le petit autobus, il y a de la musique orientale, l'itinéraire est le même toutes les demi-heures : Vieille ville, gare routière, Vieille ville, et le retour. « Je n'ai pas l'intention de partir d'ici, je mourrai ici. Si je dois me battre, et bien je me battrai. Je ne crois pas en réhabilitation des Tatars de Crimée. Je n'ai peur de personne, à part d'Allah ».

Ilona a 19 ans et s'est installée en Crimée pour devenir psychologue. Ilona était contre le rattachement de la Crimée à la Russie, mais tout le monde est loin de partager son point de vue. « J'ai entendu différentes choses à mon encontre. C'est pourquoi on considère que vu que je suis du centre de l’Ukraine, je suis partisane de Bandera [nationaliste ukrainien], que je suis une telle ou une telle. »
Après que la Crimée est devenue russe, Ilona a eu des difficultés à son arrivée à Sébastopol. Il n'y a pas longtemps elle est allée au service des migrations, où on lui a dit qu'elle devait choisir la citoyenneté quelle souhaitait avoir. Si elle voulait conserver un passeport ukrainien, elle devait alors faire faire une carte d'immigration. Si elle voulait obtenir la citoyenneté russe, elle pourrait connaître des difficultés pour revenir dans sa famille en Ukraine. « Ils donnent la citoyenneté, ça signifie que nous serons russes, constate l'étudiante. Il me reste un an et demi à étudier après quoi je partirai vraisemblablement d'ici. Je ne sais pas où, mais je ne resterai pas ici. Ici, il n'y a rien à faire, la ville est très petite et il y a peu de travail ».

Alexandre, capitaine d'un petit bateau, s'occupe des promenades en mer dans les baies de Sébastopol depuis déjà près de 10 ans. Il a 28 ans, et il a vécu toute sa vie dans la ville-héros [un titre honorifique accordé aux villes de l'URSS dont les habitants ont héroïquement défendu leur patrie au cours de la Grande Guerre patriotique], ses parents vivent ici. Lui, et sa famille se sont déclarés pour le rattachement de la Crimée à la Russie.
Un mois après que son vœux s'est réalisé, il reconnaît que sa vie est loin de s'améliorer aussi vite qu'il ne l'aurait voulu. « Notre ville est un centre militaire et touristique. Des millions de personnes viennent chez nous, mais vous voyez que tout est dans un tel état, à commencer par ce quai, sur lequel est terrifiant de marcher. Je n'ai pas vu de soutien de Kiev pendant tout le temps que j'ai vécu ici. Il y a un espoir avec la Russie. En vingt ans, je ne me suis pas senti ukrainien et je suis très content des nouvelles autorités à Sébastopol. Je suis les événements en Ukraine avec inquiétude, nous nous faisons du souci pour eux ».

Les soldats Alexeï et Vadim sont citoyens d'Ukraine. Ils ont travaillé toute leur vie à Sébastopol sous le commandement de la flotte ukrainienne, et voilà maintenant qu'ils se trouvent entre deux feux : en Ukraine on les dénigre, et ici on les accueille avec froideur. Alexeï a 27 ans, il sert à Sébastopol depuis plusieurs années. Il a une femme russe, ses enfants vivent ici. Sur le rattachement de la Crimée à la Russie, il a essayé de ne pas répondre, il a peur : « Ici, si t'es Ukrainien, alors t'es un fasciste, un partisan de Bandera. Essayez d'aller jusqu'au centre avec un drapeau ukrainien, si vous y arrivez. Mais je ne peux pas revenir en Ukraine, si je vais chez mes parents, et bien on me passera les menottes : je suis désormais un traître pour eux ».
manifestation en Ukraine
Son collègue, Vadim, est moins catégorique à propos de tous ces événements. Il se considère comme Ukrainien, bien que son père soit Russe. Toute sa famille du côté de sa mère vit en Ukraine, du côté de son père en Russie. Il ne s'est pas heurté à de quelques vexations de la part des Russes de Sébastopol, et il ne voulait pas repartir en Ukraine : là-bas il n'y a désormais pas besoin de patriotes, juste de nationalistes, dit-il. « Je ne veux pas servir côte-à-côte avec Pravy Sector [« Secteur droit », le groupe d'extrême-droite] reconnaît Vadim. En plus, j'ai une femme et un enfant de six mois, où les emmènerai-je ? »
Alexeï et Vadim sont encore comptabilisés dans les forces armées ukrainiennes, dans un commandement d'environ 400 personnes, mais on leur a tous déjà donné un uniforme russe, ils ont été répartis en groupes de 15 personnes, et des cours de requalification les attendent bientôt : ils serviront un autre pays.

Oleg Skvortsov, 26 ans, est né à Saint-Pétersbourg. En 1992, un an après la chute de l'Union soviétique, il a déménagé à l'âge de 5 ans avec ses parents à Sébastopol, et il se considère Ukrainien. Il a refusé la citoyenneté russe qu'on accorde aujourd'hui en Crimée. « Je suis contre le rattachement. Je considère que la Crimée est une partie de l'Ukraine, dit-il. J'ai longtemps discuté de ça avec mes parents : ils sont pour le rattachement de la Crimée, et nous nous sommes disputés. Il y a la question de l'identification : ici une grande partie des gens s'identifient comme russes, et veulent être en Russie, et sur ce plan je les comprends. Je reconnais le droit à un tel souhait, mais le référendum est pour moi illégitime. Aucun référendum normal ne peut être préparé en deux semaines. Je rassemble toutes mes affaires et je pense qu'en été je partirai pour l'Ukraine. Je travaille dans une société russe à distance, et dans une école de photo. J'ai du travail partout où je veux, l'essentiel est qu'il y ait une connection internet. J'espère beaucoup que l'Ukraine ne se scindera pas. Tout dépend de la façon dont Donetsk se comportera. »

Iouri est né et a grandi à Simféropol. La Crimée est la patrie de son père mais sa mère est originaire d'Ukraine occidentale. Aujourd'hui, Iouri a 31 ans, il s'occupe de toiture, fabrique des ardoises métalliques. Plusieurs fois par semaine, il doit attendre dans de longues queues à la banque, pour envoyer des transferts de fonds aux partenaires d'affaires en Ukraine continentale, puisque les institutions financières ukrainiennes ne travaillent déjà plus, et le travail des institutions russes ne fait que démarrer. « Pour l'instant, le système bancaire ne fonctionne pas normalement, tous les Criméens feront face à des difficultés. Mais on peut bien attendre. Je suis sûr qu'il était mieux de ne pas rester en Ukraine. Tout le monde dit que nous sommes une région subventionnée, mais je considère qu'avec une bonne gouvernance et des investissements, nous pouvons devenir excédentaires. J'avais eu l'idée de partir, comme tout le monde, avant le rattachement de la Crimée à la Russie, mais maintenant je ne veux pas. Si on met de l'ordre ici, tout se passera normalement ».

Ania Malinina et Vika Martynenko sont les élèves d'une des écoles ordinaires de Sébastopol, et elles ont 17 ans. Elles sont contentes de devenir russes. « On se rappelle qu'après le référendum, la ville s'est épanouie, et les gens sont devenus plus accueillants, le patriotisme s'est réveillé chez eux : tout le monde s'est promené toute la nuit, une personne est même morte à Simféropol parce-qu'il était tellement heureux qu'il est tombé dans une fontaine et ne s'est jamais relevé. Tout le monde marchait avec des drapeaux russes, dans toutes les maisons ont avait suspendu et on suspend des drapeaux russes. Tout le monde est content, tout le monde était réellement et simplement heureux », se rappelle Vika.
Vika veut devenir juriste et Ania économiste. Les filles ne s'intéressent pas à la politique, mais dans une telle situation, elles ne peuvent pas rester indifférentes. Elles demandent de ne pas croire les rumeurs sur la mauvaise vie en Crimée : « Quand on lit des choses sur la Crimée sur les réseaux sociaux, il semble qu'il y a la guerre chez nous, que la Crimée est occupée, qu'il n'y a plus rien à manger. Mais ce n'est pas du tout comme ça, dit Ania. Les gens en Ukraine ne comprennent simplement pas, qu'on les manipule. Mais personne ne les aidera. On les a virés, les Macdonalds ont fermé, gloire à Dieu. On nous a interdit l'entrée en Europe, on nous considère comme des occupants et des terroristes à Kiev. Nous sommes de toute façon contents, nous sommes enfin rentrés à la maison ! »
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Lun 28 Avr - 13:39

Et vu d'Ukraine:

La Crimée « territoire occupé », selon Kiev



KIEV, 28 avril - RIA Novosti/La Voix de la Russie Le chef de l'Etat ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov a signé une loi qualifiant la péninsule de Crimée et la ville de Sébastopol de territoires ukrainiens « provisoirement occupés », rapporte lundi le service de presse de la présidence.

La loi « Sur la garantie des droits, des libertés et du régime juridique dans les territoires provisoirement occupés » définit la Crimée et la ville de Sébastopol comme une partie indivisible de l'Etat ukrainien et rejette sur la Russie la responsabilité pour la violation des droits de l'homme dans ces territoires. En outre, la Russie devrait endommager, selon la loi, tous les préjudices causés par le rattachement de la péninsule de Crimée.

Peuplée en majorité de russophones, la république autonome de Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie au terme d'un référendum tenu le 16 mars, lors duquel 96,7 % des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision.
Le 18 mars dernier, la Russie et la Crimée ont signé le traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Jeu 8 Mai - 8:33

C'est ce qu'on disait, la Crimée n'est plus un "paradis" pour les Tatars:

Crimée: l’agressivité russe pourrait déclencher un conflit sanglant selon un leader tatar


Un homme tient un drapeau russe après que les forces pro-russes ont envahi une base aérienne, le 22 mars 2014 à Novofedorivka (ouest de la Crimée)(Dmitry Serebryakov/AFP)

Interdit d’accès en Crimée après avoir rejeté son « annexion » à la Russie, le leader des Tatars dénonce le « retour aux pires jours de l’URSS » et évoque le risque d’un conflit sanglant que pourrait déclencher la « muflerie » russe envers cette minorité musulmane.

Moustafa Djemilev, 70 ans, né en Crimée, n’avait qu’un an quand sa famille fut déportée comme des dizaines de milliers d’autres en Ouzbékistan, sous l’ordre de Staline.
Il a consacré sa vie à lutter pour le droit des Tatars de vivre sur leur terre d’origine et a passé une quinzaine d’années dans les camps pour ses activités « antisoviétiques ».

« Le comportement des Russes aujourd’hui est inadéquat. Nous revenons à l’époque soviétique. Ce n’est pas tout à fait le stalinisme, mais c’est loin des acquis de la perestroïka », explique dans une interview à l’AFP dans un café ouzbek à Kiev ce petit homme maigre pendant sa pause déjeuner entre deux séances au Parlement où il est député.

- La patrie n’est pas à vendre -

Il s’était longuement entretenu avec le président russe Vladimir Poutine avant le référendum controversé du 16 mai qui a abouti au rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie, que les Tatars, qui représentent environ 12% de la population de Crimée, ont largement boycotté.

« Il m’a promis que la Russie ferait pour les Tatars plus que l’Ukraine n’avait fait en 23 ans d’indépendance », raconte-t-il. « J’ai eu l’impression qu’il voulait au moins la neutralité de notre part ».

Plusieurs gestes ont suivi comme un décret présidentiel sur la réhabilitation des Tatars « pour nous montrer que le pouvoir russe est bon et pour nous faire saluer l’annexion ».

« Nous ne mettons pas notre patrie aux enchères. Notre avenir est au sein de l’Ukraine indépendante et démocratique », explique M. Djemilev, qui est député du parti Batkivchtchina de l’ex-Premier ministre Ioulia Timochenko.

La Medjlis, l’assemblée des Tatars, est actuellement le seul bâtiment en Crimée (dans la capitale Simféropol) où flotte encore le drapeau bleu et jaune ukrainien.

« C’est comme un chiffon rouge pour un taureau », raconte-t-il, dénonçant une tentative récente de pro-russes de le remplacer par les couleurs russes.

« J’ai dit à Poutine qu’on ne peut pas faire de tels référendums. Je lui ai dit que je lui trouverais des villages en Crimée qui voteraient un rattachement au Japon, aux Etats-Unis ou à la Turquie ».
- Muflerie flagrante -
Moustafa Djemilev a récemment été interdit d’accès en Russie pour cinq ans et a été refoulé à deux reprises à la frontière lorsqu’il tentait de se rendre en Crimée.

Quelque 3.000 Tatars se sont rassemblés le week-end dernier et ont percé les cordons de sécurité pour l’accueillir de l’autre côté de la ligne de démarcation entre Ukraine et Crimée après des heurts avec les forces de l’ordre.

A la suite de cet incident, les autorités de la Crimée contrôlées par Moscou ont menacé de poursuive les Tatars pour « extrémisme ».

« C’est de la muflerie flagrante que les Tatars ne vont jamais accepter », lance Moustafa Djemilev.

« Quand le pouvoir des occupants dicte au peuple autochtone qui peut vivre en Crimée et qui ne peut pas, c’est une voie dangereuse qui mène à de graves conflits » met-il en garde.

Selon lui, la situation devient de plus en plus compliquée pour les Tatars dans la péninsule.

« Ils sont agressés par des cosaques (milices pro-russes) ivres, certains commencent à se voir demander par leurs voisins quand ils comptent partir pour pouvoir occuper leurs appartements… » raconte-t-il.

S’il juge peu probable une déportation « dans des wagons de marchandises » comme sous Staline, il pense que les Russes vont en revanche faire en sorte que les Tatars partent d’eux-mêmes, comme au XVIIIe siècle, après la première conquête russe de la Crimée.

« Ils ont éliminé les élites, exproprié les terres et humilié nos sentiments religieux. Ils ont forcé les Tatars à s’en aller. Résultat: il y a 10 à 15 fois plus de Tatars de Crimée en Turquie qu’en Crimée », raconte-t-il.

Selon lui, environ 5.000 personnes ont déjà quitté la Crimée pour l’Ukraine occidentale depuis l’occupation russe en mars.

« Il s’agit de femmes, d’enfants et de vieillards. Les hommes sont de retour. Nous ne devons pas quitter la Crimée quelles que soient les circonstances ».

« Nous nous sommes battus pendant 50 ans pour revenir sur nos terres et nous n’avons pas versé une seule goutte de sang. Aujourd’hui, la situation est telle qu’on ne peut plus garantir que cela se passe de la même manière ».

« Nous sommes contre » la mise en place d’une guérilla, mais « on ne peut rien exclure » et « cela échappe à notre contrôle » si des gens « veulent se venger pour l’humiliation » qu’ils sont en train de subir, a-t-il conclu.

15enord.ca

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 20 Mai - 13:24

AFP  20-05-2014 - 12:03
Ukraine : l'ONU estime que 10.000 personnes ont été déplacées

Les Nations unies estiment qu'environ 10.000 personnes, majoritairement des populations Tatares, ont été déplacées en Ukraine depuis le début de la crise et l'annexion de la Crimée.
Le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme (HCR) évalue à 10.000 le nombre de personnes déplacées en Ukraine. Il s'agit en majorité de populations Tatares.
"La majorité des déplacés sont des Tatars, bien que les autorités locales aient aussi fait part d'une récente augmentation concernant l'enregistrement de personnes d'ethnie ukrainienne, russe et de familles mixtes", a précisé le HCR ce mardi 20 mai.
"La situation dans l'est est clairement responsable des déplacements", a insisté un porte-parole de l'organisation à Genève, Adrian Edwards, lors d'un point presse.
La majorité des déplacés se déplacent vers le centre du pays (45%) ou vers l'ouest (26%). Les déplacés disent avoir fui car ils se sentaient menacés ou avaient peur, selon le HCR. Le porte-parole a expliqué que l'ONU n'avait pas encore une "image claire" de l'identité des personnes menaçant la population.
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Invité le Mar 20 Mai - 15:11

J'aimerai connaître la tendance politique de ces journalistes qui écrivent ts ces articles de journaux que vs faîtes paraître en "copier/coller"  Shocked  Rolling Eyes  Question  Basketball  scratch 

 study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Mar 20 Mai - 15:25

C'est (entre autre) la raison de mettre le lien vers l'article d'origine (et aussi de propriété intellectuelle). Ce que je fais toujours.

Confirmation par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugié):

Les Tatars fuient en masse la Crimée et l’est de l’Ukraine

Quelque 10.000 personnes, en majorité des Tatars, ont été déplacées en Ukraine.

En Ukraine, le HCR a constaté une augmentation constante de déplacés qui concerne désormais environ 10.000 personnes. Au moins un tiers des déplacés sont des enfants. Le HCR souligne que les déplacements ont commencé avant l’annexion illégale de la Crimée par la Russie.

La majorité des déplacés sont des Tatars, bien que les autorités locales aient aussi fait part d’une récente augmentation concernant l’enregistrement de personnes d’origine ukrainienne, russe et de familles mixtes. La situation dans l’est de l’Ukraine est clairement responsable des déplacements.

La majorité des déplacés se déplacent vers le centre de l’Ukraine (45%) ou vers l’ouest (26%). Les déplacés disent avoir fui car ils se sentaient menacés ou avaient peur. Le HCR, en partenariat avec les autorités locales et d’autres agences humanitaires, vient en aide aux personnes les plus affectées. Jusqu’à présent, quelque 2.000 personnes ont pu ainsi recevoir une aide financière en espèces.

contrepoints.org

Mais aussi:

Crimée : les Tatars, des étrangers sur leur propre terre

La Crimée célébrait dimanche le 70e anniversaire de la déportation des Tatars par Staline, dans un climat de vives tensions ethniques dans la péninsule.


Malgré les tensions et les menaces, plusieurs milliers de Tatars de Crimée ont célébré à Simferopol le 70e anniversaire de la déportation de 200 000 hommes et femmes par Staline en 1944. © MAX VETROV / AFP

Ce 18 mai 2014 devait être un jour de recueillement pour tous les Tatars de Crimée. À Simferopol, capitale de la région autonome, plusieurs milliers d'entre eux étaient attendus au pied de la stèle à la mémoire du "Sürgünlik" : la déportation ordonnée par Staline en 1944 de deux cent dix mille personnes d'ethnie tatare, peuple collaborateur du IIIe Reich aux yeux des Soviétiques.

Pourtant, dimanche, le souvenir a laissé place à la colère. En ce jour symbolique, les Tatars, minoritaires en Crimée (seulement 12 % de la population, soit 250 000 personnes), se sont en effet vu interdire toute "action de masse" par les autorités locales, vassales de Moscou depuis le rattachement (le 16 mars 2014) de la péninsule à la Fédération de Russie. Soixante-dix ans après, les rues de Simferopol étaient de nouveau quadrillées par les forces de l'ordre et les véhicules blindés.

Il fallait aller quelques kilomètres plus loin, dans le village d'Ak-metchet (ancien nom tatar de Simferopol), pour retrouver rassemblés quelque vingt mille irréductibles venus saluer la mémoire de ces milliers d'hommes et de femmes traqués par les soldats soviétiques, puis "placés dans des wagons à bestiaux à destination de l'Asie centrale [Ouzbékistan, Kazakhstan, NDLR]", rappelle Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur associé à l'Institut Thomas-More. "Des milliers d'entre eux ont péri pendant le trajet, et en quatre ans seulement, le quart de ce peuple avait disparu", poursuit-il.

La détatarisation de la Crimée

Au lendemain de la rafle, la péninsule ne compte presque plus aucun Tatar, une ethnie turcophone musulmane pourtant présente depuis le XVe siècle. Leurs terres "sont allouées à des Slaves" et "les toponymes sont systématiquement" russifiés, explique le chercheur. Une détatarisation en tout point semblable à celle entreprise à partir de la fin du XVIIIe siècle, après l'annexion de la péninsule par la Russie tsariste.

Ostracisés, les Tatars devront attendre la disparition de leur bourreau, Staline (mort en 1953), pour voir leurs conditions de vie s'améliorer. Réhabilités en 1967, à l'instar des autres peuples déportés, il leur faudra attendre tout de même 1989 et la chute du rideau de fer pour obtenir le droit de regagner les rives de la mer Noire et la Crimée, ukrainienne depuis 1954.

"Étrangers sur leur propre terre"

À leur retour, les Tatars "sont des étrangers sur leur propre terre", explique Slimane Zeghidour, éditorialiste à TV5Monde et chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris)*. Ils retrouvent "leurs maisons et leurs terres occupées par des Russes ou des Ukrainiens [de nombreuses demandes de restitution sont entre les mains de la justice, NDLR] ; leurs mosquées transformées en club ou en restaurant". Pour survivre, ils doivent se "construire de petites baraques de fortune, dans les périphéries des villes criméennes". Au milieu des Russes majoritaires (60 % de la population), ils ne sont "que des citoyens de seconde zone" auxquels colle encore l'image des "traîtres", rappelle-t-il. Les discriminations, c'est au quotidien qu'ils les vivent, et notamment en matière d'emploi. Les Tatars sont écartés "de la fonction publique, de l'administration ou de la police", rappelle Slimane Zeghidour. Résultat : un Tatar sur deux est au chômage (moins d'un sur trois pour le reste de la population).

Le retour de la péninsule sous domination russe a été vécu comme "un vrai traumatisme, c'est une blessure ancienne qu'on ne cesse de rouvrir", analyse l'éditorialiste. Et les Tatars craignent de payer au prix fort leur indéfectible soutien à l'Ukraine et au soulèvement de la place Maïdan. Cinq mille d'entre eux ont d'ailleurs déjà choisi l'exil pour rejoindre l'importante diaspora tatare (en Ukraine, en Pologne et en Turquie). Une crainte justifiée, selon certains, au regard des lourdes pressions subies par le Mejlis, l'assemblée des Tatars de Crimée, ou des intimidations dont est victime Moustafa Djemilev, leader historique tatar et député à la Rada ukrainienne (Parlement). Ce dernier - déporté à l'âge de 6 mois - s'est vu interdire dimanche l'entrée sur le territoire de Crimée pendant cinq ans.

La réhabilitation promise par Poutine

Pourtant, après le référendum du 16 mars sur le rattachement de la Crimée (auquel les Tatars n'ont majoritairement pas pris part), Vladimir Poutine s'était voulu rassurant auprès de la communauté (qui menaçait elle aussi de faire sécession). En effet, le maître du Kremlin avait tenu à rappeler - par décret - son engagement pour oeuvrer à la "réhabilitation des minorités de Crimée" en promouvant notamment le "développement des autonomies culturelles nationales", "l'accès à l'apprentissage des langues des peuples opprimés", "pour le développement de leur artisanat et d'entreprises locales".

De la poudre aux yeux, selon Jean-Sylvestre Mongrenier de l'Institut Thomas-More, pour qui ces paroles ne seront en rien suivies d'actes : "Certes, il y a bien un discours d'apaisement du côté de Moscou, mais la population russe est désormais en position de force en Crimée. Et Vladimir Poutine se gardera bien de trahir cette alliée." Pis, selon lui, Moscou "chercherait à déstabiliser la communauté tatare en favorisant les dissensions internes" pour asseoir son hégémonie. Ne reste alors plus aux Tatars de Crimée qu'une seule chose à faire, estime Slimane Zeghidour : "Faire le dos rond et attendre que l'orage passe, comme ils le font depuis des siècles."

lepoint.fr

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Dim 1 Juin - 19:37

AFP  01-06-2014 - 18:04
Crimée : une église orthodoxe attaquée par des hommes armés

Des hommes armés non identifiés s'en sont pris à une église orthodoxe du village de Perevalné, en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie.
L'église orthodoxe de Perevalné, en Crimée, a été attaquée par des inconnus armés qui ont agressé le prêtre et des paroissiens, ce dimanche 1er juin, non loin de Simferopol.
Plusieurs personnes, dont une femme enceinte, ont été battus par "un groupe d'hommes armés d'apparence criminelle portant des uniformes de cosaques", a indiqué le patriarcat orthodoxe de Kiev dont dépend l'église.
Dans un communiqué, l'autorité religieuse a affirmé que les policiers, qui sont intervenus trois heures après l'attaque, "ont pris le parti des assaillants en expliquant que le patriarcat de Kiev se livre à des activités antirusses en Crimée".
Le patriarcat dénonce "une action planifiée" en soulignant que l'archiprêtre Ivan Katkalo avait été menacé la veille par un représentant du patriarcat de Moscou qui lui avait demandé de "quitter l'église volontairement".  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Mar 10 Juin - 19:11

AFP  10-06-2014 - 13:19
Aeroflot inaugure sa filiale low cost avec un vol vers la Crimée

La première compagnie aérienne russe, Aeroflot, a inauguré mardi sa filiale low cost Dobroliot, avec un premier vol Moscou-Simféropol, la capitale de la Crimée, en présence du Premier ministre russe Dmitri Medvedev.
"La compagnie aérienne low cost Dobroliot, détenue à 100% par la compagnie Aeroflot, a effectué son premier vol, au départ de Moscou pour Simféropol", où elle effectuera à partir de mardi quatre vols quotidiens, a indiqué Aeroflot dans un communiqué. Rolling Eyes 
Dobroliot prévoit de transporter environ 200.000 passagers d'ici fin 2014 et de constituer d'ici 2018 une flotte de 40 Boeing B737-800, avec 45 destinations, dont Simféropol, la capitale de la péninsule ukrainienne de Crimée, rattachée en mars par la Russie. Evil or Very Mad 
A partir de 2016, Dobroliot prévoit des vols vers les villes ukrainiennes de Kiev et Odessa, la Lettonie, l'Azerbaïdjan et l'Arménie.
La compagnie low cost se targue de proposer des billets 20 à 50% moins chers que ceux des compagnies aériennes traditionnelles.
"L'avion est sympa, flambant neuf", a commenté le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev.
La maison-mère, Aeroflot, détenue en majorité par l'Etat russe et membre de l'alliance SkyTeam avec Air France-KLM, a annoncé mi-mars un bénéfice net en hausse de 42% et une hausse de son trafic passager de 14,3% en 2013.
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Mer 11 Juin - 9:04

Sais pas si tu as lu l'article d'Orkeny sur son blog au sujet de "nous avons les moyens de vous faire aller en Crimée", z'ont intérêt à prévoir assez de vols vers Simféropol . . .  Twisted Evil

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Jeu 12 Juin - 12:26

Et ce n'est pas fini:

15 marinas à bâtir en Crimée, pour en faire une nouvelle Riviera



La Russie veut faire de la Crimée récemment annexée, une nouvelle Côte d'Azur...
 
Depuis son annexion par les troupes de Moscou, les choses se précipitent en Crimée, et notamment dans le domaine du yachting et de la plaisance.

Le gouyvernement russe vient en effet d'annoncer son intention de créer 15 marinas, réparties le long de la côte de la péninsule, pour un montant total de 2 milliards de dollars, ce, à l'horizon 2020.

Car pour les Russes, la Crimée et notamment Odessa (???), ont toujours constitué une destination très prisée de la noblesse russe et le festival KazanTip a su attirer depuis des années tous les oligarques du régime.

Cette annonce intervient alors que les deux tiers des yachts stationnés à Sebastopol ont quitté le port pour l'Ukraine ou la Grèce, depuis l'invasion russe.

A l'automne 2012, au Congrès Economique de la Mer Noire, il avait été proposé à l'Ukraine d'investir 2 milliards de dollars, dans la création de 15 marinas en Crimée.

Les régimes changent et les projets restent. Celui-ci sera t-il du même "niveau" que Sotchi ??

Car la question qu'il faut se poser est tout de même très simple : les propriétaires de yachts choisiront-ils la Crimée... plutôt que la France, l'Italie, la Croatie, la Grèce ou Malte ??

actunautique.com

Peut-être aussi prévoir quelques leçons de géographie pour l'auteur.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Jeu 12 Juin - 13:33

Projet économiquement aussi viable que la station de sport d'hiver de Sotchi  Laughing 
Ce sera beaucoup d'argent dépensé inutilement : il n'y a pas assez de yachts russes ! et les yachts européens ne se risqueront pas dans un pays boycotté ! mais si Poutine veut dépenser l'argent de la Russie à fond perdu comme à Sotchi; ce sera un plaisir de voir une nouvelle banqueroute financière !

Ce qui me désole, c'est l'impact écologique car les côtes de Crimée sont un important réservoir de la biodiversité animale et végétale, comme le delta du Danube, et donc il va provoquer une catastrophe écologique par un bétonnage des côtes sans oublier la laideur esthétique  Evil or Very Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Invité le Jeu 12 Juin - 13:37

Matt a écrit:Et ce n'est pas fini:


......./..............

Peut-être aussi prévoir quelques leçons de géographie pour l'auteur.  Wink

"Géopolitique", Matt, ce n'est "Monsieur tt le monde" qui possède un tel "joujou"

 study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Jeu 12 Juin - 13:42

Les gros yachts russes ne quitteront pas St Tropez pour Sébastopol  Laughing
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Jeu 12 Juin - 15:53

Il n'en a cure.
Tantôt, cet article m'a fait sursauter.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Caduce62 le Jeu 12 Juin - 19:18

Matt a écrit:Il n'en a cure.
Tantôt, cet article m'a fait sursauter.
A prendre au 2ème degré :  Laughing  "Yalta se positionne donc comme le must de cet été... côté russe !!"
avatar
Caduce62

Messages : 3409
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Sam 14 Juin - 10:30

Après toutes les dépenses à Sotchi, je doute . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Thuramir le Sam 14 Juin - 11:15

Il faut être réaliste. L'accès à la Crimée étant restreint, il n'y aura pas grand monde cet été. En outre, avec l'eau dont l'arrivée par le canal a été supprimée par l'Ukraine, la Crimée n'est plus une région touristique de premier choix.
avatar
Thuramir

Messages : 2204
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Sam 14 Juin - 18:58

Pour nous, il faut un visa Russe (qui ne sera pas facile à obtenir je pense) et passer absolument par Moscou, ce qui rend le tarif d'accès fort élevé, même si low cost pour Simferopol.
Et comme tu le dis si bien, ce n'est plus un premier choix . . .  Embarassed

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Crimée cet été...

Message  Krispoluk le Sam 14 Juin - 20:03

J'ai passé les meilleures vacances de ma vie en Crimée "avant", pendant 5 ans, mais il faut bien constater que la Crimée ne pouvait déjà pas rivaliser à l'époque avec des destinations comme la Turquie, l'Egypte ou l'Espagne. Pas d'infrastructures touristiques dignes de ce nom hormis la beauté du littoral sud. La vie en été très chère, restos hors de prix dans les stations balnéaires les plus prisées. Locations d'apparts à Yalta de folie :100$ la nuit pour un F2 en saison (prix négocié par une ukrainienne !!!) Bon, il n'avaient presque pas de touristes Occidentaux pour les raisons évoquées... Maintenant, ils vont perdre tous les touristes ukrainiens, donc ils ne reste que les touristes russes, d'ou l'intense campagne de "racollage "tous azimuths en Russie pour éviter une "Bérézina" de la saison qui s'annonce avec fracas je crois !!! On récolte.....
avatar
Krispoluk

Messages : 4093
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Invité le Lun 16 Juin - 8:23

Krispoluk a écrit:J'ai passé les meilleures vacances de ma vie en Crimée "avant", pendant 5 ans, mais il faut bien constater que la Crimée ne pouvait déjà pas rivaliser à l'époque avec des destinations comme la Turquie, l'Egypte ou l'Espagne. Pas d'infrastructures touristiques dignes de ce nom hormis la beauté du littoral sud. La vie en été très chère, restos hors de prix dans les stations balnéaires les plus prisées. Locations d'apparts à Yalta de folie :100$ la nuit pour un F2 en saison (prix négocié par une ukrainienne !!!) Bon, il n'avaient presque pas de touristes Occidentaux pour les raisons évoquées... Maintenant, ils vont perdre tous les touristes ukrainiens, donc ils ne reste que les touristes russes, d'ou l'intense campagne de "racollage "tous azimuths en Russie pour éviter une "Bérézina" de la saison qui s'annonce avec fracas je crois !!! On récolte.....

....... qui en prenait peut-être 50% au passage ......."pas folle, la guêpe", ...... tt le monde a le droit de "manger"

En banlieue de Tourcoing, c'est sans doute moins onéreux .....  lol! 

 study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Matt le Lun 16 Juin - 11:24

Oui, tout le monde a le droit de "manger", mais si les prix sont surfait, c'est de l'escroquerie.
Je confirme les propos de Krispoluk, les prix sont anormalement élevé dans certains "coins" de la péninsule.

Mais notre cher Poutine va arranger les choses:

Poutine souhaite que les Russes se rendent en Crimée pour les vacances

Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine aimerait bien voir les fonctionnaires russes opter massivement pour la Crimée comme destination de vacances. Selon le magazine allemand Focus, le directeur du service touristique russe a envoyé une recommandation dans ce sens aux institutions publiques et aux entreprises d'État.

Les autorités russes voudraient ainsi éviter un effondrement du secteur touristique dans l'ancienne péninsule ukrainienne. Vladimir Poutine encourage dès lors les entreprises publiques et les syndicats de la fonction publique à réserver des nuitées sur les bords de la mer Noire. Jusqu'il y a peu, les trois quarts des quelque 8 millions de touristes se rendant chaque année en Crimée provenaient d'Ukraine. Mais depuis l'annexion de la péninsule par la Russie en mars, les Ukrainiens boudent celle-ci. La région de Moscou, ainsi que la république de Tchétchénie et les entreprises d'État Gazprom et Rosneft ont déjà dégagé des budgets dans l'objectif d'envoyer de nouveaux touristes dans les stations balnéaires criméennes, selon Focus.

Source Belga

russieinfo.com

A noter que ce site russe cite une agence de presse . . . belge.  Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Crimée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 41 1, 2, 3 ... 21 ... 41  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum