Le gaz revient sur la scène . . .

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Invité le Jeu 3 Mai - 1:47

.


Dernière édition par Capalest le Mar 22 Mai - 19:19, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Invité le Jeu 3 Mai - 1:55

.


Dernière édition par Capalest le Mar 22 Mai - 19:18, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Invité le Jeu 3 Mai - 2:01

.


Dernière édition par Capalest le Mar 22 Mai - 19:17, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Krispoluk le Jeu 3 Mai - 10:22

[quote="Krispoluk"]

Les Américains excédentaires en production de gaz, se lancent à la conquête du marché Européen



[b][b]Les Etats-Unis, nouveaux rois du gaz ?[/b][/b]
Cécile Chevré
Grande révolution dans l'univers gazier : en janvier dernier, un bateau affrété par l'américain Cheniere accostait sur les côtes de Louisiane pour récupérer son chargement, du GNL (gaz naturel liquéfié) américain destiné au marché européen.
Une grande première pour le gaz américain et un sacré bouleversement dans l'univers gazier dont les exportateurs traditionnels – la Russie, le Qatar, le Canada, l'Australie – ronronnaient un peu.
Entre l'effondrement des prix du gaz, dans la suite de ceux du pétrole, et l'arrivée de ce nouvel acteur, c'est l'effervescence et ce d'autant plus que les Etats-Unis ont longuement hésité avant de se lancer sur la scène internationale.


Pourquoi les Etats-Unis ont-ils changé leur fusil d'épaule et se sont-ils convertis à l'exportation ?
Pourquoi les Etats-Unis ont-ils changé leur fusil d'épaule et se sont-ils convertis à l'exportation ?
Je vous le disais, la production américaine de gaz atteint aujourd'hui les 700 milliards de mètres cubes. Non seulement ils sont presque totalement indépendants, mais aussi en situation de surproduction.
Pourquoi exporter ?
En exportant ce surplus, les Etats-Unis espèrent maintenir les prix du gaz à un niveau raisonnable : à savoir suffisamment hauts pour éviter les catastrophes du style de celle de Chesapeake et encourager le développement de nouveaux projets, mais aussi suffisamment bas pour être un avantage de poids sur la facture énergétique des entreprises et des particuliers. L'exportation pourrait donc servir d'élément de régulation.

A cela il faut ajouter la pression du secteur gazier qui a vu dans cette possible ouverture un formidable relai de croissance. Dès 2010, et alors que la question d'autoriser les exportations était très loin d'être tranchée, Cheniere a déposé une demande d'exportation, suivi en cela par une vingtaine de compagnies. Sur cette vingtaine de dossiers, sept ont été acceptés par l'administration américaine.
L'autre raison est politique. En 2014, Barack Obama a annoncé qu'il accordait une 6e et 7e licence d'exportation. En 2014, les tensions entre d'un côté la Russie et de l'autre l'UE et les Etats-Unis au sujet de l'Ukraine et de la Crimée étaient particulièrement vives. Du côté du Vieux continent, de nombreuses voix s'élevaient pour contrer la dépendance européenne au gaz russe (qui fournit un peu moins de 40% du gaz consommé en Europe, mais 100% de la demande ukrainienne ou lituanienne).
L'arrivée d'un nouvel acteur pouvait tomber à pic d'autant plus que la Russie n'a pas hésité à se servir plusieurs fois de la menace gazière pour appuyer ses positions politiques et géopolitiques. Si aucune véritable coupure n'a vraiment été envisagée dans l'approvisionnement des pays d'Europe de l'Ouest, des pays comme l'Ukraine ont été bien moins préservés des conséquences du monopole russe.


Aussi bien du côté européen qu'américain, certains soutiennent donc l'utilisation du gaz made in Etats-Unis comme arme économique et politique contre la Russie
Aussi bien du côté européen qu'américain, certains soutiennent donc l'utilisation du gaz made in Etats-Unis comme arme économique et politique contre la Russie.
Six des terminaux en construction sont situés sur la côte est ou sud, donc bien placés pour exporter vers l'Europe. Et ce n'est peut-être pas un hasard si le premier cargo rempli de gaz américain va prendre la direction de l'Europe et non pas du Japon.
Voilà pour ce qui est des raisons à ce changement de politique gazière.
Après l'Amérique latine, conquérir l'Europe et l'Asie
Le revirement est d'importance car, malgré les raisons que je vous ai exposées ci-dessus, nombreuses étaient les oppositions – politiques et économiques – à cette Amérique exportatrice de gaz. Le sujet est sur la table depuis de nombreuses années et a eu du mal à se frayer un chemin malgré le soutien affiché par Barack Obama dès son premier mandat.

D'ailleurs la marche des Etats-Unis a été prudente. Les premiers accords signés sous la houlette d'Obama ont été avec des "pays frères" d'Amérique centrale et du Sud, comme le Mexique – qui importe déjà 16 millions de tonnes de gaz de schiste américain par an.


Les Etats-Unis s'attaquent à un marché bien plus vaste : l'Europe et l'Asie
Mais aujourd'hui, les Etats-Unis s'attaquent à un marché bien plus vaste : l'Europe et l'Asie. L'Union européenne importe environ 420 milliards de mètres cubes par an, le Japon 128 milliards et la Chine 60 milliards. Si, comme je vous le disais, six des sept terminaux en construction se trouvent à l'Est et au Sud, le 7e – construit ex nihilo – est quant à lui prévu sur la côte ouest. Objectif : le marché asiatique. Et une nouvelle fois concurrencer la Russie très présente aussi bien en Chine qu'au Japon.
Pour les Etats-Unis voici donc des marchés particulièrement attractifs alors que l'Europe aspire depuis quelques années – et cela ne s'est pas arrangé avec l'affaire Ukraine-Russie – à réduire sa dépendance au gaz russe.
Quant au Japon, presque entièrement dépendant des importations pour assouvir ses besoins énergétiques, il a toutes les chances d'être intéressé par l'arrivée d'un nouvel exportateur sur le marché mondial, d'autant plus que cet exportateur pourrait casser les prix car le cours du gaz naturel américain est bien inférieur à celui pratiqué en Europe, ou en Asie (tout particulièrement au Japon).
Les Etats-Unis peuvent-ils faire sauter le prix du gaz mondial ?
Au vu de ce graphique, vous devez avoir les cheveux qui se sont dressés sur la tête : le gaz naturel américain est plus de quatre fois moins cher que les prix du gaz au Japon et près de trois fois moins cher qu'en Europe. De quoi faire exploser en vol le marché du gaz et propulser les Etats-Unis en tête des plus grands exportateurs gaziers de la planète, non ?

Au total, la capacité d'exportation de GNL américaine devrait atteindre les 65 millions de tonnes par an en 2018 (contre une production mondiale de 250 millions).


Les Etats-Unis peuvent-ils inonder la planète de gaz à bas coût ?
Les Etats-Unis peuvent-ils inonder la planète de gaz à bas coût ?
Eh bien... ce n'est pas si simple que cela.
Premièrement, les exportations gazières américaines déboulent sur un marché déjà largement saturé. La demande mondiale de gaz, et les prix, devraient se reprendre dans les années qui viennent mais disons que les premières exportations outre-mer américaines n'arrivent pas au meilleur moment. La faiblesse des prix du gaz a déjà incité certaines compagnies à retirer leur dossier d'autorisation d'exporter.
En outre, le principal atout du gaz US (son bas coût) tend aujourd'hui à s'amenuiser alors que les prix mondiaux du gaz s'effondrent en parallèle de ceux du pétrole. Même le pétrole au Japon est revenu à un prix plutôt raisonnable, autour de 9 $ le million de Btu contre 17,50-18 $ en 2012-2013.
Ensuite, le prix auquel va être acheté le gaz américain ne correspond pas aux prix actuels du marché. Vous le savez, le monde des matières premières est essentiellement régi par des contrats négociés bien en amont.
Les premiers contrats signés par Cheniere, par exemple avec le français Total, reposent donc sur des prix supérieurs à ceux pratiqués en ce moment. D'après Les Echos, Total va ainsi acheter le million de BTU à 7,5 $, alors que le prix du gaz européen varie entre les 5 $ et les 6 et quelques dollars.
Ces contrats sont une bonne nouvelle pour Cheniere et les autres candidats exportateurs qui ne vont pas mettre la clé sous la porte dès demain mais qui limitent malgré tout l'avantage économique du gaz américain.


Le gaz américain dispose d'un autre atout : ses contrats
Malgré ces – pas si négligeables – nuances, le gaz américain dispose d'un autre atout : ses contrats. Plus souples que ceux à 20 ans (!) traditionnellement proposés dans l'industrie gazière, ils s'adaptent mieux aux évolutions des cours et aux demandes des clients. Au final, ces contrats devraient rendre le gaz américain plus attractif que la concurrence traditionnelle.
Alors, les Etats-Unis vont-ils conquérir le monde gazier ?
Vous l'aurez compris, la réponse n'est pas évidente. De nombreux facteurs entrent en jeu : le cours du pétrole, celui du gaz, le rythme de délivrance des autorisations, l'intérêt des compagnies gazières pour l'exportation, la progression de la demande mondiale, le rythme d'entrée en fonctionnement des terminaux d'exportation...

Les Etats-Unis peuvent devenir un acteur qui compte en matière d'exportation gazière, d'autant plus s'il parvient à convaincre ses clients de l'intérêt économique et géopolitique (les deux vont de pair) de son gaz.
Pour les investisseurs qui souhaitent investir dans le secteur, des compagnies comme Ultra Petroleum (UPL-NYSE), Southwestern Energy (SWN-NYSE) et Cheniere Energy (LNG-NYSE) méritent votre attention.
Avant de conclure pour aujourd'hui, j'ajouterai trois remarques :
- Premièrement, même si les cours sont aujourd'hui au plus bas, le gaz me semble promis à un bien meilleur avenir. Cette source d'énergie s'avère une alternative crédible aux solutions plus polluantes comme le charbon. Or malgré des ratés, la tendance générale est tout de même à une meilleure prise en compte des contraintes environnementales en matière d'énergie, que cela soit aux Etats-Unis ou en Asie.
- Deuxièmement, investir dans le gaz américain nécessite de garder un oeil attentif aux niveaux de production sur le territoire américain. La montée en puissance des Etats-Unis repose en grande partie sur le gaz de schiste. Or les réserves américaines ont beau être conséquentes, la durée de vie de ce type d'exploitation est très loin d'être éternelle. Attention donc au niveau de production !
- Enfin, savez-vous que les Etats-Unis ne veulent pas seulement exporter leur gaz ? Ils ont de grandes ambitions... pour leur pétrole. Nous aurons l'occasion d'en reparler dans la Quotidienne.



Article que j'avais déjà posté il y a 2 ans et qui n'a rien perdu de sa pertinence... Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 5336
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Jeu 3 Mai - 10:52

Capalest a écrit:Sur un plan géostratégique aucun pays au monde ne peut tenir longtemps sans échanges commerciaux  avec ses voisins.
Tu l'as dis bouffi.
Hormis la Russie, cite-moi un autre pays qui n'est pas en conflit armé direct, caché ou de forme hybride avec la plupart de ses voisins?
On a beau chercher, on ne trouve pas. No
Ce n'est pas moi qui l'affirme, mais l'ONU.  affraid

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  lemonline le Jeu 3 Mai - 11:03

Très intéressant, effectivement. Il manque cependant à mon goût plusieurs infos importantes.

1) Au moment de l'article, les USA produisaient 700 milliards de m3 de gaz. Soit, à peine plus que les besoins en importation de l'UE, du Japon et de la Chine réunis. Qu'en est-il des besoins propres aux USA? De leur capacité à augmenter cette production? Pendant combien de temps?

2) Le coût de production du gaz américain + transport est-il compétitif? Ou bien le vendent-ils simplement en dessous du cours du marché actuel?

3) En tout cas, comme dans toute bonne entreprise, il faut sécuriser les appros et faire jouer la concurrence. Nous, clients, avons donc tout à y gagner au niveau économique. Et politique! Si c'est nous qui pouvons faire du chantage avec nos fournisseurs, ça change la donne!
avatar
lemonline

Messages : 495
Date d'inscription : 12/10/2015
Age : 46
Localisation : Lorraine/Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Jeu 3 Mai - 11:11

D'accord avec toi.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Jeu 10 Mai - 7:40

Le retraits des Etats-Unis de l'accord conclu avec l'Iran accéléré la tendance à la hausse du prix de pétrole (et, en conséquence, du gaz), dont le prix est fortement remonté en un mois de temps et plus particulièrementen une seule journée :



Cours du baril de pétrole en euro dollar








  • Jeudi 10 mai 2018 07:28



Le Cours du baril de pétrole en dollars: 71.69 $ (+0.55 0.77% )
    Le Cours du pétrole Brent en dollars: 77.77 $ (+0.56 0.73% )

En fin de compte, les mesures prises par Trump sont favorables à la Russie. Comme quoi, tout se tient et il est bien difficile de prévoir ce que l'avenir nous réserve.
avatar
Thuramir

Messages : 2609
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  lemonline le Jeu 10 Mai - 9:19

Thuramir a écrit:Le retraits des Etats-Unis de l'accord conclu avec l'Iran accéléré la tendance à la hausse du prix de pétrole (et, en conséquence, du gaz), dont le prix est fortement remonté en un mois de temps et plus particulièrementen une seule journée :



Cours du baril de pétrole en euro dollar










  • Jeudi 10 mai 2018 07:28



Le Cours du baril de pétrole en dollars: 71.69 $ (+0.55 0.77% )
    Le Cours du pétrole Brent en dollars: 77.77 $ (+0.56 0.73% )

En fin de compte, les mesures prises par Trump sont favorables à la Russie. Comme quoi, tout se tient et il est bien difficile de prévoir ce que l'avenir nous réserve.
Et défavorise les entreprises Européennes qui vont devoir arrêter leur business avec l'Iran... Total, Peugeot, Lafarge entre autres...
avatar
lemonline

Messages : 495
Date d'inscription : 12/10/2015
Age : 46
Localisation : Lorraine/Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Krispoluk le Jeu 10 Mai - 10:55

Gardons nous des conclusions hâtives ! Twisted Evil 

1) Les marchés sur-réagissent toujours en cas de coup politique ou de menaces ! Twisted Evil 

2) Chaque hausse du cours du gaz ou du pétrole contient en germe sa future baisse : quand les cours sont hauts, on remet en activité des sites d'extraction qui n'étaient pas rentables à des cours faibles. Ensuite il y a surproduction et les cours repartent à la baisse...

Pour juger sainement, il faut analyser sur plusieurs mois (5 ou 6) Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 5336
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Jeu 31 Mai - 14:33

Poutine se dit d’être prêt à maintenir le transit de gaz via l'Ukraine  Suspect



Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était prête à maintenir le transit de gaz à travers l'Ukraine.

"La question reste de savoir quelle quantité de gaz sera distribuée via Nord Stream 2. Une autre question est de savoir quelle quantité de gaz sera acheminée via l'Ukraine, vu que nous sommes prêts à maintenir le transit ukrainien, et quelle est la quantité de gaz dont nos clients auront besoin maintenant et dans un proche avenir", a déclaré Poutine, selon une information de l'agence RBC.
Auparavant, Angela Merkel avait déclaré que le rôle de l'Ukraine en tant que pays de transit devrait être préservé après la construction de Nord Stream 2.


Pour information : A la fin du mois de mars, la société Nord Stream 2, dont Gaztrom est le fondateur et unique actionnaire, a reçu l'autorisation de construire le gazoduc « Nord Stream-2 » dans les eaux de la zone économique allemande en mer Baltique ; autorisation également accordée au début du mois d'avril par le gouvernement finlandais. La construction du gazoduc Nord Stream 2 doit débuter en 2018 et se terminer d'ici fin 2019.


Dans un contexte de crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine, au plus haut au début du mois de mars suite à la décision du tribunal d'Arbitrage de Stockholm de donner raison à l'Ukrainien Naftogaz face à Gazprom dans des querelles liées au transit vers l'UE, le 5 avril 2018, le Parlement ukrainien a adopté une résolution « Sur un appel de la Verhovna Rada de l'Ukraine à la communauté internationale sur l’inadmissibilité de la construction du gazoduc Nord Stream 2 et de la monopole russe  sur les marchés du gaz mondiaux », dans le but de sensibiliser les dirigeants européens à la menace géopolitique que constitue ce gazoduc. En effet, selon l'Ukraine, le but final de la société Gazprom et des autorités russes est d'utiliser la liaison gazière comme un instrument de pression politique sur l'Union européenne et l'Ukraine. Sa position hors du circuit de transit pourrait entraîner une fragilité stratégique et énergétique. Kyiv estime que le coût de construction et de rentabilisation du gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne est trop important pour permettre à l'UE de tirer des bénéfices de son utilisation.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Dim 3 Juin - 1:14

Diversifier l'approvisionnement:

L'Ukraine poursuit ses négociations concernant l'approvisionnement en gaz qatari  Shocked



L'Ukraine et le Qatar poursuivent leurs négociations sur la fourniture de gaz liquéfié en provenance de l'émirat.

Cette annonce a été faite par le président ukrainien, Petro Porochenko, dans un entretien accordé ) la télévision qatarie Al Jazeera le 31 mai 2018, selon le service de presse de la Présidence.

Le président a noté que la diversification des sources d'approvisionnement en gaz était une question de sécurité nationale pour l'Ukraine :


"Nous sommes en train de négocier avec les dirigeants qatari sur la fourniture de gaz naturel liquéfié [en provenance] du Qatar. Je voudrais vous féliciter et dire que le Qatar peut devenir un exportateur de gaz vers notre pays, l'Ukraine. Le gaz pourrait être fourni via le terminal de regazéification déjà existant en Pologne. L'Ukraine pourrait vraiment obtenir du gaz du Qatar, mais nous n'en sommes qu'à la première étape" , a déclaré le chef de l'Etat.


Selon Porochenko, un accord existe avec les partenaires du Qatar pour inviter la Turquie à coopérer :

"Nous avons reçu confirmation {de votre part] sur la possibilité de mettre en œuvre le projet de fourniture de gaz naturel du Qatar directement à travers la Turquie, et pas seulement par la Pologne. Nous serions très heureux d'ouvrir nos portes aux entreprises qatariennes pour atteindre le marché énergétique ukrainien. Je pense que la mise en œuvre d'un projet de ce type contribuerait à renforcer la sécurité énergétique de mon pays", a souligné le président.

Le chef de l'Etat a également informé que l'Ukraine exportait annuellement vers les pays du monde arabe des biens d'une valeur de 8 milliards de dollars (6,9 milliards d'euros), et que la coopération avec le monde arabe occupait une place importante dans la stratégie économique et politique étrangère de l'Ukraine, qui cherche par conséquent à acquérir un statut d'observateur auprès de l'Organisation de la coopération islamique :

"Nous bénéficions du plein appui de nos amis des pays arabes pour obtenir le statut d'observateur dans cette organisation et nous espérons que nous obtiendrons cette adhésion avec le temps", a souligné le président.


Lire aussi :
 La livraison de gaz qatari en Ukraine via la Pologne est réalisable

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Krispoluk le Ven 15 Juin - 13:03

 



L’Ukraine pourrait recevoir du gaz de l’Azerbaïdjan par le nouveau gazoduc

13.06.2018 12:00

Petro Porochenko, président de l’Ukraine, a déclaré que grâce au nouveau gazoduc TANAP, l’Ukraine pourrait diversifier ses livraisons de gaz par la Bulgarie et la Roumanie.
Il a fait cette déclaration lors d’une cérémonie officielle pour le lancement du gazoduc transanatolien (TANAP) en Turquie qui a été diffusée en direct sur les chaînes de télévision ukrainiennes.
"L'Ukraine soutient ce projet avec toutes les ressources possibles et nous vous en sommes reconnaissants. Aujourd'hui, nous sommes convenus que l'Ukraine diversifiera ses approvisionnements énergétiques et recevra du gaz à travers ce gazoduc par la Bulgarie et la Roumanie et cela avec une grande satisfaction. Merci beaucoup pour cela ", a déclaré Porochenko.
Le chef de l’État ukrainien a déclaré que son pays soutiendrait toujours des initiatives européennes rentables dans le domaine de la diversification des sources d’énergie.
" Mon pays utilisera pleinement ce projet pour assurer la compétitivité de l'ensemble de l'UE. Nous comptons sur la Turquie et l'Azerbaïdjan pour fournir à l'Ukraine des ressources énergétiques via des itinéraires alternatifs. Je suis convaincu que dans un proche avenir nous trouverons un maximum d'opportunités pour attirer le gaz naturel du bassin de la mer Caspienne de l'Azerbaïdjan non seulement vers l'Ukraine, mais aussi vers toute la région reliée à l'Ukraine par le gazoduc ".
Dans le même temps, il a rappelé que ce gaz était l'élément principal du corridor gazier sud et a noté qu'en raison de son lancement, " toute la région aura une sécurité plus profonde et des perspectives énergétiques plus larges".
Auparavant, Ilham Aliyev, président de l’Azerbaïdjan a invité l’Ukraine à se joindre  au projet " Corridor gazier sud-européen ".
avatar
Krispoluk

Messages : 5336
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Lun 18 Juin - 15:25

La Pologne met la pression sur l'UE dans l'affaire Nord Stream 2

The official says the EU ambassadors will deal with the amendments in late June.

Reuters

Deputy Minister for Energy Michał Kurtyka says Warsaw demands to speed up work on amendments in the EU gas directive, which complicates the construction of the Nord Stream 2 gas pipeline.

According to the amended directive, all gas pipelines, including those imported that run along sea routes, will be subject to the EU regulations, Radio Poland's Ukrainian service reported.

The official says the EU ambassadors will deal with the amendments in late June. "This the crown of hard, painstaking and months-long work of Polish diplomats," he said.

According to Kurtyka, Bulgaria, which has been running the work of the EU in the first half of the year, slowed the pace of work on the document. The European Commission proposed the amendments to the directive in November last year. However, Bulgaria organized only expert meetings in this matter and did not postpone the voting at the level of ambassadors and ministers.

Austria will start its EU presidency on July 1. The official says Poland expects from the Austrian presidency objectivity rather than taking care of its own interests.

"The country-president should behave neutrally. We will strongly remind you the management of the EU's work should be transparent and credible," he said.

As UNIAN reported, Naftogaz of Ukraine earlier said that Nord Stream 2 would "kill" the competition in the European market under the influence of Gazprom's gas blackmail.


Selon le responsable, les ambassadeurs de l'UE traiteront les amendements à la fin du mois de juin.

Le vice-ministre de l'Energie, Michał Kurtyka, a déclaré que Varsovie exigeait d'accélérer les travaux sur les amendements à la directive européenne sur le gaz, ce qui complique la construction du gazoduc Nord Stream 2.

Selon la directive modifiée, tous les gazoducs, y compris ceux importés le long des routes maritimes, seront soumis à la réglementation de l'UE, a rapporté le service ukrainien de Radio Pologne.

Selon le responsable, les ambassadeurs de l'UE traiteront les amendements à la fin du mois de juin. "C'est le couronnement d'un travail dur, laborieux et de plusieurs mois de diplomates polonais", a-t-il déclaré.

Selon Kurtyka, la Bulgarie, qui a dirigé les travaux de l'UE au premier semestre, a ralenti le rythme du travail sur le document. La Commission européenne a proposé les amendements à la directive en novembre de l'année dernière. Cependant, la Bulgarie n'a organisé que des réunions d'experts sur ce sujet et n'a pas reporté le vote au niveau des ambassadeurs et des ministres.

L'Autriche commencera sa présidence de l'UE le 1er juillet. Le fonctionnaire dit que la Pologne attend de l'objectivité de la présidence autrichienne plutôt que de prendre soin de ses propres intérêts.

"Le président de pays doit se comporter de manière neutre et nous vous rappelons fortement que la gestion du travail de l'UE doit être transparente et crédible", a-t-il déclaré.

Comme l'a rapporté UNIAN, Naftogaz de l'Ukraine a dit plus tôt que Nord Stream 2 «tuerait» la concurrence sur le marché européen sous l'influence du chantage gazier de Gazprom.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mer 27 Juin - 23:38

L’Euronest condamne la construction de Nord Stream 2 et l’agression russe en Ukraine



L'Assemblée parlementaire Euronest a condamné la construction du gazoduc Nord Stream 2 et l’agression russe à l’est de l’Ukraine.

Cette résolution a été adoptée par Euronest ce mercredi le 27 juin.

« L'Assemblée a exprimé son inquiétude au sujet du développement du gazoduc  Nord Stream 2 qui aurait un impact négatif sur l'objectif principal du processus de diversification de l'approvisionnement énergétique, et affaiblirait donc les perspectives de développement de l'écosystème économe en énergie », peut-on lire dans le communiqué.

La résolution a également condamné la politique étrangère agressive de la Russie qui vise à porter atteinte à l'intégrité territoriale de l'Ukraine et de la Géorgie.

En outre, l'une des résolutions urgentes de l'Assemblée parlementaire a été consacrée aux prisonniers politiques ukrainiens qui sont détenus en Russie, en particulier Oleg Sentsov.

L'Assemblée parlementaire Euronest a été créée le 3 mai 2011 à Bruxelles en tant qu'institution parlementaire du partenariat oriental de l'UE. Se réunissant une fois par an, elle vise à promouvoir l'association politique et la poursuite de l'intégration économique entre l'Union européenne et ses voisins orientaux - l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine. Le Parlement européen délègue 60 membres et les partenaires orientaux 10 chacun.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Lun 2 Juil - 8:57

Une info que j'ai loupé:  Embarassed

Volodymyr Hroisman propose à l’Ukraine une solution d’approvisionnement en gaz plus intéressante que Nord Stream2



L’Ukraine pourrait proposer à l’Europe une meilleure solution concernant la livraison de gaz et plus fiable que celle de Nord Stream 2 et ceci contrairement au projet russe Nord Stream 2 qui n’est autre qu’une autre arme de la guerre hybride.

Volodymyr Hroisman, Premier ministre ukrainien, l’a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Lars Løkke Rasmussen, son homologue danois. 

« Ce n’est pas un simple gazoduc. C’est un nouveau type d’arme hybride qui rendra dépendants tous les pays consommateurs de l’Europe. L’Ukraine leur propose une  protection et une livraison fiable», a-t-il expliqué.

De son côté, Rasmussen propose de « soumettre le projet à la discussion européenne pour l’évaluer sérieusement et analyser tous les risques et les rôles de l’Ukraine comme pays de transit du carburant ».

Nord Stream 2 est un projet de gazoduc qui partirait de la Russie vers l'Allemagne via la mer Baltique et qui contournerait l’Ukraine. La société de gaz russe « Gazpom » détient 51% des actions de Nord Stream. La Fédération de Russie veut construire deux chaînes de gazoducs qui achemineraient jusqu'à 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Bruxelles et Berlin promettent de garantir le transit du gaz à travers l'Ukraine, même après la construction du Nord Stream-2. Dans le même temps, le Représentant spécial du Département d'État américain pour l'Ukraine, Kurt Volker, estime que ce projet place l'Ukraine dans une situation politique plus vulnérable et le considère comme une entreprise  purement politique.

Lire aussi : Le président du Parlement ukrainien appelle les entreprises françaises à ne pas participer à la construction de Nord Stream 2

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Caduce62 le Ven 13 Juil - 1:32

Pourquoi Trump attaque Merkel sur le gaz russe
La colère du président américain vise le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui doit acheminer 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, de la Russie jusqu’en Allemagne.


LE MONDE ECONOMIE | 12.07.2018 à 18h08 • Mis à jour le 12.07.2018 à 20h39 |
Par Nabil Wakim

La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump après une rencontre bilatérale en marge du sommet de l’OTAN à Bruxelles, le 11 juillet 2018.

« L’Allemagne est complètement contrôlée par la Russie (…), elle est prisonnière de la Russie. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que Donald Trump n’a pas choisi un langage très diplomatique pour croiser le fer avec la chancelière allemande, Angela Merkel. « Elle paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie, et nous devons payer pour la protéger contre la Russie. Comment expliquer cela ? Ce n’est pas juste », a encore plaidé le président américain à l’ouverture du sommet de l’OTAN, mercredi 11 juillet.

Cette fois-ci, la colère de Donald Trump visait une cible bien précise : le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui doit permettre d’acheminer 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, de la Russie jusqu’en Allemagne, en passant sous la mer Baltique. Son coût : 9,5 milliards d’euros.

Le gaz russe au banc des accusés

M. Trump n’est pas le premier à s’émouvoir de ce projet. Son prédécesseur, Barack Obama, s’inquiétait déjà du doublement du gazoduc Nord Stream, estimant qu’il risquait d’augmenter la dépendance européenne au gaz russe. Les Allemands importent aujourd’hui plus de 50 % de leur gaz depuis la Russie (contre 35 % en moyenne pour les pays européens et 25 % en France). Il faut dire que le gaz russe est bon marché et que l’Allemagne est le plus gros importateur de gaz en Europe, même s’il ne représente qu’un cinquième de son mix énergétique.

L’administration américaine demande aux Allemands de la cohérence : comment peuvent-ils à la fois défendre une ligne dure contre la Russie depuis l’annexion de la Crimée, en 2014, et accepter en même temps un tel accord avec Gazprom, bras armé du pouvoir russe ?

Surtout, ce nouveau tuyau de 1 200 kilomètres de long permet de contourner l’Ukraine, voie historique d’exportation du gaz russe à l’époque soviétique. Depuis la révolution de Maïdan en 2014 et le conflit dans l’est de l’Ukraine, Moscou ne cache pas sa volonté de priver Kiev des revenus du droit de transit du gaz sur son territoire.

Les ambitions américaines en question

Mais il ne s’agit pas vraiment pour M. Trump d’un exercice de solidarité avec l’Ukraine. Il souhaite d’abord promouvoir une autre solution : l’importation de gaz américain par bateaux. Avec l’explosion de la production de gaz de schiste, les Etats-Unis sont passés en quelques années du statut d’importateurs de gaz à celui d’exportateurs. Cela, grâce à la liquéfaction du gaz naturel, qui permet, après refroidissement, d’en assurer le transport par méthanier.

Le pays se retrouve avec une production de gaz, qui, ayant augmenté de près de 50 % en dix ans, est désormais bien supérieure aux besoins nationaux. Et il cherche des débouchés pour vendre ses hydrocarbures. « Les Américains espèrent exporter leur gaz vers l’Europe, voilà la véritable raison de leur attitude », confiait récemment un patron français du secteur. Le Sénat américain a voté en 2017 un texte prévoyant des sanctions contre les entreprises partenaires du gazoduc et mentionnant de manière très explicite la nécessaire exportation des ressources. Le Kremlin a d’ailleurs estimé, jeudi, que ces attaques américaines relevaient de la « concurrence déloyale ».

L’Europe divisée

Cette offensive américaine intervient alors que les pays de l’Union européenne sont profondément divisés sur la question. Si l’Allemagne et l’Autriche défendent activement Nord Stream 2, la Pologne et les pays baltes mènent depuis des années une intense guerre procédurière et médiatique contre le projet, dénonçant les risques de mainmise russe dans la région. Le Danemark, dont les eaux territoriales seront traversées par le gazoduc, discute depuis des mois d’une loi qui pourrait interdire ce passage. Le consortium Nord Stream 2 assure disposer d’une route alternative.

La Commission européenne est également désunie. Son vice-président, le Slovaque Maros Sefcovic, comme le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, ont répété leur opposition au projet. Mais la politique énergétique relève en grande partie des Etats membres. La France soutient le projet, « mais elle ne s’est pas montrée très allante sur le sujet », déplore un partisan français du gazoduc.

Les inquiétudes des groupes gaziers

Ce gazoduc sera intégralement construit par Gazprom mais cinq partenaires européens financeront la moitié de ce chantier à 9,5 milliards d’euros : le français Engie, l’anglo-néerlandais Shell, l’autrichien OMV et les allemands Uniper et Wintershall (filiale de BASF).

Or, les inquiétudes grandissent parmi les partenaires européens du projet, qui craignent la mise en place de sanctions américaines à leur encontre. Mercredi, un porte-parole du département d’Etat américain a répété que « les entreprises qui travaillaient dans le secteur des exportations d’énergie russe via un gazoduc s’engageaient dans un type d’activité où l’on risque des sanctions ». Le Congrès américain a déjà voté la possibilité de ces sanctions, et il ne tient qu’à Donald Trump de savoir quelles formes elles pourraient prendre, si elles devaient voir le jour.

Chez Engie, on se dit depuis des mois très vigilant sur ce dossier. « Nous voulons faire ce projet, expliquait un haut dirigeant du groupe il y a quelques semaines. Mais si les Américains mettent en place des sanctions réelles, nous ne pourrons pas continuer. »

avatar
Caduce62

Messages : 4953
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mar 17 Juil - 11:32

Si Gazprom refuse de payer sa dette à Naftogaz, ses actifs seront vendus aux enchères

Oups



Si la société russe Gazprom refuse de remplir la décision de l'Arbitrage de Stockholm et de payer 2,56 milliards de dollars à Naftogaz Ukraine, alors ses biens européens seront vendus aux enchères.

Cette information a été communiquée par Yuriy Vitrenko, directeur commercial de Naftogaz Ukraine.

«Si Gazprom ne paie pas, alors ses actifs, qui sont en état d’arrestation à travers l’Europe, seront vendus aux enchères et nous allons percevoir cet argent», a-t-il déclaré.

Comme Ukrinform l’a déjà relevé, le 28 février l'Arbitrage de Stockholm a ordonné au monopoleur russe Gazprom de payer à Naftogaz Ukraine une somme de 4,63 milliards de dollars pour pénurie du volume de gaz convenu pour le transit. Compte tenu des dettes de Naftogaz, le monopoleur russe doit verser 2,56 milliards de dollars à la société ukrainienne. Dans le même temps, la société russe est obligée de payer des intérêts sur une base quotidienne de 500 000 dollars, jusqu'à ce qu’elle remplisse la sentence arbitrale sur le paiement de la dette en Ukraine. Le tribunal a également ordonné à l'entreprise russe de livrer jusqu'à 5 milliards de mètres cubes de gaz par an en 2018-2019 à des prix correspondants au coût du carburant bleu sur les plateformes gazières européennes. Cette exigence n'a pas été respectée.

Gazprom a déclaré ne pas être d'accord avec la sentence arbitrale de Stockholm sur le procès de Naftogaz dans le cadre du contrat de transit de gaz et promet de «défendre ses droits par tous les moyens légaux». En parallèle, le monopoleur russe a annoncé son intention de résilier tous les contrats avec Naftogaz. Cependant, comme les médias russes l'ont écrit, Gazprom sera contraint de signer un nouveau contrat de transit de gaz avec l'Ukraine en raison de la faible capacité de Nord Stream-2 pour couvrir les besoins en gaz de l'Europe.

Le montant de 2,56 milliards de dollars a été prévu dans le budget de Gazprom pour cette année, mais la société russe refuse de le payer pour des raisons politiques.

Lire aussi: Un tribunal lie les actifs néerlandais de Gazprom à un règlement avec Naftogaz

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mar 17 Juil - 17:50

Et le pire, la Russie est obligée de faire transiter son gaz par l'Ukraine:  Laughing

Les travaux de réparations continuent sur le Nord Stream: la Russie a augmenté le transit du gaz à travers l'Ukraine



Aujourd'hui, la Russie a suspendu l'exploitation du gazoduc Nord Stream jusqu’au 31 juillet dans le cadre de réparations prévues.

Les volumes de gaz appropriés seront acheminés vers les consommateurs européens par le système de transport de gaz ukrainien.

«La Russie a de nouveau suspendu l'exploitation du gazoduc Nord Stream dans le cadre de réparations programmées jusqu'à la fin du mois de juillet et le système de transport de gaz ukrainien (qui, d'ailleurs, n'a jamais suspendu le transport en raison de réparations ou d'entretien) est à nouveau obligé d’indemniser les consommateurs européens en raison de problèmes internes des Russes», peut-on lire sur la page Facebook de Naftogaz Ukraine.

Naftogaz souligne que cette situation prouve une fois de plus que le système russe de transport du gaz est bien plus fragile que le système ukrainien.

«A la question de savoir quel pays possède le système le plus fiable, c’est là une bonne réponse aux participants des négociations trilatérales Ukraine-Europe-Russie qui se déroulent aujourd'hui à Berlin et sont consacrées au futur transit du gaz à travers l'Ukraine», précise la société ukrainienne.

Comme l'a rapporté Ukrinform, des négociations trilatérales auront lieu aujourd'hui à Berlin avec la participation de l'Ukraine et de la Russie. La principale question sera la discussion sur les conditions de transit du gaz à travers le territoire de l'Ukraine, en particulier le transit après 2020.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum