Ioulia Timochenko : Toutes griffes dehors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ioulia Timochenko : Toutes griffes dehors

Message  Matt le Jeu 11 Aoû - 9:48

Ioulia Timochenko : Toutes griffes dehors

Aux prises avec la justice ukrainienne, Ioulia Timochenko se distingue par sa pugnacité. L'égérie de la révolution orange et ex-Premier ministre fascine toujours autant.




Elle a la répartie facile et se distingue par sa pugnacité. Juchée sur ses talons haut, elle défie ses adversaire, toise ses contradicteurs et fait fi des règles du tribunal qui la juge. On l’accuse d’avoir autorisé la signature de contrats favorisant l'importation du gaz russe à des prix désavantageux pour l'Ukraine. C’est à dire d’avoir escroqué son pays. Afin de prouver son innocence, Ioulia Timochenko se défend becs et ongles, quitte à agacer le parquet. Auréolée de sa célèbre coiffure traditionnelle, la charismatique Ukrainienne à la beauté hitchcockienne enchaine les provocations et crie au complot politique. Une obstination qui force l’admiration, mais qui a conduite l’opposante en prison. Le tribunal a demandé sa mise en détention provisoire vendredi dernier pour « violation systématique » des règles judiciaires. Une décision que les Etats-Unis et L’Union européenne ont vivement critiqué. L’ancienne Premier ministre jouit d’une certaine réputation. Sa défaite à la présidentielle de 2010 et les zones d’ombres qui planent sur son passé n’ont pas entaché son statut d’égérie de la révolution orange. Dans les démocraties occidentales tout du moins, car en Ukraine, celle qu’on surnomme la « princesse du gaz » fascine autant qu’elle agace.

Timochenko est un animal politique particulier. Une femme d’ambition qui contrôle parfaitement son image. « Elle ressent une passion pour le pouvoir. Et elle a eu pour cela de bons maîtres » dit d’elle Dmytro Vydrine, son ancien conseiller. Celle qui se surnomme « la tigresse » n’était pourtant pas prédisposée à accomplir une telle carrière politique. Issue d’une famille modeste, Ioulia Timotchenko devient célèbre en 1995, lorsqu’elle se hisse à la tête de la société Systèmes énergétiques unis. Cette entreprise qui importe du gaz russe, lui permet de devenir richissime. Un an plus tard elle se lance en politique. Elle apprend rapidement à connaître les particularités d’un milieu ou s’invite bien souvent trahison et corruption. Lors de la présidentielle de 1999, Ioulia Timochenko est évincée de Systèmes énergétiques unis, qui finance amplement la campagne de son mentor Pavlo Larazenko. « La princesse du gaz » passe alors dans l’autre camp, celui du président sortant : Leonid Koutchma. L’initiative lui permet de faire son entrée au gouvernement. Un gouvernement dirigé par Viktor Iouchtchenko, le futur leader de la révolution orange.

Talon hauts et grosses ficelles

« Il n’y a pas en Europe de femmes politiques présentant une telle alliance de charme, d’insolence et de rejet de toutes les règles ». Cette assertion de Dmytro Vydrine résume parfaitement la personnalité et le parcours de Ioulia Timochenko. La féline quinquagénaire a deux facettes. La première, c’est celle de la militante pro-occidentale, de la contemptrice des manœuvres du voisin russe. Une image qu’elle entretient en talons hauts et en robe Louis-Vuitton. Ses harangues lui confèrent une aura particulière. Ioulia est une femme moderne qui défend l’idéal démocratique à l’aide de son sens de la formule et de son charme. L’autre facette est moins reluisante que la blondeur de ses cheveux. Immorale, ambitieuse, dénuée de toute véritable conviction : ces qualificatifs reviennent souvent aux lèvres de ses détracteurs. Et ils ont des arguments. Le passé de l’intéressée réserve des zones d’ombres. Elle traine derrière elle une (autre) affaire liée au gaz russe : en 2001, elle a passé un mois en prison pour le vol présumé d’un milliard de dollars. Sur le volet politique, la révolution orange n’a pas été à la hauteur des espoirs qu’elle avait suscités. Chômage autour de 20%, dégradation des rapports avec la Russie, luttes internes entre Timochenko et l’ancien président Viktor Iouchtchenko : ce n’est pas un hasard si les électeurs ont voté pour le russophile (et russophone) Viktor Ianoukovitch à la présidentielle de 2010.

Aujourd’hui Ioulia Timochenko doit de nouveau faire face à une justice qu’elle juge manipulée par le président Ianoukovitch. Et comme à son habitude, elle use de son pouvoir de séduction et de ce don qui fait d’elle une personnalité politique à part. La tigresse est toujours aussi convaincante, toutes griffes dehors.


Portrait intéressant.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6268
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum