Le gaz revient sur la scène . . .

Page 12 sur 15 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  richard le Mer 12 Avr - 8:20

Ce qui était le cas en début de semaine ,il faisait 15 degrés dans les appartements a Zhytomyr.Les nouvelles constructions sont isolées exterieurement avec 5 a 8 cm alors qu en France nous sommes en 10/et 12 cm
avatar
richard

Messages : 1439
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Jeu 1 Juin - 13:31

Stockholm arbitration court appears to hand Ukraine victory over Gazprom

(Le tribunal d'arbitrage de Stockholm semble remettre la victoire de l'Ukraine sur Gazprom)

 A Stockholm arbitration tribunal appeared on Wednesday to have granted a major victory to Ukraine – and a big blow to Russia’s Gazprom – in making one of its first of several rulings in a three-year dispute between both countries’ state-controlled energy conglomerates. Stakes are high with counter claims and future possible costs in the $80-$100bn range.Ukrainian officials told journalists that the Arbitration Institute of the Stockholm Chamber of Commerce “rejected” Gazprom’s controversial “take or pay” claim, which would have seen Ukraine paying some $34.5bn for gas supplies not delivered but envisioned by contract.“We did it,” Andriy Kobolyev, CEO of Ukraine’s state gas company Naftogaz, wrote in a Facebook posting that linked to the iconic song by Queen “We are the Champions.”A negative outcome involving multi-billion-dollar payments to Russia’s Gazprom threatened the very solvency of Naftogaz.Gazprom is “studying” the response from the court, a spokesman said.Wednesday’s arbitration decision covered legal and factual issues over a controversial and disputed 2009 gas supply contract. Ukraine inked it under pressure after Gazprom cut off flow denting domestic and European supplies amid a price dispute. An arbitrator decision on monetary awards over the supply case is expected to be issued later this month should both sides fail to reach compromises. A ruling on a related gas transit case is to follow.Should the rulings go against Gazprom, it would in addition to potentially hefty losses face a precedent that hurts often strong-armed negotiating power in key markets.Kiev challenged fairness of the “take or pay” clause requiring it to pay for excessive volumes of gas not imported – and related fines. Naftogaz also claims Gazprom underpaid for transit flow and argues contractual renegotiation is necessary after Ukraine adopted EU energy market rules.Gazprom argued the contract – and its clauses – were binding.Wednesday’s arbitration decision provides the first major outcome from a growing pile of litigation between once friendly neighbours — spanning from business disputes in Stockholm to human rights, waging of war and asset seizures in the Hague – that followed Russia’s 2014 Crimea annexation and subsequent fomenting of a separatist war in Ukraine’s far east.The ruling poses a major victory for Naftogaz, whose management has in past years won praise from Ukraine’s western backers. Their reform efforts cut corruption and wasteful nationwide gas consumption while diverting supplies away from costly Russian imports. Long one of Ukraine’s biggest drains on state coffers, Naftogaz generated $1bn in profits last year.The prospects of making hefty awards to Gazprom could have forced Naftogaz into bankrupcty, removing it from a current role as dominant domestic supplier.Officials cautioned, however, that a negative arbitration outcome would not have challenged state ownership over Ukraine’s vast natural gas transit pipeline. Though managed by Naftogaz, it is not a corporate asset.The pipeline is to be unbundled out of the Naftogaz group of companies through an ongoing process that is linked to to EU market rules. It envisions separation of gas production, supply and transit operations.Yet Russia’s plans to expand Nord Stream and other pipeline projects bypassing Ukraine threatens to further sharply cut future transit flow through the Ukrainian pipeline.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Александр le Ven 9 Juin - 10:06

«Naftogaz » refuse d’aller à Moscou pour négocier avec «Gazprom »



L’entreprise «Naftogaz Ukraine»  considère que le territoire de la Fédération de Russie est un endroit inacceptable pour négocier avec «Gazprom».

Cette information a été communiquée par le service de presse de «Naftogaz » :

« L’entreprise «Naftogaz » respecte ce principe depuis 2014 dans sa correspondance et lors de ses rencontres officielles avec les représentants de l’entreprise russe. En revanche, « Naftogaz » assure accepter de mener des négociations à Bruxelles ou dans toute autre ville de l’Union européenne», peut-on lire dans le message.

Comme rapporté précédemment par Ukrinform, «Gazprom » a invité les représentants de «Naftogaz » à se rendre à Moscou pour discuter des questions de transport du gaz vers l'Europe après 2019, année jusqu'à laquelle, selon le contrat actuel entre les deux compagnies gazières, un transit obligatoire du gaz russe par le territoire ukrainien est prévu.

Besoin de terrain neutre . . .
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Ven 9 Juin - 23:54

Александр a écrit:«Naftogaz » refuse d’aller à Moscou pour négocier avec «Gazprom »



L’entreprise «Naftogaz Ukraine»  considère que le territoire de la Fédération de Russie est un endroit inacceptable pour négocier avec «Gazprom».

Cette information a été communiquée par le service de presse de «Naftogaz » :

« L’entreprise «Naftogaz » respecte ce principe depuis 2014 dans sa correspondance et lors de ses rencontres officielles avec les représentants de l’entreprise russe. En revanche, « Naftogaz » assure accepter de mener des négociations à Bruxelles ou dans toute autre ville de l’Union européenne», peut-on lire dans le message.

Comme rapporté précédemment par Ukrinform, «Gazprom » a invité les représentants de «Naftogaz » à se rendre à Moscou pour discuter des questions de transport du gaz vers l'Europe après 2019, année jusqu'à laquelle, selon le contrat actuel entre les deux compagnies gazières, un transit obligatoire du gaz russe par le territoire ukrainien est prévu.

Besoin de terrain neutre . . .

Si ce n'est que s'il n'y a pas de négociations, la Russie ne devra plus faire transiter son gaz via l'Ukraine, puisque cela concerne la période après 2019...
avatar
Thuramir

Messages : 2730
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Svoboda le Sam 10 Juin - 12:43

Thuramir a écrit:
Si ce n'est que s'il n'y a pas de négociations, la Russie ne devra plus faire transiter son gaz via l'Ukraine, puisque cela concerne la période après 2019...
Je comprends que le gaz (les "prouts" des soldats russes ) ne vont plus transiter en Ukraine à partir de 2019 !

Svoboda

Messages : 1092
Date d'inscription : 01/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Caduce62 le Mer 21 Juin - 0:11

Kyiv, le 09 juin 2017
Naftogaz VS Gazprom : l’Ukraine peut-elle gagner la guerre du gaz?

http://uacrisis.org/fr/57270-naftogaz-vs-gazprom

La semaine dernière, la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm a rendu une décision préliminaire dans l’affaire entre Gazprom et Naftogaz. Les leaders ukrainiens prétendent que c’est la victoire de l’année, alors que la Russie estime que pour elle ce n’est pas un échec, mais bien au contraire, une décision plutôt avantageuse. Donc, Gazprom a-t-il vraiment perdu dans l’affaire Naftogaz?

L’Ukraine Crisis Média Center a rassemblé les étapes les plus importantes de cette affaire qui n’a fait que trop dure, sur la base des articles d’Oukrainska Pravda et LB.UA.

Comment tout a commencé

À la fin de 2008, la Russie a accusé l’Ukraine de lui être redevable de plusieurs milliards de dollars pour le gaz déjà livré. À partir de janvier 2009, la Russie a cessé l’approvisionnement en gaz pour l’Ukraine, mais aussi pour les pays européens. Le 17 janvier 2009, Yulia Timochenko, Premier-ministre ukrainienne de l’époque et Vladimir Poutine, président russe, ont annoncé la signature de nouveaux accords sur la livraison du gaz.

Selon ces nouveaux accords, l’Ukraine devait payer un prix très élevé pour le gaz russe le contrat obligeait notamment Naftogaz à acheter chaque année 52 milliards de m3 de gaz selon la formule «take-or-pay». Selon cette formule, l’Ukraine devait payer tout le volume de gaz prévu dans le contrat, qu’il soit consommé ou non.

Quelle quantité de gaz russe l’Ukraine consommait-elle?

L’Ukraine n’a jamais pu se permettre d’acheter autant de gaz que prévu dans ces accords et elle n’en avait même pas l’utilité. En 2010, la consommation de gaz s’élevait à 57,6 milliards de m3. En 2011, Gazprom a livré à Ukraine 40 milliards de m3, en 2012 – 33 milliards, en 2013 – 28 milliards de cubes. À partir de 2014, l’Ukraine se met à chercher d’autres fournisseurs de gaz : en 2014, l’Ukraine consomme encore 14,5 milliards de m3, alors qu’en 2015 ce volume tombe à 6,1 milliards de m3. En 2016 -2017, l’Ukraine n’a plus acheté de gaz russe.

Seulement de la politique?

À l’époque de Victor Ianoukovitch, l’Ukraine a dû signer les Accords de Kharkiv, selon lesquels l’Ukraine prolongeait la durée de la location en Crimée de bases pour la Marine russe jusqu’en 2042. En échange, l’Ukraine devait bénéficier d’une remise de 30% sur le gaz russe. Cependant, elle payait toujours plus cher que l’Europe.

Après la Révolution de la Dignité, Vladimir Poutine a écrit une lettre aux leaders européens dans laquelle il prétendait que pendant 4 ans, la Russie avait financé l’Ukraine,  dans le cadre des Accords de Kharkiv, pour la somme de 35,4 milliards de dollars. En même temps, la Russie exigeait que l’Ukraine achète le gaz selon les volumes et les prix indiqués dans le contrat de 2009.

Le début du procès de Naftogaz contre Gazprom

En 2014, Naftogaz a adressé à la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm une demande de révision de l’accord sur la livraison de gaz, signé par Timochenko.

Naftogaz demande la révision des prix du gaz acheté du 20 mai 2011 à octobre 2015, ainsi que la suppression de la partie «take-or-pay»du contrat. La somme des dommages et intérêts demandée s’élevait à 30,3 milliards de dollars.

Les prétentions de Gazprom à l’égard de Naftogaz

En juin, c’est Gazprom qui s’est adressé à la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm pour demander le remboursement de la dette de 47,1 milliards de dollars avec des amendes et des dommages et intêrets pour le gaz déjà livré.

Il ne s’agit pas de la première requête déposée contre Gazprom : l’expérience européenne

En 2009, l’Union Européenne a adopté le 3e paquet énergétique, dont l’objectif était le renforcement de la concurrence sur le marché de l’énergie. Selon les nouvelles règles les entreprises de production devaient être différentes de celles du transport et l’accès aux gazoducs et à toute l’infrastructure devaient être confié à une tierce partie. Ce paquet a anéanti les plans de Gazprom qui voulait monopoliser l’infrastructure des marchés du gaz européen.

Donc, de 2009 à 2015, Gazprom a dû réviser 65 fois les contrats avec 30 entreprises européennes. Pour le moment, Gazprom a dû faire face à 4 requêtes déposées contre lui dans les Cours d’arbitrage internationales, 8 entreprises ont demandé la révision des prix.

La décision préalable de la Cour d’arbitrage dans l’affaire ukrainienne

Le 31 mai 2017, la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm a rendu un verdict dans l’affaire ukrainienne.

Tout d’abord, la condition «take-or-pay» a été entièrement supprimée.

Par la suite, l’arbitrage a satisfait la demande de l’entreprise ukrainienne concernant la révision du prix de la livraison du gaz par «Gazprom » compte tenu des conditions du marché. La Cour a ordonné de réviser les prix du gaz à partir de 2014, étant donné que Naftogaz a demandé de réviser le prix du gaz acheté du 20 mai 2011 à octobre 2015. Donc, le prix de la période 2011-2013 pourrait ne pas être révisé. Il reste toujours peu de chances que Gazprom rembourse le trop perçu».

Et enfin, la Cour a satisfait la demande de l’Ukraine de supprimer l’interdiction imposée par Gazprom sur la réexportation du gaz par d’autres entreprises. Au début du mois de mars, Gazprom s’est engagé à supprimer dans les contrats tous les obstacles qui empêchent la libre transaction du gaz sur les marchés de l’Europe centrale et occidentale.

Ce n’est qu’une décision préalable : pourquoi faire autant de bruit?

Gazprom estime que cette décision préalable de la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm est plutôt favorable à l’entreprise. Alexandre Medvedev, représentant de l’entreprise, prétend que la Cour n’aurait jamais supprimé la condition «take-or-pay».

Selon les experts ukrainiens, la décision finale ne sera pas tellement différente de celle-ci.

Selon les contrats de gaz signés par Gazprom et Naftogaz, la décision de la Cour de Stockholm est définitive et ne pourra plus être remise en cause.
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Александр le Jeu 22 Juin - 14:26

La Pologne refuse d’acheter le gaz russe, car il subit une dilution délibérée  Very Happy

La vrai raison pour laquelle la Pologne a refusé d’acheter du gaz russe du 21 au 23 juin, c’est que le gaz est dilué délibérement sur le territoire russe ou biélorusse.

Cette information a été communiquée par Piotr Maciążek, expert polonais des questions énergétique, dans une interview au correspondant d’Ukrinform.

«Selon mes informations, le gaz, fourni par l’entreprise russe «Yamal» située l’est de la Russie, est dilué. Cette dilution a lieu sur le territoire russe ou biélorusse et les intérêts politiques sont évidents. La crise devrait toucher la Pologne, mais pas l’Allemagne » a-t-il souligné.

À son avis, c’est un signal politique que Moscou envoie à Varsovie juste avant la visite de Donald Trump en Pologne le 6 juillet pour le sommet des «3 mers» (Baltique-Adriatique-mer Noire).

«Les derniers problèmes que la Pologne a eu avec le gaz russe ont eu lieu en juillet 2016, juste avant le sommet de l’OTAN à Varsovie et là, ils surviennent à nouveau la veille d’un événement politique important lié aux Américains », a-t-il souligné.

Le 21 juin, l’entreprise polonaise Gaz-System a annoncé une interruption dans le transport du gaz russe du gazoduc de Yamal en raison d’une « incompatibilité avec les paramètres définis».

L’interruption durera du 21 juin 7h00 au 23 juin 7h.
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Krispoluk le Jeu 22 Juin - 21:50

Qu'ils laissent les russes avec leur gaz de merde ! Y'a une foultitude d'autres acteurs sur le marché actuellement : USA, Australie, Canada, pays du Golfe pour n'en citer que quelques uns... Twisted Evil
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Caduce62 le Mer 12 Juil - 19:12

https://www.ukrinform.net/rubric-economy/2264898-poland-to-supply-more-gas-to-ukraine-from-september.html

Ukrtransgaz and Poland's pipeline operator Gaz-System have agreed to increase natural gas supplies from Poland to Ukraine from September 2017, Gaz-System has said in a statement. 

The operators agreed that they will offer the maximum opportunities for gas transportation in the direction of Ukraine at the Hermanowice point in the period from September 1 to April 30 at a level of 250,000 cubic meters per hour and in the period from May 1 to August 31 at 167,000 cubic meters per hour.

The report notes that the sides agreed to "harmonize products and mechanisms for their distribution" on both ways of the gas transportation system.
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Jeu 13 Juil - 20:26

Entre le discours politique et l’économie de marché, la seconde option a toujours l’avantage. En voici la preuve, dans un domaine où l’UE est sans compétence juridictionnelle d’ailleurs :

Nord Stream 2: l'UE veut négocier avec Moscou
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 09/06/2017 à 15:05 Publié le 09/06/2017 à 15:03
La Commission européenne souhaite négocier avec Moscou pour s'assurer que le projet controversé de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne «soit exploité de façon transparente et non discriminatoire», a-t-elle annoncé ce vendredi. L'exécutif européen, qui se dit défavorable à ce projet, a formellement demandé au Conseil de l'Union européenne (UE), qui représente les Etats membres, de lui accorder un mandat pour cela.
«Le gazoduc Nord Stream 2 ne contribue pas à la réalisation des objectifs de l'union de l'énergie. Si ce gazoduc est néanmoins construit, il nous faut à tout le moins veiller à ce qu'il soit exploité de manière transparente et dans le respect des règles de l'UE», a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic.
Ce projet, qui divise les Européens, vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à plus de gaz russe d'arriver directement en Allemagne, via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine. Défendu par Berlin, Nord Stream 2 est vivement critiqué par plusieurs pays de l'est de l'Europe, Pologne en tête, dans un contexte de tensions géopolitiques entre l'UE et Moscou depuis le conflit ukrainien de 2014.
Selon la Commission, «la section en mer de Nord Stream 2 est dans une situation particulière car il se trouve en partie, notamment à son unique point d'entrée, en dehors de la juridiction de l'UE». Il faut donc «négocier un cadre juridique spécial qui tienne compte des principes fondamentaux du droit international et du droit» européen. Ce gazoduc «ne peut pas être exploité dans un vide juridique ou uniquement selon le droit de l'énergie d'un pays tiers», a insisté le commissaire à l'Energie, Miguel Arias Canete.
L'UE veut s'assurer que le gazoduc sera exploité de manière transparente, que les prix ne seront pas discriminatoires, que les tiers pourront y accéder et que les activités de fourniture et de transport seront séparées.
«Mon point de vue sur ce projet est négatif», avait écrit le président du Conseil européen Donald Tusk, dans une lettre adressée au président de la Commission, Jean-Claude Juncker. Selon lui, «il nous rendra plus dépendant de l'approvisionnement russe» et «renforcera la position (du géant gazier russe) Gazprom comme fournisseur de gaz dominant au sein de l'UE. Pour résumer, cela ne servira pas les intérêts européens.»
 
Gazoduc Nord Stream 2: Gazprom réplique
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 30/06/2017 à 16:13 Publié le 30/06/2017 à 16:12
Le géant russe Gazprom a opposé vendredi une fin de non-recevoir à la Commission européenne, qui souhaite négocier avec Moscou sur le gazoduc Nord Stream 2, assurant qu'«aucun régime particulier» n'était nécessaire pour ce projet qui divise les Européens. Début juin, l'exécutif européen, défavorable à la construction de ce gazoduc via la mer Baltique, a formellement demandé au Conseil de l'UE, qui représente les Etats membres, de lui accorder un mandat pour discuter avec les autorités russes afin que ce projet «soit exploité de façon transparente et non discriminatoire». «Aucun régime particulier n'est nécessaire pour le projet Nord Stream 2», a martelé le directeur général de Gazprom, Alexeï Miller, lors d'une conférence de presse suivant l'assemblée générale des actionnaires.
Ce projet vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à plus de gaz russe d'arriver directement en Allemagne, via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine. Passant sous la mer, il échappe théoriquement à la juridiction de Bruxelles. «D'un point de vue technique, Nord Stream 2 est identique à Nord Stream 1, il passe par le même tracé», a insisté M. Miller, se disant «convaincu qu'il serait construit dans les délais prévu». Défendu par Berlin, Nord Stream 2 est vivement critiqué par plusieurs pays de l'est de l'Europe, Pologne en tête, dans un contexte de tensions géopolitiques entre l'UE et Moscou depuis le conflit ukrainien commencé en 2014. Le projet de 9,5 milliards d'euros a été retardé par l'opposition de pays européens comme la Pologne, qui ont contraint les sociétés intéressées à revoir leur montage financier.
Finalement, Gazprom sera le seul actionnaire, tandis que ses partenaires -le Français Engie, les Allemands Uniper (ex-EON) et Wintershall (BASF), l'Autrichien OMV et l'Anglo-Néerlandais Shell- en financeront la moitié à parts égales sous la forme de crédits. Recevant récemment le PDG de Shell Ben van Beurden, Vladimir Poutine a assuré qu'il fallait «expliquer calmement que ce projet n'était dirigé contre personne» et qu'il était «strictement commercial». Malgré la volonté de l'UE de réduire sa dépendance au gaz russe, les exportations de Gazprom en Europe ont atteint un record l'an dernier et s'affichent en hausse sur les six premiers mois de l'année. Elles représentent plus de 33% de la consommation du continent européen, a estimé vendredi M. Miller.
avatar
Thuramir

Messages : 2730
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Александр le Ven 18 Aoû - 12:35

L'Ukraine n'importe pas de gaz russe depuis plus de 600 jours


Depuis plus de 600 jours, l'Ukraine a arrêté d'acheter du gaz naturel en provenance de la Russie, en passant à l'utilisation du gaz en provenance de l'Europe. En outre, il existe déjà une dynamique positive dans la production de gaz domestique.

Le premier ministre ukrainien Volodymyr Hroїsman a communiqué cette information lors d'une réunion sur les préparatifs de la prochaine saison de chauffage, tenue au cours de sa visite de travail dans la région de Mykolaiv :

« Nous vivons sans gaz russe depuis plus de 600 jours. Nous réalisons une modernisation à grande échelle du système énergétique, augmentons notre propre production de gaz et constatons déjà une dynamique positive », a déclaré le chef du gouvernement.

Hroїsman a également précisé qu'il fallait non seulement trouver une alternative au gaz importé, mais aussi entreprendre des mesures d'efficacité énergétique pour réduire la consommation de ressources énergétiques et améliorer la qualité des services dans le secteur du carburant et de l'énergie du pays.

Rappelons que l'Ukraine a cessé d'importer du gaz de la Russie le 25 novembre 2015.

Hroїsman : « Pas de hausse du prix du gaz au cours de la prochaine saison de chauffage en Ukraine »



Le premier ministre ukrainien Volodymyr Hroїsman a assuré que le gouvernement ne soutenait pas et ne prendrait aucune décision sur l'augmentation du prix du gaz pour la population.

Il a fait cette déclaration jeudi lors d'une réunion sur les préparatifs de la prochaine saison de chauffage, tenue au cours de sa visite de travail dans la région de Mykolaiv :

« Le gouvernement ne supporte aucune augmentation des prix du gaz pour la nouvelle saison de chauffage dans le pays », a déclaré M. Hroїsman.

À son avis, il n'existe actuellement aucune raison objective d'augmenter le prix du gaz pour la population. À cet égard, il a promis que le Conseil des ministres ne prendrait aucune décision de hausse du coût du gaz.
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  benoit77 le Ven 8 Déc - 12:29

avatar
benoit77

Messages : 2172
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Krispoluk le Ven 8 Déc - 13:16


La Russie est aux abois pour financer "ses fins de mois". Total a flairé le bon coup pour profiter des "soldes" Twisted Evil

Il va acheter au rabais pour nous vendre toujours plus cher, comme il l'a toujours fait en Afrique ou ailleurs... Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Lun 11 Déc - 12:20

Krispoluk a écrit:

La Russie est aux abois pour financer "ses fins de mois". Total a flairé le bon coup pour profiter des "soldes" Twisted Evil

Il va acheter au rabais pour nous vendre toujours plus cher, comme il l'a toujours fait en Afrique ou ailleurs... Wink
Certes, mais les affaires passent avant les convictions politiques, comme je l'ai écrit. Dure réalité... 
avatar
Thuramir

Messages : 2730
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  benoit77 le Ven 22 Déc - 22:04

Naftogaz ne paiera pas le gaz du dombabwe :
https://focus.ua/money/387658/
avatar
benoit77

Messages : 2172
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Caduce62 le Mer 10 Jan - 10:12

En 2022, l’Ukraine aura la possibilité d’importer du gaz norvégien à condition de réaliser le projet de «Gazoduc de la Baltique » et de mettre en œuvre l’inter-connexion Ukraine-Pologne.

Cette information a été annoncée sur Facebook par Maxime Bilyavski, porte-parole d' « Ukrtransgaz », qui commentait la signature du Memorandum sur la coopération entre les  infrastructures gazières norvégiennes, danoises et polonaises visant à assurer  l'approvisionnement direct en gaz :

«Le flux direct du gaz norvégien jusqu'en Ukraine deviendra réalité à partir de 2022. Tout ce qu’il nous reste à faire, c’est de construire l’inter-connexion Ukraine-Pologne. L’achat des matériaux du gazoduc doit commencer à l'automne », a-t-il déclaré.

La Pologne et le Danemark ont ​​signé hier à Copenhague un Mémorandum sur le projet commun « Baltic Pipe » (gazoduc de la Baltique). Le document prévoit une prise de décision finale sur la réalisation des investissements en 2018 et l'achèvement du gazoduc en octobre 2022.

EH
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mer 10 Jan - 11:04

Il y a déjà des liaisons Ukraine - Pologne, c'est par là que l'UE fournit du gaz à l'Ukraine (aussi par la Hongrie).  Shocked
Bon, maintenant il faut voir les capacités actuelles qui sont peut-être insuffisantes.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Caduce62 le Dim 4 Fév - 18:17

https://www.connaissancedesenergies.org/le-gaz-consomme-en-france-vient-principalement-de-russie-120222

Idée reçue : « Le gaz consommé en France vient principalement de Russie » FAUX

Plus de 99% de la demande française de gaz naturel est aujourd'hui satisfaite grâce aux importations. 

Contrairement à une idée assez répandue, le premier fournisseur de la France n’est pas la Russie mais la Norvège.

Les importations françaises de gaz naturel proviennent principalement de 4 fournisseurs :
la Norvège (42,2% des entrées brutes de gaz en France en 2015(3)) ;
la Russie (11,4%) ;
les Pays-Bas (10,7%) ;
l’Algérie (9,4%).

Malgré l’importance de ces 4 fournisseurs, la France diversifie l’origine de ses importations afin de limiter les conséquences d’aléas techniques ou politiques éventuels (ex : conflits gaziers russo-ukrainiens). Afin de pérenniser l'approvisionnement national, près de 79% des importations françaises en 2015 ont par ailleurs été assurées dans le cadre de contrats de moyen et long terme(4), ceux-ci étant de plus en plus indexés sur les prix de marché du gaz.

Les importations sous forme de GNL (23,1% des importations françaises de gaz naturel en 2016 selon BP) offrent notamment à la France la possibilité de s’approvisionner auprès de nombreux producteurs (Algérie, Nigéria, Qatar, etc.) en acheminant du gaz jusqu’aux terminaux méthaniers, indépendamment du réseau existant de gazoducs.

En 2015, les volumes de gaz russe importés par la France ont diminué de 6,5 % par rapport à 2014. La Russie, qui dispose des deuxièmes plus importantes réserves prouvées de gaz naturel derrière l'Iran (17,3% des réserves prouvées dans le monde à fin 2016)(5), reste toutefois le principal fournisseur extérieur de gaz de l'Union européenne. Elle a compté en 2015 pour 37% des importations gazières de l'UE (contre 33% pour la Norvège)(6) et est en particulier incontournable pour de nombreux pays de l'Europe de l'est, encore très dépendants du gaz russe (pays baltes, Pologne, République tchèque, Slovaquie, etc.).
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Jeu 1 Mar - 11:26

Eh bien, voilà du gaz qui versera encore  de l’huile sur le feu, comme aurait dit le maire de Champignac !


 
L'Ukraine remporte la dernière manche de son conflit gazier avec la Russie
©️ BELGA
L'Ukraine a crié victoire mercredi à l'issue de la dernière manche du conflit sur le gaz aux enjeux symboliques et financiers considérables l'opposant depuis des années à la Russie, condamnée à lui verser plus de deux milliards de dollars.
Le président ukrainien Petro Porochenko s'est félicité d'une «victoire historique», après ce jugement qui met un terme à quatre ans d'un bras de fer opposant les deux pays depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux à Kiev en 2014.
La Cour d'arbitrage de Stockholm a condamné le géant public russe Gazprom à verser 4,63 milliards de dollars à Naftogaz «pour ne pas avoir livré les volumes de gaz prévus pour le transit» par le territoire ukrainien vers l'Europe, a annoncé cette compagnie ukrainienne dans un communiqué. Le jugement rendu mercredi porte sur le transit du gaz russe, que Kiev monnaye et que Moscou tente de réduire en privilégiant d'autres gazoducs. Selon les deux parties, la Cour a donné raison à Naftogaz en jugeant les volumes envoyés par Gazprom insuffisants au vu du contrat de 2009.
Au final, en prenant en compte une décision précédente de la même instance en défaveur de Kiev, cette fois sur le prix et le volume du gaz russe livré en Ukraine, «Gazprom va devoir effectuer un paiement net de 2,56 milliards de dollars à Naftogaz», a-t-il ajouté.
Les deux pays exigeaient l'un de l'autre le paiement de dizaines de milliards de dollars de compensations devant ce tribunal. Très complexes, les décisions de la Cour de Stockholm ne sont pas publiques et leurs détails ne sont révélés que partiellement par chacune des parties. Confirmant les sommes annoncées par Naftogaz, la compagnie Gazprom a fait part de «son désaccord avec la décision arbitrale».
«Gazprom défendra ses intérêts par tous les moyens permis par la loi», a assuré le géant russe dans un communiqué.
avatar
Thuramir

Messages : 2730
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Jeu 1 Mar - 18:17

Porochenko a ordonné le gel des actifs de Gazprom si la décison d’arbitrage n’est pas respectée



Le Président ukrainien, Petro Porochenko, a ordonné de geler les actifs de Gazprom si l’entreprise refusait de payer les sommes imposées par la décision du tribunal d'arbitrage de Stockholm.

Le président ukrainien Petro Poroshenko a ordonné de demander le gel des actifs de Gazprom si la société russe ne se conformait pas à la décision de l'Institut d'arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm.

Il a fait cette déclaration lors d'une réunion du Conseil de sécurité nationale et de défense de l'Ukraine, rapporte un correspondant Ukrinform.
"Je lance un appel à Andriy Kobolev, PDG de NJSC Naftogaz, au procureur général, au ministère de la Justice, au ministère de la Justice et au ministère des Affaires étrangères dirigé par Pavlo Klimkine, de convoquer de toute urgence une réunion, et si Gazprom ne paie pas l’argent dû – apparement il aurait commencer le paiement hier-, Naftogaz devra geler les actifs de Gazprom et assurer la mise en œuvre de ces décisions", a déclaré Porochenko.

Il a dit que l'Ukraine dispose de suffisamment de données sur ces actifs, qui selon lui, sont également utilisés dans le projet de gazoduc Nord Stream 2.

Porochenko a qualifié les déclarations provocatrices de Gazprom selon lesquelles l’entreprise de monopole russe ne respecterait pas les décisions de la cour d'arbitrage de Stockholm et a souligné qu'une telle position devrait avoir des "conséquences géopolitiques".

"Le non-respect des décisions judiciaires a des conséquences géopolitiques extrêmement importantes: comment l'Europe peut-elle compter sur la fiabilité de ce fournisseur de gaz ? De quel genre de Nord Stream 2 ou Turkish Stream pouvons-nous parler si la société déclare officiellement durant des discussions ave Naftogaz qu’elle ne va pas se conformer à la décision du tribunal", a-t-il dit.

Comme indiqué précédemment le 28 février, le tribunal d'arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm a obligé Gazprom à payer à NJSC Naftogaz 4,63 milliards de dollars en compensation pour le non-respect de ses obligations de transit de gaz.

Dans le même temps, le tribunal arbitral a rejeté les demandes de Gazprom concernant les amendes pour les volumes de gaz de transit, prétendument pris illégalement par Naftogaz.

affraid

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Thuramir le Jeu 1 Mar - 23:02

On voit mal comment Porochenko pourrait geler les actifs de Gazprom, dont le siège se trouve en Russie, tout au plus pourrait-il saisir les actifs de Gazprom en Ukraine.
avatar
Thuramir

Messages : 2730
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Ven 2 Mar - 0:13

Il pourrait juste s'occuper des avoirs de Gazprom en Ukraine.
Et là, on tombe sur un autre problème puisque la Russie exploite des stations de pompage ukrainiennes . . . en Crimée (dans ses eaux territoriales [gaz et pétrole]).
=> impact économique de l'annexion illégale.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Lun 5 Mar - 18:34

Après pas mal d'épisodes que je vous ai épargné:

Gazprom a signifié la résiliation unilatérale de ses contrats avec Naftogaz



La compagnie gazière ukrainienne a finalement reçu une note du géant russe Gazprom l'informant de son intention de résilier les contrats liés au gaz.

Le directeur commercial de Naftogaz, Yuriy Vitrenko, a fait cette déclaration lors d'un point presse lundi, rapporte un correspondant d'Ukrinform :
"Nous avons reçu un avis officiel de Gazprom concernant la résiliation du contrat", a déclaré M. Vitrenko.

Le 28 février, l'Institut d'arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm avait obligé Gazprom à payer 4,63 milliards de dollars à Naftogaz en compensation du non-respect de ses obligations de transit de gaz. Le PDG de Gazprom, Alexei Miller, avait par la suite déclaré que son entreprise, suite à la décision arbitrale en sa défaveur, entamait le processus de résiliation des contrats de fourniture et de transit de gaz avec Naftogaz.

Le prépaiement effectué par l'Ukraine à Gazprom, dans l'attente de l'approvisionnement en gaz du mois de mars avait été retourné et la livraison annulée, obligeant l'Ukraine a signer un contrat avec un fournisseur polonais.  

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mar 6 Mar - 12:33

Réaction:

Berlin s'indigne de la décision de Gazprom de mettre fin aux contrats énergétiques avec l'Ukraine



La décision de Gazprom de mettre fin à ses contrats avec Naftogaz et d'arrêter la fourniture de gaz naturel a suscité des inquiétudes en Allemagne et en Europe.

Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a fait cette déclaration lors d'un point presse ce lundi, rapporte le correspondant d'Ukrinform en Allemagne :

"Le gouvernement fédéral a pris connaissance avec inquiétude de l'annonce faite par Gazprom concernant son intention de mettre un terme à ses contrats avec l'Ukrainien Naftogaz. Le fait que le gaz ne soit pas livré à l'Ukraine est encore plus préoccupant", a déclaré M. Seibert.

Le porte parole en a profité pour rappeler les deux décisions prises par la Cour d'arbitrage de Stockholm sur le différend entre les deux sociétés énergétiques, en faveur de l'entreprise ukrainienne, fin décembre 2017 et fin février 2018. Berlin estime que les deux entreprises doivent maintenant se conformer à ces décisions :

"Si Gazprom annonce prématurément la résiliation des contrats, cela provoquera une irritation non seulement ici, en Allemagne, mais aussi dans d'autres pays de l'UE et au niveau de la Commission européenne", a déclaré M. Seibert.

Selon lui, il est dans l'intérêt de l'UE, de la Russie et de l'Ukraine que ces deux pays agissent en partenaires fiables concernant l'approvisionnement européen en gaz et en garantissent l'approvisionnement continu.

Il a également salué l'intervention de Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne pour l'énergie, afin de résoudre ce conflit.

Le 28 février, l'Institut d'arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm avait obligé Gazprom à payer 4,63 milliards de dollars à Naftogaz en compensation du non-respect de ses obligations de transit de gaz. Le PDG de Gazprom, Alexei Miller, avait par la suite déclaré que son entreprise, suite à la décision arbitrale en sa défaveur, entamait le processus de résiliation des contrats de fourniture et de transit de gaz avec Naftogaz.

Le prépaiement effectué par l'Ukraine à Gazprom, dans l'attente de l'approvisionnement en gaz du mois de mars avait été retourné et la livraison annulée, obligeant l'Ukraine a signer un contrat avec un fournisseur polonais.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Matt le Mer 7 Mar - 12:17

Conflit gazier: le Parlement européen soutient la position de l'Ukraine



La Russie utilise les réserves de gaz naturel comme outil de pression politique sur l'Ukraine.

David McAllister, président de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen, et Dariusz Rosati, président de la Délégation à la commission parlementaire d'association UE-Ukraine, ont fait cette déclaration mardi dernier, selon le correspondant permanent d'Ukrinform à Bruxelles :

« Nous sommes profondément préoccupés par la décision prise par le Gazprom le 1er mars 2018 d'arrêter de fournir du gaz prépayé à l'Ukraine, ainsi que par l'intention du Gazprom de rompre le contrat avec Naftogaz. Cela constitue une preuve supplémentaire de l'utilisation de l'approvisionnement en gaz en tant qu'outil de pression politique de la part de la Fédération de Russie, ce qui pourrait également avoir un impact négatif sur la sécurité énergétique de l'UE ».

Les auteurs de la déclaration ont salué la volonté de la Commission européenne d'être un médiateur dans cette situation et ont appelé toutes les parties à convenir de lancer le plus tôt possible des consultations trilatérales dans le format UE-Ukraine-Russie afin de surmonter cette situation tendue.

« Ces événements récents ont confirmé une grande importance d'améliorer la sécurité énergétique de l'UE et de réduire immédiatement la dépendance au pétrole et au gaz fournis par les régimes autoritaires ainsi que de l'arrêter complètement à moyen terme », ont noté les représentants du Parlement européen.

Le 28 février, l'Institut d'arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm avait obligé Gazprom à payer 4,63 milliards de dollars à Naftogaz en compensation du non-respect de ses obligations de transit de gaz. Le PDG de Gazprom, Alexei Miller, avait par la suite déclaré que son entreprise, suite à la décision arbitrale en sa défaveur, entamait le processus de résiliation des contrats de fourniture et de transit de gaz avec Naftogaz.


Le prépaiement effectué par l'Ukraine à Gazprom, dans l'attente de l'approvisionnement en gaz du mois de mars avait été retourné et la livraison annulée, obligeant l'Ukraine a signer un contrat avec un fournisseur polonais.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gaz revient sur la scène . . .

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 15 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum