Et en Russie !

Page 29 sur 40 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 34 ... 40  Suivant

Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 5 Fév - 15:52

Poutine rappelle ses réservistes !! Faut il s'en inquiéter ? Est pour les envoyer "en formation" dans le Donbass ? Evil or Very Mad

http://www.garant.ru/news/605541/
Caduce62
Caduce62

Messages : 7848
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Jeu 5 Fév - 15:59

Plus de détails (en russe) ici.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Jeu 5 Fév - 15:59

lol!  parce que son armée active est insuffisante scratch
benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Jeu 5 Fév - 16:01

Ben oui quoi, sont tous en "vacances" en Ukraine.

Le Patriarche de Moscou critique l’Église gréco-catholique d’Ukraine tout en louant la position du Saint-Siège

Comme le botoxé, manque pas de cûlot celui-là!!

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 5 Fév - 16:03

Le patriarcat de Moscou bénit les armes et la guerre en Ukraine Twisted EvilTwisted EvilTwisted Evil
Caduce62
Caduce62

Messages : 7848
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Jeu 5 Fév - 16:04

lol!  parce que son armée active est insuffisante scratch
benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Tibo le Jeu 5 Fév - 16:10

Caduce62 a écrit:
Une coquille vide  Laughing inutilisable  Laughing

C'est malheureusement le cas de beaucoup de sites olympiques.

Athènes
Turin
Autres villes
Tibo
Tibo

Messages : 224
Date d'inscription : 07/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  tarkan le Jeu 5 Fév - 16:41

Kyril est un guébiste au même tirée que Vova, fallait pas s'attendre à un exploit de sa part!! Il participe largement à l'hystérie dominante du "monde russe"
tarkan
tarkan

Messages : 718
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Ven 6 Fév - 11:32

Entièrement d'accord avec toi tarkan . . .

La «maskirovka» ou l’art russe de tromper l’ennemi

La guerre en Ukraine ne peut que rappeler cette vieille tradition militaire dont on reste si fier à Moscou.

Et en Russie ! - Page 29 Topelement
Un soldat du gouvernement monte la garde à l'entrée de Donetsk, mercredi 4 février. Image: AFP

Surgis de nulle part, ils portent la cagoule et des uniformes dénués d’insignes. A Donetsk, Louhansk et ailleurs dans le Donbass, ces hommes qui se disent «Cosaques» exigent la sécession des petites républiques prorusses qu’ils proclament eux-mêmes dans l’est de l’Ukraine. A Moscou, on jure n’y être pour rien. Mais pour les forces occidentales, il n’y a pas de doute: c’est là l’œuvre des forces spéciales russes, qui ont remis au goût du jour la vieille stratégie militaire de la maskirovka.

«Maskirov-quoi?» demanderez-vous. Littéralement, le mot signifie quelque chose comme «petite mascarade». Mais dans le domaine militaire, cela fait référence à l’ensemble des techniques développées au cours des siècles pour tromper l’ennemi: dissimulation, mystification, effet de surprise, feinte, déni, désinformation… Ainsi l’an dernier en Crimée, on a vu débarquer en pleine nuit des «petits hommes verts», surnommés ainsi faute de pouvoir les identifier. Même les activistes prorusses semblaient surpris. Au Kremlin, Vladimir Poutine assurait qu’il s’agissait d’unités locales d’autodéfense, portant des uniformes sans doute achetés au rebut. Mais cinq semaines plus tard, une fois l’annexion de la péninsule votée par la Douma (parlement russe), le président reconnaissait que des troupes y avaient été déployées.

Un pur mensonge? Non, une maskirovka, s’amusera-t-on sans doute en Russie, où l’on n’hésite pas à faire remonter cette tradition militaire à la bataille de Kulikovo en 1380. Face aux 150 000 hommes de l’armée mongole, quelque 50 000 combattants slaves s’imposèrent par la ruse, une moitié des troupes s’exposant dans un champ tandis que l’autre, cachée dans la forêt, prit l’ennemi par surprise, racontait récemment à la BBC le major-général Alexander Vladimirov.

En réalité, c’est à l’ère soviétique que cette doctrine de la «mascarade» fut pleinement développée, pour déstabiliser systématiquement l’ennemi. Durant la Seconde Guerre mondiale, par exemple, l’Armée rouge utilisa d’innombrables faux blindés et envoya des divisions entières dans de fausses directions pour tromper les Allemands. L’essentiel étant toujours de priver l’adversaire d’informations cruciales qui lui permettraient de prendre les bonnes décisions stratégiques.

Ce ne sont pas les seuls, évidemment, à y avoir pensé. Mais un certain degré de sophistication fut atteint à Moscou. Durant la guerre froide, un département entier du KGB, les services de renseignement soviétiques, était consacré à la maskirovka. Vladimir Poutine, ancien officier du KGB, puis directeur du FSB, c’est-à-dire des services secrets russes créés après l’effondrement de l’URSS, connaît bien sûr toutes ces ficelles. La «guerre masquée», c’est en quelque sorte une tradition de la maison.

Si vrai . . . Embarassed

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Sam 7 Fév - 19:19

Sotchi leur à coûté tellement cher que pervyi kanal nous le rebassine en direct live . . . un an après.
Faut rentabiliser quoi!!

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Sam 7 Fév - 19:54

Matt a écrit:Sotchi leur à coûté tellement cher que pervyi kanal nous le rebassine en direct live . . . un an après.
Faut rentabiliser quoi!!

Interdis à ta femme de regarder cette télé de merde !!!
Un peu d'autorité que diable ! C'est qui le "Moujik" à la maison Laughing Laughing Laughing
Krispoluk
Krispoluk

Messages : 7115
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Sam 7 Fév - 22:55

benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Dim 8 Fév - 0:24

Le hic, c'est que pervyi propose de (très) bonnes émissions de variété (que j'ai plaisir à voir, je l'avoue), mais celles-çisont coupées par des flash info mensonge en masse.
4 min de mensonges et 56 de bonne zizique . . .  Embarassed

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 9 Fév - 14:13

France-Monde
Hélène Blanc : «Après la Crimée, tout le monde pensait que Poutine allait se calmer, pas moi !»
PUBLIÉ LE 08/02/2015 - MIS À JOUR LE 08/02/2015 À 11:25
PROPOS RECUEILLIS PAR HERVÉ FAVRE

Pour la spécialiste de la Russie qui vient de publier « Good bye Poutine », le nouveau Tsar du Kremlin mène en Uktraine après la Géorgie une « croisade » contre l’Europe « décadente » et les Etats-Unis qui ont « humilié » la grande Russie...

Initiative franco-allemande ?
Il ne s’agit pas d’une initiative de Hollande et de Merkel mais bien de Poutine. Il a fait un appel du pied et Merkel et Hollande ont concocté, sans doute avec les Américains, un plan de paix. Mais c’est Poutine qui les a reçus chez lui. Il aurait pu venir à Berlin ou à Paris. Les symboles c’est important !
Je me demande s’il veut vraiment la paix ou s’il ne s’agit pas d’une manœuvre dilatoire étant donné qu’il est entouré de « faucons » qui le poussent à ne rien céder. On pense qu’il gouverne tout seul, ce n’est pas aussi simple. Il y a les décideurs qui, dans l’ombre, l’ont porté au Kremlin et qui peuvent, s’ils ne sont pas satisfaits choisir un autre candidat en 2018 !

Que cherche Poutine ?
L’Europe n’a toujours pas compris qui est Poutine. Il est d’un cynisme dont on n’a pas idée ici. Il bluffe, il ment ; personne ne peut dire ce qu’il a dans la tête ! Après l’invasion de la Crimée tout le monde pensait qu’il allait se calmer, pas moi. Il a lancé une propagande anti occidentale violente... Il a installé dans l’opinion l’idée que la Russie doit mener une croisade contre l’Europe décadente et punir les Etats-Unis qui ont humilié la Russie.
Son supra nationalisme a fait resurgir tous les travers de la société russe : l’antisémitisme, la xénophobie, l’homophobie. La société russe devient de plus en plus violente. Il y a des régions où les gens ont plus peur de la police que des délinquants ! Poutine vit dans un univers qui n’est pas le nôtre. Il est encore à l’époque des Tsars et des conquêtes territoriales. Comment dialoguer avec quelqu’un qui n’est pas sur le même longueur d’onde ?

Livrer des armes aux Ukrainiens ?
Le fait que les Américains aient commencé à parler de livraisons d’armes aux Ukrainiens a peut-être accéléré les choses. Poutine n’a pas envie de se mettre une longue guerre sur les bras car il n’en a pas les moyens.
En Europe, il y a deux grandes lignes par rapport à la Russie. Les durs, ceux qui étaient dans l’ancien bloc soviétique, la Pologne, les pays baltes. Connaissant la mentalité russe ils savent que la faiblesse n’a jamais payé face à quelqu’un qui a multiplié les passages en force depuis 15 ans. Et il y a l’autre ligne qui veut ménager le Kremlin et lui offrir des portes de sortie. Les premiers sont pour livrer des armes aux Ukrainiens qui n’ont pas de matériels modernes et sont en train de se faire laminer.

Les conditions d’un accord
Kiev a commis des erreurs comme d’interdire le russe comme seconde langue officielle avant de faire marche arrière. Cela a hérissé les séparatistes. Mais est-ce que cela justifie de prendre les armes ? En fait, depuis 2004 et la « révolution orange », l’Ukraine tente de basculer dans le camp européen. Poutine ne veut pas d’une Ukraine démocratique qui contamine un jour la Russie. Il fait la guerre à l’Ukraine par séparatistes interposés. Dans la recherche d’un accord, il y a deux points non négociables : pour l’Ukraine, le respect de son intégrité territoriale, pour Poutine la garantie que jamais, même après lui, l’Ukraine n’intégrera l’OTAN.

Le précédent géorgien
Il faut se rappeler du précédent de 2008, quand les troupes russes sont entrées en Géorgie pour faire tomber Sakachvili. Grâce à la médiation de Nicolas Sarkozy, il y a eu un cessez le feu. Mais au final deux provinces, l’Abkhazie et l’Ossétie du sud, ont été dans les faits annexées sous couvert d’indépendance. Et contrairement à ce qui était prévu les troupes russes sont restées. Des sources géorgiennes me disent même qu’un mur est en construction ! La leçon, c’est que jamais Poutine n’acceptera que ces pays comme l’Ukraine, la Géorgie ou la Moldavie soient dirigés par des leaders qu’il n’aurait pas lui-même intronisés !
Caduce62
Caduce62

Messages : 7848
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Lun 9 Fév - 14:27

Je vais paraitre prétentieux mais tous ce que dit cette dame, on le sais déjà.
Mais c'est bien de le dire pour quelqu'un dont la parole peut être porté par les médias.
Quand ces propos seront au 20 heures de TF1 et France2, on aura fait un gigantesque pas !
benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Lun 9 Fév - 14:36

En gros, tu résume bien Benoit.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Lun 9 Fév - 18:43

benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Mar 10 Fév - 19:34

benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Matt le Mar 10 Fév - 22:14

Qui disait que les sanctions ne donnent rien?

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Et en Russie ! - Page 29 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8986
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 59
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mar 10 Fév - 23:14

Matt a écrit:Qui disait que les sanctions ne donnent rien?
Elles ne pas sans effets, loin de là, mais elles ont des effets néfastes pour tout le monde, plus pour la Russie que pour l'UE néanmoins, et cela se mesure par le dévissage du rouble. Le tout est de savoir si cela va raffermir une volonté russe de ne plus rien lâcher par principe, quitte à réduire le niveau de vie de toute la population en rejetant la faute sur l'Europe et les Etats-Unis, ou si cela induira un changement de politique.

La première hypothèse est très mauvaise pour tout le monde, et l'objet des négociations est de savoir s'il existe une solution moins coûteuse pour tous sans que personne n'y perde la face (ou que les concessions soient perçues comme ne mettant pas en cause le sentiments de dignité nationale et les principes fondamentaux). Un résultat positif sera très difficile à atteindre vu que les desiderata de l'UE, de la Russie et de l'Ukraine semblent incompatibles entre eux pour une partie des conditions exigées. Au moins une des trois parties se retrouvera perdante.
Thuramir
Thuramir

Messages : 2946
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Jeu 12 Fév - 17:59

benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  tarkan le Jeu 12 Fév - 21:46

Très intéressant article du Monde Diplomatique:


Russie : Avis de gros temps sur l’économie







A chaque saison son choc. Après l’annexion de la Crimée au printemps, l’escalade des sanctions cet été, la chute brutale du prix des hydrocarbures cet automne, l’économie russe subit l’effondrement du rouble depuis novembre dernier. Rouvrant les cicatrices des années 1990, cette crise de change laissera des traces. Car elle expose au grand jour des faiblesses structurelles longtemps sous-estimées par le pouvoir.






Et en Russie ! - Page 29 8DUw196

Si le rattachement de la Crimée est interprété au Kremlin comme un succès militaire et politique, le bilan économique de l’année 2014, marquée par l’adoption de sanctions occidentales à l’encontre de la Russie, est loin d’être positif. L’ampleur de la chute du rouble vis-à-vis du dollar (-42% entre le 1er janvier 2014 et le 1er janvier 2015) a effacé les gains de puissance économique relative réalisés depuis 2009.

Le pays a rétrogradé du dixième au seizième rang mondial en termes de produit intérieur brut (PIB) au taux de change courant. Les autorités visaient une inflation réduite à 5 % ; elle a plus que doublé et s’établit à 11,4 %. La croissance devait se redresser à 3,5 % ; dans le meilleur des cas, elle sera nulle en 2014 et fera place à une récession en 2015 (entre -3 % et -4,5 % selon les prévisions du gouvernement).

La diversification industrielle devait être relancée ; la production d’automobiles a chuté lourdement. Le leader Avtovaz a déjà supprimé plus de dix mille postes et s’apprête de nouveau à licencier. Si la situation continue de se dégrader, nul doute que ses concurrents lui emboîteront le pas.
La persistance d’une forte inflation dans une période de stagnation a pour conséquence d’aggraver les inégalités de revenus réels et de déprimer la consommation. Le commerce de détail, après avoir longtemps résisté, a commencé à céder.
Du côté des entreprises, l’investissement, nerf de la guerre pour la modernisation de l’économie russe, confirme et amplifie un repli amorcé au printemps 2013. Il continuera en 2015 sur cette pente descendante, compte tenu des taux d’intérêt directeurs portés à 17 % par la banque centrale en décembre pour limiter la dérive du change et de l’inflation.
Par ailleurs, le système financier russe n’est plus en mesure d’apporter les liquidités nécessaires : les sanctions (lire la chronologie « L’escalade des sanctions ») obligent les grandes banques à modifier le cœur de leur modèle économique, qui reposait sur l’emprunt en devises à bas taux d’intérêt sur les marchés internationaux combiné à des prêts à des prêts à taux d’intérêt plus rémunérateur en roubles sur le marché national.
L’épargne nationale en roubles ne suffira pas aux besoins de l’économie russe, tant elle est découragée par l’inflation. Les fleurons nationaux commencent eux aussi à souffrir. Si, en 2014, un nouveau record de production de pétrole vient d’être battu, cette progression risque de rester sans lendemain car la croissance des volumes extraits ralentit depuis 2011.
Elle est portée par les compagnies privées, désormais minoritaires dans le paysage énergétique russe. Le géant Gazprom a quant à lui enregistré une chute de 9% de l’extraction de gaz en 2014. Jamais depuis sa création, son niveau de production n’avait été aussi bas.

Pressions sur les ressources publiques


Dans la conjoncture actuelle, l’investissement dans les technologies permettant de mettre en valeur les gisements non conventionnels et de grande profondeur devient crucial. Les restrictions occidentales sur les transferts de technologie aux compagnies pétrolières et gazières russes obèrent sérieusement leurs perspectives de développement, notamment en Sibérie orientale et dans l’Arctique.
Confronté à une situation financière délicate, Gazprom vient de renoncer au South Stream, le projet de gazoduc devant approvisionner l’Europe en contournant l’Ukraine par le sud, pour déployer davantage de ressources vers la Chine et le nouveau gazoduc vers la Chine et le nouveau gazoduc oriental. Selon toute probabilité, le retard d’investissement ne sera pas rattrapé dans les années qui viennent. Certains secteurs de l’économie affichent de meilleurs résultats.
C’est le cas de l’agriculture, qui a enregistré des récoltes record en 2014. En pareil cas, la Russie devient habituellement l’un des principaux exportateurs mondiaux de céréales. De plus, la chute du rouble se combine aux volumes produits pour offrir des possibilités redoublées. Mais, par crainte d’une hausse des prix intérieurs, le gouvernement a cru bon de freiner administrativement les gazoducs, avec pour effet pervers de limiter la capacité des agriculteurs russes à acheter en devises étrangères les intrants (semences, engrais…) nécessaires à leur production future.
A mesure que la crise mord sur des secteurs-clés de l’économie, l’État subit une pression croissante de la part des acteurs touchés. Celle-ci est d’abord venue du secteur énergétique : Rosneft, Novatek et Lukoil ont obtenu durant l’été des financements de plusieurs milliards de dollars, soit directement tirés des fonds publics, soit via des banques non touchées par les sanctions.
En juin, M. Vladimir Poutine avait déjà chiffré les besoins en capitaux supplémentaires de Gazprom à 50 mil- liards de dollars, avant que l’entreprise ne publie ses premières pertes trimestrielles depuis 2008, attribuées à des retards de paiement ukrainiens.
Cette première salve a été bientôt suivie d’une autre dans le secteur bancaire : le gouvernement a annoncé début septembre une série de recapitalisations pour VTB, Rosselkhozbank et Gazprombank notamment. Tout comme Sberbank, première banque du pays, VTB est présente en Ukraine, où la situation est encore plus dégradée qu’en Russie.
Ces établissements, par ailleurs coupés des marchés internationaux de capitaux, sont donc touchés doublement. Le gouverne- ment, qui fait du secteur bancaire sa priorité, prévoit de le renflouer à hauteur de 18 milliards de dollars durant le premier trimestre 2015. L’appareil militaro-industriel constitue le troisième groupe de pression ayant actuellement une influence réelle sur le pouvoir politique.
Avec les succès obtenus sur le terrain en Crimée et au Donbass – où sa présence est toujours niée par les autorités –, ses responsables sont désormais en position de force pour négocier la sécurisation de leurs moyens (+ 11 % prévus dans le projet de budget 2015). Les conflits de répartition vont donc s’intensifier. Dans quelques mois, les effets de l’inflation et de la détérioration de l’activité industrielle risquent d’ajouter de nouvelles pressions, politiques et sociales, à celles des secteurs bancaire, énergétique et militaire.
Compte tenu de la nature fédérale de l’État, c’est vers les budgets municipaux et régionaux que se tourneront les revendications. Or ceux-ci souffrent déjà depuis la récession de 2009.

Fardeau de l’endettement extérieur


La Russie vendant son pétrole en dollars, un baril lui rapporte d’autant plus de roubles que sa devise nationale est faible. Mais la chute du rouble n’a pas suffi à compenser la dégringolade du prix du pétrole : sur l’année, le prix du baril Oural (unité de référence en Russie) exprimé en roubles a perdu 14 %.
Par ailleurs, avec une monnaie aussi dépréciée, la capacité de l’économie russe à se procurer les importations indispensables en technologies et biens d’équipement pour lesquelles il n’existe aucun substitut à court terme en Russie a été divisée par près de deux. Les projets de privatisation, qui pourraient procurer des recettes de substitution, restent dans les cartons en raison du contexte économique incertain.
Le gouvernement s’abstient aussi de recourir à l’emprunt, car, si l’endettement propre de l’État demeure très faible (12 % du PIB, lire l’encadré ci-contre), celui des grandes entreprises publiques – en devises – s’avère très lourd. Alors que les agences de notation internationales multiplient les avertissements sur la dette souveraine, le ministère des finances a renoncé à plusieurs reprises à émettre des obligations d’État, les conditions du marché étant défavorables.
Le fardeau de l’endettement extérieur peut s’avérer létal pour des agents économiques fortement engagés qui ne peuvent compter sur un renouvellement de leurs emprunts. Sur le plan financier et commercial, un nouveau problème est désormais posé aux autorités monétaires : celui de la volatilité du rouble vis-à-vis de l’euro et plus encore du dollar.
Cette instabilité soulève une difficulté au moins aussi redoutable que la faiblesse de la monnaie ou que les sanctions. Elle déprime le commerce extérieur en renchérissant la couverture contre le risque de change que les entreprises tant nationales qu’étrangères doivent contracter pour poursuivre leurs activités.
Jusqu’ici, les sirènes prônant des restrictions aux flux de capitaux n’ont pas réussi à séduire les autorités monétaires. L’option reste néanmoins sur la table, avec ses avantages – mettre le rouble à l’abri de la spéculation et redonner de l’autonomie à la politique monétaire – et ses limites – réduire les financements en provenance des investisseurs étrangers directs, aggraver la frilosité des investisseurs et multiplier les occasions de corruption et de développement des marchés parallèles.
D’ores et déjà, le gouverne- ment a annoncé qu’il obligerait cinq grandes compagnies exportatrices (Gazprom, Rosneft, Alrosa, Zaroubejneft, Kristall Production Corporation) à vendre dans les semaines qui viennent les devises accumulées depuis octobre 2014 (soit 40 à 50 milliards de dollars), pour reconstituer les réserves de la banque centrale et soutenir le rouble (1).
A l’avenir, d’autres mesures administratives pourraient s’ajouter à celle-ci. Le régime recherche d’autres perspectives économiques. La mise en œuvre de l’Union économique eurasiatique (UEE) avec le Kazakhstan et la Biélorussie, rejoints depuis le 1er janvier 2015 par l’Arménie, avant de l’être par le Kirghizstan dans le courant de l’année, s’inscrit dans cette logique.
Sans l’Ukraine, ce projet revêt bien sûr beaucoup moins de sens d’un point de vue économique. L’enthousiasme des premières années a laissé place à des critiques de plus en plus ouvertes parmi les fondateurs. Mais la dimension symbolique du projet demeure essentielle pour M. Poutine. De même, l’appartenance au groupe des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui a constitué un sujet de fierté et d’optimisme durant ces dernières années, tarde à porter ses fruits économiques, sauf si on lui attribue la signature récente d’accords d’exportation de centrales nucléaires russes avec New Delhi et Pretoria.
Deux organismes financiers multilatéraux (Nouvelle Banque de développement et Dispositif de réserves contingentes) ont été lancés au sommet des Brics de Fortaleza (Brésil) en juillet dernier et doivent entrer en fonction en 2016, ce qui représentera une première. Toutefois, les conditions concrètes de leur fonctionnement restent à établir, en particulier le type de conditionnalités qui sera pratiqué pour l’octroi de prêts.

Se tourner vers la Chine?


C’est surtout dans sa relation avec la Chine que la Russie a réussi d’importantes percées en 2014. Au-delà de l’accord permettant de régler des échanges bilatéraux sans passer par le dollar, la question du gaz a retenu l’attention. La construction du gazoduc qui permettra de relier directement les gisements russes au territoire chinois a été décidée le 21 mai 2014.
Cette décision boucle fort opportunément des négociations menées depuis plus de dix ans et offrant à Gazprom ses premières perspectives réelles de diversification de ses débouchés. Compte tenu des délais de mise en œuvre, les premières retombées concrètes des accords ne sont pas attendues avant 2018, soit bien au-delà de l’horizon qui importe aujourd’hui.
Dans l’intervalle, la Chine semble prête à subvenir aux besoins de plus en plus pressants en devises des grandes compagnies russes. Elle trouve sans doute trop belle cette occasion de faire un pied de nez aux sanctions occidentales et d’affirmer sa capacité d’intervention en tant que nouvelle grande puissance financière. La Russie n’est pas seulement prisonnière des positions géopolitiques sur les- quelles campe son président à propos de l’Ukraine. Elle est prise dans une contradiction entre deux objectifs économiques dont la poursuite simultanée n’est pas tenable.
Le premier consiste à fonder le renouveau économique sur l’attractivité internationale du territoire. On peut lire cette tendance dans l’accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), devenue réalité en 2012, dans l’objectif maintes fois rappelé par M. Poutine de hisser le pays à la vingtième place du classement Doing Business de la Banque mondiale d’ici 2020, dans celui de faire de Moscou un centre financier international et d’attirer toujours plus d’investissements directs étrangers, ou bien dans l’idée, datant de l’intérim Medvedev (2008-2012), de créer des pôles technologiques à vocation mondiale, comme celui de Skolkovo.
Le second axe de développement, orthogonal au premier, consiste à bâtir un modèle économique et institutionnel autochtone, reposant sur des normes propres et abrité pour cette raison d’une concurrence mondiale présentée comme menaçante. Fondamentalement, cet objectif s’est traduit par les mesures protectionnistes prises après la récession de 2009 et par les premières réactions, en 2013, de la Russie à l’accord de libre-échange proposé à l’Ukraine par l’Union européenne.
C’est aussi lui qui teinte le projet de l’UEE, qui fonctionne selon des règles très directement inspirées par la Russie. Depuis l’annonce des sanctions occidentales, ce second axe a trouvé une nouvelle vigueur et domine large- ment les discours tenus sur la scène nationale. Si les conditions géopolitiques ne changent pas, les sources privées de financement ont toutes les chances de continuer de s’amenuiser dans les prochains mois. Les comptes publics resteront aussi sous pression, ce qui va motiver de nouvelles quêtes de liquidités des autorités russes, notamment vers la Chine.
Pékin pourrait trouver intérêt à prendre des options sur des actifs tangibles (parts de gisements, parts du capital de sociétés) en Russie. Mais, pour des raisons d’occupation de l’espace, de démographie et de dynamiques économiques et migratoires, les relations entre les deux voisins restent empreintes de méfiance.
La puissance économique de la Chine représente aujourd’hui plus de dix fois celle de la Russie, et sa dynamique récente est tout autre. Les dirigeants russes savent aussi que l’intensification des relations commerciales bilatérales a de fortes chances de hâter la désindustrialisation de leur pays. Or cette perspective contredit la stratégie économique menée jusqu’à maintenant, qui érige en priorités nationales la diversification industrielle et le maintien de l’emploi dans le secteur manufacturier.
Aux niveaux actuels du rouble et du prix du pétrole, l’économie russe se trouve dans une impasse. La dégradation de la situation découle de l’annexion de la Crimée et du conflit dans le Donbass, mais aussi des fragilités structurelles de l’économie russe que la crise actuelle a révélées.
Trois de ces fragilités méritent d’être soulignées : la première est la paradoxale faiblesse de l’État. Omniprésent depuis 2000, il s’est pourtant montré de moins en moins en mesure d’exister en dehors de la figure de son chef actuel et d’assurer son rôle d’institution capable de dépasser les intérêts particuliers.
La deuxième est la concentration des ressources du pays dans les secteurs énergétique et financier, tous deux contrôlés par une oligarchie ayant conservé, tout au long des années 2000, une forte influence sur l’appareil d’État.
La troisième est le sous-développement persistant des infrastructures de maillage de l’immense territoire du pays, qui limite l’efficacité et la résilience des activités qui s’y développent. Parce qu’il a fourni au pouvoir l’occasion de lui imputer la responsabilité des difficultés actuelles, le durcissement des sanctions occidentales en juillet 2014 a été politiquement contre-productif.
Il revient donc aux puissances européennes – au sein desquelles la France a toutes les raisons et les moyens de jouer un rôle moteur – de proposer une sortie par le haut à M. Poutine. Les possibilités de partenariats mutuellement bénéfiques entre l’Union européenne et la Russie sont légion : administration publique, infrastructures, nouvelles technologies, enseignement et recherche, transition énergétique… Conditionnées à une coopération effective dans le règlement du conflit ukrainien, ces perspectives peuvent offrir une issue à l’impasse dans laquelle l’économie russe est engagée. S
i, au contraire, il est placé au pied du mur, le pouvoir en place risque de se crisper plus encore, nourrissant l’isolement, le nationalisme et le revanchisme. L’histoire de l’Europe nous montre que cette voie ne mène qu’à la désolation. Européens et Russes devraient donc se donner les moyens d’une levée des sanctions.

Chronologie de l’escalade des sanctions


17 mars 2014. Le Canada, les États-Unis et l’Union européenne interdisent leurs territoires à des responsables politiques russes et à leurs homologues de Crimée. Le Japon et l’Australie prennent des mesures similaires, suivis en avril par l’Albanie, l’Islande, le Monténégro et l’Ukraine.
28 avril. Les États-Unis proscrivent les transactions d’affaires sur leur sol pour dix-sept entreprises et plusieurs officiels russes. L’Union européenne ferme l’accès à son territoire à quinze autres responsables russes.
17 juillet. Washington limite l’accès aux financements dont l’échéance est supérieure à trois mois pour Rosneft et Novatek ainsi que pour deux banques, Gazprombank et Vnesheconombank, et bientôt pour Bank of Moscow et Rosselkhozbank.
24 juillet. Le Canada élargit ses mesures à des entreprises russes du secteur financier, de l’armement et de l’énergie.
25 et 31 juillet. Bruxelles étend ses sanctions à dix-huit entreprises et quinze responsables supplémentaires. Des restrictions sont appliquées à des entreprises des secteurs de l’énergie, de la défense et financier.
5 août. Le Japon bloque les avoirs d’individus et de groupes ayant contribué à la séparation de la Crimée de l’Ukraine. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Banque européenne d’investissement gèlent les fonds destinés à de nouveaux projets en Russie.
12, 14 et 28 août. La Norvège et la Suisse intègrent les nouvelles sanctions appliquées par l’Union européenne à leurs listes de mesures.
12 septembre. Washington durcit ses sanctions et les étend à Sberbank, Rostech, Gazprom, Gazprom Neft, Lukoil, Surgutneftegaz et Transneft. Sont suspendus les transferts de technologies liées à l’exploration en eaux profondes et au gaz de schiste.
24 septembre. Le Japon interdit l’émission de titres par la Sberbank, VTB, Gazprombank Rosselkhozbank et VEB, et durcit ses sanctions sur les exportations de matériel de défense à la Russie.
20 décembre. Bruxelles étend ses mesures restrictives concernant les relations économiques avec la Crimée : interdiction d’investissement, restriction des activités de tourisme et des exportations de technologies.


Un État producteur mais peu protecteur

Avant la chute du rouble, le produit intérieur brut (PIB) de la Russie (au taux de change courant) s’élevait à un peu plus de 2000 milliards de dollars. La valeur ajoutée se répartit entre les services (60 %), les industries extractives et énergétiques (18%), l’industrie manufacturière (12%), l’agriculture et la construction (5% chacune).
La population active, qui compte soixante-quinze millions de personnes, est très largement urbaine, avec un taux d’emploi et un pourcentage de diplômés parmi les plus élevés du monde. La productivité, en revanche, demeure faible. Elle est deux fois moindre que celle de l’Union européenne et n’a pas progressé significativement durant les cinq dernières années.
La part des dépenses de l’État dans l’économie est supérieure à celle de la France (37% environ, contre 31 %), mais celui-ci assume certaines fonctions de protection sociale, comme le financement des retraites, qui en France sont comptabilisées à part. Pour l’ensemble des dépenses publiques (sécurité sociale comprise), la Russie est largement derrière la France (37 %, contre 55 %).
Les entreprises publiques jouent un rôle déterminant dans l’économie russe: à la suite des acquisitions des années 2000 dans le secteur énergétique, puis des nationalisations réalisées durant la récession de 2009, elles contribuent désormais à plus de 50% du PIB.
Avec des recettes dépendant pour moitié des taxes sur le secteur des hydrocarbures, le budget de l’État est soumis aux variations du prix du pétrole. Jusqu’ici, le déficit est resté faible, sauf durant la récession de 2009, où des mesures exceptionnelles de relance ont été prises, avec une impulsion budgétaire totalisant 11% du PIB.
L’endettement public demeure minime, et l’État compte deux fonds souverains : le Fonds de réserve est utilisable pour soutenir le rouble et l’activité à court terme (89 milliards de dollars en décembre 2014) ; le Fonds national de bien-être (80 milliards de dollars) est destiné à faire face aux besoins futurs de financement des retraites.
La banque centrale accumule également des réserves de change (389 milliards de dollars fin décembre). Ce niveau reste considérable, mais elles ont fondu de 120 milliards en un an, soit l’équivalent des fuites de capitaux.
(1) Russian Legal Information Agency (Rapsi), 23 décembre 2014, www.rapsinews.com

Le Monde Diplomatique
tarkan
tarkan

Messages : 718
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Un sacré visionnaire !

Message  pyxous le Jeu 12 Fév - 21:57

Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que la Russie, qui traverse sa plus sévère crise monétaire depuis 1998, renouera avec la croissance dans deux ans maximum, tout en reconnaissant qu'il demeure un espoir d'une amélioration plus rapide. Une sortie de crise est «inévitable», en premier lieu parce que l'économie mondiale continue de croître, a expliqué le président en ouvrant sa conférence de presse annuelle devant plus d'un millier de journalistes. «Nous allons utiliser les mesures que nous avons employées avec succès en 2008», a-t-il expliqué. Le chef de l'État russe a assuré que les programmes sociaux (hausses des retraites et des salaires des fonctionnaires) étaient maintenus, mais que le gouvernement serait peut-être contraint de réduire certaines dépenses sociales en fonction de l'évolution de la situation.
pyxous
pyxous

Messages : 740
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 69
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Ven 13 Fév - 0:14

Vacancier troque médaille novomerda contre une jambe neuve :
https://twitter.com/OnlineMagazin/status/565989269622517760
benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Lun 16 Fév - 11:08

benoit77
benoit77

Messages : 2177
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Et en Russie ! - Page 29 Empty Re: Et en Russie !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 29 sur 40 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 34 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum