Naroditchi, une ville d’Ukraine contaminée qui ne devrait plus exister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Naroditchi, une ville d’Ukraine contaminée qui ne devrait plus exister

Message  Matt le Jeu 23 Mai - 11:17

Naroditchi, une ville d’Ukraine contaminée qui ne devrait plus exister



Dans le parc de Naroditchi, des enfants répètent la chorégraphie de la commémoration du 9 mai. Aucun enfant, dans cette ville, n’est en bonne santé, selon la directrice de l’hôpital local.



À 70 km de la centrale de Tchernobyl, la ville ukrainienne de Naroditchi aurait dû être évacuée car très contaminée. Pourtant, 10 000 personnes, dont 1 500 enfants, y vivent toujours. Et d’autres y reviennent. Malgré la radioactivité.

En ce mois de mai, il fait très déjà très chaud et les cerisiers en fleurs égaient les jardins. On s’apprête à fêter la Pâque orthodoxe et la victoire du 9 mai 1945. Dans les rues tracées à l’équerre, derrière les alignements de marronniers se cachent des datschas vides aux portes et fenêtres fermées par des planches de bois clouées. D’autres maisons sont habitées, souvent blanches et bleues, toujours flanquées d’un potager. On y plante des pommes de terre. L’eau se cherche aux puits installés dans la rue.

« Aucun enfant n’est en bonne santé »

Sur la place centrale de Naroditchi, la statue de Lénine tend le bras, mais sa peinture argentée s’écaille. Dans le parc du souvenir, un monument de marbre noir, des cloches et un chêne brûlé rappellent la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986 et l’évacuation des villages alentours.

La ville semble paisible. Comme toutes les cités de cette taille, elle compte deux banques, un grand lycée, un hôpital et une école maternelle neuve financée par les Japonais. Les magasins sont nombreux et bien achalandés, les bars-restaurants aussi. Un hôtel, un musée, une fabrique de pantoufles et l’administration au grand complet font de Naroditchi un bourg vivant.

« Ici, aucun enfant n’est en bonne santé », affirme pourtant Maria Pasitchnik directrice de l’hôpital à Thierry Meyer, président de l’association les Enfants de Tchernobyl, venu se renseigner. L’acci-dent de Tchernobyl a sévèrement irradié 3,5 millions d’habitants dont 1,3 million d’enfants. « Ils souffrent de problèmes de la thyroïde, de leucémies, de cancers, de pathologies respiratoires et cardiaques, mais aussi de plus en plus de maladies du système digestif à cause des aliments contaminés. Chaque jour, des enfants s’évanouissent en classe, souffrent de maux de tête… Faute d’argent, très peu d’enfants encore profitent d’un séjour réparateur dans les Carpates ou en Crimée. »

Depuis 1991, Naroditchi est classée en zone 2 (la zone 1 est interdite). Au fur et à mesure de la mise à disposition de logements dans des zones non contaminées, la population doit être déplacée. Les listes d’attente existent mais les départs diminuent. On observe le phénomène inverse : des populations déplacées, bien qu’informées sur les risques sanitaires, reviennent vivre ici. Des datchas sont rachetées à faible coût, d’autres sont données à des familles en difficulté. À la demande des habitants, certains villages de la zone 2 sont déclassés en zone 3 (zone habitée déclarée moins dangereuse) : ils échappent alors définitivement à l’exil, mais pas à la radioactivité.

« Dans les normes » ?

À l’institut officiel de mesure de la radioactivité des aliments, les fonctionnaires se montrent rassurants. Chiffres à l’appui, tout est « dans les normes » , sauf pour les baies et les champignons dont les mesures sont « catastrophiques ». Le sanglier est le plus contaminé. Le lait contient des traces de strontium 90. Les mesures sont transmises à Kiev.

Sur la route de la centrale de Tchernobyl circulent de gros camions chargés de monumentales flèches de grues et des chenilles. Des éléments pour la construction du nouveau sarcophage qui doit protéger les ruines radioactives de la centrale. Les travailleurs la centrale restent discrets sur l’avancée du chantier. De peur de perdre leur emploi…

Un soir au café, une jeune femme fête ses 20 ans avec des amis. La mode est aux mini-jupes et talons hauts. Un chanteur interprète des standards russes. Sur la piste, sous les étoiles, on danse et on rit. Le césium 137, invisible, rayonne en silence !



No comment


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6247
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum