Et après?

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Aller en bas

Re: Et après?

Message  Janchik le Mar 24 Juil - 8:48

benoit77 a écrit:et après ? le donbass gélifié ?

regarder les cas: Transnistrie et Abkhasie

http://www.france24.com/fr/20180202-video-billet-retour-transnistrie-independance-moldavie-russie-ex-urss
http://www.france24.com/fr/20160930-video-abkhazie-quete-identite-russie-georgie-caucase-perle-mer-noire

comme Poutine: des gens bloqués dans un vieux chapitre de l'histoire.
Quasi impossible de leur faire ouvrir les yeux. Aller donc leur faire comprendre qu'ils sont des ersatz d'une URSS morte, les derniers mohicans de la colonisation décidé au kremlin à la fin de la seconde guerre mondiale.

Bien que reconnu par Moscou, la Crimée va petit à petit vers une situation similaire.
Au passage, cela démontre que les économies repliées sur elle-même ne progresse pas.
Par contre, si l'on retourne vers l'age de pierre suite à une éruption solaire massive, le retour en arrière sera plus facile pour eux Twisted Evil.

Pauvres naifs qui pensent que leur minorité sera mieux reconnue et défendue sous la coupe du Kremlin ! faudrait que je retrouve les reportages expliquant comment, insidieusement, Moscou gomme toutes les conceptions qui ne sont pas russe 100% pur jus telle que la suppression des enseignements d'états sur les langues locales.
Au final ils devront tous rentrer dans le moule de la pensée unique du Kremlin sans avoir rien gagné au passage.
La seule différence entre la Crimée et  ces "pseudo républiques" c'est qu'elle est devenue partie intégrante de la Russie après un simulacre de référendum. Ce qui ne l'empêche de crever à petits feux sans eau, sans ressources, sans touristes... sauf  ceux envoyés par Poutine en treillis ou costards de brigands! Les criméens (les vrais) supportent de moins en moins ces russes arrogant et se comportant comme des vainqueurs... à suivre
avatar
Janchik

Messages : 276
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Krispoluk le Mar 24 Juil - 9:35

Matt a écrit:
Je m'inquiète plus de la blonde qui ferait bien de rester dans sa cuisine. Twisted Evil

Affreux machiste !!! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Tu n'arrives même pas à garder ta propre femme dans sa cuisine et tu prétends y enfermer la belle Youlia pendant toutes les élections ??? affraid lol! Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 5881
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Mar 24 Juil - 11:47

Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8132
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Thuramir le Mar 24 Juil - 21:27

Krispoluk a écrit:
Matt a écrit:
Je m'inquiète plus de la blonde qui ferait bien de rester dans sa cuisine. Twisted Evil

Affreux machiste !!! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Tu n'arrives même pas à garder ta propre femme dans sa cuisine et tu prétends y enfermer la belle Youlia pendant toutes les élections ??? affraid lol! Laughing Laughing Laughing

Remarque en effet parfaitement machiste. Il y a assez d'arguments objectifs à opposer à cette créature pour ne pas tomber dans le machisme primaire !
avatar
Thuramir

Messages : 2759
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Mar 24 Juil - 23:53

C'est un raccourcis que j'assume.
Si Timochenko revenait au pouvoir, ce serait une catastrophe pour l'Ukraine.
Même Maya a des éléments de comptabilité en défaveur de votre blonde tressée.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8132
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Jeu 20 Sep - 23:34

C’est définitif: Porochenko a signé un décret mettant fin au Traité d’amitié entre l’Ukraine et la Russie


https://www.ukrinform.fr/rubric-polytics/2539648-cest-definitif-porochenko-a-signe-un-decret-mettant-fin-a-le-traite-damitie-entre-lukraine-et-la-russie.html
17.09.2018 17:39 922

Le président Petro Porochenko a signé le décret qui rend effective la décision du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l’Ukraine de mettre fin au traité d'amitié entre l'Ukraine et la Russie.

Cette information a été rapportée par le service de presse du chef de l'État ukrainien.

«Le président Petro Porochenko a signé le décret sur «La décision du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l'Ukraine datant du 6 Septembre 2018 concernant le traité d'amitié, de coopération et de partenariat entre l'Ukraine et la Fédération de Russie. » Conformément à la décision du Conseil de la sécurité nationale et la défense de l'Ukraine, les propositions du ministère ukrainien des Affaires étrangères sur la fin de l'accord d'amitié, de coopération et de partenariat entre l'Ukraine et la Fédération de Russie signé le 31 mai 1997, ont été approuvées», peut-on lire dans le communiqué.

Il est prévu que le Ministère des affaires étrangères ukrainien informe la Fédération de Russie que l’Ukraine souhaite mettre fin au Traité d'amitié, de coopération et de partenariat entre l'Ukraine et la Fédération de Russie signé le 31 mai 1997, conformément à l'article 40 de ce traité.

En outre, conformément à la décision du Conseil national de la sécurité et de la défense, le Ministère des affaires étrangères devrait informer l’Organisation des Nations Unies, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et d’autres organisations internationales de son désir de mettre fin au Traité d’amitié et des motifs de la résiliation.
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Krispoluk le Sam 29 Sep - 14:52

Odessa ville du crime ?












Le silence tue: quelle est la signification d'une série d'agressions contre les activistes en Ukraine?
 



Après la Révolution de la dignité, Odessa a été à plusieurs reprises le centre d'attention des observateurs et des journalistes étrangers. La tragédie du 2 mai 2014, où des dizaines de personnes sont mortes à la suite d'affrontements entre forces pro-russes et pro-ukrainiennes dans le bâtiment syndical, a été la première raison de retenir leur attention. La nomination de Michail Saakashvili, ancien gouverneur de la région d'Odessa en 2015-2016, a également attiré des journalistes. La ville d’Odessa est à tel point cosmopolite et vivante qu’on l’appelle la Marseille ukrainienne. Cependant, à partir de 2017, Odessa apparaît de nouveau régulièrement dans les médias ukrainiens. Dans cette ville des activistes et des journalistes sont agressés pratiquement tous les mois. Ce que montre cette tendance est analysé dans le matériel de UCMC.




«Le silence tue». Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018, une action, «Le silence tue», s’est déroulée à Kyiv. L'action a duré jusqu'à minuit: les participants ont exigé que les autorités enquêtent sur les agressions contre les activistes en Ukraine, qui se multiplient et ne font pas l'objet d'une enquête.




Odessa est une ville de crime. Le dernier fait retentissant a été la tentative d'assassinat d'Oleg Mykhailyk, activiste et dirigeant de l'organisation municipale du parti «La force du peuple» d’Odessa. Il a été la cible de tirs d’armes à feu dans la soirée du 22 septembre en plein centre ville, dans la rue Osipova, non loin de chez lui. Mykhailyk, blessé, a été hospitalisé dans un état grave. Ayant perdu beaucoup de sang, il se trouvait en état de mort clinique. La vie de cet homme de 44 ans «ne tient qu’à un fil». Cependant, les médecins ont réussi à stabiliser son état et il y a un espoir de rétablissement.




Il ne s’agit pas d’un cas isolé, mais seulement de l’une des quelque 40 agressions de militants, dont 14 ont eu lieu au cours de la dernière année à Odessa. Un peu plus tôt à Odessa, Alina Podolyanka (organisation régionale du «Mouvement populaire d'Ukraine») et experte du «Groupe du 2 mai», et Svetlana Podpalaia avaient été battues, Serhiy Sternenko («Ne soyons pas indifférents») avait été agressé à plusieurs reprises, Vitaliy Ustimenko (Automaidan), avait été blessé au couteau. Mikhaylo Kuzakon, l'un des dirigeants du «Mouvement populaire ukrainien» et Grigory Kozma, un activiste, ont survécu par miracle quand leur voiture a été heurtée par un camion. Toutes ces victimes appartiennent à diverses organisations, forces politiques et médias. Mais elles ont toutes quelque chose en commun: elles parlent systématiquement et depuis de nombreuses années de la corruption et des violations commises par les autorités des villes, et elles adhèrent aux points de vue pro-ukrainiens. Que signifie cette série d'agressions?












Oleg Mykhailyk
Qui est Oleg Mykhailyk? Oleg Mykhailyk est un activiste qui se bat depuis plusieurs années contre les constructions illégales dans la ville. Il a récemment annoncé son intention de se porter candidat à la mairie lors des prochaines élections locales. Il organisait des actions de protestation et des manifestations, a participé à la campagne «Odessa sans Troukhanov». Le jour de l'attaque, Mykhailyk a pris part à une action de protestation contre les constructions sur la plage de Langeron.

Commentaires et interprétations. Le chef de l'organisation régionale Odessa du parti «La force du peuple», Igor Bychkov, lie la tentative de meurtre de Mykhaylyk avec sa position civile et surtout son opposition à Gennadiy Trukhanov, le maire d’Odessa. «Oleg a toujours dit que Trukhanov dirigeait un groupe criminel qui pille notre ville et que Dmytro Golovine, le chef de la police de la région d'Odessa, et Oleg Zhuchenko, le procureur régional, couvraient les activités illégales des autorités d'Odessa», a déclaré Igor Bychkov.

La politique ou le business? 
Il semble que la composante de ce crime, à l'instar de certains des crimes précédents, n'est en rien politique. L'activisme contre les constructions illégales ne gêne pas tant les intérêts politiques que les intérêts commerciaux des personnes influentes d'Odessa. «Le saccage d’Odessa, dirigé par le maire Gennadiy Trukhanov, est une bombe à retardement. Une telle désinvolture envers la loi et les intérêts de la communauté ne s’était encore jamais vue dans l’histoire contemporaine d'Odessa. Même dans les heures les plus sombres du règne de Yanoukovitch-Pshonka (procureur général de l’époque de Victor Yanoukovitch)», écrit Zoya Kazanzhi, journaliste et écrivaine, originaire d’Odessa. «Dans toute l'Ukraine, on sait déjà que les activités de construction à Odessa sont contrôlées par le groupe criminel Galanternik – Trukhanov».













Volodymyr Galanternik

Le cardinal gris d'Odessa. La situation à Odessa ressemble à un film sur les mafieux. Le magazine «Novoe Vremya» a récemment publié un texte de Kristina Berdinskykh sur Galanternik avec un nom éloquent «le Papa d’Odessa » et un sous-titre: «À Odessa, il existe un patron officieux auquel même l'État ne fait pas concurrence». Et, dans la préface, cette explication: «À Odessa, il existe un maire officiel, Gennadiy Trukhanov, et un maire officieux: un multimillionnaire, qui contrôle les légendaires Privoz et Arcadia, vit à Londres et «décide» des questions concernant Odessa. Son nom est Volodymyr Galanternik, mais dans la ville, on préfère ne pas prononcer ce nom».

«Galanternik est une personne qui, à de nombreux égards, définit les processus politiques et commerciaux de la ville», commente Yaroslav Katolyk, politologue à Odessa, «C’est le cardinal gris d’Odessa». Bien que, si vous regardez les registres officiels, Galanternik n’a aucune activité à Odessa. Et Galanternik lui-même est un mythe. Tout le monde a entendu parler de lui, mais personne ne l'a vu». Il vit en Grande-Bretagne depuis plusieurs années avec sa femme et son fils. Il n'y a presque pas de photos de lui dans les réseaux sociaux.









Que sait-on de Galanternik







Au début de 1990, Galanternik était un homme d’affaires normal qui vendait des produits électriques. Il a ensuite rejoint un groupe criminel qui, selon un rapport de police italien publié en 1998, incluait également Gennadiy Trukhanov, l'actuel maire d'Odessa.
Selon des données de la BBC, les forces de l'ordre italiennes ont commencé à s’intéresser à ces individus originaires d’Odessa après les avoir soupçonné de trafic de drogue et d'armes. Les membres du groupe utilisaient l'Italie comme centre de transit. Trukhanov, par exemple, avait même un enregistrement local. Selon les forces de l'ordre italiennes, les Odessites contrôlaient les importations et les exportations de produits pétroliers, se livraient à l'extorsion de fonds et au commerce des armes.
Aujourd'hui, selon des experts locaux, Galanternik contrôle le marché Privoz, possède en partie ou en totalité le centre commercial City Center et la zone de loisirs d'Arcadia (devenue la célèbre plage d'Arcadia). Il gère également des centres commerciaux sur la place Starosennaya, le luxueux complexe Green Wood et le luxueux hôtel De Paris, situés à 50 mètres des escaliers de Potemkine, ainsi qu’un certain nombre d'entreprises de construction.
«Toutes les entreprises de construction soit appartiennent déjà à ce couple d’amis (Trukhanov-Galanternik - ed), soit sont en cours de l’être. Il en va de même pour la construction et la rénovation des routes: les entreprises qui remportent les appels d’offres sont affiliées au maire d’Odessa», écrit Zoya Kazanzhi sur sa page Facebook. C'est pourquoi il est hautement probable qu’une agression contre un activiste fasse l'objet d'une enquête dans le contexte de l'interaction des autorités locales avec les intérêts commerciaux des maîtres d'Odessa.






Pourquoi la réaction de Kyiv est-elle importante? Après cette série d'attaques, il devient évident que Kyiv doit réagir. À un moment donné, Porochenko n’a pas hésité à destituer du poste de gouverneur de la région d'Odessa Mikhail Saakashvili qui a tenté-avec plus ou moins de succès-de lutter contre la corruption dans la région et constituait une menace politique pour le président sortant. Pourquoi ne peut-il pas démettre Trukhanov, dont les activités de corruption sont connues bien au-delà de la ville? L'inaction de Kyiv entraînera une réticence ou une incapacité à lutter contre la corruption, ce que le gouvernement actuel présente comme une priorité.
avatar
Krispoluk

Messages : 5881
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Matt le Sam 29 Sep - 23:24

J'ai un article du media crisis Ukraine sur le sujet.
Je le posterai demain (là, il est trop tard)  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8132
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Krispoluk le Mar 30 Oct - 11:55

Article un peu long mais intéressant sur le climat du "business" en Ukraine ces dernières années :

Mohammad Zahoor: Comment la corruption dissuade les investisseurs
Par Mark Rachkevych .
 Publié le 5 octobre. Mis à jour le 5 octobre à 11h54


Mohammad Zahoor, président du groupe ISTIL, s'est entretenu avec le Kyiv Post le 27 septembre à son siège situé au 33, boulevard Taras Shevchenko, près de la place de la Victoire.
Photo de Kostyantyn Chernichkin


Note de l'éditeur: Mohammad Zahoor était propriétaire du Kyiv Post du 28 juillet 2009 au 21 mars 2018.
Il y a plus de dix ans, Mohammad Zahoor était métallurgiste à Donetsk, où il avait étudié la métallurgie au Pakistan. Il est arrivé en Ukraine en 1974. Il s'est enrichi d'un milliard de dollars en 2008 en vendant l'un des des aciéries les plus performantes de l’ex-Union soviétique dans le cadre d’une vente parfaitement programmée juste avant la crise financière mondiale de 2008.
Zahoor faisait circuler son argent.
Au cours des 10 prochaines années, il a construit un portefeuille d’investissements dans des marchés et des industries où il n’avait que peu, voire aucune expérience. Ils comprenaient l'immobilier commercial et résidentiel, les plastiques, les médias et la réalisation de films.
Mais nombre de ces investissements n’étaient pas rentables et sa valeur nette s’est effondrée.
Aujourd'hui, le seul actif rentable du citoyen britannique, qui compte plusieurs millions de millions de Britanniques, est un fabricant de plastique situé à Obukhiv, une ville de 33 000 habitants située à 40 km au sud de Kyiv. Elle compte plus de 300 clients tels que Samsung Electronics, Coca-Cola Beverages et SUN InBev, en plus de fabriquer ses propres produits de marque utilisés pour le mobilier, le jardinage, les articles ménagers, les ustensiles de cuisine et les emballages.
Toujours vêtu de costumes pointus et élégants aux teintes qui ont des composants de sa couleur préférée de violet, Zahoor, 63 ans, a du mal à relancer un projet hôtelier qui lui a déjà coûté 90 millions de dollars depuis 2009.
La construction a ralenti en 2012; le bâtiment est vide depuis 1997.
Son idée est de percer dans le secteur de l'hôtellerie et de créer une chaîne de marque, a-t-il déclaré au Kyiv Post lors d'une interview dans son bureau de Kiev le 27 septembre.
Zahoor veut lever la "malédiction", a-t-il déclaré à l'hôtel Leipzig de couleur marron de l'époque tsariste, au coin des rues Prorizna et Volodymyrska - "le plus bel immeuble de Kiev" - près du Golden Gate.
Il a acheté le joyau architectural légendaire pour 36 millions de dollars en 2009 et n'abandonnera pas la restauration du bâtiment de style néo-Renaissance qui a retrouvé sa splendeur d'origine, datant de 1902, au moment de sa construction.
«Je suis amoureux de ce bâtiment», a déclaré le fondateur et président du groupe ISTIL. "Nous voulons le garder et l'exécuter."
M. Zahoor a déclaré qu'il avait besoin d'un financement de 10 millions de dollars et d'un an pour terminer la rénovation de cinq étages dans le fier immeuble qui s'élève à 42,5 mètres de hauteur sur 12 000 mètres carrés.
Sa vision est celle d’un hôtel-boutique chic avec des caractéristiques distinctes pour les clients qui ne veulent pas rester dans des créations de la marque cookie-cutter comme Hilton.
«Nous avons effectué toutes les vérifications de ce qui doit être fait», a-t-il déclaré.
Citant des chiffres fournis par STR, Zahoor, principal chercheur dans le secteur de l'hôtellerie, «c'est le bon moment pour démarrer l'hôtel… même les chiffres les plus conservateurs montrent que nous rembourserons cet argent dans six à sept ans».
En effet, Kiev devrait enregistrer un record de 2 millions de visiteurs en 2018, soit 25% de plus que l'an dernier, selon Anton Taranenko, responsable du département du tourisme et de la promotion de la ville.
En ce qui concerne l'occupation hôtelière, les clients à revenu élevé, la cible de Zahoor, sont restés dans un record de 47% des chambres du segment pendant les mois de pointe de mai à août - près de 2 points de plus par rapport à la même période l'an dernier, Jones Lang LaSalle de Chicago une société de services et de gestion d’investissements spécialisée dans l’immobilier, a déclaré dans un communiqué de presse le 27 septembre.
'Nous sommes piégés'
Un des gros problèmes de Zahoor est de savoir comment mettre fin à un contrat de 30 ans avec le géant mondial Marriott et obtenir un financement, espérons-le de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, avec laquelle Zahoor entretient de longues relations de travail.
Sinon, «nous avons tout en place», a déclaré Zahoor. "Nous avons un entrepreneur, la main-d'œuvre ukrainienne est moins chère, les matériaux de construction ne le sont pas non plus, nous avons localisé des fabricants locaux… et les peintres, les artistes, il y a beaucoup de talent ici."
La BERD ne discuterait pas du projet.
Zahoor dit qu'il a un opérateur potentiel basé en Suisse sur la liste qu'il ne nommerait pas, mais qui pourrait être prêt à fournir un financement également.
Les portes de la marque Renaissance étaient censées ouvrir depuis longtemps, mais la construction et le financement ont été interrompus il y a plusieurs années, parce que la chaîne hôtelière mondiale l'a informé que son sous-traitant turc n'était pas conforme aux normes de qualité.
Cela a conduit à un litige avec la société turque dans de nombreuses juridictions. La BERD n'ayant prêté que 4 millions d'euros environ pour le projet, Zahoor continue de rembourser le montant restant dû à un taux d'intérêt annuel de 10%. Les litiges avec le sous-traitant ont été en grande partie résolus.
Zahoor a déclaré que le contrat avec Marriott était injuste, l'empêchant d'aller de l'avant et d'obtenir un financement. «Nous sommes toujours en train de négocier avec Marriott car nous avons un contrat unilatéral dans lequel ils ont le droit de résilier le contrat. Nous n'avons pas le droit », a déclaré Zahoor.
Marriott n'a pas répondu aux demandes de commentaires.
Mais Zahoor a admis qu'il était à blâmer pour avoir conclu un si mauvais accord. "C'etait mon erreur. Personnellement, je n'ai pas examiné cela. Notre peuple… vous savez, pour le peuple ukrainien, Marriott est comme Dieu. Alors ils sont allés à fond », a-t-il ajouté.
Zahoor ne divulguerait pas une grande partie des termes de l'accord de 30 ans et combien il en coûterait pour s'en sortir. Il a déclaré qu’environ 100 000 dollars seraient dus pour la diligence raisonnable, le logiciel de gestion d’hôtel et d’autres dépenses. 
Récemment, il a de nouveau contacté Marriott pour lui demander s'il était prêt à investir dans l'achèvement de l'hôtel.

«Ils ont dit non», a déclaré Zahoor. «Ils ont dit: nous pouvons résilier le contrat à condition que chaque fois que vous trouverez le financement, vous le rétablirez. Alors, comment pouvez-vous résilier le contrat… ils n'apportent pas de la peau au jeu et ne nous permettent pas de trouver un investisseur qui viendra, et l'opérateur… pourquoi viendraient-ils apporter de l'argent pour Marriott? ”
Il a poursuivi: "Nous sommes piégés."
Les contrats avec les chaînes hôtelières mondiales sont généralement très solides et unilatéraux. Les chaînes fournissent généralement des services de développement pour le mobilier, les agencements et le matériel. Vient ensuite un contrat de franchise d'utilisation du système de réservation et du logo de l'opérateur.
Un panneau Renaissance est toujours suspendu au sommet de cet hôtel inachevé. Un contrat séparé implique généralement un marketing et des ventes quotidiens. Un autre opérateur éviterait de faire affaire avec Zahoor à cause de ses complications.
M. Zahoor a déclaré que le Royaume-Uni était compétent pour tout litige et s'est déclaré prêt à saisir les tribunaux pour invalider l'accord si "Marriott ne veut pas à l'amiable".
Néanmoins, le contrat peut inclure des "dommages-intérêts liquidés" qui tiennent compte de ce que Marriott pourrait gagner sur 30 ans, ce qui représente environ 12 à 15% du total des revenus, facilement des millions ou des dizaines de millions de dollars.
L'histoire de Leipzig
Selon un article du Kyiv Post du 7 novembre 2013, partiellement basé sur des entretiens avec des historiens de Kiev, le site de l'hôtel Marriott en faillite a connu des problèmes depuis sa création.
Son premier constructeur, le commerçant d’armes de chasse Pytor Grigorovich-Barsky, s’est retrouvé à court d’argent au tournant du XXe siècle. Un de ses créanciers a ensuite acheté le bâtiment lors d'une vente aux enchères et l'a achevé.
De nombreuses statues et ornements en stuc ornaient sa façade à la fin. «Les historiens notent que certains éléments de style baroque sont également présents, alors que ses grandes fenêtres sont considérées de style moderne», écrit le Kyiv Post.
Il abritait la pâtisserie Markiza au premier étage de l'ère tsariste, mentionnée dans le roman de Mikhaïl Boulgakov intitulé «La Garde blanche». L'hôtel Palermo y était également exploité sous la direction d'Alexandre Sirotkine.
À l'époque soviétique, la confiserie a été transformée en restaurant Chaika (mouette) avant de devenir le «restaurant de Leipzig à deux étages servant une cuisine allemande à laquelle de nombreux résidents âgés de Kiev associent le bâtiment», a rapporté le Kyiv Post. L'espace restant a été converti en appartements «communs» étroits pour adhérer à l'idéologie communiste de l'époque.
Au milieu des années 1980, le bâtiment a obtenu le statut de monument historique.
«Le bâtiment aurait coûté environ la moitié moins, sans ce statut», a noté Zahoor.
Ses résidents restants ont été expulsés après un incendie en 1997, après quoi le millionnaire Genadiy Genshaft, né à Lviv, a loué l'immeuble du conseil municipal de Kiev. La propriété a ensuite été transférée à Continuum Group, qui était contrôlé par les partenaires Stepan Ivakhiv et Ihor Yeremeev avant d'être vendu à Zahoor en 2009.
«J'ai toujours aimé ce bâtiment et me suis toujours senti mal à propos de rester immobile, sans aucun progrès», a déclaré Zahoor en novembre 2013.

Un homme passe devant l'hôtel Renaissance le 30 septembre près de Zoloti Vorota à Kiev. Mohammad Zahoor, ancien éditeur du Kyiv Post, a dépensé 90 millions de dollars pour acheter et rénover le bâtiment, mais uniquement pour faire face aux problèmes qui laissent le projet inachevé et le bâtiment vide. Par exemple, le service de sécurité de l'Ukraine a demandé aux procureurs de vérifier si la façade historique avait été modifiée de manière inappropriée. (Kostyantyn Chernichkin)
Les actifs essentiels restent
Zahoor a perdu de précieux atouts dans le Donbass en raison de la guerre en Russie, qui a permis au Kremlin de contrôler certaines parties des oblasts de Donetsk et de Louhansk depuis avril 2014. Il a perdu un hôtel à Donetsk et une usine d'enrichissement de charbon hautement rentable à Oblast de Louhansk.
Au cours de cette période, Zahoor a également vendu un studio de production télévisée au milliardaire oligarque Ihor Kolomoisky et un service de télévision à prépaiement au milliardaire le plus riche du pays, Rinat Akhmetov. Le 21 mars 2018, Zahoor a vendu le Kyiv Post, le plus ancien et le plus important journal de langue anglaise d'Ukraine, pour plus de 3,5 millions de dollars à l'homme d'affaires de Odessa, Adnan Kivan, originaire de Syrie. (Ni divulguer le prix de vente réel.)
À l'instar de la structure de Leipzig, Zahoor a le cœur doux pour le Kyiv Post.
«En Ukraine, on s'amuse toujours», a-t-il déclaré. “Le premier plaisir a été d'acheter le Kyiv Post. L'autre le vendait. ”Il a voulu que tout soit réglé correctement et pense que le journal est entre bonnes mains avec Kivan. «C'est comme élever son enfant. Vous ne pouvez pas simplement le donner à un revendeur de drogue. "
Zahoor, qui a subventionné le journal pendant ses neuf années, continue à le soutenir en finançant une bourse annuelle de 18 000 dollars permettant aux diplômés de l’université de travailler dans cet établissement tout en bénéficiant d’une formation, d’un encadrement et d’un mentor sur le tas.
Il conserve également la propriété du centre d'affaires Rialto dans une zone industrielle du quartier de Podil.

Les clients entrent dans le cinéma Kinopanorama le 30 septembre à Kiev pour regarder les dernières projections du cinéma. (Kostyantyn Chernichkin)
Le 1 er octobre, il a fermé le cinéma Kinopanoroma, construit en 1958, qui comptait 500 places assises. Il s'agit de la destination préférée des films d'art et d'essai. Il veut le démolir et construire un hôtel trois étoiles tout en abritant une salle de projection plus petite "par respect pour l'histoire".
Il pourra également accueillir des conférences et conservera son nom Panorama.
Combattre les attaques de raiders
Zahoor n'est pas étranger aux tentatives de vol de ses avoirs, appelées «attaques de pirates».
Dans le Donbass, il a dû résister à la pression et vendre une aciérie, puis a subi des pressions politiques après l'élection du président Leonid Koutchma en 1994 après avoir comparu à la télévision en tant qu'investisseur étranger au nom du président en exercice, Leonid Kravchuk, qui souhaitait être réélu. .
En tant qu'éditeur du Kyiv Post durant le régime corrompu et autoritaire de l'ancien président Viktor Ianoukovitch, mis fin à la révolution euromaidane du 22 février 2014, il a été invité à tuer un article sur l'implication présumée du ministre de l'Agriculture dans des stratagèmes de corruption visant à contrôler les exportations de céréales . Le rédacteur en chef du Kyiv Post, Brian Bonner, a publié l'article et Zahoor l'a immédiatement limogé, déclenchant une grève des travailleurs d'une durée de cinq jours après que les deux parties se soient entendues pour parvenir à un accord autorisant la réintégration de Bonner.
Zahoor a également refusé des offres de vente du journal à des oligarques tels que Dmytro Firtash, qui a poursuivi en vain le Kyiv Post pour diffamation et a perdu la cause en 2011, ainsi que Serhiy Kurchenko, leader du marché monétaire présumé de Yanukovych. Les deux sont maintenant à l'étranger en exil, Firtash combattant les accusations de corruption qu'il a niées.
Pourtant, des prises de contrôle illégales ont eu lieu.
Selon Zahoor, le ministère de la Défense tente depuis 2009 de saisir des biens et des terres de Zahoor au 24 Sichovykh Striltsiv (anciennement Artema Street). Il a remporté les premières batailles devant les tribunaux concernant les propriétés résidentielles qu'il y avait achetées. Mais après avoir finalisé une transaction visant à acheter le terrain pour 3 millions de dollars au conseil municipal de Kiev en février 2011, le ministère de la Défense a de nouveau entamé un procès, a déclaré Zahoor.
Une fois le paiement final effectué en mai 2017, la vente du terrain a été contestée. Un procès devant une cour économique est prévu pour le 22 octobre.
En tant qu'investisseur étranger, M. Zahoor a approché en mars Daniel Bilak, chef du bureau de promotion géré par l'État, UkrainianInvest, qui est le principal conseiller en investissement du premier ministre.
Bilak, contacté à Londres où il se prépare pour les événements de la semaine ukrainienne, a déclaré: "il serait inapproprié pour le moment d'intervenir ou d'influencer les procédures judiciaires en cours".
Après avoir reçu la plainte, il a renvoyé M. Zahoor au ministre par intérim des Finances, Oksana Markarova. À l'époque, elle était la première ministre adjointe des Finances et commissaire aux investissements du gouvernement. «On nous a dit qu'Oksana entretenait également de bonnes relations avec le ministère de la Défense et avait joué un rôle déterminant dans la résolution d'un certain nombre de problèmes impliquant le ministère», a déclaré Zahoor.
Après leur réunion du 22 mars, elle a cessé de répondre aux communications de Zahoor.
«Bien que je comprenne les difficultés rencontrées par certains investisseurs en Ukraine et que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour apporter une aide, je n’ai en aucun cas suggéré d’influencer un litige en cours, car cela serait non seulement inapproprié mais également illégal», Markarova a déclaré au Kyiv Post.
"Je crois qu'aucun investissement, aussi important soit-il, ne donne à quiconque le droit de contourner la procédure régulière en faisant appel à de hauts responsables du gouvernement ou en laissant tomber leurs noms dans leurs communications publiques."
Zahoor a déclaré que l'accaparement de terres illégal se poursuivait.
«Je vais écrire un blog à ce sujet et l'envoyer aux journaux, à la communauté diplomatique - je veux dire, avec toutes les tournées de présentation de l'Ukraine… la prochaine Semaine ukrainienne à Londres du 8 au 14 octobre - ils ne s'en occupent pas des investisseurs qui ont investi plus de 400 millions de dollars dans leur économie. "
Il a toutefois quelques conseils à donner à l'homme qui lui a acheté le Kyiv Post.
«Depuis que nous avons vendu le journal et que c'est un message adressé à Adnan Kivan: il devrait garder le journal près de sa poitrine car nous avons eu des problèmes avec des raiders.»
Extension YUNA
Zahoor étend les YUNA Music Awards - son projet favori - à quatre autres prix techniques cette année. Son épouse, Kamaliya, est l'actrice et chanteuse pop qui a réalisé des charts à travers l'Europe. L'hôtel Hilton, facilement accessible à pied du bureau du groupe ISTIL situé sur le boulevard Shevchenko, est un sponsor et la chaîne 1 + 1 est un partenaire média.
Plus de temps avec les enfants
Il passe plus de temps avec ses jumelles âgées de 5 ans qu'avec sa fille désormais adulte et son fils issu d'un précédent mariage.
«Leur éducation m'a beaucoup manqué. Maintenant, je ne veux pas manquer celui-ci. C'est la bénédiction de Dieu dans cet âge. Je veux passer beaucoup plus de temps », a déclaré Zahoor, allant même jusqu'à assister à des réunions parents-enseignants à l'école.
Il passe environ 40% de son temps à Kiev - «parce que c'est mon nid et que mes filles vivent ici» - et le reste du temps soit à Londres, son Pakistan natal, où il dirige un cabinet de conseil en relations gouvernementales qui dessert des entreprises étrangères, ou à Dubaï, où il dirige une usine de ciment.



https://www.kyivpost.com/ukraine-politics/mohammad-zahoor-how-corruption-deters-investors.html


avatar
Krispoluk

Messages : 5881
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Jeu 22 Nov - 0:52

Il y a cinq ans, la révolution euromaïdane avait commencé par protester, puis par le président Ianoukovitch, tournant le dos à l'accord d'association Ukraine-UE, pour ensuite se rebeller contre lui et son régime.

Cinq ans plus tard, où sont les personnalités du régime de Ianoukovitch? Certains ont fui en Russie. Mais certains restent en Ukraine et jouent un rôle actif dans le monde des médias. On est même un futur président potentiel.

En savoir plus sur http://euromaidanpress.com/2018/11/21/where-is-the-yanukovych-regime-five-years-after-the-euromaidan-revolution/

avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Jeu 22 Nov - 0:54

[size=55]Où est le régime de Ianoukovitch cinq ans après la révolution Euromaïdan[/size]


Viktor Ianoukovitch. Photo: fakty.ictv.ua
Aujourd'hui, l'Ukraine marque le cinquième anniversaire du début de la révolution euromaïde. Il y a cinq ans, le président Yanukovych a vaincu les rêves pro-européens de nombreux Ukrainiens en se détournant de l'accord d'association UE-Ukraine. Cela a déclenché la révolution, mais ses raisons sous-jacentes sont allées plus loin - à un mécontentement général face au pouvoir de Ianoukovitch, souvent appelé un régime. Le cercle restreint de Ianoukovitch a joué un rôle dans presque tous les domaines de la vie, bloquant ainsi les opportunités de développement du commerce équitable, de la jeunesse et de la société civile.
Cinq ans plus tard, une ombre de ses actes pèse toujours sur la politique et les affaires actuelles de l'Ukraine. De plus, certaines personnalités de son régime ont encore une influence en Ukraine.Euromaidan Press a vérifié ce qui était arrivé aux principaux acteurs qui avaient aidé Yanukovych à usurper le pouvoir.
Juste après la révolution, des dizaines de personnes appartenant au cercle restreint de Viktor Ianoukovitch ont été déclarées recherchées en tant que telles et liées à des crimes contre les militants d'Euromaidan. Maintenant, les tribunaux considèrent la majorité de leurs affaires par contumace.Certains d'entre eux sont simplement fermés.
Juste après la révolution, l'UE a adopté des sanctions à l'encontre de 22 fonctionnaires de l'époque de Ianoukovitch et de leurs proches. Des mesures similaires ont été prises par les gouvernements des États-Unis, du Canada et de la Suisse. Leurs comptes bancaires ont été arrêtés par la Suisse, la Lettonie et Likhtenshtein.

L'acteur principal



Graphisme: Ganna Naronina. Cliquez pour agrandir
[size]
Ianoukovitch lui-même est accusé de trahison. Après son évasion en Fédération de Russie en février 2014, il a demandé à Vladimir Poutine d'utiliser ses forces pour «restaurer la légitimité» en Ukraine.L’ex-président est également soupçonné d’avoir aidé la Russie à prendre des mesures pour modifier les frontières de l’Ukraine et mener la guerre contre l’Ukraine.
Le dernier mot de Ianoukovitch devant le tribunal (par vidéoconférence) était prévu pour le 19 novembre 2018. Toutefois, à la veille de la conférence, il aurait été grièvement blessé au tennis. Plus tard, son avocat a confirmé l’information et a déclaré que Ianoukovitch n’était pas en mesure de parler devant un tribunal.

[/size]

Les principaux ministres



Mykola Azarov. Photo: gordon.com.ua
[size]
Échappé à la Russie. Le 21 novembre 2013, le Cabinet des ministres de l'Ukraine dirigé par Mykola Azarov a adopté une résolution sur la suspension du processus de signature de l'accord d'association avec l'UE, qui aurait dû être signé lors du sommet du partenariat oriental à Vilnius. Ce fut la dernière goutte qui a poussé les gens à se rassembler pour manifester sur la place principale de Kiev.
En janvier 2014, Azarov a démissionné. Conformément aux dispositions de la Constitution, tout son gouvernement a également démissionné. Azarov a déclaré qu'il l'avait fait pour "créer de nouvelles opportunités de compromis socio-politique et de règlement pacifique du conflit". Il s'est ensuite enfui en Autriche.
Après les événements tragiques de la révolution Euromaïdan, lorsque des dizaines de manifestants ont été tués (on les appelle le «paradis céleste») et après la fuite de Ianoukovitch, les gouvernements autrichien et suisse ont annoncé l'arrestation des avoirs d'Azarov afin de prévenir le risque de appropriation illégale des avoirs de l'Etat ukrainien. En mars 2014, il a été inclus dans la liste des 17 personnes du cercle restreint de Ianoukovitch dont les fonds ont été bloqués par le Conseil de l'Union européenne. Ces personnes étaient soupçonnées d'avoir utilisé illégalement des fonds du budget de l'État.
Plus tard, Azarov et sa famille ont déménagé en Russie. Avec d'autres ex-hauts fonctionnaires de l'époque de Ianoukovitch, il fonda le soi-disant Comité de sauvetage de l'Ukraine .
[/size]
"Nous retournerons en Ukraine à coup sûr et nous le renouvellerons en modifiant l'orientation politique", a promis Azarov.
[size]
Serhiy Arbuzov a remplacé Azarov et a exercé les fonctions de Premier ministre par intérim jusqu'à lanomination du gouvernement provisoire d' Arseniy Yatseniuk . Arbuzov est accusé d'un crédit de 120 millions d'UAH (4,29 millions de dollars) lors de la création de la chaîne de télévision BTB. Ses avocats réfutent les accusations. Arbuzov fait partie des responsables du régime de Ianoukovitch qui se cachent en Russie.
Alors que l'ex-Premier ministre Azarov ne promet que de retourner en Ukraine, certains autres ministres clés du régime de Ianoukovitch ne l'ont pas quitté et occupent toujours des postes assez importants.
[/size]

Yuriy Boiko. Photo: liga.net
[size]
Candidat à la présidence du président de l'Ukraine . Par exemple, Yuriy Boiko , ancien vice-premier ministre du gouvernement Azarov, se présente à la présidence. Selon les sondages, environ 9% des électeurs le soutiennent. Boiko est considéré comme le principal candidat des prétendus revanchistes - des politiciens de l'époque Ianoukovitch ayant une position pro-russe.
En Ukraine, Boiko a été accusé à plusieurs reprises de corruption, mais chaque fois, il a réussi à s'en tirer en toute liberté. Un cas concerne des derricks de forage pour l'extraction de gaz en mer Noire, achetés en 2011, alors que Boiko était ministre de l'Énergie et de l'Industrie du charbon. Une filiale de l'entreprise publique Naftogaz a acheté une installation de forage à une entreprise britannique pour 400 millions de dollars. Seules deux entreprises ont participé à l'appel d'offres. Leurs propriétaires nominaux étaient un faux avocat letton et un sans-abri letton. Le gouvernement ukrainien a surpayé 150 millions de dollars. Grâce à un autre accord parallèle, la deuxième foreuse a été achetée presque au même prix et surpayée. L'affaire pénale baptisée «exercices de Boiko» est toujours en cours. Le bureau du procureur général a mené une enquête sur les achats, identifiant les noms des personnes impliquées.Cependant, Boiko n'était pas parmi eux.
[/size]
« M. Lutsenko [le procureur général] ne voit pas l'implication de Boiko dans l'affaire« Boiko drills ». Ils [les services du procureur général] tiraient profit de la vente d'une partie des affaires, probablement pour de l'argent. Et une partie n'a pas été finie pour des motifs politiques. Porochenko a besoin de Boiko au deuxième tour [de l'élection présidentielle] ", adéclaré le chef du centre anti-corruption de l'ONG Vitaliy Shabounine .
[size]
En effet, la crainte d'une revanche des forces pro-russes en Ukraine est le point essentiel que soulignent les stratèges de Porochenko dans sa campagne. Son objectif est de rendre impossible tout autre choix que l'actuel président.
M. Boiko était l'un des 36 députés qui, le 18 janvier 2018, ont voté contre la prétendue loi sur la réintégration du Donbass, proclamant la souveraineté de l'Ukraine sur les territoires occupés de Donetsk et des oblasts de Louhansk. La loi reconnaît la Fédération de Russie comme un pays agresseur pour la première fois dans la législation ukrainienne, ainsi que la désignation des «républiques» de l’Ukraine orientale soutenues par la Russie comme territoire occupé. Ne pas le soutenir indique une politique pro-russe. Toutefois, des représentants du bloc de l'opposition, parmi lesquels Boiko, ontaffirmé que la loi violait les accords de Minsk et séparait l'Ukraine.
Après la révolution, Boiko était membre du bloc de l'opposition, successeur du Parti des régions de Ianoukovitch. Cependant, le 20 novembre 2018, il a été exclu du parti pour avoir organisé une nouvelle plate-forme politique «Za Zhyttia» avec Vadym Rabynovych, un autre homme politique odieux. La plateforme sera transformée en un parti politique.
[/size]

Oleksandr Vilkul. Photo: politeka.net
[size]
Garder une emprise sur le sol de la maison. Oleksandr Vilkul, un autre ancien vice-premier ministre d'Azarov, est une figure bien connue de l'oblast de Dnipropetrovsk, où il a exercé les fonctions de gouverneur avant d'être promu au sein de l'équipe d'Azarov. Au cours de la révolution Euromaïdan, des activistes locaux l'ont accusé d'avoir organisé des groupes de loueurs de voyous (appelés «titushky» en ukrainien) pour attaquer et disperser les manifestants pacifiques - des activités que la police ne voulait pas se faire prendre.
Maintenant, Vilkul est un député du Bloc de l’opposition. Outre Boiko, il a voté contre la loi sur la reconnaissance de la souveraineté de l'Ukraine dans les territoires occupés de Donetsk et des oblasts de Louhansk.
Son père, Yuriy Vilkul , est depuis 2010 maire de Kryviy Rih, ville industrielle de l'oblast de Dnipropetrovsk. Il contrôle tous les domaines de la vie là-bas. La métallurgie et les mines sont les principales industries de la ville. Les principales entreprises de la ville appartiennent à l'oligarque le plus riche d'Ukraine, Rinat Akhmetov. Vilkul Jr. a fait carrière dans cette entreprise. Sa carrière politique avait également débuté depuis Kryvy Rih.
Il y avait eu une tentative infructueuse de priver Oleksandr Vilkul de l'immunité parlementaire. Le vote a été ouvert à la suite d'une enquête alléguant que Vilkul Jr. avait causé plus de 12 millions d'UAH (432 200 dollars) de pertes à l'un des districts de l'oblast de Dnipropetrovsk, alors qu'il était à la tête de l'administration régionale de l'État en 2010-2012. L'enquête a également révélé qu'en raison de ses transactions foncières douteuses, le budget de l'Ukraine avait perdu environ 5 millions de UAH (180 100 dollars des États-Unis).

[/size]

Le bloc d'application de la loi



20 février 2014. Rue Instytutska. Photo: Oleksii Furman
[size]
Dans la nuit du 30 novembre 2013, les forces de l'ordre de Kiev ont franchi la ligne d'arrivée pour la première fois. L'unité de police spéciale de Berkut a cruellement battu les militants, dont la majorité étaient des étudiants.
Selon l' enquête menée par les journalistes et maintenant députés MP, Mustafa Nayem et Serhiy Leshchenko , le coordinateur de cette opération spéciale sanglante était Andriy Kluiev , alors secrétaire du Conseil de la sécurité et de la défense de l'État. L’explication officielle de ces passages à tabac était la nécessité d’établir un arbre de Noël sur la place Maïdan, qui aurait été obstrué par les manifestants.
L'affaire contre Kluiev est traînée en brèche car le tribunal a renvoyé la demande du bureau du procureur général (GPU) visant à obtenir l'autorisation d'ouvrir une enquête préliminaire contre lui.
À l'été 2018, Kluiev a gagné l'affaire devant la Cour de justice de l'UE, faisant appel des sanctions 2017-2018 à son encontre . Cependant, il est toujours sous le coup des sanctions des années précédentes. Auparavant, son frère Serhiy Kluiev , un député en fuite du bloc de l'opposition, avait gagné une affaire similaire devant la cour de justice de l'Union européenne, invoquant une communication irrégulière avec le GPU pour justifier sa décision.
Du 18 au 21 février 2014 a été l'un des jours les plus tragiques de l'histoire moderne de l'Ukraine. La confrontation entre les manifestants et les forces de l'ordre s'est transformée en violence lorsque ces dernières ont commencé à utiliser des armes à feu contre des militants, faisant des dizaines de morts.
Au milieu de cet épisode tragique, le chef des services de sécurité ukrainiens, Oleksandr Yakymenko, a annoncé le début de «l'opération antiterroriste»: des tireurs d'élite et des forces spéciales ont inondé le centre de Kiev. Yakymenko a décrit les militants d’Euromaidan comme des membres de «groupes extrémistes».
Le 23 février 2014, il est devenu évident que la direction du SBU s'était échappée. Quelques jours plus tard, le Parlement a saisi le tribunal international pour identifier les personnes coupables de crimes contre l'humanité et les traduire en justice. Yakymenko était sur la liste. Il est également accusé de haute trahison.
Récemment, il est apparu que le 17 février 2014, Yakymenko avait averti Ianoukovitch de la montée des humeurs séparatistes dans l'est de l'Ukraine. La preuve a été fournie par l'accusation dans l'affaire de la trahison d'état de Ianoukovitch. Il est mentionné que la Russie a utilisé la crise en Ukraine pour transformer les forces pro-russes du pays en un chef d'orchestre des intérêts de son État. Cette preuve pourrait servir de preuve supplémentaire du fait que, bien qu'il soit au courant de la situation dangereuse, Ianoukovitch n'a consciemment rien fait pour l'en empêcher.
Une autre personne accusée d'avoir organisé le massacre de militants d'Euromaidan est l'ancien ministre de l'Intérieur, Vitaliy Zakharchenko .
Selon un sondage réalisé en 2013 , au cours de sa gestion, la confiance envers la police avait chuté à seulement 1%.
C'est Zakharchenko qui a ordonné aux agents de la force publique d'utiliser des armes à feu. Quelques jours plus tard, le Parlement a voté contre lui. Avec d'autres, il a réussi à s'échapper du pays.
Viktor Pshonka, procureur général à l'époque de Ianoukovitch, figure également sur la liste des personnes qui siègent au tribunal international.
Pshonka reste un symbole du mauvais goût et de la corruption jusqu'à présent. Au milieu des massacres commis à Maidan, Pshonka a fui l’Ukraine. Le lendemain, le Parlement ukrainien a tenu un vote de censure qui a conduit à son renvoi. Après que Pshonka se soit échappé, des activistes sont entrés dans sa maison, remplie d'objets chers, absurdes et sans goût.
[/size]

Maison où habitait Pshonka. Photo: fakty.ua
[size]
Pshonka a d'abord exprimé sa haine contre les manifestants d'Euromaidan après que les Berkut les aient battus dans la nuit du 30 novembre 2013, affirmant que les officiers de Berkut ne faisaient que réagir à l'agression des manifestants qui avaient empêché l'installation d'un sapin de Noël.
En avril 2014, le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, a déclaré que Pshonka avait été inscrit sur la liste des personnes recherchées dans le monde. Toutefois, Interpol a refusé d'annoncer ses poursuites, affirmant que les preuves fournies par les autorités ukrainiennes n'étaient pas convaincantes.
De nos jours, les quatre ex-dirigeants des institutions chargées de l'application de la loi se cachent maintenant en Russie.

[/size]

Le pilier du régime

[size]
Ianoukovitch n'aurait pas réussi à usurper le pouvoir sans sa poche, le Parti des régions qui avait défendu ses intérêts aux niveaux local et national.
Pour s'opposer à Euromaidan, le parti, avec l'ONG Ukrayinskiy Vybir dirigée par le cardinal gris de la politique ukrainienne et défenseur des idées de Poutine en Ukraine, Viktor Medvedchuk, a organisé le soi-disant mouvement antimaidan, composé de manifestants rémunérés.
C'est le Parti des régions soutenu par le Parti communiste qui a voté pour les «lois sur la dictature» qui ont été adoptées le 16 janvier 2018 en violation des procédures. Les lois ont reçu ce nom non officiel car elles restreignaient considérablement les droits et libertés constitutionnels des citoyens. En particulier, ils prévoyaient une arrestation pour violation de l'ordre des manifestations défini par la loi, pour port de casque, pour avoir monté une tente et pour avoir participé aux manifestations d'une autre manière. En outre, ils ont restreint le travail des médias et interdit la circulation de plus de cinq voitures d'affilée, tentant ainsi de poignarder à Automaidan, la «cavalerie» des manifestations.
Les lois ont provoqué les affrontements entre manifestants et policiers en vul. Hrushevskoho. Après le massacre de masse à Maidan, une partie des députés est revenue au peuple mais a été rapidement dissoute. Son successeur est le Bloc de l'opposition, qui compte environ 40 députés.

[/size]

Qu'en est-il des autres



Une procédure pénale a été ouverte contre une autre ancienne ministre de la Justice, Olena Lukash. Cependant, elle est maintenant libre, car l'enquête n'a pas permis de trouver la moindre preuve de sa culpabilité. Elle anime maintenant une émission-débat sur la chaîne de télévision ukrainienne NewsOne. Photo: newsone.ua
[size]
Le bureau du procureur général de l'Ukraine a ouvert plusieurs affaires contre les plus hauts responsables de l'époque de Ianoukovitch. Cependant, aucun verdict n’a été rendu et certains cas ont même été clos. La chaîne 24 a résumé certaines affaires.
L'ancien ministre de la Justice, Oleksandr Lavrinovych, et Ianoukovitch ont été accusés du coup d'État de 2010, lorsque l'Ukraine est revenue à une version antérieure de sa constitution, renforçant ainsi les pouvoirs de Ianoukovitch et l'ayant aidé à usurper son pouvoir. Lavrinovich a passé deux semaines dans une prison provisoire. L'affaire est en cours pour la 4ème année consécutive. L'ex-ministre n'a pas quitté l'Ukraine.
Les forces de l'ordre ont découvert environ 500 kg d'or et 5 millions de dollars en espèces appartenant à l'ex-ministre de l'Énergie, Eduard Stavytskyi . Il s'est enfui en Israël, a reçu un nouveau passeport et a changé de nom. Le tribunal de district de Petchersk de Kiev a également reporté l’arrestation de ses avoirs. Il a également vendu les actions de sa société pétrolière et de ses exploitants de champs de gaz à un milliardaire russe, Pavlo Fuks.
Oleksandr Klymenko , ancien ministre du Revenu et des Droits de l'Homme, accusé d'avoir organisé des opérations fantômes de dédouanement et d'évasion fiscale, se cache en Russie
Une procédure pénale a été ouverte contre une autre ancienne ministre de la Justice, Olena Lukash .Cependant, elle est maintenant libre, car l'enquête n'a pas permis de trouver la moindre preuve de sa culpabilité. Elle anime maintenant une émission-débat sur la chaîne de télévision ukrainienne NewsOne.
Alors que Loukash est un nouveau venu dans le secteur des médias, Serhiy Liovochkin , ex-chef de l'administration de Ianoukovitch et aujourd'hui député (exclu du bloc de l'opposition pour les mêmes raisons que Boiko) a plus d'expérience. Liovochkin n'a pas à se voir reprocher Maidan. Il est considéré comme un autre cardinal gris de la politique ukrainienne. En 2013, Levochkin a acheté une part du groupe Inter Media, qui détient l'une des principales chaînes de télévision ukrainiennes, Inter. Au cours d'Euromaidan, la chaîne a mal informé le public sur les événements de la révolution, affirmant parfois que les manifestations ne se déroulaient pas du tout. De nos jours, l’Inter figure toujours parmi les plus grandes chaînes et Liovochkin en est toujours l’un des propriétaires (20% du capital) aux côtés d’un odieux oligarque, Dmytro Firtash (80%).
La chaîne a été impliquée dans quelques scandales concernant son contenu pro-russe. Et dans la période qui précède les élections présidentielle et législatives de 2019, il sert de plate-forme aux soi-disant revanchistes.
Liovochkin lui-même a également voté contre la loi sur la réintégration du Donbass.

[/size]

Est-ce qu'Interpol les cherche?

[size]
Au printemps 2017, il est apparu qu'Interpol ne recherchait aucun haut responsable de l'époque de Ianoukovitch, y compris Ianoukovitch lui-même. En 2014, le président Petro Poroshenko a annoncé la présence de 27 anciens hauts fonctionnaires dans la base d'Interpol. Ils étaient principalement accusés d'avoir détourné de l'argent et des biens de l'État; certains ont également été accusés de crimes commis contre des militants d'Euromaidan.
Le GPU a expliqué cela par les lacunes de la législation ukrainienne en matière de mesures préventives contre les suspects recherchés. Selon les règles d'Interpol, seules les personnes arrêtées par décision de justice peuvent figurer sur la liste des personnes recherchées. Le GPU a réfuté les allégations de certains hommes politiques et experts selon lesquelles l'enquête n'aurait pas fourni à Interpol les preuves nécessaires de la culpabilité des responsables. .[/size]
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Lun 26 Nov - 0:42

https://www.unian.info/politics/10351710-poroshenko-speaks-up-for-martial-law-in-ukraine-parliament-to-have-its-say-on-monday.html?fbclid=IwAR2AZihj0s5PH75PQGeNWl08qIZRnCu2C0HFFGdTXH0S0Ic07B-canMbBr4

Porochenko pour la loi martiale en Ukraine; le parlement s'exprimera lundi

Le 26 novembre 2018 à 00h59 




Aucune mobilisation urgente de l'armée ukrainienne n'est attendue. REUTERS 

Le président ukrainien, Petro Poroshenko, a déclaré qu'il soutenait la proposition du cabinet militaire selon laquelle la loi martiale devrait être introduite dans le pays après l'attaque par des forces spéciales russes de navires ukrainiens près du détroit de Kertch le 26 novembre. Le parlement ukrainien pourrait avoir son mot à dire lors d'une réunion spéciale lundi. 

"J'ai décidé de soutenir la proposition du cabinet militaire, de présenter une motion pertinente au NSDC [Conseil de la sécurité nationale et de la défense d'Ukraine] et de la soumettre à la Verkhovna Rada [le parlement ukrainien]", a-t-il déclaré lors d'une réunion du NSDC à Kyiv à Kiev. aux premières heures du lundi 26 novembre. 

Porochenko réunit son cabinet militaire Porochenko s'attend à ce que le parlement soutienne la décision lors de la réunion extraordinaire de lundi. 

Le président du Parlement, Andriy Parubiy, a annoncé que le Parlement se réunirait à 16 heures, heure de Kiev, le lundi 26 novembre, pour la réunion extraordinaire. 

Selon Porochenko, cette décision ne prévoit pas de mobilisation urgente, mais la réserve de première ligne de l'armée ukrainienne devrait être prête, a-t-il ajouté. Il dit également qu'il n'y aura aucune restriction sur les droits et libertés des citoyens si la loi martiale est introduite. 

Mémo UNIAN. La loi martiale est un régime juridique spécial introduit en Ukraine ou dans ses différentes régions en cas d'agression armée ou de menace d'attaque, constituant une menace pour l'indépendance de l'État ukrainien, son intégrité territoriale, et donne aux autorités, au commandement militaire et à l'autonomie locale. les pouvoirs nécessaires pour prévenir les menaces et assurer la sécurité nationale. Il prévoit également des limitations temporaires liées aux menaces des droits et libertés constitutionnels d'une personne et d'un citoyen et des droits et intérêts juridiques des personnes morales, en indiquant la durée de ces restrictions (article 1 de la loi sur le régime juridique de la loi martiale).
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Lun 26 Nov - 12:23

De la fumée et du feu sous l'ambassade de Russie à Kiev.  cheers





avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Mar 27 Nov - 11:44

La loi martiale sera imposée dans près de la moitié de l'Ukraine. Voici ce qui va changer


Image: Presse Euromaidan

2018/11/27
http://euromaidanpress.com/2018/11/27/ukraine-imposes-martial-law-in-nearly-half-of-oblasts-here-is-what-will-change/?fbclid=IwAR0K-j4UuQVtlJc-AYjjYVz8BgRd8WkB93IyDZbad_Fp6zXfWWg-Jsh04Vk
Article de: Olena Makarenko, Alya Shandra

Suite à une attaque russe sur trois navires ukrainiens près du détroit de Kertch, le Parlement ukrainien a donné son feu vert à la décision d'imposer la loi martiale dans près de la moitié du pays. Le 26 novembre, la Verkhovna Rada d’Ukraine a voté en faveur de l’imposition de la loi martiale dans 10 oblasts de l’Ukraine pendant 30 jours, avec possibilité de prolongation. La décision entrera en vigueur à partir de 9 heures le 28 novembre et durera jusqu'au 27 décembre. 276 députés sur 330 qui ont pris part au vote ont appuyé le projet de loi .

La décision concerne les oblasts d'Odessa, Mykolaïv, Kherson, Zaporizhzhia, Donetsk, Louhansk, Soumy, Kharkiv, Tchernihiv et Vinnytsia. Ils se situent le long de la frontière russe, de la Transnistrie, et le long des côtes des mers Noire et Azov, et seraient davantage exposés au risque d'une intervention russe.

Selon la procédure, le décret sur l'introduction de la loi martiale a été introduit par le président sur proposition du Conseil de la sécurité nationale et de la défense. Maintenant qu’il a été approuvé par le Parlement, le Cabinet des ministres élaborera un plan concret pour la mise en œuvre du nouveau régime.

Dans un discours enflammé à la Rada, où le président Petro Porochenko a persuadé les députés de soutenir la loi, il a déclaré que les droits des citoyens ne seraient restreints qu'en cas d'intervention de la Russie. De plus, les élections présidentielles auront lieu comme prévu, le 31 mars 2019.

Débats sur la loi martiale le 26 novembre
À la suite de l'attaque russe de trois navires ukrainiens près de Kertch, le président ukrainien Petro Porochenko a convoqué une session d'urgence du Conseil de la sécurité nationale et de la défense (CNDS) le 26 novembre à minuit, où il a été décidé de présenter une motion visant à adopter une loi martiale en Ukraine. au Parlement. Une session d'urgence du Parlement a été convoquée à 16 heures, au cours de laquelle des députés se sont affrontés au sujet du champ d'application de la loi martiale proposée.

Les questions les plus débattues étaient de savoir si les élections présidentielles prévues pour mars 2019 seraient reportées et l'étendue des territoires affectés par la loi martiale.

Les trois ex-présidents ukrainien Leonid Kravchuk, Leonid Kuchma et Viktor Yushchenko ont publié un appel au Parlement concernant la situation. Dans ce document, ils n’appuyaient pas l’idée de la loi martiale, car cela «restreindrait les droits et les libertés des citoyens» et poserait un risque de chaos.

«Ce risque est-il justifié? Cela aidera-t-il réellement à maîtriser l'agresseur? Pendant les cinq années [d'agression russe en cours - NdR], l'introduction de la loi martiale était commode et possible - la saisie de la Crimée, des pièges à Debaltseve et à Ilovaïsk, où des milliers de personnes ont été tuées », a déclaré Kravchuk .


Les députés ukrainiens ont bloqué la tribune du Parlement avant le vote en faveur de l'imposition de la loi martiale. Les questions les plus discutées sont le sort des prochaines élections présidentielles et le territoire où la loi martiale sera promulguée. Photo: 112.ua

Craignant que les élections soient annulées, les députés ont bloqué la tribune du Parlement. Au départ, le CNDS avait proposé d’imposer la loi martiale pendant 60 jours. Cela aurait reporté les élections, prévues pour le 31 mars 2019, la loi martiale interdisant les élections. Toutefois, après un compromis conclu avec les partis politiques, la durée du mandat a été réduite à 30 jours, ce qui permettrait de tenir les élections comme prévu et de limiter sa superficie à dix oblasts.

Qu'est-ce que la loi martiale va changer?
Les dispositions générales de la loi martiale en Ukraine sont énoncées dans la loi «Sur le régime juridique de la loi martiale». Le décret présidentiel appelle les ministères à la mettre en œuvre.

La gestion du pays passera au commandement militaire . Avec les organes du pouvoir exécutif, les administrations militaires et les organes d’autonomie locale devraient introduire et appliquer les mesures du régime juridique.

Les administrations militaires sont des organes d'État temporaires qui peuvent être créés sur les territoires où la loi martiale est introduite. Le président décide de créer les administrations militaires à la demande des administrations des États ou des commandants militaires.

En outre, le décret présidentiel appelle à augmenter les dépenses de la défense , à rendre les systèmes de défense civils pleinement opérationnels et à créer des conseils de défense pour aider l'administration militaire à appliquer la loi martiale.

Pendant la loi martiale, une mobilisation partielle peut être déclarée par le président si nécessaire. Lors de la réunion du NSDC, Porochenko a déclaré qu'il n'y aurait pas encore de mobilisation complète, mais que les réserves de la première ligne seraient utilisées.

La loi martiale peut entraîner des limitations temporaires des droits et libertés constitutionnels énoncés aux articles 30 à 34, 38, 39, 41 à 44 et 53 de la Constitution de l'Ukraine, ainsi que des limitations temporaires des personnes morales.

Cependant, lors de la réunion du NSDC, le président Porochenko a souligné que la loi martiale ne porterait pas atteinte aux libertés civiles des Ukrainiens et a répété devant le Parlement qu'elles ne seraient limitées que dans le cas d'une intervention . En outre, le chef du ministère de l'Information, Yuriy Stets, a déclaré que les restrictions à la liberté d'expression ne seraient pas imposées, mais il était appelé à savoir que l'ennemi tenterait de semer la panique et la désinformation par le biais des médias sociaux.

Néanmoins, la loi «Sur le régime juridique de la loi martiale» prévoit 24 limitations. Parmi ceux-ci figurent: la surveillance renforcée d'objets d'Etat stratégiques, l'utilisation d'entreprises et de propriétés privées pour des besoins militaires, le devoir, le couvre-feu, les limitations de déplacements, la vérification de documents, l'interdiction de réunions pacifiques et de partis politiques, la réglementation du travail des entreprises de télécommunication et des médias, etc. actes.

La loi martiale aidera-t-elle à repousser la Russie?
L'expert militaire Ivan Aparshyn a fait remarquer que l'Ukraine avait pris la bonne décision d'imposer la loi martiale maintenant, mais que si le budget de la défense n'était pas augmenté, les résultats seraient peu probants. En particulier, selon l'expert, le financement du ministère de la Défense devrait être augmenté de 5 à 10 milliards de UAH (179 à 358 millions de dollars) et le programme Korvet destiné à la marine ukrainienne devrait être renouvelé.

La loi martiale est en discussion depuis février 2014
Des discussions sur l'imposition de la loi martiale en Ukraine ont été engagées depuis 2014, depuis le début de l'agression russe en Ukraine.

En 2017, Serhiy Pashynskyi, chef par intérim de l'administration présidentielle en 2014, a déclaré à la télévision ukrainienne que pendant le service de ce dernier, les représentants américains et européens ont empêché l'Ukraine de présenter la loi martiale et ont exhorté le pays à ne pas se livrer à une opération armée. conflit avec la Russie.

L'ex-procureur général Oleh Makhnitskyi a déclaré que l'Ukraine avait toutes les raisons d'introduire la loi martiale dès le 28 février 2014.

«Le bureau du procureur général (GPU) dispose d'informations selon lesquelles, selon le premier article de la loi sur la défense, tous les événements se déroulant en Crimée peuvent être qualifiés d'attaque armée contre l'Ukraine. Et dans de tels cas, conformément à la loi, le régime juridique de la loi martiale a des raisons de l'introduire », a déclaré Maknitskyi en 2014 lors d'une réunion du NSDC.

Ensuite, Ioulia Timochenko s'est opposée à toute mesure active, arguant que l'Ukraine ne devait pas répéter les erreurs de l'ancien président géorgien Mikheil Saakashvili, et appelait l' Ukraine à devenir le "pays le plus pacifique de la planète, se comportant comme une colombe de la paix".

Deux ans plus tard, en 2016, le président du Parlement, Andriy Parubiy, a expliqué comment la loi martiale n'avait pas été introduite en 2014.

«Nous avons réalisé que la tenue d'élections présidentielles et l'élection d'un président légitime n'étaient pas moins importantes que la guerre. Nous avons dû décider simultanément de deux sujets d'actualité: la défense militaire de l'Ukraine contre l'agression et la tenue d'élections. La loi martiale était l'une des questions clés. Nous avons compris que cela ne permettrait pas la tenue d'élections présidentielles. Mais s'il n'y a pas de loi martiale, l'armée demande: donnez-nous s'il vous plaît une base officielle sur laquelle l'armée peut être impliquée. Nous devions trouver un format qui n’arrête pas le processus politique et engage en même temps l’armée à organiser une défense. C’est ainsi que l’opération antiterroriste est apparue comme un format », a déclaré Parubiy dans une interview à Interfax, faisant référence à la période au cours de laquelle les opérations ukrainiennes contre les séparatistes soutenus par la Russie dans le Donbass ont été qualifiées d’ «ATO», après avoir été remplacées en janvier 2018 par «l' opération des forces conjointes ».

La seule personne qui a soutenu l'idée d'introduire la loi martiale en février 2014, pendant l'occupation de la Crimée par la Russie à la suite de la révolution euromaïdienne, était Oleksandr Turchynov, président par intérim de l'Ukraine.

Mais les politiciens sont revenus aux questions tout au long des cinq années de guerre. À l'été 2014, Petro Porochenko a expliqué qu'il n'appuyait pas l'idée d'introduire une loi martiale, car cela exclurait l'importation d'armes et de produits à double usage dont l'armée ukrainienne avait besoin , car le FMI ne versait pas d'argent aux pays en guerre. parce que la loi martiale envisage des protections juridiques pour l'ennemi.

L'argument IMR s'est avéré être faux. Le 27 novembre, Gosta Ljungman, représentante du FMI en Ukraine, a déclaré que le FMI ne prévoyait pas de réviser le programme de crédit de l'Ukraine en raison de l'introduction de la loi martiale. Et en octobre 2014, Jerome Vacher, alors représentant du FMI en Ukraine, a déclaré que

«Le FMI n'a pas d'interdictions légales formelles qui entravent la coopération dans de telles circonstances [de la loi martiale]. Nous avons déjà coopéré avec un certain nombre de pays sur les territoires desquels des conflits militaires d'activités différentes ont eu lieu. "

Bien que la guerre de facto menée par l'Ukraine contre la Russie ait considérablement intensifié au cours de ses cinq années, cela n'a pas conduit à l'introduction de la loi martiale. Parmi eux figurait la tragédie d'Ilovaïsk, lorsque des centaines de soldats ukrainiens ont été tués par les forces russes dans le soi-disant corridor vert en août 2014, le piège de Debaltseve et le combat pour l'aéroport de Donetsk en 2015.

Le président a signé la loi «sur le régime juridique de la loi martiale» à l'été 2015.

La loi martiale affectera-t-elle les élections?
Plus tôt en été 2018, la principale candidate à la présidence, Yuliya Tymoshenko, avait averti que l'imposition de la loi martiale aiderait Porochenko à conserver son pouvoir et l'a qualifié de stratégie.

À présent, certaines voix en Ukraine font écho à ses paroles. Par exemple, l'analyste militaire Oleh Zhdanov a déclaré à RFE / RL que la loi martiale était simplement une tentative du président Porochenko de conserver le pouvoir et de reporter les élections et que tout l'incident survenu dans la mer d'Azov avait été organisé dans ce but.
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Ven 30 Nov - 19:22

La Loi Martiale sera efficace en Ukraine à partir de demain matin, le 28 novembre à 9:00 h 10 dans 10 régions frontalières de la Russie au Nord-est et à l'est et en transnistrie (région moldave "séparatiste" occupée par l'armée russe), Plus les régions côtières du sud du pays. La Loi Martiale sera imposée pour un mandat renouvelable de 30 jours.

En cas d'agression terrestre de l'armée russe au-delà des régions déjà occupées (Crimée et partie du Donbass), elle sera automatiquement étendue sur l'ensemble du territoire ukrainien.


avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Ven 30 Nov - 19:39

L'Ukraine a fermé les frontières pour l'entrée des citoyens de sexe masculin de la Russie


Par admin -  30/11/2018  100  0

http://vgorodok.com/noviny/4229-ukraina-zakryla-granitsy-dlya-vezda-muzhchin-grazhdan-rossii.html?fbclid=IwAR11Wuee5IKQ24hBlaIv7XAg-DRA7C6EpL5tkutaDbDMTj0jsSKvjhoUHi0

Les autorités ukrainiennes ont limité la possibilité d'entrer dans le pays aux citoyens de la Fédération de Russie. L'interdiction s'applique aux hommes âgés de 16 à 60 ans.

Cela a été annoncé par le président de l'Ukraine, Petro Porochenko, sur la page officielle de Facebook.

L'Ukraine est contrainte de prendre de telles mesures pour empêcher la Fédération de Russie de se former sur le territoire d'armées "privées", représentées par les forces armées russes.

" Pour empêcher les Russes de mener à bien les opérations prévues en 2014 en Ukraine." Il a également proposé de durcir les conditions d'enregistrement, en particulier dans les régions où la loi martiale était imposée aux citoyens de la Fédération de Russie », a souligné M. Porochenko.

Le chef de l'Etat a également chargé de renforcer les capacités de défense des chefs des régions de RSA où vivent les familles des marins capturés et de surveiller la fourniture de l'assistance à ces familles.

Ainsi, l’exception s’applique à plusieurs groupes de la population: les personnes ayant un statut diplomatique en Ukraine; les personnes qui sont préposées aux véhicules; les personnes possédant des documents relatifs à la résidence temporaire ou permanente en Ukraine; personnes dont le voyage est de nature humanitaire: décès ou maladie grave d'un proche parent

À la frontière, les citoyens russes seront contrôlés par les gardes-frontières lors de leurs précédents voyages en Ukraine et de l'existence de précédents de violation de la législation ukrainienne (notamment des visites dans les territoires temporairement occupés de l'Ukraine).

«La vérification est effectuée sur toutes les bases de données disponibles. Nous travaillons également en étroite collaboration avec d'autres organismes chargés de l'application de la loi », a ajouté Demchenko.

Selon lui, le régime de vérification renforcé à la frontière russo-ukrainienne jusqu'à la fin de la loi martiale.
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Krispoluk le Ven 30 Nov - 20:27

Bien vu ! Z'ont raison d'interdire l'accès aux hommes russes, c'est le minimum qu'ils peuvent faire face à l'agression d'Azov...  Twisted Evil

Slava Ukraïni !  cheers
avatar
Krispoluk

Messages : 5881
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  benoit77 le Sam 1 Déc - 14:24

et après ?
on met une cinquième bougie :
https://www.la-croix.com/Monde/Europe/En-Ukraine-flamme-revolution-Maidan-seteint-pas-2018-11-30-1200986619

et l'on pense à des lendemains meilleurs
avatar
benoit77

Messages : 2173
Date d'inscription : 16/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Ven 7 Déc - 19:52

[size=55]L'Ukraine abandonne finalement le traité d'amitié avec la Russie. Mais ça ne changera pas grand chose[/size]


La séance de la matinée du 6 décembre de Verkhovna Rada au cours de laquelle le Parlement a adopté la motion présidentielle visant à l'abolition du traité d'amitié Ukraine-Russie. Photo: iportal.rada.gov.ua

2018/12/07 - 21:45 • INTERNATIONAL , POLITIQUE , UKRAINE


Le 6 décembre, le parlement ukrainien, la Verkhovna Rada, a appuyé de manière écrasante la motion du président Petro Porochenko de ne pas renouveler le traité d'amitié, de coopération et de partenariat avec le pays, qui devrait être prolongé automatiquement. À présent, le traité expirera le 31 mars 2019 et ne sera pas renouvelé par la suite.
Mykola Bielieskov , analyste au World Policy Institute, a déclaré à Euromaidan Press que le mouvement ukrainien ne changerait pas beaucoup les relations entre l'Ukraine et la Russie.


Traité d'amitié




Les présidents Boris Eltsine et Leonid Koutchma signent le «Traité d'amitié à large spectre». Kyiv, 13 mai 1997. 
Photo: golos-ameriki.ru

Le 31 mai 1997, le président ukrainien Leonid Koutchma et son homologue russe Boris Eltsine ont signé à Kiev le vaste traité d'amitié, de coopération et de partenariat entre l'Ukraine et la Fédération de Russie. Il a fallu presque deux ans pour ratifier l'accord. La Verkhovna Rada ukrainienne a approuvé l'accord le 14 janvier 1998. La Douma d'Etat russe l'a fait presque un an plus tard, le 25 décembre 1998, puis le Sénat de Russie a approuvé la loi de ratification le 17 février 1999.
L'accord a déclaré partenariat stratégique, la reconnaissance des frontières existantes des deux pays, le respect de l'intégrité territoriale d'un pays à l'autre. Le pacte a empêché la Russie et l'Ukraine de se déclarer la guerre ou d'envahir le territoire de la contrepartie.
L'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et son invasion secrète de 2014 dans la région ukrainienne du Donbass, ainsi que la dernière attaque ouverte de type pirates sur des navires de la marine ukrainienne ont annulé de facto le traité, la Russie n'ayant pas «respecté l'intégrité territoriale de l'autre». confirmer l'inviolabilité des frontières mutuelles actuelles », comme le stipule le traité d'amitié.
A lire aussi:



En 2015, la Verkhovna Rada a déclaré que la Russie était un État agresseur , invoquant son ingérence dans les affaires intérieures de l'Ukraine et l'implication de Moscou dans la guerre dans le Donbass. Le ministère russe des Affaires étrangères a alors qualifié les affirmations de l'Ukraine d ' "insinuations dénuées de fondement" .
La Russie a déjà nié s'immiscer dans les affaires intérieures de l'Ukraine, alors que la Cour pénale internationale (CPI) avait statué en 2016 que les combats dans l'est de l'Ukraine étaient «un conflit armé international entre l'Ukraine et la Fédération de Russie».
Le 17 septembre 2018, le président Petro Porochenko a signé un décret d'application de la décision approuvée par le Conseil de la sécurité nationale et de la défense de mettre fin au traité d'amitié.
Plus tard en septembre, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a remis à la Russie et à l'ONU une note sur l'interruption de l'accord entre l'Ukraine et la Russie. Cela a été fait plus de six mois avant l'expiration du traité, afin de respecter ses termes.
Le 6 décembre, alors que le projet de loi ne nécessitait que 226 voix pour être approuvé, 277 législateurs de la Verkhovna Rada ont voté en faveur de l'abolition du traité en le laissant expirer, mais 20 législateurs ont voté contre.
Avant la décision de Rada, le traité devait être automatiquement prolongé tous les 10 ans. En vertu de la nouvelle législation, l'accord d'amitié expirera le 31 mars 2019.
Le secrétariat de la Verkhovna Rada déclare que la législation ne libérera l'Ukraine de toute obligation prévue par le traité,

«En vertu de l'article 70 de la Convention de Vienne sur le droit des traités, la résiliation dudit traité libère l'Ukraine de toute obligation de la mettre en œuvre et n'affecte pas les droits, les obligations ni la situation juridique de l'Ukraine découlant de l'application du traité. avant sa résiliation », a rapporté le secrétariat de la Verkhovna Rada.



Selon l'Unesco, rien ne changera pour l'Ukraine




Mykola Bielieskov, directeur adjoint à l'Institut de politique mondiale. Source: FB

Euromaidan Press a discuté de la question avec Mykola Bielieskov, analyste à l'Institut de politique mondiale, qui a expliqué ce que la décision de l'Ukraine signifie pour les relations futures entre l'Ukraine et la Russie, quelles en seraient les conséquences et si la Russie pourrait éviter de reconnaître la décision ukrainienne et envisager le traité est valable par la suite.

«En réalité, l'Ukraine tire un trait sur la situation qui avait débuté en 2014, car dans la pratique, le traité avait perdu toute signification. Et, par conséquent, toutes ses dispositions prescrites - principes de collaboration dans divers domaines - ne sont pas exécutées. Par conséquent, la prolongation ultérieure de l'accord n'a aucun sens », explique M. Bielieskov.

Selon Bielieskov, l'Ukraine ne devrait en réalité rien attendre de nouveau. L'Ukraine marque une période logique pour le développement actuel des relations, dans la mesure où celles-ci ne sont pas conformes à la logique et à l'esprit du travail préparatoire que le traité de 1997 leur a réservé.
Le sénateur russe Sergey Tsekov a déclaré à RIA Novosti : "Dans la situation actuelle, l'Ukraine sera la plus durement touchée, parce que l'accord offrait des opportunités dans le domaine économique."
Mykola Bielieskov est sceptique quant à cette opinion.

«La pratique a montré que même en 2014, la Russie avait reculé devant la contrainte commerciale. Ainsi, l'existence d'accords en tant que tels - et nous avions également l'accord de libre-échange de 2011 avec la Russie - ne garantit rien lorsque les accords ne sont pas exécutés ", a commenté M. Bielieskov à Euromaidan Press, ajoutant: " Je doute que Les Russes peuvent contenir.

Interrogé sur le fait que la Russie puisse ignorer la décision ukrainienne de ne pas renouveler le traité d'amitié et de considérer l'accord comme valide, M. Mykola Bielieskov a expliqué qu'en vertu de la Convention des Nations Unies de 1969 sur le droit de traités , l'une des parties peut mettre fin à un traité ou s'en retirer. . L'Ukraine observe ces règles et la Russie ne peut plus rien changer.

«Après le vote de Rada, il ne reste plus qu'une note diplomatique. À compter du 1er avril 2019, le traité ne sera plus en vigueur, il ne sera pas prolongé pour les dix prochaines années», précise M. Bielieskov.


L'Ukraine n'a pas mis fin au traité, comme l' ont rapporté certains médias , mais elle a annulé le renouvellement automatique de l'accord en vertu de l'article 40 du traité.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Klimkin, a expliqué que l'Ukraine utilisait cet accord dans le cadre de ses poursuites devant les tribunaux internationaux. C'est pourquoi il était important de mettre fin au traité d'amitié plutôt que d'y mettre fin. C'est pourquoi il n'abolira pas les obligations de la Russie établies par le traité avant son expiration.
L’expiration du traité n’affectera pas la reconnaissance documentée des frontières ukrainiennes par la Russie, a souligné le député américain Olena Zerkal, car en 2003 la Russie et l’Ukraine ont signé un accord séparé sur les frontières russo-ukrainiennes.
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Ven 21 Déc - 19:35

L'Ukraine prend livraison des premiers hélicoptères H225

21 décembre 2018 dans l' aviation , Nouvelles , Photo

Le ministère ukrainien de l'Intérieur a pris livraison des deux premiers Hélicoptères H225 le 21 décembre.

Selon une déclaration d'Airbus, un avion est destiné à des missions de recherche et sauvetage et l'autre sera exploité par la Garde nationale pour des missions de maintien de l'ordre.

Les hélicoptères H225 ont été réaffectés à ces missions de service public en un peu plus de trois mois. Deux autres H225 rejoindront la flotte dans les prochaines semaines.

L’Ukraine a signé avec Airbus Helicopters un contrat portant sur l’achat de 55 nouveaux hélicoptères H125, H145 et H225 destinés à la Garde nationale ukrainienne (UNG), ainsi qu’au gouvernement et aux forces de l’ordre.

«Suite à l'accord intergouvernemental signé entre l'Ukraine et la France plus tôt cette année, nous sommes heureux de célébrer les premières livraisons. Cet accord pour 55 hélicoptères permet à l'Ukraine de fournir à sa population une gamme complète de services, allant de la recherche et du sauvetage, des services médicaux d'urgence, de la lutte contre l'incendie aux missions de maintien de l'ordre », a déclaré Arsen Avakov, ministre de l'Intérieur de l'Ukraine. "Grâce à l'excellente coopération opérationnelle avec Airbus, nous allons également mettre en place un centre local de formation et de maintenance en Ukraine pour soutenir notre nouvelle flotte d'hélicoptères modernisée", a-t-il ajouté.

«Nous sommes heureux que ces deux H225 aient atterri en Ukraine en un temps record. Maintenant que les pilotes ont terminé leur formation de certification H225 en France, l'Ukraine peut immédiatement profiter de l'excellente charge utile et de la portée offertes par le polyvalent H225, ainsi que du pilote automatique de pointe de l'avion, qui offre une précision tout en réduisant la charge de travail de l'équipage. dans les conditions de mission les plus difficiles », a déclaré Matthieu Louvot, vice-président exécutif du soutien et des services chez Airbus Helicopters, qui a assisté à la cérémonie de livraison à Kyiv. «L’une des prochaines étapes consiste à accompagner le ministère de l’Intérieur dans la mise en place d’un centre de formation et de maintenance dédié. centre pour les hélicoptères en Ukraine ", at-il ajouté.

Les premières livraisons ont eu lieu dans le cadre du contrat de l'accord intergouvernemental signé en juillet 2018 pour 55 appareils - 21 H225 réutilisés, 10 nouveaux H145 et 24 H125, tous destinés à la recherche et au sauvetage, au SME et à d'autres services publics missions.

La H225 bi-turbine de catégorie 11 tonnes est reconnue comme une référence dans les opérations SAR et est utilisée par des organisations du monde entier, notamment les garde-côtes japonais, espagnols et argentins. Parmi les avantages de ces missions exigeantes, citons une séquence de décollage de moins de cinq minutes, ses capacités tout temps, y compris en conditions de givrage complet, ses modes SAR et sa précision de pilote automatique renommée.

Le H225 offre une endurance exceptionnelle et une vitesse de croisière rapide, et peut être équipé d'un large éventail d'équipements de mission pour répondre à tous les besoins. La famille H225 a accumulé plus de 640 000 heures de vol à ce jour.



Photo de Mykola Lazarenko

[size=18][/size]
Photo de Mykola Lazarenko

Photo par UA: Novini @ ua.pershyi.news

Photo par UA: Novini @ ua.pershyi.news
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Caduce62 le Mer 26 Déc - 0:22

La Russie élargit ses sanctions contre des personnalités et entreprises ukrainiennes

567 personnalités et 75 entreprises ukrainiennes tombent sous le coup de ces sanctions économiques, dans un contexte de tensions renouvelées entre Kiev et Moscou.
Le Monde avec AFP

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/25/la-russie-elargit-ses-sanctions-contre-des-personnalites-et-entreprises-ukrainiennes_5402086_3210.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2GvE7CeErkIMbabH0RCF_nziIT6AHWpjH_K3oTvWzj83iv1lcdSSJ9Zu4#Echobox=1545771031

Le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a ajouté, mardi 25 décembre, 245 personnalités et sept entreprises ukrainiennes à la liste russe de sanctions économiques contre l’Ukraine, dont une première version avait été publiée au début du mois de novembre.

Un total de 567 personnalités et 75 entreprises ukrainiennes tombent désormais sous le coup de ces sanctions économiques qui prévoient le gel de leurs actifs en Russie. Sur son compte Twitter, Dmitri Medvedev a affirmé que ces nouvelles mesures avaient été décidées « pour la défense des intérêts du gouvernement, des entreprises et des citoyens de Russie ».

Les nouvelles sanctions russes concernent des entreprises du secteur de la défense, de l’énergie, ainsi qu’une compagnie d’assurances et un groupe de logistique. Parmi les nouveaux individus visés, on compte des hommes politiques, dont le maire d’Odessa, dans le sud du pays, et des hauts fonctionnaires ukrainiens.

Les relations entre Moscou et Kiev ne cessent de se dégrader depuis l’arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en Ukraine début 2014 à l’issue du soulèvement du Maïdan contre le président pro-russe de l’époque, suivi de l’annexion de la Crimée puis d’un conflit dans l’Est ukrainien. Ces tensions ont été ravivées fin novembre après la capture manu militari de trois navires militaires ukrainiens et de leurs équipages par les gardes-côtes russes au large de la Crimée.

Depuis l’éclatement du conflit en Ukraine, Kiev n’a cessé de prendre des mesures limitant ses relations économiques et commerciales avec la Russie, partenaire clé depuis la fin de l’URSS il y a plus de 25 ans. En 2017, l’Ukraine a bloqué sur son territoire toute une série de services internet russes, dont notamment le groupe Yandex et les très populaires réseaux sociaux VKontakte et Odnoklassniki.

La première liste noire russe publiée début novembre comportait déjà le fils aîné du président Petro Porochenko, ainsi que les anciens Premiers ministres Arseni Iatseniouk et Ioulia Timochenko, qui devrait être la principale adversaire de Petro Porochenko à l’élection présidentielle de 2019.
avatar
Caduce62

Messages : 5680
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Krispoluk le Jeu 10 Jan - 20:43

Bon, la campagne électorale en Ukraine est bien lancée, hein ! Illustration... Bon, ce n'est pas ma candidate, je pense même que je n'ai aucun candidat dans ce nouveau cirque politique ukrainien...  Suspect

Pour ceux qui veulent lire les élucubrations de la Diva blonde qui est championne du monde du 100m en fauteuil roulant, c'est là :  Laughing Laughing Laughing

https://www.obozrevatel.com/ukr/politics/najmasshtabnishe-sotsopituvannya-politolog-skazav-hto-stane-prezidentom-ukraini.htm?gclid=EAIaIQobChMIhaDfq_fj3wIVxaNRCh0RnwgWEAEYASAAEgJ4afD_BwE



avatar
Krispoluk

Messages : 5881
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et après?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum