le retour de la guerre froide?

Page 12 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 15:50

travellergillou76 a écrit:

Et comme le petit film que Steven avait mis je Crie LIBERTÉ
c'est de la nuisance, le contraire de la liberté.
Tu est sincèrement ridicule et tu te ridiculise encore plus encore.
Je me répète, la discussion avait repris, c’est toi et toi seul qui encore une fois parce que on ne va pas dans ton sens tu t’énerves et tu nous ordonne de dégager !
Le forum appartient à Forum Free pas à toi.
Tu peux continuer à faire ta victime tout en me demandant de dégager , je suis libre d’écrire où je veux et quand je veux.
Alors stop reprend le fil de la discussion où fait une pause où mieux crée ton Forum

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 15:51

travellergillou76 a écrit:bande de fumiers pervers , vous cherchez juste à matraquer les gens pour vous faire mousser.

Aucune dignité.

On continue encore et encore le travail de sape.
Dégagez de mon topic!!!!!!!!

Tout le monde a bien compris que les beaux principes mis en avant ne sont qu'un pretexte pour foutre la merde.
Et je re cité. Que tout le monde lise et ré lise ce que tu as écrit alors que la discussion avait repris calmement

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  steven21 le Mer 18 Avr - 16:27

benoit77 a écrit:


Je le redis, mais pour rien, les gaz en Syrie ce n'est pas le sujet du topic.

Peut importe la suite que donnera Matt, aujourd'hui comme en 2015.
Les sujets sont trop souvent pourris par des considérations hors sujet ou trop éloignés pour avoir un fil de débat utile.

Sur ce forum comme nul part ailleurs je constate la confiscation des débats au profit de conneries. No
A une autre fois.

je suis d'accord , mais je ne faisais que juste repondre a caduce.
apres je dirais que tout dialogue a 2 ou a plusieurs dévient a moment donné sur d'autre sujet. sinon il n y aurait plus rien a dire.
ok pas de soucis , ont va parler que de la guerre froide . mais attention , ne déviez pas sur d'autre sujet , sinon ont va se faire engueuler.
je vous ai a l oeil.  cyclops
avatar
steven21

Messages : 1347
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 37
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Mer 18 Avr - 16:28


Et je re cité. Que tout le monde lise et ré lise ce que tu as écrit alors que la discussion avait repris calmement
tu parles de liberté mais de fait tu t'imposes sur le topic que j'ai créé.
Tu n'a s pas abordé une seule fois le sujet du topic dans toutes tes interventions.
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Mer 18 Avr - 16:53

[size=42]La Russie lâche un « tapis de bombes » sur Internet pour tenter de censurer Telegram[/size]
Le cofondateur de la messagerie Telegram, Pavel Dourov, a appelé à la « résistance numérique » face aux autorités russes qui ont bloqué plus de 15 millions d’adresses IP sur le territoire.
LE MONDE | 18.04.2018 à 12h15 • Mis à jour le 18.04.2018 à 13h24 | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante) et Martin Untersinger
 Réagir Ajouter
Partager (87)Tweeter


image: http://img.lemde.fr/2018/03/29/0/0/3500/2204/534/0/60/0/f5dd163_DAD133_BOSNIA-TELEGRAM-_0329_11.JPG

C’est une bataille féroce qui se joue en ce moment en Russie, avec ses victimes, ses dommages collatéraux, ses communiqués de victoire, sa propagande… A ceci près qu’il s’agit d’un combat numérique entre Roskomnadzor, l’agence fédérale de surveillance des télécommunications, et Pavel Dourov, cofondateur de la messagerie Telegram. La mise en œuvre, lundi 16 avril, du blocage de la messagerie, décidée par la justice sur tout le territoire russe, en raison de son refus de livrer ses clés de chiffrement au FSB, les services de sécurité, est suivie comme un feuilleton haletant par des milliers d’internautes. Roskomnadzor a, en effet, toutes les peines du monde à parvenir à ses fins : Telegram se dérobe en changeant sans cesse d’adresse IP, selon la stratégie définie par Pavel Dourov qui a appelé à la « résistance numérique ».
Lire aussi :   La justice russe ordonne le blocage de Telegram
« Ces deux derniers jours, la Russie a bloqué plus de 15 millions d’adresses IP dans le but d’interdire Telegram sur son territoire. Aucune importance : Telegram est resté disponible pour la majorité des Russes », proclamait Pavel Dourov mercredi matin. « La dégradation de Telegram a atteint 30 % », affirmait, de son côté, Roskomnadzor. Entre-temps, des banques, des PME, des sociétés de commerce en ligne se sont trouvées subitement privées de connexions. Mardi, les musées de Moscou et du Kremlin ont annoncé l’interruption temporaire, « indépendante de leur volonté » des ventes de billets en ligne. Plus de 70 entreprises en détresse se seraient également adressées à Agora, une association formée par des juristes spécialisée dans les droits de l’homme, selon son président Pavel Chikov, qui est aussi l’un des avocats de M. Dourov.

« L’attaque la plus massive contre Internet de toute l’histoire russe »


« Le tapis de bombes de Roskomnadzor sur Internet a provoqué des rumeurs alarmantes, relève Kirill Martinov, chef du service politique du journal indépendant Novaïa Gazeta. Pour atteindre Telegram, l’agence a été obligée de mener l’attaque la plus massive contre l’infrastructure de l’Internet de toute l’histoire de la censure russe. » « Poutine est au courant », a assuré mercredi matin le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors que Roskomnadzor est pris sous un tir croisé de critiques.
Pour envoyer un message, chaque application Telegram devait jusqu’ici se connecter à un serveur lui appartenant, via Internet. Afin de bloquer la messagerie, Roskomnadzor a donc ordonné aux fournisseurs d’accès russes de bloquer les adresses IP de ces serveurs –l’équivalent de leur adresse postale. Sauf que les équipes de la messagerie cryptée avaient prévu depuis quelques mois un mécanisme sommaire de contournement de la censure en intégrant dans le code de Telegram un moyen de récupérer au fil de l’eau de nouvelles adresses IP. C’est ce mécanisme qui a été mis en œuvre.

« Ils font des rotations d’adresse IP pour contourner le blocage, ce qui explique pourquoi ce dernier n’est pas très efficace, explique Jef Mathiot, un ingénieur en informatique qui étudie depuis des mois le fonctionnement de Telegram. C’est un jeu du chat et de la souris : au fur et à mesure que leurs adresses sont bloquées, ils montent de nouveaux serveurs et au fur et à mesure Roskomnadzor les bloque à son tour. »
Problème : plutôt que de bannir spécifiquement les adresses IP utilisées par Telegram et louées chez de grands fournisseurs comme Google ou Amazon, le censeur russe a choisi le bulldozer, ce qui explique les importants dommages collatéraux.

Dourov, en passe de devenir un héros


En Russie, Pavel Dourov, 33 ans, lui-même d’origine russe, est en passe de devenir un héros aux yeux de l’opposition et de milliers d’internautes. Il « va rentrer dans l’histoire de la résistance russe », n’a pas hésité à lancer mardi, sur la radio Echo de Moscou, la journaliste Evguenia Albats. La veille, déjà, quelques manifestants s’étaient rassemblés place de la Loubianka, à Moscou, pour « bombarder » la façade du siège du FSB d’avions de papier multicolores rappelant le logo de Telegram. Plusieurs ont ensuite passé la nuit au poste de police avant d’être relâchés et présentés devant un tribunal où ils ont écopé d’amendes. Parmi eux, Maria Alokhina, ex-membre des Pussy Riots, a été condamnée à 100 heures de travaux obligatoires.

image: http://img.lemde.fr/2018/04/16/0/0/4568/3045/534/0/60/0/c2459e2_96fbd018b876448fbb0fd1537dd3def9-96fbd018b876448fbb0fd1537dd3def9-0.jpg
Lundi 16 avril, des manifestants ont jeté des avions en papier, référence au logo de Telegram, devant le siège des services de renseignement, à Moscou. [size=13]PAVEL GOLOVKIN / AP

Cofondateur de Vkontakt en 2006, le Facebook russe, puis, avec son frère Nikolaï, de Telegram en 2013, l’homme, qui a choisi de quitter l’année suivante la Russie, y est bien connu. Depuis son exil – suivi par une équipe de programmeurs, il se déplacerait de pays en pays –, il annonce, désormais, son intention de subventionner ceux qui, dans le monde des administrateurs de serveurs-relais et VPN, le soutiendront dans son combat pour « la liberté numérique »« Au cours de cette année, je serai heureux de faire don de millions de dollars de fonds personnels à ces fins. J’appelle tout le monde à me rejoindre », a-t-il proclamé.
Le lanceur d’alerte américain Edward Snowden, réfugié depuis 2014 en Russie, s’est rangé à ses côtés. « J’ai critiqué la sécurité du modèle Telegram dans le passé, mais la réponse de Dourov à la demande totalitaire du gouvernement russe de bloquer l’accès aux communications privées, refus et résistance, est la seule réponse morale et montre un réel leadership », écrit-il sur son compte Twitter.

C’est « un sérieux défi », a reconnu, mercredi, dans un entretien au quotidien pro-gouvernemental, Izvestia Alexandre Jarov, le dirigeant de Roskomnadzor, en appelant les « entreprises américaines à faire en sorte de rendre inaccessible la messagerie sur le territoire de la Russie. Nous espérons que, pour Amazon et Google, le business et non la politique primera. »
Le prochain sur la liste, a ajouté M. Jarov, pourrait bien être Facebook. Si l’entreprise américaine refuse toujours de localiser la base de données des utilisateurs russes en Russie, si elle ne supprime pas « toute information interdite » et ne se conforme pas au « respect des lois », alors, affirme-t-il, « évidemment la question du blocage va se poser ».[/size]

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/04/18/la-russie-lache-un-tapis-de-bombes-sur-internet-pour-tenter-de-censurer-telegram_5287070_4408996.html#06o4kbeGBwpftEqZ.99
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 17:28

travellergillou76 a écrit:

Et je re cité. Que tout le monde lise et ré lise ce que tu as écrit alors que la discussion avait repris calmement
tu parles de liberté mais de fait tu t'imposes sur le topic que j'ai créé.
Tu n'a s pas abordé une seule fois le sujet du topic dans toutes tes interventions.
Mais arrête de toujours vouloir avoir le dernier mot, c’est fatiguant, c’est vraiment l’attitude d’un enfant...
Je n’ai jamais abordé une seule fois ? Peut être parce que je suis avis différent de toi et quand je vois et lit comment tu traites les gens qui n’ont que de « faute » d’avoir un avis différent, bah ça ne me donne pas envie.

Je vais encore et encore citer ce que tu as écrit histoire de rappeler quel Dicateur est tu.
Je me répète, le forum et le topic ne t’appartient pas, fait toi une raison.

Comme promis la citation alors que ça allait mieux

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 17:31

Pegase76 a écrit:
travellergillou76 a écrit:bande de fumiers pervers , vous cherchez juste à matraquer les gens pour vous faire mousser.

Aucune dignité.

On continue encore et encore le travail de sape.
Dégagez de mon topic!!!!!!!!

Tout le monde a bien compris que les beaux principes mis en avant ne sont qu'un pretexte pour foutre la merde.
Et je re cité. Que tout le monde lise et ré lise ce que tu as écrit alors que la discussion avait repris calmement
Pour que tout le monde s’en souvienne

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 17:34

travellergillou76 a écrit:


je veux bien le comprendre que les frappes etaient plus un avertissement qu autre chose. et ta theorie de destruction.
mais est ce que l ont peu t incarcerer sur simple denonciation de ton voisin ? ( sans t avoir auditionné , enquete ) 
car c est un peu le meme cas en syrie , une denonciation d'organisme plus ou moins douteux avec des rapports tres proche avec les extremistes. 
les 2 parties sont louches , alors pourquoi prendre partie aussi rapidement sans "suspicions" plus solides ?
car nous savons tous tres bien , que de nos jours tout peu etre trafiqué et manipulé , surtout en ce que concerne photos et videos.
ont parle de guerre quand meme , ce n est pas une simple querelle de voisinage.
NRBC plutot  Wink
Pour la enième fois, cesse de saccager mon topic.
Je suis libre de ne pas t'adresser la parole.
Crée ton propre fil de discussion .
Assez de harcèlement et de sabotage . La liberté d'expression , ça n'est pas la liberté de nuire et de casser les couilles comme tu le fais méthodiquement.

Vas t'en. Il faut te le dire en quelle langue????
Ca te fait plaisir de faire chier le monde????
Tu veux continuer comme ça pendant 10 ans ????

Parce que moi je ne céderai pas .
Liberté d'expression mon cul.
Tout le monde peut voir qu'il s'agit en réalité de nuisance et de sabotage.

Le roi est nu. bounce bounce bounce
Voilà comment tu traites les gens

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Mer 18 Avr - 17:42

travellergillou76 a écrit:
Krispoluk a écrit:L'affaire Syrienne n'était qu'un prétexte. Les USA (enfin les faucons du Pentagone) et Macron (Thérésa May, ne s'est jointe au concert sous la pression de la solidarité atlantiste) voulaient donner un signal ou plutôt 2, à Poutine, STOP :

1) Jusqu'où ne pas aller trop loin (attaques électroniques sur le net, meurtres politiques à l'étranger, menaces en Baltique, Ukraine, etc...)

2) Nous aussi ont sait frapper dur et efficacement quand on le veut...

Ils l'on fait, comme durant la guerre froide, sur un territoire périphérique ne présentant pas de risque d'escalade et de confrontation directe...

L'affaire des armes chimiques, je pense qu'ils s'en foutent comme de l'an 40 mais l'occasion était trop belle Wink 

Après tout, les américains n'ont pas hésité à bombarder massivement l'Irak pendant les 2 guerres "Bushiennes" faisant des centaines de milliers de victimes parmi la population irakienne innocente Twisted Evil Est-ce que des bombes américaines au phosphore ou à fragmentation, ça tue plus "proprement" que les armes chimiques ??? scratch Pas convaincu... Suspect
merci de ne plus intervenir sur mon topic.
C'est du sabotage depuis le début.
Crée ton fil de discussion ailleurs. Je n'ai pas envie de discuter avec toi et ta bande.

Vous êtes juste là pour harceler et vous faire mousser. Aucun scrupule. Aucune honte.

Tout le monde peut voir la réalité de vos motivations.

Matt merci d'intervenir. Cette farce sinistre n'a que trop duré.
Les gens écrivent normalement et voilà comment tu te permet de leur parler

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Caduce62 le Mer 18 Avr - 23:00

PRIÈRE DE RÉPONDRE SUR LE SUJET : "LA GUERRE FROIDE" ET NON DE PERTURBER LA DISCUSSION PAR VOTRE GUEGUERRE STUPIDE  afro
avatar
Caduce62

Messages : 5114
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Caduce62 le Mer 18 Avr - 23:10



Retour à l’âge de pierre avec Trump et Poutine

Courrier International
Publié le 18/04/2018 - 16:27

Le monde ne tient plus qu’à un fil pour le dessinateur Ruben. La Terre se retrouve suspendue entre les missiles de Donald Trump et de Vladimir Poutine. Les deux chefs d’État ont un certain air de ressemblance avec les personnages du dessin animé Les Pierrafeu : chacun vêtu de sa peau de bête, mais plus solidement armé que d’une simple massue. Observons que, même dans cette version des présidents à l’âge de pierre, la cravate, le brushing et le fond de teint restent de mise pour Trump. La caricature illustre la forte tension qui persiste entre la Russie et les États-Unis, et plus particulièrement ces derniers jours au sujet de la guerre en Syrie.
avatar
Caduce62

Messages : 5114
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  steven21 le Mer 18 Avr - 23:19

c est clair , comme je l avais precisé precedement , c est deux gaillards avec un ego surdimensionné . d'ou tes images caricaturales caduce. 
la question ce pose , que faut il faire quand ont se retrouve entre les deux ? 
prendre parti ou rester distant pour eviter de les faire grandir jusqu au point de rupture ?
avatar
steven21

Messages : 1347
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 37
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Invité le Jeu 19 Avr - 1:12

Ma fois si on a le droit d’émettre un avis, comme je n’aime ni l’un ni l’autre j’espère sincèrement qu’il ne feront pas le mauvais pas et qu’on se retrouve en plein milieu.
C’est pour cela que j’aurais préféré que le président Français ne suive pas aveuglément les USA, histoire d’avoir sa propre voix au chapitre le jour J.
Si jour J il y aura ce que bien entendu j’espère jamais

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Jeu 19 Avr - 19:17

[size=41]Le sommet Trump-Kim est désormais sur les rails[/size]




Par Sébastien Falletti 
Mis à jour le 18/04/2018 à 17h31 | Publié le 18/04/2018 à 17h18


Le patron de la CIA a rencontré secrètement le leader nord-coréen pour préparer le sommet présidentiel annoncé début juin.
Correspondant à Shanghaï
Joyeuses Pâques à Pyongyang pour Mike Pompeo. Le patron de la CIA a rencontré Kim Jong-un en personne, lors d'une mission secrète dans la capitale nord-coréenne durant le week-end pascal, préparant le terrain pour un sommet historique entre le «Leader suprême» et Donald Trump. La rencontre confidentielle «s'est bien déroulée et une bonne relation s'est établie», a dit sur Twitter le président américain, confirmant qu'il rencontrerait Kim d'ici à «début juin», dans un lieu encore inconnu. «Nous avons de grandes chances de résoudre un problème mondial», s'est-il félicité, en recevant mardi le premier ministre japonais, Shinzo Abe, dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride.


«Je suis optimiste sur le fait que le président et le leader nord-coréen peuvent avoir la conversation qui nous permettra d'obtenir le résultat diplomatique dont l'Amérique et le monde ont besoin»
Mike Pompeo


L'entrevue pascale entre le nominé au poste de secrétaire d'État américain et le «Maréchal» trentenaire est le contact le plus élevé entre Washington et le régime paria depuis 2000, et la visite de Madeleine Albright à Pyongyang. À l'époque, la chef de la diplomatie de Bill Clinton préparait la venue du président démocrate, qui a achoppé faute d'accord sur le démantèlement d'un programme de missiles nord-coréens.
L'inattendu «sommet du siècle» est désormais sur les rails, l'héritier de la seule dynastie communiste de la planète ayant assuré que le dossier brûlant du nucléaire serait bien sur la table des discussions, selon l'Administration Trump. «Je suis optimiste sur le fait que le président et le leader nord-coréen peuvent avoir la conversation qui nous permettra d'obtenir le résultat diplomatique dont l'Amérique et le monde ont désespérément besoin», a déclaré, elliptique, Mike Pompeo lors de son audition de confirmation au Sénat. De quoi défier les nombreux sceptiques jugeant risquée cette rencontre sans filet pour un président en exercice.

Une ouverture nord-coréenne?


Aucun détail n'a filtré sur la nature des concessions que Pyongyang serait prêt à consentir en vue de la «dénucléarisation» de la péninsule, ni de celles exigées en retour. Mais les contacts préliminaires augurent d'une ouverture nord-coréenne. «Ils vont mettre une grosse proposition sur la table et Trump va l'acheter en proclamant victoire. Ce sera une feuille de route, mais sans dénucléarisation immédiate», prédit un ancien négociateur américain au Figaro. Le retour des inspecteurs de l'AIEA sur les sites nucléaires nord-coréens voire le démantèlement de ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) pourraient faire partie des premières mesures visant à amadouer la première puissance mondiale.


«Ils vont mettre une grosse proposition sur la table et Trump va l'acheter en proclamant victoire. Ce sera une feuille de route, mais sans dénucléarisation immédiate»
Un ancien négociateur américain


Le calendrier de la dénucléarisation tout comme les contreparties seront au cœur des négociations, notamment les garanties de sécurité exigées par Kim, dont un traité de paix reconnaissant diplomatiquement son régime. La plupart des experts doutent de la volonté de Pyongyang de lâcher la «bombe», assurance-vie du régime, et craignent une manœuvre dilatoire tactique pour prévenir une frappe préventive américaine.
Les discussions sur un possible traité de paix mettant fin à la guerre de Corée (1950-1953) s'inviteront dès la semaine prochaine au sommet entre Kim Jong-un et le président sud-coréen, Moon Jae-in, le 27 avril, à Panmunjeom, sur la zone démilitarisée. Séoul et Pyongyang, toujours techniquement en guerre, envisagent un nouveau «régime pacifique» pour remplacer le fragile armistice mettant fin aux hostilités qui firent 3 millions de morts, selon un officiel sud-coréen. Trump a donné «sa bénédiction» à ces discussions rares, tout en s'arrogeant le crédit du spectaculaire dégel sur la péninsule démarré à l'occasion des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang. Le troisième sommet intercoréen, le premier depuis 2007, sera un moment «remarquable dans l'histoire de l'unification» du pays, affirme le Rodong Sinmun, le quotidien du Parti, comme en écho à l'optimisme de l'imprévisible président américain.
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Caduce62 le Dim 29 Avr - 17:25

Ethnic Russians having become Estonian citizens form increasing share of Estonian Defense League

http://euromaidanpress.com/2018/04/28/ethnic-russians-having-become-estonian-citizens-form-increasing-share-of-estonian-defense-league/
2018/04/28 - 11:59 • ANALYSIS & OPINION, RUSSIA


Not only are ever more ethnic Russians choosing to become Estonian citizens, but they are joining the ranks of the Kaitseliit, the Estonian Defense League that until recently many Russian speakers viewed as an Estonian nationalist organization that was profoundly anti-Russian.

This development, chronicled by Russian journalist Yevgeniya Volokhonskaya for the Moscow outlet Spektr, is important. On the one hand, it shows ethnic Russians who have chosen to become Estonian citizens are not acting for pragmatic reasons alone such as having access to the EU, as some Moscow writers suggest, but are identifying with Estonia and its values.

And on the other, it indicates that Estonian institutions, even those most closely identified with Estonian nationalism, are quite prepared to accept Russian-speaking Estonian citizens as equals, thus undercutting Moscow’s constant refrain that Estonia’s citizenship law and much else are driven by narrow ethno-nationalism.

These two factors in turn mean that Estonia is a far more integrated society than Moscow insists and many in the West accept and that the Russian government cannot count on Russian speakers in that Baltic republic to listen to the siren song of Kremlin propaganda even if they continue to watch Russian television. Volokhonskaya says that

“a decade ago … the Kaitseliit was considered in the local Russian-language milieu as a purely national phenomenon. Now, however, along with ethnic Estonians ever more Russian speaking residents are joining its ranks.”

Its commanders say, the Moscow journalist continues, that there are no “official statistics” about how many ethnic Russians and how many ethnic Estonians there are: “All of them are citizens of Estonia and it is inappropriate to divide them on an ethnic basis.”

More than almost any other institution, the Kaitseliit is closely connected with the history of Estonia. It was formed in 1918 and existed until the Soviet occupation began in 1940. Then it was restored in 1990 and has existed since that time. It currently has more than 25,000 in its ranks.

They “actively cooperate with local governments, the police, border guards, rescue organizations and fire departments,” she says.

“Russians and Estonians … act together to put out fires and clean up spills as well as taking part in search and rescue operations.” Everyone works together: their ethnic backgrounds are irrelevant. Personal skills are what matter.

Those ethnic Russians who take part in its work say they are doing so to serve their country, although some in the broader Russian-speaking community of Estonia still believe that the Kaitseliit includes many Estonians with ethno-nationalist views. However, as experience with that organization increases, such views are being dispelled.

One ethnic Russian Estonian citizen with whom Volokhonskaya spoke put it best: people vary in many qualities but the variances among people of the same ethnic group are greater than the variances between such groups.


Les Russes ethniques devenus des citoyens estoniens forment une part croissante de la Ligue de défense estonienne

http://euromaidanpress.com/2018/04/28/ethnic-russians-having-become-estonian-citizens-form-increasing-share-of-estonian-defense-league/
2018/04/28 - 11:59 • ANALYSE & AVIS, RUSSIE

Non seulement les Russes de plus en plus nombreux choisissent de devenir des citoyens estoniens, mais ils rejoignent les rangs du Kaitseliit, la Ligue de défense estonienne qui, jusqu'à récemment, était considérée par beaucoup de russophones comme une organisation nationaliste estonienne profondément antirusse.

Cette évolution, relatée par le journaliste russe Yevgeniya Volokhonskaya pour le compte de Moscou Spektr, est importante. D'une part, il montre que les Russes ethniques qui ont choisi de devenir citoyens estoniens n'agissent pas uniquement pour des raisons pragmatiques, comme l'accès à l'UE, comme le suggèrent certains auteurs de Moscou, mais s'identifient à l'Estonie et à ses valeurs.

D'un autre côté, les institutions estoniennes, même les plus proches du nationalisme estonien, sont tout à fait disposées à accepter les citoyens estoniens russophones comme égaux, ce qui contredit le refus constant de Moscou que la loi estonienne sur la citoyenneté et bien d'autres -nationalisme.

Ces deux facteurs signifient à leur tour que l'Estonie est une société beaucoup plus intégrée que Moscou ne le prétend et que beaucoup d'occidentaux acceptent et que le gouvernement russe ne peut pas compter sur les russophones dans cette république balte pour écouter le chant des sirènes de la propagande du Kremlin. regarder la télévision russe. Volokhonskaya dit que

"Il y a dix ans ... le Kaitseliit était considéré dans le milieu linguistique russe comme un phénomène purement national. Maintenant, cependant, avec les Estoniens ethniques, de plus en plus de résidents russophones rejoignent ses rangs. "

Ses commandants disent, poursuit le journaliste de Moscou, qu'il n'y a pas de "statistiques officielles" sur le nombre de Russes ethniques et le nombre d'Estoniens: "Tous sont Estoniens et il est inapproprié de les diviser sur une base ethnique. "

Plus que presque toute autre institution, le Kaitseliit est étroitement lié à l'histoire de l'Estonie. Il a été formé en 1918 et a existé jusqu'à ce que l'occupation soviétique a commencé en 1940. Ensuite, il a été restauré en 1990 et a existé depuis cette époque. Il compte actuellement plus de 25 000 dans ses rangs.

Ils «coopèrent activement avec les gouvernements locaux, la police, les gardes-frontières, les organisations de secours et les services d'incendie», dit-elle.

«Les Russes et les Estoniens ... agissent ensemble pour éteindre les incendies, nettoyer les déversements et prendre part aux opérations de recherche et de sauvetage.» Tout le monde travaille ensemble: leurs origines ethniques ne sont pas pertinentes. Les compétences personnelles sont ce qui compte.

Les Russes ethniques qui participent à son travail disent le faire pour servir leur pays, bien que certains membres de la communauté russophone plus large d'Estonie croient encore que le Kaitseliit comprend de nombreux Estoniens ayant des opinions ethnonationalistes. Cependant, à mesure que l'expérience avec cette organisation augmente, de tels points de vue sont dissipés.

Un citoyen estonien d'origine russe avec lequel Volokhonskaya a parlé l'a exprimé le mieux: les personnes ont de nombreuses qualités, mais les différences entre les membres d'un même groupe ethnique sont plus grandes que les différences entre ces groupes.
avatar
Caduce62

Messages : 5114
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Dim 29 Avr - 17:43

pour revenir à la guerre froide, la vraie, je suis en train de regarder la 6ème et dernière saison de la série "the americans": l'histoire d'espions russes infiltrés aux Etats Unis dans les années 80 sous de fausses identités.

La série s'efforce de reconstituer le contexte de l'époque de la manière la plus crédible. Elle a eu , surtout au début, le souci de présenter ces espions russes sans partis pris, montrant que leurs méthodes ne sont au final pas très différentes de celles de leurs adversaires.
Une série passionnante comme on aimerait en voir plus souvent. Very Happy
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  benoit77 le Lun 30 Avr - 22:10

Séminaire du 25 mai 2018 « Les risques cyber dans l'espace baltique »
Le problème de la désinformation

  • L’étude l’info-sphère russophone et la question des « fake news », par Rémi Géraud, Ecole Normale supérieure.
  • La lutte contre la désinformation russe en Europe : l’expérience des pays Baltes, par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, directeur de l’IRSEM.
  • Les initiatives multilatérales au niveau de l’UE, de l’OSCE et de l’ONU pour stabiliser le cyberespace, Jean Heilbronn, ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Discutante : Frédérick Douzet, professeur à l’Université Paris 8 et directrice de la chaire Castex de cyber-stratégie de l’IHEDN.
 
Les cyber actions et la cyber-sécurité

  • Le hacking russe dans l’espace post-soviétique, par Kévin Limonier, maître de conférences à l’Université Paris 8.
  • Des cyber-opérations russes ? Le problème de la preuve et de l’attribution, par François Delerue, chercheur cyber à l’IRSEM.
  • Cyber sécurité dans la zone balte, un point de vue otanien et estonien, par le commissaire principal Pascal Brangetto, officier inséré au sein du Centre d’excellence de cyber-défense de l’OTAN à Tallinn de 2013 à 2016.

Discutant : Nicolas Mazzucchi, chargé de recherche à la FRS.

https://www.defense.gouv.fr/irsem/page-d-accueil/nos-evenements/seminaire-du-25-mai-2018-les-risques-cyber-dans-l-espace-baltique
avatar
benoit77

Messages : 2125
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Mar 22 Mai - 6:54

[size=33]Suède: un livret édité à 4,8 millions de copies prépare la population à la guerre[/size]

STOCKHOLM (AFP) 21.05.2018 - 13:59
Exercice de la défense anti-aérienne suédoise sur l'île de Gotland, en septembre 2017 - TT News Agency/AFP/Archives
 [url=https://twitter.com/intent/tweet?url=https://www.courrierinternational.com/depeche/suede-un-livret-edite-48-millions-de-copies-prepare-la-population-la-guerre.afp.com.20180521.doc.1579jw.xml&via=courrierinter&text=Su%C3%A8de: un livret %C3%A9dit%C3%A9 %C3%A0 4,8 millions de copies pr%C3%A9pare la population %C3%A0 la guerre][/url] 
Il parviendra par la poste à tous les foyers suédois: un livret détaille les mesures à prendre en cas de conflit ou de catastrophe naturelle, dans un contexte tendu entre Russes et Occidentaux.
Où se trouvent les abris? Quels aliments stocker? A quelles sources d'information se fier? Edité à la demande du gouvernement en 13 langues, "En cas de crise ou de guerre" sera expédié entre le 28 mai et le 3 juin à 4,8 millions de foyers (sur 10 millions de Suédois).


En vingt pages illustrées, ce court imprimé énonce les menaces auxquelles le pays scandinave est exposé: guerre, attentat, cyberattaque, accidents graves ou catastrophes naturelles.
"Même si la Suède est plus sûre que de nombreux autres pays (...), les menaces existent. Il est important que tous sachent ce que sont ces menaces pour pouvoir se préparer", a expliqué Dan Eliasson, directeur général de l'Agence suédoise de la sécurité civile MSB, lors de la présentation du livret lundi à Stockholm.
"Un conflit militaire à proximité affecterait nos importations de marchandises, notamment alimentaires, même s'il ne s'étendait pas à notre territoire", a souligné à l'AFP Christina Andersson, responsable de la conception de la brochure, disponible en ligne. La dernière de ce type imprimée à l'initiative des autorités remonte à 1961, en pleine Guerre froide.
La Russie n'est pas citée dans le fascicule mais les responsables suédois craignent une agression en cas de conflit ouvert avec l'Otan pour couper la voie maritime à l'Alliance atlantique vers ses membres baltes.
La Suède, qui n'a pas connu de conflit armé sur son territoire depuis plus de deux siècles, ne fait pas partie de l'Otan, mais souscrit au Partenariat pour la paix lancé en 1994 pour développer la coopération militaire entre l'Alliance atlantique et les pays non-membres.
La crainte représentée par la Russie a été ravivée par l'incursion d'un sous-marin non identifié dans l'archipel de Stockholm à l'automne 2014 et plusieurs incursions d'appareils russes dans le ciel suédois.
A la fin de la Guerre froide, la Suède avait considérablement réduit ses dépenses militaires mais l'annexion de la Crimée par Moscou a changé la donne.
Stockholm a annoncé début mars le rétablissement du service militaire dès cet été, sept ans après l'avoir supprimé, et regarni ses forces sur l'île de Gotland, avant-poste exposé en cas de conflit dans la Baltique.
Lundi, le roi Carl XVI Gustaf et le Premier ministre Stefan Löfven ont présidé, à Gotland, à la première création d'un nouveau régiment depuis la Seconde Guerre mondiale, "un signal clair" quant aux priorités stratégiques de Stockholm, selon le ministre de la Défense Peter Hultqvist.
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Lun 28 Mai - 20:12

[size=41]La Pologne voudrait une présence militaire américaine permanente[/size]




Par Le Figaro.fr avec Reuters 
Mis à jour le 28/05/2018 à 16h56 | Publié le 28/05/2018 à 16h53



La Pologne a proposé aux Etats-Unis d'avoir une présence militaire permanente sur son territoire d'après une source gouvernementale à Varsovie. Ce projet inquiète la Russie, qui voit dans l'expansion de l'Otan en direction de ses frontières un facteur de déstabilisation pour l'Europe entière.
Le gouvernement de Varsovie pourrait débloquer jusqu'à deux milliards de dollars pour obtenir cette présence militaire américaine sur son sol, selon une proposition du ministère de la Défense rapportée par les médias polonais. Une source gouvernementale polonaise a confirmé à Reuters l'existence d'une telle proposition. Interrogé à ce propos, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que tout pays souverain avait le droit de prendre de telles décisions mais que cela risquait de nuire à la sécurité en Europe.
» LIRE AUSSI : Clause de défense mutuelle de l'OTAN : une faveur américaine pour la Pologne
"Quand on voit l'expansion progressive des structures militaires de l'Otan en direction de nos frontières (...), il est clair que ce n'est vraiment pas le moyen de renforcer la stabilité et la sécurité sur le continent", a-t-il dit. "Au contraire, ces initiatives expansionnistes conduisent la Russie à prendre des contre-mesures pour maintenir l'équilibre", a souligné Dmitri Peskov. La Pologne a rejoint l'Otan en 1999, en même temps que la Hongrie et la République tchèque. Cinq ans plus tard, la Bulgarie, les trois Républiques baltes, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie adhéraient à l'Alliance.


A confirmer. Mais si ça se fait , ça promet une nouvelle crise avec la Russie. L'afaire Skripal passera pour une aimable plaisanterie Very Happy
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Krispoluk le Lun 28 Mai - 20:27

Alors, en définitive, c'est quand même des "gentils" les polonais ???

Parce qu'en lisant le forum, j'avais parfois l'impression que c'était des "méchants"...  scratch scratch study  ?
avatar
Krispoluk

Messages : 5498
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Lun 28 Mai - 20:49

Krispoluk a écrit:Alors, en définitive, c'est quand même des "gentils" les polonais ???

Parce qu'en lisant le forum, j'avais parfois l'impression que c'était des "méchants"...  scratch scratch study  ?
tu caricatures une fois encore.

Ca n'est pas parce que l'on rejette certains politiques du gvt actuel polonais, qu'on ne peut pas être d'accord sur d'autres aspects.

J'observe que la Pologne est un des rares pays européens à atteindre l'objectif de 2% du pib pour le budget de la défense, ce que je trouve tout à fait sain.
Ils prennent leur responsabilité au lieu de tout attendre des autres, ce que les EU ont bcp critiqué, à raison , ces dernières années.
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Krispoluk le Lun 28 Mai - 21:17

travellergillou76 a écrit:
Krispoluk a écrit:Alors, en définitive, c'est quand même des "gentils" les polonais ???

Parce qu'en lisant le forum, j'avais parfois l'impression que c'était des "méchants"...  scratch scratch study  ?
tu caricatures une fois encore.

Ca n'est pas parce que l'on rejette certains politiques du gvt actuel polonais, qu'on ne peut pas être d'accord sur d'autres aspects.

J'observe que la Pologne est un des rares pays européens à atteindre l'objectif de 2% du pib pour le budget de la défense, ce que je trouve tout à fait sain.
Ils prennent leur responsabilité au lieu de tout attendre des autres, ce que les EU ont bcp critiqué, à raison , ces dernières années.

Je rigole, hein ! Kamarade... Laughing Laughing Laughing

Faut pas stresser comme ça ! Evil or Very Mad    Il y a du soleil sur la France et le reste n'a pas d'importance ! Laughing Laughing sunny cheers
avatar
Krispoluk

Messages : 5498
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Matt le Mar 29 Mai - 0:34

Bon, y en a un peu raz le bol de ce topic.
Alors retour à la guerre froide => oui et elle est voulue par le Kremlin.
Ils usent de leur stratégie gesticulatoire habituelle, mais rien ne leur permet de mettre en oeuvre leurs vœux. 
Quoique la Russie s'arme de plus en plus, mais est loin d'atteindre l'OTAN.
Donc on en reste à l'image du Kuznetsov voguant dans un nuage de fumée bien poluante.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7875
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  travellergillou76 le Mar 5 Juin - 12:52

[size=42]La Suède active sa « défense totale »[/size]
Abandonnée à la fin de la guerre froide, la doctrine est de nouveau une priorité pour le royaume, inquiet de l’instabilité dans la région depuis l’annexion de la Crimée par la Russie.
LE MONDE | 05.06.2018 à 10h12 • Mis à jour le 05.06.2018 à 10h39 |Par Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), correspondante régionale)
 Réagir Ajouter
Partager (3)Tweeter


Le décor met immédiatement en condition. Un bunker, construit dans les années 1950, dans un parc de Landskrona, petite ville du sud de la Suède. Sous la lumière des néons, un public presque exclusivement féminin écoute Charlotte Kramer, institutrice de 55 ans, et sa collègue, Anna-Kerstin Arvidsson, enseignante à la retraite de 73 ans. Les deux énergiques Suédoises animent un cours de survie, dans le cadre de la semaine nationale de préparation aux situations d’urgence qui vient de se terminer.
Au programme : la guerre. « Toutes les personnes de 16 à 70 ans ont le devoir de contribuer à la défense totale du pays », martèle Anna-Kerstin, faisant référence à la doctrine adoptée par la Suède pendant la guerre froide et remise au goût du jour depuis 2015. « Cela signifie qu’en cas d’attaque, l’armée n’est pas seule responsable de la défense, mais toutes les branches de la société et chacun d’entre nous », renchérit Charlotte, pendant que sa collègue détaille le contenu du kit de survie du parfait petit résistant : une radio d’urgence à manivelle, des jerricanes pliables, un réchaud, des conserves…
Toutes deux sont membres de Lottakaren, l’Association des forces de défense volontaire des femmes. Au plus fort de la guerre froide, l’organisation créée en 1924 pouvait mobiliser 110 000 civiles en deux heures, en renfort de l’armée. Aujourd’hui, les « Lottas » ne sont plus que 4 500, mais leur présidente, Barbro Isaksson, constate un regain d’intérêt depuis deux ans, avec « deux fois plus de candidates que de postes listés par l’armée ».
Lire aussi :   En Suède, un livret pour se préparer à la guerre
Gérante d’une boutique de vêtements à Malmö, Annika Teklic prend des notes : « S’il arrivait quelque chose et que je n’étais pas préparée, je ne me le pardonnerais jamais. » Sans pouvoir identifier de menaces spécifiques,cette mère de famille, âgée de 45 ans, évoque une inquiétude diffuse, renforcée par la découverte, le jour même, dans sa boîte aux lettres, de la brochure En cas de crise ou de guerre, envoyée par l’Agence nationale de la protection civile (MSB) à 4,8 millions de foyers suédois.

Un message « difficile à faire passer »

Dans le centre de Landskrona, de grands cubes roses interpellent les passants : « Que feriez-vous sans eau » ou « sans électricité » ? L’objectif, explique Hakan Nilsson, directeur de la sécurité de la commune, est de « susciter une prise de conscience ». Car le jour où le pire adviendra, « la mairie ne pourra pas s’occuper de vous : si vous n’avez pas stocké d’eau ou de nourriture, tant pis pour vous ! Notre mission est de sécuriser les fonctions essentielles de la société. »
Dans un pays qui n’a pas connu la guerre depuis plus de deux cents ans, le message est « difficile à faire passer », reconnaît M. Nilsson. Mais les temps ont changé. Fini l’optimisme né de la dissolution du bloc soviétique et l’époque où la Suède renonçait à sa défense territoriale au profit d’une armée professionnelle, tournée vers les opérations à l’étranger.
« LA RUSSIE, PAR SES AGISSEMENTS, A MONTRÉ QU’ELLE VOULAIT EXERCER LE CONTRÔLE SUR SON VOISINAGE. LES ETATS BALTES POURRAIENT DEVENIR UN TERRAIN D’OPÉRATION, CE QUI AFFECTERAIT LA SUÈDE », BJÖRN VON SYDOW, DÉPUTÉ
« Le conflit en Géorgie en 2008, puis l’invasion de la Crimée par la Russie en 2014, ont créé de l’insécurité dans la région », constate le député Björn von Sydow. Il préside la Commission de défense parlementaire, chargée de dessiner les orientations militaires du pays pour 2021-2025. Dans son rapport publié fin décembre, cet organisme estimait qu’« une attaque armée contre la Suède ne peut être exclue » et recommandait d’allouer 400 millions d’euros par an à la reconstruction de la « défense totale » du pays.
Les dirigeants suédois n’hésitent plus à nommer l’ennemi : « La Russie, par ses agissements, a montré qu’elle voulait exercer le contrôle sur son voisinage. Les Etats baltes pourraient devenir un terrain d’opération, ce qui affecterait la Suède », affirme Björn von Sydow. Des incursions répétées d’appareils militaires russes dans l’espace aérien suédois et des campagnes de désinformation menées contre des élus du royaume alimentent les théories.
Lire aussi :   Comment la Suède a durci sa politique d’asile
Depuis 2015, le pays a investi massivement dans son armée, rétabli le service militaire obligatoire, remilitarisé l’île de Gotland. Mais ce n’est pas suffisant, assure Björn von Sydow :
« Nous avons également besoin d’une défense civile crédible qui serve de force de dissuasion. Si nous montrons que nous sommes prêts à résister, un potentiel assaillant pourrait être forcé de revoir ses calculs. »
[size]

Hypothèse de conflit armé

L’Agence nationale de la protection civile, chargée de coordonner les efforts des agences gouvernementales, régions et associations, travaille sur la base de quatre scénarios. Ils vont d’un incident international majeur, forçant le gouvernement à mettre le pays en état d’alerte, à une offensive militaire, avec occupation partielle du territoire et des dizaines de milliers de victimes.
« Nous estimons qu’il faudrait attendre trois mois avant que la Suède obtienne un soutien efficace de la part de l’OTAN [dont elle n’est pas membre] et de ses voisins », précise Björn von SydowTrois mois pendant lesquels le pays devra « fonctionner aussi normalement que possible », précise Magnus Dyberg-Ek, coordinateur de la défense civile à MSB.
Fin 2016, les 290 communes ont été informées que leur gestion de crise en temps de paix devait désormais prendre en compte l’hypothèse d’un conflit armé. Landskrona a investi dans 12 générateurs mobiles, élaboré un plan d’urgence « eau », perfectionné son système d’alerte… « Nous n’en sommes qu’au début », assure Hakan Nilsson, qui s’interroge : faudra-t-il, par exemple, construire des abris antiaériens, alors que ceux qui existent ont souvent été convertis en garages à vélos ?
Lire aussi :   Islande, Danemark et Suède, champions des dépenses d’éducation en Europe
Mêmes hésitations du côté de l’Agence de la sécurité sociale, qui, comme toutes les agences gouvernementales, a jusqu’à la fin de l’année pour dresser la liste de ses employés mobilisables en temps de guerre. « Notre rôle est de continuer à verser les allocations et d’indemniser les employés mobilisés, explique Birgitta Malsätter, responsable de la sécurité. Mais sans électricité, dans une société où la quasi-totalité des paiements est électronique, cela risque d’être compliqué. »
La Suède joue-t-elle à se faire peur ? « Ce mouvement de pendule, d’un extrême à l’autre, est assez caractéristique de ce pays », reconnaît Ann Ödlund, de l’Institut de la défense totale (FOI) . En même temps, « si nous sommes prêts pour la guerre, nous pourrons affronter n’importe quelle crise », observe Catrin Molander, directrice de la sécurité à l’Agence de l’agriculture.

[/size]
avatar
travellergillou76

Messages : 949
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  lemonline le Mar 5 Juin - 15:02

Sincèrement, penses-tu un seul instant que la Russie risquerait de s'aventurer dans les pays baltes, en Pologne, puis en Suède?
avatar
lemonline

Messages : 513
Date d'inscription : 12/10/2015
Age : 46
Localisation : Lorraine/Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: le retour de la guerre froide?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum