Et en Russie !

Page 13 sur 24 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 18 ... 24  Suivant

Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Ven 2 Mar - 17:40

Il y a quand même quelques opposants russes !!


ПОСЛАНИЕ В АД


http://yakovenkoigor.blogspot.fr/2018/03/blog-post_1.html

Путин послал Россию в 14-й раз. На этот раз прямиком в ад.

Сначала он унылой скороговоркой выполнил обязательную программу. По-быстрому наврал про то, как здорово будут жить россияне при уже пожизненном его правлении. Про это Путин врал нехотя и неубедительно. Сыпал совершенно «потолочными» цифрами про то, насколько бедность сократится, а продолжительность жизни, наоборот, увеличится. Про то, что доходы станут больше, а вода еще мокрее, чем нынче…

Было видно, как он спешит перейти ко второй, главной части своего послания, в которой Россия и была послана в ад. Канал «Открытые новости» Михаила Ходорковского сделал тематический хронометраж послания. Про бедность и доходы Путин говорил 3 минуты. Про демографию и материнство -2 минуты. Пенсионеры и продолжительность жизни – 4. Жилье и здравоохранение – по 5. Экология – 2 минуты. Образование – 10. Экономика и бизнес – 15 минут. Почти 40% послания, 42 минуты Путин говорил о том, как Россия легко и быстро сможет убить всех людей на планете.

Собственно, именно для этой, главной части послания и было перенесено место – в выставочном зале «Манеж». О новых видах вооружения Путин рассказывал долго, подробно и любовно. Было видно, что он любит это дело. Для того чтобы все собравшиеся и все россияне тоже полюбили смертоносные железяки, Путин стал показывать про них мультики. Вот посмотрите, приглашал Путин, это – «Сармат». Смотрите, какой он большой, толстый, как он быстро летает и ловко уворачивается от вражеских ПРО и ПВО, которые зачем-то пытаются защитить свои города от смерти. А вот, посмотрите, какой у нас есть «Кинжал», он убьет всех, кого не убил «Сармат». А вот еще что мы придумали! Это же фантастика! Ни у кого такого нет! Плавает под водой быстрее всех и убивает всех из-под воды! Мы этому чуду название еще не придумали, пусть россияне сами его назовут.

Путин показывает мультики собравшимся депутатам, сенаторам, артистам, спортсменам и другим представителям общественности, а те восторженно хлопают, обращают друг к другу радостные лица, стремясь поделиться счастьем, от того, как много у нас, оказывается, этого нового, такого свежего смертоносного дерьма, и как нас теперь весь мир будет бояться.
Говорят, что мультики про страшные орудия убийства, которые показал Путин, довольно пожилые. Говорят, что им более 10 лет, и что все это «богатство» пока не летает, не плавает и никого пока убить не сможет. Возможно, это были путинские понты. Наверняка, это был предвыборный пиар, а заодно, стремление компенсировать то унижение, которое испытал Путин, когда вынужден был безмолвно и безропотно проглотить уничтожение российских наемников в Сирии. За это унижение Путин ежедневно мстит сирийцам, убивая их без счета с воздуха. Американцев Путин тронуть боится, так хоть пугнуть…

Ад, в который Путин послал Россию, уже существует и расположен в его голове. Фрагментом этого ада Путин поделился в послании. В той части, где он жалуется на  обиды, перенесенные Россией в конце прошлого века, идет перечисление потерь: «После развала СССР Россия утратила 23,8% территории, 48,5% населения, 41% ВВП, 39,4% промышленного и 44,6% военного потенциала». Конец цитаты.

Во главе России стоит человек, который убежден, что территория Украины, Казахстана, стран Балтии и других соседних государств – это все утраченные земли России, а граждане всех этих 14 государств – это подданные, которых Россия «утратила». Путин прямо не заявляет, что утраченное надо вернуть, но вполне очевидно, что это следующий шаг развития того ада, который творится в его голове.

То, что Путин втягивает Россию в гонку вооружений, которую в свое время не выдержал намного более мощный СССР, это полбеды. Проблема в том, что, оказавшись на краю личной катастрофы, подведя страну к развалу, а себя к неизбежному трибуналу, этот ё@@утый параноик вполне может попытаться утянуть за собой в ад весь мир. И то, что он в этом послании всему миру продемонстрировал содержимое своей головы, это не так уж плохо. «Предупрежден - значит вооружен», - возможно, на этот раз латинская поговорка окажется истинной…

MESSAGE À L'ENFER

Poutine a envoyé la Russie pour la 14ème fois. Cette fois-ci tout droit en enfer.

Au début, il se conformait parfaitement au programme obligatoire. D'une manière rapide, il a menti au sujet de la façon dont les Russes vivront sous sa règle de vie. A propos de ce Poutine a menti à contrecœur et sans conviction. Des chiffres absolus ont été remplis sur la réduction de la pauvreté et, au contraire, sur l'espérance de vie. Sur le fait que les revenus vont augmenter, mais l'eau est encore plus humide qu'aujourd'hui ...

Il était évident qu'il était pressé de passer à la deuxième partie de son message, dans laquelle la Russie était envoyée en enfer. La chaîne "Open News" de Mikhaïl Khodorkovski a fait un chronométrage thématique pour le message. Poutine a parlé de la pauvreté et du revenu pendant 3 minutes. A propos de la démographie et de la maternité -2 minutes. Retraités et espérance de vie - 4. Logement et soins de santé - selon 5. Écologie - 2 minutes. Éducation - 10. Économie et affaires - 15 minutes. Presque 40% du message, 42 minutes Poutine a parlé de la façon dont la Russie peut facilement et rapidement tuer tous les habitants de la planète.

En fait, c'était pour cela, la partie principale du message, que l'endroit a été déplacé - dans le hall d'exposition "Manezh". Poutine a parlé de nouveaux types d'armes pendant longtemps, en détail et avec amour. Il était clair qu'il aimait cette affaire. Pour s'assurer que tous les Russes et tous les Russes tombaient amoureux de pièces de fer mortelles, Poutine commença à montrer des dessins sur eux. Regardez, Poutine a invité, c'est Sarmat. Voyez comme il est gros, à quel point il est épais, à quelle vitesse il vole et esquive adroitement la défense antimissile et la défense aérienne ennemies, qui, pour une raison quelconque, essaient de protéger leurs villes de la mort. Mais regardez, quel genre de "Dague" nous avons, il va tuer tous ceux qui n'ont pas été tués par le "Sarmat". Et voici ce que nous avons imaginé! C'est fantastique! Personne ne le fait pas! Flotte sous l'eau plus rapidement et tue tout le monde de l'eau! Nous n'avons pas encore inventé ce miracle, que les Russes l'appellent.

Poutine montre des dessins aux députés, sénateurs, artistes, sportifs et autres membres du public, et ils giflent avec enthousiasme, se tournent l'un vers l'autre des visages joyeux, essayant de partager le bonheur, combien nous en avons, cette nouvelle, si fraîche et mortelle merde, et comment le monde entier aura peur de nous maintenant.
Ils disent que les caricatures sur les terribles outils du meurtre, que Poutine a montrés, sont assez anciennes. Ils disent qu'ils ont plus de 10 ans, et que toute cette "richesse" ne vole pas encore, ne nage pas et ne peut tuer personne. Peut-être que c'était le show-off de Poutine. Bien sûr, c'était un PR pré-électoral, et en même temps, le désir de compenser l'humiliation que Poutine a éprouvée quand il a été forcé de silencieusement et sans murmurer d'avaler la destruction des mercenaires russes en Syrie. Pour cette humiliation, le quotidien de Poutine venge les Syriens, les tuant sans les billets d'avion. Les Américains ont peur de toucher Poutine, au moins pour effrayer ...

L'enfer, à qui Poutine a envoyé la Russie, existe déjà et se situe dans sa tête. Un fragment de cet enfer, Poutine partagé dans le message. Dans la partie où il se plaint des griefs de la Russie à la fin du siècle dernier, il y a un transfert de pertes: «Après l'effondrement de l'URSS, la Russie perdait 23,8% du territoire, 48,5% de la population, 41% du PIB, 39,4% , 6% du potentiel militaire. " Fin de citation.

La Russie est dirigée par une personne qui est convaincue que le territoire de l'Ukraine, du Kazakhstan, des pays baltes et des autres pays voisins est la terre perdue de la Russie, et que les citoyens de ces 14 Etats sont des sujets "perdus". Poutine ne dit pas explicitement que la perte doit être retournée, mais il est tout à fait évident que c'est la prochaine étape dans le développement de cet enfer qui se passe dans sa tête.

Le fait que Poutine traîne la Russie dans la course aux armements, qui à une époque ne pouvait pas résister à une Union soviétique beaucoup plus puissante, est la moitié du problème. Le problème est que, étant sur le bord d'une catastrophe personnelle, amenant le pays à la désintégration, et lui-même devant le tribunal inévitable, ce paranoïaque pourrait bien essayer d'entraîner le monde entier en enfer. Et le fait qu'il ait montré le contenu de sa tête dans ce message au monde entier n'est pas si mauvais. "Prévenu - signifie armé" - peut-être cette fois le proverbe latin s'avère être vrai ...
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Ven 2 Mar - 17:44




avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Sam 3 Mar - 1:27

Janchik a écrit:

Du bluff, du bluff, encore du bluff !!! Lors de son discours et pour présenter ces nouvelles armes "invincibles", Poutine a utilisé des vidéo en 3D.... datant de 2007!!! C'est sûr, les élections sont proches, alors rassurons nos électeurs sur notre puissance militaire "invincible"... sauf par la rouille. A gerber, une fois de plus  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Quant on parle de mensonges en tout genre . . .  Twisted Evil

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Sam 3 Mar - 17:55

L'ombre de Poutine


ROMAN TSYMBALIUK

Article intéressant, mais assez long dont je vous livre le tout début.  Embarassed

Le premier fugitif ukrainien, l'ex-président Viktor Ianoukovitch, s'est montré au public après une longue pause. Cette fois, il n'est pas allé à Rostov et a donné une conférence de presse au centre-ville de Moscou.

Mesures de sécurité renforcées à l'extérieur du siège de l'agence de presse TASS, double contrôle à l'intérieur du bâtiment, aucun liquide extérieur autorisé. Ianoukovitch entre dans la salle de presse, accompagné de cinq gardes du corps ...


Projections en l’honneur d’Oleg Sentsov sur les murs de l’ambassade de Russie de New-York



Les projections, consacrées au cinéaste ukrainien Oleg Sentsov illégalement emprisonné en Russie, ont été projetées sur le bâtiment de l'ambassade de Russie à New York.

Polina Kovaleva, la directrice des programmes de libre expression eurasiatiques du club PEN America, Polina Kovaleva, instigateur de l’événement, a posté des photos sur Facebook, selon une information de Hromadske.

Les différents club Pen, aux Etats-Unis comme en Europe, ont à plusieurs reprises exprimé à plusieurs reprises leur soutien au prisonnier politique Sentsov, ainsi qu’à d’autres ukrainiens détenus illégalement en Russie, comme le correspondant d’Ukrinform à Paris, Roman Souchtcheko.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Dim 4 Mar - 12:04

Moscou voit l'extension des sanctions des États-Unis à propos de l'Ukraine comme illégales

Peskov said Moscow has never been the initiator of these sanctions.

Reuters

The Kremlin considers sanctions against Russia over the situation in Ukraine that Washington extended for one more year as unlawful, Russia's RIA state news agency quoted the Kremlin spokesman as saying on Saturday.

U.S. President Donald Trump, in a letter dated March 2 and published on the White House website, said sanctions against Russia for its role in the Ukrainian crisis and annexation of Crimea should remain in place beyond March 6, Reuters wrote.

"I am continuing for 1 year the national emergency declared in Executive Order 13660," Trump said in the letter published on www.whitehouse.gov. 

Dmitry Peskov, spokesman for President Vladimir Putin, said Moscow has never been the initiator of these sanctions.

"We consider them as unlawful and harmful not only for the people of our two countries but for the whole world," RIA quoted Peskov as saying.

The U.S. imposed sanctions against Russia in 2014, targeting individuals and slapping restrictions on the Russian banking, energy and technology sectors that limited their access to global capital markets and cooperation with foreign partners.



Selon M. Peskov, Moscou n'a jamais été l'initiateur de ces sanctions.

Le Kremlin considère que les sanctions contre la Russie à l'égard de la situation en Ukraine ont été prolongées pendant une année de plus par Washington, a rapporté samedi le porte-parole du Kremlin.

Le président américain Donald Trump, dans une lettre datée du 2 mars et publiée sur le site de la Maison Blanche, a déclaré que les sanctions contre la Russie pour son rôle dans la crise ukrainienne et l'annexion de la Crimée devraient durer au-delà du 6 mars écrit Reuters.

"Je continue pendant 1 an l'urgence nationale déclarée dans le décret exécutif 13660", a déclaré Trump dans la lettre publiée sur www.whitehouse.gov.

Dmitry Peskov, porte-parole du président Vladimir Poutine, a déclaré que Moscou n'avait jamais été l'initiateur de ces sanctions.

"Nous les considérons comme illégaux et nuisibles non seulement pour les peuples de nos deux pays, mais pour le monde entier", a déclaré M. Peskov.

Les États-Unis ont imposé des sanctions contre la Russie en 2014, ciblant des particuliers et imposant des restrictions aux secteurs bancaire, énergétique et technologique russes qui limitaient leur accès aux marchés mondiaux de capitaux et leur coopération avec des partenaires étrangers.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Mar 6 Mar - 12:26

Russia smearing Ukraine defense sector in attempt to win back Indian market

In recent years, Russia has been losing its positions at India's defense market, which is explained by their lagging technology and the Indian Government’s intent to diversify arms suppliers, eyeing the United States, Ukraine, South Korea, and others.

Reuters

Russia launched a smear campaign to discredit its major competitors in India and try to win back the market.

Among its targets is Ukraine's defense industry, Defence Blog reports.

Russia seeks to press Ukraine's defense players out of India in order to compensate for its own losses. After all, India remains Ukraine’s largest trading partner in the field of military-technical cooperation. In the period from 2015 to 2017, Ukraine fulfilled contracts worth a total of some $400 million, including those on IAF's An-32 aircraft repair and gas turbine power units for warships.

UkrOboronProm's Zorya-Mashproekt alone has over the past three years supplied to India products totaling over $200 million, providing Indian ships with power units.

It is worth noting that within the framework of the agreements signed with Indian corporations, Ukraine is making more effort to win tenders within the “Make in India” program to receive orders from the Indian government in the field of aircraft manufacture and repair, modernization of armored vehicles, marine engineering maintenance, and UAV production and supply.


Ukraine's SpecTechnoExport has successfully fulfilled its contract with HAL Corporation for the supply of beam holders. In December 2017, Ukraine saw another application for more beam holders supplies, and in February 2018, such order came from the Ministry of Defense of India totaling over $3 million.

It is noteworthy that it was in the framework of this contract that an information campaign against Ukraine was launched. Unverified and unconfirmed reports were spun on the Ukrainian company's alleged failure to fulfill the contract. The anti-Ukrainian campaign reached its peak during the active phase of negotiations with foreign contractors on the conclusion of a new contract for the supply of Ukrainian beam holders.

This can be seen as a manifestation of dishonest and unfair competition on the part of Russia, which has been doing its utmost to reverse a negative trend for its defense companies on the Indian market.

Russia has lost to the Americans a number of key tenders on combat and heavy transport helicopters. Besides, the Indian-Russian Fifth Generation Fighter Aircraft project is at risk of failure. Over the past eight years, the final aircraft design contract has not been signed as the Indians are reportedly not happy with weak engines, as well as its radar and stealth systems. The Indian side might end up closing down the whole project, opting for an American F-35. If India quits, Russia will have to reduce next-generation aircraft production due to lack of funds.

Russia also proved to be a rather unreliable partner in defense area. In December 2015, the Comptroller and Auditor General (CAG) of India represented an expert opinion on the operation of Russian Su-30MKI fighters. According to the auditor’s report, 126 out of 210 fighter jets operated by Indian crews are grounded following malfunctions. According to the Indian Ministry of Defense, six aircraft have been lost since the start of operations.

In August 2016 came the reports that Russia had sold more defective fighter jets: MiG-29K and MiG-29KUB. According to the audit report, 62% of Russian engines are non-serviceable.

These cases show that Russia's import substitution program is in tatters. Given their use of components to almost all types of military equipment produced in NATO countries and EU, a set of sanctions made Russian engineers and designers face an obstacle now impossible to tackle simply over the lack necessary components.

La Russie salit le secteur de la défense ukrainien pour tenter de reconquérir le marché indien
Ces dernières années, la Russie a perdu ses positions sur le marché de la défense indien, ce qui s'explique par leur technologie à la traîne et l'intention du gouvernement indien de diversifier leurs fournisseurs d'armes, notamment les Etats-Unis, l'Ukraine et la Corée du Sud.


La Russie a lancé une campagne de dénigrement pour discréditer ses principaux concurrents en Inde et tenter de reconquérir le marché.

L'industrie de défense de l'Ukraine figure parmi ses cibles, rapporte Defence Blog.

La Russie cherche à faire pression sur les joueurs de la défense de l'Ukraine à l'extérieur de l'Inde afin de compenser ses propres pertes. Après tout, l'Inde reste le principal partenaire commercial de l'Ukraine dans le domaine de la coopération militaro-technique. De 2015 à 2017, l'Ukraine a exécuté des contrats d'une valeur totale de quelque 400 millions de dollars, y compris ceux des unités de réparation d'aéronefs et de turbines à gaz An-32 de l'IAF pour les navires de guerre.

Le Zorya-Mashproekt d'UkrOboronProm a fourni à lui seul, au cours des trois dernières années, des produits totalisant plus de 200 millions de dollars, fournissant aux navires indiens des unités de puissance.

Il convient de noter que dans le cadre des accords signés avec des sociétés indiennes, l'Ukraine fait plus d'efforts pour remporter des appels d'offres dans le cadre du programme "Make in India" pour recevoir des commandes du gouvernement indien dans le domaine de la fabrication et réparation d'avions. les véhicules blindés, l'entretien de l'ingénierie maritime et la production et l'approvisionnement de drones.


L'entreprise SpecTechnoExport de l'Ukraine a rempli avec succès son contrat avec HAL Corporation pour la fourniture de porte-poutres. En décembre 2017, l'Ukraine a vu une autre demande pour davantage de fournitures de porte-poutres, et en février 2018, une telle commande est venue du ministère de la Défense de l'Inde pour un total de plus de 3 millions de dollars.

Il est à noter que c'est dans le cadre de ce contrat qu'une campagne d'information contre l'Ukraine a été lancée. Des rapports non vérifiés et non confirmés ont été publiés sur le prétendu manquement de la société ukrainienne à l'exécution du contrat. La campagne anti-ukrainienne a atteint son apogée au cours de la phase active des négociations avec les entrepreneurs étrangers sur la conclusion d'un nouveau contrat pour l'approvisionnement des détenteurs de poutres ukrainiennes.

Cela peut être considéré comme une manifestation d'une concurrence déloyale et déloyale de la part de la Russie, qui a fait tout son possible pour inverser la tendance négative de ses sociétés de défense sur le marché indien.

La Russie a perdu aux mains des Américains un certain nombre d'appels d'offres sur des hélicoptères de combat et de transport lourd. En outre, le projet d'avion de chasse de la cinquième génération indo-russe risque d'échouer. Au cours des huit dernières années, le contrat de conception finale de l'avion n'a pas été signé, car les Indiens ne seraient pas satisfaits des moteurs faibles, ainsi que de ses systèmes radar et furtifs. Le côté indien pourrait finir par fermer l'ensemble du projet, optant pour un F-35 américain. Si l'Inde se retire, la Russie devra réduire la production d'avions de prochaine génération en raison du manque de fonds.

La Russie s'est également avérée être un partenaire peu fiable dans le domaine de la défense. En décembre 2015, le contrôleur et vérificateur général (CAG) de l'Inde a présenté un avis d'expert sur l'opération des chasseurs Su-30MKI russes. Selon le rapport de l'auditeur, 126 avions de combat sur 210 opérés par des équipages indiens sont échoués suite à des dysfonctionnements. Selon le ministère indien de la Défense, six avions ont été perdus depuis le début des opérations.

En Août 2016, les rapports que la Russie avait vendu plus d'avions de combat défectueux: MiG-29K et MiG-29KUB. Selon le rapport d'audit, 62% des moteurs russes sont inutilisables.

Ces cas montrent que le programme de substitution des importations de la Russie est en lambeaux. Compte tenu de leur utilisation de composants pour presque tous les types d'équipements militaires produits dans les pays de l'OTAN et de l'UE, un ensemble de sanctions a obligé les ingénieurs et les concepteurs russes à faire face à un obstacle désormais impossible à surmonter.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mer 7 Mar - 13:26

LE HARCELEMENT SEXUEL EN RUSSIE

AFP, publié le mercredi 07 mars 2018 à 11h05

Pendant deux mois, Sofia Roussova, une journaliste russe de 32 ans, n'osait plus marcher seule dans la rue: depuis une interview, un élu local l'inondait de SMS à connotation sexuelle, la suivait et l'a même agressée devant chez elle.

"Je savais que la police ne réagirait pas", raconte-t-elle à l'AFP. Quant à ses collègues, ils lui "disaient qu'elle pouvait être contente puisque quelqu'un s'intéressait beaucoup" à elle, ajoute la jeune femme.

Le 27 février, Sofia Roussova a enfin osé parler de son harceleur sur les ondes de la radio Govorit Moskva. Comme Ekaterina Kotrikadzé, vice-présidente de la chaîne de télévision russe RTVI, qui a affirmé fin février avoir été harcelée sexuellement en 2011 par un député, Léonid Sloutski.

"Il a commencé à me toucher, il a essayé de m'embrasser... je l'ai repoussé et je me suis enfuie", a expliqué sur sa chaîne la journaliste, âgée de 26 ans au moment des faits.

Accusé par plusieurs autres femmes, Léonid Sloutski, qui dirige le comité des Affaires étrangères de la Douma, ne s'est pas contenté de démentir: il s'est félicité auprès de l'agence TASS d'avoir "gagné en autorité" grâce à ce scandale.

L'URSS a été pionnière en termes de droits des femmes il y a un siècle et le 8 mars y a été décrété férié en 1965, ce qu'il est toujours dans la Russie actuelle. Mais les cas de harcèlement sexuel y sont le plus souvent relativisés, voire traités avec ironie.

Cette tendance n'a pas changé malgré l'émergence des mouvements #MeToo ou #balancetonporc, d'autant que la Russie se pose ces dernières années en championne des valeurs traditionnelles en contraste avec ce qui est présenté comme un déclin moral occidental.

Les accusations portées contre Leonid Sloutski ont cependant encouragé d'autres femmes à rendre publics des faits de harcèlement dont elles se disent victimes, comme la journaliste Elena Kriviakina dans le tabloïd pro-Kremlin Komsomolskaïa Pravda.

Mercredi, une journaliste du service russe de la BBC, Farida Roustamova a pris à son tour la parole contre M. Sloutski, pour que ses collègues n'aient "pas peur d'en parler", a-t-elle écrit sur Facebook.

Pour Aliona Popova, à la tête de l'association féministe The W Project, "ces femmes qui prennent la parole sont nos héroïnes, elles veulent forcer la société russe à changer".

"Je suis lucide, il y a de grandes chances que rien n'arrive à Sloutski", a-t-elle admis. "Mais leur courage va inspirer d'autres femmes à prendre la parole: pour moi, c'est le début d'une version russe du mouvement #MeToo."

- 'Changez de travail' -

Parti de la révélation de cas de harcèlement sexuel et de viol présumés par le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, le mouvement #MeToo a reçu en Russie un accueil très froid et des actrices ont même pris la défense de M. Weinstein.

Agnia Kouznetsova a ainsi conseillé, sur le site Meduza, aux femmes de "ne pas se conduire comme des prostituées" tandis que Lioubov Tolkanina a jugé "génial" d'être harcelée par "un homme qui a autant de pouvoir: la seule grosse erreur vient des femmes qui en parlent."

Le député Sloutski, qui a accusé ses détracteurs de "vouloir faire de (lui) le Harvey Weinstein russe", a reçu un soutien quasi unanime de la part de ses collègues à la Douma, dont de nombreuses femmes.

"Nous ne sommes pas en Amérique ou en Europe. Pourquoi devrions-nous tout copier?", a jugé la présidente du Comité parlementaire pour la Femme Tamara Pletnevaa au site Gazeta.

"Vous avez peur de travailler à la Douma? Si c'est le cas, changez de travail", a lancé mercredi à une journaliste le chef de la Douma, Viatcheslav Volodine.

- Vide législatif -

Héritière de l'Union soviétique, qui a accordé le droit de vote aux femmes en 1917 et celui d'avorter en 1920, la Russie a connu depuis des reculs notables comme l'adoption début 2017 d'une loi sur la dépénalisation des violences domestiques.

Seule parlementaire à s'être rangée publiquement du côté des journalistes qui accusent M. Sloutski, la députée Oksana Pouchkina a regretté le vide juridique entourant le harcèlement sexuel.

Lorsque Mme Pouchkina a annoncé sa volonté de faire une loi qui "oblige les hommes à contrôler leurs mains et leurs émotions" au travail, on lui "a dit qu'il faudrait 15 ans pour faire de cette loi une réalité", a-t-elle soupiré à la télévision.

Pour la féministe Aliona Popova, la priorité est aussi de fournir "une plateforme sécurisée pour que les femmes puissent parler librement" mais aussi "des outils simples comme l'interdiction pour les harceleurs d'approcher leurs victimes".

"Il y a 12 millions de femmes en plus en Russie que d'hommes: nous sommes une majorité qui se fait traiter comme une minorité", regrette-t-elle avant de promettre: "Notre voix finira par porter."
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Mer 7 Mar - 13:59

Dans un autre genre:

Un ex-consul de Belgique jugé pour espionnage au service de Moscou  Shocked

Un ancien consul de Belgique au Maroc est jugé, le 7 mars, pour avoir été un agent double du KGB durant dix-sept ans. Selon lui, dans le but de rapprocher les peuples. Il risque vingt ans de prison. Une histoire d'espionnage, de Russie soviétique et de diplomatie à l'ancienne.


© Christian De Metter

Pol G. a 87 ans et pas de remords. Diminué physiquement, il vit aujourd'hui en France et n'entend pas se présenter à son procès, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. " Je suis vieux et impotent, je ne me déplacerai que si c'est indispensable, nous explique- t-il par téléphone, depuis son lieu de retraite, du ton assuré de celui qui a gardé toute sa tête. Mais c'est une affaire si vieille qu'elle n'a plus de sens ! Toute cette histoire s'est déroulée il y a vingt-cinq ans. Il faut se remettre dans l'atmosphère de l'époque, le mur de Berlin tombait, les temps étaient à la Perestroïka. C'était la guerre froide. "

A cette époque, à la fin des années 1980, la Belgique est un nain politique qui présente de l'intérêt pour l'ogre encore soviétique et son puissant service de renseignement, le KGB. Pol G., lui, est un diplomate aguerri, homme de l'ombre des chancelleries. Ses intérêts et ceux de Moscou vont se rejoindre. Ce que Pol G. assume de A à Z. Il sera jugé le 7 mars, sur citation directe du parquet fédéral, pour crime contre la Sûreté de l'Etat. Il encourt vingt ans de prison.

Homme élégant et raffiné, Pol G. entre au ministère des Affaires étrangères en 1969. Ce père de cinq enfants a travaillé au sein de nombreux consulats pour la Belgique. Passé par les ambassades en Guinée, au Sénégal et au Zaïre (ex-République démocratique du Congo), il devient consul en fin de carrière. Son rôle au sein de ces bouts de royaume à travers le monde : la gestion du personnel et la délivrance de visas pour la Belgique. Après un intermède de plusieurs années en France, le voilà nommé, pour sa fin de carrière, comme vice-consul à Casablanca. C'est là qu'il noue les amitiés qui lui vaudront de tels ennuis, vingt-cinq ans plus tard.

Acte I. L'ami soviétique

Déjà, à Conakry (capitale guinéenne), il est le voisin de l'ambassadeur de l'URSS, invité à ses réceptions. Et à Casablanca, il fait la connaissance d'un certain Oleg Bovine. Cet homme se prétend attaché au consulat général d'Union soviétique à Casablanca. Ils parlent, de tout et de rien, apprennent à se connaître. " Nous nous sommes revus maintes et maintes fois, c'était un homme sympathique, très sociable et très habile. Une véritable amitié s'est nouée ", a raconté Pol G. aux enquêteurs qui l'interrogeaient en 2012. " Par habile, je veux dire qu'il m'a recruté sans que je m'en aperçoive... "

Bovine se présente au consul belge comme ancien sportif de haut niveau, ayant déjà participé à des Jeux olympiques. Parfait francophone, il ne s'affiche pas comme agent du KGB. L'amitié perdure jusqu'au jour où, selon Pol G., la conversation est amenée sur une liste de personnes interdites de visa en Belgique. " Oleg Bovine semble intéressé et me questionne avec plus d'insistance sur cette liste. Il me demande de la lui communiquer. " Alors, pendant quelques mois, Pol G. remet la liste actualisée à Bovine, sous forme de microfiches. Toujours aucune réaction par rapport à une manipulation ? " Dès que j'ai remis les microfiches la première fois, je me suis douté qu'elles pouvaient servir aux renseignements soviétiques. J'étais conscient qu'il s'agissait d'un délit. "

Pourquoi alors avoir remis ces documents confidentiels ? La réponse étonne. " J'espérais une amélioration des contacts et relations avec l'URSS en pleine période de rapprochement avec l'Ouest ", précise le prévenu aux enquêteurs. " Par ce geste, je pensais pleinement pouvoir améliorer les relations entre nos pays. Mes motivations n'étaient pas financières. Je pense avoir été piégé par l'amitié et la sympathie d'Oleg Bovine. " Comment ont été utilisées ces microfiches ? On ne le sait pas : le Soviétique, inculpé et renvoyé, lui aussi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, n'a jamais pu être entendu et fera défaut lors du procès.

Ne reste, dès lors, que la version de Pol G., qui donne cet éclairage supplémentaire : peu après l'épisode des microfiches, il confie à son camarade Bovine qu'un jour, quand il travaillait en Guinée, on avait cherché à lui payer 150 000 francs belges (3 700 euros aujourd'hui) contre la délivrance d'un passeport diplomatique. Somme qu'il a, proclame-t-il, refusée. " Lors de notre rencontre suivante, Oleg Bovine m'a demandé si j'étais en mesure d'effectuer cette livraison de document, pour une personne qu'il me désignerait. J'ai accepté. J'étais donc d'accord de lui remettre le passeport qu'il m'aurait "commandé". " Ensuite, le Soviétique annonce à l'imprudent consul belge qu'il est muté et que son remplaçant prendra contact avec lui. Fin du premier acte.

Acte II. L'espion belge

Le deuxième acte peut débuter en 1992 : Viktor Ekine, successeur d'Oleg Bovine, entre en scène. " Il avait une autre personnalité et était très strict au niveau des mesures de sécurité ", pointe Pol G. Ekine lui demande un passeport belge. Le chancelier du consulat de Belgique à Casablanca s'exécute et le lui remet contre la somme de 150 000 francs belges. Pour toucher cet argent, Pol G. a dû signer un reçu, sous un faux nom, a-t-il reconnu.

La manigance n'en reste pas là : Pol G. falsifie un autre passeport belge. " J'ai fini par accepter pour respecter les engagements pris avec Oleg Bovine, toujours sur la base de l'amitié qui nous liait. Je n'ai rien demandé ni reçu en contrepartie. " Nous sommes en 1992, Pol G. a alors 62 ans et il décide de démissionner de son poste. En 1993, il reviendra à Casablanca à la demande de Viktor Ekine, qui le rétribuera, selon le parquet fédéral. Pour quelle mission ? Entrer au consulat de Belgique et, en l'absence de son ancienne secrétaire, changer la photo de l'un des deux faux passeports qu'il avait préparés. Ce qui fut fait, mais pas sans conséquences. " J'ai été viré du consulat manu militari, sur ordre du consul général de l'époque. "

En effet, depuis Bruxelles, la hiérarchie des Affaires étrangères s'inquiète. Le 18 avril 1994, Pol G. est entendu dans le cadre d'une enquête administrative interne menée par l'Inspection des postes diplomatiques. Il est soupçonné d'avoir délivré des visas dans des conditions irrégulières à des personnes ne dépendant pas de ses circonscriptions. Et sans en aviser l'Etat. Un dossier est monté contre lui et des chanceliers confirment les soupçons, sur procès- verbal.

Mais Pol G. ne s'arrête pas là. Tout frais retraité, il continue à fréquenter Victor Ekine. Il mène grand train. Se fait à nouveau inviter à Casablanca, mais aussi à Barcelone, à Rome, à Bruxelles. Il se fait payer les voyages, les dîners. Il joue à l'espion. " En arrivant au lieu de rendez-vous fixé à Barcelone, Viktor Ekine m'engueule en me disant deux choses. La première, c'est que je l'ai approché sans respecter les mots de passe établis. La seconde, c'est que l'endroit de rencontre est trop proche du consulat des Etats-Unis d'Amérique. " L'agent du KGB lui demandait toute une série de " renseignements administratifs, rien d'illégal selon moi ". En vrac, des renseignements sur la filiation en Belgique, le calcul du chiffre du numéro national. Impossible à vérifier, bien sûr.

Année après année, les agents du KGB en contact avec Pol G. se succèdent. Valeriy Shilov, puis Anatoly Romantsov le rencontrent régulièrement. Avec ce dernier, ils se voient à Anvers, mangent un moules-frites, échangent des infos sur les modalités d'inscription des étudiants en Belgique, sur tout et n'importe quoi. Et le stratagème dure des années, jusqu'en 2006. En tout, dix-sept ans de collaboration avec l'URSS, puis la Russie. " Comme vous, je me pose la question de savoir pourquoi les Russes ont continué à avoir des contacts avec moi après mon départ à la retraite. Je pense qu'une de leurs volontés était de me garder sous contrôle pour éviter que je ne dénonce les faits. "

© CHRISTIAN DE METTER

Epilogue. Le tribunal correctionnel

Finalement, l'espion reconnaît formellement toute une série de faits. Avoir entretenu des " contacts officiels, semi-clandestins et clandestins réguliers avec des Russes dont je savais pertinemment qu'il s'agissait d'officiers de renseignement ". Avoir fourni un travail d'expertise et transmis des notes d'analyse sur la législation belge. Avoir communiqué des courriers et livré des microfiches contenant le listing des personnes interdites de visa en Belgique. Avoir délivré des passeports falsifiés et frauduleusement modifié un dossier de Casablanca, où il ne travaillait pourtant plus.

Pour des raisons qui restent mystérieuses, l'affaire a mis des années à éclater. Ce n'est qu'en 2012, alors que Pol G. est déjà octogénaire, que la Sûreté de l'Etat dénonce les faits au procureur fédéral. Et que l'ancien consul est interrogé, puis inculpé.

Aujourd'hui, à 87 ans, Pol G. ne craint qu'une chose : que ses proches apprennent les faits. " Ma famille n'est pas au courant, beaucoup de collègues de l'époque non plus. J'ai agi seul. J'avais des contacts avec les personnes qui sont citées avec moi, il s'est noué des liens d'amitié à une époque où les relations avec Moscou n'étaient plus une menace. Après, de fil en aiguille, on va trop loin... " Interrogé par nos soins, son avocat, Laurent Kennes, considère que les faits relèvent " du délit politique. Donc de la cour d'assises. Ce procès n'a plus de sens, les faits sont trop anciens. On va les juger dans un contexte géopolitique qui n'est plus le même qu'aujourd'hui. "

A travers l'histoire d'un homme, c'est donc celle de toute une époque qui sera revisitée devant le tribunal.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Mer 7 Mar - 14:20

Je l'ai toujours dit : "Méfiez-vous des Belges"...  Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil 

Sous des aspects débonnaires : gros blagueurs, gros buveurs de bière, accent et parlé rigolo, ils peuvent cacher de redoutables individus très dangereux dans leur petit pays... Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 5232
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

C'est arrivé près de chez vous !

Message  Thuramir le Ven 9 Mar - 17:02

Un sac contenant plus de 50 mains découvert en Sibérie
Un sac contenant plus de 50 mains a été découvert au bord d’une rivière en Sibérie, rapportent vendredi plusieurs agences de presse russes.
Les enquêteurs de la ville de Khabarovsk, à 8.000 kilomètres de Moscou, l’ont retrouvé grâce à un informateur. Il s’agit de 26 à 28 paires de mains. Elle ont été examinées par des médecins légistes. Du matériel de laboratoire a également été retrouvé dans le sac.

Lien vers une site russe avec l’information et une photo des mains : http://krasrab.net/news/ulov-v-amure-okazalsya-strashnym-26-par-chelovecheskikh-kistey/

Des mains de ch'tis ? Kris vous le dira ! 
avatar
Thuramir

Messages : 2602
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  richard le Sam 10 Mar - 14:07

les peloteurs du metro n ont qu a bien se tenir
avatar
richard

Messages : 1388
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 63

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Sam 10 Mar - 14:21

richard a écrit:les peloteurs du metro n ont qu a bien se tenir

Tout dépend du pays dans lequel on se trouve :
- En France c'est 5 ans de prison pour harcèlement sexuel ! affraid
- En Russie c'est un commentaire extasié des femmes : "Enfin un homme qui s'intéresse à moi..." sunny

(Je ne sais pas pourquoi, je sens que je vais encore me faire tirer les oreilles...) Crying or Very sad
avatar
Krispoluk

Messages : 5232
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Sam 10 Mar - 16:18

Thuramir a écrit:Un sac contenant plus de 50 mains découvert en Sibérie
Un sac contenant plus de 50 mains a été découvert au bord d’une rivière en Sibérie, rapportent vendredi plusieurs agences de presse russes.
Les enquêteurs de la ville de Khabarovsk, à 8.000 kilomètres de Moscou, l’ont retrouvé grâce à un informateur. Il s’agit de 26 à 28 paires de mains. Elle ont été examinées par des médecins légistes. Du matériel de laboratoire a également été retrouvé dans le sac.

Lien vers une site russe avec l’information et une photo des mains : http://krasrab.net/news/ulov-v-amure-okazalsya-strashnym-26-par-chelovecheskikh-kistey/

Des mains de ch'tis ? Kris vous le dira ! 
On ne pourra nier qu'ils sont pris "la/les mains dans le sac".  Laughing
Mais non Kris, t'inquiète on t'aime bien.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 12 Mar - 1:58

Caduce62 a écrit:LE HARCELEMENT SEXUEL EN RUSSIE
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 12 Mar - 2:25

Российская экономика на карте Европы. Получился Бенилюкс. А если нефть убрать... Получится пригород Амстердама, наверное...
L'économie russe sur une carte de l'Europe. C'est un Benelux. Et si l'huile s'en va... ce sera une banlieue d'Amsterdam, probablement...

avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mar 13 Mar - 1:10

avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Jeu 15 Mar - 21:09

La Russie se plante sur la scène internationale...

https://youtu.be/kd4LVWJ5mH0

... Non c'est juste Lavrov qui se plante sur une scène locale
avatar
benoit77

Messages : 2027
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Ven 16 Mar - 20:45

AFP, publié le vendredi 16 mars 2018 à 18h36
Une plaque commémorative a été inaugurée vendredi à Moscou sur la façade de l'immeuble où habitait Boris Nemtsov, le leader d'opposition russe assassiné il y a trois ans au pied du Kremlin, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Dans cet immeuble a habité Boris Nemtsov, un homme politique remarquable, tué le 27 février 2015", peut-on lire sur cette petite plaque accrochée par le fils de l'opposant, Anton Nemtsov, en présence de dizaines de journalistes et de personnalités de l'opposition.

"On a enfin immortalisé la mémoire d'une grande personnalité qui a été tuée pour ses vues politiques", a déclaré, lors de la cérémonie, Ksenia Sobtchak, journaliste de télévision proche de l'opposition libérale et candidate à l'élection présidentielle du 18 mars.

Fin février, des milliers de Moscovites ont défilé à Moscou pour rendre hommage à Boris Nemtsov, en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Je n'ai pas peur" et "Nous nous souvenons, nous ne pardonnerons pas".

Boris Nemtsov, qui jouait un rôle important dans l'opposition à Vladimir Poutine et avait été vice-premier ministre à l'époque du président Boris Eltsine, a été abattu de quatre balles dans le dos en pleine rue le 27 février 2015.

En juillet 2017, cinq Tchétchènes, originaires des républiques musulmanes de Tchétchénie et d'Ingouchie, dans le Caucase russe, ont été condamnés pour ce meurtre à des peines de 11 à 20 ans de prison par un tribunal de Moscou.

A l'issue du procès, la famille de la victime avait cependant dénoncé un "fiasco total" de la justice, qui n'est notamment pas parvenue à retrouver le commanditaire.
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Sam 17 Mar - 1:46

Caduce62 a écrit:. . .
"On a enfin immortalisé la mémoire d'une grande personnalité qui a été tuée pour ses vues politiques", a déclaré, lors de la cérémonie, Ksenia Sobtchak, journaliste de télévision proche de l'opposition libérale et candidate à l'élection présidentielle du 18 mars.
. . .
Ben tient, à la veille d'élections . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Dim 18 Mar - 11:45

Matt a écrit:
Caduce62 a écrit:. . .
"On a enfin immortalisé la mémoire d'une grande personnalité qui a été tuée pour ses vues politiques", a déclaré, lors de la cérémonie, Ksenia Sobtchak, journaliste de télévision proche de l'opposition libérale et candidate à l'élection présidentielle du 18 mars.
. . .
Ben tient, à la veille d'élections . . .

Bon brave Pierre, on fait de même chez nous...  Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
avatar
Thuramir

Messages : 2602
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Dim 18 Mar - 18:18

"Pas d'alternative à Poutine" : on a rencontré le plus pessimiste des écrivains russes

Dans "Qu'est-ce que vous voulez ?", Roman Sentchine revient sur l'hiver 2011-2012, où les Moscovites ont défilé contre Poutine. Il nous a expliqué pourquoi les Russes sont "perdus."

https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20180315.OBS3688/pas-d-alternative-a-poutine-on-a-rencontre-le-plus-pessimiste-des-ecrivains-russes.html
Par Grégoire Leménager
Publié le 17 mars 2018 à 16h44

« Mes écrivains préférés sont Zola et Huysmans», dit Roman Sentchine pour s'excuser de n'être «pas très joyeux» dans sa littérature. En effet. Dans «Qu'est-ce que vous voulez?» (Noir sur Blanc), cet écrivain né en 1971 à Kyzyl, proche de Zakhar Prilepine, étiqueté comme lui «nouveau réaliste» au début des années 2000, raconte l'hiver 2011-2012 où les Moscovites ont défilé contre Poutine. La narratrice est une fille de 14 ans, Dacha, qui ressemble comme une sœur jumelle à la sienne. Et son quotidien lui semble triste, gris, tragiquement banal.

Sentchine sait de quoi il parle, il y était, dans ces manifestations: «Aujourd'hui, le pouvoir est tout le temps en train d'inventer des choses pour que les gens ne s'ennuient pas. Par exemple, on leur dit que la Russie est entourée d'ennemis, inventés ou réels. Mais fin 2011, le pouvoir s'était détendu, on a senti un certain vide, et pensé qu'on ne pouvait pas tout décider à notre place.»

Six ans plus tard, il est clairement revenu de ce moment d'espoir: «Je suis d'une génération qui a mal vécu le passage d'une structure socialiste au capitalisme sauvage, puis au capitalisme d'Etat. Mais la suivante, celle de ma fille, est encore plus perdue.»

Face à une télévision qui censure et martèle des émissions anxiogènes sur une possible fin du monde, Sentchine a choisi une écriture sobre, presque documentaire, fondée sur sa propre existence. Résultat: «On me dit pessimiste, mais je n'en ai pas l'impression. Je ne fais que refléter la réalité.» On a fait sa connaissance quelques semaines avant sa venue au Salon Livre Paris. Il a pris un capuccino.

Entretien avec Roman Sentchine

BibliObs. Quelles sont les grandes tendances qui structurent le paysage littéraire russe aujourd’hui, et comment vous-y situez-vous?

Roman Sentchine. Je ne suis pas critique littéraire, mais en Russie, tous les mouvements coexistent, ce qui n’a pas toujours été le cas: le postmodernisme, le réalisme, le conceptualisme, les avant-gardes… Y compris les romans policiers. On est dans une période de transition, entre la littérature soviétique et quelque chose de nouveau, qu’on  ne peut pas encore tout à fait définir.

Au début des années 2000, on a parlé du «nouveau réalisme», qui a eu beaucoup d’échos. C’était une réaction au postmodernisme, qui était alors le courant principal en Russie. C’était une littérature qui jouait. Certains de mes contemporains et moi, on a voulu discuter de cette position dominante, tout en parlant de la Russie et du monde d’aujourd’hui. Différents écrivains se sont retrouvés dans cette mouvance : Sergueï Chargunov, Zakhar Prilepine…

Mais on ne s’est pas mis autour d’une table pour écrire un manifeste : on s’est retrouvés comme ça, avec des questions communes. Il y a eu des débats dans le milieu, des articles critiques, c’est un moment où on a pas mal attiré l’attention. En littérature c’est important qu’il y ait des groupes littéraires. Actuellement, on voit arriver des auteurs intéressants, mais c’est chaque fois une personne, un individu.

Et ce groupe de «nouveaux réalistes» a éclaté aujourd’hui?

Oui, chacun est un peu parti de son côté. Ça donne une impression de vide.

Ce qui vous rassemblait – et reste présent chez vous, c’était une volonté de montrer la réalité sociale avec un engagement, ou du moins un regard critique sur cette réalité sociale.

Oui. Au début des années 2000, on avait 20-25 ans. On est les enfants d’une génération qui est passée d’une structure socialiste au capitalisme. On a été éduqué dans un certain esprit, et on s’est retrouvé confrontés à une autre réalité. On a eu l’esprit très troublé par tous ces changements. On a essayé de fixer ça et d’en parler. C’est comme ça qu’on a commencé à écrire.

Ce qui est frappant chez certains Russes aujourd’hui, et que vous mettez en scène dans votre roman, c’est une méfiance très forte pour tout ce qui vient des médias… Votre réalisme documentaire, à la fois minimaliste et modeste, soutenu par une caution autobiographique, est-il une réponse à cette crise-là ? Une façon d’en prendre le contre-pied ?

Dans mon livre, je ne parle pas exactement d’une méfiance devant la télévision ou la presse, mais plutôt d’internet, avec une enfant qui est complètement submergée d’informations. A la fin du livre, quand elle sort dans la rue, elle voit dans la réalité toute l’agressivité qu’elle a sentie sur internet. Et ça finit par une bagarre.

Dans un passage frappant, elle consulte Wikipedia pour savoir si la Russie continue à avoir une production industrielle importante… On voit qu’il y a un problème de représentation du réel, auquel votre forme esthétique est une sorte de réponse.

Oui, j’essaie de montrer la réalité de cette situation. De montrer les tourments de cette adolescente qui ne sait plus où elle en est. Mais je ne donne pas de réponse, je reflète juste la réalité. Je ne donne pas de solution, mon héroïne n’en trouve pas non plus. Elle va rester dans cet état de questionnement.

"On dit que je suis pessimiste, mais je ne fais que refléter la réalité"

C’est un livre assez pessimiste, voire très désabusé. Il est question d’une possible «fin du monde», des gens manifestent alors que ça ne servira à rien…

On dit de moi que je suis pessimiste, oui. Mais je n’ai pas l’impression. Je ne fais que refléter la réalité. Et la littérature s’attache généralement plutôt à montrer les problèmes, le côté obscur. Cette sensation d’apocalypse qui se rapproche me semble assez répandue aujourd’hui. Je ne sais pas comment c’est en France, mais en Russie, il y a beaucoup d’émissions sur les météorites qui pourraient heurter la terre… c’est assez courant. Evidemment, ça a une influence sur les adultes, ça les met dans une humeur assez négative. Mais sur les enfants, ça a une influence d’autant plus grande.

Cette forme de réalisme, combinée avec de la mélancolie sinon du pessimisme, caractérise-t-elle particulièrement la littérature russe ?

Zola n’était pas très joyeux non plus. Huysmans non plus. Ce sont mes écrivains préférés. On ne peut pas dire que la littérature mondiale ait produit beaucoup d’œuvres optimistes. J’aimerais bien écrire quelque chose de plus optimiste, mais avant tout il faut être honnête. Je n’aimerais pas inventer un sujet de toutes pièces.

Votre roman se situe au moment des élections de 2012. Six ans plus tard, de nouvelles élections ont lieu en Russie. Qu’est-ce qui a changé dans l’intervalle?

Ce n’est pas la même situation. Entre-temps il y a eu la Crimée, les sanctions, et ça a changé l’attitude d’une partie de la population. Les gens sont plus regroupés entre eux. C’est difficile de dire où ça va nous mener. Le pouvoir est tout le temps en train d’inventer quelque chose pour que les gens ne s’ennuient pas.

Par exemple ?

Par exemple on leur dit que la Russie est entourée d’ennemis, inventés ou réels, et ça unit les gens. Ils ont envie de résister. Ou alors on invente des nouveaux projets ; là tout le pays vit au rythme du football… Alors qu’en 2011-2012, le pouvoir s’était beaucoup trop détendu. On a senti un certain vide, et quand il y a eu les élections à la Douma – pas les présidentielles, celles d’avant – le pouvoir a vraiment exagéré. Les gens ont eu l’impression avec ces élections qu’on avait tout décidé à leur place et qu’on leur disait: «Vous, vous restez dans votre coin.»

En réaction tout le monde est sorti dans la rue. On se retrouvait, dans la même manifestation, avec des libéraux, des anarchistes, des communistes… Tous ensemble, alors qu’avant et après ça, ces gens ont toujours été des ennemis. C’était une espèce de réaction, en partie irrationnelle, un mouvement de masse : tu avais besoin de sortir pour montrer que tu n’étais pas d’accord. En tout cas à Moscou, où j’habitais à l’époque, beaucoup de gens étaient dans cet état d’esprit. Moi-même j’étais pris dans ce mouvement.

Et tout à coup j’ai vu ma fille, de 14 ans à l’époque, qui me regardait d’un air complètement perdu. Elle s’est rendu compte qu’on passait tout notre temps dans ces manifestations et ces meetings, qu’on en parlait tout le temps à la maison, avec tous les gens qui venaient nous voir, et que notre vie familiale était complètement détruite. C’est pour ça que j’ai eu ce besoin, en écrivant ce livre, de regarder ce processus par les yeux de ma fille.

Vous éprouviez vous-même le besoin de mettre à distance ce que vous aviez vécu ?

Si j’avais écrit ça à travers les yeux d’un homme de 40 ans, ça aurait été un tout autre livre. Et je pense qu’il n’aurait même pas existé.

"Le pire c'est l'autocensure"

Vous-même, politiquement, vous définissez comment? Et qu’est-ce qui vous a conduit à manifester? Autrement dit: qu’est-ce qui vous choquait, vous révoltait le plus dans le fonctionnement du pouvoir?

Quand je suis sorti dans la rue, en même temps que ces centaines de milliers de gens, je voulais comme eux montrer que je n’étais pas d’accord pour qu’on décide de tout à ma place. Selon la Constitution, le pouvoir appartient au peuple, or on voyait qu’on n’avait plus aucune prise, plus aucun pouvoir de décision. Mais j’ai commencé à écrire quand j’étais encore sur les bancs de l’école. Tous mes sentiments, tous mes problèmes se retrouvent dans mes livres. Et contrairement à ce qui se passe dans un essai philosophique ou un article de journal, on peut montrer plein de facettes dans un roman, il n’y a jamais une position claire et nette.

Beaucoup de choses ne me plaisent pas, mais ça me donne une matière pour écrire. Bien sûr j’ai toujours l’espoir que le lecteur lambda et les gens qui sont au pouvoir me liront, puis deviendront meilleurs. Mais je ne peux pas dire que j’ai un programme clair sur ce qu’on devrait faire pour vivre mieux. Si j’avais une idée claire, je ferais de la politique. D’ailleurs un certain nombre de mes collègues du «nouveau réalisme» ont commencé à faire de la politique.

Quelqu’un comme Prilepine semble en effet avoir un discours politique plus engagé…

Oui, je n’ai pas des positions aussi fermes. Certains ont même arrêté d’écrire des romans, pour écrire des essais ou des pamphlets. Moi aussi il m’arrive d’écrire des articles, mais seulement quand une chose précise m’a agacé. Sur ces mêmes événements, sur le moment, j’ai par exemple écrit des articles énervés, très fermes et très clairs. Ils ont été réunis dans un recueil. J’y évoquais certaines personnes qui ont été arrêtées et emprisonnées. Ou le capitalisme d’Etat, des choses qui me déplaisaient particulièrement.

Mais je dois dire que tout a été publié, sans être jamais censuré. Pour ce qui est de ce roman-ci, il s’est dit que les éditeurs russes devraient enlever quelque chose, et puis finalement pas. Il semble que je reste dans un cadre publiable. Mais la littérature doit bénéficier d’une vraie liberté. Seule la littérature est capable de montrer à la société les problèmes qui peuvent lui être fatals. Le principal, en littérature, c’est donc l’honnêteté.

La censure touche-t-elle d’autres auteurs ?

Non, pas en ce qui concerne la littérature de fiction. En revanche, à la télévision, il existe une censure assez forte. Et en ce qui concerne les essais, c’est moins clair. Mais le pire c’est l’autocensure, qui touche beaucoup de monde. Les journalistes ont peur d’écrire sur des choses qui pourraient déplaire.

Quels sont les sujets tabous ?

Il y en a beaucoup. C’est devenu assez facile de tomber sous le coup de l’accusation d’extrémisme. La liste des formes d’extrémisme est de plus en plus longue. Ça peut être des sujets ou des expressions qui n’ont rien à voir avec l’extrémisme ou le terrorisme.

Donc vous n’avez jamais eu d’ennuis. D’ailleurs vous faites partie de la délégation qui vient au Salon du Livre. Avez-vous l’impression d’être au service du pouvoir, ou au contraire celle de vous servir du pouvoir pour venir en France parler de la Russie?

Beaucoup d’autres écrivains font partie de cette délégation. Prilepine, par exemple. Ludmila Oulitskaïa n’en fait pas partie, mais elle a beau être clairement dans l’opposition, c’est un des auteurs les plus lus en Russie. Comme Akounine par exemple. On ne peut pas dire qu’il est difficile de trouver leurs livres en Russie. C’est vrai, ils sont publiés par des éditeurs privés. En même temps, si l’Etat voulait vraiment faire pression, il pourrait faire en sorte que leurs textes ne sortent pas. Il ne le fait pas.

De la part du pouvoir, est-ce une façon de «distraire» les gens, pour reprendre votre formule? D’être très libéral là-dessus pour l’être moins sur d’autres sujets?

La littérature en Russie, aujourd’hui, n’a pas une importance telle dans la société. Donc c’est plus simple de la laisser tranquille que de commencer à trier. Très franchement, je ne vois pas dans la littérature russe aujourd’hui un livre qui serait capable de faire s’effondrer le gouvernement. En fait le pouvoir fait comme si la littérature n’existait pas, ce qui nous donne la liberté d’écrire ce qu’on veut.

S’il censurait ou enfermait des écrivains, il donnerait de l’importance à la littérature et fabriquerait des dissidents…

Oui, on peut le voir dans le cinéma. Il y a eu une affaire récente, avec le film qui s’appelle «la Mort de Staline». Beaucoup de films étrangers ne passent pas en Russie, mais celui-ci a été remarqué tout de suite et il a été interdit : il n’a pas eu la licence de projection. En fait si le pouvoir n’avait rien dit, cinq personnes seraient allées à la séance. Maintenant qu’il y a eu un scandale, tout le monde en a entendu parler. De nos jours la censure porte atteinte au gouvernement plutôt qu’elle l’aide à atteindre ses buts. De toute façon les gens peuvent tout lire et tout voir. Et évidemment l’attrait du fruit défendu est toujours très fort…

La grande question pour votre génération concerne le passage du communisme au «capitalisme d’Etat». Votre livre est très polyphonique là-dessus. Cela vous rend-il nostalgique, comme certains, du communisme ?

On est passés au capitalisme d’Etat en passant par le capitalisme sauvage des années 1990. A l’époque de l’URSS, quand j’étais enfant, le communisme n’existait pas. Je crois qu’aujourd’hui on parle du communisme comme d’une possibilité. Les partis qui s’appellent communistes, les gens qui se disent communistes, ne le sont pas vraiment. Ma génération et celles qui viennent après sont plutôt dans la confusion. Le socialisme qu’on a connu, à la fin des années 80, était déjà en fin de vie.

Ce qui se passe en ce moment ne plaît pas non plus. Et quand on regarde les autres pays, on n’a pas l’impression que c’est merveilleux non plus. C’est très dur de savoir vers quoi on devrait aller. Il n’y a pas vraiment de philosophes de l’ampleur de Karl Marx ou Nietzsche. Or la jeunesse a forcément envie d’avoir un but, de construire quelque chose. C’est pour ça que tout le monde est dans la confusion. Il n’y a pas non plus de réelle alternative au président actuel.

Le nouvel homme fort de Poutine a écrit des choses étranges, voire inquiétantes

En gros, Alexei Navalny n’a pas de programme. Il est fatigué de toute la corruption, mais n’a pas grand-chose d’autre à proposer. Poutine non plus ne dit pas vers quoi on devrait aller. C’est pour ça que les gens sont perdus. On voit dans mon livre que le père n’arrive jamais à répondre à sa fille. Ça reflète cette confusion. La plupart des adultes sont incapables de donner des réponses.

Cette crise se traduit chez certains par une sorte de nostalgie pour l’époque communiste, et chez d’autres par une nostalgie pour la Russie d’avant, avec un réveil du religieux assez fort.

Les plus nostalgiques de l’époque soviétique sont ceux qui ne l’ont pas connue du tout. Et nos communistes aujourd’hui sont tous orthodoxes! Mais pour être vraiment orthodoxe, il faut s’imposer beaucoup de contraintes et de limites. La plupart des gens sont plutôt paresseux, donc ils sont plus orthodoxes en paroles qu’en actes. Il y a très peu d’orthodoxes qui vont très loin dans leurs rituels. En revanche beaucoup sont très démonstratifs.

Malgré ce pessimisme et cette confusion qui caractérisent votre génération, est-ce que celle de votre fille peut incarner un espoir, être capable de dépasser tout cela ? Dans le livre elle n’a que 14 ans. On se dit qu’elle saura peut-être un jour inventer autre chose et regarder devant, plutôt que derrière.

Dans la génération de ma fille, ils sont encore plus confus que nous. On ne voit pas ce qu’ils pourraient proposer. Généralement quand il n’y a plus de but pour la société, l’Etat commence à tomber en pièces. En France pendant cent ans, il y a tout le temps eu des révolutions. Elle n’a trouvé sa voie actuelle que vers la fin du XIXe siècle.

Mais la France ne va pas très bien non plus vous savez…

Après la Première puis la Deuxième guerres mondiales, s’est installée une crise, qui est une crise des idées. En Russie, il y a de petites tentatives chez certains jeunes pour vivre autrement. Mais le problème, c’est que les jeunes deviennent très vite adultes. Du coup leurs aspirations tombent…

En France, un des plus fameux écrivains est Emmanuel Carrère. Il a écrit un livre sur Limonov. Qu’en pensez-vous ?

Limonov était connu il y a quarante ans déjà. J’ai lu Carrère, mais Limonov s’est décrit lui-même dans ses livres. Pour un lecteur de Limonov, il n’y a donc rien de très nouveau dans le livre de Carrère. Cela dit, le fait qu’un écrivain français aussi connu écrive sur lui, ça a évidemment attiré l’attention, y compris en Russie. Il l’a repopularisé. On peut dire que la patrie littéraire de Limonov, c’est la France.

Et pour vous c’est un écrivain important ?

Oui, il représente l’écrivain toujours en révolte, non-conformiste. Evidemment il n’a pas été le premier à inventer le genre du roman autobiographique. Il y a eu Henry Miller, Céline… Mais en Russie il a été le premier. Chez lui, le héros ressemble à l’auteur. On fait confiance à l’auteur, parce qu’on pense que le personnage c’est lui. Résultat : peut-être qu’on le déteste ou que ça nous fait grimacer, mais au moins, on y croit. Par exemple si on lit les biographies de Miller, Céline ou Limonov, on se rend compte qu’il y a des différences entre leurs vies et leurs œuvres. Mais ça nous fait un effet très fort et on les croit quand on les lit.

Même si ce que vous racontez est plus banal que la vie incroyable de Limonov, auquel il arrive toujours des aventures extraordinaires, vous faites un peu la même chose que lui, n’est-ce pas ?

Oui. Il y a chez moi beaucoup d’éléments autobiographiques, mais je ne vous dirai pas quel pourcentage. Ce serait ennuyeux de faire juste du documentaire.

Propos recueillis par Grégoire Leménager

Qu'est-ce que vous voulez ?
Par Roman Sentchine,
Préface et traduction (du russe) par Maud Mabillard,
Noir sur Blanc, 176 p., 19 euros
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 19 Mar - 19:42

Russie : « Dans un régime autoritaire, chacun redoute un changement non préparé »
Isabelle Mandraud, correspondante du « Monde » à Moscou, a répondu à vos questions sur la réélection, dimanche, de Vladimir Poutine en Russie.

LE MONDE | 19.03.2018 à 14h28 • Mis à jour le 19.03.2018 à 15h50

Riurik : Quels sont les faits rapportés de fraude électorale, d’agressions, etc., à la proximité des bureaux de vote ?

Isabelle Mandraud : Plusieurs sources de l’opposition et des candidats ont rapporté des violations, quelques bourrages d’urnes, notamment en Tchétchénie, en Iakoutie ou près de Moscou, mais dans l’ensemble, elles n’ont pas été aussi importantes, semble-t-il, que lors de précédentes élections. En revanche, les pressions exercées par des entreprises et des administrations ont été rapportées par plusieurs observateurs, journalistes, et associations indépendantes telles que Golos, spécialisée dans la surveillance des élections.

Mat : Comment comptez-vous les votants « sous pression » dans les 56 millions de voix de Vladimir Poutine ? Autrement dit, sans ces « pressions importantes », aurait-il été réélu ?

Isabelle Mandraud : Difficile de dire combien de personnes ont été ainsi mises sous pression. Mais des témoignages, dans différentes régions, en ont fait état. Sans ces pressions, cela aurait-il changé quelque chose ? Pas sûr du tout. Le score de M. Poutine aurait sans doute été moins important, mais il aurait remporté cette élection, faute d’une réelle concurrence. Le chef du Kremlin s’est placé au-dessus de tous les autres, sans participer à aucun débat, ni même présenter un programme. Il est l’Etat. Enfin, les pressions ne sont pas le seul facteur qui a joué en sa faveur. Les médias soutenant le pouvoir livrent, jour après jour, la vision du Kremlin sur les événements.

Eva : Le taux de participation est très élevé comparé à 2012. Comment peut-on l’expliquer ?

Isabelle Mandraud : En 2012 ce taux était de 65,3 %, contre 67,4 %. C’est effectivement une augmentation. Le pouvoir s’était préparé à cette bataille, et la mobilisation des électeurs, en amont, a été très importante. Le plus grand danger pour le Kremlin était que les Russes ne se soucient pas d’aller voter, estimant, à juste titre, que les jeux étaient faits. Les appels à participer au scrutin ont été intenses sur tout le territoire. Des jeux et des animations étaient proposés autour des bureaux de vote. Les électeurs ont pu s’enregistrer jusqu’au dernier moment dans le bureau de vote de leur choix. Et enfin, comme nous l’avons rapporté, des salariés du secteur public ont été soumis à de fortes pressions de leurs employeurs.

Gégé : Pourquoi la tentative d’assassinat d’un agent double russe sur le sol britannique aurait remotivé les électeurs russes ? Poutine était-il vraiment en danger ?

Isabelle Mandraud : Non, M. Poutine n’était pas vraiment en danger. Mais alors que les sondages le gratifiaient ces dernières années de taux de popularité mirobolants, jusqu’à 86 %, il était impensable qu’il remporte l’élection avec un score en demi-teinte. Le but a été atteint : dimanche, M. Poutine a été élu avec 76,66 % des voix, soit le meilleur score jamais obtenu depuis qu’il exerce le pouvoir. En 2000, il avait été élu avec 52,94 % des suffrages, 71,31 %, en 2004, et 63,6 % en 2012. La participation, en revanche, n’est pas la meilleure enregistrée, malgré tous les efforts déployés. L’affaire Skripal, en Grande-Bretagne, a pu jouer, en dopant le réflexe de protection autour du chef, mais à la marge, me semble-t-il.

Baby Huey : Poutine sort renforcé de ce scrutin. Après avoir joué sur la fibre nationaliste et les menaces occidentales réelles ou supposées, quelle peut être sa ligne de conduite pour continuer à mobiliser ses partisans à l’intérieur et renforcer la position de la Russie à l’international ?

Isabelle Mandraud : Le président russe ne changera sans doute pas sa ligne de conduite qu’il a réaffirmée, de manière assez spectaculaire, lors de son discours du 1er mars, en vantant le nouvel arsenal nucléaire de l’armée russe. C’était clairement un message destiné à l’Occident. Le résultat d’hier le conforte. Maintenant, il a devant lui quelques défis sérieux à relever : la Syrie, bien sûr, où, après les succès militaires, la phase politique s’avère bien plus délicate. Et, en Ukraine, le conflit est loin d’être réglé.

Europeen : Le Français que je suis a quelques difficultés à concevoir la popularité de Poutine. A quoi tient-elle ?

Isabelle Mandraud : Lorsqu’on discute avec des Russes, il est courant d’obtenir un point de vue contradictoire. Beaucoup se disent peu satisfaits de leur situation sur le plan intérieur. Avec la baisse du cours du pétrole et les sanctions, leurs revenus ont dégringolé depuis 2014. La situation dans les hôpitaux reste mauvaise, surtout dans les régions, tout comme l’état des routes. Et la corruption, toujours présente, insupporte la population. Mais d’un autre côté, sur le plan de la politique étrangère, beaucoup se disent rassurés d’avoir un président « fort ». Les révolutions arabes ou le soulèvement en Ukraine font peur, d’autant plus que les médias propouvoir matraquent le « chaos » que cela a provoqué. Et dans un régime autoritaire comme celui exercé en Russie, chacun redoute un changement non préparé.

Opposition ? : On parle beaucoup de son opposant Alexeï Navalny. Sur sa page Wikipedia, on parle de lui comme d’un proche des mouvements d’extrême droite. Je ne comprends pas bien ce qu’il représente dans toute cette élection. Il n’y a pas d’opposition démocrate en Russie ? Quels sont les courants ?

Isabelle Mandraud : L’opposition est très affaiblie en Russie, d’une part parce qu’elle n’a pas les moyens de se développer, ni même de se faire entendre, mais aussi parce qu’elle est très divisée. Elle souffre aussi d’une image “pro-occidentale”, et du rappel, sans cesse rabâché, de la dureté des années 1990, lorsque l’URSS s’est effondrée. Alexeï Navalny apparaît aujourd’hui comme le seul opposant déterminé à affronter le Kremlin, mais il n’a pas pu concourir à l’élection en raison d’une condamnation pénale qu’il réfute. Il est effectivement issu des rangs très nationalistes, mais depuis 2013, il a pris quelques distances avec ces courants.

Osman : Qu’en est-il de la situation économique en Russie ? Je pense notamment au niveau de croissance et au chômage. La tendance et les chiffres sont-ils en faveur de Poutine ?

Isabelle Mandraud : La croissance se relève un peu mais la situation reste tendue, particulièrement dans les régions. Moscou est une belle vitrine moderne, mais la vie reste plus compliquée ailleurs. Ce ne sont pas les mêmes critères qu’en Europe qui prévalent en Russie. Le chômage est très faible. Trouver un emploi n’est pas très compliqué, mais il est beaucoup plus difficile d’obtenir un travail suffisamment rémunérateur pour vivre correctement.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/03/19/dans-un-regime-autoritaire-comme-en-russie-chacun-redoute-un-changement-non-prepare_5273175_3214.html#SAZsl40YXCPjE5C7.99
avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mar 20 Mar - 13:32

avatar
Caduce62

Messages : 4856
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Mar 20 Mar - 17:58

Laughing Si vrai Exclamation

Klimkine appelle l'Occident à mettre plus de pression sur la Russie

Ah oui???



Le ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine, Pavlo Klimkin, a déclaré que les pays occidentaux devaient mettre plus de pression sur le Kremlin suite à l'attaque au gaz neurotoxique survenue au Royaume-Uni.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a fait cette déclaration dans une interview à l'antenne de la Deutsche Welle :

"Fondamentalement, il n'y a pas de ligne rouge ici. Il doit s'agir d'une réponse complète et coordonnée. Sans une telle réponse, sans une sorte de plate-forme pour toute la communauté transatlantique - et je compte l'Ukraine comme une part importante de la communauté transatlantique - la Russie essaiera de se mêler des institutions démocratiques [...] Nous avons donc besoin d'un réponse coordonnée à la menace russe", a déclaré Klimkine.


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a également proposé que des sanctions plus ciblées soient introduites :


"Il y a d'autres mesures. Il pourrait y avoir des sanctions plus ciblées. Il pourrait y avoir plus de pression politique. Il pourrait y avoir des tentatives pour contrer les menaces non conventionnelles russes. Il pourrait s'agir d'énergie, de cybernétique, de nombreux domaines", a ajouté le chef de la diplomatie ukrainienne.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7356
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mer 21 Mar - 23:44

Matt a écrit:Laughing Si vrai Exclamation

Klimkine appelle l'Occident à mettre plus de pression sur la Russie

Ah oui???

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a également proposé que des sanctions plus ciblées soient introduites :

"Il y a d'autres mesures. Il pourrait y avoir des sanctions plus ciblées. Il pourrait y avoir plus de pression politique. Il pourrait y avoir des tentatives pour contrer les menaces non conventionnelles russes. Il pourrait s'agir d'énergie, de cybernétique, de nombreux domaines", a ajouté le chef de la diplomatie ukrainienne.

Aux frais de qui ? De l'UE, bien entendu. A vos portefeuilles, messieurs, dames !  Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
avatar
Thuramir

Messages : 2602
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 24 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 18 ... 24  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum