La propagande

Page 34 sur 36 Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35, 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au secour, Russia Today arrive en version française!

Message  travellergillou76 le Dim 23 Juil - 12:44

[size=41]Avant son lancement en France, Russia Today veut montrer patte blanche[/size]

JEAN-PHILIPPE LOUIS Le 23/07 à 10:57 
 









Alors que son site Internet fait face à un flot de critiques, jusqu’aux plus hautes instances de l’Etat, le discret groupe russe RT (anciennement Russia Today) change de tactique et tente de convaincre avant le lancement de la version française de sa chaîne de télévision en décembre.


Une « hystérie russophobe » trouble le bon fonctionnement de RT à en croire Xenia Fedorova. En douze ans passés au sein de la chaîne internationale russe, elle n'avait jamais vu cela. Il faut dire que depuis plusieurs mois, on porte au groupe audiovisuel qui cherche à s'implanter en France de perfides intentions. On leur reproche de  relayer des « Fake News » . En conférence de presse lors de la visite de Vladimir Poutine à Versailles , la présidente de RT France interpelle Emmanuel Macron : « Durant la campagne présidentielle, les journalistes russes ont eu des difficultés d'accès au QG des partis, quel est votre commentaire pour améliorer la situation ? ». 
Une mention directe au refus des équipes de campagne d' « En Marche » d'accréditer les journalistes du site RT durant le premier tour de l'élection française. Et Emmanuel Macron de porter l'estocade au nez et au menton de Vladimir Poutine : « Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence ». Un rocher dans le jardin de RT France qui a forcé les responsables du site Internet à prendre la parole, enfin.


 

Un site populaire mais discret


Car jusqu'à présent, le site arrivé en France à la fin de l'année 2014 et revendiquant près de 2 millions de visiteurs uniques sur la toile française cultivait la discrétion. Bien que se revendiquant comme la première chaîne sur YouTube, devant CNN et Al Jazeera, les demandes d'interviews des cadres de la chaîne étaient systématiquement refusées. 
Encore aujourd'hui, les journalistes de la rédaction ne s'expriment pas. L'adresse des locaux du site Internet est gardée secrète : « La raison pour laquelle nous n'ouvrons pas nos portes, c'est que nous n'avons pas grand-chose à montrer - une dizaine de journalistes web et vidéos -, mais aussi parce que RT est menacé sur les réseaux sociaux », assure la présidente. Même le nouveau rédacteur en chef du site Xavier Bonnet, ancien de Siné Hebdo, « devait s'attendre à un QG du KGB dans une salle sombre », conçoit-t-elle.

À LIRE AUSSI



Ce changement de stratégie a beau être en réaction aux propos d'Emmanuel Macron à Versailles, il arrive à point nommé. En décembre, RT va lancer sa chaîne en France après un avis favorable mais tiède du Conseil supérieur de l'audiovisuel et un contretemps budgétaire lié à la chute du rouble.
Diffusé en continu sur le câble, le satellite et l'ADSL, RT France s'installera à Boulogne non loin des locaux de Canal + et TF1 dans 1.430 mètres carrés de bureaux, et un studio de 100 mètres carrés. Budget : 20 millions d'euros. Bénéficiant du statut juridique d'entreprise stratégique veillant aux intérêts nationaux, elle est, de toute façon, protégée d'éventuelles coupes. Mais pas des critiques. 

Une « erreur » sur Macron


La chaîne de télévision sera en effet surveillée de près, minée par la mauvaise réputation de son site Internet. Durant la campagne présidentielle, ce dernier s'est particulièrement illustré : « Ce qui a fait hurler Macron, ça a été les accusations d'une part des soi-disant liens avec des banques américaines, les banques Rothschild et les rumeurs d'homosexualité qui font florès en Russie », analyse Cécile Vaissié, professeur en étude russe, soviétiques et post-soviétiques à l'université Rennes et auteur de « Les réseaux du Kremlin en France ». 
En février dernier, en pleine campagne présidentielle, RT en France publie un article indiquant que « Wikileaks a trouvé des informations sur Macron dans des emails de Clinton ». En clair, le début de l'affaire des « MacronLeaks » publiés quelques jours avant le premier tour de la présidentielle et qui se révéleront truffés d'incohérences et de fausses informations : « Julian Assange est un journaliste. Eviter de le citer juste pour faire plaisir à Emmanuel Macron ne serait pas très journalistique », se défend aujourd'hui la patronne de RT France. Mais dans une campagne qui a vu débarquer d'Outre-Atlantique le phénomène des « fake news », les imprécisions, involontaires ou sciemment distillées, sont fatales à la bonne notoriété.

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/07/23/2103654_avant-son-lancement-en-france-russia-today-veut-montrer-patte-blanche-web-tete-010154567772.jpg

La rédaction du site Internet RT France. 

D'autant qu'un mois avant l'affaire Wikileaks, RT relaie une autre rumeur selon laquelle, lors de son déplacement au Liban,  Macron aurait séjourné au sein de la résidence officielle de l'ambassadeur en France , à la grâce du contribuable. Une « erreur », reconnaît aujourd'hui le rédacteur en chef du site Jérôme Bonnet.

Une ligne éditoriale anxiogène


L'onde négative environnante autour de RT France se fonde aussi sur une ligne éditoriale qui détonne par rapport au reste du paysage médiatique français. En effet, vivre dans le monde du site RT France, c'est vivre sur un territoire où le président de la République a tort et multiplie les bourdes. Où les échauffourées lors de manifestations s'accumulent dans les rues de France, et les migrants affluents dans celles de Navare. « La ligne éditoriale de RT est axée sur la création d'un sentiment de menace d'insatisfaction. Un choix a été fait de ne pas être dans la séduction de la Russie », regrette Cécile Vaissié.
À LIRE AUSSI



Sur RT, on trouve ainsi rarement un article sur les sorties des derniers romans russes ou sur le tourisme. Sur YouTube, ses vidéos les plus populaires sont : « Cinq livres censurés qui racontent une histoire que l'Establishment veut cacher », ou encore « Cinq chose que les médias dominants ne vous disent pas sur l'Ukraine ». Ainsi, la ligne éditoriale de RT « comprend un exercice répété de « correction » des erreurs commises par les médias occidentaux sur ce qu'il se passe en Russie et dans les événements globaux où elle est impliquée », explique Rayna Stamboliyska, auteur de la « Face cachée d'Internet ». « Le but est d'ajouter une voix différente à la conversation mondiale, présenter le monde et les événements qui le façonnent vus de la Russie ». 
En novembre 2014, lorsque RT a lancé son service en France en affichant l'intention ferme de s'insérer dans le paysage audiovisuel français, le journaliste et éditeur russe Sergei Parkhomenko semblait être certain qu'apparaîtraient des grands noms médiatiques controversés à l'instar d'Eric Zemmour. « Notez bien, ils vont commencer à acheter des célébrités à un prix fou », disait-il dans une conférence. Pour l'instant, aucune information ne fuite sur la chaîne à venir en décembre. Aucun grand nom du journalisme ou de la polémique n'est mentionné. Tout se fait dans l'ombre de peur que le moindre mouvement soit encore sujet à critique. Un bon silence, vaut mieux qu'une mauvaise dispute et des accusations de média propagandiste.

Un média comme les autres ? 


RT est de plus touché par l'arrivée sur la toile Française de « Sputnik », un site Internet russe plus subversif, au format tabloïd, et faisant partie de la même holding : « La différence entre les deux n'est pas si énorme », indique Rayna Stamboliyska. « Les deux institutions ont le même rédacteur en chef et partagent certains journalistes ». Mais Xenia Federova dément toute affiliation : « Nous ne partageons pas nos ressources. Pourquoi par exemple placer dans un article qui parle de Sputnik, un logo RT en fond... Nous sommes plus stricts », insiste-t-elle. Selon Xenia Fedorova, RT France ne donne pas la parole « aux conspirationnistes » et si on accuse les tribunes présentes sur le site d'être toutes écrites par des « amis de la Russie », c'est parce que « les autres ne veulent pas nous parler ni nous laisser une chance.».

« Les autres ne veulent pas nous parler       »

En clair, RT France persiste, il est un média comme un autre. « Je pense qu'il y a deux poids deux mesures, et ce n'est pas juste, pourquoi ne discute-t-on pas de la Une de Libération et son titre juste avant la période de silence imposée avant le deuxième tour de la présidentielle, « faites ce que vous voulez, mais votez Macron ? ». « Quand on dit cela, on retire tout contexte », répond d'emblée Cécile Vaissié, comme les accusations d' « hystérie homophobe », une rhétorique qui ressemble à s'y méprendre aux propos de Vladimir Poutine en juin dernier au forum économique international de Saint-Pétersbourg, face aux accusations selon lesquelles la Russie aurait tenté d'influencer des élections à l'étranger.
« Le fait que le rapport de Libé à ses lecteurs n'est pas le rapport que peut avoir d'autres est occulté, on retire tout un contexte culturel et historique pour réduire à deux dimensions et dire c'est pareil ». Cécile Vassié appelle cela le « relativisme ». Le cheminement consiste à annuler une accusation contre la Russie, en y opposant une turpitude occidentale supposée ou avérée. Et pourquoi dénoncer, si on fait pareil, même si ce n'est pas exactement la même chose ? 

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/07/23/2103654_avant-son-lancement-en-france-russia-today-veut-montrer-patte-blanche-web-tete-010154582431.jpg

Xenia Fedorova

Peu importe cette stratégie relativiste, la chaîne de télévision devra dans tous les cas se défaire de son étiquette de média propagandiste. A moins qu'elle ne décide une bonne fois pour toute d'assumer son affiliation au Kremlin. « De toutes les façons si on dit des choses fausses on fait de la propagande et si on dit des choses vraies, on habille notre propagande d'un nuage de vérité », dit Jérôme Bonnet. Comme un triste constat d'échec, mais aussi comme confirmant un positionnement récurrent de RT France. Les fautifs c'est les autres. La vérité n'est pas forcément celle de l'Occident. Elle serait ailleurs, voire nulle part. Mais quand même, à les entendre, un peu plus chez eux.

JEAN-PHILIPPE LOUIS


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/010154554092-avant-son-lancement-en-france-russia-today-veut-montrer-patte-blanche-2103654.php#kOrV1TbKu4ePjalU.99

travellergillou76

Messages : 561
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Lun 24 Juil - 9:55

Ben tient Exclamation

L'obsession nazie des propagandistes pro-Kremlin

Par :



We rarely see such a swift and aggressive reaction to a single video. But the Russian communication outburst to a recent eight-minute movie on YouTube was as immediate as it was foul-mouthed.

The trigger was a NATO video about the so-called “Forest Brothers” – irregular units in the three Baltic states who fought against the Soviet occupying forces during and after World War II. NATO has produced a film commemorating these fighters who are “remembered as national heroes” in Estonia, Latvia and Lithuania.

But Russia’s representatives immediately pulled out their favourite Nazi-card. Deputy Prime Minister Dmitry Rogozin’s tweet said that the video confirms that “when we face NATO we face the heirs to those of Hitler’s collaborators who survived the war”.



Russian Foreign Ministry spokesperson Maria Zakharova followed the tone on her Facebook page and described the video as “a perversion of history that NATO knowingly spreads in order to undermine the outcome of the Nuremberg trials”.

When “media” blindly follow the government line

Russian state media immediately understood what was wanted from them and started strengthening, amplifying and even overblowing the narrative. The message that the Forest Brothers were Baltic Nazi collaborators was repeated on all major Russian TV channels: Vesti, Pervyi Kanal, NTV, Rossiya 24 and REN-tv. Russia Today published the same allegation in English.

And Dmitry Kiselyov – the Kremlin’s chief propagandist, head of the state international media agency Rossiya Segodnya, and the only journalist on the EU’s sanctions list – went even further, labelling the Baltic partisans as members of the Waffen-SS, responsible for the deaths of “hundreds of thousands of Jews”.

“You will not rewrite history”

But there was a response. The Lithuanian Foreign Ministry, for example, reminded us of the Molotov-Ribbentrop pact. And Lithuanian social media users flooded the Russian Foreign Ministry’s Facebook page with commentaries and the hashtag #Kremlinyouwillnotrewriteourhistory.




LT MFA STRATCOM @LT_MFA_Stratcom
#RU MFA: Partisans in Baltics fought on Nazi side.2 notes:
 1)Nazis defeated in 1945,resistance ended in 1953;
 2) Soviets fought on Nazi side
3:31 PM - 13 Jul 2017

Without entering into historical disputes – readers interested in the Forest Brothers can see the links at the bottom of this article – it is safe to say that this incident bears all the hallmarks of one of the most typical disinformation techniques deployed by pro-Kremlin mouthpieces. Taking the well-known concept of the “4 Ds” of disinformation we can see that the story dismisses the fact that the USSR occupied Estonia, Latvia and Lithuania; distorts the historical image of the Forest Brothers; distracts from the fact that NATO is a defensive alliance, whose increased presence in the Baltic region is a direct consequence of Russian aggression; and dismays by accusing the adversary of being a Nazi.

As we have written before, “there are only two possibilities in the unique universe of pro-Kremlin media. Either you live in Russia and support the current Russian regime; or if you do not meet these two requirements, you might find yourself called a Nazi.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Ven 28 Juil - 12:31

“Russia’s bunker busters will reach Finns underground” – how to ridicule and threaten at once

"Les chercheurs de bunker russes atteindront le métro finlandais" - comment c'est ridicule et menaçant à la fois


When the respected Wall Street Journal publishes an article “Beneath Helsinki, Finns prepare for Russian Threat”, there are several ways media can react. And it is quite telling to observe the difference between mainstream journalists and pro-Kremlin outlets.

The story explains that while Russia is planning its biggest military exercise in years, Finland is going underground and Finnish soldiers routinely train in a network that features more than 124 miles of tunnels, passageways and shelters.

In Finland, media outlets tried to find out how much truth there was behind the catchy headline. They discovered that, although it is possible to transform the tunnel network for civil defence purposes, it is in fact decades old and activity there is not linked to the Russian military exercise. See here or here.

Meanwhile in Russia, the media’s reaction was twofold, as Keir Giles, associate fellow from the Chatham House put it on Twitter:


  1. We are no threat to anyone, you are hysterical and living in the last century.
  2. Our weapons are invincible and you cannot hide from them.



Keir Giles

✔ @KeirGiles
Replying to @KeirGiles @tggrove

Classic Russian schizophrenic mixed messages - 1. We are no threat to anyone, you are hysterical and living in last century /2


Keir Giles

✔ @KeirGiles
but at the same time 2. our weapons are invincible and you cannot hide from them, so don't bother defending yourselves. /3


State-controlled Radio Sputnik took the first approach by interviewing an expert who said that Western propaganda about Russia’s military threat was now resulting in paranoia in Finland. Another Sputnik expert described it all as “anti-Russian psychosis”.  But he also pointed Finns towards the characteristics of Russian Iskanders – a short range ballistic missile system that is capable of “turning to dust not only one city, but a whole country”, as Sputnik reminds us.

Several smaller Russian-language websites also took the second approach and boasted of Russia’s bomb arsenal. “Russia’s bunker busters will reach Finns underground”, Politexpert said. “All the Finnish tunnels are powerless: Russian warheads are able to pass through the strongest reinforced concrete”, added Rusdialog.

Russian media reports thus tell us that Russia is not a threat to anyone, but also take us on a virtual reality tour of a Russian arms exhibition. They both laugh at Finns who are fool enough to prepare against an imagined threat and at the same time show off the arms capacity at Russia’s disposal.

“Russian army should take Finland by force!”

Svobodnaya pressa – a notorious disinformation outlet – prolonged the topic by connecting it to the new Finnish law making it illegal for unidentified military groups to cross the border. The amendment aims to tighten Finland’s territorial integrity against a situation that preceded the war in Ukraine in 2014.

Svobodnaya Pressa speculates that the Finnish military could now start to shoot at anyone who “prefers to wear camouflage” instead of civilian clothes. This disinformation is confirmed by a notorious pro-Kremlin propagandist, a self-styled “human rights activist” who in fact promotes e.g. the “peoples’ republics” in the East of Ukraine;  and is the Russian Institute for Strategic Studies representative in Northern Europe. This institute was founded by the President of Russia to provide information to his administration, and is led by the former head of Russia’s Foreign Intelligence Service. https://en.riss.ru/about/

The discussion culminated on Sunday night in a talk show led by Vladimir Solovyov. Vladimir Zhirinovsky, the populist and nationalistic leader of the LDPR party, repeated that Russia should grow its influence abroad. The way to do that would be to take Finland, among others, “with the army”.

Further reading:



avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Lun 31 Juil - 11:17

Stop fake:

Fake: EU To Impose Retaliatory Sanctions Against US  Shocked

Faux: l'UE impose des sanctions de représailles contre les États-Unis
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Thuramir le Lun 31 Juil - 15:19

Александр a écrit:Stop fake:

Fake: EU To Impose Retaliatory Sanctions Against US  Shocked

Faux: l'UE impose des sanctions de représailles contre les États-Unis

Pas si faux que cela ! L'UE a retenu la possibilité de faire usage de cette option, pour contrer les sanctions unilatérales prises par le Sénat américain contre ses entreprises.
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Lun 31 Juil - 15:51

Entre la possibilité "de faire usage de" et "imposer", il y a une certaine marge.
De plus, la ministre de l'économie allemande dit clairement que de possbles sanctions entre UE et US seraient très négatives.

Or Zvezda présente la chose comme faite. Suspect
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Mar 1 Aoû - 10:35

Fake: L’Ukraine fait du chantage de l’Occident en menacant de demander son adhésion à l’UE

Le journal en ligne russe Info Reactor a publié le 14 juillet un article intitulé «Si vous ne lâchez pas de l’argent, on rejoindra la Russie: l’Ukraine fait du chantage à l’Occident en menacant de demander son adhésion à l’UE». L’article était illustré par une photo du président ukrainien est fondé sur les propos d’un soit-disant «expert russe» David Guiberman.

Website screenshot Info Reactor

Initialement, le titre et l’illustration trompent le lecteur car ils poussent à imaginer qu’il s’agit d’une déclaration faite lors du sommet Ukraine-UE, qui a eu lieu le 13 juillet à Kiev.

Mais la vidéo du discours du Président de l’Ukraine à l’issue de ce sommet ne porte aucune trace d’une déclaration allant dans le sens de ce qui est mentionné par l’ «expert» qui est cité.



En réalité, les représentants de l’UE Donald Tusk et Jean-Claude Juncker ne se sont pas exprimés au sujet d’une éventuelle adhésion de l’Ukraine. On retrouve la phrase qui sert à faire ce titre-choc à la fin de l’article de Info Reactor, uniquement dans une citation attribuée à Guiberman.

Une vérification de l’identité de cet «expert» a montré qu’il commente activement depuis quelques mois la politique étrangère pour des sites propagandistes marginaux comme «Anna News», «Antimaidan» et «PutinRossiya». Il est difficile de trouver plus d’information pour établir quelle est son experience réelle dans ce domaine avant avril 2017.

En outre, «Info Reactor» cite l’opinion de Yevgeniy Yarochenko publiée sur «Apostrophe», en prétendant que le texte indique: «Désormais l’avenir européen de Kiev est vague et imprécis».

Website screenshot Apostrophe

Pourtant, la version originale de la publication dit tout autre chose. Elle affirme au contraire que l’UE n’a pas exclut l’idée que l’Ukraine fasse un jour le choix d’adhérer.

Ainsi, il s’agit d’un fake car aucune déclaration de représentants officiels de l’Ukraine n’existe pour demander ainsi à l’Europe de «lâcher de l’argent »; Et de plus, l’identité de «l’expert» est douteuse.

Mir Tesen, 29ru.net et d’autres médias peu connus ont reprit ce fake.
StopFake a déjà démontré comment les médias russes ont présenté le sommet à Kiev d’une manière trompeuse.

Et:

Fake: Les Forces de Sécurité Ukrainiennes ont tiré sur une patrouille de la mission de l’OSCE dans le Donbass

Suite à l’escalade du conflit dans les régions de Donetsk et Lougansk les médias russes et pro-Kremlin ont intensifié leurs efforts dans la diffusion de fakes au sujet de tirs sur les patrouilles de la mission de l’OSCE et d’obstacles à l’activité de la mission, dont se seraient rendus coupables les Forces de Sécurité Ukrainiennes. Aucun rapport de la mission de surveillance de l’OSCE daté 21 juillet 2017 ne rapporte de telle informations, et StopFake n’a pas trouvé d’autres témoignages à ce sujet. En revanche, il est possible de trouver dans le rapport la mention d’ «une explosion d’origine indéterminée» près d’un drone lancé par la patrouille. Les représentants de l’OSCE «ont remarqué dans cette zone deux combattants de la DNR», selon le même document.


Website screenshot dnr-online.ru

Website screenshot ria.ru

Les affirmations sur l’implication de l’armée ukrainienne se trouvent dans la publication du ministère de la défense de la soi-disant «République populaire de Donetsk» (DNR). Selon cettes source, «les militaires ukrainiens ont employé des mitrailleuses lourdes dans la localité Vasilievka où s’est retrouvé la patrouille de l’OSCE». Une autre fausse information annonce la tentative de militaires ukrainies d’intercepter un drone de la patrouille et d’effectuer des tirs sur la patrouille près de Yasinovataya.

RIA Novosti, Vzglyad, Rossiyskaya gazeta, Sputnik, REN TV, Russkaya vesna, Gorlovka today, Krasnaya vesna, RIA Novosti Ukraina, DonPress et d’autres médias peu connus ont diffusé ce fake.

En fait, le rapport de la mission contient la mention de l’incident dans Vasilievka. C’était «une explosion d’origine indéterminée» à 100 ou 200 mètres au nord de la patrouille lorsque les représentants ont lancé le drone. Le vol a été immédiatement interrompu, l’appareil n’a pas été endommagé lors de l’atterrissage. Les représentants de l’OSCE ont remarqué dans cette zone deux combattants de la DNR. L’équipe de l’OSCE a informé l’officier de la Fédération de Russie du Centre conjoint du contrôle et de coordination qui était présent sur les lieux».


Website screenshot osce.org

Website screenshot @oscesmm

De plus, il convient de prouver l’existence d’obstacles causés au travail de l’OSCE. Mais le rapport ne parle que de l’interdiction d’accès au territoire de la part de la «DNR» et la «LNR», unilateralement.

StopFake a réfuté déjà, dans le passé, une information sur des tirs de la part des Forces de Sécurité Ukrainiennes sur une patrouille de la mission de l’OSCE.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Ven 4 Aoû - 10:53

EU Mythbusters          

Good Russia. Poor Sweden. Blame the Balts: Fundamental narratives in pro-Kremlin outlets

Bonne Russie. Pauvre Suède. Blâmez les baltes: les récits fondamentaux des pro-Kremlin

Good Russia
  

If last week the focus was on the evil West, then this week we saw that narrative embellished with repeated messaging about how good Russia is. These two overarching narratives describing the pro-Kremlin world are often used together: Russia is good, the West is evil.

So,
on Russian state TV, we were told by the Deputy Chairman of the State Duma that Russia respects international law, that it is friendly towards its neighbours, and that it is those neighbours who are the aggressive ones, not Russia. To be fair, it was said in the same show that Russia might have to strike Europe pre-emptively if NATO keep putting troops into the Baltic countries. But no mention was made of Russia violating international law through its illegal actions in Ukraine, annexing Crimea among other things.
In the same show, it was stated that Donbass is part of Russia and that it is being bombed by European troops on a daily basis. Of course, no evidence was presented for these European troops – there are none.

A whole show on Russian state TV was devoted to the situation in Donbass. It was claimed that the current Ukrainian government aims to drown the country in blood - repeating the reoccurring myth that Ukraine is waging a war on its own population, rather than defending itself. On another TV show, there was speculation that the EU will eventually ask Russia to restore order in Donbass and subsequently in Kiev. It was also claimed that the European observers who observed the elections in Ukraine after the fall of Yanukovic took substantial bribes in order to recognize the results of the election. As usual, no evidence was presented. It was the OSCE that observed the elections in Ukraine. Russia is a member.

In another pro-Kremlin outlet, we learnt that Moscow's peace efforts have been continuously sabotaged, with both Ukraine and Syria named as places where Russia has been hindered from achieving peace. No mention of Russia's involvement in the escalation of the conflict in Ukraine, nor of the fact that Russia has vetoed several Security Council resolutions on the issue of Syria. 

The Baltic states took some beating as well, as they were accused of endangering global peace through reproducing a conflict with Russia. Estonia, Latvia, Lithuania and Ukraine were all again described as being part of 'the Russian world'.
 

Poor Swedes

Sweden was again singled out and presented as a particularly unsafe place to live in, despite plenty of evidence showing the opposite. In a Czech outlet, the recent influx of migrants was blamed for an alleged massive increase in crime in the country. However, crime statistics analysed over the period in question (October 2015-January 2016) show that refugees account for 1% of crimes during that period. And the Swedish National Council for Crime Prevention's Swedish Crime Survey concludes that there has in fact been a 2% decrease in crime over the last 10 years.

In a Hungarian pro-Kremlin outlet, Swedish statistics concerning rape were used to portray the country as especially unsafe for women, while not mentioning that the legal definition in Sweden is  broadened to include offences that in other countries would not count as rape. In the same outlet, a recent riot in a suburb of Stockholm was blamed on 'unknown migrants'. While the riot did indeed happen, no one has been arrested and the police do not know who was involved. It goes without saying then, that the culprits' ethnicity and citizenship is also unknown.   
That's how Hungarian outlet Vigilatos see Sweden.

Click here for the FULL TABLE of recent stories repeating disinformation (.pdf).
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Ven 4 Aoû - 11:05

Bonne Russie

  

Si la semaine dernière, l'accent était mis sur l'Ouest maléfique, alors cette semaine, nous avons vu ce récit embelli par des messages répétés sur la qualité de la Russie. Ces deux récits généraux décrivant le monde pro-Kremlin sont souvent utilisés ensemble: la Russie est bonne, l'Occident est mauvais.



 Ainsi, sur la télévision d'Etat russe, le vice-président de la Douma d'Etat nous a informé que la Russie respecte le droit international, qu'elle est amicale envers ses voisins et que ce sont les voisins agressifs, pas la Russie. Pour être juste, il a été dit dans le même spectacle que la Russie pourrait avoir à frapper l'Europe de manière préventive si l'OTAN continue de mettre des troupes dans les pays baltes. Mais aucune mention n'a été faite de la Russie qui viole le droit international par ses actions illégales en Ukraine, en annexe de la Crimée, entre autres choses.


Dans le même spectacle, il a été déclaré que Donbass fait partie de la Russie et qu'il est bombardé quotidiennement par des troupes européennes. Bien sûr, aucune preuve n'a été présentée pour ces troupes européennes - il n'y en a aucune.



Un spectacle complet sur la télévision d'État russe a été consacré à la situation à Donbass. On a prétendu que le gouvernement ukrainien actuel vise à noyer le pays dans le sang - répétant le mythe récurrent selon lequel l'Ukraine menace une guerre sur sa population plutôt que de se défendre. Sur un autre spectacle de télévision, on a spéculé que l'UE finira par demander à la Russie de rétablir l'ordre dans Donbass et ensuite à Kiev. On a également prétendu que les observateurs européens qui ont observé les élections en Ukraine après la chute de Yanukovic ont subit des amendes substantielles afin de reconnaître les résultats des élections. Comme d'habitude, aucune preuve n'a été présentée. C'est l'OSCE qui a observé les élections en Ukraine. La Russie est membre.



Dans une autre sortie pro-Kremlin, nous avons appris que les efforts de paix de Moscou ont été constamment sabotés, l'Ukraine et la Syrie étant nommées comme des endroits où la Russie a été entravée par la paix. Aucune mention de la participation de la Russie à l'escalade du conflit en Ukraine, ni du fait que la Russie a opposé son veto à plusieurs résolutions du Conseil de sécurité sur la Syrie.



Les États de la Baltique ont aussi pris du retard, car ils ont été accusés de mettre en danger la paix mondiale en reproduisant un conflit avec la Russie. L'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et l'Ukraine étaient toutes décrites comme faisant partie du «monde russe».

Pauvres suédois

La Suède a de nouveau été distinguée et présentée comme un endroit particulièrement dangereux pour vivre, malgré de nombreuses preuves montrant le contraire. Dans une exploitation tchèque, l'afflux récent de migrants a été accusé d'une prétendue augmentation massive de la criminalité dans le pays. Cependant, les statistiques de la criminalité analysées au cours de la période considérée (octobre 2015-janvier 2016) montrent que les réfugiés représentent 1% des crimes pendant cette période.
Et le Conseil suédois du Conseil national de la prévention du crime de l'enquête sur la criminalité conclut qu'il y a eu en fait une diminution de 2% de la criminalité au cours des 10 dernières années.

 Dans un spot hongrois pro-Kremlin, les statistiques suédoises concernant le viol ont été utilisées pour considérer le pays comme particulièrement dangereux pour les femmes, tout en ne mentionnant pas que la définition juridique en Suède est élargie pour inclure les infractions qui, dans d'autres pays, ne seraient pas considérées comme des viols. Dans la même voie, une émeute récente dans une banlieue de Stockholm a été attribuée à des «migrants inconnus». Alors que l'émeute a effectivement eu lieu, personne n'a été arrêté et la police ne sait pas qui était impliqué. Il va sans dire que l'appartenance ethnique et la citoyenneté des coupables sont également inconnues.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  benoit77 le Sam 5 Aoû - 21:30

avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Lun 7 Aoû - 12:28

avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Mar 8 Aoû - 12:29

Александр a écrit:
Laughing Laughing Laughing
La qualité des bottes militaires AMÉRICAINES est mille fois supérieure à celle des russes  Laughing

avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Mar 8 Aoû - 12:30

Article d'hier:

Poutine en vacances

Bronzage, pêche et randonnée, Poutine est en vacances en Sibérie. L'occasion de bomber le torse.



Bronzage, pêche et randonnée, Poutine est en vacances en Sibérie.

Le président russe Vladimir Poutine, qui aime à cultiver son image d'homme d'action, a été montré à la télévision samedi en train de s'adonner à la pêche sous-marine, de piloter un bateau et de bronzer en Sibérie.

Ces images fournies aux médias russes par le Kremlin ont été réalisées lors d'un séjour de deux jours de Vladimir Poutine début août dans la république reculée de Touva, dans l'extrême sud de la Sibérie.

Le président russe "s'est rendu dans des parties de la taïga difficiles d'accès, a pêché dans une cascade près d'un lac de montagne, s'est adonné à la pêche sous-marine, a bronzé, a fait du rafting dans les rivières de montagne, dans les rapides, a piloté des canots et des bateaux à moteur, a fait des randonnées et du quad dans les montagnes", a énuméré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les images diffusées par la télévision publique, qui a insisté sur "la forme physique du président", montrent M. Poutine attrapant un brochet en tenue de plongée sous marine ou encore en train de bronzer torse nu aux côtés de son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, originaire de la région.

Le président russe, qui n'a toujours pas annoncé s'il se portait candidat à sa réélection au scrutin de mars prochain, cultive au fil des années son image d'homme d'action. On l'a vu plonger en sous-marin au fond du lac Baïkal, piloter une Formule 1, chasser la baleine à l'arbalète, voler en bombardier ou neutraliser un tigre.

En 2013, il avait déjà été filmé en train de pêcher un brochet de 21 kilogrammes en Sibérie ou encore effectuant une plongée dans la Baltique à bord d'un bathyscaphe pour inspecter l'épave d'un navire coulé en 1869.

Sa plongée très médiatisée en 2011 en mer Noire lors de laquelle il avait prétendument trouvé deux amphores vieilles de 15 siècles avait été raillée par plusieurs médias indépendants, les amphores n'étant pas recouvertes d'algues ou de coquillages.

Son porte-parole Dmitri Peskov avait fini par reconnaître plusieurs mois plus tard qu'il s'agissait d'une mise en scène.

Le fameux article de 2011: 16h22, le 05 octobre 2011, modifié à 16h41, le 05 octobre 2011

La plongée de Poutine était du cinéma


Vladimir Poutine exposant face à la presse le fruit sa plongée archéologique en Mer Noire.@ Reuters

Les deux amphores qu’il a ramenées d’un site en Mer Noire avaient été placées pour lui.
Les images étaient dignes d'un James Bond : Vladimir Poutine, le 10 août dernier,  sortant de l'eau et ramenant d'une plongée sous-marine en Mer Noire deux amphores vieilles de 15 siècles. Mais la vérité, plus prosaïque, a été avouée par le porte-parole du Premier ministre russe en personne : il s'agissait d'une mise en scène.
Il faut dire que cette plongée archéologique dans la péninsule de Taman, en Mer Noire, avait fait l'objet de railleries par plusieurs médias indépendants et sur Internet. La raison en était simple : les deux trouvailles archéologiques, censées avoir été immergées en mer Noire depuis 1.500 ans, n'était pas recouvertes d'algues ou de coquillages.
Les images de cette plongée :



"Pas une raison de se moquer", dit son porte-parole

"Poutine n'a pas trouvé d'amphores qui se trouvaient depuis des millénaires dans les fonds. C'est une évidence. Elles avaient été nettoyées jusqu'à en être stériles. Voilà, c'est dit, il ne les a pas trouvées", a reconnu Dimitri Peskov, dans un entretien à la chaîne télévisée en ligne Dojd.

"Bien sûr qu'elles avaient été trouvées avant, lors d'une expédition quelques semaines ou jours plus tôt. Bien sûr qu'elles ont ensuite été remises (à l'eau pour la venue de Vladimir Poutine), mais c'est tout à fait normal, ce n'est pas une raison de se moquer", a-t-il poursuivi.

Poutine cultive son image d’aventurier

Le Premier ministre russe et candidat à la présidentielle de mars 2012 cultive depuis longtemps une image d'homme fort et d'aventurier, toujours devant les caméras. Vladimir Poutine s'est ainsi déjà illustré en faisant du cheval torse nu à travers la steppe, en plongeant à bord d'un sous-marin d'exploration au fond du lac Baïkal ou encore en participant à des missions scientifiques sur le recensement de tigres. Cette fois-ci, l’effet "plongée" est tombé à l’eau.

Feraient bien de se renouveler . . . Laughing
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Mar 8 Aoû - 12:32

Caduce62 a écrit:
Александр a écrit:
Laughing Laughing Laughing
La qualité des bottes militaires AMÉRICAINES est mille fois supérieure à celle des russes  Laughing
. . .
Déjà qu'ils veulent élire eux même le congrès américain . . .
Si en plus, ils chourent les bottines . . . Laughing
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Mar 8 Aoû - 12:51

avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Mar 8 Aoû - 13:16

Ah ben il a dû perdre sputnik . . . Laughing
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Jeu 10 Aoû - 8:55

Александр a écrit:Article d'hier:

Poutine en vacances

Bronzage, pêche et randonnée, Poutine est en vacances en Sibérie. L'occasion de bomber le torse.

Feraient bien de se renouveler . . . Laughing


LaughingLaughing Laughing
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Ven 11 Aoû - 12:26

avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Ven 25 Aoû - 20:27

avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Ven 25 Aoû - 20:38

Russia's Foreign Ministry tweets a picture showing the difference between Nazis and Communists, but it made a big mistake
Meduza15:27, 24 august 2017

https://meduza.io/en/shapito/2017/08/24/russia-s-foreign-ministry-tweets-a-picture-showing-the-difference-between-nazis-and-communists-but-it-made-a-big-mistake

On August 23, Europe commemorates the victims of Stalinism and Nazism. The memorial day coincides with the signing of the 1939 German–Soviet Non-aggression Pact (the “Molotov–Ribbentrop Pact”). This August 23, the Russian Foreign Ministry’s official Twitter account decided to demonstrate the error of comparing Nazi Germany and the USSR, pointing out that Nazis “started the Holocaust” and Communists “ended the Holocaust.”

“The USSR ended World War II and saved the world from the Brown Plague,” Moscow tweeted, referring to the Nazi “Brownshirts.”


The message included two photos: a man apparently dressed in a Nazi uniform and a woman in a Soviet uniform. In the tweet, Russia’s Foreign Ministry tagged the European Commission, the Polish Parliament, Poland’s official tourism account, the Foreign Affairs ministries of Lithuania, Poland, and Latvia.

There’s just one problem with the photo: the man on the left, Werner Goldberg, wasn’t a member of the Nazi party. Goldberg served briefly as a soldier in World War I, before his image was propagated as “The Ideal German Soldier” and used in recruitment posters for the Wehrmacht. During the Second World War, Goldberg rescued his Jewish father from being sent to Auschwitz.

This isn’t the first time Russians have confused Goldberg’s image. In 2015, a community group in Tobolsk unveiled a monument to “the defenders of the fatherland for all time,” etching Goldberg’s iconic portrait onto a plaque. The monument was later revised to show another soldier’s face.

At the time of this writing, Russia’s Foreign Ministry has not deleted its August 23 tweet.

Russian text by Sultan Suleimanov, translation by Kevin Rothrock
Le ministère russe des Affaires étrangères tweet une image montrant la différence entre les nazis et les communistes, mais fait une grosse erreur  lol!
Meduza15: 27, 24 août 2017
Le 23 août, l'Europe commémore les victimes du stalinisme et du nazisme. Le jour du mémorial coïncide avec la signature du pacte de non-agression germano-soviétique de 1939 (le «pacte Molotov-Ribbentrop»). Ce 23 août, le compte Twitter officiel du ministère russe des Affaires étrangères a décidé de démontrer l'erreur de comparer l'Allemagne nazie et l'URSS, soulignant que les nazis "ont commencé l'Holocauste" et les communistes "ont mis fin à l'Holocauste".

"L'URSS a mis fin à la Seconde Guerre mondiale et a sauvé le monde de la peste brune", a déclaré Moscou, en se référant aux "chemises brunes" nazies.

Le message comprenait deux photos: un homme apparemment vêtu d'un uniforme nazi et d'une femme dans un uniforme soviétique. Dans le tweet, le ministère russe des Affaires étrangères a marqué la Commission européenne, le Parlement polonais, le compte officiel du tourisme en Pologne, les ministères des affaires étrangères de la Lituanie, de la Pologne et de la Lettonie.

Il n'y a qu'un problème avec la photo: l'homme de gauche, Werner Goldberg, n'était pas membre du parti nazi. Goldberg a servi brièvement en tant que soldat à la Première Guerre mondiale, avant que son image ne soit propagée comme «The Ideal German Soldier» et utilisée dans des affiches de recrutement pour la Wehrmacht. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Goldberg a sauvé son père juif d'être envoyé à Auschwitz.

Ce n'est pas la première fois que les Russes ont confondu l'image de Goldberg. En 2015, un groupe communautaire à Tobolsk a dévoilé un monument aux «défenseurs de la patrie pour tous les temps», gravitant le portrait emblématique de Goldberg sur une plaque. Le monument a ensuite été révisé pour montrer le visage d'un autre soldat.

Au moment de la rédaction de ce document, le ministère russe des Affaires étrangères n'a pas supprimé ses tweets du 23 août.
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Mer 30 Aoû - 19:54

AFP, publié le mercredi 30 août 2017 à 19h32
Le Kremlin a confirmé mercredi avoir reçu un courriel pendant la campagne présidentielle américaine en 2016 concernant un projet de construction d'une tour du groupe Trump à Moscou, mais assure l'avoir ignoré. Laughing

Plusieurs médias américains ont rapporté lundi des discussions à propos de ce projet immobilier dès septembre 2015 alors que Donald Trump était déjà candidat à la présidentielle.

Toujours selon les médias, l'avocat personnel du futur président, Michael Cohen, a envoyé un mail en janvier 2016 sur une adresse mail publique du Kremlin et adressé au porte-parole Dmitri Peskov.

Interrogé sur l'existence de ce message demandant aux autorités russes d'aider le projet immobilier à voir le jour, le porte-parole du Kremlin a confirmé l'avoir reçue.

"Oui, il y a eu un courriel comme ça. Nous en avons même retrouvé une copie, nous l'avons", a-t-il déclaré aux journalistes.

Cette demande n'a jamais été transmise à Vladimir Poutine, a poursuivi M. Peskov, car "nous ne pouvons pas discuter avec le président de chacune des centaines, des milliers de requêtes venant de différents pays".

"Nous n'y avons pas accordé d'importance, car cela n'est pas de notre ressort" d'approuver les projets immobiliers, a ajouté le porte-parole.

Donald Trump a nié à plusieurs reprises avoir eu le moindre intérêt économique ou financier en Russie, alors qu'une enquête tente de déterminer s'il y a eu collusion entre des membres de son équipe de campagne et la Russie, accusée par l'administration Obama d'avoir fomenté une campagne de désinformation et de piratage au détriment de la candidate démocrate Hillary Clinton.

L'avocat du milliardaire, Michael Cohen, a indiqué que Donald Trump avait lui-même signé une lettre d'intention en 2015 pour ce projet immobilier.

Les autorisations pour la construction de la tour n'ont jamais été données et le projet a été abandonné moins de deux semaines plus tard, selon M. Cohen.
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Novo-Ukrainka !

Message  Caduce62 le Mar 5 Sep - 16:18

avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Mer 6 Sep - 13:06

Nous le savons mais c'est tuoujours utile de le rappeler:

Michał Boni, Député du Parlement Européen: la Russie a fait du faux un instrument de la politique

La Russie est le pays le plus actif qui fait la première guerre d’informations tellement organisée dans le cyberespace, surtout en Ukraine.

Entre autres choses, dans le cyberespace les Russes exercentphysiquement une influence sur les relations polono-ukrainiennes. Telle estl’évaluationde la situation parMichał Boni, Député du Parlement européen, vice-chef de la délégation pour la coopération parlementaire avec l'Ukraine, ancien ministre de l'administration et de la mise en application des technologies numériques du gouvernement polonais, qu’il a présentée dans son interview à Ukrinform.

DES TRACTSLANCÉS DEL’AVION AUX GUERRES D’INFORMATIONS
- L'année dernière a été très importante dans le contexte de l’utilisation du cyberespace pour diverses activités illégales, notamment en matière de conduite des guerresd’informations. Quels sont les défis généraux qu’on observe actuellement dans le domaine de la cybersécurité?
      



      
L'UE prépare actuellement une nouvelle stratégie pour la cybersécurité qui prévoit la coopération interétatique
- La première chose sur laquelle nous devons porter l’attention, c'est la cybercriminalité ordinaire contre l'individu concret. Plus nous utilisons des outils numériques, plusles menaces sont importantes pour nous. Elles portent sur la sécurité de nos données etde notre argent. Le commerce illégal, la vente de drogue, le vole de l'argent des comptes bancaires font environ 400-450 milliards d’euros par an. Ce montant est énorme. En raison de la grande échelle des défis, nous devons mettre en œuvre de différents systèmes de sécurité. L'Union européenne prépare actuellementune nouvelle stratégie pour la cybersécurité, mais du fait que les défis numériques n’ont pas de frontières, alors la coopération interétatique est fort nécessaire.
Secundo, il appartient de prêter attention aux plus grandes menaces telles que l’application des logiciels malveillants de type Ransomware ou WannaCry lorsque les attaquants forçaient les utilisateurs à payer pour déverrouiller les dispositifs électroniques infectés par des virus. Plus de bitcoins il y a sur le marché (monnaie électronique), plus il est facile d’effectuer sur le marché les opérations de ce type. Il y a quelques semaines nous avons eu affaire avec cela dans le monde entier, quand tout à coup il est apparu que plus de 200 milled’ordinateurs dans 150 pays étaient la cible de la cybercriminalité, notamment une partie du système de protection de la santé de la Grande-Bretagne. Dans le domaine de la cybersécurité beaucoup dépend de l'analyse des différents risques tant au niveau des grandes et petites sociétés, que des utilisateurs individuels.
- Que faut-il savoir?
- Nous devons tous être conscients de la nécessité de changer les noms d'utilisateur et les mots de passe, il faut désactiver complètement des moyens électroniques, ne pas réagir à diverses provocations. Par exemple, il n'y a pas longtemps j’ai reçu une lettre de la Commission européenne eu égard à ce qu'elle voulait quelque chose de moi, et cela sans un nom et prénom spécifique du fonctionnaire. J’ai tout de suite jeté cette lettre au panier.
Mais il y a encore un troisième élément. Nous vivons au moment des cyberguerres. En plus de vol de données des ordinateurs etde la sécurité, il y a aussiune guerre d’informations bien organisée qui utilise des outils numériques. En règle générale, il s’agit de paralyser certains systèmes de gestion, par exemple des systèmes d'énergie etc.
- Comme ce fut le cas de l’Ukraine...
- Oui, comme en Ukraine il y a deux ans (une cyberattaqueen décembre 2015 aux systèmes informatiques de contrôle dans la salle de commande de «Prykarpattyaoblenergo» à l’aide du programme troyen BlackEnergy - Ed.), comme ce fut le cas auparavant avec le système bancaire estonien et ainsi de suite.
Aujourd'hui, nous avons affaire à une guerre d'informations qui se déroule tout différement par rapport à ce que nous avons eu il y a plusieurs décennies. Autrefois, on lançait des tracts de l’avion...



INTERNET EST CAPABLE DE CONVERTIR DES ÉVÉNEMENTS DE PEU D’IMPORTANCE EN CEUX EXTRÊMEMENT IMPORTANTS
- Et maintenant les «tracts» sur Internet influencent les élections aux Etats-Unis, en France...
- Oui. Comme dans le cas de vol de courriels au cours de la campagne présidentielle en France, où une partie du matériel était fausse. Parmi des vrais courriels il y avait de ceux faux d’où venaient des informations, par exemple, qu’Emmanuel Macron censémentaurait ordonné de la drogue et demandé de l’amener au bâtiment du Parlement. Aujourd’hui,il y a des possibilités techniques de faire une fausse lettre et de la mettre dans unpaquet de correspondance d'une autre personne, puis organiser une fuite sur Internet et dire que cette personne a quelque chose sur sa conscience. Et cela a été habilement fait pendant les campagnes électorales en France et aux Etats-Unis et se fait tout le temps en Ukraine.



La Russie fait en permanence une cyberguerre en Ukraine, et il faut en parler franchement
- Et tout cela se fait par le même pays...
- La Russie fait en permanence une cyberguerre en Ukraine, et il faut en parlerfranchement. La Russie a pas mal d’outil bien avancés pour cela. Moscou, parmi les premiers, a créé une fabrique de trolls qui invententdes différents événements et puis ils les commentent. Auparavantun fait a été analysé: un fauxqui est créépar un troll et qui est diffuséactivement sur Internet, en 48 heures devient le plus public et est commenté par le président d’un certain pays. Autrement dit, s’effectue la gestion de la politiquece qui est très dangereux. Les trolls sont bien payés, ils ont beaucoup de visages. Je le vois bien sur les «hates» (language de haine) chez moi dans les réseaux sociaux. Par exemple, dans mon twitter je vois que quelqu'un écrit quelque chose sur moi et que cette personne n'a que quatre personnes qui le suivent. Hier ou avant-hier ces personnes écrivaient activement sur Twitter à quelqu'un d'autre.
Des fausses nouvelles fonctionnent aujourd’hui comme un modèle d'entreprise bien rentable. Par exemple, les Macédoniens gagnaient de l'argent sur la création du contenu dans lequel le mensonges’associait à la vérité (programmeurs macédoniens de la ville de Veles ont fait l'année dernière des messages informationnels dans l'intérêt de la campagne de Donald Trump - Ed.).
Bien sûr, aujourd’hui tout le monde devient plus prudent et par l'intermédiaire du fact-checking vérifie l'authenticité des informations qui sont mises en circulation sur Internet.
- Mais les Russes en termes de propagation de la désinformation sont inégalés.
- À mon avis, la Russie est le pays le plus actif qui fait la première guerre d'informations tellement organisée dans le cyberespace.
Mais les Chinois tentent aussi de travailler dans ce sens. Quand ils ne voulaient pas laisser entrer Facebook dans l’espace d’information de leur pays, ils ont créé un réseau social alternatif Weibo qui compte plus de 400 millions d'utilisateurs. Certains de ces utilisateurs et leur activité sur Internet ont été payés par les fonds publics. S'il était nécessaire d'activer une opinion anti-japonaise, ils recevaient une directive de mettre en circulation un jour spécifique des informations de tel ou tel contenu. Et puis on soulignait que la société réagissait activement à certains événements. C’est également un mode de manipulation payée.




Les volumes d’influence, la création d’une tension émotionnelle sur Internet sont beaucoup plus importants que dans la presse écrite, la télévision et la radio
Dans le cas de la Russie, c’est une tentative d'influencer l'opinion des gens. Au Royaume-Uni cela a eu lieu avant le référendum sur sa sortie de l'UE, en France lors des élections,aux Pays-Bas  avant le référendum sur l'accord d'association de l’Ukraine avec l'UE. Contrairement à d'autres canaux de communication, un message sur Internet enpremières 10 minutes peut avoir des milliers d’utilisateurs des informations et en quelques heures - des millions. Par conséquent, les volumes d’influence, la créationd’une tension émotionnelle sur Internet sont beaucoup plus importants que dans la presse écrite, la télévision et la radio. Les médias ont les éditeurs et rédacteurs qui déterminent la fiabilité d’une information spécifique. Par contre, sur Internet ilest difficile de contrôler la fiabilité des informations, concernant le fact-checking,c’est seulement aujourd’hui qu’on commence à en parler. Il ne s’agit pas de l'introduction d'une certaine forme de censure, mais la vitesse de diffusion de l'information et de son impact est énorme, et il faut faire attention à cela.
Je n’ai aucune illusion que derrière des différentes manifestations anti-polonaises en Ukraine il y a de l'argent russe
En Russie, en attaquant ou affectant les personnes avec des informations, on vise à réduire l'autorité et la crédibilité du gouvernement ukrainien, du président, tout en essayant de présenter à lumière la plus négativeles actions des Ukrainiens à l’Est de l’Ukraine.
Les Russes influencent aussi de manière très active physiquement et dans le cyberespace les relations polono-ukrainiennes. Je n'ai aucune illusion que derrière des différentes manifestations anti-polonaises en Ukraine il y a de l'argent russe.
- Vous pensez, entre autres, à un tir d'un lance-grenades sur le Consulat Général de Pologne à Loutsk età une incendie volontaire d’une école polonaise à Mostyska?
- Exactement. Je pense que nous devons d’en être conscients. Il ne s’agit même pas du fait de l'incendie criminel de l'école, mais plutôtde ce qui se faitensuiteautour de cet événement par des tweets ou des posts de Facebook et comment cela est interprété. Si ce type d'événement aurait pu avoir lieu il y a 20-30 ans, alors cela serait mentionné sur la dixième page du journal et n’aurait pas de telle publicité. Par contre, aujourd’hui l'Internet est un outil qui relève des événements de peu d’importance jusqu’au niveau des événements extrêmement importants dans le but d'attiser les émotions diverses dans la société. Et c’est pourquoi, en fait, que je dis franchement que derrière cela il y ades Russes parce qu'ils veulent que les relations entre l'Ukraine et la Pologne soient mauvaises et que l'Ukraine ne soit pas capable de se transformer.



L'UE DOIT FAIRE FACE PLUS ACTIVEMENT AUX CYBERMENACES DE LA PART DE LA RUSSIE
- Aujourd’hui nous sommes en état de guerre d'informations. Que, dans ce cas, faut-il savoir et faire?
- En matière de fonctionnement des infrastructures critiques, il faut avoir une bonne cyberdéfense avec une possibilité de restaurer rapidement le système en cas d'apparition de divers problèmes. La société doit être constamment conscientede la présence des menaces dans le cyberespace etformerparmi les utilisateurs ordinaires, dans les entreprises et les institutions publiques le sens des responsabilités. Il devrait également mettre en oeuvre de diverses solutions techniques, telles que la technologie «security by design» - qui prévoit dans le dispositif des différents éléments de la sécurité dès le début - le codage et le cryptage, afin que personne ne puisse entrer dans le dispositif. Ces décisions, ainsi que d'autres nous donnent plus de sens de la sécurité.
Dans le domaine de la guerre d'informations, nous devons nous assurer de la fiabilité des sources d'information qui sont disponibles au public.
- A quel niveau?
- À tous les niveaux. Les propriétaires de médias doivent contrôler si les informations qu'ils transmettent ensuite sont sûres ou pas. Il est clair que les médias publics doivent y penser, les médias sociaux doivent y penser également. Mais pas en version que le gouvernement allemand applique aujourd'hui. À Berlin il y a pas mal de gens aujourd'hui qui veulent une réaction rapide à l'apparition de fausses informations sur Facebook, c’est-à-dire son annulation. Sinon, le diffuseur de fausses informations risque d’avoir des pénalités importantes. La réaction à des informations non vérifiées et fausses doit être maximum éclair. Nous devons également renforcer l'influence des sources d'information fiables. Cette «poubelle d'information» fonctionnera encore pendant un certain temps, mais au fil du temps les gens apprendront à y résister car ils cesseront de faireconfiance aux sources douteuses. Etpour qu’ils cessent d’y faire confiance, nous devons, pour notre part, montrer que ceci ou cela est faux, c’est-à-dire, la réaction doit être immédiate et décisive.
L'UE devrait être plus active en matière de guerre d'informations. Ces actions doivent être plus coordonnées, étant donné que la Russie est l'un des pays les plus agressifs dans la guerre d'informations
- Dans les pays de l'UE ont été créées des unités visant à monitorer l’apparition de la désinformation...
- Au sein de la Commission européenne il y a un département qui effectue le monitoring de l’espace d’informations en termes d’apparition de la désinformation. Dansl’UE les débats se poursuivent actuellement. Pour autant que je sache, le vice-président de la Commission européenneMadame Federica Mogherini veut réduire le financement de cette unité, tout en estimant que les fonds sont nécessaires pour quelque chose d’autre. Je pense que c’est une erreur et nous continuerons à nous débattre pour que le financement visant à détecter la désinformation ne diminue pas.
A Bruxelles, il y avait une vision que les pays de l'UE devraient s’y embrayer activement. Mais, excepté l'Allemagne, d'autres pays ne manifestent pas pour l’instant une activité importante. Cette question est très importante, car lesgouvernementsde nombreux pays ne réalisent pas pleinement cette menace. L'année dernière a montré une échelle significative de cette menace.Le Brexit, les élections présidentielles aux États-Unis et en France. C’est pourquoi les Allemands craignent que quelque chose de semblable puisse leur arriver avant les élections d'automne.
- Est-ce que l'UE devrait punir la Russie pour sa cyberguerre et désinformation agressive contre certains pays européens? Autrefois, a été sur le tapisun concept de déconnection de la Russie du système des paiements bancaires SWIFT. Peut-être, le moment est venu pour revenir à cette question?
- Les sanctions contre la Russie fonctionnent. Au sein de l’UE on voit actuellement une luttecontre la levée des sanctionssous réserve de la position des États-Unis légèrement modifiée. Officiellement, le président Trump dit que les sanctions seront prolongées, mais en réalité on ne sait pasce qu'il va faire. C’est pourquoi, il est important de garder les sanctions et vérifierconstamment comment elles fonctionnent. La déconnection du système SWIFT est un levier très important car il bloque tous les transferts bancaires. La question est de savoir si cette déconnection devrait toucher toute la population de la Russie ou personnellement certains individus. L'UE ne veut pas imposer des sanctions contre les Russes ordinaires qui ne sont pas responsables de l'agression contre l'Ukraine. Poutine ne réagira pas à des sanctions lorsque les Russes ordinaires vivront de mal en pis, les gens ordinaires ne l’intéressent pas. Par conséquent, il faut penser comment cela fonctionnera.
Mais, sans aucun doute, l'UE devrait être plus active en matière de guerre d'informations. Ces actions doivent être plus coordonnées, étant donné que la Russie est l'un des pays les plus agressifs dans la guerre d'informations.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Александр le Ven 8 Sep - 12:37

Onze mythes que le Kremlin propage au sujet de la crise en Ukraine

La semaine dernière le président russe Vladimir Poutine a livré un discours hésitant à Moscou, tentant d’assurer que tout va pour le mieux en Russie. Les sanctions n’ont pas d’effets sur l’économie russe, a-t-il dit, tout en ordonnant au peuple russe d’un air sombre de redoubler d’efforts. Le président a radoté ses théories de complot par rapport aux soulèvements démocratiques en Ukraine et butait sur ses mots en tentant de défendre son invasion de la Crimée. Mr. Poutine, au cas où vous croyez vraiment les histoires que vous vous racontez, il est temps de remettre les pendules à l’heure.

1. Selon le président Poutine : La Crimée a voté en faveur de son annexion à la Russie.
En vérité : Le « référendum » du 16 mars sur l’annexion à la Russie a été tenu sous la menace des armes, sous occupation militaire, dans des conditions qui n’étaient ni libres ni équitables. L’ensemble de la communauté internationale a jugé ce « référendum » comme étant illégitime.

2. Selon le président Poutine : La Russie n’a pas déployé de troupes en Ukraine.
En vérité : L’OTAN a publié des images satellites montrant clairement des troupes de combat russes en Ukraine, équipées d’armes lourdes propres à l’armée russe et non à celle de l’Ukraine.

3. Selon le président Poutine : En Ukraine orientale, les militants pro-russes (soutenus par les troupes russes) représentent la volonté du peuple.
En vérité : Le peuple de l’Ukraine orientale rejette massivement l’idée de quitter l’Ukraine. Le « référendum sur l’indépendance » qui a eu lieu en mai dans des régions occupées par des groupes militants et les « élections présidentielles et législatives » tenues en novembre ont été complètement rejetés par la communauté internationale.

4. Selon la Russie : Certaines régions de l’Ukraine appartiennent légitimement à la Russie.
En vérité : La Russie a par le passé affirmé plusieurs fois qu’elle reconnaissait les frontières et la souveraineté de l’Ukraine, notamment en 1991 lorsque l’Union soviétique s’est dissoute, et en 1994 lorsque Moscou a signé le Mémorandum de Budapest, s’engageant à respecter les frontières de l’Ukraine.

5. Selon le président Poutine : La Russie a droit d’exercer son influence au-delà de ses frontières.
En vérité : Les Ukrainiens sont les seuls à pouvoir décider de l’avenir de l’Ukraine. Les gestes commis par la Russie violent l’un des principes de base de la Charte des Nations Unies : le caractère sacré de l’indépendance politique et l’intégrité territoriale des nations.

6. Selon la Russie : L’OTAN brise sa promesse quant à son expansion.
En vérité : Aucune promesse du genre n’a été faite. L'ancien président de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, l’a lui-même reconnu. L’URSS n’était pas libre de décider quels pays auraient le droit de se joindre à l’OTAN à l’époque, et il est en de même pour la Russie aujourd’hui.

7. Selon la Russie : Le gouvernement ukrainien est fasciste.
En vérité : Le gouvernement de l’Ukraine est dirigé par des forces modérées depuis la chute du régime Ianoukovitch. Lors des dernières élections parlementaires en Ukraine, les partis jugés « fascistes » par la Russie ont reçu moins de 5 % des votes.

8. Selon la Russie : Le gouvernement ukrainien est illégitime.
En vérité : Les Ukrainiens ont voté deux fois au cours des six derniers mois pour élire leurs dirigeants, et ce, dans le cadre d’élections jugées légitimes par la communauté internationale. La Russie a elle-même reconnu les nouveaux dirigeants de l’Ukraine.

9. Selon la Russie : L’OTAN est hostile à la Russie.
En vérité : Depuis les années 1990, l’OTAN essaie d’obtenir la collaboration de la Russie à titre de partenaire important, notamment par la création du Conseil OTAN-Russie. Aucun autre pays n’entretient à ce jour une relation aussi privilégiée avec l’OTAN.

10. Selon la Russie : L’occident tourne le dos à la Russie.
En vérité : Au moment de la chute de l’Union soviétique, la Russie n’a pas été mise à l’écart. On y a plutôt fait appel à titre d’acteur important sur la scène mondiale. La Russie est également devenue membre de l’APEC et a été invitée à se joindre au G7.

11. Selon la Russie : Les sanctions contre la Russie ne fonctionnent pas.
En vérité : La Russie a elle-même admis que les sanctions internationales lui coûteront environ 40 milliards de dollars américains. La valeur du rouble a chuté de 25 % au cours des quatre derniers mois. Les compagnies ont retiré de grandes quantités de leurs capitaux de Russie en raison des sanctions, contribuant davantage à l’affaiblissement de l’économie de la Russie.

Mr. Poutine raconte beaucoup de choses qui ne s’alignent pas avec la réalité (plus d’information).

Voici ce qu’il est en vraiment :

Les Ukrainiens vivent dans un pays indépendant. Ils méritent de prendre leurs propres décisions sans l’ingérence de la Russie. Le peuple russe est un peuple fier avec une histoire importante … ils méritent mieux que la malhonnêteté de Mr. Poutine.

Google Maps dévoile des preuves des bombardements de l'armée russe en Ukraine

Le service de cartographie Google Maps a, la semaine dernière, actualisé sa couverture de quelques villes et régions d'Ukraine, et par là même, mis en évidence les preuves des tirs russes sur l'Ukraine.


Ainsi, au abords des postes frontières Chervonopartysansk (Ukraine) – Goukovo (Russie), ont été mis en évidence des traces d'infrastructures ukrainiennes détruites : mines, bâtiments d'habitation, ainsi que des traces d'unités de combat en activité du côté russe de la frontière. Autre constatation impressionnante : les zones de tirs de l'armée russe ont été choisies à proximité immédiate des camps de réfugiés venus d'Ukraine. Ceci a probablement été fait dans l'espoir que des tirs de défense de l'artillerie ukrainienne les touche et ainsi obtenir des images de désinformation dignes des télévisions russes.

A d'autres endroits (coordonnées 47.901873, 39.859419), on peut également voir un certain nombre de chars russes déployés du côté de l'Oblast de Rostov sur le Don et qui ouvrent le feu sur le territoire ukrainien. Les traces des impacts sont visibles à 20 km au nord, dans la région ukrainienne de Donetsk.


Ce n'est pas la première fois que des preuves de l'agression militaire russe contre l'Ukraine sont trouvées sur internet : cet été, des soldats de l'armée russe postaient régulièrement des photographies géolocalisées en Ukraine.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Caduce62 le Ven 8 Sep - 19:41

États-Unis. Ces “faux Américains” créés par les Russes pour influer sur les élections

THE NEW YORK TIMES - NEW YORK
Publié le 08/09/2017 - 16:21

Durant la campagne électorale américaine, des milliers de faux profils ont été créés sur les réseaux sociaux pour mieux diffuser des messages contre Hillary Clinton.

Les Russes “ne se sont pas contentés de pirater les serveurs du Parti démocrate pendant la campagne électorale de 2016 ni d’en faire fuiter le contenu et de diffuser de fausses nouvelles via leurs médias RT et Sputnik”, souligne The New York Times. Ils se sont également livrés “à une experimentation moins ostensible et plus difficile à tracer sur Facebook et Twitter”, les deux grands réseaux sociaux américains qui se sont transformés “en réseaux mensongers et de propagande.”

Des milliers de faux profils

Sur Twitter comme sur Facebook, “on retrouve la trace des Russes sur des centaines, voire des milliers de faux profils qui postaient régulièrement des messages anti-Clinton”, souligne The New York Times. Beaucoup de ceux-ci étaient des bots (de faux profils automatisés).

Le quotidien de la Grosse Pomme rappelle également que, “le 6 octobre, des représentants de Facebook ont affirmé [à la commission d’enquête du Congrès] qu’ils avaient été contraints de fermer plusieurs centaines de comptes créés, selon eux, par une usine à trolls russes proche du Kremlin et qui avaient acheté quelque 100 000 dollars de publicités pendant la période électorale”.

Selon The New York Times, les agissements des Russes sur les réseaux sociaux étaient parfois amateurs et pas toujours très efficaces – “nombre de posts suspects n’ont d’ailleurs pas été largement partagés”, souligne le quotidien. Pour autant cette manipulation a certainement ajouté au climat de colère et de supiscion qui régnait “durant la mêlée préélectorale”.

Etant donné le puissant rôle que jouent les réseaux sociaux au moment des élections, comprendre les agissements des Russes est “crucial pour éviter que ce genre d’attaques ou que des attaques encore plus sophistiquées viennent perturber le déroulement des élections législatives de mi-mandat de novembre 2018 ou la présidentielle américaine de 2020”, conclut le journal.
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La propagande

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 34 sur 36 Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35, 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum