Et en Russie !

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Lun 9 Oct - 13:27

L'ambassadeur des États-Unis en Russie cite l'Ukraine comme clé pour améliorer les liens


Russian President Vladimir Putin (right) and the new U.S. ambassador to Russia, Jon Huntsman, after receiving his diplomatic credentials during a ceremony at the Kremlin in Moscow on October 3.

The new U.S. ambassador to Russia says restoring Ukrainian sovereignty over all its territory will be a key issue in his dealings with Moscow as he begins his tenure amid a period of high tensions between the two world powers.

Speaking in Salt Lake City, former Utah Governor Jon Huntsman on October 7 said he wants to improve relations with Russia, but he insisted the first step would be for Moscow to return Ukrainian control to territory within its internationally recognized borders.

"This is an issue not only with the United States, but with Europe, Canada, and virtually every other developed country," said Huntsman, who was visiting his home state for a ceremonial swearing-in event.

Moscow seized the Crimean Peninsula from Kyiv's control and has supported separatists in eastern Ukraine in war that has killed more than 10,000 people since 2014.

The United States, other Western countries, and the European Union have imposed sanctions on Russia for its actions in Ukraine, just one of many global issues separating the two countries.

Huntsman, who presented his credentials to Russian President Vladimir Putin at the Kremlin on October 3, told the Salt Lake City crowd that he wants to work with Moscow to solve the crisis over North Korea’s banned nuclear and ballistic-missile programs.

He called Pyongyang a threat to Russia and the rest of the world, not just to the United States.

"Acting together, we think the United States and Russia could force the North Korean regime to the negotiating table to find a diplomatic solution," he said.

Huntsman's comments came a week after President Donald Trump said in an October 1 Twitter statement that negotiating with North Korea over its nuclear and missile programs was a “waste of time.”

Huntsman also spoke of possible cooperation with Russia in the effort to defeat the Islamic State (IS) militant group and in efforts to end the six-year civil war in Syria, where Washington and Moscow back opposing sides.

The severe tension in bilateral ties also stems from a January report by the U.S. intelligence community that determined Putin ordered an "influence campaign" targeting the 2016 presidential election in the United States.

At a confirmation hearing before a Senate panel on September 19, Huntsman said there is "no question -- underline, no question -- that the Russian government interfered in the U.S. election last year. And Moscow continues to meddle in the democratic processes of our friends and allies."

Huntsman served as U.S. ambassador to Singapore under President George H.W. Bush and as ambassador to China under President Barack Obama.
He briefly ran for the Republican presidential nomination in 2012.

Le nouvel ambassadeur des États-Unis en Russie a déclaré que le rétablissement de la souveraineté ukrainienne sur tout son territoire constituera un enjeu majeur dans ses relations avec Moscou alors qu'il commence son mandat au milieu d'une période de fortes tensions entre les deux puissances mondiales.

Parlant à Salt Lake City, l'ancien gouverneur de l'Utah, Jon Huntsman, le 7 octobre, a déclaré qu'il voulait améliorer les relations avec la Russie, mais il a insisté pour que la première étape serait que Moscou renvoie le contrôle ukrainien au territoire dans ses frontières internationalement reconnues.

"C'est une question non seulement avec les États-Unis, mais avec l'Europe, le Canada et pratiquement tous les autres pays développés", a déclaré Huntsman, qui était en visite dans son État natal pour un événement cérémonial.

Moscou a saisi la péninsule de Crimée du contrôle de Kyiv et a soutenu les séparatistes de l'est de l'Ukraine dans la guerre qui a tué plus de 10 000 personnes depuis 2014.

Les États-Unis, d'autres pays occidentaux et l'Union européenne ont imposé des sanctions à la Russie pour ses actions en Ukraine, juste l'un des nombreux problèmes mondiaux qui séparent les deux pays.

Huntsman, qui a présenté ses lettres de créance au président russe Vladimir Poutine au Kremlin le 3 octobre, a déclaré à la foule de Salt Lake City qu'il voulait travailler avec Moscou pour résoudre la crise sur les programmes nucléaires interdits et les missiles balistiques en Corée.

Il a appelé Pyongyang une menace pour la Russie et le reste du monde, pas seulement aux États-Unis.

"En agissant ensemble, nous pensons que les États-Unis et la Russie pourraient forcer le régime nord-coréen à la table des négociations pour trouver une solution diplomatique", a-t-il déclaré.

Les commentaires de Huntsman sont venus une semaine après que le président Donald Trump a déclaré dans une déclaration de Twitter d'octobre que la négociation avec la Corée du Nord au sujet de ses programmes nucléaires et de missiles était une «perte de temps».

Huntsman a également parlé d'une éventuelle coopération avec la Russie dans le but de vaincre le groupe militant de l'État islamique (IS) et de tenter de mettre fin à la guerre civile de six ans en Syrie, où Washington et Moscou sont de retour dans des camps opposés.

La tension sévère dans les relations bilatérales provient également d'un rapport de janvier de la communauté de renseignement des États-Unis qui a déterminé que Poutine a ordonné une «campagne d'influence» visant les élections présidentielles de 2016 aux États-Unis.

Lors d'une audience de confirmation devant un panel du Sénat le 19 septembre, Huntsman a déclaré qu'il n'y avait «aucune question - souligner, sans aucune question - que le gouvernement russe s'était interféré aux élections américaines l'année dernière. Et Moscou continue de se mêler aux processus démocratiques de notre
amis et alliés. "

Huntsman a été ambassadeur des États-Unis à Singapour sous le président George H.W.
Bush et en tant qu'ambassadeur en Chine sous le président Barack Obama.

Il a brièvement couru pour la nomination présidentielle républicaine en 2012.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 11 Oct - 9:18

Comment la Russie de Poutine utilise les tours de l'ère soviétique pour évoquer les peurs blanches racistes


Wearing Red Army uniforms from the World War II era, Russian soldiers parade in Red Square in 2014. (Agence France-Presse/Getty Images/Kirill Kudryavtsev).

Revelations of Russian-bought Facebook ads designed to gin up racial discord between white Americans and minority groups may have come as a surprise to many Americans, but it shouldn’t have. The Washington Post reported recently that Russia-backed entities spent at least $100,000 on Facebook ads designed to pit white, Trump-leaning Americans against Black Lives Matter activists and minorities in general. Those ads include one of a black woman shooting a gun, which was supposedly  conceived to spark racial fears. A troll farm connected to The Kremlin even bought ads on Instagram. Just today, The Post reported Russia also tried to manipulate Google during the 2016 election. These efforts were likely designed to sway public opinion in favor of Trump, whose own campaign rhetoric was imbued with racial fear-mongering.

We still don’t know exactly how any of these social media efforts informed Americans’ voting choices in 2016. But none of us should be surprised that Russia exploited American racism to achieve its own foreign policy objectives. As a Russian supremacist state, the former USSR understood very well how to weaponize racism. It wielded Russian homogeneity against its own minorities during its 70-plus years of existence.

At a basic level, the use of the word “republic” to describe Russia’s member states is problematic. “Republic” is wording that suggests agency and autonomy. In reality, they were nothing more than colonies of Moscow. One of the first things a colonizer does is center its ethnic superiority over the peoples it rules. During the early 1930s, Joseph Stalin waged “Holodomor” (or Holocaust) against Ukraine that enforced strict collectivization policies depriving its people of meats, grains and other food stuffs. The best numbers have the death figure at 4 million people, but some estimates have that figure upwards of 10 million.

The cause? Ukrainians refused to give in to Stalin’s collectivization campaign, which he read as resistance to Soviet rule. Experts have long argued that his collectivization campaign was genocide. While Stalin was, indeed, a Georgian, he presided over a USSR that centered Russians as the leading ethnic group. Indeed, one does not need to be Russian to advance Russian supremacy any more than someone needing to be white to advance white supremacy here in America.
Terry Martin, coauthor of “A State Of Nations: Empire And Nation-Building In The Age Of Lenin And Stalin,”told The Atlantic that Stalin’s initial attempts to build a united Soviet state soon transitioned into a one where the Russian identity was above all ethnic groups.


“In the mid-1930s you start to get the notion of Russians as being the first among equals,” he said. “And you get this kind of formalized under the slogan of the ‘friendship of the peoples.’ So, at this point, there is a friendship in which Russians are the big brother or the dominant player.”

In reality, the Kremlin’s Russian racist policies and propaganda began sooner than that.

During the early 1920s, while Soviet authorities were recruiting black Americans and Africans to study in the USSR and the country was branding itself as a partner of black liberation, it was busy producing anti-black messages.


Raquel Greene, an associate professor of Russian at Grinnell College, has written extensively on how Soviet children’s books depicted African children in blackface and Africa as an uncivilized continent. Robert Robinson a black U.S. resident, who lived in USSR for more than four decades, was regularly used as a propaganda tool. And when he realized Russians were just as racist as Americans, Robinson wasn’t allowed to leave and had to escape the country with the help of Ugandan diplomats.


In 1927, the Soviet Union engaged in a campaign demanding that women in Uzbekistan unveil. The move was supposed to prove that the proletariat revolution had arrived in Central Asia, but the real motivation was to homogenize the population, which the Kremlin viewed as primitive and backwards, with Russian values. Soviet propaganda from the time depicts clerics in Uzbekistan as menacing and primitive in a clear case of Islamophobia.

It was also very common during the World War II-years to deport ethnic minorities under the false charge that they were collaborating with Nazis. Between 1943 and 1949 alone, around 1.5 million Chechens, Ingushi, Karachai, Balkars, Kalmyks, Meskhetian Turks, and Crimean Tatars, who were mostly Muslims, were uprooted from their homes for this reason. They were often villainized in Soviet films and any trace of their culture was meticulously stamped out. (Even under Russian President Vladimir Putin’s Russia, Crimean Tatars face persecution.) In 1988, when the Central Committee was deciding the fate of its ethnic minorities, 85 percent of its membership was Russian; despite the fact the non-Russian population was close to 50 percent.

Whether it was killing Ukrainians, “civilizing” Central Asian peoples or disparaging black peoples while pretending to treat them as equals, the USSR always centered the Russian slav. The Russian Federation is no different. It understands divide and conquer as well as its predecessor. And most non-Russians in former USSR republics will tell you as much.

While I was visiting the western Ukrainian city of Lviv, in 2010, a man who appeared to be at least 80-years-old approached me on a busy downtown street and asked if I knew the history of Ukraine. It was a broad question, but I welcomed his insight.


“Ukraine is a colony of Moscow and Russia wants to take it back,” he told me.

His fears were came to fruition four years later. Russia annexed Crimea and supports anti-government rebels in the eastern part of Ukraine. In the summer of 2007, I sat in a lecture at Indiana University as our a Georgian language teacher predicted that Putin would one day invade her country. One year later, it happened.

Residents 0f the former USSR states know all too well that the Kremlin functions very much as a successor state of the Soviet Union. That it would export tactics of ethnic division in the United States should shock none of us. Russian supremacy was the hallmark of USSR foreign policy and it continues to be under Putin. While the White House, whose policy of white supremacy dominates its domestic and foreign affairs, may be the Kremlin’s adversary (or, at least, theoretically), Russia and the United States are ultimately peers in their supremacist outlooks.

Once we begin to see Russia as a supremacist state, we will be able to identify its tactics. Racial propaganda was a hallmark of its supremacy during its time as the USSR. That Putin’s Russian Federation would deploy similar tactics against American interests should surprise no one.



Les révélations d'annonces Facebook achetées par les Russes et destinées à éveiller la discorde raciale entre les Américains blancs et les groupes minoritaires ont peut-être surpris beaucoup d'Américains, mais elles ne devraient pas l'être. Le Washington Post a rapporté récemment que les entités soutenues par la Russie dépensaient au moins 100 000 $ sur des publicités Facebook conçues pour opposer les Américains blancs à ceux des Trump, contre les activistes et les minorités de Black Lives Matter en général. Ces publicités incluent l'une d'une femme noire tirant une arme à feu, qui aurait été conçue pour susciter des peurs raciales. Une ferme troll connectée au Kremlin a même acheté des annonces sur Instagram. Juste aujourd'hui, The Post a rapporté que la Russie a également essayé de manipuler Google lors des élections de 2016. Ces efforts ont probablement été conçus pour influencer l'opinion publique en faveur de Trump, dont la rhétorique de la campagne était imprégnée de propagande raciste.

Nous ne savons toujours pas exactement comment ces efforts de médias sociaux ont influencé les choix de vote des Américains en 2016. Mais aucun de nous ne devrait être surpris que la Russie ait exploité le racisme américain pour atteindre ses propres objectifs de politique étrangère. En tant qu'Etat suprémaciste russe, l'ex-URSS comprenait très bien comment armer le racisme. Il a exercé l'homogénéité russe contre ses propres minorités pendant ses 70 années d'existence.


Au niveau de base, l'utilisation du mot «république» pour décrire les États membres de la Russie est problématique. La «République» est un libellé qui suggère l'autonomie et l'autonomie. En réalité, ils n'étaient rien de plus que des colonies de Moscou. L'une des premières choses qu'un colonisateur fait est de centrer sa supériorité ethnique sur les peuples qu'il régit. Au début des années 1930, Joseph Staline a mené un «Holodomor» (ou holocauste) contre l'Ukraine qui a imposé des politiques de collectivisation strictes privant sa population de viande, de céréales et d'autres produits alimentaires. Les meilleurs chiffres ont le chiffre de la mort à 4 millions de personnes, mais certaines estimations ont ce chiffre de plus de 10 millions.

La cause? Les Ukrainiens ont refusé de céder à la campagne de collectivisation de Staline, qu'il a lue comme une résistance à la domination soviétique. Les experts ont longtemps soutenu que sa campagne de collectivisation était un génocide. Alors que Staline était en effet géorgien, il présidait une URSS centrée sur les Russes en tant que principal groupe ethnique.
En effet, on n'a pas besoin d'être russe pour faire avancer la suprématie russe, pas plus que quelqu'un qui a besoin d'être blanc pour faire progresser la suprématie blanche ici en Amérique.

Terry Martin, co-auteur de "Un Etat des Nations: l'Empire et l'édification de la nation à l'époque de Lénine et de Staline", a déclaré à l'Atlantique que les premières tentatives de Staline pour construire un Etat soviétique uni se sont rapidement transformées en une
groupes ethniques.


"Au milieu des années 1930, vous commencez à comprendre que les Russes sont les premiers parmi leurs pairs", a-t-il dit.
"Et vous obtenez ce genre de formalisé sous le slogan de« l'amitié des peuples ». Donc, à ce stade, il y a une amitié dans laquelle les Russes sont le grand frère ou le joueur dominant.

En réalité, la politique raciste et la propagande russes du Kremlin ont commencé plus tôt que cela.

Au début des années 1920, alors que les autorités soviétiques recrutaient des Américains noirs et des Africains pour étudier en URSS et que le pays se présentait comme un partenaire de la libération noire, il était occupé à produire des messages anti-noirs.


Raquel Greene, professeur agrégé de russe au Collège Grinnell, a beaucoup écrit sur la façon dont les livres soviétiques pour enfants ont représenté les enfants africains en noir et l'Afrique en tant que continent non civilisé. Robert Robinson, un résident américain noir, qui a vécu en URSS pendant plus de quatre décennies, était régulièrement utilisé comme outil de propagande. Et quand il a réalisé que les Russes étaient aussi racistes que les Américains, Robinson n'a pas été autorisé à partir et a dû fuir le pays avec l'aide de diplomates ougandais.

En 1927, l'Union soviétique s'est engagée dans une campagne exigeant que les femmes en Ouzbékistan se dévoilent. Ce mouvement était censé prouver que la révolution prolétarienne était arrivée en Asie centrale, mais la véritable motivation était d'homogénéiser la population, que le Kremlin considérait comme primitive et rétrograde, avec les valeurs russes.
La propagande soviétique de l'époque dépeint les clercs en Ouzbékistan comme menaçants et primitifs dans un cas clair d'islamophobie.

Il était également très courant pendant la Seconde Guerre mondiale de déporter des minorités ethniques sous la fausse accusation qu'ils collaboraient avec les nazis. Entre 1943 et 1949 seulement, environ 1,5 million de Tchétchènes, d'Ingushi, de Karachai, de Balkans, de Kalmouks, de Turcs Meskhètes et de Tatars de Crimée, majoritairement musulmans, ont été déracinés pour cette raison. Ils étaient souvent méchants dans les films soviétiques et toute trace de leur culture était méticuleusement éradiquée. (Même sous la Russie du président russe Vladimir Poutine, les Tatars de Crimée font face à la persécution.) En 1988, lorsque le Comité central décidait du sort de ses minorités ethniques, 85% de ses membres étaient russes;
malgré le fait que la population non-russe était près de 50 pour cent.

Qu'il tue les Ukrainiens, «civilise» les peuples d'Asie centrale ou dénigre les peuples noirs tout en prétendant les traiter comme des égaux, l'URSS a toujours centré l'esclave russe. La Fédération de Russie n'est pas différente. Il comprend diviser et conquérir ainsi que son prédécesseur.
Et la plupart des non-Russes dans les anciennes républiques de l'URSS vous en diront autant.

En 2010, alors que je visitais la ville ukrainienne de Lviv, un homme qui semblait avoir au moins 80 ans m'a approché dans une rue très fréquentée du centre-ville et m'a demandé si je connaissais l'histoire de l'Ukraine. C'était une question générale, mais j'ai accueilli son point de vue.


"L'Ukraine est une colonie de Moscou et la Russie veut le reprendre", m'a-t-il dit.

Ses craintes se sont concrétisées quatre ans plus tard. La Russie a annexé la Crimée et soutient les rebelles anti-gouvernementaux dans la partie orientale de l'Ukraine. À l'été 2007, j'ai assisté à une conférence à l'Université de l'Indiana, alors que notre professeur de géorgien prédisait que Poutine envahirait un jour son pays.
Un an plus tard, c'est arrivé.

Les habitants des Etats de l'ex-URSS savent très bien que le Kremlin fonctionne beaucoup comme un Etat successeur de l'Union Soviétique. Qu'il exporterait des tactiques de division ethnique aux États-Unis ne choquerait aucun d'entre nous. La suprématie russe était la marque de la politique étrangère de l'URSS et elle continue d'être sous Poutine.
Alors que la Maison Blanche, dont la politique de suprématie blanche domine ses affaires intérieures et extérieures, peut être l'adversaire du Kremlin (ou du moins théoriquement), la Russie et les États-Unis sont finalement des pairs dans leurs perspectives suprématistes.

Une fois que nous commencerons à voir la Russie comme un Etat suprématiste, nous pourrons identifier ses tactiques. La propagande raciale était une marque de sa suprématie en son temps en tant que l'URSS. Que la Fédération de Russie de Poutine déploierait des tactiques similaires contre les intérêts américains ne devrait surprendre personne.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 11 Oct - 10:46

La Russie arrête quatre citoyens ukrainiens par contumace pour avoir attaqué des missions diplomatiques - médias  Shocked

Four Ukrainian nationals, including member of the Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk, have been arrested in absentia in Russia for attacking Russian diplomatic missions in 2014-2016 and put on the international wanted list, according to Russian news agency TASS.

Photo de Unian

"The investigation has established that Ukrainian citizens Volodymyr Romantsev, Oleksiy Bakay and Volodymyr Nazarenko were actively involved in the willful damage of the property of the Russian diplomatic mission, while the latter also took part in desecrating Russia's national flag," Russian Investigative Committee Spokesperson Svetlana Petrenko said on Wednesday, TASS reported.

Petrenko added that member of Ukraine's Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk was involved in the attack on the Russian Consulate General in Lviv in March 2016 and the abuse of Russia's national flag.

"The above-mentioned individuals have been put on the international wanted list and, at the request of investigators, the court has imposed in absentia a pre-trial restraint on them in the form of custody," Petrenko said.

According to Petrenko, on the basis of the evidence collected by investigators, including footage from open sources, and the results of forensic examinations, a decision was made to involve the four individuals as defendants for committing a crime under Part 2 of Section 360 of Russia's Criminal Code ("Attack on an institution that enjoys international protection committed with a view to complicating international relations"). Nazarenko and Parasiuk are also charged under Section 329 of Russia's Criminal Code ("Abuse of Russia's national flag").


Petrenko noted that the Ukrainian law enforcement agencies "have been conducting their own investigations over the attacks on the Russian diplomatic missions for a long time, during which no one has been charged with a criminal offense so far."

"Despite the fact that Ukraine actually refused to comply with the requests for legal assistance from Russian investigators, the Investigative Committee is pushing ahead with its efforts to identify and bring to justice all the individuals who took part in the above-mentioned attacks on the Russian diplomatic missions abroad," she stressed.


Quatre ressortissants ukrainiens, dont un membre de la Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk, ont été arrêtés par contumace en Russie pour avoir attaqué des missions diplomatiques russes en 2014-2016 et figurer sur la liste internationale des personnes recherchées, selon l'agence de presse russe TASS.

"L'enquête a établi que les citoyens ukrainiens Volodymyr Romantsev, Oleksiy Bakay et Volodymyr Nazarenko étaient activement impliqués dans les dommages intentionnels des biens de la mission diplomatique russe, alors que ces derniers ont également participé à la profanation du drapeau national russe", a déclaré le porte-parole de la commission d'enquête russe Svetlana
Petrenko a déclaré mercredi, TASS a rapporté.

Petrenko a ajouté que le membre de la Verkhovna Rada de l'Ukraine Volodymyr Parasiuk était impliqué dans l'attaque contre le consulat général russe à Lviv en mars 2016 et l'abus du drapeau national russe.

"Les personnes susmentionnées ont été placées sur la liste des personnes recherchées sur le plan international et, à la demande des enquêteurs, le tribunal a imposé par contumace une mesure préventive contre eux sous forme de garde", a déclaré Petrenko.

Selon Petrenko, sur la base des preuves recueillies par les enquêteurs, y compris des images provenant de sources ouvertes et des résultats des examens médico-légaux, il a été décidé d'associer les quatre individus à la commission d'un crime en vertu de la partie 2 de l'article 360 ​​de la loi russe Code pénal ("Attaque d'une institution bénéficiant d'une protection internationale dans le but de compliquer les relations internationales").
Nazarenko et Parasiuk sont également inculpés en vertu de l'article 329 du Code pénal russe («Abus du drapeau national de la Russie»).

Petrenko a noté que les forces de l'ordre ukrainiennes "mènent depuis longtemps leurs propres enquêtes sur les attaques contre les missions diplomatiques russes, au cours desquelles personne n'a été accusé d'une infraction pénale jusqu'à présent".

"En dépit du refus de l'Ukraine de répondre aux demandes d'assistance judiciaire des enquêteurs russes, le comité d'enquête poursuit ses efforts pour identifier et traduire en justice toutes les personnes ayant pris part aux attaques susmentionnées contre le Russe missions diplomatiques à l'étranger ", a-t-elle souligné.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mer 11 Oct - 22:21


Ils n'ont pas été arrêtés par coutumace ! C'est une traduction de chiotte! il est matériellement et juridiquement impossible d'arrêter une personne qui n'est pas physiquement présente et dont on ne peut se saisir. Ce sont quatre mandats d'arrêt internationaux émis in absentia, c'est-à--dire les personnes étant fugitives, se cachant, ou se trouvant à l'étranger. L'expression "par coutumace" est d'ailleurs réservée aux arrêts des cours d'assises, qui condamnent un accusé absent par coutumace, c'est-à-dire que l'accusé ne s'est pas présente pas à son procès.

Ceci dit, il est plus que probable que les autres pays ne mettent jamais ces mandat d'arrêt à exécution, du moins les pays non liés par la convention liant les pays de la CEI (ex-URSS).
avatar
Thuramir

Messages : 2236
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 12 Oct - 12:57





avatar
Caduce62

Messages : 3567
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum