Et après?

Page 3 sur 43 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 23 ... 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Mar 25 Mar - 21:06

A Kharkiv, cette Ukraine qui refuse de choisir entre Moscou et l’Europe
Par Yves Bourdillon | 25/03 | 19:20 | mis à jour à 19:43

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A KHARKIV- Les habitants de l’est de l’Ukraine ne veulent pas renoncer à leurs liens privilégiés avec la Russie et éprouvent parfois une nostalgie pour l’époque soviétique. Mais la plupart se sentent citoyens ukrainiens avant tout et n’accepteraient pas une intrusion des armées de Vladimir Poutine.

« Nous voulons retourner vivre en URSS. » En ce mois de mars 2014, le slogan laisse perplexe. Mais, au pied de l’une des dernières statues de Lénine encore debout en Ukraine, dans le centre de Kharkiv, la deuxième ville du pays, ils sont près d’un millier à réclamer ainsi la résurrection d’une Union soviétique disparue il y a plus de vingt-deux ans et que certains d’entre eux n’ont même pas connue. Devant le siège du gouvernement régional, gardé par quinze rangées de CRS avec qui ils papotent et où le drapeau russe a déjà été hissé et arraché deux fois, ils scandent « Rassi-a, Rassi-a », ou « Poutine, aide-nous ». De quoi convaincre peut-être le Kremlin que ses troupes seraient accueillies à bras ouverts en Ukraine orientale si jamais il décidait de franchir une nouvelle ligne rouge.
L’hypothèse d’une invasion russe aurait semblé absurde il y a à peine quelques semaines. Mais, depuis l’annexion russe de la Crimée, tout semble devenu imaginable . De l’autre côté de la frontière, à trente kilomètres d’ici, sont massés des dizaines de milliers de soldats russes et près de 400 chars. L’Otan a admis dimanche que c’était « très, très préoccupant ». A Kharkiv, plaisante un habitant, « on vérifie chaque matin, depuis le début mars, s’il y a ou non des chars russes » au coin des immenses boulevards bordés d’immeubles à l’architecture soviétique, où grincent des tramways du même millésime.
A Kharkiv, tout le monde parle russe
Les régions de Kharkiv, comme de Donetsk, fief du président déchu, Viktor Ianoukovitch, ou de Dniepropetrovsk, ont incontestablement le cœur russe, ou du moins sont très attachées à leurs liens avec Moscou. A Kharkiv, tout le monde parle russe et on se définit souvent comme d’identité russe ou russe de souche. On a de la famille en Russie, parfois un travail à Belgorod, le commerce de navettes entre les deux pays est florissant, les entreprises exportent surtout vers l’est. Irina Yasnogorodska, directrice d’une école de danse, qui dit « comprendre les motivations » de Moscou en Crimée, se désole que ses amis russes n’osent plus venir de peur qu’on vandalise leur voiture, une légende urbaine répandue par la TV russe. Beaucoup craignent que la Russie impose des visas en représailles à la signature de l’accord d’association avec une Union européenne soupçonnée d’avoir fomenté le « coup d’Etat fasciste à Kiev ». Et Maxime, un jeune manifestant, se dit persuadé que ce fameux accord avec les Vingt-Huit « prévoit explicitement la fermeture de toutes les usine de la région ». Là encore, une légende, même si effectivement l’industrie lourde locale serait affectée quelques années par une ouverture réciproque des marchés, reconnaît Alexandre Kirch, économiste de l’Académie des sciences d’Ukraine. La vision de l’Europe vire au fantasmagorique quand un manifestant (qui refuse de donner son nom) explique doctement que l’Union fait miroiter une suspension de l’obligation de visa « à condition que nous légalisions le mariage homosexuel ». S’y ajoute une nostalgie pour cette URSS dont la dissolution est jugée par Vladimir Poutine comme la principale catastrophe géo-stratégique du XXe siècle.

« La nostalgie ne donne pas à manger »
Pour autant, le président russe aurait tort de croire que le tiers oriental de l’Ukraine ne s’opposerait pas ou peu à une invasion. « Ce serait l’Afghanistan », avertit un habitant. Même les manifestants scandant « Rassi-a » sont partagés sur l’annexion de la Crimée. Certains la jugent légitime, d’autre la critiquent en s’empressant de souligner que « l’Otan a fait pareil au Kosovo », d’autres, encore, avouent leur malaise. On peut se sentir de culture ou d’identité russe et être anti-Kremlin. Avoir la nostalgie de l’URSS et être un citoyen ukrainien patriote. Cette nostalgie se nourrit d’ailleurs moins de considérations géostratégiques que d’une indulgence envers un passé magnifié de sécurité de l’emploi, grâce à l’industrie lourde (à Kharkiv la plus grande usine de chars de l’Union soviétique tourne toujours, quoique au ralenti) et de peuples frères rêvant d’un avenir commun meilleur. Mais « la nostalgie ne donne pas à manger. A l’époque soviétique il fallait aller chercher du papier toilette ou du chocolat à Moscou, ou se contenter d’un seul fromage, vous appelez ça une vie normale ? », fustige Vitaly Pantaleev, directeur de la firme d’audit Star. « Il ne faut pas s’accrocher à une histoire désuète. Les relations avec les entreprises russes dégoulinent de références fraternelles, mais quand les intérêts parlent, on oublie les bonnes paroles. Et pour eux c’est toujours dominer ou être dominé. » Quant à l’idéal d’égalité et de stabilité qu’incarnait l’époque soviétique, Evgeni Komarovski, pédiatre et figure de la société civile russe et ukrainienne, hausse les épaules : « Le seul endroit où on est tous égaux et sûr que rien ne nous arrivera c’est le tombeau. »

Il balaie de même d’un revers de main les affirmations de Moscou selon lesquelles les russophones seraient persécutés ici. « Jamais personne ne m’a embêté parce que je parle russe en public, je dispose d’une émission sur une télévision nationale, je suis édité en russe comme en ukrainien... » Quoique abrogé par la suite, le décret retirant au russe le statut de langue officielle régionale, adopté stupidement par le nouveau pouvoir dès la chute de Ianoukovitch a semé le trouble.
Kiev perçue comme méprisante et pillant fiscalement la région
Pourquoi donc cette acrimonie générale envers Kiev, qui se traduit par une forte demande de « dévolution fédérale », voire par des appels à organiser des référendums d’autodétermination ? Parce que les ressources minières du pays se trouvent à l’est, notamment dans la région du Dombass, expliquent les économistes. On veut moins rejoindre la Russie que marquer ses distances vis-à-vis d’une Kiev perçue comme méprisante et pillant fiscalement la région. D’ailleurs, les manifestations appelant Poutine au secours ne rassemblent que 2.000 personnes à Kharkiv, une ville de 1,4 million d’habitants. A Donetsk, ils sont plus nombreux et violents, mais rarement plus de 4.000. Bref, si l’Ukraine composée schématiquement d’une partie occidentale issue historiquement de l’empire polonais, proeuropéenne et antirusse, et d’une partie orientale slave ayant voté Ianoukovitch par atavisme, le risque de partition paraît bien moins élevé qu’on ne le prétend à l’étranger...
D’autant que, même ici, la puissance de séduction de l’Union européenne se fait sentir. Malgré la crise de la zone euro et le blues des peuples de l’Union. « Je veux des liens avec la Russie mais aussi avec l’Union européenne qui rend nos vies plus intéressantes », souligne Irina Yasnogorodska, qui s’inquiète de l’arbitraire de la justice en Russie. Igor Sbitnev, patron d’Axioma, le principal centre commercial de Kharkiv, souligne combien en Russie le « commerce est pollué par la politique. Si Moscou nous punit pour avoir regardé trop vers l’Ouest, nous n’aurons rien à regretter ». Sous un drapeau soviétique, un manifestant pro-Moscou se dit paradoxalement séduit par « certaines valeurs européennes, le droit de manifester librement », même si ses voisins le rabrouent en évoquant un Occident « dégénéré, sans morale ni foi ». « Il n’y a pas d’alternative au vecteur occidental de développement. L’Union européenne a montré son efficacité dans l’organisation de la société, la prévalence du contrat et de l’Etat de droit. En Russie, on croit en un tsar dur mais juste qui s’identifie à la nation, alors qu’en Europe le roi est sous la loi », tranche Sergueï Polituchiy, patron du groupe d’édition Factor. Andreï Povoliaev, directeur de la firme de BTP Metroplex, souligne quant à lui que « 70 % des hommes d’affaires ici sont favorables à des liens forts avec l’Union, sans pour autant couper nos liens avec la Russie. On veut pouvoir ne pas choisir puisque ça correspond à notre géographie. Les seuls qui veulent une relation quasi exclusive avec Moscou sont des oligarques qui y ont la totalité de leurs contrats, dans l’énergie ou la construction mécanique ».

Ni avec les oligarques ni sans eux
Oligarque. Le maître mot est lâché. En Ukraine, rien ne se décide contre eux, ni même sans eux. Et si l’Est, aujourd’hui, ne sombre pas dans le chaos, ils y sont sans doute pour beaucoup. C’est d’ailleurs un natif de Donetsk, Rinat Arkhmetov, l’homme le plus riche du pays (sidérurgie, énergie, banque, assurance), qui a rallié les milieux d’affaires à l’idée d’une Ukraine sans Ianoukovitch. Il est associé en affaires à Viktor Pintchouk, originaire de Dniepropetrovsk, qui a des relais dans l’ancien régime puisqu’il est le gendre de Leonid Koutchma, l’ancien président et mentor de Viktor Ianoukovitch...
« Les oligarques savent que si l’instabilité s’installe dans la région et donne un prétexte d’intervention à Moscou, ils perdent tout », explique Sergiy Taran, du centre de recherche sociologique Sociovymir. D’où un ralliement, très pragmatique, autour du drapeau. A l’inverse, Kiev a compris qu’il lui fallait s’appuyer sur des oligarques locaux pour « tenir » la région. Ayant prospéré grâce à leur connaissance des rouages politiques et policiers, ils disposent en effet d’une expérience et de relais précieux pour ramener le calme.
Kiev a donc nommé comme nouveau gouverneur de Donetsk Serhiy Taruta, président de l’Union industrielle du Dombass, et à Dniepropetrovsk, Igor Kolomoisky (métallurgie, finance, pétrole, médias, compagnies aériennes), un natif du cru qui pèse 2,4 milliards de dollars. Originaire de Kharkiv, Igor Baluta, le nouveau gouverneur de la ville, a commencé, pour sa part, à travailler en bonne intelligence avec « le guépard », le maire, Guenadi Kernes, autre oligarque local qui dénonçait pourtant la « maladie infectieuse » de la révolte contre Viktor Ianoukovitch à Maïdan. Les deux hommes ont su, pour l’instant, surmonter de vieilles rancunes en affaires. Même s’il se dit que des militants pro-Kremlin stockent des armes pour fomenter des troubles avec l’aide de « touristes politiques » russes, il n’y a plus eu d’affrontements dans la ville depuis le 5 mars. Il est vrai que Guenadi Kernes connaît les réseaux souterrains de sa ville, il est fortement soupçonné d’être un ancien boss de la mafia locale...
Ce calme n’est peut-être que précaire. Si la plupart des habitants croisés dans les rues de Kharkiv évaluent la probabilité d’une invasion russe à moins de 15 %, d’autres n’hésitent pas à faire un parallèle avec les annexions allemandes qui ont précédé la seconde guerre mondiale. Ajoutant à l’intention des Européens : « L’Histoire nous apprend qu’on n’apprend jamais d’elle. »
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Mar 25 Mar - 23:50

Matt a écrit:Tu vas te faire des amis . . .  Wink 
Ce n'est pas grave : il n'y a que la vérité qui dérange !
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Mer 26 Mar - 10:10

Fallait s'y attendre . . .

Ukraine : tensions entre Pravy Sector et le ministre de l’Intérieur

La mort d’un responsable régional du mouvement paramilitaire Pravy Sector fait polémique en Ukraine. Olexandre Mouzitchko, alias “Sachko le Blanc”, est mort dans la nuit de lundi à mardi lors d’une fusillade avec des policiers à Rivne dans l’ouest du pays. Ils étaient venus l’interpeller dans le cadre d’accusations d’appartenance au crime organisé.

Le chef de Pravy Sector Dmytro Iaroch dénonce un assassinat : “Impossible de se taire quand le ministère de l’Intérieur agit contre la révolution. C’est pour cette raison que nous demandons la démission immédiate du ministre de l’Intérieur Arsen Avakov. Nous demandons également l’arrestation du commandant des unités spéciales de la police “Sokol” et tous ceux qui ont participé à ce meurtre.”

La police affirme qu’Olexandre Mouzitchko a tiré le premier et qu’il se serait lui-même tiré la balle mortelle en se débattant contre les policiers. Une version difficile à croire pour ce membre de Pravy Sector : “S’il y avait environ trente membres de l’unité spéciale de la police, je pense qu’ils auraient pu le prendre vivant, dit-il, et ensuite expliquer ce qu’ils lui reprochaient et de quel groupe criminel ils l’accusaient de faire partie. Mais on dirait qu’ils l’ont blessé, arrêté et tiré une balle dans le cœur.”

Le ministre de l’Intérieur a répondu avec fermeté, se disant prêt à relever n’importe quel défi de la part de “bandits” : “Je qualifie de bandits tous ceux qui s’habillent comme Pravy Sector, Batkivschyna ou Samooborona. Les véritables patriotes défendent les frontières de l‘État les armes à la main, pas en pénétrant illégalement dans les entreprises ou les appartements privés. Ceux-là sont des bandits. D’autant qu’ils ont à la main des mitraillettes non enregistrées.”

Groupe paramilitaire en première ligne lors de la révolution de Maïdan, Pravy Sector vient de se faire enregistrer comme parti politique. Leur leader a l’intention de se présenter à l‘élection présidentielle anticipée du 25 mai prochain.

Copyright © 2014 euronews

Ah ben flûtte, l'a oublié quelques casseroles avant de filer:

La corruption de l’un des ministres de l’ex-président ukrainien Janukowicz

Le Procureur Général de l’Ukraine, en collaboration avec les Forces de Lutte contre le Crime Organisé, a procédé à la perquisition de trois des appartements à Kiev et de bureaux appartenant à l’ancien ministre ukrainien de l’énergie, Eduard Stavytskiy. Les photos parlent d’elles-même.

Cinq millions de dollars ont été trouvés, ainsi que 42 kilos d’or pur, de la bijouterie et une douzaine de montres de luxe. Pour exemple, le prix d’une seule de ces montres est bien plus élevé que le salaire de l’ancien président Janukowicz, c’est à dire 599000 dollars, alors que son salaire mensuel était estimé entre 2000 et 2500 dollars.

Pour le moment, les autorités ukrainiennes ne peuvent pas directement interroger l’ancien ministre puisqu’il s’est échappé vers l’Italie.

Pologne Infos




______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Mer 26 Mar - 12:19

Ukraine: le nouveau pouvoir change le patron de la télévision publique

Le nouveau gouvernement ukrainien a limogé mercredi le patron de la télévision publique, nommé sous le président déchu Viktor Ianoukovitch, et nommé à sa place un journaliste proche du nouveau pouvoir pro-européen. La nomination de Zourab Alassania, «proposée par des représentants de la communauté médiatique» et approuvée mardi en conseil des ministres, a été annoncée dans un communiqué du gouvernement.

lesoir.be

Pékin soutient l'idée d'une aide internationale à l'Ukraine

PEKIN, 26 mars (Reuters) - Une aide financière internationale à l'Ukraine doit être mise en place pour garantir la stabilité économique du pays, estime mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères sans proposer une participation de la Chine à cet effort.

Le ministre ukrainien des Finances, Oleksander Chlapak, négocie actuellement avec le Fonds monétaire international (FMI) un prêt d'un montant de 15 à 20 milliards de dollars pour aider une économie gravement affaiblie par plusieurs mois d'instabilité politique et de mauvaise gestion.

Barack Obama a appelé le FMI à élaborer rapidement un accord sur un plan de soutien financier aux nouvelles autorités de Kiev et a discuté de la question ukrainienne avec son homologue chinois Xi Jinping lundi à La Haye.

Le gouvernement chinois "soutient la stabilité financière de l'Ukraine", a déclaré Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Les organisations financières internationales doivent s'attaquer à cette question, garantir la stabilité financière et économique de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

Le porte-parole n'a pas fourni d'autres précisions, se bornant à répéter que la Chine avait proposé la mise en place d'un mécanisme de coordination internationale pour trouver une solution à la crise provoquée par l'annexion de la Crimée par la Russie.

Pékin a adopté une position distante dans cette affaire, ne souhaitant pas froisser son allié russe.

(Ben Blanchard; Pierre Sérisier pour le service français)

Reuters

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Mer 26 Mar - 14:07

AFP 26/03/2014 à 12:05
Ukraine: projets d'exercices militaires avec participation étrangère en 2014

L'Ukraine devrait organiser en 2014 toute une série d'exercices militaires avec la participation de soldats américains, polonais, roumains et moldaves, selon un projet de loi déposé mercredi par le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

Le projet de loi, affiché sur le site du parlement, demande l'autorisation du parlement pour l'entrée sur le territoire national de forces étrangères pour sept exercices: "Public Order 2014" avec la participation de la police militaire polonaise, "Rapid Trident 2014" avec les forces américaines, "Safe Sky 2014" avec l'aviation polonaise, "Sea Breeze 2014" avec les forces américaines, deux exercices multinationaux "Light Avalanche - 2014" et "Carpates - 2014", et enfin "Sud - 2014" avec les unités d'infanterie de montagne roumaines et moldaves.

Après le rattachement de la Crimée à la Russie, l'Ukraine a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude au sujet de la présence d'importantes forces russes à proximité de ses frontières orientales, alors que l'est du pays connait une agitation séparatiste pro-russe.
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Jeu 27 Mar - 9:43

Mauvaise nouvelle pour les ukrainiens: le prix du gaz va augmenter de 50% pour les familles à partir du 1ier mai.
Cette décision a été prise sous la pression du FMI.

Il est vrai que Iatseniouk avait eu des paroles à la Churchil lorsqu'il a été nommé premier ministre.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Jeu 27 Mar - 11:21

Confirmation des promesses:

Le FMI accepte de débloquer entre $14 et 18 mds pour l'Ukraine

Cette aide s'inscrit dans le cadre d'un programme de la communauté internationale dont le montant global s'élève à 27 milliards de dollars sur deux ans.

"La mission des services du FMI et les autorités ukrainiennes se sont entendues sur un programme de réformes économiques pouvant recevoir l'appui d'un accord de confirmation de deux ans avec le FMI", écrit le Fonds monétaire international dans un communiqué.

Cet accord est subordonné à l'accord du conseil d'administration du FMI, qui l'examinera en avril, "une fois que les autorités auront adopté un train de mesures préalables énergiques et globales propres à stabiliser l'économie et à créer les conditions d'une croissance durable".

(Elizabeth Piper; Bertrand Boucey pour le service français)

Reuters

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Jeu 27 Mar - 15:56

Il fallait bien s'y attendre:

Timochenko annonce sa candidature à la présidence ukrainienne



Les élections auront lieu le 25 mai prochain.

L'égérie de la Révolution orange et ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko, a annoncé jeudi qu'elle serait candidate à l'élection présidentielle prévue en Ukraine le 25 mai prochain.
"Je prévois d'être candidate au poste de président", a dit Mme Timochenko, 53 (bien 53) ans, au cours d'une conférence de presse à Kiev.

"Aucun des hommes politiques ukrainiens qui se préparent à être candidats à la présidence ne prend la mesure de l'anarchie et ne s'apprête à l'arrêter", a-t-elle dit.

Elle a précisé qu'elle comptait solliciter les députés de son parti Batkivchtchina (Patrie) qui doit tenir son congrès le samedi 29 mars, pour qu'ils présentent officiellement sa candidature.
Mme Timochenko a déjà été candidate à la présidence en 2010 et elle a été battue par une petite marge par Viktor Ianoukovitch. L'année suivante elle a été condamné à sept ans de prison pour abus de pouvoir lors de la conclusion de contrats gaziers avec la Russie. Pour ses partisans et une partie des pays occidentaux, sa condamnation était due à des raisons politiques.

Elle a été remise en liberté le 22 février, jour de la destitution du président Viktor Ianoukovitch par les contestataires de Kiev opposés à sa volte-face pro-russe, et brigue maintenant son poste. Le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a indiqué qu'il ne serait pas candidat.

Selon un sondage récent, c'est le milliardaire et homme politique Petro Porochenko qui a le plus de chances de l'emporter le 25 mai. Le scrutin se déroulera dans le sillage d'une crise économique et politique majeure qui a conduit l'Ukraine au bord de la faillite et lui a coûté la perte de la Crimée, rattachée à la Russie.

dh.be

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Ven 28 Mar - 12:24

Il le fait exprès?

Ukraine : Ianoukovitch appelle à un référendum dans chaque région
AFP 28 mars 2014 à 11:02


Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch à Rostov-sur-le-Don, en Russie, le 11 mars 2014. (Photo Alexander Nemenov. AFP)

Après la Crimée, l'ex-président appelle les autres régions à décider de leur statut.

Le président destitué ukrainien Viktor Ianoukovitch a appelé vendredi à un référendum dans chaque région d’Ukraine afin de déterminer leur statut à la place de l’élection présidentielle prévue le 25 mai, a rapporté l’agence officielle russe Itar-Tass. «Comme président (...) j’appelle chaque citoyen ukrainien raisonnable : ne laissez pas les imposteurs vous utiliser ! Exigez l’organisation d’un référendum sur le statut de chaque région en Ukraine», a-t-il déclaré dans cet appel au peuple ukrainien, cité par Itar-Tass.

«Seul des référendums dans toute l’Ukraine et non des élections anticipées pourront stabiliser la situation politique et préserver la souveraineté et l’intégralité de l’Ukraine», a-t-il estimé.
Ianoukovitch, qui a fui l’Ukraine en février et vivrait selon certaines informations de presse en banlieue de Moscou, s’est exprimé après que la Crimée a voté par référendum son rattachement à la Russie. Il a aussi demandé à être radié du Parti des Régions, dont il était le dirigeant, et qui doit se réunir samedi pour définir sa stratégie pour l’élection présidentielle le 25 mai.

Le parti a reconnu qu’il devait être complètement remanié et il a l’intention de participer à l’élection.

liberation.fr

Ben tient, vlà pour toi!!

Ukraine: Un «nu» présidentiel très politique dans un café de Kiev


L'artiste Olga Oleynik pose avec sa peinture de Viktor Ianoukovitch nu dans son "anti-café" de Kiev le 26 mars 2014 Volodymyr Shuvayev AFP

CONTESTATION - L'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch est l'objet d'un «nu»...
On lui a pris la présidence, puis son manoir d'un goût douteux, et maintenant on lui a enlevé ses vêtements: l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch est l'objet d'un «nu» peu flatteur exposé dans un «anti-café» de Kiev.

«Le Roi nu»

Un Ianoukovitch renfrogné est étendu dans une pose peu avantageuse, qui ne laisse aucun détail à l'imagination.

La peinture, intitulée «Le Roi nu» a accédé à une soudaine célébrité sur internet par accident, pendant la révolution qui a forcé Ianoukovitch, partisan de la Russie dans le conflit latent opposant Union européenne et Russie en Ukraine, à l'exil.

Olga Oleïnik 25 ans, une jeune artiste produisant des tableaux «inhabituels», a cru avoir un coup de chance: un ami travaillant pour une télévision locale lui a proposé de la montrer sur les ondes avec son président mal-aimé en peinture.

Mais son passage à la télévision a coïncidé avec un renversement complet de la situation dans le pays: après des tueries ayant fait une centaine de morts dans les rues de Kiev, Ianoukovitch s'est enfui et le parlement l'a destitué, alors que l'icône de l'opposition Ioulia Timochenko sortait de prison.

L'émission sur l'art a été annulée au dernier moment pour faire place aux nouvelles.

Peinture virale

«Donc, je prends la toile et je commence à m'en aller, puis soudain un photographe prend une image de moi quand je tiens le tableau dans un couloir», a-t-elle raconté.

Pendant ce temps, les opposants et les Ukrainiens ordinaires découvraient avec horreur le luxe de la résidence privée de Ianoukovitch à Mejiguiria, près de Kiev. La photo a été diffusée massivement sur internet et le public a cru qu'elle avait été trouvée dans cette résidence, pleine de voitures de luxe, pourvue d'un zoo privé et de cuvettes de WC dorées.

«Le lendemain matin mon tableau était partout sur internet et on disait qu'il venait de Mejiguiria», ajoute la jeune femme.

«Cet homme a fait beaucoup de mal à notre pays, donc les gens sont contents de le voir dans une pose compromettante», analyse l'artiste.

Aucun acheteur pour le tableau

L’œuvre est maintenant visible dans un coin d'un anti-café dont Oleïnik est propriétaire, dans une cave du centre ville.

Un anti-café est une idée née à Moscou mais ayant fait des petits à Londres et à Paris. C'est un lieu où le café et les snacks sont gratuits, mais où l'on paie le temps minuté qu'on y passe dans son ambiance de salon confortable.

La peintre a ouvert cet anti-café il y a un an, parce qu'elle cherchait un endroit pour exposer ses nus et des poupées bizarres «sorties d'un film d'horreur» que les galeries traditionnelles hésitent à prendre.

En dépit de sa célébrité en ligne, le tableau n'a attiré qu'un acheteur potentiel et même lui s'est finalement désisté.

20minutes.ch

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Ven 28 Mar - 16:32

Pas besoin de commenter . . .

Lviv, terre d’accueil des Criméens



Ukraine Lviv, situé à l’ouest de l’Ukraine, accueille des centaines de réfugiés tatars. Un reportage de Sébastien Gobert à Lviv.

"C’est très calme ici, tous les petits dorment. Mais en règle générale, c’est un joyeux brouhaha. Il y a quarante enfants ici. Maintenant, nous vivons tous ensemble… " Dans sa petite chambre commune, Sevil Kaneeva tente de faire le point sur sa nouvelle vie. Orthodontiste de 31 ans, Tatare de Crimée, polyglotte, elle vivait il y a encore quelques semaines dans une belle maison à Simféropol, capitale de la péninsule, avec son mari et ses deux filles, 3 et 5 ans. Aujourd’hui, c’est dans un centre de loisirs de la municipalité de Lviv, dans le village de Bryuhovychi, qu’elle attend que quelque chose se passe. Le centre est reconverti en point d’accueil, et héberge une partie des quelques 1 550 réfugiés originaires de Crimée échoués à Lviv et dans sa région.

Espace aérien fermé

" Il était devenu impossible de rester là-bas, après que les soldats russes sont apparus et que toute cette folie furieuse s’est mise en marche. Mes clients les plus fortunés ont été les premiers à partir. On ne pouvait pas parler d’autre chose que de cette situation. Je n’en dormais plus la nuit ", raconte-t-elle. " Mon mari et moi parlons turc, nous voulions déménager à Istanbul. Mais après qu’ils ont fermé l’espace aérien, je n’ai pu acheter que des billets de train pour Kiev. J’ai trouvé le numéro d’une hotline sur Internet, et nous nous sommes retrouvés ici ". Elle habite maintenant avec ses deux filles et sa mère. Les hommes de la famille, dont son mari, sont restés au pays, "tout en gardant profil bas".

Une fois à Lviv, Sevil et sa famille ont été tout de suite pris en charge. "Nous avons reçu vêtements et logement très rapidement. En deux jours, mes enfants étaient acceptés en crèche. Il y a tellement de personnes que je dois remercier."

Dès le début mars, le maire Andriy Sadovyi avait déclaré son soutien aux Criméens et promis assistance aux réfugiés. Sous l’impulsion du réseau associatif, les autorités régionales avaient suivi.

"La guerre renforce la société", constate Oleh Kolyasa, professeur d’université. Lui s’est beaucoup investi dans le "secteur civique de l’EuroMaidan", pour approvisionner les révolutionnaires de Kiev et prendre en charge de nombreux blessés. " Nous avons juste adapté notre réseau pour accueillir les personnes déplacées de Crimée. Des dizaines de particuliers nous ont contacté pour proposer d’héberger des gens chez eux, de donner des vêtements, de la nourriture, et même de l’argent. "

Capacités d’accueil saturées

Avec quelques 1 200 personnes sont prises en charge par les autorités, et environ 350 par le "secteur civique", la région de Lviv est la première région d’accueil des réfugiés. Les capacités d’accueil seraient saturées, et le flot de réfugiés est désormais redirigé vers d’autres villes.

Le 23 mars, le premier ministre Arseniy Iatseniouk a demandé à ses ministres de préparer un plan d’accueil de 23 000 réfugiés de Crimée à travers 17 régions du pays.

Le mot d’ordre pour les victimes de ce qui est déjà considéré comme une tragédie nationale : donner une impression de normalité, malgré les complications administratives. "Nous accueillons déjà quatre enfants venus de Crimée", explique Svitlana Ouralova, la directrice de l’école n°3, dans le centre de Lviv. " Ce sont des situations très difficiles pour les familles, aussi tout le monde est très patient. Certains parlent avant tout russe, mais ils comprennent l’ukrainien. Vous savez, les enfants sont les enfants. " Elle considère déjà ces enfants comme ses élèves à plein temps. Et quant à la régularisation de l’inscription, elle prendra "le temps qu’il faudra".

Nouveau départ

Un des nouveaux élèves de l’école n°3, Ernest, 12 ans, ne semble pas regretter grand chose. " Je n’aimais pas beaucoup les autres enfants dans mon ancienne école à Kertch. Ici, j’ai déjà des nouveaux amis. Et la ville est très jolie ! " Lui et ses parents, Vladimir et Natalia Vladimirov, ont été parmi les premiers à quitter la péninsule, car " nous ne voulions pas vivre en Ukraine. Lviv est un bon endroit pour un nouveau départ. Tout est différent ici. Je n’arrive pas à croire que les médias russes puissent faire penser que la ville est peuplée d’extrémistes nationalistes ! "

Comme les Vladimirov, beaucoup de réfugiés pensent s’installer en ville. "Je ne veux plus partir à Istanbul, et je n’irai à Kiev que pour un bon travail", confie Sevil. "Ici, c’est l’environnement européen que je veux pour mes enfants." Ce sont les plus religieux des Tatars, communauté de confession traditionnellement musulmane, qui souhaitent émigrer vers d’autres pays, notamment la Turquie. "Il n’y a pas de mosquée dans cette ville très chrétienne, il est normal qu’ils se sentent isolés", explique Oleh Kolyasa. Un petit groupe de Criméens a d’ores et déjà demandé l’asile en Pologne. "Nous faisons de notre mieux pour aider ces gens. Leur destin leur appartient, ici ou ailleurs", assure Oleh Kolyasa. "En tous les cas, cela est aussi important pour nous, habitants de Lviv. S’il y a une chose que l’EuroMaidan et cette situation nous auront appris, ou réappris, c’est la solidarité entre les personnes."

lalibre.be

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Sam 29 Mar - 13:03

AFP 29/03/2014 à 11:40
Ukraine: le pro-européen Klitschko renonce à la présidentielle
L'ex-champion de boxe Vitali Klitschko, l'un de chef de file du mouvement pro-européen en Ukraine, a annoncé samedi qu'il renonçait à se présenter à la présidentielle du 25 mai et a apporté son soutien au milliardaire Petro Porochenko.
"Les forces démocratiques doivent présenter un candidat unique. Cela doit ête un candidat qui dispose du soutien le plus large", a déclaré M. Klitschko lors du Congrès de son parti à Kiev, ajoutant qu'il comptait se présenter à la mairie de Kiev.
avatar
Caduce62

Messages : 3743
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Sam 29 Mar - 19:58

Bien dommage . . .


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Dim 30 Mar - 18:29

Et pan dans la gencive!!!

L'Ukraine rejette la proposition russe de fédéralisation

L'Ukraine a sèchement rejeté dimanche la proposition russe d'une fédéralisation de l'ex-république soviétique, priant Moscou de cesser de "prêcher" à son sujet et de se concentrer sur ses propres problèmes.




Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. © Reuters

"Nous voudrions recommander à la Russie de cesser de dicter ses ultimatums à un pays souverain et indépendant et de reporter son attention sur la situation catastrophique et l'absence totale de droit de ses propres minorités, y compris ukrainiennes", a indiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, avant un entretien avec son homologue américain consacré à la crise ukrainienne, a appelé dimanche les Occidentaux à soutenir une proposition visant à donner plus de pouvoir aux régions russophones d'Ukraine dans le cadre d'une structure fédérale.

"Pourquoi la Russie n'adopterait-elle pas réellement le fédéralisme qui est souligné dans le nom de son Etat", la Fédération de Russie, a écrit le ministère.

"Pourquoi ne reconnaîtrait-on pas d'autres langues que le russe comme langue officielle, y compris l'ukrainien, la langue de millions de citoyens russes", est-il ajouté. "Il est inutile de prêcher auprès des autres. Apprenez à mettre de l'ordre dans votre pays", a conclu la diplomatie ukrainienne.

levif.be

On appelle ça, "envoyé"

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Lun 31 Mar - 9:04

Pas encore pour cette fois:

Pas d'accord entre Moscou et Washington sur l'Ukraine



Les chefs de la diplomatie américaine et russe ne trouvent pas d'accord pour tenter de mettre fin au bras de fer entre Moscou et Occidentaux sur l'Ukraine, après quatre heures de discussions à Paris.

Les chefs de la diplomatie américaine John Kerry et russe Sergueï Lavrov ont campé dimanche sur leurs "positions divergentes" concernant l'Ukraine après plus de quatre heures de négociations "intenses". Ils ont affirmé leur volonté de parvenir à un règlement diplomatique de la crise.

Lors d'une conférence de presse qui a suivi cette rencontre organisée à l'ambassade russe à Paris, Sergueï Lavrov a une nouvelle fois insisté sur une solution "fédérale" en Ukraine, une hypothèse envisagée pour apaiser la crise née du rattachement de la Crimée à la Russie mi-mars, mais que rejette Kiev.

Ukraine à consulter

"Pas de décisions sur l'Ukraine sans l'Ukraine", a  rétorqué John Kerry. "Nous n'accepterons pas un processus dans lequel le gouvernement légitime d'Ukraine n'est pas à la table (des négociations)", a -t-il déclaré.

Il a également réitéré l'appel de Washington pour le retrait des forces russes à la frontière ukrainienne. Les Etats-Unis vont "étudier les idées et les suggestions développées ce soir et nous continuerons nos discussions bientôt", a ajouté John Kerry.

afp/fb

rts.ch

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Lun 31 Mar - 12:51

Laughing 

Et si Donetsk devenait britannique ?



Un groupe d'internautes de la région de Donetsk se sont souvenus que leur ville avait été fondée par un Gallois. Il ont lancé un référendum pour obtenir le rattachement à la couronne britannique...

Beaucoup craignent qu'après la Crimée, la Russie ne soit tentée de s'emparer de l'est de l'Ukraine. Mais à Donetsk, une des principales villes de cette région, certains voudraient devenir… britanniques !

Fondée par un Gallois

Comme le relève le site d'information russe rt.com, un groupe d'activiste issu de la cité métallurgique largement russophone ont lancé un référendum sur Internet pour demander le rattachement de leur cité au Royaume-Uni. Leur argument principal est que la ville a été fondée par un industriel gallois, John Hughes (1814-1889) qui a lancé, dans les années 1870, l'exploitation des riches mines de fer de la région du Donbass. La ville a, du reste, été baptisée lors de sa fondation Hugheskova, russifiée en Yuzkova. La ville a ensuite été rebaptisée par les autorités soviétiques Stalino, puis, en 1961, Donetsk.

Une mémoire vivace

Les militants pro-britanniques estiment donc que Londres doit profiter de l'occasion du chaos en Ukraine pour annexer la ville et sa région. Selon le Daily Telegraph, la mémoire de John Hughes est encore vive à Donetsk où un musée a été l'an dernier ouvert en son honneur. L'Ukraine a également émis un timbre pour célébrer son bicentenaire cette année. Enfin, on n'oublie pas dans cette capitale du football ukrainien où le club local, le Shakhtar, a longtemps joué un rôle de premier plan en Europe, que John Hughes a introduit le football dans la région.

61 % de oui, mais peu de votants

Du coup, le site pro-britannique proclame (en russe) : « Donetsk, ville anglaise. Gloire à John Hughes ! » Puis (en anglais) : « God save the Queen ! » Selon rt.com, dimanche soir, 7.000 internautes avaient voté, 61 % approuvant le rattachement au Royaume-Uni, 16 % préférant la création d'une région autonome ukrainienne anglophone. Donetsk compte un peu moins d'un million d'habitants. La vague pro-britannique va donc prendre du temps avant de tout rafler.

latribune.fr

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Lun 31 Mar - 15:06

Matt a écrit:Et pan dans la gencive!!!

L'Ukraine rejette la proposition russe de fédéralisation

L'Ukraine a sèchement rejeté dimanche la proposition russe d'une fédéralisation de l'ex-république soviétique, priant Moscou de cesser de "prêcher" à son sujet et de se concentrer sur ses propres problèmes.
levif.be

On appelle ça, "envoyé"
Nul doute que la Russie a ses propres problèmes, mais le ton un peu triomphaliste sied mal à la situation actuelle.

Il est impératif de trouver une solution à la crise, car les conséquences économiques sont désastreuses pour la population ukrainienne, et elles commencent à se faire ressentir très sérieusement. Mes contacts me confirment tous que le travail manque et que les affaires des PME sont presque au point mort.

La hryvnia ukrainienne chute de plus en plus. le cours de l'euro a atteint 15,24 hryvnia aujourd'hui (contre 11, 18 en décembre 2013), et la courbe du taux de change baisse constamment. Cela signifie donc que le coût des produits, même de première nécessité, a augmenté dans la même proportion en Ukraine, ce qui plonge une partie de la population dans la misère.

Je maintiens que le but de la Russie est d'assécher financièrement et moralement l'Ukraine. Cela représente un coût certain pour la Russie, mais elle a quand même beaucoup plus de moyens que l'Ukraine. C'est bien pour cela que les Etats-Unis insistent pour que la Russie retire son armée de la frontière avec l'Ukraine : cela oblige l'Ukraine à maintenir ses troupes en état d'alerte et cela démoralise la population de l'est du pays, provoquant des scissions au sein même de sa population.

Les gens sont aussi démoralisés parce qu'il ne croient plus à la démocratie ukrainienne, qui les a déçu, parce que les politiciens qui ont eu le pouvoir, qu'ils soient de de l'est ou de l'ouest du pays, se sont remplis les poches en toute impunité. Cela se traduit notamment par une désaffection d'une partie de la population à la volonté de conscription du nouveau pouvoir. Et cela se manifeste par des divisions au sein même des familles sur le futur du pays.

Quant aux sanctions occidentales, elles provoquent une hausse du prix du pétrole, et, partant, celui du prix du gaz, les cours ne cessant de monter :

Pétrole: porté par les sanctions contre la Russie.
Le 28/03/2014 à 13:18
(CercleFinance.com) - Les marchés pétroliers restaient bien orientés en ce dernier jour de la semaine, notamment en raison des mesures de rétorsion prises par les Etats-Unis contre la Russie. A cette heure, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en mai grappillait encore 0,2% à 108 dollars, le WTI américain de même échéance le précédant de 0,4% à 101,7 dollars.
Sur la semaine, le WTI est bien parti pour terminer sur une hausse de l'ordre de 1,7% contre seulement 0,8% pour le Brent.
Les analystes Matières premières d'ANZ estiment que le cours du WTI a été soutenu hier par les chiffres meilleurs qu'attendus des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.
De son côté, le Brent était porté par les informations sur les nouvelles sanctions qui seront imposées par l'Ouest à l'économie russe, et notamment à son important secteur pétro-gazier. 'Le Sénat des Etats-Unis a, hier, voté une loi imposant des restrictions additionnelles à des officiels russes et autorisant une assistance directe à l'Ukraine', indique ANZ. Sans oublier de nouveaux troubles en Libye.
'La Russie vendant de 40% à 50% de son pétrole hors de ses frontières, tant que le pays lui-même que ses marchés d'exportation (soit essentiellement l'Europe) s'en trouveront pénalisés', estiment les spécialistes.
Un intervenant rapporte cependant que les exportations réelles de l'Iran dépasseraient, pour le 5e mois de suite, le niveau autorisé par les sanctions internationales d'un million de barils par jour.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

A côté de cela, cela n'empêche pas les sociétés européennes de signer des contrats avec la Russie, puisqu'il s'agit d'approvisionnements stratégiques pour l'Europe :

Accord Loukoil-Total dans le pétrole de schiste

Le 29/03/2014 à 19:49
MOSCOU (Reuters) - Les groupes pétroliers russe et français, Loukoil et Total, ont signé un accord de développement du gisement de pétrole de schiste de Bajenov en Sibérie occidentale, a déclaré samedi le directeur général de Loukhoil à l'agence de presse russe Interfax.
Vagit Alekperov, qui se trouvait à Bassorah en Irak où la compagnie a lancé la production d'un site pétrolier, n'a pas donné d'autre précision. Il n'a pas non plus dit si l'accord avait été signé après l'annexion de la Crimée par la Russie.
Interfax cite aussi un représentant non identifié de Loukoil qui lui a dit que la compagnie avait l'intention d'extraire environ 100.000 tonnes de pétrole (733.000 barils) à Bajenov cette année. Reuters n'a pu contacter Loukoil samedi.
Selon l'Energy Information Administration (EIA) américaine, Bajenov pourrait receler 75 milliards de barils de pétrole de schiste, soit plus qu'il ne s'en trouve aux Etats-Unis, premier producteur mondial de pétrole de schiste.
(Katya Golubkova; Danielle Rouquié pour le service français)

Finalement, les sanctions pénalisent la Russie et l''UE, mais bénéficient aux Etats-Unis.

Une solution devra être trouvée, car la crise a des répercussions qui dépassent de loin l'Ukraine, mais qui constituent une menace pour l'UE. Les mouvements populistes auront alors beau jeu de vanter les conséquences néfastes de la politique européenne et de réclamer un référendum pour sortir de l'UE. Et donc, si la solution passe par une décentralisation ou une forme de fédéralisation de l'Ukraine, ne lui en déplaise, il faudra y faire droit pour la stabilité future de l'UE.
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Lun 31 Mar - 16:06

Je ne pense pas qu'il s'agit un ton triomphaliste, mais plutôt un "mêle toi de ce qui te regarde".
Pour le reste, je suis d'accord avec toi sur le fait que la Russie "étouffe" l'Ukraine économiquement.

Il semblerait que les négociations Russo-Américaines d'hier portent des fruits.
L'armée russe se retire de la frontière.

Une réelle volonté d'en finir avec cette crise?

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Lun 31 Mar - 21:03

Retrait, peut-être, espérons le, mais nous ignorons encore si c'est un retrait réel ou un échange de troupes. A voir donc dans les jours qui suivent.
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Mer 2 Avr - 16:35

Il semblerait que ce "retrait" soit plus un bluff qu'autre chose. L'OTAN ne constate pas de diminution des militaires à la frontière.

Contre la fédéralisation
L'Ukraine veut une décentralisation accrue

Le gouvernement ukrainien a décidé une décentralisation accrue, idée soutenue par les Occidentaux mais bien en retrait de la «fédéralisation» prônée par la Russie, selon un communiqué publié mercredi sur le site du gouvernement.

Le gouvernement intérimaire a adopté mardi le principe d'une «décentralisation du pouvoir et d'une extension importante des pouvoirs des collectivités locales,» selon ce texte.
Une telle réforme doit notamment permettre de «concilier les intérêts des communautés nationales et locales», poursuit le texte.
Le vice-Premier ministre chargé du Développement régional, Volodimir Groisman, a notamment estimé qu'il y a actuellement «dans les faits un monopole du pouvoir d'Etat sur les régions», selon le communiqué.

Concrètement, les gouverneurs régionaux, aujourd'hui nommés par le pouvoir central, seraient élus par les assemblées régionales, les préfets ne conservant qu'un pouvoir de contrôle.
Ces réformes ont fait l'objet d'un «consensus» avec les régions, municipalités et autres organes locaux selon le communiqué gouvernemental.

Le gouvernement soumettra «dans un proche avenir» les textes de lois pour mettre en oeuvre ces réformes, selon Groisman, et des élections locales seront organisées une fois ce cadre juridique mis en place.

Depuis le renversement de l'ancien président Viktor Ianoukovitch fin février, de vives tensions sont apparues dans les régions russophones de l'est du pays et la Russie a absorbé la péninsule de Crimée.

Le président russe Vladimir Poutine avait promis début mars de protéger par «tous les moyens» ses citoyens en Ukraine et massé des dizaines de milliers de soldats près de la frontière de l'ex-république soviétique.

La semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a lancé l'idée d'une «fédéralisation» de l'Ukraine comme base d'un possible compromis, permettant de «protéger les droits de ceux qui vivent en Ukraine, et principalement de la population russe».

Mais les autorités ukrainiennes de transition pro-européennes ont immédiatement dénoncé une manoeuvre en vue d'une «partition» du pays.

lematin.ma

Et d'autre part:

Kiev veut mettre au pas les milices
Après une fusillade provoquée par un membre du groupe nationaliste Pravy Sektor, le Parlement a ordonné le désarmement des milices mardi 1er avril. Explications

Qui sont ces groupes paramilitaires en Ukraine ?

Ils sont nés aux premières heures de la contestation pro­européenne, fin novembre. Ils se sont organisés contre la répression policière. Ils ont monté des barricades, partagé des soupes collectives. Maïdan, au cœur de Kiev, est devenue leur Fort Alamo. Ils ont résisté aux charges policières, aux grenades assourdissantes, aux tirs des tireurs embusqués. Toujours en première ligne. Les groupes radicaux aux airs de milices ont contribué à maintenir en vie la révolution Maïdan, jusqu’à la fuite du président Viktor Ianoukovitch.

> Retrouvez notre dossier sur la crise ukrainienne

Le plus célèbre et le plus actif d’entre eux s’appelle Pravy Sektor. Ce mouvement à l’idéologie ultranationaliste, dont le dirigeant Dmitri Iaroch veut se présenter à la présidentielle, revendique plusieurs milliers de membres. Il a joui au plus forte de la crise d’une cote de popularité élevée à Maïdan. Mais l’étoile de Pravy Sektor a pâli.

L’organisation révolutionnaire s’est trouvée au centre d’une polémique, après la mort le 25 mars d’Olexandre Mouzitchko. Chef du mouvement en Ukraine occidentale, l’homme recherché pour appartenance à la criminalité organisée a été tué lors d’une fusillade avec des policiers qui venaient l’arrêter à Rivne. En réponse, un millier de sympathisants ont manifesté devant le ministère de l’intérieur, exigeant le départ du ministre Arsen Avakov. Entre les autorités et Pravy Sektor, la confrontation semblait inévitable.

Pourquoi le gouvernement veut-il les interdire ?

L’incident est survenu lundi soir dans le centre de Kiev, près des barricades de Maïdan. Selon des témoins, une dispute a éclaté entre des membres de Pravy Sektor et d’un autre groupe d’auto­défense. Un homme de Pravy Sektor a alors ouvert le feu, blessant grièvement deux miliciens ainsi qu’un fonctionnaire de la capitale.

L’auteur de la fusillade s’est ensuite retranché dans un hôtel occupé par le groupe nationaliste, cerné peu après par la police. Au bout d’une heure, le tireur s’est rendu. Sommés de quitter les lieux, les autres membres de Pravy Sektor ont fini par partir au petit matin. Les forces de l’ordre disent avoir trouvé des armes.

C’était l’incident de trop pour le gouvernement de Kiev qui tente d’asseoir son autorité battue en brèche par la perte de la Crimée. Le Parlement ukrainien a voté dans la foulée le désarmement des groupes paramilitaires, par 256 voix et 47 abstentions. Il s’agissait d’une des exigences de la Russie, mais aussi d’une demande forte des pays occidentaux.

« Le peuple ukrainien veut de l’ordre, assure le président par intérim Olexandre Tourtchinov. Tous ceux qui portent des armes, en dehors de la police, de l’armée et de la garde nationale, sont des saboteurs qui œuvrent contre l’Ukraine. » L’avertissement vaut aussi bien pour les groupes paramilitaires comme Pravy Sektor que pour les mouvements pro-russes qui défilent chaque week-end dans les manifestations séparatistes organisées à l’est du pays. Reste à faire appliquer la loi.
OLIVIER TALLÈS

la-croix.com

Voilà qui va dans le bon sens, non?

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Jeu 3 Avr - 11:07

Tueries de Maïdan: une "unité noire" interpellée

Les autorités ukrainiennes ont interpellé douze membres des anciennes forces spéciales antiémeutes, soupçonnés d'être impliqués dans les tueries de fin février à Kiev qui ont conduit au renversement du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, a indiqué aujourd'hui le parquet général d'Ukraine.

"Des membres d'une unité spéciale des "
Berkout" ont été interpellés," a déclaré le procureur général d'Ukraine, Oleg Makhnitski, tard hier soir à la chaîne de télévision Canal 5, sans en préciser le nombre. "Il s'agit d'une unité baptisée unité noire", dédiée aux opérations spéciales (...) qui a distribué des armes, dont des fusils de snipers", a poursuivi le responsable.

Interrogé, le porte-parole du parquet général d'Ukraine Vassil Zorya a précisé que 12 personnes au total avaient été arrêtées au cours de cette opération. D'autres membres de cette unité sont en cours d'identification, a de son côté ajouté le procureur à la télévision. Le procureur général adjoint, Oleksi Baganets, a précisé que les suspects avaient affirmé que leur tâche était uniquement de permettre aux forces classiques des "Berkout", non armées, de se dégager face aux assauts des manifestants. "Mais nous ne les croyons pas", a-t-il souligné.

Les manifestations pro-européennes sur le Maïdan, la place de l'indépendance au coeur de la capitale ukrainienne, avaient dégénéré en violences du 18 au 20 février. Près de 90 contestataires avaient été tués. Le procureur général, le ministre de l'Intérieur et le chef des services de sécurité devaient présenter jeudi à la mi-journée les premières conclusions de l'enquête sur ces tueries qui ont débouché sur le renversement et la destitution du président Ianoukovitch et son remplacement par un régime provisoire pro-européen.

lefigaro.fr

Et on dira encore que ce sont des "gens" payé par les extrémistes nazis . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Jeu 3 Avr - 12:41

Si on en doutait encore:

Tuerie de Maïdan : des agents des services russes impliqués

lemonde.fr

Ukraine: l'ordre criminel sur le Maïdan aurait été donné par Ianoukovitch

lacote.ch

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Ven 4 Avr - 12:18

Matt a écrit:Il semblerait que ce "retrait" soit plus un bluff qu'autre chose. L'OTAN ne constate pas de diminution des militaires à la frontière.

Contre la fédéralisation
L'Ukraine veut une décentralisation accrue

Le gouvernement ukrainien a décidé une décentralisation accrue, idée soutenue par les Occidentaux mais bien en retrait de la «fédéralisation» prônée par la Russie, selon un communiqué publié mercredi sur le site du gouvernement.

Voilà qui va dans le bon sens, non?
Cela va dans le bon sens, c'est une solution que j'avais déjà suggérée précédemment. Le tout est de trouver une solution durable et acceptable pour un Etat afin de recréer le ciment social nécessaire à la vie en commun des populations ukrainophones et russophones, ciment que la corruption a détruit.
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Ven 4 Avr - 12:55

La corruption et la propagande aussi!

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Sam 5 Avr - 0:59

Matt a écrit:La corruption et la propagande aussi!
Je ne pense pas que la propagande a détruit le ciment social : elle a trouvé un terrain favorable dans une société qui n'était plus soudée.
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Sam 5 Avr - 1:21

L'Ukraine s'enfonce de plus en plus dans la crise économique et financière. La hryvna a clôturé quasiment à 15,90 pour 1 euro ce 4 avril contre 15,65 le 3 avril ! Le 4 janvier, 1 euro s'échangeait à 11,17 hrynas...

De là résulte la nécessité de trouver une solution diplomatique à cette crise dans les meilleurs délais.

L'agence Moody's abaisse encore la note de l'Ukraine

(Belga) L'agence d'évaluation financière américaine Moody's a de nouveau abaissé vendredi la note de solvabilité de l'Ukraine, de "Caa2" à "Caa3", en raison de l'"escalade" de la crise politique dans le pays.
Moody's, qui avait déjà pris une décision similaire fin janvier, n'exclut pas à moyen terme un nouvel abaissement de la note de la dette ukrainienne, qui reste dans la catégorie des investissements spéculatifs, a-t-elle ajouté dans un communiqué. (Belga)
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 43 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 23 ... 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum