Vers la révolution

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 4 Déc - 13:03

Ukraine: le Premier ministre met en garde contre "l'escalade" dans la crise


Le Premier ministre ukrainien, conforté par le rejet d'une motion de défiance visant son gouvernement, doit présider mercredi matin un conseil des ministres, alors que la mobilisation dans la rue ne montre aucun signe d'affaiblissement. (c) Afp

Kiev (AFP) - Le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a appelé mercredi l'opposition à "arrêter l'escalade" des tensions politiques après le refus du gouvernement de signer l'association avec l'Union européenne.

"Le Parlement a exprimé hier la confiance au gouvernement. C'est un fait que l'opposition et nos partenaires à l'étranger doivent accepter. J'appelle à arrêter l'escalade de la tension politique", a déclaré M. Azarov en ouvrant le conseil des ministres, le premier depuis le début des manifestations contre le pouvoir.

La veille, le Parlement, dominé par le Parti des régions au pouvoir, a rejeté une motion de défiance contre le gouvernement déposée par l'opposition. Celle-ci accuse M. Azarov d'avoir "vendu l'Ukraine à la Russie" et d'être personnellement responsable des violences policières contre les manifestants pro-européens.

"Je veux dire aux gens: vos leaders vous poussent à un crime. Ils vont se réfugier derrière leur immunité parlementaire et vous n'avez pas moyens de vous réfugier", a-t-il poursuivi alors que des milliers de personnes continuent de manifester à Kiev.

Il a répété que des délégations ukrainiennes allaient se rendre mercredi à Bruxelles pour poursuivre les négociations sur un accord d'association et à Moscou pour relancer les relations commerciales.

"La raison qui a été à l'origine des protestations dans la rue n'existe plus", a-t-il affirmé.

Les manifestations sans précédent depuis la Révolution orange de 2004 ont été déclenchées par la volte-face du pouvoir qui a refusé, sous la pression de la Russie, de signer à la dernière minute l'accord d'association avec l'UE en préparation depuis trois ans.
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20131204.AFP4115/ukraine-la-mobilisation-continue-malgre-l-echec-d-une-motion-de-defiance.html

Ben tient et qui joue la provocation:

Ukraine: l'université sommée de fournir les noms des étudiants qui ont manifesté

KIEV - L'Université de Kiev à été sommée de fournir les listes d'étudiants susceptibles d'avoir pris part aux manifestations pro-européennes et contre le pouvoir, a rapporté mercredi le quotidien en ligne Ukraïnska Pravda.

Le parquet général demande à la direction de l'Université de fournir d'urgence des informations concernant les étudiants et les professeurs absents des cours entre le 29 novembre et le 2 décembre, écrit Ukraïnska Pravda.

Le site publie un fac-similé de l'ordre du parquet.

Celui-ci ordonne également de donner les noms des instigateurs et militants qui ont appelé les étudiants à participer à des actions de protestation de masse.

Il demande si des mesures ont été prises pour interdire aux étudiants d'y participer et si oui lesquelles.

La police a violemment dispersé dans la nuit de vendredi à samedi une manifestation sur la place de l'Indépendance, haut lieu de la Révolution orange en 2004 qui a porté au pouvoir des pro-occidentaux.

Les violences ont fait plusieurs dizaines de blessés, principalement des étudiants.

Les manifestations, sans précédent depuis la Révolution orange de 2004, ont été déclenchées par la volte-face du pouvoir qui a refusé, sous la pression de la Russie, de signer à la dernière minute l'accord d'association avec l'UE en préparation depuis trois ans.

Le procureur général Viktor Pchonka a pour sa part fait état de nombreux cas de violation de la loi lors des manifestations, selon un communiqué disponible sur le site du parquet.

Il a cité à titre d'exemple l'occupation de la mairie et de la Maison des syndicats, le siège du gouvernement, les appels à prendre d'assaut l'administration présidentielle et les routes bloquées.

Ces agissements n'ont rien à voir avec des manifestations pacifiques. Ce sont des violations de la loi passibles de poursuites, souligne-t-il.

Le Premier ministre ukrainien Mykola Azarov a mis jeudi en garde l'opposition contre l'escalade des tensions politiques en estimant qu'il n'y avait plus de raison de manifester.

(©️AFP / 04 décembre 2013 11h38)

http://www.romandie.com/news/n/_Ukraine_l_universite_sommee_de_fournir_les_noms_des_etudiants_qui_ont_manifeste70041220131141.asp?

Pas très "coopératif" comme attitude!! Evil or Very Mad 

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 4 Déc - 16:56

En Ukraine, les autorités menacent les manifestants de poursuites

Les autorités durcissent le ton en Ukraine. Au lendemain du rejet de la motion de défiance au Parlement, le chef du gouvernement a clairement averti les manifestants que des poursuites pouvaient être déclenchées à leur encontre.

L’Université de Kiev sommée de donner des noms

Le parquet de Kiev a, par exemple, demandé aux universités de fournir les noms des étudiants et des professeurs ayant participé aux rassemblements ces derniers jours.
3000 personnes ont à nouveau manifesté place de l’Indépendance, ce mercredi matin, plusieurs centaines d’entre elles ont tenté de bloquer le siège du gouvernement.
“Le peuple lutte pour ses droits. Ici, il y a beaucoup de jeunes, qui se projettent dans le futur, qui pensent à leur avenir, à l’avenir de leur pays, un avenir en Europe. Ils défendent leurs droits”, indique l’un d’entre eux.

Des manifestants placés en détention arbitraire

Les autorités auraient, d’ores et déjà, mis leurs menaces à exécution. Une dizaine de manifestants seraient en détention provisoire au terme d’arrestations qualifiées “d’arbitraires”, par leurs proches.
“Certaines forces politiques, sans propositions concrètes, poussent les manifestants à la violence, à l’occupation illégale des bâtiments administratifs et au blocage du fonctionnement des institutions. C’est un délit criminel”, a déclaré le Premier ministre.

Ianoukovitch en Chine, une délégation à Bruxelles d’après le Premier ministre

Pour Mykola Azarov, les raisons de protester n’existent plus.
Le débat semble clos aussi pour le président, Viktor Ianoukovitch, parti en déplacement officiel en Chine.
Une délégation devrait se rendre à Moscou pour discuter du partenariat économique, une autre serait attendue à Bruxelles d’après le Premier ministre. Une information qui n’a pas été confirmée par l’Union européenne.

Copyright ©️ 2013 euronews
http://fr.euronews.com/2013/12/04/en-ukraine-les-autorites-menacent-les-manifestants-de-poursuites/

Pas de commentaire nécessaire là-dessus!! Evil or Very Mad

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 4 Déc - 17:22

Alors là, personne ne l'attendait:

Contestation/Ukraine: soutien d'ex-présidents

Les présidents ont exprimé dans une lettre ouverte leur "solidarité avec les actions pacifiques" des manifestants de Kiev.

Les trois ex-présidents de l'Ukraine ont apporté aujourd'hui leur soutien à la contestation pro-européenne, soulignant le risque de "conséquences graves" de cette crise pour la souveraineté de l'ex-république soviétique tiraillée ente l'UE et la Russie.

"Nous exprimons notre solidarité avec les actions pacifiques des centaines de milliers de jeunes Ukrainiens", écrivent Léonid Kravtchouk, Léonid Koutchma et Viktor Iouchtchenko dans une lettre ouverte. "La crise politique profonde qui se développe en Ukraine risque d'avoir des conséquences graves pour l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine", poursuivent-ils.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/12/04/97001-20131204FILWWW00400-contestationukraine-soutien-d-ex-presidents.php

Et:

http://www.bfmtv.com/international/ukraine-trois-anciens-presidents-soutiennent-contestation-660212.html

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Jeu 5 Déc - 10:29

Ukraine: un haut responsable n'exclut pas de discuter d'élections anticipées

KIEV - Un haut responsable ukrainien proche du président Viktor Ianoukovitch a déclaré ne pas exclure que la question d'élections anticipées soit discutée dans des pourparlers avec l'opposition, dans un entretien diffusé jeudi par la télévision Kanal 5.

Nous devons mener des pourparlers, nous asseoir à la table des négociations, et en discuter quand seront présentées des propositions, a déclaré le premier vice-Premier ministre, Serguï Arbouzov, dans un entretien mis en ligne sur le site de la chaîne.

Le responsable répondait à une question d'un journaliste qui voulait savoir si le pouvoir était prêt à parler avec l'opposition de l'une de ses principales revendications, l'organisation d'élections anticipées présidentielle et législatives.

M. Arbouzov a fait cette déclaration mercredi soir, à la veille de l'ouverture jeudi à Kiev d'un sommet ministériel de deux jours de l'OSCE, prévu de longue date mais qui risque d'être dominé par la crise politique en Ukraine et des échanges tendus entre Russes et Occidentaux qui s'accusent mutuellement d'ingérence dans cette ancienne république soviétique.

L'opposition ukrainienne, qui a fait une démonstration de force dimanche dernier avec plus de 100.000 personnes dans les rues de Kiev et des dizaines de milliers dans d'autres villes du pays, proteste depuis près de deux semaines contre la suspension par le pouvoir du processus d'association avec l'Union européenne, au profit de la coopération avec la Russie.

Le refus vendredi dernier au sommet de Vilnius du président Viktor Ianoukovitch de signer un accord d'association avec l'UE, en préparation depuis trois ans, a déclenché la mobilisation, et des milliers de manifestants continuent d'occuper la place de l'Indépendance au centre de Kiev depuis lors.

Une trentaine de délégations seront présentes à la réunion de l'OSCE, dont le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle, et les responsables de plusieurs pays de l'UE dont la Pologne, liée historiquement à la partie occidentale de l'Ukraine et en pointe dans les efforts pour arrimer ce pays à l'Europe.

John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, a annulé sa présence à la réunion de l'OSCE. Mais, en visite mercredi en Moldavie, il a apporté un soutien appuyé à l'opposition ukrainienne, en déclarant que les Ukrainiens devaient avoir la possibilité de choisir (leur) avenir.

Ses déclarations se heurtent à celles du ministre russe, Sergueï Lavrov, qui a accusé la veille les Occidentaux d'envoyer un mauvais message aux Ukrainiens.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, arrivé à Kiev mercredi soir, y a eu des entretiens avec les chefs de l'opposition, et a pris un bain de foule sur la place de l'Indépendance, parmi les manifestants.

Nous sommes ici en tant qu'Européens chez les Européens. Les portes de l'Union européenne restent ouvertes, a-t-il déclaré.

Le président Ianoukovitch, se trouve en Chine, où il a décidé de ne pas annuler une visite malgré la crise dans le pays, et devrait faire escale au retour à Moscou.

(©AFP / 05 décembre 2013 07h49)


http://www.romandie.com/news/n/_Ukraine_un_haut_responsable_n_exclut_pas_de_discuter_d_elections_anticipees74051220130750.asp?

Va finir par y arriver, mais alors, qui au pouvoir?
Yatseniuk? Klichtko? Certainement pas des leaders de Svoboda j'espère . . .

Les opposants ukrainiens reçoivent des soutiens de poids

En Ukraine, la place de l'indépendance dans le centre de Kiev est toujours noire de monde. Mercredi, les manifestants étaient encore des dizaines de milliers à protester contre le gouvernement. L'opposition a reçu des soutiens de poids.

Jusqu'ici, ils étaient restés plutôt modérés et prudents. Mais mercredi, plusieurs personnalités se sont positionnées sur la crise ukrainienne.
A l'intérieur du pays d'abord, puisque les 3 anciens présidents ukrainiens qui se sont succédés à la tête du pays après son indépendance se sont dits solidaires avec les manifestants dans une lettre ouverte.

Les Etats-Unis aussi, avec la déclaration du secrétaire d'Etat John Kerry, qui était mercredi en Moldavie. Selon lui "les Ukrainiens devraient avoir la possibilité de choisir leur avenir".

Autre soutien, plus fort : celui du ministre des Affaires étrangères allemand Guido Westerwelle. Déjà à Kiev, pour une réunion de l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, il a rencontré des dirigeants de l'opposition.

Ensuite, il a pris un bain de foule avec eux sur la place de l'indépendance, là où sont organisées les manifestations. Devant la presse, il a expliqué que les portes de l'Union européenne restaient ouvertes.

C'est dans ce contexte que s'ouvre ce jeudi la réunion de l'OSCE. Prévue de longue date, elle a été maintenue, malgré la crise.
Elle pourrait donner lieu à des échanges tendus entre Russes et Européens, qui s'accusent mutuellement d'ingérence en Ukraine.

Aline Wavreille






RTBF:
http://www.rtbf.be/info/monde/detail_les-opposants-ukrainiens-recoivent-des-soutiens-de-poids?id=8150443

Le Canada parle démocratie en Ukraine

Le Canada aidera l'Ukraine à s'engager sur la voie de la démocratie en dépit de son rapprochement avec la Russie et des récentes violences, a annoncé mercredi le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, de passage à Kiev.

Le ministre promet d'envoyer deux douzaines d'observateurs électoraux pour les élections partielles en Ukraine prévues le mois prochain, un an après que le Canada eut dépêché 500 observateurs pour les élections législatives.

« Nous nous sommes engagés à travailler avec les gens de l'Ukraine dans leur développement démocratique et c'est un engagement à long terme », a assuré le ministre Baird aux journalistes dans la capitale de l'Ukraine, théâtre de violentes manifestations depuis plusieurs jours.

Le ministre veut profiter de sa visite en Ukraine pour s'adresser aux autorités et leur faire comprendre que leurs actions « ne sont pas conformes aux normes démocratiques ».
« Nos aspirations pour ce peuple sont la prospérité, la croissance économique et les valeurs de la démocratie, le droit de la personne, le droit d'avoir des manifestations sans violence », a-t-il confié à au correspondant de Radio-Canada en Russie, Jean-François Bélanger.

John Baird est en Ukraine dans le cadre de la réunion annuelle des 57 États membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Le Canada, comme les États-Unis, y a le statut d'État associé.

Crise en Ukraine

L'Ukraine est en crise depuis que le président, Viktor Ianoukovitch, a pris la décision vendredi dernier de ne pas signer l'accord d'association et de libre-échange qui était en négociation depuis des mois avec l'Union européenne (UE).

Les forces pro-européennes, dont fait partie l'opposition, manifestent en grand nombre depuis, ce qui a entraîné une répression violente de la part des policiers au cours des derniers jours.
Mercredi, le ministre Baird a rencontré son homologue ukrainien, le ministre Leonid Kozhara, le déconseillant de ne pas signer l'accord. M. Baird lui a demandé d'assurer que les responsables de la violence, en particulier contre les étudiants et journalistes, soient traduits en justice avec un « processus indépendant pour arbitrer » leurs crimes.

John Baird a également rencontré des représentants de la société civile et des dirigeants de l'opposition, comme l'ancien boxeur Vitali Klitschko, qui demande plus que seulement du soutien moral de la part de la communauté internationale.

Le ministre Baird estime toutefois que des sanctions internationales contre le président Ianoukovitch seraient prématurées. Les deux parties doivent s'engager dans un dialogue constructif, a exhorté le ministre.

Les Ukrainiens doivent choisir, dit Kerry

De son côté, le secrétaire d'État américain, John Kerry, a déclaré mercredi en Moldavie que les Ukrainiens devraient avoir « la possibilité de choisir [leur] avenir », après la suspension par le pouvoir de Kiev de la conclusion de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne.

Dans une apparente référence à la Russie, M. Kerry a critiqué les pressions exercées de l'extérieur sur les processus de décision de certains pays.

« Nous sommes convaincus que tout pays devrait être en mesure de choisir avec qui il veut s'associer, où il veut mener ses activités économiques et de quelle manière il mène ses affaires sans ingérence extérieure, et certainement sans pressions extérieures qui ont un profond impact sur le peuple », a déclaré le secrétaire d'État américain.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/12/04/006-john-baird-voyage-ukraine-democratie.shtml

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Jeu 5 Déc - 17:15


Bain de foule d'un ministre allemand à Kiev


C'était une rencontre prévue de longue date, celle des ministres des Affaires étrangères de l'OSCE, l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe.



Guido Westerwelle (à dr.) avec Vitali Klitschko

C'est pour ce sommet que le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle s'est rendu à Kiev. Mais les manifestations répétées ces derniers jours des partisans de l'opposition pro européenne ont quelque peu changé le caractère de cette visite dans la capitale ukrainienne.
A Kiev, hier soir le chef de la diplomatie allemande le ministre a rencontré à huis clos deux dirigeants de l'opposition , Vitali Klitschko, chef de l'UDAR, l'Alliance Ukrainienne pour des Réformes Démocratiques et Arsenij Iazeniouk, chef du Conseil politique du parti « Patrie ». 



Guido Westerwelle et les deux drigeants de l'opposition Klitschko (à dr.) et Iazeniouk (àg.)

A l'issue de cet entretien de 45 minutes, le ministre allemand a souligné devant les nombreux journalistes ukrainiens, russes et occidentaux que l'Europe gardait la porte ouverte pour l'Ukraine. A la question d'un journaliste voulant savoir jusqu'où va la sympathie de Guido Westerwelle pour les opposants et leurs objectifs pro-européens, le ministre a souligné ne pas vouloir s'immiscer dans les affaires intérieures du pays :

Nous ne sommes pas ici pour soutenir un parti, mais nous soutenons les valeurs européennes. Et quand nous nous engageons pour ces valeurs européennes, il est naturellement agréable de savoir qu'une grande majorité des Ukrainiens partagent ces valeurs, veulent les partager et souhaitent suivre la voie qui mène à l'Europe. Chaque Européen convaincu ne peut que s'en réjouir.

L'Europe n'est pas indifférente au destin de l'Ukraine, nous voulons voir l'Ukraine à bord du navire européen et l'offre d'association et de libre échange reste sur la table a souligné le ministre. De leur côté, les dirigeants de l'opposition Klitschko et Iazeniouk ont exprimé leur réconfort d'entendre ces paroles du chef de la diplomatie allemande et réaffirmé leur profond désaccord avec la décision du président Victor Ianoukovitch il y a une dizaine de jours de ne pas signer l'accord d'association avec l'Union européenne, accord prévu de longue date.

Ensuite, accompagné par les deux opposants, le chef de la diplomatie allemande s'est rendu sur la place « Maidan“ dans le centre de Kiev pour se rendre compte de l'ampleur du mouvement pro européen. Guido Westerwelle a déclaré être impressionné par l'enthousiasme et la détermination des dizaines de milliers de partisans qui malgré le froid manifestent leur volonté d'un rapprochement de l'Ukraine avec l'Union européenne. Les opposants exigent maintenant la démission du gouvernement pro-russe et l'organisation d'élections parlementaires et législatives anticipées.

Il était prévu que le ministre allemand rencontre le Premier ministre ukrainien Mykola Azarov, mais après avoir appris que le diplomate allemand avait rencontré les leaders de l'opposition et les manifestants sur la place « Maidan », et parlé de « porte ouverte » pour l'Ukraine, Mykola Azarov, lui a maintenu la porte de son bureau fermée !



Poignée de mains entre Guido Westerwelle et le Pemier ministre Azarov

Ce n'est que ce matin matin, avant l'ouverture de la réunion ministérielle de l'OSCE , que les deux ministres se sont brièvement salués.
Dès l'ouverture du sommet, les représentants des Etats - Unis et de l'Union européenne ont exprimé leur ferme soutien à l'opposition ukrainienne.

http://www.dw.de/bain-de-foule-de-westerwelle-%C3%A0-kiev/a-17272897

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Thuramir le Ven 6 Déc - 16:58

Tant qu'à faire et tant qu'il s'y trouve, Ianoukovitch peut négocier son asile politique en Chine ou en Russie. Il devrait sérieusement envisager la question.

Pas sûr cependant, qu'il puisse faire sortir encore longtemps son argent de ses comptes bancaires en Ukraine ou à l'étranger...
avatar
Thuramir

Messages : 2236
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Caduce62 le Dim 8 Déc - 20:36

AFP 08/12/2013 à 19:23

Ukraine: manifestations massives, une statue de Lénine déboulonnée
Plusieurs centaines de milliers d'Ukrainiens pro-européens ont réclamé dimanche à Kiev le départ du président Viktor Ianoukovitch, dans une nouvelle démonstration de force suivie de la chute très symbolique d'une statue de Lénine.

Drapeaux ukrainiens et européens en main, entre 250.000 et 300.000 manifestants ont investi la place de l'Indépendance et les rues voisines, scandant "démission!".
Les organisateurs ont affirmé que le nombre de manifestants avait "approché un million", tandis que la police a évalué le rassemblement à 60.000 personnes.
L'opposition, mobilisée depuis le refus du pouvoir de signer un accord d'association avec l'UE, a ainsi confirmé la mobilisation de la semaine précédente, la plus forte dans le pays depuis la Révolution orange qui avait porté au pouvoir les forces pro-occidentales et qui avait déjà pour centre la même place, aussi appelée Maïdan.
Elle accuse le président ukrainien, qui a tenu des négociations vendredi avec Vladimir Poutine, de vouloir jeter l'Ukraine dans les bras de la Russie.
Dans un acte de défi envers Moscou, une trentaine de manifestants a renversé une statue du leader de la révolution de 1917 Vladimir Lénine située également dans le centre et servant de point de rassemblement aux communistes locaux.
"Elargir la contestation"
Deux députés du parti ultra-nationaliste Svoboda (Liberté) ont assisté à cette scène, selon un photographe de l'AFP sur place, qui a vu les assaillants, masqués, attacher le cou de la statue de 3,4 mètres à une corde et tirer pendant dix minutes avant qu'elle ne cède.
Le député d'opposition Andriï Chevtchenko a assuré que l'acte avait été accompli par un groupe isolé sans la bénédiction du mouvement dans son ensemble.
Plus tôt dans la journée, devant les manifestants, l'un des dirigeants de l'opposition, Arseni Iatseniouk, avait de son côté appelé à "élargir la contestation" et à "bloquer le quartier gouvernemental".
Une partie des manifestants a installé plusieurs tentes près du siège du gouvernement et a commencé à ériger des barricades avec des corbeilles à fleurs dans ce quartier.
Dans le même temps, les services spéciaux ukrainiens (SBU) ont annoncé l'ouverture d'une enquête pour tentative de "prise de pouvoir" suite "aux agissements illégaux de certains hommes politiques" non désignés. De tels actes sont passibles d'une peine allant jusqu'à dix ans de prison.
Près de 20.000 opposants au pouvoir se sont par ailleurs rassemblés à Lviv, dans l'ouest du pays traditionnellement pro-européen, tandis que des rassemblements plus modestes ont eu lieu dans plusieurs villes de l'est, économiquement et culturellement plus proche de la Russie.
"Nous voulons que la justice règne pour tout le monde et que le pouvoir cesse de voler", a expliqué à l'AFP Viktor Melnitchouk, un retraité de 52 ans, dans la capitale ukrainienne.
Fabius va recevoir Klitschko
Présente sur la scène dressée place de l'Indépendance aux côtés des leaders de l'opposition, la fille de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, Evguénia, a lu un message de sa mère.
"Ne baissez pas les bras, ne faites pas de pas en arrière, ne vous mettez pas à la table des négociations avec ce pouvoir qui a le sang sur les mains", a-t-elle poursuivi.
La mobilisation s'est considérablement renforcée depuis la dispersion violente d'un campement d'étudiants, qui a fait des dizaines de blessés. Le lendemain, le 1er décembre, une manifestation monstre réunissant entre 200.000 et 500.000 personnes et émaillée d'affrontements faisant plusieurs dizaines de blessés s'était déroulée sur Maïdan.
La nouvelle manifestation s'est en revanche déroulée sans incident.
La crise politique qui agite l'ex-république soviétique de 46 millions d'habitants est encore montée d'un cran après la visite vendredi du président Viktor Ianoukovitch en Russie où il a discuté avec son homologue Vladimir Poutine de "partenariat stratégique".
La Russie a été accusée par les Européens d'avoir exercé des pressions économiques et des menaces "inacceptables" sur l'Ukraine, qui traverse une crise économique et financière, pour qu'elle renonce à l'association avec l'UE.
La Commission européenne a annoncé une visite à Kiev dans la semaine de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.
Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué de son côté qu'il recevrait à Paris l'un des leaders de l'opposition, le champion de boxe Vitali Klitschko. Ce dernier a appelé dimanche à une grève générale visant à "faire tomber le pouvoir"
"Nous avons aujourd'hui le choix entre sombrer dans une dictature corrompue et le retour à la maison, en Europe", a prévenu Mme Timochenko.
avatar
Caduce62

Messages : 3567
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Thuramir le Lun 9 Déc - 1:50

La demande du peuple est légitime, mais en ce qui concerne les propos de Ioulia Timochenko, cela s'appelle "surfer sur la vague", et cela dans son intérêt personnel quasi exclusivement.
avatar
Thuramir

Messages : 2236
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Lun 9 Déc - 9:23

Exactement.
Au fait, une question.
Il y a des "bruits" indiquant que Yanoukovitch aurait signé l'union douanière de Poutine.
C'aurait été fait sans l'aval de la Rada.
Dans ce cas, il ne tomberait pas sous le coup de la même loi que Timochenko et ne risquerait-il pas de se retrouver . . . dans la même prison qu'elle? Laughing

Pour suivre les événements en direct:
http://videoprobki.com/eng/camera/70-nezalezhnosti-majdan?c=Kyiiv

C'est la seule webcam que j'ai trouvé qui fonctionne encore.
En plus, il y a même le son.
Hier, on voyait Maidan noir de monde. Ce matin, il fait tout blanc (neige).

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Lun 9 Déc - 11:03

Ukraine: «Cela peut mener à une guerre civile»
Interview : Catherine Dehay
 

En fin de journée, des manifestants ont renversé une statue du leader de la Révolution russe de 1917, Vladimir Lénine.
AFP


Dimanche, à Kiev, ils ont été des centaines de milliers de pro-européens à manifester. Témoignage d’un Liégeois qui vit là-bas.

Marié à une Ukrainienne, le Liégeois Pierre Castermans vit depuis quatre ans à Kiev où il dispense des cours de français et anime des tables de discussion. Sa première visite dans le pays date de juillet 2004 et il était présent lors de la Révolution orange à Kiev.

Comment s’organise le quotidien sur la place de l’Indépendance ?

La population se comporte vraiment de façon exemplaire. Toute la logistique ou presque (installations de cuisines de campagne, tentes, chauffages, etc.) est assumée par la population. Chaque jour, les besoins en nourriture, en bois de chauffage, en eau, couvertures, vêtements chauds et autres sont relayés par les réseaux sociaux et certains journaux.

Des cuisiniers offrent aussi leurs services pour préparer des repas. Les habitants devant se rendre à leur travail quittent leur foyer plus tôt, font un crochet par les lieux occupés pour y déposer une casserole de soupe, des sacs de légumes, de la viande, du thé, du café, des médicaments, bref, tous les produits nécessaires et plus encore.

Mais cela ne s’arrête pas là, des avocats offrent leurs services aussi, ainsi que des médecins et des juristes… Et, détail très important aussi, des anciens membres des berkuts (les fameux Aigles des forces spéciales) et de la police, ayant choisi de rejoindre le camp des anti-Ianoukovitch, veillent en permanence à la sécurité de tous ces gens qui risquent leur vie.

La répression du mouvement risque d’être violente ?

Le pays se trouve dans un processus qui peut tout à fait mener à une guerre civile, ou tout du moins à des affrontements très violents. Toutes les forces aux mains du pouvoir sont sur le qui-vive. Les forces spéciales, la police et l’armée n’attendent qu’un signal.

Et l’opposition ?

Du côté de la contestation, on s’active aussi. Pour vous donner un exemple, une nuit, des dizaines de voitures ont bloqué les sorties de la caserne où sont logés les Aigles parce qu’il y avait encore un ultimatum concernant l’abandon par les manifestants des bâtiments administratifs occupés. On parle aussi de convoi de chars en provenance de Crimée, de l’arrivée d’autres contingents des forces spéciales en provenance de Kharkiv ou d’ailleurs.

Comment les opposants en sont-ils informés ?

Des guetteurs sont postés un peu partout sur les routes qui mènent à la capitale afin de signaler tout convoi militaire. Certains parlent même de la présence des forces spéciales russes. Une telle situation explosive peut mener à une violente répression. Les provocateurs, qui seraient plus de 5 000 rien que dans la ville de Kiev (certains avancent qu’ils seraient 20 000) sont là et payés pour ça. Tout est mis en œuvre pour que cela arrive.

Peut-on parler de nouvelle « Révolution orange » ?

Non, clairement non ! La Révolution orange est partie de contestations concernant des tricheries généralisées aux élections, alors que les événements actuels se réfèrent au changement de cap brutal du président au sujet de la signature des accords de Vilnius (processus d’association avec l’Union européenne, N.D.L.R).

Il n’y a pas vraiment de leader...

C’est une autre grande différence avec la Révolution orange. Cette fois, il n’y a pas de leaders vraiment charismatiques. Madame Tymochenko est en prison et l’ex président Iouchtchenko a perdu tout crédit auprès de la population. On ne voit pas non plus des centaines de tentes sorties d’on ne sait où, des T-shirts, des écharpes et tout le décorum de 2004 marqué aux effigies de ces deux figures de la Révolution orange. Maintenant, il s’agit de tout autre chose, même si en ligne de fond on retrouve le même leitmotiv qui est celui d’une population aspirant à s’affirmer en tant qu’européenne.

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20131208_00400748

Pas vraiment rassurant tout ça . . . Embarassed 


Des centaines de milliers d'Ukrainiens réclament le départ du président
Le Monde.fr Mis à jour le 09.12.2013 à 07h46


Une « marche du million » est organisée dimanche à Kiev pour exiger la démission du gouvernement et le rapprochement du pays avec l'Union européenne. | Sergei Grits/AP

L'opposition ukrainienne avait appelé à mobiliser plus massivement que jamais, dimanche 8 décembre, pour exiger la démission du gouvernement et le rapprochement du pays avec l'Union européenne (UE). Ses dirigeants ont placé la barre très haut en appelant à une « marche du million », et nul doute que la guerre des chiffres ne sera pas tranchée de sitôt.

Dans l'après-midi, entre 250 000 et 300 000 opposants étaient rassemblés sur la place de l'Indépendance (aussi appelée Maïdan), brandissant des drapeaux ukrainiens et européens, selon des journalistes de l'AFP. Les organisateurs ont déclaré que le nombre de manifestants avait « approché un million » alors que la police, qui sous-estime généralement l'ampleur de la contestation, a fait état de 60 000 opposants et de 15 000 manifestants pro-Ianoukovitch devant le Parlement, pas très loin de la Maïdan.

UNE STATUE DE LÉNINE RENVERSÉE

Symbole fort, des manifestants « masqués, qui brandissaient des drapeaux du parti ultranationaliste Svoboda [“liberté”] », selon un porte-parole de la police, ont renversé une statue du chef de la révolution russe de 1917, Lénine, dans le centre de Kiev. Dans une ambiance plus tendue que lors des derniers rassemblements, des groupes de manifestants ont quitté la place Maïdan pour aller se positionner devant différents bâtiments administratifs, dont les bureaux de la présidence.

Sur le terrain diplomatique, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, ont convenu d'une mission de conciliation de la représentante de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, à Kiev la semaine prochaine. L'objectif du déplacement de Mme Ashton a été discuté lors d'un entretien téléphonique, au cours duquel M. Barroso a « insisté sur la nécessité de trouver une solution politique aux tensions en Ukraine en instaurant un dialogue avec l'opposition et la société civile ».

Devant les manifestants, Arseni Iatseniouk, l'un des chefs de l'opposition, a appelé à « élargir la contestation » et à « bloquer le quartier gouvernemental ». L'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko a réclamé le départ « immédiat » du président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, dans un message lu par sa fille Evguenia devant les manifestants. « Démission ! démission ! », a scandé la foule. « Ne baissez pas les bras, ne faites pas de pas en arrière, ne vous mettez pas à la table des négociations avec ce pouvoir qui a le sang sur les mains », a-t-elle poursuivi. Les manifestants ont ensuite chanté l'hymne de l'Ukraine avec écrivains, philosophes et dignitaires religieux présents sur scène.


Evguenia, la fille de Ioulia Timochenko, lit un message de l'opposante emprisonnée réclamant le départ « immédiat » du président ukrainien, Viktor Ianoukovitch. | AP/Ivan Sekretarev

Le 1er décembre, entre 200 000 et 500 000 personnes s'étaient réunies sur cette place dans le centre de Kiev, en grande partie motivées par les images de l'assaut brutal mené par la police, la veille, contre des manifestants pacifiques.

« PARTENARIAT STRATÉGIQUE » OU UNION DOUANIÈRE ?

Cette fois-ci, la mobilisation a été amplifiée par les spéculations autour de la visite en Russie de Viktor Ianoukovitch, vendredi. Officiellement, le président ukrainien y a discuté avec son homologue russe, Vladimir Poutine, d'un « partenariat stratégique » entre les deux pays, mais l'opposition assure que les deux hommes y ont posé les bases d'une adhésion de Kiev à l'Union douanière, sorte de marché unique à destination des pays de l'ancien espace soviétique, et qui regroupe, outre la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et bientôt l'Arménie.


Des manifestants en faveur du rapprochement de l'Ukraine avec l'Union européenne sur la place de l'Indépendance à Kiev, dimanche 8 décembre. | AFP/SERGEI SUPINSKY

« Ce terme d'“Union douanière” sonne très inoffensif, mais pour nous il résonne comme Union soviétique », expliquait dans la matinée de dimanche Oleh Vitalyuk, un manifestant venu en bus de Lviv, dans l'ouest ukrainophone du pays. Posté sur l'une des barricades érigées pour défendre la place, cet étudiant expliquait surtout vouloir « se battre jusqu'au bout pour que l'Ukraine devienne un pays civilisé, où règne l'Etat de droit et non la corruption organisée ».
Kiev et Moscou ont démenti que le sujet ait même été abordé, mais l'opposition, qui a reçu ces derniers jours des soutiens appuyés des Européens, a accusé le pouvoir d'avoir « vendu » le pays à Vladimir Poutine.
Lire aussi : A Kiev, la cure de jouvence révolutionnaire de Mikheïl Saakachvili

LES ARGUMENTS ÉCONOMIQUES DE MOSCOU

Il faut dire que le président Ianoukovitch dispose d'une marge de manœuvre étroite. Le choix entre Union douanière et Union européenne n'est pas seulement « civilisationnel ». Kiev a besoin, et vite, d'espèces sonnantes et trébuchantes. L'Etat dispose de l'équivalent de seulement deux mois de réserves financières, et l'incertitude actuelle pousse de nombreux Ukrainiens à convertir leurs grivnas en devises étrangères, faisant planer le spectre d'une dévaluation dont les Ukrainiens connaissent les effets douloureux.

M. Ianoukovitch se trouve donc face à un dilemme majeur : l'UE a peu à offrir, principalement des réformes structurelles qui n'auront pas d'effet avant plusieurs années, et exposeront le pays aux représailles commerciales de la Russie ; celle-ci, par l'arme du gaz et la possible attribution d'un prêt, dispose d'une force de frappe bien plus importante.

Mais Moscou ne se contente pas du refus de M. Ianoukovitch de signer l'accord d'association avec l'UE. Elle demande l'adhésion du pays à l'Union douanière. Une telle démarche placerait non seulement des pans entiers de l'économie ukrainienne à la portée des appétits russes, mais elle diviserait également le pays et pousserait à une radicalisation de la contestation.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/08/en-ukraine-l-opposition-appelle-a-une-mobilisation-massive_3527504_3214.html

L'ours ne laissera pas filer l'Ukraine dont il a tant besoin . . . Evil or Very Mad

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Invité le Lun 9 Déc - 11:06

Thuramir a écrit:La demande du peuple est légitime, mais en ce qui concerne les propos de Ioulia Timochenko, cela s'appelle "surfer sur la vague", et cela dans son intérêt personnel quasi exclusivement.
Tt à fait de cet avis ! study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Lun 9 Déc - 12:01


Les oligarques ukrainiens pourraient lâcher Ianoukovitch

Les oligarques ukrainiens, poussés dans l'ombre par la domination du "clan" du président Viktor Ianoukovitch, donnent des signes d'impatience et pourraient devenir dangereux pour son régime, notamment grâce à leurs médias, estiment les analystes.

 Les téléspectateurs ukrainiens ont ainsi pu voir les images choquantes de violences policières contre des manifestants, du jamais vu en Ukraine, sur les chaînes de télévision contrôlées par ces puissants hommes d'affaires et jusqu'ici loyales.

Qu'il s'agisse de la chaîne Inter liée au magnat de la chimie Dmitri Firtach, ou de la chaîne Ukraïna de Rinat Akhmetov, homme le plus riche d'Ukraine et sponsor du parti au pouvoir, on y donne la parole aux manifestants pro-européennes et anti-régime. "Toutes les chaînes qui appartiennent aux +vieux oligarques+ font une couverture complète et objective des manifestations", souligné l'experte Natalia Ligatcheva qui s'occupe du monitoring des chaînes de télévision. "Cela laisse supposer que certains oligarques pourraient soutenir des changements dans le pays", ajoute Mme Ligatcheva. "Il n'y a que les télévisions russes qui sont restées pro-Ianoukovitch. Les chaînes ukrainiennes appartenant aux hommes d'affaires qui dépendent du président montrent une objectivité digne de respect. Cela rend optimiste les opposants qui savent ce que (ces magnats) risquent en cas d'échec de la contestation", écrivait samedi l'influent hebdomadaire Dzerkalo Tyjnia. Les chaînes ICTV et STB contrôlées par Viktor Pintchouk, deuxième fortune d'Ukraine et gendre de l'influent ex-président ukrainien Léonid Koutchma, font pour leur part la promotion de Vitali Klitschko, un des leaders de l'opposition. Parrain politique de Viktor Ianoukovitch qui fut son Premier ministre au début des années 2000, Léonid Koutchma a co-signé la semaine dernière contre toute attente avec deux autres ancien présidents ukrainiens une déclaration prenant le parti des manifestants pro-européens. "Ce geste pourrait être interprété comme un avertissement ou un défi lancé par les vieux oligarques", estime l'analyste politique Taras Berezovets, directeur du groupe Berta Communications. Connu pour sa galerie d'art contemporain à Kiev et pour la conférence internationale qu'il organise tous les ans à Yalta, sur les bords de la mer Noire, sur "le choix européen" de l'Ukraine, M. Pintchouk est de loin celui des milliardaires à la meilleure réputation. "Il pourrait faire jouer ses relations internationales comme Tony Blair (ex-Premier ministre britannique) ou Bill Clinton (ex-président américain) au profit de l'opposition", estime M. Berezovets. Selon cet expert, les oligarques, tout puissants sous le pouvoir précédent, ont vu leurs positions faiblir après l'arrivée au pouvoir en 2010 de Viktor Ianoukovitch et l'émergence d'un nouveau clan politico-financier, surnommé "la famille".

Hormis le chef de l'Etat lui-même, c'est son fils aîné Olexandre qui est considéré comme la figure centrale du clan dont font partie le premier vice-Premier ministre Serguï Arbouzov, 37 ans, et le ministre de l'Intérieur Vitali Zakhartchenko. Celui-ci est accusé par l'opposition d'avoir ordonné les violences policières contre les manifestants. L'homme d'affaires en vue de ce clan est le jeune magnat du pétrole Serguï Kourtchenko, 28 ans. Selon la députée Inna Bogoslovska, qui a fait défection du Parti des régions de M. Ianoukovitch, les mêmes lignes de fracture traversent la majorité politique de l'actuel président. Selon elle "90% des députés (de la majorité) en veulent au pouvoir, sont humiliés".

Même si les oligarques gardent pour l'instant profil bas, la situation peu rapidement changer si la contestation persiste, disent les analystes. "Les oligarques ne se précipitent pas pour soutenir ouvertement Maïdan, cela entraînerait de gros risques même pour les plus puissants", souligne le politologue ukrainien indépendant Volodymyr Fessenko. Mais pour l'expert économique Olexandre Joloud, "on ne peut pas exclure un conflit" ouvert entre les "vieux oligarques" et le clan au pouvoir.

http://www.lequotidien.lu/international/51212.html

J'avais déjà posté un article dans ce sens la semaine passée . . .


À Kiev, le manifestant le plus surréaliste de tous



On attend la vidéo avec impatience...

À Kiev, les manifestations contre le gouvernement du président Ianoukovitch ne connaissent pas de trêve (retrouvez une analyse de la situation en cliquant ici). Tous les moyens sont bons pour manifester, y compris les plus insolites. On ne sait trop comment, un piano, aux couleurs du drapeau ukrainien (le bleu et le jaune qui rappellent aussi le drapeau européen), a été installé dans les rues de Kiev. Une idée insolite qui donne lieu à une photo qui l'est tout autant. Le cliché se répand à toute vitesse sur les réseaux sociaux en cette fin de week-end.













http://www.lalibre.be/light/insolite/a-kiev-le-manifestant-le-plus-surrealiste-de-tous-52a48eb43570f96638c8e5b0

L'imagination au pouvoir? Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Thuramir le Lun 9 Déc - 13:24

Si les manifestants relâchaient la pression, il ne fait aucun doute que le pouvoir entamerait une nouvelle répression feutrée mais réelle, loin des caméras et de la presse: arrestation des participants sous les prétextes de dégradation de biens publics, de rébellion pour n'avoir pas obtempéré aux ordres de dispersion des forces de l'ordre, de troubles à l'ordre public, de coups et blessures envers des forces de l'ordre, etc.

Confiance dans la clique mafieuse de Ianoukovitch = zéro.

Ianoukovitch et ses sbires feraient bien de se tenir à carreau, car les répressions excessives sur la personne des manifestants peuvent les mener à être jugés par la Cour Pénale Internationale à La Haye pour crimes graves, sur le même pied que certains dirigeants africains. Il s'y retrouverait entre "collègues" chefs d'Etat.

Si Ianoukovitch a signé la convention d'union douanière avec la Russie, sans la ratification par la Rada, sa signature ne produit pas d'effets juridiques internes en Ukraine, ladite convention n'ayant pas d'effet direct sans ratification par la Rada.

Par contre, signer une convention internationale est de la compétence du chef d'Etat et la ratification est toujours faite a posteriori (on ratifie un engagement et pas un projet d'engagement). Il est donc normal qu'un chef d'Etat signe une convention avant de la soumettre à l'approbation du parlement de son pays. Le parlement du pays en question reste libre d'approuver ou de ne pas approuver la convention signée.

Une convention internationale signée et non ratifiée continue à exister comme convention internationale, mais elle ne sort pas d'effets. Le parlement peut toujours se raviser et approuver la convention quelques mois ou quelques années plus tard, ou jamais...

La différence avec Timochenko est celle-ci s'est servie du sceau du conseil des ministres pour se donner le pouvoir de signer un document qui n'avait pas été approuvé préalablement par ledit conseil des ministres, en faisant apparaître l'existence d'une soi-disant délibération de ce conseil des ministres, d'où la prévention de faux en écritures publiques qui lui a été reprochée à juste titre.
avatar
Thuramir

Messages : 2236
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Lun 9 Déc - 16:07

Il semblerait que Yanoukovitch soit favorable à une négociation avec l'opposition.
J'attend plus de précisions à ce sujet.

D'un autre côté, les forces de "l'ordre" (mais lequel?) auraient cerné la zone du centre ville (Maidan) (pour empêcher les manifestants de fuir?).
A confirmer aussi.

Merci pour ces précisions Thuramir.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Lun 9 Déc - 17:10

Escalade de la tension dans les rues de Kiev malgré les annonces de pourparlers


La présidence ukrainienne a fait savoir ce lundi 9 décembre que Vickor Ianoukovich était d'accord pour des pourparlers avec l'opposition, comme le lui ont proposé trois de ses prédécesseurs à la tête de l'Etat, Leonid Koutchma, Leonid Kravtchouk et Victor Ioutchenko. Les quatre hommes vont se réunir pour en discuter dès demain à Kiev. L'annonce de ces futurs pourparlers est-elle de nature à calmer la rue ? Y-a-t-il un tournant dans la crise ukrainienne ? Ces dernières heures, la police anti-émeutes a pris position aux abords de la mairie de la capitale.



Les forces spéciales anti-émeutes bloquent la plupart des accès au centre de Kiev. REUTERS/Gleb Garanich

Avec notre envoyée spéciale à Kiev, Anastasia Becchio

A en juger par ce qui se passe en ce moment dans les rues de Kiev, cette annonce de négociations ne risque pas de faire baisser la tension qui est très vive. Les manifestants ne font plus confiance au président Ianoukovitch et redoutent une dispersion par la police, qui est déployée en masse autour du centre.

La sécurité a été renforcée autour des barricades. Des manifestants casqués se tiennent en alerte. Juste en face, des cordons de policiers avec des boucliers se sont mis en travers de la principale artère de Kiev qui mène à la place de l’Indépendance et notamment tout près de la maison des syndicats où des manifestants campent depuis une semaine et sont en alerte maximale. D'autant que ces derniers jours, un tribunal a conclu à l'illégalité de l’occupation des locaux administratifs.

On s’attend donc ici à une dispersion. Les femmes ont été évacuées du bâtiment et une centaine d’hommes se tiennent prêts à résister en cas d’attaque des forces de l’ordre. Sous la neige, le face-à-face tendu avec la police se poursuit. Des centaines de manifestants scandent des slogans appelant les forces de l’ordre à passer du côté du peuple.

La tension est montée d’un cran lorsque des camions militaires ont été aperçus tout près de la place de l’Indépendance vers laquelle des centaines de personnes continuent d’affluer et où des prêtres célèbrent un office d’action de grâce.

http://www.rfi.fr/europe/20131209-ukraine-table-ronde-opposition-koutchma-kravtchouk-ioutchenko

Confirmation donc de ce que j'avais vu plus tôt cet après-midi.  Embarassed 

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mar 10 Déc - 17:50

Ukraine: la police met la pression avant l'arrivée d'Ashton



Kiev (AFP)

Les forces de l'ordre ukrainiennes ont mis sous pression les manifestants d'opposition en les repoussant du quartier gouvernemental, causant quelques blessés et suscitant une mise en garde de la chef de la diplomatie de l'UE, attendue mardi à Kiev.

Catherine Ashton, qui doit selon les services de l'UE rencontrer le président Viktor Ianoukovitch vers 13H00 GMT, entame une mission de conciliation de deux jours.
L'UE a souligné qu'il ne s'agissait pas d'une "médiation formelle", tâche qui revient "aux forces politiques ukrainiennes".

Avant son arrivée, la représentante de la diplomatie de l'UE a dit redouter que la pression accrue des forces de l'ordre sur l'opposition, qui occupe la place centrale de Kiev depuis plus de deux semaines, ne fasse "dérailler" la recherche d'une sortie de crise.

Les forces de l'ordre ont commencé lundi en fin d'après-midi à déloger les manifestants qui avaient monté une semaine plus tôt des barricades dans le quartier abritant administration présidentielle, gouvernement et parlement.

Des heurts ont éclaté peu après 03H00 du matin (01H00 GMT) lorsque les policiers ont repoussé les manifestants qui tenaient une barricade à proximité de la présidence, a constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont fait usage de leurs matraques contre les manifestants, dont plusieurs sont blessés à la tête.

Selon le parti d'opposition Svoboda, dont des représentants étaient sur place, dix manifestants ont été blessés, dont un a des côtes cassées. Le journaliste de l'AFP a vu trois policiers blessés.

"ils vont aller jusqu'au bout"

Le quartier gouvernemental est désormais totalement vidé des barrages de l'opposition, dont les manifestants ont été repoussés sur la place de l'Indépendance et une partie du boulevard Krechtchatik voisin, sous forte surveillance policière.

Mardi matin, environ 300 manifestants restaient regroupés sur la place, plus les occupants des tentes qui y ont été plantées, sous la neige et par des températures tombées à -7 degrés.
"Je suis inquiet", a indiqué à l'AFP Olexandre Frolov, 48 ans, qui vient tous les matins sur la place de l'Indépendance avant d'aller au travail. "Ce sont des bandits, ils ne laisseront pas le pouvoir comme ça. Ils vont aller jusqu?au bout", a-t-il poursuivi au sujet du pouvoir en place. Comme la veille, la police a fermé les stations de métro desservant la place de l'Indépendance, officiellement pour une alerte à la bombe.

Lundi, des perquisitions musclées ont en outre été menées dans les locaux du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, Batkivchtchina.
Selon l'organisation, les policiers ont confisqué ses serveurs informatiques et du matériel lui appartenant ainsi qu'à trois médias d'opposition partageant ses locaux.
Union Reporters sans frontières a dénoncé "des atteintes graves à la liberté de l'information".

Le président ukrainien, dont l'opposition demande le départ depuis qu'il a renoncé à un accord avec l'UE au profit d'un rapprochement avec Moscou, avait pourtant esquissé un geste d'ouverture en acceptant des pourparlers avec l'opposition.

Pour poser les bases de ce dialogue, il doit rencontrer mardi les trois ex-présidents ukrainiens, dont son rival sorti vainqueur de la Révolution orange de 2004 Viktor Iouchtchenko, et celui dont il fut le Premier ministre au début des années 2000, Leonid Koutchma.

Le premier président de l'Ukraine indépendante, Léonid Kravtchouk, à l'initiative de ces rencontres destinées à trouver un "compromis" avec l'opposition, selon la présidence, sera présent.
Mobilisée depuis près de trois semaines, l'opposition a réuni dimanche des centaines de milliers de personnes dans la rue, dans une nouvelle démonstration de force.
L'opposition estime que M. Ianoukovitch prépare en secret l'entrée de l'Ukraine, en grande difficulté économique et financière, dans l'Union douanière établie par Moscou avec d'anciennes républiques soviétiques.

La mobilisation a été renforcée par les violences que les forces anti-émeutes sont accusées d'avoir commises contre de jeunes manifestants le 30 novembre. Lundi, le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a appelé le président Viktor Ianoukovitch pour lui dire sa "profonde inquiétude" quant à une possible flambée de violence.

http://www.nicematin.com/monde/ukraine-la-police-met-la-pression-avant-larrivee-dashton.1548327.html

 

Ianoukovitch, l’orange pressée

Combien de temps la situation en Ukraine peut-elle encore durer ? Combien de temps le président Viktor Ianoukovitch peut-il tenir face à la pression de la rue et contenir la révolution en train de couver sous ses fenêtres ? Hier, la mobilisation est encore montée d’un cran. Non contents de camper depuis plusieurs semaines derrière leurs barricades sur la place Maiden, les opposants pro-européens se sont également installés près du siège du gouvernement. Une nouvelle manifestation a rassemblé une foule immense dans les rues de Kiev. Depuis le grand rassemblement du 1er décembre, les violences policières, les pressions exercées sur les militants et les signes de soumission du gouvernement au géant russe n’ont fait que grossir les rangs de la contestation. Dans un ultime défi à Moscou, des militants ultra-nationalistes sont allés jusqu’à renverser la statue de Lénine.

Autre message fort de cette journée de dimanche en Ukraine, la déclaration de l’opposante Ioulia Timochenko lu à la foule par la voix de sa fille, par-delà les murs de sa prison. Un texte sans ambiguïté appelant à la démission du président et un cri du cœur demandant le retour de l’Ukraine « à la maison, en Europe ».

Si le gouvernement ukrainien a commencé par jouer la montre, il doit aujourd’hui se rendre à l’évidence. Une nouvelle Révolution orange se prépare, aussi pacifiste soit-elle, pour l’instant… La seule réponse que lui oppose Ianoukovitch est l’ouverture d’une enquête pour tentative de prise de pouvoir. Autrement dit, l’ouverture d’une chasse aux sorcières. L’Europe saura-t-elle voler au secours de ses plus fervents défenseurs qui lui rappellent chaque jour, depuis les nuits froides de Kiev, leur détermination et leur attachement à ses valeurs démocratiques face à un pouvoir qui parle couramment le Poutine et fait la sourde oreille.

http://www.lunion.presse.fr/france-monde/ianoukovitch-l-orange-pressee-ia101b0n264188

Ukraine: Les forces de l'ordre investissent le siège de Timochenko

Et la police a repoussé des manifestants qui bloquaient le siège du gouvernement...

Les forces de l'ordre ukrainiennes ont investi lundi le siège à Kiev du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, Batkivchtchina, a annoncé l'organisation politique, tandis que la police a affirmé n'être impliquée dans aucune action de ce type.

Une porte-parole a affirmé que les forces de l'ordre tentaient d'accéder aux serveurs informatiques du parti. Son site internet était inaccessible, a constaté l'AFP. Interrogée, la police locale a affirmé que ses forces ne menaient «aucune opération» dans ces locaux.

Vers une solution de compromis?

Peu avant, la police ukrainienne a repoussé des manifestants pro-européens qui bloquaient le siège du gouvernement à Kiev, renforçant la tension qui règne entre l'opposition et les autorités.  Repoussés par les forces anti-émeutes, les manifestants ont reculé le long de la rue en direction de la place de l'Indépendance, coeur de la manifestation, qui se trouve en contrebas, selon un photographe de l'AFP sur place. Aucun heurt n'a été constaté, des députés présents appelant les opposants à s'exécuter face aux demandes des forces de l'ordre. Selon des témoins, les manifestants scandaient «la police avec le peuple!».

Lundi, la situation a pourtant semblé évoluer sur le plan politique. Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a en effet accepté l'idée de pourparlers avec l'opposition afin de trouver une solution politique à la crise que traverse le pays depuis son refus d'un rapprochement avec l'UE.

Arrivée de Catherine Ashton

Viktor Ianoukovitch rencontrera dès mardi les trois ex-présidents du pays qui avaient appelé au compromis et apporté dans le même temps leur soutien au mouvement. Cette rencontre doit donc poser les bases de pourparlers réunissant pouvoir et opposition dans le but de «trouver un compromis».
Elle coïncidera par ailleurs avec l'arrivée à Kiev de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, pour une mission de conciliation avec en vue «la recherche d'une solution politique».

http://www.20minutes.fr/monde/1261051-20131209-ukraine-forces-ordre-investissent-siege-timochenko

Ukraine : l'Europe et les États-Unis tentent une médiation




Les opposants ukrainiens ont été chassés pendant la nuit des abords des bâtiments gouvernementaux. La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, et la secrétaire d'État adjointe américaine, Victoria Nulland, rencontrent cet après-midi le président ukrainien pour des négociations cruciales.

Les mines étaient graves et le froid mordant mardi matin sur la place de l'Indépendance à Kiev. Devant la scène qui orne Maidan, ils n'étaient plus qu'environ 300 manifestants pro-européens à braver les -7 degrés ambiants et la neige autour de braseros et de tentes de fortune. Ces dernières heures, les opposants au pouvoir ont encaissé un sérieux revers. Entre 3 et 4 heures du matin, les forces de sécurité ukrainiennes sont intervenues pour repousser ceux qui tenaient depuis plusieurs jours une barricade près de la présidence et du Parlement, la Rada. Les manifestants sont désormais cantonnés sur la place de l'Indépendance et sur une partie du boulevard Krechtchatik voisin, sous forte surveillance policière. Comme lundi, les trois stations de métro desservant la place de l'Indépendance sont fermées, officiellement pour une alerte à la bombe.

«J'étais sur cette barricade, ils ont pris une dizaine de personnes et repoussé beaucoup de monde», raconte Vasyl, la vingtaine, venu en bande d'Ivano-Frankovsk, dans la région de Lvov, à l'ouest du pays. Selon plusieurs témoignages, les forces de l'ordre ont utilisé leurs matraques contre les manifestants, et certains auraient été touchés à la tête. «Ils étaient environ 1500 policiers pour sortir les manifestants qui eux n'étaient pas armés» insiste un membre d'Oudar, le parti de Vitali Klitschko.

Même si les manifestants restent déterminés, les rangs se sont clairsemés sur «Euromaidan» et le coup de pression du pouvoir semble avoir fonctionné.
 
Les manifestants redoutent de nouvelles actions du pouvoir

À la Maison des syndicats, les distributions de boissons chaudes et de repas s'enchaînent, mais les manifestants qui s'y retrouvent redoutent de nouvelles actions du pouvoir. «Il reste la Maison des syndicats et la mairie encore occupées. Le pouvoir décidera-t-il ou non d'évacuer ces deux derniers foyers? s'interroge également une source diplomatique. Les événements de ces dernières heures sont en tout cas préoccupants, étant donné le caractère pacifique de ces manifestations.»

La veille déjà, la pression était montée d'un cran, avec un regain de présence policière très marqué et des perquisitions menées dans les locaux du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, Batkivchtchina.

Catherine Ashton, la représentante de la diplomatie européenne, qui doit rencontrer le président Viktor Ianoukovitch et des organisations civiles en début d'après-midi, pour une mission de conciliation de deux jours, a dit redouter que ces événements ne fassent «dérailler» la recherche d'une sortie de crise. Difficile en effet de ne pas voir dans cette concomitance une tentative d'intimidation du pouvoir destinée à arriver en position de force avant cette table ronde.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/12/10/01003-20131210ARTFIG00392-ukraine-l-europe-et-les-etats-unis-tentent-une-mediation.php

Et finalement:


Ukraine : Ianoukovitch veut faire libérer des manifestants arrêtés à Kiev



Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a déclaré, mardi 10 décembre, que les appels à la révolution lancés par l'opposition « menaçaient la sécurité nationale », lors d'une réunion à Kiev avec trois de ses prédécesseurs à la présidence, en vue de trouver une solution à la crise politique. Les manifestants de Kiev accusent M. Ianoukovitch d'avoir sabordé un accord d'association avec l'Union européenne au profit de la Russie.

M. Ianoukovitch s'entretenait avec Léonid Kravtchouk, premier président de l'Ukraine indépendante, Léonid Koutchma, dont l'actuel président fut le premier ministre, et Viktor Iouchtchenko, sorti vainqueur de la « révolution orange » de 2004. Tous trois ont apporté leur soutien à la contestation la semaine dernière. M. Ianoukovitch a également déclaré, mardi, avoir demandé de remettre en liberté certains manifestants arrêtés lors d'affrontements avec la police.

Le champion de boxe Vitali Klitschko, un des principaux opposants, s'est dit ouvert, lundi, à l'idée d'un dialogue politique avec le gouvernement, mais il réclame toujours son départ. Mardi, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, était attendue à Kiev, pour une mission de conciliation. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, reçoit quant à lui, mercredi à Paris, M. Klitschko. Une délégation du gouvernement ukrainien doit se rendre le même jour à Bruxelles pour des pourparlers sur l'accord d'association avec l'UE.

Beaucoup de parlote pour peu de résultat . . .  Embarassed 

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Caduce62 le Mer 11 Déc - 10:29

Ukraine : la place de l’Indépendance à Kiev prise d’assaut par la police
Par Les Echos | 11/12 | 08:18 | mis à jour à 08:50

Des centaines de policiers anti-émeutes ukrainiens ont lancé un assaut mercredi au petit matin contre les manifestants pro-européens qui occupent la place de l’Indépendance à Kiev, galvanisant la mobilisation de l’opposition et provoquant la réprobation des pays occidentaux.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch préfère la manière forte. Des centaines de policiers anti-émeutes ukrainiens ont lancé un assaut au petit matin mercredi contre les manifestants pro-européens qui occupent la place de l’Indépendance à Kiev, ce qui a eu pour effet de galvaniser l’opposition.
Au moins 10.000 personnes ont afflué malgré l’arrivée massive des forces de l’ordre sur cette place au coeur de la contestation née du refus du président ukrainien fin novembre le président de signer un accord d’association avec l’UE.. L’opposition a prédit « des millions » de manifestants mercredi contre le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, tandis que les Etats-Unis ont fait part de leur « dégoût » et l’Union européenne de leur « tristesse ».
Réunis par centaines pour encercler la place, les policiers ont commencé à repousser les manifestants à l’aide de leurs boucliers peu avant 01h00, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place. Ils ont franchi puis démantelé les barricades dressées sur plusieurs extrémités de la place tandis que la foule chantait l’hymne ukrainien et des prières. L’assaut, qui s’est globalement déroulé dans le calme, a néanmoins fait plusieurs blessés, dont un député d’opposition, et onze arrestations ont été effectuées, a indiqué à la presse le leader du parti nationaliste Svoboda, Oleg Tiagnibok (voir la vidéo ci-dessous). Au petit matin, les affrontements entre policiers anti-émeute et manifestants devant la mairie de Kiev ont repris. Plusieurs centaines d’hommes des forces anti-émeute se trouvaient devant le bâtiment et faisaient usage de leurs matraques contre les manifestants. Des occupants du bâtiment les arrosaient avec une lance à incendie depuis l’étage, par -10 degrés environ.

La désapprobation des Etats-Unis
La place de l’Indépendance, appelée aussi Maïdan, était déjà le symbole de la Révolution orange de 2004 qui avait abouti à l’arrivée au pouvoir de pro-européens, défaits en 2010 par Viktor Ianoukovitch. « Nous ne pardonnerons pas. Demain il y aura ici des millions de personnes et le régime coulera », a lancé Arseni Iatseniouk, du parti de l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko. Il a estimé que le président ukrainien avait « craché à la figure de l’Amérique et des 28 pays de l’UE ».
Loin d’être découragés, des milliers de manifestants ont ensuite afflué, faisant bloc pour protéger la place. « Habitants de Kiev, levez-vous, venez! », a déclaré de son côté une autre figure de la contestation, le boxeur Vitali Klitschko.
Dans une réaction très vive, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a exprimé son « dégoût », face à une décision « ni acceptable ni bonne pour la démocratie ». « La vie humaine doit être respectée. Les autorités ukrainiennes portent l’entière responsabilité de la sécurité du peuple ukrainien », a averti le chef de la diplomatie américaine.

L’UE exprime sa « tristesse »
L’opération intervient en pleine mission de conciliation de la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton , qui avait rencontré mardi pendant trois heures le président Vitkor Ianoukovitch. « J’observe avec tristesse que la police fait usage de la force pour déloger des gens pacifiques », a-t-elle réagi dans un communiqué. La délégation de l’UE en Ukraine a tenté de contacter les autorités « afin d’empêcher l’usage de la violence contre des citoyens ordinaires ».
L’opposition, qui a mobilisé dimanche des centaines de milliers de personnes à Kiev, accuse M. Ianoukovitch de préparer en secret l’entrée de l’Ukraine, en grande difficulté économique et financière, dans l’Union douanière établie par Moscou avec d’anciennes républiques soviétiques.

LES ECHOS
avatar
Caduce62

Messages : 3567
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 11 Déc - 11:07

Il est stupide!!

D'autant plus que les opposants ont repris place sur Maidan.

Quelques photos:



Après l'assaut.



Après leur retour, les opposants tentent de protéger les barricades



Beaucoup portent des cases de chantier orange . . .


On refait le coup de l'eau gelée pour gèner les forces de l'ordre.


Pendant l'assaut, la foule chantait l'hymne Ukrainien et récitait des prières.


Klitchko en première ligne

http://www.lefigaro.fr/international/2013/12/11/01003-20131211ARTFIG00371-ukraine-guerre-des-nerfs-sur-la-place-de-l-independance-a-kiev.php

Bref, pas de commentaire à faire après cette énorme bévue.


L'Ukraine veut 20 milliards d'euros d'aide

L'Ukraine a besoin de 20 milliards d'euros d'aide européenne pour signer un accord d'association avec l'UE en limitant ses conséquences pour son économie, a déclaré mercredi le Premier ministre Mykola Azarov. "Nous proposons de régler la question d'une aide financière à l'Ukraine. Nous avons défini son montant approximatif : 20 milliards d'euros", a déclaré Mykola Azarov lors du conseil des ministres, précisant qu'il n'était pas question d'une aide "à fonds perdus du budget européen" mais d'investissements.

http://www.europe1.fr/International/L-Ukraine-veut-20-milliards-d-euros-d-aide-1738739/

Histoire de mettre la pression sur les autres . . .
Chantage!!! Twisted Evil

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 11 Déc - 11:14

Victoire des opposants à la mairie de Kiev:

Ukraine: les manifestants à Kiev contraignent les policiers à quitter la mairie occupée

AFP 11 décembre 2013 à 08:21 (Mis à jour : 11 décembre 2013 à 09:58)


Heurts entre policiers anti-émeutes et manifestants, le 11 décembre 2013 place de l'Indépendance à Kiev (Photo Genya Savilov. AFP)

Les forces anti-émeute ukrainienne ont dû quitter mercredi sous la pression des manifestants les alentours de la mairie de Kiev occupée par l’opposition et qu’ils avaient tenté de prendre d’assaut, selon un journaliste de l’AFP sur place.
Les cars des forces anti-émeute ont quitté les alentours de la mairie, entourés d’une foule de manifestants, a rapporté ce journaliste. 

http://www.liberation.fr/monde/2013/12/11/ukraine-la-police-donne-l-assaut-a-la-place-de-l-independance-a-kiev_965650

Laughing 

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 11 Déc - 12:18

Si j'en crois la webcam sur Maidan, ils sont plus nombreux que les autres jours.  Laughing 
Peut-être la boulette de trop à été commise cette nuit.  Question

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Mer 11 Déc - 14:27

Confirmation:

Ukraine : la police échoue à déloger les manifestants, qui crient victoire (VIDÉO)

Par AFP

Les forces anti-émeute ukrainiennes ont dû renoncer ce mercredi à déloger du centre de Kiev des milliers de manifestants d’opposition, qui ont crié victoire et reçu le soutien d’une représentante de la diplomatie américaine.



Le Premier ministre Mykola Azarov, qui réunissait au même moment un Conseil des ministres, a de son côté affirmé que les opérations policières n’avaient en fait été destinées qu’au « déblaiement des voies publiques enneigées ». Il a assuré que l’entrée de l’Ukraine dans l’Union douanière proposée par Moscou n’était pas d’actualité, et a affirmé en revanche que Kiev était prêt à signer un accord d’association avec l’Union européenne, moyennant cependant une aide de 20 milliards d’euros en investissements.



« Le pouvoir a peur des Ukrainiens ! »

Sur la place de l’Indépendance, abandonnée par les milliers d’hommes des forces anti-émeute qui avaient tenté de la reprendre aux manifestants dans la nuit, l’opposition a crié victoire. « C’est ici que se fait le destin de l’Ukraine ! », a lancé depuis la scène installée sur la place, parmi les tentes et les barricades, un des leaders de l’opposition, Arseni Iatseniouk. « Nous l’avons fait ! », a lancé le leader nationaliste Oleg Tiagnybok. « Le pouvoir a peur des Ukrainiens ! », a lancé le leader du parti Udar, le boxeur Vitali Klitschko.

Sur la place de l’Indépendance, les manifestants ont reçu la visite de la secrétaire d’Etat adjointe américaine Victoria Nuland, arrivée à Kiev la veille pour une tentative de médiation après être allée à Moscou. Elle a ainsi succédé au chef de la diplomatie de l’UE Catherine Ashton, également arrivée à Kiev mardi et qui s’était rendue sur la place le jour même après des entretiens avec le président Viktor Ianoukovitch. Nuland devrait également rencontrer Ianoukovitch ce mercredi.

L’UE et les Etats-Unis ont réagi vivement mercredi matin à la tentative des forces de l’ordre ukrainiennes de repousser les manifestants de la place de l’Indépendance, qu’ils occupent depuis plus de deux semaines et où ont eu lieu des rassemblements de centaines de milliers de personnes. Les Etats-Unis ont fait part de leur « dégoût » et l’Union européenne de sa « tristesse », après que plusieurs milliers d’hommes des forces anti-émeute eurent entrepris vers 2H du matin (heure locale) de repousser les manifestants et de démanteler les barricades.

Les policiers, qui avaient d’abord réussi à reprendre le contrôle d’un tiers environ de la place, ont été ensuite bloqués par l’afflux de milliers de manifestants. Malgré des échauffourées qui ont fait quelques blessés de part et d’autre, ils ont agi de manière relativement calme, faisant usage de leur bouclier pour repousser la foule. Onze manifestants ont été interpellés, selon l’opposition.

Les policiers doivent repartir

Un peu plus tard, en début de matinée, les forces de l’ordre ont tenté également de reprendre aux manifestants la mairie de Kiev, non loin de la place de l’Indépendance, que l’opposition occupe et dont elle a fait son QG depuis dimanche. Les policiers, faisant usage de leurs matraques, ont cependant dû repartir là aussi, après avoir été aspergés avec une lance à incendie par moins dix degrés environ, et face à une foule hostile.

Arseni Iatseniouk, un responsable du parti de l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, a promis au pouvoir des « millions » de manifestants dans les rues si les forces de l’ordre poursuivaient leurs assauts.

Cette vague de contestation est née de la décision, fin novembre, du pouvoir ukrainien de renoncer à un accord d’association en préparation depuis plusieurs années avec l’UE, pour se tourner vers la Russie. Moscou avait menacé de mesures de rétorsion et fait miroiter des milliards de dollars à l’Ukraine, ancienne république soviétique de 46 millions d’habitants, en profonde crise économique et financière. L’opposition accuse Viktor Ianoukovitch de préparer en secret l’entrée de l’Ukraine dans l’Union douanière établie par Moscou avec d’anciennes républiques soviétiques.

Le Premier ministre Mykola Azarov a affirmé ce mercredi que cette question n’était pas à l’ordre du jour d’une rencontre entre les présidents russe et ukrainien prévue le 17 décembre à Moscou. Azarov a répété que l’Ukraine n’avait pas signé l’accord d’association avec l’UE pour des raisons exclusivement économiques et annoncé que Kiev était prêt à signer en échange de 20 milliards d’euros d’aide européenne.

http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/ukraine-la-police-echoue-a-deloger-les-manifestants-ia0b0n1767744?xtor=RSS-2

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Invité le Mer 11 Déc - 15:10

Le Premier ministre Mykola Azarov a affirmé ce mercredi que cette question n’était pas à l’ordre du jour d’une rencontre entre les présidents russe et ukrainien prévue le 17 décembre à Moscou. Azarov a répété que l’Ukraine n’avait pas signé l’accord d’association avec l’UE pour des raisons exclusivement économiques et annoncé que Kiev était prêt à signer en échange de 20 milliards d’euros d’aide européenne.


Le Premier Ministre ukrainien ferait mieux de s'enquérir sur le réel désir du peuple ukrainien, soit redevenir un "spoutnik" de Moscou, ou garder une liberté si chèrement acquise.


PS : les articles de presse sont plus facilement lisible en ouvrant le lien cité ....... ce n'est qu'un humble avis

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Jeu 12 Déc - 14:56

Liberté si chèrement acquise? Pas vraiment, puisqu'on emprisonne des manifestants pacifiques . . .
Raisons économiques, oui si on considère que les oligarques n'en n'ont pas (encore) assez dans leur poche.
Les 20 milliards européens y trouveraient une bonne place.  Twisted Evil 
Mais certainement pas pour l'Ukraine et encore moins les Ukrainiens . . .


Ukraine: les manifestants tiennent bon à Kiev, menaces de sanctions américaines




http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20131212.AFP4908/ukraine-nuit-calme-a-kiev-un-millier-de-manifestants-au-petit-matin.html


Manifestations en Ukraine - Les députés européens appellent à une mission de médiation de l'UE


http://www.levif.be/info/belga-politique/manifestations-en-ukraine-les-deputes-europeens-appellent-a-une-mission-de-mediation-de-l-ue/article-4000472859801.htm

Et la voix de l'Europe (son parlement):


Les députés veulent soutenir davantage les partenaires orientaux




http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20131209IPR30221/html/Les-d%C3%A9put%C3%A9s-veulent-soutenir-davantage-les-partenaires-orientaux

Il a réussit à se mettre tout le monde à dos.  Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Ven 13 Déc - 10:58

Il semblerait que sous la pression, le pouvoir signerait bien l'accord avec l'UE:

UKRAINE. Pour convaincre Kiev, UE et Russie affûtent leurs arguments

Alors que l'opposition entame sa quatrième semaine de mobilisation, le pouvoir envisage de signer l'accord d'association avec les Européens. Mais Poutine menace.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20131213.OBS9446/ukraine-pour-convaincre-kiev-ue-et-russie-affutent-leurs-arguments.html

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Matt le Ven 13 Déc - 14:00

Au gré des news glanées sur le net:

Paroles de manifestants à Kiev

Libération

Par contre, nouveau soucis pour le pouvoir. Le plus "gros" oligarque le lache:

Manifestations en Ukraine - L'oligarque le plus riche d'Ukraine prend la défense des manifestants

RTL Info.be

Du coup:

Des négociations s'engagent en Ukraine entre pouvoir et opposition

Lacroix.com


Bientôt vers une solution?

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers la révolution

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum