Et en Russie !

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Lun 9 Oct - 13:27

L'ambassadeur des États-Unis en Russie cite l'Ukraine comme clé pour améliorer les liens


Russian President Vladimir Putin (right) and the new U.S. ambassador to Russia, Jon Huntsman, after receiving his diplomatic credentials during a ceremony at the Kremlin in Moscow on October 3.

The new U.S. ambassador to Russia says restoring Ukrainian sovereignty over all its territory will be a key issue in his dealings with Moscow as he begins his tenure amid a period of high tensions between the two world powers.

Speaking in Salt Lake City, former Utah Governor Jon Huntsman on October 7 said he wants to improve relations with Russia, but he insisted the first step would be for Moscow to return Ukrainian control to territory within its internationally recognized borders.

"This is an issue not only with the United States, but with Europe, Canada, and virtually every other developed country," said Huntsman, who was visiting his home state for a ceremonial swearing-in event.

Moscow seized the Crimean Peninsula from Kyiv's control and has supported separatists in eastern Ukraine in war that has killed more than 10,000 people since 2014.

The United States, other Western countries, and the European Union have imposed sanctions on Russia for its actions in Ukraine, just one of many global issues separating the two countries.

Huntsman, who presented his credentials to Russian President Vladimir Putin at the Kremlin on October 3, told the Salt Lake City crowd that he wants to work with Moscow to solve the crisis over North Korea’s banned nuclear and ballistic-missile programs.

He called Pyongyang a threat to Russia and the rest of the world, not just to the United States.

"Acting together, we think the United States and Russia could force the North Korean regime to the negotiating table to find a diplomatic solution," he said.

Huntsman's comments came a week after President Donald Trump said in an October 1 Twitter statement that negotiating with North Korea over its nuclear and missile programs was a “waste of time.”

Huntsman also spoke of possible cooperation with Russia in the effort to defeat the Islamic State (IS) militant group and in efforts to end the six-year civil war in Syria, where Washington and Moscow back opposing sides.

The severe tension in bilateral ties also stems from a January report by the U.S. intelligence community that determined Putin ordered an "influence campaign" targeting the 2016 presidential election in the United States.

At a confirmation hearing before a Senate panel on September 19, Huntsman said there is "no question -- underline, no question -- that the Russian government interfered in the U.S. election last year. And Moscow continues to meddle in the democratic processes of our friends and allies."

Huntsman served as U.S. ambassador to Singapore under President George H.W. Bush and as ambassador to China under President Barack Obama.
He briefly ran for the Republican presidential nomination in 2012.

Le nouvel ambassadeur des États-Unis en Russie a déclaré que le rétablissement de la souveraineté ukrainienne sur tout son territoire constituera un enjeu majeur dans ses relations avec Moscou alors qu'il commence son mandat au milieu d'une période de fortes tensions entre les deux puissances mondiales.

Parlant à Salt Lake City, l'ancien gouverneur de l'Utah, Jon Huntsman, le 7 octobre, a déclaré qu'il voulait améliorer les relations avec la Russie, mais il a insisté pour que la première étape serait que Moscou renvoie le contrôle ukrainien au territoire dans ses frontières internationalement reconnues.

"C'est une question non seulement avec les États-Unis, mais avec l'Europe, le Canada et pratiquement tous les autres pays développés", a déclaré Huntsman, qui était en visite dans son État natal pour un événement cérémonial.

Moscou a saisi la péninsule de Crimée du contrôle de Kyiv et a soutenu les séparatistes de l'est de l'Ukraine dans la guerre qui a tué plus de 10 000 personnes depuis 2014.

Les États-Unis, d'autres pays occidentaux et l'Union européenne ont imposé des sanctions à la Russie pour ses actions en Ukraine, juste l'un des nombreux problèmes mondiaux qui séparent les deux pays.

Huntsman, qui a présenté ses lettres de créance au président russe Vladimir Poutine au Kremlin le 3 octobre, a déclaré à la foule de Salt Lake City qu'il voulait travailler avec Moscou pour résoudre la crise sur les programmes nucléaires interdits et les missiles balistiques en Corée.

Il a appelé Pyongyang une menace pour la Russie et le reste du monde, pas seulement aux États-Unis.

"En agissant ensemble, nous pensons que les États-Unis et la Russie pourraient forcer le régime nord-coréen à la table des négociations pour trouver une solution diplomatique", a-t-il déclaré.

Les commentaires de Huntsman sont venus une semaine après que le président Donald Trump a déclaré dans une déclaration de Twitter d'octobre que la négociation avec la Corée du Nord au sujet de ses programmes nucléaires et de missiles était une «perte de temps».

Huntsman a également parlé d'une éventuelle coopération avec la Russie dans le but de vaincre le groupe militant de l'État islamique (IS) et de tenter de mettre fin à la guerre civile de six ans en Syrie, où Washington et Moscou sont de retour dans des camps opposés.

La tension sévère dans les relations bilatérales provient également d'un rapport de janvier de la communauté de renseignement des États-Unis qui a déterminé que Poutine a ordonné une «campagne d'influence» visant les élections présidentielles de 2016 aux États-Unis.

Lors d'une audience de confirmation devant un panel du Sénat le 19 septembre, Huntsman a déclaré qu'il n'y avait «aucune question - souligner, sans aucune question - que le gouvernement russe s'était interféré aux élections américaines l'année dernière. Et Moscou continue de se mêler aux processus démocratiques de notre
amis et alliés. "

Huntsman a été ambassadeur des États-Unis à Singapour sous le président George H.W.
Bush et en tant qu'ambassadeur en Chine sous le président Barack Obama.

Il a brièvement couru pour la nomination présidentielle républicaine en 2012.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 11 Oct - 9:18

Comment la Russie de Poutine utilise les tours de l'ère soviétique pour évoquer les peurs blanches racistes


Wearing Red Army uniforms from the World War II era, Russian soldiers parade in Red Square in 2014. (Agence France-Presse/Getty Images/Kirill Kudryavtsev).

Revelations of Russian-bought Facebook ads designed to gin up racial discord between white Americans and minority groups may have come as a surprise to many Americans, but it shouldn’t have. The Washington Post reported recently that Russia-backed entities spent at least $100,000 on Facebook ads designed to pit white, Trump-leaning Americans against Black Lives Matter activists and minorities in general. Those ads include one of a black woman shooting a gun, which was supposedly  conceived to spark racial fears. A troll farm connected to The Kremlin even bought ads on Instagram. Just today, The Post reported Russia also tried to manipulate Google during the 2016 election. These efforts were likely designed to sway public opinion in favor of Trump, whose own campaign rhetoric was imbued with racial fear-mongering.

We still don’t know exactly how any of these social media efforts informed Americans’ voting choices in 2016. But none of us should be surprised that Russia exploited American racism to achieve its own foreign policy objectives. As a Russian supremacist state, the former USSR understood very well how to weaponize racism. It wielded Russian homogeneity against its own minorities during its 70-plus years of existence.

At a basic level, the use of the word “republic” to describe Russia’s member states is problematic. “Republic” is wording that suggests agency and autonomy. In reality, they were nothing more than colonies of Moscow. One of the first things a colonizer does is center its ethnic superiority over the peoples it rules. During the early 1930s, Joseph Stalin waged “Holodomor” (or Holocaust) against Ukraine that enforced strict collectivization policies depriving its people of meats, grains and other food stuffs. The best numbers have the death figure at 4 million people, but some estimates have that figure upwards of 10 million.

The cause? Ukrainians refused to give in to Stalin’s collectivization campaign, which he read as resistance to Soviet rule. Experts have long argued that his collectivization campaign was genocide. While Stalin was, indeed, a Georgian, he presided over a USSR that centered Russians as the leading ethnic group. Indeed, one does not need to be Russian to advance Russian supremacy any more than someone needing to be white to advance white supremacy here in America.
Terry Martin, coauthor of “A State Of Nations: Empire And Nation-Building In The Age Of Lenin And Stalin,”told The Atlantic that Stalin’s initial attempts to build a united Soviet state soon transitioned into a one where the Russian identity was above all ethnic groups.


“In the mid-1930s you start to get the notion of Russians as being the first among equals,” he said. “And you get this kind of formalized under the slogan of the ‘friendship of the peoples.’ So, at this point, there is a friendship in which Russians are the big brother or the dominant player.”

In reality, the Kremlin’s Russian racist policies and propaganda began sooner than that.

During the early 1920s, while Soviet authorities were recruiting black Americans and Africans to study in the USSR and the country was branding itself as a partner of black liberation, it was busy producing anti-black messages.


Raquel Greene, an associate professor of Russian at Grinnell College, has written extensively on how Soviet children’s books depicted African children in blackface and Africa as an uncivilized continent. Robert Robinson a black U.S. resident, who lived in USSR for more than four decades, was regularly used as a propaganda tool. And when he realized Russians were just as racist as Americans, Robinson wasn’t allowed to leave and had to escape the country with the help of Ugandan diplomats.


In 1927, the Soviet Union engaged in a campaign demanding that women in Uzbekistan unveil. The move was supposed to prove that the proletariat revolution had arrived in Central Asia, but the real motivation was to homogenize the population, which the Kremlin viewed as primitive and backwards, with Russian values. Soviet propaganda from the time depicts clerics in Uzbekistan as menacing and primitive in a clear case of Islamophobia.

It was also very common during the World War II-years to deport ethnic minorities under the false charge that they were collaborating with Nazis. Between 1943 and 1949 alone, around 1.5 million Chechens, Ingushi, Karachai, Balkars, Kalmyks, Meskhetian Turks, and Crimean Tatars, who were mostly Muslims, were uprooted from their homes for this reason. They were often villainized in Soviet films and any trace of their culture was meticulously stamped out. (Even under Russian President Vladimir Putin’s Russia, Crimean Tatars face persecution.) In 1988, when the Central Committee was deciding the fate of its ethnic minorities, 85 percent of its membership was Russian; despite the fact the non-Russian population was close to 50 percent.

Whether it was killing Ukrainians, “civilizing” Central Asian peoples or disparaging black peoples while pretending to treat them as equals, the USSR always centered the Russian slav. The Russian Federation is no different. It understands divide and conquer as well as its predecessor. And most non-Russians in former USSR republics will tell you as much.

While I was visiting the western Ukrainian city of Lviv, in 2010, a man who appeared to be at least 80-years-old approached me on a busy downtown street and asked if I knew the history of Ukraine. It was a broad question, but I welcomed his insight.


“Ukraine is a colony of Moscow and Russia wants to take it back,” he told me.

His fears were came to fruition four years later. Russia annexed Crimea and supports anti-government rebels in the eastern part of Ukraine. In the summer of 2007, I sat in a lecture at Indiana University as our a Georgian language teacher predicted that Putin would one day invade her country. One year later, it happened.

Residents 0f the former USSR states know all too well that the Kremlin functions very much as a successor state of the Soviet Union. That it would export tactics of ethnic division in the United States should shock none of us. Russian supremacy was the hallmark of USSR foreign policy and it continues to be under Putin. While the White House, whose policy of white supremacy dominates its domestic and foreign affairs, may be the Kremlin’s adversary (or, at least, theoretically), Russia and the United States are ultimately peers in their supremacist outlooks.

Once we begin to see Russia as a supremacist state, we will be able to identify its tactics. Racial propaganda was a hallmark of its supremacy during its time as the USSR. That Putin’s Russian Federation would deploy similar tactics against American interests should surprise no one.



Les révélations d'annonces Facebook achetées par les Russes et destinées à éveiller la discorde raciale entre les Américains blancs et les groupes minoritaires ont peut-être surpris beaucoup d'Américains, mais elles ne devraient pas l'être. Le Washington Post a rapporté récemment que les entités soutenues par la Russie dépensaient au moins 100 000 $ sur des publicités Facebook conçues pour opposer les Américains blancs à ceux des Trump, contre les activistes et les minorités de Black Lives Matter en général. Ces publicités incluent l'une d'une femme noire tirant une arme à feu, qui aurait été conçue pour susciter des peurs raciales. Une ferme troll connectée au Kremlin a même acheté des annonces sur Instagram. Juste aujourd'hui, The Post a rapporté que la Russie a également essayé de manipuler Google lors des élections de 2016. Ces efforts ont probablement été conçus pour influencer l'opinion publique en faveur de Trump, dont la rhétorique de la campagne était imprégnée de propagande raciste.

Nous ne savons toujours pas exactement comment ces efforts de médias sociaux ont influencé les choix de vote des Américains en 2016. Mais aucun de nous ne devrait être surpris que la Russie ait exploité le racisme américain pour atteindre ses propres objectifs de politique étrangère. En tant qu'Etat suprémaciste russe, l'ex-URSS comprenait très bien comment armer le racisme. Il a exercé l'homogénéité russe contre ses propres minorités pendant ses 70 années d'existence.


Au niveau de base, l'utilisation du mot «république» pour décrire les États membres de la Russie est problématique. La «République» est un libellé qui suggère l'autonomie et l'autonomie. En réalité, ils n'étaient rien de plus que des colonies de Moscou. L'une des premières choses qu'un colonisateur fait est de centrer sa supériorité ethnique sur les peuples qu'il régit. Au début des années 1930, Joseph Staline a mené un «Holodomor» (ou holocauste) contre l'Ukraine qui a imposé des politiques de collectivisation strictes privant sa population de viande, de céréales et d'autres produits alimentaires. Les meilleurs chiffres ont le chiffre de la mort à 4 millions de personnes, mais certaines estimations ont ce chiffre de plus de 10 millions.

La cause? Les Ukrainiens ont refusé de céder à la campagne de collectivisation de Staline, qu'il a lue comme une résistance à la domination soviétique. Les experts ont longtemps soutenu que sa campagne de collectivisation était un génocide. Alors que Staline était en effet géorgien, il présidait une URSS centrée sur les Russes en tant que principal groupe ethnique.
En effet, on n'a pas besoin d'être russe pour faire avancer la suprématie russe, pas plus que quelqu'un qui a besoin d'être blanc pour faire progresser la suprématie blanche ici en Amérique.

Terry Martin, co-auteur de "Un Etat des Nations: l'Empire et l'édification de la nation à l'époque de Lénine et de Staline", a déclaré à l'Atlantique que les premières tentatives de Staline pour construire un Etat soviétique uni se sont rapidement transformées en une
groupes ethniques.


"Au milieu des années 1930, vous commencez à comprendre que les Russes sont les premiers parmi leurs pairs", a-t-il dit.
"Et vous obtenez ce genre de formalisé sous le slogan de« l'amitié des peuples ». Donc, à ce stade, il y a une amitié dans laquelle les Russes sont le grand frère ou le joueur dominant.

En réalité, la politique raciste et la propagande russes du Kremlin ont commencé plus tôt que cela.

Au début des années 1920, alors que les autorités soviétiques recrutaient des Américains noirs et des Africains pour étudier en URSS et que le pays se présentait comme un partenaire de la libération noire, il était occupé à produire des messages anti-noirs.


Raquel Greene, professeur agrégé de russe au Collège Grinnell, a beaucoup écrit sur la façon dont les livres soviétiques pour enfants ont représenté les enfants africains en noir et l'Afrique en tant que continent non civilisé. Robert Robinson, un résident américain noir, qui a vécu en URSS pendant plus de quatre décennies, était régulièrement utilisé comme outil de propagande. Et quand il a réalisé que les Russes étaient aussi racistes que les Américains, Robinson n'a pas été autorisé à partir et a dû fuir le pays avec l'aide de diplomates ougandais.

En 1927, l'Union soviétique s'est engagée dans une campagne exigeant que les femmes en Ouzbékistan se dévoilent. Ce mouvement était censé prouver que la révolution prolétarienne était arrivée en Asie centrale, mais la véritable motivation était d'homogénéiser la population, que le Kremlin considérait comme primitive et rétrograde, avec les valeurs russes.
La propagande soviétique de l'époque dépeint les clercs en Ouzbékistan comme menaçants et primitifs dans un cas clair d'islamophobie.

Il était également très courant pendant la Seconde Guerre mondiale de déporter des minorités ethniques sous la fausse accusation qu'ils collaboraient avec les nazis. Entre 1943 et 1949 seulement, environ 1,5 million de Tchétchènes, d'Ingushi, de Karachai, de Balkans, de Kalmouks, de Turcs Meskhètes et de Tatars de Crimée, majoritairement musulmans, ont été déracinés pour cette raison. Ils étaient souvent méchants dans les films soviétiques et toute trace de leur culture était méticuleusement éradiquée. (Même sous la Russie du président russe Vladimir Poutine, les Tatars de Crimée font face à la persécution.) En 1988, lorsque le Comité central décidait du sort de ses minorités ethniques, 85% de ses membres étaient russes;
malgré le fait que la population non-russe était près de 50 pour cent.

Qu'il tue les Ukrainiens, «civilise» les peuples d'Asie centrale ou dénigre les peuples noirs tout en prétendant les traiter comme des égaux, l'URSS a toujours centré l'esclave russe. La Fédération de Russie n'est pas différente. Il comprend diviser et conquérir ainsi que son prédécesseur.
Et la plupart des non-Russes dans les anciennes républiques de l'URSS vous en diront autant.

En 2010, alors que je visitais la ville ukrainienne de Lviv, un homme qui semblait avoir au moins 80 ans m'a approché dans une rue très fréquentée du centre-ville et m'a demandé si je connaissais l'histoire de l'Ukraine. C'était une question générale, mais j'ai accueilli son point de vue.


"L'Ukraine est une colonie de Moscou et la Russie veut le reprendre", m'a-t-il dit.

Ses craintes se sont concrétisées quatre ans plus tard. La Russie a annexé la Crimée et soutient les rebelles anti-gouvernementaux dans la partie orientale de l'Ukraine. À l'été 2007, j'ai assisté à une conférence à l'Université de l'Indiana, alors que notre professeur de géorgien prédisait que Poutine envahirait un jour son pays.
Un an plus tard, c'est arrivé.

Les habitants des Etats de l'ex-URSS savent très bien que le Kremlin fonctionne beaucoup comme un Etat successeur de l'Union Soviétique. Qu'il exporterait des tactiques de division ethnique aux États-Unis ne choquerait aucun d'entre nous. La suprématie russe était la marque de la politique étrangère de l'URSS et elle continue d'être sous Poutine.
Alors que la Maison Blanche, dont la politique de suprématie blanche domine ses affaires intérieures et extérieures, peut être l'adversaire du Kremlin (ou du moins théoriquement), la Russie et les États-Unis sont finalement des pairs dans leurs perspectives suprématistes.

Une fois que nous commencerons à voir la Russie comme un Etat suprématiste, nous pourrons identifier ses tactiques. La propagande raciale était une marque de sa suprématie en son temps en tant que l'URSS. Que la Fédération de Russie de Poutine déploierait des tactiques similaires contre les intérêts américains ne devrait surprendre personne.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 11 Oct - 10:46

La Russie arrête quatre citoyens ukrainiens par contumace pour avoir attaqué des missions diplomatiques - médias  Shocked

Four Ukrainian nationals, including member of the Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk, have been arrested in absentia in Russia for attacking Russian diplomatic missions in 2014-2016 and put on the international wanted list, according to Russian news agency TASS.

Photo de Unian

"The investigation has established that Ukrainian citizens Volodymyr Romantsev, Oleksiy Bakay and Volodymyr Nazarenko were actively involved in the willful damage of the property of the Russian diplomatic mission, while the latter also took part in desecrating Russia's national flag," Russian Investigative Committee Spokesperson Svetlana Petrenko said on Wednesday, TASS reported.

Petrenko added that member of Ukraine's Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk was involved in the attack on the Russian Consulate General in Lviv in March 2016 and the abuse of Russia's national flag.

"The above-mentioned individuals have been put on the international wanted list and, at the request of investigators, the court has imposed in absentia a pre-trial restraint on them in the form of custody," Petrenko said.

According to Petrenko, on the basis of the evidence collected by investigators, including footage from open sources, and the results of forensic examinations, a decision was made to involve the four individuals as defendants for committing a crime under Part 2 of Section 360 of Russia's Criminal Code ("Attack on an institution that enjoys international protection committed with a view to complicating international relations"). Nazarenko and Parasiuk are also charged under Section 329 of Russia's Criminal Code ("Abuse of Russia's national flag").


Petrenko noted that the Ukrainian law enforcement agencies "have been conducting their own investigations over the attacks on the Russian diplomatic missions for a long time, during which no one has been charged with a criminal offense so far."

"Despite the fact that Ukraine actually refused to comply with the requests for legal assistance from Russian investigators, the Investigative Committee is pushing ahead with its efforts to identify and bring to justice all the individuals who took part in the above-mentioned attacks on the Russian diplomatic missions abroad," she stressed.


Quatre ressortissants ukrainiens, dont un membre de la Verkhovna Rada Volodymyr Parasiuk, ont été arrêtés par contumace en Russie pour avoir attaqué des missions diplomatiques russes en 2014-2016 et figurer sur la liste internationale des personnes recherchées, selon l'agence de presse russe TASS.

"L'enquête a établi que les citoyens ukrainiens Volodymyr Romantsev, Oleksiy Bakay et Volodymyr Nazarenko étaient activement impliqués dans les dommages intentionnels des biens de la mission diplomatique russe, alors que ces derniers ont également participé à la profanation du drapeau national russe", a déclaré le porte-parole de la commission d'enquête russe Svetlana
Petrenko a déclaré mercredi, TASS a rapporté.

Petrenko a ajouté que le membre de la Verkhovna Rada de l'Ukraine Volodymyr Parasiuk était impliqué dans l'attaque contre le consulat général russe à Lviv en mars 2016 et l'abus du drapeau national russe.

"Les personnes susmentionnées ont été placées sur la liste des personnes recherchées sur le plan international et, à la demande des enquêteurs, le tribunal a imposé par contumace une mesure préventive contre eux sous forme de garde", a déclaré Petrenko.

Selon Petrenko, sur la base des preuves recueillies par les enquêteurs, y compris des images provenant de sources ouvertes et des résultats des examens médico-légaux, il a été décidé d'associer les quatre individus à la commission d'un crime en vertu de la partie 2 de l'article 360 ​​de la loi russe Code pénal ("Attaque d'une institution bénéficiant d'une protection internationale dans le but de compliquer les relations internationales").
Nazarenko et Parasiuk sont également inculpés en vertu de l'article 329 du Code pénal russe («Abus du drapeau national de la Russie»).

Petrenko a noté que les forces de l'ordre ukrainiennes "mènent depuis longtemps leurs propres enquêtes sur les attaques contre les missions diplomatiques russes, au cours desquelles personne n'a été accusé d'une infraction pénale jusqu'à présent".

"En dépit du refus de l'Ukraine de répondre aux demandes d'assistance judiciaire des enquêteurs russes, le comité d'enquête poursuit ses efforts pour identifier et traduire en justice toutes les personnes ayant pris part aux attaques susmentionnées contre le Russe missions diplomatiques à l'étranger ", a-t-elle souligné.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mer 11 Oct - 22:21


Ils n'ont pas été arrêtés par coutumace ! C'est une traduction de chiotte! il est matériellement et juridiquement impossible d'arrêter une personne qui n'est pas physiquement présente et dont on ne peut se saisir. Ce sont quatre mandats d'arrêt internationaux émis in absentia, c'est-à--dire les personnes étant fugitives, se cachant, ou se trouvant à l'étranger. L'expression "par coutumace" est d'ailleurs réservée aux arrêts des cours d'assises, qui condamnent un accusé absent par coutumace, c'est-à-dire que l'accusé ne s'est pas présente pas à son procès.

Ceci dit, il est plus que probable que les autres pays ne mettent jamais ces mandat d'arrêt à exécution, du moins les pays non liés par la convention liant les pays de la CEI (ex-URSS).
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 12 Oct - 12:57





avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mar 17 Oct - 18:20

CNEWS, publié le mardi 17 octobre 2017 à 17h30

Le fou-rire du Huilo Laughing

C'est le ministre de l'Agriculture, Alexander Tkachev qui a déclenché les rires de Vladimir Poutine. En Conseil des ministres, il avait proposé de prendre exemple sur l'Allemagne, et donc d'exporter plus de porcs, notamment...en Indonésie. Ce à quoi Poutine a répondu, surpris : "L'Indonésie est un pays musulman. On n'y mange pas de porc".

Malgré l'intervention du président, Alexander Tkachev a défendu sa proposition : "D'accord, la Corée du Sud. Quelle différence ? Ils en mangeront !". Incapable de contenir son fou rire, Vladimir Poutine a répété que "non, ils n'en mangeront pas".

Il faudrait rappeler au crétin du Kremlin que l'Indonésie possède une population majoritairement musulmane mais aussi une minorité chrétienne mange du porc lol!
Ce qui fait que ce pays importe du porc (d'Australie)
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Ven 20 Oct - 19:15

Portrait. Ksenia Sobtchak, une candidate glamour et “contre tous” à la présidence russe

https://www.courrierinternational.com/article/portrait-ksenia-sobtchak-une-candidate-glamour-et-contre-tous-la-presidence-russe?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1508501100

COURRIER INTERNATIONAL - PARIS
Publié le 20/10/2017 - 12:58


Image du site Internet de campagne de Ksenia Sobtchak, candidate à l’élection présidentielle russe de 2018. Photo : Mladen ANTONOV / AFP

Les rumeurs couraient depuis plusieurs jours. La célébrissime animatrice de télévision, ancienne icône de la jet-set moscovite des années 2000, devenue récemment l’une des figures de l’opposition, a décidé de se jeter dans le grand bain de la politique russe.

C’est une nouvelle qui crée de l’animation dans la campagne électorale pour la présidentielle de mars 2018 : une candidature inédite ! Caractéristiques principales : c’est une femme, de l’opposition, jeune, issue du monde du spectacle et de la télévision, fille d’une éminente figure politique de l’époque Eltsine (Anatoli Sobtchak, ex-maire de Saint-Pétersbourg). Il s’agit de l’icône glamour des années 2000, Ksenia Sobtchak, 36 ans, actuellement animatrice d’un talk-show sur la chaîne indépendante Dojd, et responsable de programme sur la station de radio de la même maison.

Cela fait quelques années déjà que ce pilier de la jet-set moscovite s’implique en politique. On l’a vue faire sa mue en 2011-2012 sous la présidence de Dmitri Medvedev, quand, troquant les paillettes et les talons hauts pour un jean et des baskets, elle s’est engagée dans le mouvement Pour des élections honnêtes, marchant en tête de cortège lors des manifestations et prenant le micro sur les estrades des nombreux meetings et autres “occupations” qui ont émaillé la vie politique et sociale russe au cours des mois précédant le retour de Vladimir Poutine au Kremlin (en mai 2012).

La Paris Hilton russe des années 2000

“Quand, au début des années 2000, le Tout-Moscou apprenait à dépenser l’argent et se pavanait avec des sacs Chanel, la fille d’Anatoli Sobtchak est devenue la Paris Hilton russe. Aujourd’hui, si la blonde américaine vêtue de rose est demeurée ce qu’elle fut, Ksenia a évolué pour devenir… Ksenia Sobtchak. On ne la compare plus à personne”, écrit le quotidien libéral en ligne Gazeta.ru.

En octobre 2012, elle est élue au Comité de coordination de l’opposition (qui cessera d’exister un an plus tard), aux côtés de l’opposant Alexeï Navalny, l’écrivain Dmitri Bykov et l’ex-champion d’échecs Garry Kasparov. En janvier 2012, elle fait partie du top 10 des femmes de Russie les plus influentes, établi par la radio Echo de Moscou et le magazine Ogoniok. En 2014, elle occupe, dans le palmarès des cent personnalités publiques les plus influentes de Russie, la 22e place. Ksenia Sobtchak avait durant ses études déjà opté pour la politique. Elle est en effet diplômée du prestigieux MGIMO, l’institut d’État de relations internationales, qui a formé plus d’un homme politique en Russie.

Marre des éternels mêmes candidats

Dans une longue lettre-programme publiée dans le quotidien économique d’opposition Vedomosti, ainsi que dans une vidéo (visionnable ci-dessous), elle explique sa décision de se lancer dans la course à la présidentielle.

Elle en a assez de voir “éternellement les mêmes candidats aux élections depuis son adolescence”, et estime que quelqu’un doit réagir, “sinon la Russie ne changera jamais”. Modeste, elle dit surtout s’opposer au boycott du suffrage pour lequel militent certaines figures de l’opposition. C’est pourquoi elle offre sa candidature aux électeurs qui veulent voter “contre tous”. Elle affirme enfin envisager un retrait si l’opposant Alexeï Navalny parvient à faire enregistrer sa candidature.

Une vision du monde ultralibérale

Le quotidien Nezavissimaïa Gazeta brosse à grands traits son programme politique : la Russie est un pays européen et démocratique, toutes les lois qui vont contre ces deux principes doivent être abolies. La Russie doit être une véritable fédération, accordant une véritable autonomie aux régions. Sobtchak prône la privatisation de toutes les entreprises d’État, y compris des médias, et une réforme fiscale et financière dans l’intérêt du business. Enfin, elle milite pour la décléricalisation du pays et la défense de toutes les minorités.

Le titre de centre gauche a interrogé à son sujet le directeur du Centre de réformes politiques et économiques, Nikolaï Mironov : “Elle peut escompter obtenir de 5 à 7 % des voix [grâce aux électeurs de Moscou et Saint-Pétersbourg]. Dans les régions, les gens ne voteront pas pour une candidate estampillée ‘jeunesse dorée’ et ‘glamour’. Ils veulent qu’on leur parle de baisse des prix et de hausse des salaires, pas de libéralisme ou de questions de genre.”

Poutine, une vieille connaissance

Mironov met par ailleurs en doute, et il n’est pas le seul, l’indépendance de la décision de Sobtchak, estimant que cette démarche s’inscrit dans un plan du Kremlin, lequel “veut visiblement éviter un taux d’abstention trop élevé”. Il faut dire que Vladimir Poutine fut la première personnalité à être officiellement informée de la décision de la candidate. Le président et la jeune femme se connaissent depuis fort longtemps, le premier ayant fait ses débuts en politique en 1990 auprès du père de Ksenia, le très puissant maire de Saint-Pétersbourg, Anatoli Sobtchak, dont il fut très proche jusqu’à sa mort.

Laurence Habay
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Dim 22 Oct - 11:47

Le principal opposant russe, Alexeï Navalny, annonce avoir été libéré
©️ BELGA
Le principal opposant russe Alexeï Navalny a annoncé dimanche avoir été libéré du centre de détention moscovite où il a passé 20 jours pour avoir organisé des manifestations non autorisées contre le président Vladimir Poutine.
«Salut! Je suis sorti» de prison, a écrit Alexeï Navalny sur son compte Instagram, avec une photo le montrant dans une rue. La police avait organisé sa remise en liberté de manière à éviter la foule de journalistes qui attendaient devant le centre de détention.
M. Navalny, qui a annoncé son intention d'être candidat à l'élection présidentielle de mars 2018, a ajouté qu'il était «prêt à travailler» et se rendait à Astrakhan (sud-ouest) pour y participer dans la soirée à une manifestation à laquelle les autorités locales ont donné leur feu vert.
Dans son message, l'avocat et blogueur anticorruption de 41 ans a précisé en plaisantant que, pendant son séjour en prison, il avait lu vingt livres, appris quelques mots de kirghize et but 80 litres de thé.
Plus tôt dimanche, des partisans de M. Navalny avaient suspendu à un pont proche du Kremlin une banderole proclamant : «il est temps de se débarrasser de Poutine et il est temps d'élire Navalny».
L'opposant a purgé cette année des peines de prison de 15, 25 et 20 jours pour avoir organisé des manifestations non autorisées contre Vladimir Poutine.
 
Le titre de l’article me paraît discutable. En effet, , Alexeï Navalny a été condamné en février 2017 à cinq ans de prison avec sursis et il est inéligible :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/08/97001-20170208FILWWW00170-l-opposant-russe-navalny-condamne-a-cinq-ans-de-prison.php

Il peut bien entendu contester une nouvelle fois le caractère équitable de sa condamnation devant la Cour européenne des droits de l’homme, mais le fait de contester une décision nationale ne rend pas celle-ci caduque. Et il y a encore une autre condamnation à trois ans et demi de prison avec sursis pour un détournement au préjudice de la société française Yves Rocher, condamnation qui, elle aussi, entraîne son inéligibilité, ce qui semble donc irrémédiablement lui fermer la possibilité de présenter sa candidature en 2018 :
http://www.lemonde.fr/international/article/2017/02/08/condamne-a-de-la-prison-avec-sursis-alexei-navalny-maintient-sa-candidature-a-l-election-presidentielle-russe_5076601_3210.html
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Lun 23 Oct - 9:40

avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 23 Oct - 12:55

AFP, publié le lundi 23 octobre 2017 à 12h44

Une animatrice de la radio russe Echo de Moscou, critique du Kremlin, a été poignardée lundi par un inconnu qui s'est introduit dans la rédaction et a été interpellé, a indiqué à l'AFP son rédacteur en chef.

Tatiana Felguengauer a été "hospitalisée, on nous a dit que sa vie n'est pas menacée", a précisé Alexeï Venediktov, joint par téléphone.
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 23 Oct - 13:04

Tchétchénie : un chanteur homosexuel russe torturé, puis assassiné


http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20171023.OBS6370/tchetchenie-un-chanteur-homosexuel-russe-torture-puis-assassine.html



Le chanteur homosexuel russe Zelimkhan Bakaev. ((Capture d'écran twitter))

L'artiste homosexuel aurait été torturé puis assassiné par les autorités tchétchènes. Il était porté disparu depuis le 8 août dernier.

Il avait disparu depuis le 8 août. Selon Newnownext, le chanteur homosexuel russe Zelimkhan Bakaev est mort. Il aurait été assassiné par les autorités tchétchènes.

Zelimkhan Bakaev s'était rendu à Grozny, capitale de la Tchétchénie, République du Caucase russe très conservatrice, le 8 août pour le mariage de sa sœur.

Une fois sur place, Zelimkhan Bakaev avait été arrêté quasiment dans la foulée par la police "à cause de son homosexualité", d'après les témoignages de ses amis recueillis par la chaîne Dozhd TV5 et d'après Igor Kochetkov, fondateur du Russian LGBT Network, comme le raconte LCI.

Homosexuels persécutés en Tchétchénie : "Nous n'avons pas ce genre de personnes ici", lance Kadyrov

"Dix heures plus tard, il a été assassiné"

Sa famille a tenté d'avoir de ses nouvelles, sans succès. Selon une source proche des mouvements LGBT en Tchétchénie à Newnownext, Zelimkhan Bakaev a été torturé à mort.

"Il est arrivé à Grozny et a été arrêté dans les trois heures. Dix heures plus tard, il a été assassiné."

Les autorités tchétchènes affirment ne pas savoir où se trouve Zelimkhan Bakaev, suggérant qu'il aurait quitté le pays.

Tabassage, humiliations et menaces de mort... Un militant homosexuel russe avait raconté, le 16 octobre, à visage découvert, une première, l'enfer des violences policières en Tchétchénie.

Si des victimes avaient déjà parlé à des médias sous couvert d'anonymat ou après avoir fui la Russie, Maxime Lapounov a été le premier à s'exprimer publiquement et à déposer une plainte depuis la révélation, en mars dans la presse russe, des persécutions subies par les homosexuels dans cette région à majorité musulmane.

"L'accusation principale contre moi était d'être homosexuel", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse qui a eu lieu dans les locaux du journal indépendant "Novaïa Gazeta".

Il affirme avoir été arrêté le 16 mars par des personnes en civil et emmené vers un poste de police où il a passé 12 jours en cellule.

"Il fallait tuer des gens comme moi"

"Toutes les 10 ou 15 minutes, ils [les policiers, NDLR] venaient dans ma cellule en me disant que j'étais gay et qu'il fallait tuer les gens comme moi", affirme Maxime Lapounov, qui dit avoir ensuite été "battu très longtemps avec des bâtons [...] sur les jambes, les cuisses, les fesses et le dos".

Maxime Lapounov affirme avoir été contraint de laisser ses empreintes sur une arme et admettre dans une vidéo qu'il était homosexuel, avant d'être libéré le 28 mars et de quitter la Tchétchénie.

"Novaïa Gazeta" a été le premier en mars à affirmer que des homosexuels étaient la cible de persécutions de la part des autorités tchétchènes. Des témoignages similaires ont ensuite été recueillis par plusieurs médias dont l'AFP.

Une enquête a alors été ouverte par le parquet général russe, mais les enquêteurs ont dit n'avoir reçu "aucune plainte officielle" de victimes.

Vendredi, la déléguée russe pour les droits de l'Homme, Tatiana Moskalkova, a annoncé avoir reçu la première plainte – celle de Maxime Lapounov – et l'avoir remise au Comité d'enquête russe, chargé des principales investigations dans le pays.

(avec AFP)
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mer 25 Oct - 12:43

Qui est Ksenia Sobtchak, candidate « nineties » à la présidentielle russe ?
La fille de l’ancien maire de Saint-Pétersbourg a appelé à ses côtés l’ancien conseiller pour la campagne de Boris Eltsine en 1996.

LE MONDE | 25.10.2017 à 00h40 • Mis à jour le 25.10.2017 à 10h41 | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)
http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/25/ksenia-sobtchak-candidate-nineties-a-la-presidentielle-russe_5205433_3210.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1508901964


Ksenia Sobtchak, à la télévision à Moscou, mardi 24 octobre.

Ksenia Sobtchak n’est pas seulement une journaliste un peu « bling-bling », ni même la fille de son père, Anatoli Sobtchak, premier maire élu à Saint-Pétersbourg et ancien mentor politique de Vladimir Poutine ; elle est aussi, et surtout, la représentante des années 1990, celle d’une génération qui a grandi après la chute de l’URSS, synonyme d’enrichissement pour les uns, de descente aux enfers pour les autres.

En confirmant, mardi 24 octobre, son intention de se présenter à l’élection présidentielle de mars 2018, Ksenia Sobtchak, qui fêtera dans quelques jours ses 36 ans, n’ignore pas qu’elle entre, aux yeux d’une majorité de Russes, dans la première catégorie. Un obstacle qu’elle a bravement franchi, seule sur la petite scène d’un théâtre moscovite où s’est entassée une foule de journalistes. Interpellée sur le salaire moyen en Russie, elle a donné la bonne réponse, « 35 000 roubles » (moins de 500 euros) avant de retourner la balle : « Parce que je suis riche, je ne pourrai pas me présenter ? C’est une logique qui nous a déjà amenés à la catastrophe. Le plus important est que les pauvres deviennent plus riches. »

Aucun reproche contre l’homme, mais contre la politique de Poutine
Ksenia Sobtchak, ex-vedette d’une émission de télé-réalité avant d’en être écartée, assume encore son côté « nineties » lorsqu’elle présente son directeur de campagne, Igor Malachenko, l’un des fondateurs de la première chaîne de télévision privée NTV, reprise en main depuis par le Kremlin, qui mena la campagne électorale de Boris Eltsine en 1996. Sous sa direction, le slogan « Vote ou tu perds » alors adopté, emprunté à la campagne de Bill Clinton « Choose or Loose » de 1992, reste encore aujourd’hui l’une des formules mémorables de l’époque.

Mais Ksenia Sobtchak était surtout attendue sur sa critique des années Poutine. « Personnellement, je n’insulterai pas Poutine, a-t-elle répondu. Pour certains, c’est un tyran et un dictateur, pour d’autres il a redressé la Russie. Pour moi, Poutine est celui qui a aidé mon père à un moment difficile et qui lui a pratiquement sauvé la vie, je me souviens de cela. » A la fin des années 1990, en effet, alors que le climat devenait de plus en plus délétère à Saint-Pétersbourg, Sobtchak père, accusé de corruption, avait dû quitter son fauteuil de maire. Victime d’un accident cardiaque, il était ensuite parti pour Paris dans un avion sanitaire affrété par Vladimir Poutine.

« Mais comme personne politique, a enchaîné la jeune femme, il y a beaucoup de choses que Poutine fait et qui ne me plaisent pas. Je suis contre ce système de corruption qui a vu le jour pendant toutes ces années, contre le fait que Poutine reste au pouvoir pendant dix-huit ans. » « Je veux casser ce spectacle, a-t-elle poursuivi. Le fait que nous n’avons pas de réelles élections, c’est le résultat de ces dix-huit ans, et qu’il n’y a pas de justice indépendante, c’est aussi le résultat de ces dix-huit ans. »

Elle se désistera si Alexei Navalny peut se présenter
La candidate, qui doit encore réunir les signatures nécessaires, a également joint à ses critiques le conflit avec l’Ukraine et l’annexion de la Crimée. « Du point de vue du droit international, la Crimée est ukrainienne, point. Nous avons violé notre parole, violé le mémorandum de Budapest de 1994. » Dans ce document, conclu peu après la chute de l’URSS, l’Ukraine avait accepté de se défaire du stock d’armement nucléaire hérité de l’époque soviétique, en échange de garanties sur sa sécurité et son indépendance.

Ksenia Sobtchak, qui a affirmé vouloir ouvrir des QG de campagne « dans les grandes villes », avance sans réel programme, à part celui de vouloir rassembler les voix des mécontents sous l’étiquette « contre tous ». Sans précisions non plus sur le financement de sa campagne autre que la promesse « nous ne prendrons jamais l’argent du Kremlin », et l’engagement, assez flou, de « businessmen qui veulent changer les choses ».

Elle a enfin redit, comme elle l’avait à l’annonce de sa candidature quelques jours auparavant, qu’elle se retirerait si d’aventure le principal opposant, Alexei Navalny, était déclaré apte à concourir à l’élection présidentielle. Ce qui paraît toujours hautement probable, bien que ce dernier poursuive sa campagne sur le terrain, dans plusieurs villes de Russie. A part lui, Mikhaïl Khodorkovski, autre opposant exilé à Londres, a annoncé mardi, vouloir ne soutenir personne d’autre.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/25/ksenia-sobtchak-candidate-nineties-a-la-presidentielle-russe_5205433_3210.html#iOjAyhrjXzTVOKIh.99



Dernière édition par Caduce62 le Lun 30 Oct - 13:45, édité 1 fois
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 30 Oct - 13:23

Poll: Less than half of Russians approve Moscow's support of "DPR"/"LPR" 

https://www.unian.info/politics/2214621-poll-less-than-half-of-russians-approve-moscows-support-of-dpr-lpr.html

12:50, 30 October 2017

Only 41% of Russians believe that Russia should support the so-called "DPR" and "LPR" (self-proclaimed Donetsk and Luhansk People's Republics) in the armed conflict in the east of Ukraine, according to a public opinion poll conducted by Russian NGO Levada Center on September 15-19.

Some 6% of respondents consider that Russia should support Ukraine in the conflict, while 37% believe that Moscow should not back anyone. 

At the same time, the share of Russians who fear that hostilities in the east of Ukraine could develop into a war between Moscow and Kyiv remains stable. In September 2017, 42% of respondents were afraid of this scenario against 40% in September 2016.

Such the development of events caused the greatest concern among Russians amid the Donbas hostilities in June 2014 (68%). 

Meanwhile, the fear that the armed clashes in eastern Ukraine could develop into a war between Russia and Western countries or into a world war has increased among Russians. Some 29% of respondents were afraid of this scenario in July 2016, whereas the figure grew to 40% in September 2017.

Read more on UNIAN: https://www.unian.info/politics/2214621-poll-less-than-half-of-russians-approve-moscows-support-of-dpr-lpr.html

Sondage: Moins de la moitié des Russes approuvent le soutien de Moscou aux "DPR" / "LPR"

Seuls 41% des Russes estiment que la Russie devrait soutenir les soi-disant «RPD» et «LPR» (autoproclamées Républiques populaires de Donetsk et Louhansk) dans le conflit armé dans l'est de l'Ukraine, selon un sondage d'opinion publique russe NGO Levada Center du 15 au 19 septembre.

Quelque 6% des personnes interrogées estiment que la Russie devrait soutenir l'Ukraine dans le conflit, tandis que 37% estiment que Moscou ne devrait soutenir personne.

Dans le même temps, la part des Russes qui craignent que les hostilités dans l'est de l'Ukraine pourraient se transformer en guerre entre Moscou et Kiev reste stable. En septembre 2017, 42% des répondants avaient peur de ce scénario contre 40% en septembre 2016.

Un tel développement des événements a causé la plus grande inquiétude parmi les Russes au milieu des hostilités du Donbass en juin 2014 (68%).

Pendant ce temps, la peur que les affrontements armés dans l'est de l'Ukraine puissent se transformer en une guerre entre la Russie et les pays occidentaux ou en une guerre mondiale a augmenté parmi les Russes. Quelque 29% des répondants ont eu peur de ce scénario en juillet 2016, alors que ce chiffre est passé à 40% en septembre 2017.
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 30 Oct - 13:38


avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Ven 10 Nov - 20:39

Orange avec AFP, publié le vendredi 10 novembre 2017 à 18h55
Du ruthénium-106 avait été détecté dès fin septembre par plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l'atmosphère.

Une pollution radioactive détectée en Europe à la fin du mois de septembre aurait son origine "entre la Volga et l'Oural", selon un institut public français, mais les autorités russes ont dénié vendredi toute responsabilité. scratch

Des traces de ruthénium-106, une substance venue de l'industrie nucléaire, avaient été relevées en France par les stations de surveillance de Nice d'Ajaccio et de La Seyne-sur-Mer entre le 27 septembre et le 13 octobre. Plus aucune présence du produit de fission n'avait ensuite été relevée.

Un produit de fission issu de l'industrie nucléaire

"Le ruthénium 106 n'existe pas à l'état naturel, donc il a bien fallu qu'il soit rejeté dans l'environnement par une activité humaine", explique Jean-Marc Peres, directeur général adjoint de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français, au Figaro.

Le ruthénium-106 est un produit de fission issu de l'industrie nucléaire, par ailleurs utilisé pour des traitements médicaux. Cependant, l'INRS estime que la pollution ne peut pas provenir d'un réacteur nucléaire, car d'autres éléments radioactifs auraient été alors détectés.

Un satellite désintégré dans l'atmosphère ?

"Les niveaux de concentration dans l'air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et a fortiori en France sont sans conséquence tant pour la santé humaine que pour l'environnement", rassure l'IRSN.

Reste à connaître l'origine de ce ces rejets. Pour se dédouaner, les autorités russes avancent l'explication de la chute et de la désintégration d'un satellite dans l'atmosphère. Nous n'avons aucune information montrant qu'un satellite ainsi équipé soit tombé sur Terre vers la dernière semaine de septembre, donc nous ne pouvons rien affirmer", estime de son côté le directeur général de l'IRNRS.
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Sam 11 Nov - 1:53

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/10/un-mysterieux-accident-nucleaire-se-serait-produit-fin-septembre-en-russie_5213390_3244.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1510342085

Un mystérieux accident nucléaire aurait eu lieu fin septembre en Russie
Un rejet massif de ruthénium 106 a été détecté dans plusieurs pays européens. Un tel événement aurait nécessité en France une protection des populations.

LE MONDE | 10.11.2017 à 17h55 • Mis à jour le 10.11.2017 à 20h46 | Par Pierre Le Hir

Que s’est-il passé, à la fin du mois de septembre, dans les régions sud de l’Oural ? Selon les autorités de contrôle françaises, il s’y est très vraisemblablement produit un accident nucléaire, dont la nature reste à ce jour mystérieuse, la Russie ayant démenti toute implication. Il aurait pourtant généré une très forte contamination, aux conséquences potentiellement graves pour les populations riveraines.

Au début d’octobre, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) donnait l’alerte, en signalant la détection, par plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l’atmosphère, d’un radionucléide artificiel, le ruthénium 106, à de très faibles niveaux.

QUATORZE PAYS, DONT LA FRANCE, ONT MESURÉ LA PRÉSENCE DE CE RADIOÉLÉMENT DANS L’AIR

Les investigations menées en Europe dans les semaines suivantes ont montré qu’au moins quatorze pays, dont la France, ont mesuré la présence de ce radioélément dans l’air ambiant. Saisie, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé à l’ensemble des pays membres de communiquer leurs résultats. La valeur la plus élevée, parmi quatre cents résultats collectés, s’élève à 0,15 becquerel par mètre cube d’air et a été enregistrée le 30 septembre en Roumanie, rapporte l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) dans un communiqué publié le 9 novembre. Elle ajoute que « la baisse des activités mesurées, désormais en dessous du seuil de détection, montre que cet épisode est aujourd’hui terminé ».

Dans l’Hexagone, l’IRSN, qui dispose de plus de quarante stations de collecte d’aérosols par filtration d’air, a relevé, entre le 27 septembre et le 13 octobre, de très faibles dépôts – à l’état de traces – dans ses stations de la Seyne-sur-Mer (Var), Nice (Alpes-Maritimes) et Ajaccio (Corse-du-Sud). Le niveau le plus haut, de 46 microbecquerels par mètre cube d’air, a été mesuré à Nice, entre le 2 et le 9 octobre.

Sans conséquence en Europe

« Depuis le 13 octobre, le ruthénium 106 n’est plus détecté en France », précise l’établissement public. Il ajoute que « les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium 106 qui ont été relevés en Europe, et a fortiori en France, sont sans conséquence, tant pour la santé humaine que pour l’environnement ».
L’IRSN a, cependant, poussé plus loin son enquête, en tentant de remonter la piste du ruthénium 106. La présence de ce radionucléide dans l’atmosphère ne peut avoir pour origine un accident sur un réacteur nucléaire, car il aurait été dans ce cas accompagné d’autres produits de fission, en particulier d’isotopes radioactifs du césium, qui n’ont pas été détectés. Une autre hypothèse, la chute d’un satellite équipé d’un générateur électrique à ruthénium, a également été écartée par l’AIEA.

UN ACCIDENT DANS UNE INSTALLATION DU CYCLE DU COMBUSTIBLE NUCLÉAIRE

Reste comme seule possibilité un accident dans une installation du cycle du combustible nucléaire, telle qu’une usine de retraitement de combustibles usés, ou dans une unité de fabrication de sources radioactives, le ruthénium étant notamment utilisé dans le domaine médical, pour des traitements par curiethérapie. A ce jour, aucun pays n’a pourtant déclaré à l’AIEA être à l’origine de ce rejet. Et, dès le début, la Russie a rejeté toute responsabilité, son agence atomique Rosatom déclarant que « la situation radioactive autour des installations nucléaires russes se situe dans la norme ». Le Kazakhstan a, lui aussi, écarté toute implication.

Rejets très importants

A partir des données météorologiques de Météo France (sur les déplacements des masses d’air notamment) et des résultats des mesures des autres pays européens, l’IRSN a réalisé des simulations afin de localiser et de quantifier le rejet. Il en ressort que « la zone la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural, sans qu’il soit possible de préciser la localisation exacte du point de rejet ». Celui-ci « aurait eu lieu au cours de la dernière semaine du mois de septembre ».


La zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural (en rouge sur la carte). L’échelle de couleur va du plus probable (rouge) au moins probable (blanc).

Quant à la quantité de ruthénium 106 relâchée dans l’atmosphère, elle est « très importante », entre 100 et 300 térabecquerels, un térabecquerel équivalant à mille milliards de becquerels. Des résultats confirmés par les simulations faites par les homologues étrangers de l’IRSN. Comme le souligne l’institut :
« Les conséquences d’un accident de cette ampleur en France auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet. »

Selon les normes européennes, ce niveau de radioactivité signifie aussi un dépassement des seuils maximaux de contamination des denrées alimentaires « sur des distances de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres autour du point de rejet ».

Le gouvernement précise avoir, par précaution, réalisé des « contrôles par sondage sur les champignons importés des pays concernés, qui n’ont révélé aucune contamination à ce jour ». Dans le cas contraire, « les mesures appropriées seraient immédiatement prises et feraient alors l’objet d’une communication », assure le ministère.

Néanmoins, l’IRSN juge, de son côté, que « la probabilité d’un scénario qui verrait l’importation en France de denrées (notamment des champignons) contaminés par du ruthénium 106 est extrêmement faible » et que « le risque sanitaire potentiel lié à ce scénario est lui aussi très faible ». En sorte que pour l’autorité de sûreté française, il n’est « pas justifié de mettre en place des contrôles systématiques des niveaux de radioactivité de denrées alimentaires importées en France ».

Contamination durable

Tel n’est pourtant pas l’avis de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), comme le note Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de cet organisme :
« S’il s’agit bien de rejets émanant d’une installation unique à hauteur de 300 térabecquerels, cela correspond à une quantité colossale. A titre de comparaison, elle est 375 000 fois supérieure au rejet annuel maximal autorisé de la centrale nucléaire de Cruas [Ardèche]. »
Celui-ci note aussi que le ruthénium 106, dont la radioactivité diminue de moitié au bout d’un peu plus d’un an (372 jours), est « un produit de fission qui, une fois retombé au sol et sur le couvert végétal, va induire une contamination durable ».

Selon la Criirad, « il était donc indispensable de mettre en œuvre des mesures de protection pour la population proche », pour laquelle « les doses subies pourraient avoir dépassé largement les limites sanitaires ». En outre, elle demande « qu’un programme de surveillance radiologique spécifique soit mis en œuvre au niveau européen pour vérifier la contamination des denrées à risque ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/10/un-mysterieux-accident-nucleaire-se-serait-produit-fin-septembre-en-russie_5213390_3244.html#Yo9FkAgCjci70qsP.99
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Dim 12 Nov - 22:58

Internet russe, l’exception qui vient de loin

Interrogé par le réalisateur Oliver Stone sur les technologies de surveillance américaines, le président russe Vladimir Poutine a expliqué : « Il a fallu combler notre retard sur le reste du monde, mais nous avions des bases solides. » L’Union soviétique a en effet développé après la seconde guerre mondiale ses propres systèmes informatiques. La Russie cultive depuis une forme originale de souveraineté numérique.

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/LIMONIER/57798
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 16 Nov - 12:39

AFP, publié le vendredi 06 octobre 2017 à 12h34
Emprisonnée pendant 21 mois dans une colonie pénitentiaire des monts Oural, la Pussy Riot Maria (Masha) Alekhina n'a rien perdu de son énergie quand il s'agit de se battre pour la défense des droits de l'Homme.



"La liberté n'existe que si on lutte pour elle, si on se bat chaque jour, à chaque instant pour elle", affirme la jeune femme âgée de 29 ans rencontrée à Paris par l'AFP à l'occasion de la sortie en français de son livre, "Jours d'insurrection" (Seuil) où elle raconte son effroyable expérience carcérale.
Tiré à seulement un millier d'exemplaires, sous forme de samizdat en Russie, le livre vient aussi d'être publié en anglais au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Maria Alekhina a été condamnée en août 2012, avec deux autres jeunes femmes, à deux ans de camp pour avoir chanté une prière "anti-Poutine" dans une cathédrale moscovite. Elle a été graciée en décembre 2013, peu avant la fin de sa peine, par le président Vladimir Poutine.

Son livre, écrit en partie quand elle était en prison, s'avère être un témoignage terrible sur le sort réservé aux femmes détenues dans les prisons russes.

Mises à l'isolement, fouilles à nu injustifiées, humiliations sont le lot quotidien des prisonnières. "Certains disent qu'une fois qu'on est en prison, plus rien ne surprend. Eh bien c'est tout simplement faux".
"Les prisons russes d'aujourd'hui ressemblent bien évidemment au Goulag et ce n'est pas étonnant puisque le système russe actuel est dans la droite lignée de l'Union soviétique", souligne-t-elle.
"La prison n'est que le reflet de cet héritage soviétique".

- 'Être soi-même' -

Mais la prison, aussi dure soit-elle,  n'a pas fait céder la jeune femme. Au contraire. "Quand vous voyez une injustice vous ne pouvez pas vous permettre de vous taire, quel que soit l'endroit et quel que soit le contexte", dit-elle pour expliquer sa résilience.

"Les Pussy Riot (au départ un groupe punk féministe, ndlr) ont cessé d'être un petit groupe pour devenir un mouvement qui se bat pour la défense des droits des détenus, hommes et femmes, faire naître un théâtre politique, la création d'un média indépendant...", explique Masha Alekhina.

Après sa sortie de prison, elle a fondé avec d'autres membres des Pussy Riot un média indépendant, MediaZona, qui "met l'accent sur les violences policières et pénitentiaires et donne un éclairage détaillé sur les procès, souvent politiques, qui ont lieu en Russie".

"Au départ, personne n'y croyait. On nous disait: +les prisons tout le monde s'en fout+, +On sait bien que la vie en prison c'est l'enfer mais il y a d'autres chats à fouetter+. Aujourd'hui, ce site se situe dans le top 10 des médias dont les infos sont le plus partagées sur l'internet russe", se félicite Masha Alekhina.
"On se révolte en permanence contre le système pénitentiaire en vigueur en Russie. Nous voulons la déconstruction de ce système car nous estimons que c'est la seule voie qui nous permettra de survivre en tant que société et en tant que pays", insiste la jeune femme.

Pour autant, elle ne prétend pas lutter pour "établir le paradis sur terre" ("on a vu où cela nous a mené", dit-elle avec un sourire amer en faisant référence à l'utopie communiste qui a viré au cauchemar). "Il faut être soi-même, vivre et ne pas se mentir", affirme-t-elle.

Courageusement, elle a pris position contre l'annexion de la Crimée par la Russie.

Elle a également créé, avec Nadejda Tolokonnikova, une autre Pussy Riot, l'association "Zone de droit", une ONG qui propose une aide juridictionnelle "à tous les détenus", notamment les prisonniers politiques et les détenus atteints de maladie grave.
"En Russie aujourd'hui, comme autrefois en Union soviétique, l'individu n'existe pas, on en n'a pas besoin. On veut juste une masse obéissante", déplore la militante féministe.

En prison elle a découvert le sort pitoyable des femmes condamnées à de longues peines pour avoir tué leur mari ou compagnon. Quasiment toutes ces femmes étaient des femmes battues.
"Les violences domestiques sont omniprésentes en Russie", accuse-t-elle en déplorant que les femmes russes "soient formatées dès la naissance pour subir".
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Jeu 16 Nov - 12:41

AFP, publié le jeudi 16 novembre 2017 à 10h51
Pussy Riot, le groupe contestataire russe devenu l'ennemi juré du président Vladimir Poutine, débarque à Londres avec une exposition et une pièce de théâtre immersif racontant l'effroyable expérience carcérale vécue par deux de ses membres dans les geôles russes.

Le groupe fait partie des artistes présentés à partir de jeudi à la Saatchi Gallery dans le cadre d'une exposition intitulée "Art Riot" revenant sur l'art militant russe de ces 25 dernières années, et qui coïncide avec le centième anniversaire de la révolution russe.

Un art militant vital pour la Russie, souligne Maria Alekhina, emprisonnée pendant 21 mois dans une colonie pénitentiaire des monts Oural pour avoir participé en 2012 à la fameuse prière punk "anti-Poutine" du groupe dans une cathédrale moscovite.

"L'art militant, c'est une manière de changer les choses", assure-t-elle à l'AFP lors d'une présentation à la presse.
"Nous ne nous attendions pas à nous retrouver en prison, ni à faire l'objet de tant d'attention", raconte-t-elle à propose de l'épisode de 2012. "L'important, c'est de faire des choses, de voir ce qui se passe (...). Toutes les grandes choses étaient petites au départ".

La Pussy Riot Nadejda Tolokonnikova, également emprisonnée pour la "prière anti-Poutine", fera de son côté le récit de ces évènements dans une pièce de théâtre immersive. "Il était très important qu'on communique aux gens que ce qui nous est arrivé peut arriver à n'importe qui", avait expliqué en juillet l'artiste dans une interview avec l'AFP.
Cette pièce de théâtre, tout comme l'exposition, n'auraient jamais pu voir le jour en Russie, estime Maria Alekhina.

Alors que certaines critiques, y compris des "alliés" du groupe comme l'opposant russe Alexeï Navalny, accusent Pussy Riot de faire "des petits larcins pour se faire de la pub", le commissaire de l'exposition, Marat Guelman, prend lui volontiers sa défense.

"Quand la politique s'effondre, qu'il n'y a pas de médias libres, l'artiste devient la dernière personne libre qui parle au gouvernement, qui dit la vérité, et qui n'a pas peur", dit-il.
"Nous voulons faire une exposition où l'artiste lui-même est important, et pas seulement l'art".

- 'Tout est possible!' -

Lui-même connu pour ses projets provocateurs, ce galeriste russe avait affirmé avoir été limogé de son poste de directeur du musée d'art contemporain de Perm, dans l'Oural, après un scandale autour d'une exposition se moquant des JO de Sotchi de 2014.

Parmi les oeuvres exposées figurent plusieurs vidéos montrant des performances des Pussy Riot, ou encore des portraits géants de ses membres, visages recouverts de ces cagoules colorées qui font partie de leur signature graphique.
Visible jusqu'au 31 décembre, l'exposition met également à l'honneur le plasticien russe Oleg Kulik, connu pour ses performances d'"homme-chien" censées représenter la vie en Russie après l'effondrement de l'Union soviétique.

Mais aussi Piotr Pavlenski, récemment mis en examen en France pour avoir mis le feu à une façade d'une succursale de la Banque de France à Paris. L'artiste et sa compagne, qui défient régulièrement le Kremlin, avaient obtenu en mai l'asile en France.

Un exil qui concerne nombre d'artistes, souligne Marat Guelman en insistant sur la difficulté de monter des expositions en Russie.
"C'était impossible", se rappelle-t-il. "Il y avait cette blague qui disait que de nombreux talents sont certes nés en Russie, mais que beaucoup n'y mourront pas", faute de pouvoir y rester, raconte-t-il, notant que la diaspora russe avait fini par devenir une force culturelle "très puissante".

Malgré les contraintes, Marat Guelman et Maria Alekhina restent persuadés que la Russie peut toujours être un formidable incubateur artistique. Ou comme le résume Maria Alekhina: "Tout est possible!".
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Ven 17 Nov - 1:16

avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Matt le Ven 17 Nov - 16:10

Comme c'est surprenant . . . Evil or Very Mad

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Dim 19 Nov - 0:32

Promotion canapé...

Une potiche pour l'expression de l'armée russe:
https://fr.sputniknews.com/russie/201711181033934651-rossiana-markovskaiai-porte-parole-defense/
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 20 Nov - 20:48

La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive  Twisted Evil

AFP, publié le lundi 20 novembre 2017 à 19h27

L'agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu lundi qu'une concentration "extrêmement élevée" de ruthénium-106 avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de Russie, confirmant les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité.
"Le radio-isotope Ru-106 a été détecté par les stations d'observation d'Arguaïach et de Novogorny" entre le 25 septembre et le 1er octobre, précise Rosguidromet dans un communiqué.

Selon la même source, le taux le plus élevé a été enregistré dans la station d'Arguaïach, un village proche de Tcheliabinsk, dans le sud de l'Oural, où "une concentration extrêmement élevée" de ruthénium-106 "excédant de 986 fois" les concentrations enregistrées le mois précédent a été détectée.

Rosguidromet ne donne pas d'indication sur la source potentielle de la pollution mais Arguaïach est située à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak, touché par un des pires accidents nucléaires de l'histoire en 1957.
Maïak est aujourd'hui un site de retraitement de combustible nucléaire usé.

L'agence russe précise que le ruthénium-106 a ensuite été détecté au Tatarstan puis dans le sud de la Russie, avant qu'il ne se fixe à partir du 29 septembre "dans tous les pays européens, à partir de l'Italie et vers le nord de l'Europe".
Fin septembre, plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l'atmosphère avaient repéré du ruthénium-106 dans l'atmosphère.

L'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français avait indiqué après une enquête que "la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l'Oural", sans être en mesure de préciser la localisation exacte du point de rejet.
L'IRSN précisait que la source de la pollution ne pouvait provenir d'un réacteur nucléaire, car d'autres éléments radioactifs auraient été détectés, et faisait "l'hypothèse d'un rejet issu d'une installation" liée au cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives.

Le ruthénium-106 est un produit de fission issu de l'industrie nucléaire, par ailleurs utilisé pour des traitements médicaux.
"Les niveaux de concentration dans l'air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et a fortiori en France sont sans conséquence tant pour la santé humaine que pour l'environnement", a noté l'IRSN.
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Lun 20 Nov - 21:25

Caduce62 a écrit:La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive  Twisted Evil

"Les niveaux de concentration dans l'air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et a fortiori en France sont sans conséquence tant pour la santé humaine que pour l'environnement", a noté l'IRSN.

Ouais, j'me rappelle scratch Ils nous avaient dit exactement la même chose à l'époque de Tchernobyl... affraid
Bon, dans l'absolue certitude et confiance que j'accorde aux instituts français de santé publique, j'ai quand même pris ma petite pilule d'iode à titre de précaution... Laughing Laughing lol!
avatar
Krispoluk

Messages : 4353
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 20 Nov - 23:23

Krispoluk a écrit:
Caduce62 a écrit:La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive  Twisted Evil

"Les niveaux de concentration dans l'air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et a fortiori en France sont sans conséquence tant pour la santé humaine que pour l'environnement", a noté l'IRSN.

Ouais, j'me rappelle scratch Ils nous avaient dit exactement la même chose à l'époque de Tchernobyl... affraid
Bon, dans l'absolue certitude et confiance que j'accorde aux instituts français de santé publique, j'ai quand même pris ma petite pilule d'iode à titre de précaution... Laughing Laughing lol!
Oui contre l'iode radioactif mais ça ne marche pas contre les autres radioéléments  Shocked
Et plus c'était fin septembre donc trop tard Evil or Very Mad
avatar
Caduce62

Messages : 3744
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum