Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Thuramir le Mer 7 Nov - 22:33

En Ukraine, les politiciens peuvent tout promettre à leurs électeurs. Une amie m'a envoyé la photo du panneau électoral de Serhiy Taruta, un oligarque candidat à l’élection présidentielle (cfr https://en.wikipedia.org/wiki/Serhiy_Taruta).

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Drq4ur10

Son slogan ? « Une pute pour chacun » ! (le mot « повію » désignant une prostituée en ukrainien).
Thuramir
Thuramir

Messages : 2823
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Krispoluk le Mer 7 Nov - 22:59

Thuramir a écrit:En Ukraine, les politiciens peuvent tout promettre à leurs électeurs. Une amie m'a envoyé la photo du panneau électoral de Serhiy Taruta, un oligarque candidat à l’élection présidentielle (cfr https://en.wikipedia.org/wiki/Serhiy_Taruta).

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Drq4ur10

Son slogan ? « Une pute pour chacun » ! (le mot « повію » désignant une prostituée en ukrainien).

Ben s'il tient ses promesses et si j'habitais en Ukraine, je vote pour lui sans hésitation hein !

Nous en France, on s'est fait enc...r grave par Macron et on n'a personne dans notre lit le soir pour nous consoler... C'est encore pire !!!  lol!
Krispoluk
Krispoluk

Messages : 6100
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Thuramir le Ven 9 Nov - 12:50

Krispoluk a écrit:

Ben s'il tient ses promesses et si j'habitais en Ukraine, je vote pour lui sans hésitation hein !

Nous en France, on s'est fait enc...r grave par Macron et on n'a personne dans notre lit le soir pour nous consoler... C'est encore pire !!!  lol!

Ne te fais pas d'illusions ! Une fois les élections passées, quel que soit le vainqueur, tous les ukrainiens (sauf une poignée de privilégiés) seront baisés ! C'est la coutume du pays.  Very Happy
Thuramir
Thuramir

Messages : 2823
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Александр le Ven 9 Nov - 13:01

Pas qu'en Ukraine Exclamation
Александр
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Krispoluk le Ven 9 Nov - 13:56

Александр a écrit:Pas qu'en Ukraine Exclamation

Peut pas mieux dire !!!  Cool Twisted Evil  affraid
Krispoluk
Krispoluk

Messages : 6100
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Thuramir le Mar 22 Jan - 23:13

Le début de la fin pour l’Ukraine ?
 
Présidentielle en Ukraine: l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko annonce officiellement sa candidature
©️ BELGA
L'ex-Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a annoncé mardi sa candidature à l'élection présidentielle du 31 mars, dont elle est la favorite face au président sortant Petro Porochenko selon les derniers sondages.
«Je suis candidate à la présidentielle», a affirmé Mme Timochenko à Kiev devant des centaines de personnes, lors d'un meeting de son parti Batkivchtchina (Patrie). «Aujourd'hui nous entrons dans une nouvelle époque de succès, de bonheur et de prospérité [...] Nous commençons la véritable marche en avant de l'Ukraine, vers sa grandeur», a-t-elle ajouté, reconnaissant par le passé avoir «fait des erreurs».
«Peut-être que j'ai parfois tort, mais j'ai tort sincèrement», a-t-elle déclaré. (Voilà qui fait une belle jambe aux citoyens qui payent encore les pots cassés du passé !!!)
Dans une ambiance joyeuse, plusieurs centaines de personnes s'étaient réunies, dont le mari et la fille de l'ancienne Premier ministre et femme d'affaires. Certains manifestants portaient le drapeau bleu et jaune de l'Ukraine et d'autre brandissaient des pancartes sur lesquelles était inscrit «Crois en l'Ukraine!», accompagné du coeur rouge symbolisant le parti.
Dans une vidéo diffusée lors du meeting, l'ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili a apporté son soutien à la candidate. «Elle est une combattante infatigable de l'Ukraine et des intérêts des Ukrainiens», a affirmé celui qui fut un temps gouverneur de la région d'Odessa (sud) avant de se brouiller avec Petro Porochenko et d'être expulsé d'Ukraine début 2018.
Selon les derniers sondages, M. Porochenko, qui n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature, est devancé par Ioulia Timochenko, déjà candidate en 2010 et 2014.
Lundi, un premier candidat, le comédien Volodymyr Zelensky, a déposé officiellement sa candidature. Le premier tour aura lieu le 31 mars et un second sera organisé deux semaines plus tard si aucun candidat ne remporte plus de 50% des suffrages.
Thuramir
Thuramir

Messages : 2823
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Jeu 7 Fév - 1:54

Le Rock-star ukrainien sviatoslav vakharchuk a mis fin aux nombreux mois de spéculations sur la question de savoir s'il va se présenter à la présidence aujourd'hui - déclarant dans une vidéo qu'il s'intéresse aux "vrais changements" dans le pays et qu'il ne s'en va pas.

" J'ai dit à maintes reprises qu'être au pouvoir en tant que tel, tenir le poste présidentiel en tant que tel ne m'intéresse pas. Je suis intéressé par de vrais changements dans le pays ! Et pour dot le i ' s et traverser les t, pour enlever toutes les questions, je déclare officiellement : moi, sviatoslav vakarchuk, ne prendra pas part à la course présidentielle en 2019," il a dit dans un message vidéo posté sur sa Chaîne Youtube officielle.

Selon Vakarchuk, il est bien conscient qu'il peut faire plus pour le pays maintenant en portant des jeans, que par " porter une cravate."

" et je ne vais pas me mettre à l'écart. Chaque jour, en parlant aux gens, je peux sentir leur déception et leur désespoir. Je vois que la corruption et l'injustice corrosion notre pays de l'intérieur. Je vois des politiciens sans scrupules et des responsables cupides qui rendent notre pays plus faible. Ça n'a pas à être comme ça ! Et on peut changer ça ! Mon équipe et moi-même allons travailler pour faire en sorte que les forces pro-européennes gagnent. Je vais travailler pour apporter au pouvoir autant de jeunes professionnels que possible - les gens du futur, ceux pour qui la justice et les intérêts de l'état sont avant tout ! Je crois que de vrais changements sont possibles ! Et ça ne fait aucune différence - en tant que chanteur ou politicien, je serai toujours avec vous sur ce chemin - le chemin des vrais changements !" la célébrité ukrainienne a ajouté.

En savoir plus : https://www.unian.info/m/politics/10423830-ukrainian-rock-star-vakarchuk-not-to-run-for-president-in-2019-video.html
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Jeu 7 Fév - 1:55

Une élection présidentielle qui lasse l’opinion publique

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/ukraine-une-election-presidentielle-qui-lasse-lopinion-publique?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1549015079&fbclid=IwAR22N4peXAgg2-SIDQJzUfuntohlKuTYj8sl1DVrcHxSCAA7KjZDifa1bwk

COURRIER INTERNATIONAL - PARIS
Publié le 01/02/2019 - 10:55
REUTERS/Valentyn Ogirenko

À deux mois du premier tour, le monde politique ukrainien s’agite, sur fond de crise économique, de corruption endémique, de guerre et de tensions avec la Russie. Dans l’indifférence générale.

Officiellement, ils sont vingt-six. Vingt-six candidats à l’élection présidentielle, dont le premier tour doit se tenir le 31 mars prochain. En réalité, six seulement parviennent à récolter chacun plus de 10 % des intentions de vote, selon les instituts de sondage.

Le président sortant, Petro Porochenko, en difficulté, s’est efforcé d’aligner les succès de façade, comme l’application de la loi martiale dans les départements proches de la Russie en novembre ou l’accession à l’autocéphalie de l’Église orthodoxe ukrainienne, avant de se proclamer enfin candidat le 29 janvier.

Mais cela est loin de suffire, et il risque d’être battu dès le premier tour, puisqu’il arrive en troisième position dans les sondages. Il laisse certes derrière lui des candidats comme le prorusse Iouri Boïko, le centriste Anatoliy Hrytsenko et Oleh Liachko, du Parti radical (de droite), et multiplie les déclarations fracassantes sur l’entrée de l’Ukraine dans l’Union Européenne et l’OTAN, comme le souligne Den :

Non seulement l’Ukraine, mais l’UE et l’Otan aussi ont besoin que l’Ukraine devienne membre à part entière de ces organisations, et nous le ferons en tant que leader régional.”
“Reste à savoir, modère le quotidien de Kiev, dans quelle mesure [ces ambitions] sont réalistes.”
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Jeu 7 Fév - 15:17

Украинские депутаты предлагают не пускать граждан РФ наблюдателями на президентские выборы. Но есть неравнодушный человек, который хотел бы в это вмешаться, считает карикатурист Sergey Elkin.
Другие карикатуры Елкина здесь:
http://p.dw.com/p/1HfoD?maca=rus-facebook-dw
Les députés ukrainiens proposent de ne pas permettre aux citoyens de la fédération de Russie d'avoir des observateurs pour l'élection présidentielle. Mais il y a une personne concernée qui voudrait intervenir, pense le dessinateur Sergey Elkin.

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 51341310
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Krispoluk le Jeu 7 Fév - 20:40

Oui, ils sont bien mal barrés les malheureux ukrainiens !  affraid  Mad Sad

On a bien compris que cette élection présidentielle sera une grosse farce de plus  Twisted Evil

L'immense majorité du peuple a bien compris et s'en fout complètement : atavisme slave...

La Youlia part favorite, on connait son passé et ses nombreuses compromissions avec le Kremlin qu'elle reconnait d'ailleurs elle-même : "j'ai pu faire des erreurs par le passé..." Quel bel aveu !

Si elle est élue et que la Rada lui est acquise ont peut craindre le pire...

Bon, ça ne changera pas au plan économique, c'est juste un clan d'oligarques qui va en chasser un autre et continuer à saigner économiquement le pays et les pauvres pour ses propres intérêts de gang...

Par contre, je crains le pire au niveau de la politique étrangère, face à la Russie !  affraid Si, Poro était un oligarque dans toute sa splendeur, il avait au moins le mérite de tenir tête à Poutine pour ne rien lâcher au Donbass et en Crimée...
La Youlia est capable de tout lâcher pour favoriser ses propres intérêts financiers personnels. Elle en a l'habitude depuis ses contrats juteux sur  le gaz avec la Russie...

Néanmoins, si cette sinistre farce se produisait, elle devrait faire face à un Maïdan à la puissance 2 car les forces nationalistes ou fascistes (appellez-les comme vous le voulez...) se sont réveillées et elle n'accepteront plus jamais un "retour" dans le giron de la "Sainte Russie"...
Krispoluk
Krispoluk

Messages : 6100
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Ven 8 Fév - 13:13

Le "clown" Zelensky affole la course à la présidence en Ukraine

©️ AFP, Pavlo YURKIN, Volodymyr Zelensky press service
AFP, publié le vendredi 08 février 2019 à 11h49

Dans une série télévisée, Volodymyr Zelensky a déjà été élu président d'Ukraine. Désormais candidat bien réel à la présidentielle de son pays, cet acteur populaire et entrepreneur prospère affole la campagne en s'envolant dans les sondages.

Le scrutin s'annonçait comme un duel entre deux vétérans de la politique ukrainienne, le président sortant Petro Porochenko et l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko.

A moins de deux mois du premier tour, le 31 mars, ces deux poids lourds sont devancés dans les enquêtes d'opinion par M. Zelensky, 41 ans, connu pour ses rôles dans des émissions humoristiques et des films grand public, désormais crédité de plus de 20% des intentions de vote.

Plus de deux ans après l'accession à la Maison blanche de Donald Trump, qui fut un homme d'affaires et animateur de télé-réalité, l'émergence de ce nouveau visage en Ukraine, bâti à coups de vidéos sur internet et sur la défiance envers des élites incapables de mettre fin à la corruption, alarme la classe dirigeante du pays.

Ses détracteurs pointent le flou de son programme et une expérience politique limitée à incarner dans la série "Serviteur du peuple" un professeur d'histoire élu président, alors que l'Ukraine est en proie à un conflit meurtrier avec des séparatistes prorusses et à l'économie fragile.

Annonçant la couleur d'une campagne spectacle, son annonce de candidature a été diffusée la nuit du Nouvel an par une chaîne privée à la place des voeux du président Porochenko, suscitant des reproches de manque de respect envers l'Etat.

"Quand j'ai annoncé que je briguais la présidence, on m'a qualifié de clown. Je suis clown et j'en suis très fier", lance cet homme svelte et énergique dans une vidéo sur Facebook.

- "Désireux d'apprendre" -

M. Zelensky s'adresse à ses partisans surtout via son blog vidéo et a déterminé son programme par un vote sur les réseaux sociaux.

Ses affiches publicitaires ne mentionnent pas son nom, évoquant sa série télévisée dont une nouvelle saison doit sortir en mars: "Président serviteur du peuple. Bientôt".

Pour ses partisans, ce style le démarque des vieilles élites jugées rongées par la corruption, toujours présente cinq ans après avoir constitué l'un des principaux facteurs à l'origine du soulèvement du Maïdan de 2014.

Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur la capacité de M. Zelensky à diriger un pays confronté à d'immenses défis.

Partisans comme ses principaux adversaires d'une orientation pro-occidentale, M. Zelensky promet dans son programme de "lutter pour la paix en Ukraine", assurer une "victoire contre la corruption", rendre ses concitoyens "prospères" et exercer leur volonté exprimée "via des référendums" réguliers, mais donne peu de détails sur la méthode.

Il a cependant multiplié les consultations, avec des spécialistes de l'économie, du système judiciaire, des diplomates, sans toujours convaincre des personnes peu habituées à un tel style dans les rouages du pouvoir.

"Il était trop général, pas d'idées concrètes. C'était effrayant si on pense qu'il s'agit d'un candidat à la présidence", a déclaré à l'AFP une source diplomatique occidentale à Kiev.

En rencontrant des leaders d'opinion ukrainiens, l'acteur a aussi éludé la plupart des questions concrètes.

"Il manque de connaissances, mais est très désireux d'apprendre", nuance auprès de l'AFP le député Serguiï Lechtchenko, qui était présent.

- Activités controversées -

Originaire de la ville industrielle de Kryvy Rig (centre de l'Ukraine), M. Zelensky, père de deux enfants, est diplôme du droit mais c'est sur scène qu'il a fait carrière.

Directeur artistique du studio "Kvartal 95", il est, selon des médias, cofondateur d'un conglomérat d'entreprises spécialisées dans le divertissement, connu en Ukraine ainsi qu'en Russie pour des shows et séries télévisées.

Une émission d'investigation à la télévision a accusé en janvier M. Zelensky de mener des activités commerciales en Russie, sujet délicat en Ukraine dont les relations avec Moscou sont exécrables.

L'acteur a fini par confirmer détenir des parts dans une société chypriote propriétaire d'un groupe russe, promettant de les vendre.

M. Zelensky a été accusé d'être une "marionnette" du sulfureux oligarque ukrainien Igor Kolomoïski, à couteaux tirés avec la présidence et dont la chaîne télévisée 1+1 couvre de manière largement positive la campagne du comédien. Volodymir Zelensky rejette ces affirmations.

Malgré son ascension dans les sondages, bien des experts peinent à croire en sa victoire, relevant qu'une partie de ses partisans, essentiellement des jeunes, ne viendront pas voter.

L'artiste pourrait alors tenter une nouvelle chance aux législatives d'octobre et s'installer pour de bon dans la vie politique ukrainienne.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Ven 8 Fév - 13:15

Portrait. Le clown qui fait trembler les politiciens d’Ukraine

OUKRAÏNSKY TYJDEN - KIEV
Publié le 05/02/2019 - 06:04
Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Vladim10
Volodymyr Zelensky, acteur et politique ukrainien, en 2018.  Kvartal95 CC 4.0 Wikicommons

La campagne présidentielle ukrainienne est bouleversée par l’irruption d’un candidat inattendu. Volodymyr Zelensky, acteur comique et star dans son pays, vient d’être officiellement enregistré comme candidat et occupe même la première place des sondages. Cela en dit long sur l’électorat comme sur la classe politique, estime un journaliste ukrainien.

Au début, je ne voulais pas parler de lui. Je ne tenais pas à revenir sur le fait que l’un des principaux acteurs de la scène comique s’était porté candidat à la présidentielle le 1er janvier dernier. Tout comme je préférais ne pas m’attarder sur les intentions du magnat des médias qui le soutient [Ihor Kolomoïsky, 2e ou 3e fortune du pays selon les estimations].

Non, ce qui mérite notre attention, ce sont les attentes d’une société qui donne naissance à la bulle du Serviteur du peuple [Serviteur du peuple : série télévisée dans laquelle Volodymyr Zelensky incarne le président ukrainien, et désormais nom du parti qu’il a fondé].

En soi, Volodymyr Zelensky est visiblement quelqu’un de talentueux et de charismatique. Il a réussi à conquérir une capitale, et même deux, en fait, si l’on compte Moscou, car jusqu’en 2014, il y était très en vue. Il faut d’ailleurs reconnaître qu’il a eu le courage de renoncer à son public russe, alors qu’il y a beaucoup plus d’argent à gagner dans le show-business du pays voisin qu’en Ukraine.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Ven 8 Fév - 20:14

Un record de 44 candidats dans la course à la présidence ukrainienne

Kiev (AFP)

Les autorités ukrainiennes ont annoncé vendredi qu'un nombre record de 44 candidats s'étaient inscrits pour participer aux élections présidentielles très imprévisibles du mois prochain.

Le vote du 31 mars intervient cinq ans après le renversement du régime par le Kremlin par l'ancien pays soviétique et la réaction de Moscou en annexant la Crimée et en soutenant les insurgés à l'est.

"Au total, 44 candidats au poste de président de l'Ukraine ont été enregistrés", a déclaré la Commission électorale centrale.

Le président ukrainien Petro Poroshenko souhaite être réélu, mais sa victoire est loin d'être assurée. Près de 20% des personnes interrogées ont déclaré qu'ils voteraient pour le comédien et acteur Volodymyr Zelensky.

Les sondages d'opinion placent l'ancienne Premier ministre Ioulia Timochenko à la deuxième place avec 18%, tandis que Porochenko se classait à la troisième place avec 15%, selon une étude du Rating Group publiée le mois dernier.

Parmi les candidats inscrits, beaucoup sont des législateurs, anciens ou actuels, qui cherchent à améliorer leur position avant les scrutins parlementaires plus tard cette année.

Timochenko, qui dirige le parti Batkivshchyna (Patrie), a accusé Porochenko de ne pas se battre loyalement, soulignant que les autorités électorales avaient accepté un autre candidat portant le même nom de famille et l'initiale.

Le parti a demandé à Porochenko d'empêcher le député indépendant Yuriy Tymoshenko de participer à la course, affirmant qu'il était un candidat spoiler.

"Quel coup bas!" Timochenko a déclaré jeudi tard, accusant Porochenko de l’avoir aidé à s’inscrire afin de perdre son soutien.

L'Ukraine s'est battue contre une insurrection soutenue par la Russie dans ses régions de l'est après l'annexion de la Crimée par Moscou en 2014, dans un conflit qui a coûté la vie à 13 000 personnes.

La Russie rejette les accusations selon lesquelles elle aurait armé les insurgés et envoyé ses propres troupes de l'autre côté de la frontière, en dépit des preuves du contraire.

Jeudi, les législateurs ont voté pour interdire aux Russes de surveiller les prochaines élections et ont amendé la constitution, en inscrivant dans la loi les aspirations de l'Ukraine à adhérer à l'UE et à l'OTAN.

©️ 2019 AFP
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Thuramir le Ven 8 Fév - 23:16

Caduce62 a écrit:Le "clown" Zelensky affole la course à la présidence en Ukraine

Il pourrait devenir en quelque sorte un Macron ukrainien en gestation mais avec l'expérience politique et économique d'un Coluche. Le problème est qu'il va se retrouver aux prises avec une Rada pourrie qui lui est étrangère, voire hostile. Sa capacité d'action en serait plus que limitée, ou alors elle sera sapée et détournée.
Thuramir
Thuramir

Messages : 2823
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Sam 9 Fév - 14:51

http://euromaidanpress.com/2019/01/15/fifty-shades-of-ukrainian-populism-tymoshenko-zelenskyi-and-the-chiaroscuro-principle/?fbclid=IwAR2pR1HvQzKa9mhiA87cR-6WcisDl29IplUVDRWiEhNxpkZMdQBWR1wqCdI

Cinquante nuances de populisme ukrainien: Timochenko, Zelenskyi et le principe de Chiaroscuro


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Circus
Charlie Chaplin se cache dans une maison de glaces dans "The Circus". Pas très différent des électeurs ukrainiens qui se cachent des populistes.

2019/01/15 - 21:46 • VEDETTE , POLITIQUE , RÉFORMES

C'est le temps du populisme en Ukraine. Aux élections de 2019, les politiciens ukrainiens se font concurrence pour la promesse la plus populiste, et les Ukrainiens sont heureux de les croire.Certains auteurs préviennent que le populisme est une menace pour la société - mais si nous le considérons sous l’angle du principe Chiaroscuro, nous verrons comment le populisme peut aider la démocratie. En plus de faire face au fantôme du passé soviétique venant hanter l'Ukraine.


La campagne de trois mois qui a précédé les élections présidentielles de printemps a officiellement commencé le 31 décembre 2018. Selon les sondages actuels, aucun candidat ne se démarque. Parmi les principaux candidats, cependant, la plupart peuvent être classés comme populistes en fonction des messages qu’ils épousent - des messages qui, au mieux, peuvent être qualifiés de trompeurs et, au pire, mensongers. Pour gagner en popularité, ils ont proposé des solutions de courte durée aux problèmes quotidiens tels que les bas revenus et les prix élevés. Une stratégie à long terme pour une réforme substantielle est absente.


Une de ces principales candidates, Ioulia Timochenko, a obtenu un soutien de 17%, comme indiqué dans un sondage récent. Dans le même temps, elle est l'un des trois politiciens populistes les plus trompeurs, selon VoxCheck.
VoxCheck est un projet de VoxUkraine, une plateforme analytique indépendante créée en 2014 après la révolution de la dignité. Le mandat de VoxCheck est de surveiller les discours des politiciens, d'évaluer leur degré de déformation et de les publier. VoxCheck surveille également le discours public.


Une récente déclaration de Timochenko au forum national illustre son hypocrisie sous-jacente: «Le populisme provient du mot latin populus et ne signifie rien d'autre que servir les gens.» Le slogan de son forum reflète bien le désir de servir, Nouvelle doctrine sociale: nouvelles possibilités pour tous. Personne ne peut discuter avec une telle position, mais cela n’a-t-il aucune crédibilité? Il n’existe pas d’objectifs contraires tels que des prix bas pour le gaz naturel, la paix avec la Russie et la création d’un État fort et indépendant - et tout cela sans encourir de dette publique supplémentaire avec le FMI.

Un double rôle du populisme: aborder le populisme ukrainien de sang-froid

Les opinions politiques populistes sont déterminées par les besoins et les désirs immédiats des personnes. Ils sont subjectifs et offrent une solution rapide, mais prennent rarement en compte les réalités objectives du monde qui les entoure. Les populistes font généralement appel à des objectifs à court terme et non à long terme. Leurs discours exploitent généralement ces besoins et désirs vitaux, tout en accusant le gouvernement officiel qui n’a pas réussi à résoudre ces problèmes - d’où l’ affirmation scientifique largement répandue selon laquelle les populistes s’opposent fermement aux élites corrompues en faveur de personnes honnêtes et travailleuses.


Cependant , il serait trompeur de décrire les populistes de manière négative - une «menace pour la démocratie» - comme le font souvent certains auteurs.


En réalité, le populisme a un rôle important à jouer dans la préservation de la démocratie. Il s’agit en fait d’un symptôme montrant que la politique traditionnelle actuelle ne s’attaque pas aux véritables problèmes auxquels sont confrontés les peuples - en l’absence de dialogue entre les élites et les citoyens.


Le populisme apaise la population, la fait entendre et sert à atténuer les troubles, les manifestations et les révolutions potentiels.


Contrairement aux populistes, les gouvernements technocrates professionnels adhèrent à une théorie de la gouvernance partant d'une approche purement rationnelle ou pratique, ignorant parfois les préoccupations du public, voire les opposant. Le fossé entre cette approche et les préoccupations du public est occupé avec succès par les populistes. Ils reflètent essentiellement ce dont on savait déjà avoir besoin - obtenant ainsi un soutien en reflétant les scrupules de la population. De cette manière, le populisme apaise la population, la fait entendre et sert à atténuer les troubles, les manifestations et les révolutions potentiels.

Le politologue ukrainien Ivan Gomza décrit le double rôle du populisme en utilisant deux métaphores dans son article «Lumière et ombre du populisme».
La première métaphore est celle d'un Doppelgänger , un terme allemand qui nous vient de la littérature du romantisme. Un Doppelgänger est défini comme un jumeau menaçant qui représente un danger.
La deuxième métaphore est Chiaroscuro , terme italien faisant référence à une technique de peinture, où une partie d'un tableau est ombrée afin d'accentuer la partie qui est la lumière.


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Screenshot1
Doppelgänger. Source: article "Lumière et ombre du populisme"

Le populisme élève la volonté du peuple au niveau où il devient la fin même

En utilisant la métaphore Doppelgänger, le populisme vise à exagérer le pouvoir démocratique du peuple à son extrême et dangereux extrême. Le populisme élève la volonté du peuple au niveau où il devient la fin même - il doit être rempli indépendamment de la réalité, telle que les moyens financiers ou les ressources disponibles. En pratique, cette approche naïve de la gouvernance ne peut être mise en œuvre ou, si elle est mise en œuvre, ruine l'État. Dans les deux scénarios, la société devient désabusée et la stabilité démocratique est menacée. À mesure que la société mûrit et que les citoyens comprennent les limites de la capacité de l'État et acceptent la réalité de la réalisation à long terme d'objectifs politiques, ils sont mieux équipés pour prendre des décisions plus mûres et, en fin de compte, élire de meilleurs hommes politiques et créer un gouvernement plus efficace.


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Screenshot2
Technique de clair-obscur utilisée dans le tableau “ Narcisse” (Caravaggio). Source: article "Lumière et ombre du populisme"

Le populisme doit être considéré comme un avertissement pour les élites professionnelles - elles ont de bonnes raisons de prendre en compte les besoins des personnes.
En ce qui concerne la métaphore du clair-obscur, le populisme révèle en vérité des questions ou des griefs qui, autrement, ne seraient pas visibles . En votant pour les populistes, les gens disent que la politique traditionnelle les a ignorés, ainsi que leurs appels. Le populisme doit être considéré comme un avertissement pour les élites professionnelles - elles ont de bonnes raisons de prendre en compte les besoins des personnes.Ainsi, le populisme favorise la restauration du dialogue et des liens entre les personnes et les élites.

Les populistes s'adaptent effectivement aux gens en s'engageant constamment à répondre publiquement à leurs désirs et à leurs besoins - mais c'est un engagement vide de sens car la possibilité de mise en œuvre n'existe pas. En écoutant les populistes, on peut en apprendre beaucoup sur les préoccupations et les opinions de la population, mais très peu sur la situation réelle dans cet État.

En examinant le populisme ukrainien, nous voudrions définir les principales revendications sociales sur lesquelles ils jouent. À cette fin, nous avons défini cinq récits populistes, comme le confirment les données de VoxCheck.

1. Baisse des prix et services publics moins chers

Le graphique ci-dessous illustre les principaux griefs personnels des Ukrainiens. La «croissance des prix» occupe la première position , avec une forte avance sur toutes les autres, même le «conflit militaire dans le Donbass». Bien que l'État ne puisse pas contrôler les prix directement et dépend du marché, les griefs relatifs aux coûts et aux prix sont les plus manipulés. par les populistes. Le prix du gaz naturel, en particulier, et le coût des traitements médicaux spécialisés, ainsi que des traitements médicaux non urgents, sont les plus couramment mentionnés cette année. Les «soins de santé», qui occupent également une place de choix sur le graphique, étaient au centre des discussions de l'année précédente dans le cadre de la réforme de la médecine. Le problème des retards de paiement des pensions, qui avait été abordé l'année précédente dans le cadre de la réforme des retraites, était également préoccupant.

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Screenshot3
Enquête d’opinion publique auprès de résidents de l’Ukraine. Source: Centre de connaissances en recherche par sondage



2. Les élites corrompues devraient être punies en faveur des Ukrainiens pauvres

L’écart entre les prix et les salaires est non seulement un problème, mais l’inégalité de la répartition des revenus entre les Ukrainiens n’est pas moins importante. Lorsque l'on compare le revenu moyen des 10% les plus riches de la population ukrainienne à celui des plus pauvres (indice 90/10), on constate une différence de 16 fois. Selon les recherches d'Anatoliy Protsenko, l'indice dans les pays de l'UE va de 5 à 10 fois. Le résultat ukrainien est le même que celui des États-Unis - le plus élevé parmi les pays les plus développés. (Il est intéressant de noter que la différence est 145 fois au Botswana.)


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Unequality
Inégalité en Ukraine: les couleurs représentent dix fractions de la société ukrainienne divisées des 10% les plus pauvres aux 10% les plus riches. Source: Projet Global Consumption and Income, extrait de l'article

Après avoir subi un passage radical du socialisme au «capitalisme sauvage» en 1991, les Ukrainiens restent cyniques quant à l'équité du système économique. Bien que 25 ans se soient écoulés depuis l'ère de la privatisation illégale, ils sont aux prises avec des problèmes d'inégalité, de propriétés illégalement obtenues et de politiciens et oligarques corrompus. Le fait qu’il y ait beaucoup plus d’entrepreneurs équitables qui contribuent à l’économie actuelle a eu peu de répercussions sur leurs perspectives.

Le processus de privatisation rapide à l'échelle nationale en Ukraine a été sérieusement endommagé par l'intervention mal conçue du Parlement et l'algorithme de privatisation mal appliqué, en particulier en 1994. De nombreux achats ont été retardés artificiellement. Les investisseurs n'étaient pas en mesure de devenir de véritables propriétaires d'entreprises publiques de grande qualité. La majorité d’entre eux ont simplement vendu leurs bons pour quelque valeur que ce soit des produits qu’ils pouvaient obtenir. En conséquence, la pratique des bons a renforcé la position de nombreux «administrateurs rouges» existants et leur a donné le pouvoir économique d'acquérir personnellement des entreprises publiques. En d'autres termes, ces événements ont créé un terrain fertile pour l'émergence d'une oligarchie.

Les populistes soulignent que la pratique consistant à favoriser les personnes extrêmement riches constitue un attrait facile pour le segment pauvre de la population ukrainienne. Ils accusent le gouvernement de ne pas avoir touché le grand public et d'avoir ignoré délibérément les pauvres.L'implication est que si le gouvernement s'était tourné vers ces segments de la société, tout se serait bien passé. Cette tactique est particulièrement visible dans les messages d' Oleh Liashko et de Iouliya Timochenko. Timochenko est particulièrement trompeur. À titre d'exemple, lors de la présentation télévisée de sa plate-forme intitulée «New Direction», elle a tenté de se comparer à Franklin D. Roosevelt - l'un des plus grands présidents des États-Unis - et à son historique «New Deal», qui a permis de mettre fin à la pire crise économique. aux Etats-Unis.

La comparaison est plus que prétentieuse. Timochenko a simplement exagéré les faits. Elle a déclaré à tort que tous les Ukrainiens étaient extrêmement pauvres et que les conditions étaient terribles: «Les gens quittent l'Ukraine en masse - les autorités ont créé un environnement extrêmement agressif pour chaque Ukrainien … attaques de raiders, injustice… et même les routes ou plutôt leur absence complète…»

Dire une «absence complète» de route est l’un des exemples les plus extrêmes du battage médiatique de Timochenko. En fait, 3 800 km de routes ont été créées en 2018 et d’autres sont prévues pour 2019. Les fonds sont déjà en place, selon le ministre de l’Infrastructure, Volodymyr Omelian.

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 %D0%BD%D0%BE%D0%B2%D0%B8%D0%B9-%D0%BA%D1%83%D1%80%D1%81
Ioulia Timochenko présente sa «nouvelle direction». Source: Apostrof

3. Le gaz ukrainien est à nous et devrait être vendu aux Ukrainiens à son prix de base

D'autre part, de nombreux Ukrainiens sont vraiment pauvres et votent uniquement en fonction de la promesse de tarifs bas. Les populistes accusent le gouvernement de "génocide tarifaire" en raison de la récente augmentation du prix de l'essence à la valeur marchande. C'est le mantra que répètent à l'unisson toutes les allégeances des populistes: Yulia Tymoshenko , Oleh Liashko , O. Vilkul, Y. Boiko, V. Rabinovich .

Leur argument est double: premièrement, l’Ukraine produit suffisamment de gaz pour la consommation des ménages; deuxièmement, le coût de base du gaz en Ukraine est de 100 USD, alors qu'il est vendu aux Ukrainiens à 300 USD, soit trois fois moins.

Cependant, ces déclarations ne tiennent pas compte du fait que seulement 75% du gaz fourni aux ménages est extrait par des sociétés appartenant à l'État et, en outre, qu'une partie de ce gaz est également soumise à une perte technique. Essentiellement, le gaz ukrainien ne peut à lui seul couvrir tous les besoins des Ukrainiens.

En ce qui concerne le prix du gaz, les populistes ne tiennent pas compte du coût du transfert, de l’amortissement des entreprises, des taxes ou du développement de nouvelles mines et se concentrent uniquement sur l’extraction de mines déjà en activité. Le véritable prix de base de l'essence est en réalité assez proche de celui que les citoyens n'ont commencé à payer qu'en novembre, lorsque le FMI a demandé l'augmentation comme condition préalable au transfert de la prochaine tranche de leur prêt. Si le prix de l'essence est encore abaissé, cela exercera de fortes pressions sur le budget de l'État et pourrait conduire à une crise financière - un fait omis par les populistes. Il existe de nombreux autres exemples de sujets de discussion concernant les prix, les tarifs, les pensions et les salaires qui sont faussés par les populistes.


4. Au lieu d'un membre d'élite corrompue, il faut un chef du peuple pour établir un ordre juste

Cette section doit être replacée dans le contexte de deux modèles conceptuels hérités de l'ère soviétique: le paternalisme d'État et le culte du leader fort. Les deux manipulent le peuple en présumant sa naïveté et son besoin de supervision.

Parmi les partis populistes, aucun ne peut être qualifié d'idéologiquement distinct avec une plate-forme basée sur des principes de principe et des politiques cohérentes. En revanche, les partis populistes sont principalement personnalisés et portent souvent le nom de leur chef.

La notion d'un leader fort, issu du peuple, est primordiale. Les populistes insistent souvent sur ce point dans leurs discours. Oleh Liashko - dirigeant du parti radical ukrainien - en est un exemple remarquable . Comme illustré sur la photo ci-dessous, il porte une chemise traditionnelle ukrainienne brodée ( vyshyvana sorochka ) et brandit une fourche. La fourche est un symbole des soulèvements paysans contre leurs propriétaires pendant le servage des XVIe-XVIIIe siècles. C'est aussi un signe de la ferveur du parti radical et de son chef qui est prêt à défendre son peuple. Il s’agit de l’iconographie la plus répandue dans le village ukrainien, le selo, et elle est associée aux difficultés des villageois - le principal groupe cible de Lyashko.


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 %D0%BB%D1%8F%D1%88%D0%BA%D0%BE
Oleh Lyashko avec sa fourche. Source: iPress

Yuliya Tymoshenko utilise également le récit d'un leader fort, bien que plus nuancé pour séduire un public plus instruit. Toutefois, son projet de nouvelle constitution et de nouvelle république parlementaire prévoit la création d’un chancelier. Timochenko propose que le chancelier soit à la fois chef du parti et chef de l'Etat - un "super présidentiel" accordant un pouvoir quasi illimité.

Timochenko cite les exemples des systèmes parlementaires allemand et britannique. Cependant, sa proposition n'inclut pas les mécanismes puissants de freins et de contrepoids intégrés aux gouvernements de ces autres pays, instaurés au cours des siècles. En outre, l’Ukraine n’est pas une fédération - elle n’a pas deux chambres au parlement et son système bipartite n’est pas bien établi comme au Royaume-Uni. Son modèle proposé fonctionnerait de manière très différente en Ukraine et fort probablement pas en faveur des intérêts du pays.
Outre le mythe du dirigeant fort, le recours au paternalisme d'État est en grande partie ancré dans la société ukrainienne. Un simple exemple est l'attente directe de la part des citoyens de bénéficier d'un soutien social de la part de l'État. Le tollé suscité par les subventions sur le gaz, accordées aux familles pauvres, a déjà coûté des milliards de hryvnia.
Malheureusement, les gens ont tendance à voter pour les populistes même lorsqu'ils sont conscients qu'on leur ment. Cependant, lorsque le populiste s’engage à résoudre les problèmes les plus douloureux de l’électeur, alors que les élites gouvernementales ne les ignorent pas, il s’ensuit que le choix est clair.


L'attitude cynique des Ukrainiens à l'égard de la politique est évidente dans la série télévisée à succès «Sluga Naroda» [«le serviteur du peuple»]. Le film met en vedette le comédien Volodymyr Zelenskyi en tant que personnage central et émerveille les politiciens ukrainiens «typiques» kow-remorquage aux oligarques. Zelenskyi joue un professeur ordinaire qui devient soudainement et inopinément président et tente de lutter contre le système corrompu des oligarques et de construire un État ukrainien autosuffisant.
Lire aussi: Showbiz vs Reality: le comédien se présente à la présidence ukrainienne et fait partie des trois premiers

La popularité de Zelenskyi témoigne de la volonté du public de devenir un «héros du peuple» et souligne sa déception vis-à-vis des autres candidats ainsi que de la politique en général
La série a obtenu de très bonnes notes (deuxième ou troisième place en fonction du sondage sociologique) et Zelenskyi a annoncé sa candidature à la présidence. Sur la chaîne 1 + 1, Volodymyr Zelenskyi dépend de l’oligarque Ihor Kolomoyskyi, propriétaire de la chaîne.Sa popularité démontre le désir du public de devenir un «héros du peuple» et souligne sa déception vis-à-vis des autres candidats ainsi que de la politique en général.

La série a sauté de l'écran de télévision et a atterri dans ce qui est devenu la campagne populaire de Zelenskyi.Ses affiches et panneaux publicitaires sont apparemment partout. Ils lisent «Le fonctionnaire bientôt» et rien d'autre. L'ironie est que beaucoup de gens ne savaient pas si l'affiche était une publicité pour la sortie de la nouvelle saison de Zelenskyi, ou s'il s'agissait d'une promotion pour sa véritable course à la présidence. Le mystère n’a été résolu que le soir du Nouvel An, à minuit, quand il a annoncé sa décision de participer aux élections.

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Servant
Une capture d'écran du film "Serviteur du peuple" avec Volodymyr Zelenskiy en tant que protagoniste, open sources.


5. La paix devrait être établie à tout prix

Le récit final et le plus controversé du populisme ukrainien est le récit «pour la paix», principalement utilisé par les partis qui visent l’Ukraine orientale. Cette forme de populisme profite du désespoir des gens. Il utilise leurs conditions de vie médiocres et les privations résultant de la guerre qui dure depuis cinq ans pour une intégrité indépendante - une crise qui a coûté la vie à 10 500 personnes, faisant près de morts et de blessés tous les jours. Les populistes tiennent la promesse de la paix à un peuple désespéré sans aucun programme concret pour parvenir à la paix.
Ces parties sont mieux décrites dans un article d’intellectuel ukrainien et d’un doctorat en études culturelles Ihor Losiev. Losiev écrit (l'accent est mis sur nous):

« O. Vilkul, Y. Boiko, V. Rabinovich et leurs associés ont adopté l'idée de« paix à tout prix ». Ils s'engagent à "établir immédiatement la paix en Ukraine" lorsqu'ils arriveront au pouvoir. Mais ils n'expriment aucune stratégie pour le faire. Les questions de… par quels moyens? … Quel genre de paix? … Quelles conditions de paix? ne sont pas abordés. En vérité, la paix ne peut être atteinte que par la victoire ou par la défaite et la capitulation. Il n'y a pas de solution facile. Cependant, les personnes mentionnées ci-dessus se réfèrent aux autres partis populistes comme étant «un parti de guerre» et se nomment «un parti de la paix» ».

Malheureusement, leurs déclarations sont vides - il s’agit simplement d’un moyen de gagner en popularité sans mesure de responsabilité.


Populisme ukrainien - de gauche et paternaliste



Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Reitingi-prezidenta-3
Parmi les candidats à l'élection présidentielle de 2019 avec des taux de soutien supérieurs à 5%, Timochenko, Zelenskyi et Boiko peuvent être considérés comme des populistes. Enquête réalisée par le Centre d'études appliquées du 1er au 12 octobre 2018. Photo: cpd.com.ua

Après cette brève description des récits populistes ukrainiens, il est difficile de ne pas remarquer que, malheureusement, ils partagent encore de nombreux traits du passé soviétique. Même les habitants de l'ouest de l'Ukraine (qui sont généralement radicalement opposés à tout ce qui est soviétique), en ce qui concerne les prix de l'essence, croient le plus souvent que l'État doit couvrir une grande partie de leurs dépenses personnelles. Il semblerait que les gens ne voient pas l'héritage toxique qui influence toujours leur façon de penser - en fait, il faut quelques générations pour le surmonter.

Le populisme ukrainien est généralement regroupé dans une catégorie de gauche, non seulement en raison de la résonance du passé soviétique, mais également en raison des conséquences du «capitalisme sauvage». 

Ce n'est un secret pour personne que le revenu personnel en Ukraine est faible.En 2018, l'Ukraine a le revenu personnel le plus faible et le deuxième PIB par habitant en Europe. Le salaire mensuel moyen est de 8 500 UAH (environ 315 USD). Le taux de revenu est rendu relativement plus tolérable en raison de «l'économie souterraine» et des prix bas qui se traduisent par un revenu global réel plus élevé. Cependant, lorsque ce nombre est comparé à celui de l’UE, il est loin d’être égal.C'est le grief fondamental à partir duquel les cinq récits populistes tirent leur autorité.

Le fait est que tous les politiciens ukrainiens bénéficiant du soutien de l'opinion publique appartiennent au même quartier sur le tableau des idéologies présenté ci-dessous.
Il est divisé en quatre quarts d'idéologies. Là où la gauche économique (communisme, socialisme, démocratie sociale) est mesurée par rapport à la droite économique (capitalisme, capitalisme sauvage, ploutocratie), les Ukrainiens se situent clairement à gauche. Là où la priorité des valeurs collectives (nation, État, communauté) est mesurée par rapport à des valeurs individuelles (libertés personnelles, expression de soi, effacement des frontières et cosmopolitisme), les Ukrainiens soutiennent la collectivité.

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Populism
Les politiciens ukrainiens sur la carte des idéologies. Source: Novoe Vremi a, d'après les données de VoxCheck. Edité et traduit par Euromaidanpress

Le populisme ukrainien est totalement différent du populisme européen. Selon le politologue Catherine E. De Vries, les tensions politiques européennes actuelles se situent sur les axes entre l'individu et le collectif ou, en d'autres termes, entre le cosmopolite et l'enracinement local. La division entre la gauche économique et la droite n'est pas aussi évidente.
Le populisme ukrainien, quant à lui, est clairement situé sur les axes de l'économie - clairement lié au rôle de l'État dans la fourniture de services et de biens , tandis que les questions d'identité et de mondialisation sont moins vives.

Les prochaines élections révéleront plus que jamais la sagesse ou la naïveté de la société ukrainienne post-révolutionnaire. Le vote sera encore plus compliqué car, pour le moment, il n'y a pas de candidat offrant une alternative forte à la politique paternaliste populiste de gauche.

Bien que le vrai choix ne soit qu'entre des populistes plus modérés et des populistes intransigeants, c'est néanmoins le choix que les Ukrainiens devront faire. L'influence des intellectuels, de la société civile, des médias et des supporters étrangers sera considérable - d'autant plus que près du quart des Ukrainiens n'ont pas encore choisi pour qui ils voteront.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Dim 10 Fév - 16:58

http://euromaidanpress.com/2019/01/29/is-tymoshenko-a-pro-russian-candidate-the-facts-the-fiction-and-the-mysteries/?fbclid=IwAR0TbgEELrootqmCSZsJ1NW5VfW39nZIt7zfKp5u2ZK3AcFaqEmeAdd4MKs

Timochenko est-elle un candidat pro-russe? Les faits, la fiction et les mystères


Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Tymoshenko
Les détracteurs de Timochenko affirment que c'est une amie du Kremlin qui renverrait la direction occidentale de l'Ukraine en Russie. Photo (de 2009): ru.tsn.ua.

2019/01/29 - 23:51 • [size=10]PLUS , POLITIQUE , UKRAINE



À la veille de l'élection présidentielle de 2019 en Ukraine, l'une des questions les plus importantes est de savoir comment le pays devrait réagir à l'agression russe en cours. La réponse dépendra de la politique du leader élu par les Ukrainiens.
Le président Petro Porochenko a clairement exprimé sa position sur les candidats actuels. De toute évidence, nous savons où se trouvent les candidats pro-russes tels que Yuriy Boiko et Vadym Rabinovych et, selon les sondages, leurs chances d'être élu sont minces à nulles.
Cependant, il y a un candidat pour lequel il n'y a pas de détermination claire. Ses paroles et ses actions n'ont pas toujours été synchronisées. Elle promet de mettre fin à la règle oligarchique et de définir un nouveau cap économique pour l'Ukraine. Mais ses détracteurs affirment qu’elle est une amie du Kremlin qui ramènerait la direction occidentale de l’Ukraine en Russie. Elle est Yuliya Tymoshenko et elle est la candidate qui détient actuellement les meilleures notes. Alors qui est-elle… l'ange ou le démon de la politique ukrainienne?

[/size]

Que disent les sondages



Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 360309
Le sondage estime que si Timochenko passe au second tour, elle l'emportera à 22% contre Porochenko, contre 16%. Photo: 112.ua.

Chef du parti Batkivchtchyna, Timochenko est candidat à la présidence pour la troisième fois. En 2010, elle a perdu face à Viktor Ianoukovitch qui, à la suite de la révolution euromaïdane, a fui le pays en disgrâce. En 2014, elle a été battue par l'actuel président, Petro Poroshenko. Cette année encore, son principal candidat est Porochenko, mais les derniers sondages la montrent en tête. Les résultats, publiés par Ilko Kucheriv de la Democratic Initiatives Foundation, montrent que Timochenko occupe la première place avec 16,1% des voix. Porochenko occupe la deuxième place avec 13,8% et Volodymyr Zelenskyi est la troisième avec 8,8%.
Le sondage estime que si Timochenko passe au second tour, elle l'emportera à 22% contre Porochenko, contre 16%. Cependant, si son adversaire est Zelenskyi, leader de Sluha Narodu, il l'emportera avec une marge étroite de 21% contre 20%. Les sondages indiquent également les mêmes résultats (21% sur 20%), si son adversaire au second tour est Anatoliy Hrytsenko , leader de Hromadianska Pozytsiya.
Examinons de plus près la crédibilité de la tendance pro-russe de Timochenko en comparant son programme à celui de Porochenko.
La principale politique de la campagne de Porochenko consiste à éloigner l’Ukraine du Kremlin. L'un des slogans de sa campagne est "Loin de Moscou". Si Timochenko avait un parti pris pour la Russie, il serait certainement avantageux pour Porochenko de jouer sur elle - ou sur celle de tout autre candidat - favorable au Kremlin.
Cependant, jusqu'à présent dans la campagne électorale, le président n'a formulé aucune accusation à l'encontre de Mme Timochenko, ni publiquement ni personnellement. Tout au plus, il a fait allusion à sa politique de l'essence au cours de sa période de Premier ministre, en particulier lorsqu'elle a exhorté les Ukrainiens à ne pas faire confiance aux populistes qui promettaient de réduire les prix de l'essence.
Cependant, d'autres personnes, notamment des hommes politiques et des médias, lancent des accusations de position pro-russe. Par exemple, un député du bloc de Poroshenko, Oleksandr Bryhynets, a souligné que Mme Timochenko est souvent absente lorsque le Parlement vote sur des décisions anti-russes majeures. L'expert politique Oleksandr Paliy a mis en doute la proposition de Timochenko de liquider la compagnie pétrolière Naftogaz après les élections. Il affirme que par de telles actions, Timochenko semble convoiter la faveur du Kremlin. Bien qu'il ait diffusé son point de vue sur le canal 5, qui appartient à Porochenko, on pourrait dire qu'il est opportuniste, mais est-il justifiable?
Les actions passées de Timochenko sont également fréquemment portées à l'attention. Par exemple, elle se voit reprocher de ne pas condamner l'agression russe contre la Géorgie en 2008. Soyons honnêtes: cette tactique est souvent indûment manipulée - bien que Timochenko ait gardé le silence pendant quelques jours, elle s'est ensuite prononcée clairement en faveur de l' intégrité territoriale de la Géorgie.
D'autres accusations troublantes se font jour concernant les délibérations de l'Ukraine au sein de l'OTAN en 2008, à l'époque où Timochenko était Premier ministre. On a reproché à Timochenko d'avoir écarté l'Ukraine du chemin de l'OTAN, suggérant à nouveau qu'elle le faisait pour faire plaisir à Moscou. Aujourd'hui, son mantra de campagne ne laisse aucune place à la remise en question, affirmant que l'avenir de l'Ukraine est au sein de l'OTAN.
À l'approche des élections, il est de plus en plus difficile de savoir comment peser ces nombreuses accusations à l'encontre du dirigeant de Batkivshchyna. Ont-ils des motifs ou visent-ils uniquement à discréditer le candidat principal?
Lors de la Conférence du tigre à Kiev en novembre 2018, la presse Euromaidan a demandé si Ioulia Timochenko pourrait être considérée comme un candidat pro-russe. La députée Hanna Hopko asuggéré de regarder les actions et déclarations passées de Timochenko, ce qui implique que la réponse était plus proche du «oui» que du «non».


Des déclarations controversées conformes aux vues du Kremlin



Hopko a particulièrement insisté sur les déclarations de Timochenko au début de l'agression russe de 2014. À l'époque, Timochenko avait déclaré: "aucun char ne doit sortir, aucun soldat ne doit lever les armes, car cela signifierait la défaite".
Lors de la réunion du Conseil de la sécurité et de la défense de l'Etat, elle a déclaré: «Il ne devrait y avoir aucune loi martiale», évoquant l'exemple géorgien lorsque le président de l'époque, Mykheil Saakashvili, avait tenté de s'opposer à l'agression et avait perdu la partie. Plus tard, Timochenko a déclaré que la publication des transcriptions de cette réunion équivalait à un crime.
Il y a eu d'autres déclarations ambivalentes.
En juillet 2018, l'organisme de surveillance des médias ukrainiens, Detektor Media, a identifié deux messages clés de la propagande russe:


  • La responsabilité de l'Ukraine dans la guerre dans le Donbass, y compris la «question ukrainienne» découlant des négociations entre Donald Trump et Vladimir Poutine;
  • Le comportement agressif de l'Ukraine dans la mer Noire et sa possible déstabilisation en Crimée, ainsi que les tentatives infructueuses de l'Ukraine pour mettre un terme à la construction du Nord Stream-2.


Detektor Media a mis l'accent sur le premier message de propagande et a noté qu'il figurait souvent dans les messages de Timochenko. En particulier, elle a expliqué comment elle avait répété la propagande russe selon laquelle le gouvernement ukrainien tirait profit de la guerre dans le Donbass.Elle a répété d'autres messages de propagande, notamment que les politiques du gouvernement de l'après-2014 ont entraîné un déclin démographique en Ukraine - les gens partent en masse, affirme-t-elle. Timochenko a également accusé Porochenko pour son accord avec les dirigeants des "soi-disant" séparatistes, ce qui impliquerait une escalade de la guerre et la nécessité d'annuler les élections.

«C'est ainsi que le principal message de propagande diffusé dans les médias russes est apparu: la paix dans le Donbass ne serait réalisée que dans le cas d'un changement de pouvoir à Kiev après l'élection présidentielle. De cette manière, la Russie veut s'immiscer dans le débat politique intérieur et imposer une opinion selon laquelle il existe un lien entre les résultats des élections et la paix dans le Donbass »,écrit le moniteur politique Petro Burkovskyi .

Detektor Media affirme que, compte tenu du fort désir de paix, une telle manipulation des faits répétée à répétition peut influencer de manière significative les perspectives de chacun.
Dans son analyse, Vitaliy Kulyk , directeur du Centre de recherche sur les défis de la société civile, a écrit que le sujet de la guerre n’était pas pratique pour Timochenko - cela soulevait trop de complications et elle semblait y faire référence dans un langage muet.

«Elle ne donne pas de réponses claires sur le besoin de s'entendre? Avec qui être d'accord et à propos de quoi?

Il cite l'exemple de sa déclaration sur l'accord conclu entre Porochenko et les dirigeants du DNR et du LNR, affirmant que Porochenko voulait une grande guerre avec les territoires saisis, une guerre qui conduirait à imposer une loi martiale et à annuler les élections.

"Il y a d'importants problèmes de logique [dans sa déclaration] - on ne peut pas commencer quelque chose qui est déjà à grande échelle ... Les gens ne meurent pas des balles et obus produits par" l'agresseur Porochenko "- [ils sont] fournis directement par le Fédération de Russie », a ajouté Kulyk.

Kulyk fait remarquer que le lendemain de sa déclaration, lorsque Timochenko a rencontré l'ancien ambassadeur des États-Unis en Ukraine, John E. Herbst , elle a semblé changer d'avis.
Dans son entretien de suivi avec la chaîne de télévision russe RTVI, Herbst a soutenu Timochenko en affirmant qu'elle n'était pas l'amie du Kremlin. Elle affirme maintenant que son objectif principal lors de la réélection serait de libérer les territoires de l'Ukraine des occupants. Elle a ajouté qu'elle insisterait également pour que les États-Unis accroissent la pression exercée sur la Fédération de Russie, à la fois par des moyens politiques et économiques.
Kulyk suggère qu'il serait plus sage pour Timochenko de changer d'attitude vis-à-vis de la guerre et de la paix et de réduire l'accent mis sur le résultat des élections.
Ses nombreuses accusations de Porochenko ne l’aident pas plus tard, elles font la une des médias dans les médias russes; comme: «Timochenko a accusé Porochenko dans une tentative de vol du système de transport de gaz de l’Ukraine», «Timochenko a accusé Porochenko dans des poursuites politiques», «Timochenko a accusé Porochenko de faire monter le prix du gaz», etc.
Que Tymoshenko contribue elle-même à ce que le Kremlin soit censé favoriser sa candidature ou que le Kremlin exploite simplement toutes les voies de sa victoire, ne peut être connu. Cependant, le Kremlin considère clairement que sa présidence est plus avantageuse que celle de Porochenko, en particulier du fait que les candidats sur lesquels Moscou pariait chutent dans les sondages.
En novembre 2018, Alexei Venediktov , rédacteur en chef de la station de radio russe Eho Moskvy,semblait confirmer les préoccupations de Kulyk. Il a affirmé qu'en organisant des élections dans les territoires pro-russes des oblasts de Donetsk et de Louhansk, le Kremlin avait totalement violé les accords de Minsk. Il a déclaré qu'avec le gouvernement actuel en Ukraine, le conflit dans le Donbass ne serait jamais résolu.

«Nous pouvons discuter qui ne mettra pas en œuvre les accords de Minsk, mais qui les violera à coup sûr, c'est l'histoire. Je pense que ce ne sont pas les élections dans le LNR et le DNR qui sont [importantes], mais que [Poutine] a déclaré qu'avec l'actuel gouvernement ukrainien, nous ne progresserons pas. Compte tenu de [la] campagne présidentielle, cela indique clairement que le Kremlin soutiendra Ioulia Timochenko lors des élections présidentielles », écrit Venediktov.

Il ajoute que l'inclusion de Timochenko dans la liste des sanctions imposées par la Russie en novembre 2018 pourrait également augmenter ses chances aux élections. De nombreux Ukrainiens ont émis l'hypothèse que la Russie tentait de blanchir toute relation qu'elle pourrait avoir avec Moscou, y compris dans les sanctions.


La réponse de Timochenko aux accusations



Comme on pouvait s'y attendre, Timochenko fait de son mieux pour se démarquer de Moscou. En septembre 2018, elle a réfuté les accusations dans une interview à Radio Svoboda :

«En fait, le protégé de Moscou a mis ce« candidat de Moscou »[elle-même] en prison et a nommé l'actuel président au poste de ministre de l'Économie au sein du gouvernement de Ianoukovitch. En fait, c'est Porochenko qui a des affaires en Russie, pas moi. C'est pourquoi je suis confiant de mener une politique plus puissante et plus confiante en ce qui concerne la fin de la guerre et une politique plus puissante en ce qui concerne le relèvement de notre pays. "

Timochenko a ajouté qu'elle considérait les accusations portées contre elle comme des relations publiques noires et les comparait à ce que Paul Manaford a fait aux États-Unis:

«Ce n'est qu'un combat politique intérieur. Je fais de la politique depuis près de 20 ans et ma stratégie n’a pas changé. Je considère l’Ukraine comme faisant partie de la civilisation occidentale, membre de l’UE et de l’OTAN. Je sais avec certitude qu'il existe notre succès et notre sécurité et que toute technologie payante noire ne le changerait pas. "


Une éventuelle présidence de Timochenko est-elle dangereuse pour l'Ukraine?



Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Photo2018-10-1213-21-09
Timochenko n'est pas de loin la seule candidate à utiliser des slogans populistes, mais certains la considèrent comme la pire. Photo: obozrevatel.com.

En réalité, ce n’est pas sa tendance suspecte en faveur du Kremlin qui devrait être considérée comme la plus dangereuse en ce qui concerne Timochenko, mais plutôt deux autres faits: son passé et son populisme.
Le passé. La carrière de Timochenko a été dans le secteur de l'énergie, qui a toujours été étroitement lié à la Russie en Ukraine. D'une manière ou d'une autre, les points de vue de Timochenko ont été influencés par ce fait. En attendant, ses relations avec la Russie et avec Poutine ont été enveloppées de mystère. Par exemple, un article publié en 2012 dans lenta-ru , un média en ligne russe (qui a réussi à résister à la censure du gouvernement russe jusqu'en 2014), faisait allusion à une position pro-russe pour Timochenko. Dans l'article, Poutine et Timochenko auraient été rencontrés pour la première fois en mars 2005 lors de la visite de Poutine à Kiev.
En dépit de la position claire anti-russe proclamée lors de la révolution orange, le Premier ministre d'alors, M. Timochenko, a assuré à Poutine qu'elle était prête à soutenir les initiatives russes en matière de coopération économique. À l'époque, certains avaient émis l'hypothèse que sa poursuite au Kremlin pourrait s'expliquer par les poursuites pénales engagées à son encontre en Russie. Ces allégations étaient liées à Unified Energy Systems, une société qu’elle dirigeait dans les années 90 en Ukraine.Moscou était allé jusqu'à la déclarer recherchée par Interpol. Au moment de témoigner, elle s'est personnellement rendue à Moscou pour le faire devant un tribunal russe. Le lendemain, l'affaire à son encontre était close.
Les médias ukrainiens ont laissé entendre que c'était en juillet 2005 que Poutine avait eu Timochenko pour la première fois. Une histoire populaire a circulé selon laquelle Timochenko avait été détecté par le Service fédéral de sécurité (FSB) quand elle et son mari, Oleksandr, avaient été arrêtés à l'aéroport russe de Vnoukovo pour avoir tenté de faire passer en fraude 100 000 USD. Après avoir confisqué l'argent et enregistré l'infraction pénale, elle a été libérée, mais le FSB a ouvert un dossier spécial et depuis lors, elle est passée au microscope. Beaucoup se sont demandés si Timochenko avait dû maintenir une obligation envers le Kremlin à la suite de cet événement… est-ce qu'elle leur en était redevable? … A-t-elle peur d'eux… est-elle une amie?
L'histoire n'a été publiée qu'en 2012, et la politique de Timochenko s'était depuis longtemps éloignée de la Russie. Beaucoup plus avait changé. Mme Timochenko a passé deux ans et demi en prison pour des accords controversés sur le gaz avec la Russie, conclus durant son mandat de Premier ministre. Elle a obtenu un large soutien au cours de son incarcération et a été libérée à la suite de la révolution Euromaïdan. Néanmoins, des questions subsistent quant à ses éventuelles sympathies russes, ainsi qu'à son apparente ambivalence aujourd'hui.
Le populisme. Timochenko n'est pas de loin le seul candidat qui utilise des slogans populistes, mais VoxUkraine la considère comme la pire. Ils lui ont attribué la première place dans leur classement de menteurs politiques et de manipulateurs. Ses slogans préférés ont été identifiés comme «pauvreté», «génocide» et «annihilation de la population».
Quels que soient les liens potentiels de Timochenko avec la Russie ou ses moyens exploités de gagner le soutien populaire, si elle continue à prêcher le récit de la «paix par tous les moyens» par le biais de négociations avec Moscou, les conséquences pour l'Ukraine pourraient être tragiques.
Dans son analyse des médias candidats, Texty écrit : «Timochenko, comme beaucoup d'autres candidats, se rend [aux] élections sous le slogan de la paix, car la sociologie montre que la guerre dans l'est de l'Ukraine est ce qui inquiète le plus les gens. Cependant, la clé de la paix ne sera pas entre les mains de Timochenko, comme elle le pense et comme le Kremlin le lui fait penser. "
Texty note deux options potentielles que Poutine présentera à Timochenko:


  • tout d'abord, nommer au Conseil de la sécurité de l'État et de la défense, quelqu'un du FSB, quelqu'un comme Viktor Medvedchuk , le cardinal gris de la politique ukrainienne, à la tête des Services de sécurité, et mettre en œuvre une politique d'essence à bon marché par tous les moyens nécessaires;
  • ou deuxièmement, préparez-vous à une intervention à grande échelle des forces russes.


Texty poursuit en disant que même si Timochenko refusait de négocier avec le Kremlin, elle se heurterait à une forte opposition dans le domaine de l'information. En conséquence, la tentation de traiter avec le Kremlin serait lourde.
Cependant, même si elle accepte la paix avec la Russie, cela ne veut pas dire que la Russie ne lancera pas une offensive à grande échelle. Texty conclut que Timochenko ne comprend pas la nouvelle réalité et les ramifications de la guerre. Elle est loin d'être prête à organiser les défenses du pays.
En fin de compte, même si son apparence d'ambivalence pro-russe - apparemment créée par les médias ukrainiens - est exagérée, le désir de gagner de Timochenko n'est jamais exagéré. Une telle attitude pourrait lui apporter les résultats qu’elle convoite, mais ne peut guère répondre aux espoirs des Ukrainiens.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Krispoluk le Dim 10 Fév - 17:47

Bon, en réponse aux articles précédents,je commente simplement, hein ! Je ne critique pas mais faut bien produire des réactions sur ce forum...

- Sur la Youlia et sa politique étrangère vis-à-vis de la Russie, on verra bien la suite... Je dis simplement qu'on a affaire à 2 oligarques affairistes, entre Poro et elle, qui ont eu des affaires (compromissions ?) avec la Russie autrefois et qui continuent d'en avoir (encore de nombreux business de Poro en Russie, Youlia, je ne sais pas ?) Néanmoins, Poro a fait la preuve da sa résilience patriotique en Crimée et au Donbass, avec Youlia, c'est la grande inconnue pour "l'après", comme elle est réputée pour être une girouette, en disant tout et son contraire, on peut avoir les plus grandes craintes pour l'avenir territorial et la souveraineté de l'Ukraine...

En ce qui concerne le grand article dédié au "populisme", ça me fait doucement rigoler car c'est le terme à la mode qui désigne à peu près tout et n'importe quoi !!! On est tous, quelque part, le "populiste" de l'autre.

Ce terme a été inventé par les médias occidentaux pour remplacer le terme de "fasciste" parce qu'il était tellement galvaudé et sur-utilisé pour désigner des opposants politiques qu'il n'avait plus aucune valeur...

En gros, on dira que le terme "populiste" est appliqué aux gouvernements : polonais, hongrois, tchèque, danois et slovaque dans la CEE et à des mouvements politiques se réclamant de l'anti-immigration et de l'anti-mondialisme économique en Europe occidentale... En fait, c'est le fourre-tout dans lequel les pro-européens et pro-mondialistes ghettoïsent leurs adversaires politiques en priant pour que le "cordon sanitaire" ne se brise pas...

La définition qui en est donnée dans l'article ukrainien est savoureuse car elle correspond à 100% aux promesses de Macron avant la présidentielle : "faire de la politique autrement - réconcilier la droite et la gauche - donner une nouvelle impulsion à l'économie et créer de l'emploi et de la richesse - ramener de la croissance et des revenus" En fait, il a fait tout l'inverse de son programme, donc on peut en déduire que Macron est un vrai "populiste" qui s'ignore, tout en traitant ses adversaires politiques radicaux du même terme... 
Assez savoureux donc et c'est du "grand art" retourner des termes péjoratifs contre ses adversaires tout en poursuivant une ligne politique toujours plus inégalitaire et sans issue. La révolte inédite depuis 1968, des gilets jaunes, démontre bien l'exaspération profonde de la base ...

Remarques personnelles...  Wink
Krispoluk
Krispoluk

Messages : 6100
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  steven21 le Lun 11 Fév - 4:54

amen !!! Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 3d-respect-prosterne-3Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 C_10CH~1
steven21
steven21

Messages : 1494
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 38
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Jeu 21 Fév - 18:27

Zelenski et Porochenko au second tour de l'élection présidentielle - scrutin 20.02.2019 15:13

Si l'élection présidentielle en Ukraine se tenait dimanche prochain, le comédien Volodymyr Zelensky et le président en exercice, Petro Porochenko, participeraient au second tour, selon une enquête nationale menée par le service sociologique du Centre Razumkov du 7 au 14 février 2019.

La recherche montre que 17,5% de tous les répondants prévoient de voter pour Zelensky (19% parmi ceux qui ont l'intention de prendre part à l'élection). Quelque 13,1% des sondés sont favorables à Porochenko (16,8% parmi ceux qui se rendront probablement aux urnes) et 11,5% sont favorables à la chef du parti Batkivchchyna, Ioulia Timochenko (13,8% de ceux qui envisagent de voter).

Quelque 5,9% de tous les répondants et 7,3% de ceux qui se présenteront aux élections prévoient de voter pour Anatoliy Hrytsenko, chef du Parti de la position civile, 6,3% et 7,1%, respectivement, pour la coprésidence de la Plate-forme d'opposition - For Life Party Yuriy Boiko et respectivement 4,3% et 4,8% pour le chef du parti radical Oleh Liashko.

Chacun des candidats à l'élection présidentielle restants obtiendrait moins de 3% des suffrages.

Si Zelensky et Porochenko atteignent le second tour de l'élection présidentielle, 32,2% des personnes interrogées envisagent de voter pour Zelensky et 19,1% pour Porochenko.

Si Zelensky et Timochenko passent au second tour de l'élection présidentielle, 28,7% des sondés prévoient de voter pour Zelensky et 18,6% pour Timochenko.

Si Timochenko et Porochenko arrivent au second tour de l'élection présidentielle, ils ont tous les deux la même chance de gagner. La différence de pourcentage reçue par chacun de ces candidats est statistiquement non significative (22,4% et 20% respectivement), selon un communiqué de presse du centre Razumkov.

Si les élections législatives avaient lieu en Ukraine dans un proche avenir, les partis et les blocs suivants remporteraient des sièges à la Verkhovna Rada - le Parti du serviteur du peuple (18% de ceux qui se rendront aux urnes sont prêts à voter pour le parti ), L’Union panukrainienne de Batkivshchyna (15,4%), le Parti de la solidarité du Bloc Petro Poroshenko (14,9%), le Parti de la position civile (8%), le Parti de la plate-forme pour la vie (6,6%) et le Parti radical d’Oleh Liashko ( 5%).

Une enquête nationale a été menée par le service sociologique du centre Razumkov du 7 au 14 février 2019 dans toutes les régions de l'Ukraine, à l'exception de la Crimée et des territoires occupés des régions de Donetsk et de Louhansk. Au total, 2 016 répondants âgés de plus de 18 ans ont été interrogés. La marge d'erreur du sondage ne dépasse pas 2,3%.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Matt le Ven 22 Fév - 22:10

Tout ça, c'est supputations. Il faut attendre.????

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Sign110
Matt
Matt
Admin

Messages : 8292
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Lun 4 Mar - 20:17

Volodymyr Zelensky : le "Trump ukrainien"

Par Julien Pavy  avec Reuters• Dernière MAJ: 28/02/2019

https://fr.euronews.com/2019/02/28/volodymyr-zelensky-le-trump-ukrainien?fbclid=IwAR3kR0YZSKkzWE01WQ9EUVWaeTkAVCwWMOy8OkO483f1xEV-aoG6_27vhyA

Il s'appelle Volodymyr Zelensky, il est comédien et pourrait devenir le prochain président de l'Ukraine.

Âgé de 41 ans, l'homme, qui n'a aucune expérience en politique, est devenu très populaire grâce à la télévision, en particulier en jouant le rôle principal dans la série "Le serviteur du peuple". Il y incarne un professeur d'histoire, propulsé à la présidence du pays, qui se confronte à une classe dirigeante corrompue.

Dans un pays toujours gangréné par la corruption, le message de cette série télévisée trouve un large écho auprès des téléspectateurs ukrainiens.

Surfant sur cette vague de popularité, Volodymyr Zelensky a annoncé sa candidature lors du Nouvel An. Il veut incarner le renouveau :

"Je suis un nouveau visage, je n'ai jamais fait de politique, je viens d'un secteur considéré comme propre, la télévision et le cinéma. Les gens me connaissent bien et ils peuvent s'identifier à moi", dit-il.

Beaucoup le comparent aux candidats anti-système qui ont émergé ces dernières années dans plusieurs pays, en Italie ou aux États-Unis :

"On peut le comparer à Donald Trump, car ce sont des stars de télévision. Tous deux vendent du rêve. Les gens sont donc prêts à croire en ce rêve parce que les gens en ont marre de la vieille classe politique", explique un député ukrainien.

A un moins de l'élection présidentielle ukrainienne, Volodymyr Zelensky est en tête de plusieurs sondages devant le président sortant Petro Porochenko, l'opposante Yulia Tymoshenko et la quarantaine de candidats en lice pour ce scrutin.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Thuramir le Mer 6 Mar - 10:26

Caduce62 a écrit:Volodymyr Zelensky : le "Trump ukrainien"

Je dirais plutôt le Beppe Grillo (qui a fondé le mouvement 5 étoiles en Italie) ukrainien, car il est quand même pas aussi détonant (ni déconnant) que Trump.
Thuramir
Thuramir

Messages : 2823
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Lun 11 Mar - 2:21

http://euromaidanpress.com/2019/03/09/three-weeks-before-ukrainian-elections-zelenskyi-leads-polls-while-tymoshenko-and-poroshenko-fight-each-other/?fbclid=IwAR25JzNLu9FMSz_utQb1sLbDaSLZh3OKjDMWKflk5sHOtAaFeaFu2Hm14ug

Trois semaines avant les élections ukrainiennes: Zelenskyi en tête des sondages pendant que Timochenko et Porochenko se battent

2019/03/09 - 04:25 • POLITIQUE

Il reste moins d’un mois avant que les Ukrainiens votent pour choisir un président et la campagne se prépare. Les journalistes et certains responsables ont commencé à divulguer des recherches opposées contre les candidats qui, à leur tour, tentaient de tirer le meilleur parti de leur potentiel. Pendant ce temps, le soutien électoral reste relativement faible pour chacun des trois principaux dirigeants: le comédien Volodymyr Zelenskyi, le président sortant Petro Poroshenko et l'ex-Premier ministre ukrainien (2007-2010) Yuliya Tymoshenko.

Pour la première fois aux élections ukrainiennes, un modèle de «sondage des sondages» a été créé. Construit par texty.org , il combine différents sondages en une seule image. Les auteurs soulignent que leurs résultats ne montrent qu'une probabilité; ils ne peuvent pas garantir la fiabilité des sondages.

Le modèle montre clairement la forte augmentation du soutien électoral de Volodymyr Zelenskyi, qui est actuellement en tête des sondages. La nette diminution du soutien de Yuliya Tymoshenko depuis janvier est également évidente, de même que la croissance progressive de Petro Poroshenko, qui occupe actuellement la deuxième position.

Cependant, les bookmakers comme 1xbetua ou pari match soutiennent plutôt Petro Poroshenko, tandis que Timochenko et Zelenskyi ont des chances légèrement plus faibles. L’une des raisons de cette différence peut être l’âge des électeurs de chaque candidat. Timochenko repose principalement sur les personnes âgées qui ont plus de chances de voter que le jeune électorat de Zelenskyi. Porochenko est soutenu presque également par toutes les catégories d’âge.

Batailles entre Porochenko et Timochenko
Alors que Zelenskyi n'a rien à perdre dans cette élection, Porochenko et Timochenko se trouvent soit au bord de leur carrière politique, soit avant son apogée. Depuis près de 20 ans, Mme Timochenko s'est efforcée de devenir un chef de file dans le pays. Deux fois, elle a visé la présidence mais est arrivée en deuxième position. Cette année est probablement sa dernière chance. Porochenko semble aimer son rôle d'adversaire principal de la politique de Poutine et ne veut pas se retirer. Par conséquent, Timochenko et Porochenko ont lancé des attaques politiques, y compris des poursuites contre les forces de l'ordre.

Timochenko a porté le premier coup lorsque sa cote a commencé à tomber. Elle a poursuivi Porochenko pour violation des règles de la campagne électorale et l'a accusé d'avoir utilisé illégalement des fonds pour sa campagne. Cependant, la Cour suprême a rejeté l'appel de Timochenko le 24 février.

Cependant, le procès de Timochenko semble plutôt faible si on le compare aux accusations du service de sécurité (SBU, dont le président est nommé par le président) à son encontre. Le 21 février, le SBU a déclaré avoir découvert une pyramide électorale financée par l'extérieur du fonds électoral et censée recruter des votes pour un candidat spécifique dans les bureaux de vote le jour du scrutin.

La SBU a évité de nommer le candidat en question. Cependant, le jour de sa déclaration, il a effectué plus de 30 perquisitions dans les appartements de personnes proches du parti de Timochenko. En outre, Valeriy Dubil, un député du parti de Timochenko, a été convoqué pour interrogatoire par le bureau du Procureur général, dont le chef est à nouveau nommé par le président.

Yuliya Tymoshenko a déclaré que les accusations du SBU étaient «des illusions, diffusées par des provocateurs au sein du SBU». Elle a également félicité Arsen Avakov, ministre de l'Intérieur nommé par le Parlement: «Je crois que le ministère de l'Intérieur et le ministre Avakov travailleront pour prévenir la fraude. et la corruption. "

Et il l'a fait. Le même jour, la police de la patrouille de la ville de Soumy s'est rendue dans les locaux du parti de Petro Porochenko, soupçonnée de corrompre des électeurs. Le bureau du procureur de la région a réagi en engageant une procédure pour excès d'autorité.

Auparavant, Arsen Avakov avait parlé à plusieurs reprises des violations de l'équipe de Petro Porochenko, qui payaient leurs agitateurs «volontaires», créant ainsi un vaste réseau de personnes travaillant dans toutes les régions pour obliger les habitants à voter pour Porochenko. Cependant, le comité électoral central a précisé que la loi oblige les agitateurs à être des volontaires, mais que les comités électoraux sont autorisés à indemniser leurs dépenses telles que la nourriture, les voyages, le rechargement de téléphones portables, etc.

Enfin, l'enquête journalistique menée dans le cadre du projet Bihus.info et publiée le 25 février a accusé le partenaire commercial de Porochenko du secteur de la défense d'avoir blanchi 9,2 millions de dollars US en achats pour l'armée. Le rédacteur en chef a promis de montrer une autre opposition à Timochenko dans la vidéo suivante. Malgré quelques critiques sur l'argumentation et les conclusions des journalistes, le projet porte un coup dur au soutien électoral de Porochenko et, éventuellement, aura une incidence sur Timochenko la semaine prochaine.

Pourtant, Yuliya Tymoshenko a été la première à annoncer le début de la procédure de destitution de Porochenko après la vidéo, bien que la réglementation en vigueur dans la Constitution de l'Ukraine allonge considérablement cette procédure par rapport à la campagne électorale.


Yuliya Tymoshenko annonçant le début de la procédure de destitution dans un parlement presque vide. Source: capture d'écran de la vidéo
Et que dire de Zelenskyi
Alors que Timochenko et Porochenko se battent pour obtenir des votes, Zelenskyi est presque invisible dans l'espace public. En réalité, sa tactique est tout à fait raisonnable: Porochenko et Timochenko sont d'anciens acteurs de la politique ukrainienne et tous deux ont de nombreux défauts ou sont directement coupables. Zelenskyi n'a presque rien à reprocher à l'exception de ses affaires russes et de ses projets offshore. Il a de fortes chances en tant que «nouveau visage» avec une agitation extraordinaire et divertissante dans une forme de nouvelle série de films.

Pourtant, beaucoup pensent que son succès ne serait pas favorable pour l'Ukraine. Dans sa récente déclaration publique , tout en accusant Porochenko, il répète presque mot pour mot la propagande du Kremlin: «Les personnes qui sont arrivées au pouvoir par le sang gagnent de l'argent avec du sang», faisant référence à deux thèses du Kremlin selon lesquelles Euromaidan est un supposé coup pour changer le pouvoir. et que la guerre en Ukraine se poursuit car elle est rentable pour les élites du pays.

Il a également soutenu Maruv pour représenter l'Ukraine à l'Eurovision malgré ses concerts en Russie, nie que l'Ukrainien ait la priorité sur la langue russe en Ukraine. L'histoire des projets télévisés de Zelenskyi montre clairement comment il a soutenu tout oligarque et toute politique en fonction de celui qui est prêt à payer. Pour cette fois, l'oligarque Kolomoyskyi est l'employeur.
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Caduce62 le Mer 13 Mar - 11:52

http://texty.org.ua/d/2019/president_polls/en/?fbclid=IwAR1_i2A6PrvuPsvmQiYSb8rg1swMALg3n5rVYbvMijLbgYizzTng-udKvjY

Selon les récents sondages, timochenko rattrape porochenko alors que zelenskyi est toujours en tête.
Un bon sondage de sondages modèle a été composé par texty.org pour regarder une photo généralisée du soutien électoral sur ces élections présidentielles
Caduce62
Caduce62

Messages : 6304
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 56
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  travellergillou76 le Mar 19 Mar - 23:54

[size=49]En Ukraine, l’élection présidentielle face aux risques de cyberattaque et de désinformation
Les Ukrainiens doivent élire leur nouveau président le 31 mars. Les experts craignent des cyberattaques et une intensification de la propagande russe.[/size]

Par Martin Untersinger Publié aujourd’hui à 17h04, mis à jour à 20h30

Temps deLecture 4 min.



Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 A5d9581_5456219-01-06Un exercice de cybersécurité entre l’Union européenne et l’Ukraine a été organisé au siège des services de renseignement ukrainien, le 6 mars, afin de préparer l’élection présidentielle. SERGEI SUPINSKY / AFP
Le 31 mars, les Ukrainiens se rendront aux urnes pour l’élection présidentielle. Alors que la campagne fait rage, les autorités et les experts scrutent avec inquiétude le cyberespace. Le pays, plus que tout autre, a payé un lourd tribut au conflit numérique larvé qui l’oppose à la Russie. Depuis 2014 et les manifestations sanglantes de la place Maïdan, suivies de l’annexion de la Crimée puis du conflit dans le Donbass, l’Ukraine a été touchée par toutes les formes possibles de cyberattaques. Si bien que spécialistes et responsables ukrainiens qualifient leur pays de laboratoire à réseau ouvert pour les armes numériques du Kremlin.

Souvent, ces offensives accompagnent des événements importants. Le scrutin présidentiel, qui sera suivi à l’automne des élections législatives, alimente donc les craintes. Et les autorités politiques, jamais frileuses à l’idée d’accuser « l’agresseur » russe, multiplient les signaux d’alerte. « Je suis certain que les cyberattaques vont être utilisées, comme d’habitude, par l’agresseur », explique au Monde le premier ministre ukrainien, Volodymyr Hroïsman.
Lire aussi  Ukraine : le président Porochenko en lice pour un second mandat

« L’ingérence est en cours »


Récemment, le chef de la cyberpolice, Serhiï Demediouk, a affirmé disposer de preuves de menées russes contre les ordinateurs de fonctionnaires ukrainiens chargés de l’organisation de l’élection, tout en assurant avoir déjoué les attaques. Le SBU, le service de renseignement ukrainien, a, lui, annoncé avoir inculpé un homme soupçonné d’avoir tenté de pirater des systèmes liés à l’élection présidentielle.

« L’ingérence russe pour influencer les élections est en cours », a averti, en petit comité, le président ukrainien, Petro Porochenko, selon des propos rapportés par l’agence Reuters. Cette prédiction dépasse le cénacle des hauts responsables. « La Russie a pris des mesures pour influencer [les élections], exploitant la fragilité de l’économie ukrainienne, la corruption endémique, les cybervulnérabilités et la frustration des citoyens dans l’espoir de se débarrasser de Porochenko et d’amener au pouvoir un Parlement moins hostile à la Russie », écrivent les services de renseignement américains dans leur rapport annuel, publié fin janvier.

[size=31]En 2014, des pirates avaient détruit le système d’affichage des résultats sur le site internet officiel[/size]

L’Ukraine a déjà été confrontée à une tentative d’ingérence informatique dans son élection. C’était en 2014, lors du dernier scrutin présidentiel : des pirates, soupçonnés d’œuvrer pour Moscou, avaient détruit le système d’affichage des résultats sur le site internet officiel et sont presque parvenus à annoncer de faux résultats le soir de l’élection.

Aucune chance que ce scénario se répète cette année, assure au Monde Valerii Striganov. Ce placide fonctionnaire, responsable informatique de la commission électorale ukrainienne, a la lourde tâche d’assurer la sécurité informatique du scrutin. Le budget alloué à cet objectif, quoique maigre, est bien plus important qu’auparavant. L’Union européenne, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), l’OTAN et des entreprises privées occidentales sont au chevet de la commission. Le 6 mars, un exercice où des spécialistes occidentaux jouaient le rôle de pirates déterminés à s’en prendre aux systèmes informatiques de la commission électorale a été organisé. « La cybersécurité est aujourd’hui une des priorités pour cette élection », insiste M. Striganov, impassible derrière son bureau impeccablement ciré.
Lire aussi  Face aux cyberattaques, l’Union européenne se mobilise

Des attaques pour semer le trouble ?


A Kiev, plusieurs experts interrogés par Le Monde pensent que les pirates chercheront à influencer le climat politique en causant un maximum de dégâts matériels. « Ce qui m’inquiète, ce n’est pas la sécurité de l’élection, mais celle des infrastructures critiques », tranche Dmytro Shimkiv, l’ancien conseiller de Petro Porochenko pour la cybersécurité.

[size=31]« On peut imaginer une attaque destructive qui détourne l’attention de l’élection… »[/size]

Où les pirates peuvent-ils frapper ? « Peut-être le système bancaire, peut-être le réseau internet, ou une explosion dans une usine chimique », pronostique Konstantyn Korsun, ancien du SBU et spécialiste de cybersécurité. « Quelque chose va forcément arriver. On peut imaginer une attaque destructive qui détourne l’attention de l’élection ou laisse un fardeau important au vainqueur », confirme Oleg Bondarenko, directeur de recherche au sein de l’entreprise spécialisée FireEye.

Là aussi, il existe des précédents. Deux groupes de médias ont été pris pour cible, en 2015, par une attaque lancée la veille d’élections locales. Le 27 juin, veille d’un jour férié symbolique en Ukraine, des pirates vraisemblablement russes ont lancé NotPetya, un virus très puissant qui a coûté à l’Ukraine près d’un point de PIB.
Lire aussi  Virus NotPetya : Londres, Washington et leurs proches alliés accusent la Russie, qui dément

Le spectre de la désinformation


« Pourquoi casser le système quand il suffit de dire que le système est cassé ? La désinformation est la seule attaque pour laquelle nous n’avons pas de solution »,lance Valerii Striganov, de la commission électorale. De telles opérations – propagande, manipulation de l’information – sont menées tambour battant par la Russie contre l’Ukraine depuis cinq ans, sur Internet et dans les médias plus traditionnels (la télévision russe est très regardée en Ukraine).

[size=31]Des opérations de déstabilisation médiatique ont commencé « dès le mois de janvier »[/size]

« Les médias russes ne cessent de raconter n’importe quoi. Ils inventent ce qui leur chante. Le niveau de mensonges absurdes en provenance de Russie ne va que s’accentuer », prévient le premier ministre, Volodymyr Hroïsman. « Ils veulent s’assurer que Porochenko ne soit pas réélu. Ils essaient de prouver que l’élection est illégitime », explique pour sa part Yevhen Fedchenko, directeur de l’école de journalisme de l’université de Kiev et fondateur de Stopfake, un site de lutte contre les opérations de désinformation russes. Dans ce contexte, des opérations de déstabilisation médiatique ont commencé « dès le mois de janvier » explique au Monde Oleksandr Klymchuk, chef du département cyber du SBU :

« Nous avons fait supprimer quatre mille bots russes sur les réseaux sociaux qui tentaient d’altérer la perception des gens, nous avons bloqué deux cents sites internet, espérons bientôt en fermer cent de plus. »

En janvier, Facebook – très utilisé, dans un pays qui a tenté de bannir le réseau social russe VKontakte – a expliqué avoir supprimé 107 pages, groupes et comptes, ainsi que 41 comptes Instagram, prétendant être ukrainiens. Ce réseau aurait en réalité été piloté depuis la Russie et était très actif sur le sujet de l’actualité ukrainienne. Son comportement, explique Facebook, ressemblait, en outre, aux opérations russes menées en amont de l’élection présidentielle américaine de 2016.
Lire notre analyse : Quelle est la bonne équation pour pacifier le cyberespace ?
Martin Untersinger (Kiev (Ukraine), envoyé spécial)
travellergillou76
travellergillou76

Messages : 1129
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Elections en Ukraine le 31 mars 2019 - Page 2 Empty Re: Elections en Ukraine le 31 mars 2019

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum