En Corée du Nord

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Krispoluk le Jeu 4 Mai - 15:01

Александр a écrit:La Chine hérite de son Ukraine

Il s’agit de la crise pure de déstructuration et de déconstruction de la postmodernité, entraînée et entraînant des situations diverses, des intérêts complices ou antagonistes, des antagonismes ou des complicités de circonstance, etc., mais rien qui puisse être considéré fondamentalement comme caractérisant une cause nécessaire et suffisante...

J'ai bien essayé de m'y mettre dans ma somnolence post-digestive mais ça ne le fait vraiment pas...  Evil or Very Mad scratch Razz  

Bon, je crois que je vais essayer de relire ce soir, après 2 joints, 1/2 bouteille de vodka et 2 aspirines, je devrais réussir à atteindre le nirvâna de la compréhension cosmique... Laughing Laughing Laughing

Tiens, au fait, que devient notre grand spécialiste universel de la méta-matière ? J'aurais aimé avoir son avis éclairé sur la présidentielle avant de me décider au 2e tour... bounce Laughing
 
avatar
Krispoluk

Messages : 4178
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Jeu 4 Mai - 15:47

Y passe même plus . . . et tant mieux!  Laughing
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Lun 15 Mai - 12:05

A jouer dangereusement . . .

Missile nord-coréen: tir «réussi», avec un nouveau modèle


Le pays de Kim Jong-Un continue ses essais.-AFP
Le tir de missile effectué dimanche à l’aube depuis le territoire nord-coréen était une réussite, s’est félicité Pyongyang le lendemain, via la télévision étatique.

Alors que les États-Unis et le Japon réclament une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies à ce sujet, le régime communiste dont le programme nucléaire militaire fait trembler la région a affirmé que le missile de dimanche était un «nouveau modèle». Parallèlement, une source américaine affirme qu’il a trouvé son point de chute à moins de 100km du territoire russe.

Le projectile était «un nouveau modèle de missile balistique stratégique de moyenne à longue distance, le Hwasong-12», a affirmé KCNA, l’agence de presse nord-coréenne, en précisant que Kim Jong-Un avait «personnellement supervisé ce test».

Ce tir avait pour but d’examiner «les caractéristiques» d’un nouveau type de missile, «capable de transporter une grande et puissante tête nucléaire», a précisé KCNA, selon laquelle le projectile aurait suivi sa trajectoire prévue, pour atteindre une altitude de 2.111 km, avant de retomber à 787 km de son point de départ après 30 minutes de vol, «précisément à l’endroit prévu». Il a fini sa course en mer du Japon, entre la Corée du Nord et le territoire nippon mais à un endroit plus proche de la Russie que les tests précédemment effectués, selon les autorités américaines. Une source américaine anonyme, reprise par l’agence Reuters et CNN, entre autres, affirme que, selon les premières constatations, le missile est retombé à moins de 100km des côtes russes, plus précisément à 97 km environ au sud de la région de Vladivostok. Le ministère russe de la Défense avait pourtant précédemment tenu à souligner que, selon Moscou, le tir n’avait représenté «aucun danger» pour le pays.

Le test a en tout cas fait rugir Washington, l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley affirmant qu’«aucune excuse» ne vaut pour les agissements de Pyongyang. Les États-Unis ont immédiatement brandi le spectre de nouvelles sanctions, alors que Russie et Chine adoptaient une attitude moins alarmiste.

Les présidents russe Vladimir Poutine et chinois Xi Jinping, qui a appelé à «faire preuve de retenue», ont évoqué le dossier dimanche à Pékin, et ont malgré tout reconnu être «préoccupés devant l’escalade des tensions», selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mar 23 Mai - 12:01

L'ONU demande à la Corée du Nord de cesser ses essais balistiques

L'ONU a demandé lundi à la Corée du Nord de "cesser ses essais" de missiles balistiques qui "menacent la sécurité régionale et internationale".


© Reuters

"Il est clair que la Corée du Nord défie ouvertement les résolutions du Conseil de sécurité en accélérant ses activités balistiques", a affirmé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric en réaction aux récents tirs nord-coréens.

Pyongyang doit aussi "envisager la reprise d'un dialogue significatif".
La Corée du Nord a affirmé lundi avoir réussi un tir de missile à moyenne portée au mépris des sanctions des Nations unies.

Les résolutions de l'ONU lui interdisent en effet toute activité nucléaire ou balistique et Pyongyang est sous le coup d'une série de sanctions économiques que les Etats-Unis notamment veulent renforcer.

A la demande de Washington, Séoul et Tokyo, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité est prévue mardi. Washington négocie aussi avec Pékin, seul allié de Pyongyang, une nouvelle résolution visant à accroître la pression sur le régime communiste.

La Corée du Nord a procédé à une dizaine de tirs depuis le début de l'année et avance à grands pas dans ses efforts pour mettre au point un missile balistique intercontinental (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain.

Demander à un tel tordu ne sert à rien, il faut lui "imposer"
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Sam 27 Mai - 13:06

avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mar 30 Mai - 12:21

L’incroyable vie de luxe de Kim Jong-un


[*]

[*]

[*]
© Wong Maye-E/AP/Press Association
[*]
Diapositive 1 sur 23: North Korea’s controversial supreme leader Kim Jong-un has an estimated $5 billion (£3.5 billion) at his disposal, according to the Huffington Post. The UN says this money should be spent on raising standards in this imporverished country and on its people but much of it isn’t. So what exactly does Kim spend a reported $600 million (£422B) a year on?

1/23 DIAPOSITIVES © Wong Maye-E/AP/Press Association



[*]Comment l’excentrique dirigeant dépense-t-il sa fortune?

Selon le Huffington Post, Kim Jong-un, le controversé leader de la Corée du Nord, aurait 5 milliards $US à disposition. Les Nations unies sont d’avis que cet argent devrait servir à rehausser le niveau de vie des habitants de ce pays, qui sont dépourvus de tout, mais ce n’est pas tellement le cas. Alors, comment Kim Jong-un dépense-t-il 600 millions $US annuellement?


Et tant qu'à faire:

À quoi ressemble vraiment la vie en Corée du Nord?


[*]

[*]

[*]

[*]© Jon Chol Jin/AP Images   

Diapositive 1 sur 52: North Korean students sit in class at the Pyongyang Orphans' Secondary School in Pyongyang, North Korea, Thursday, Sept. 1, 2016. (AP Photo/Jon Chol Jin)
        
Aperçu de la vie en Corée du Nord
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Jeu 8 Juin - 17:13

Missiles balistiques : pourquoi la Corée du Nord est en passe de réussir son pari

http://www.courrierinternational.com/article/enquete-missiles-balistiques-pourquoi-la-coree-du-nord-est-en-passe-de-reussir-son-pari?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1496918667#xtor=CS1-9
Publié le 08/06/2017 - 12:37

Longtemps le programme de développement de missiles nord-coréen n’a été qu’un épouvantail agité à la face des États-Unis. Mais depuis 2011, Kim Jong-un en a fait une réalité, et ses progrès deviennent inquiétants, estime le Wall Street Journal.

Le lancement, dimanche 14 mai, du missile le plus sophistiqué tiré à ce jour par la Corée du Nord confirme le sérieux avec lequel le pays poursuit ses ambitions nucléaires.

Au cours des trois dernières années, la Corée du Nord a lancé plus de missiles balistiques qu’au cours des trois décennies précédentes.

Cette accélération est l’un des signes les plus spectaculaires de la vigoureuse reprise en main du programme d’armement du pays par son dirigeant Kim Jong-un depuis son accession au pouvoir en 2011. Le leader suprême a modernisé la production de matériel nucléaire et de pièces de missiles, élevé le statut du programme au sein de la hiérarchie militaire et ouvertement choyé ses ingénieurs, ravivant comme jamais auparavant les inquiétudes des dirigeants occidentaux sur les intentions de Pyongyang.

Même les essais ratés signalent des avancées

Le dimanche 14 mai, la Corée du Nord a lancé un missile à moyenne portée d’un type nouveau, portant à dix le nombre de ses tirs depuis le début de l’année. Selon un organe de presse gouvernemental, Kim Jong-un a assisté à l’essai de ce missile à capacité nucléaire, qu’il a qualifié de “système d’armement parfait”. Les projections établies par plusieurs experts militaires confirment que l’engin aurait la capacité d’atteindre les forces militaires américaines stationnées sur l’île de Guam [dans le Pacifique ouest].

Même les essais visiblement ratés, comme celui du missile qui s’est désintégré au bout de quelques minutes de vol le 28 avril, sont désormais considérés par les spécialistes comme la preuve des avancées nord-coréennes en la matière. Car en tirant les leçons de ces échecs, le régime avance vers son but : la mise au point d’un missile longue portée capable de procéder à une frappe nucléaire sur le territoire américain.

Pendant des décennies, le père et le grand-père de Kim Jong-un ont utilisé le programme de missiles du pays comme argument destiné à peser dans les négociations diplomatiques et comme moyen de se ménager des revenus en exportant ces armements. Les avancées techniques étaient lentes. La situation a changé à la mort de Kim Jong-il, lorsque son fils cadet, aujourd’hui âgé de 34 ans, lui a succédé.

Le dictateur n’a montré aucun désir de négocier avec les États-Unis sur son programme balistique, et les ambitions et capacités nucléaires nord-coréennes progressent désormais beaucoup plus rapidement.

Une idée fixe : arriver à toucher les États-Unis

Le pays enchaîne les tirs d’essai à la fréquence nécessaire pour que ce type d’arme puisse être utilisé de façon fiable dans un conflit. Une série d’avancées récentes a contraint les États-Unis et leurs alliés à revoir leurs systèmes de défense
avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Krispoluk le Jeu 8 Juin - 18:39

Chaque mouvement ou "avancée" provoque sa réaction en retour. La Corée du Nord est entrée dans l'orbite "risque maximum" de la part des USA. Je parie qu'on étudie toutes les options de réactions possibles au Pentagone...
Alors, la réaction ne sera pas une attaque nucléaire des USA, n'est-ce-pas, ce serait criminel et inefficace.
Mais les moyens et scénari de déstabilisation du régime doivent être désormais en place. Ca peut se faire de multiples manières et surtout médiatico-informatique.

Le frein principal actuel est l'attitude de la Chine mais je pense que quand la menace Nord-Coréenne deviendra insupportable, la Chine "lâchera" sans aucun scrupule son encombrant "allié idéologique" qui entrave dangereusement le développement du "business" si utile à l'oligarchie "capitalo-communiste" chinoise...  Wink Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 4178
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Thuramir le Jeu 8 Juin - 22:07

Krispoluk a écrit:Chaque mouvement ou "avancée" provoque sa réaction en retour. La Corée du Nord est entrée dans l'orbite "risque maximum" de la part des USA. Je parie qu'on étudie toutes les options de réactions possibles au Pentagone...
Alors, la réaction ne sera pas une attaque nucléaire des USA, n'est-ce-pas, ce serait criminel et inefficace.

Inefficace ? J'en doute fortement. quelques centaines de milliers de morts, dirigeants militaires et politiques en tête, et l'affaire est réglée... Quant à "criminel", aucune loi internationale n'interdit l'usage de l'arme atomique.
avatar
Thuramir

Messages : 2249
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Krispoluk le Jeu 8 Juin - 22:40

Thuramir a écrit:
Krispoluk a écrit:Chaque mouvement ou "avancée" provoque sa réaction en retour. La Corée du Nord est entrée dans l'orbite "risque maximum" de la part des USA. Je parie qu'on étudie toutes les options de réactions possibles au Pentagone...
Alors, la réaction ne sera pas une attaque nucléaire des USA, n'est-ce-pas, ce serait criminel et inefficace.

Inefficace ? J'en doute fortement. quelques centaines de milliers de morts, dirigeants militaires et politiques en tête, et l'affaire est réglée... Quant à "criminel", aucune loi internationale n'interdit l'usage de l'arme atomique.

Ou là !!! Le pays qui oserait user de l'arme nucléaire actuellement serait immédiatement mis au ban de l'humanité Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

Surtout quand on dispose (USA) d'autres armes beaucoup plus sélectives et tout aussi efficaces, on l'a bien vu en Afghanistan et Syrie récemment...
avatar
Krispoluk

Messages : 4178
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Thuramir le Ven 9 Juin - 0:18

Krispoluk a écrit:

Ou là !!! Le pays qui oserait user de l'arme nucléaire actuellement serait immédiatement mis au ban de l'humanité Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

Surtout quand on dispose (USA) d'autres armes beaucoup plus sélectives et tout aussi efficaces, on l'a bien vu en Afghanistan et Syrie récemment...

Tout dépend du niveau et du type de la menace. Si la Corée du Nord s'apprête à lancer (ou lance) un missile à tête nucléaire, ou si elle est en capacité de le faire et d'atteindre le territoire des Etats-Unis, je ne doute pas que Trump réagira avec une arme atomique.
avatar
Thuramir

Messages : 2249
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Mer 14 Juin - 19:55

Circulez, y'a à voir: l'escadron des "Demoiselles" de Pyongyang  Cool

http://actu.orange.fr/societe/insolite/circulez-y-a-a-voir-l-escadron-des-demoiselles-de-pyongyang-CNT000000JCj4O/photos/on-trouve-300-agentes-a-pyongyang-comme-celle-ci-prise-en-photo-le-23-fevrier-2017-e6c44221eb560f49d7e38df729dbe307.html

AFP, publié le mercredi 14 juin 2017 à 11h37

Avec leur uniforme près du corps et leurs talons noirs, les avenantes jeunes femmes qui règnent sur la circulation aux carrefours de Pyongyang sont emblématiques de la capitale nord-coréenne.

Dans la terminologie officielle, il s'agit "d'officiers de la sécurité routière" mais elles sont connues comme les "Demoiselles de la circulation". Dans une société qui reste traditionaliste à de nombreux égards, elles sont choisies pour leur physique.

Elles sont tenues de partir quand elles se marient. Leur carrière est fugace car elles sont mises d'office à la retraite à 26 ans. Shocked

Ces 300 agentes sont spécifiques à Pyongyang. Les autorités tiennent à donner la meilleure image possible de la capitale, malgré la pauvreté qui règne dans ce pays doté de l'arme nucléaire. Cette armée de jeunes femmes photogéniques, qui font la joie des touristes, participe de cette stratégie.

"Elles représentent la capitale", explique un haut responsable du ministère de la Sécurité publique, qui coiffe la sécurité routière. "C'est pourquoi nous les sélectionnons sur la base de l'apparence et du physique". Laughing

Leurs homologues masculins -- ils sont environ 400, déployés en général sur les rond-points-- ne se heurtent à aucune limite d'âge.

"Normalement, les femmes se marient à 26 ou 27 ans dans notre pays", explique le responsable sous couvert de l'anonymat. "Ce travail est difficile et elles ne peuvent le faire que lorsqu'elles sont célibataires".

- "Discipline" -

L'escadron féminin est né dans les années 1980, quand les voitures étaient rares à Pyongyang. Il en découlait des scènes surréalistes où l'on voyait les agentes régenter avec la plus grande énergie une circulation inexistante sur de larges avenues désertes.

Elles marchent au pas, tournant la tête de droite et de gauche. Elles appartiennent aux forces de sécurité et à ce titre, ont rang d'officier.

"Je dois mener chaque action avec coeur et discipline", explique à l'AFP la capitaine Ri Myong-Sim, 24 ans, qui en impose avec son uniforme bleu, ses soquettes et ses gants blancs.

Sept années d'expérience au compteur, elle se rappelle son "entraînement très dur", avec des "répétitions épuisantes". "Ce qui m'a permis de tenir et d'avancer, c'est l'idée que notre leader, dont le seul objectif est toute l'année le bonheur de notre peuple, nous regardait travailler", raconte-t-elle.

La jeune femme se tient droite comme un i au carrefour Changjon, au centre de Pyongyang. "Alors, je pouvais m'exercer toute la nuit et continuer le lendemain sans ressentir aucune fatigue".

Les Nord-Coréens n'expriment habituellement que des idées officiellement estampillées lorsqu'ils parlent aux médias étrangers.

Non loin, un obélisque proclame: "Le grand président Kim Il-Sung et le grand leader Kim Jong-Il seront toujours avec nous", référence au père fondateur de la Corée du Nord et à son fils.

Le nombre de véhicules dans la capitale a augmenté ces dernières années alors que les autorités libéralisent discrètement l'économie, créant de la croissance malgré les sanctions imposées au régime en représailles à son programme nucléaire.

- Crème solaire -

Pyongyang maintient le plus grand secret sur les statistiques et des données économiques précises sont inexistantes.

Des feux rouges ont été installés à la plupart des intersections mais les "Dames" n'ont pas peur du chômage. Les feux tricolores "aident les humains à faire leur travail plus facilement", dit la capitaine Ri.

Leur équipement comprend d'épais manteaux en coton pour l'hiver et des gilets fluo pour le travail nocturne. Elles disposent aussi de crème solaire pour éviter de bronzer.
"Le grand leader leur témoigne son amour et son affection inépuisables", ajoute le responsable du ministère. "C'est pourquoi elles font de leur mieux, pour récompenser le grand amour du grand président et maréchal respecté Kim Jong-Un".

Elles sont le sujet favori des touristes qui photographient Pyongyang, explique Simon Cockerell, directeur de Koryo Tours, agence qui organise des voyages en Corée du Nord depuis plus de 15 ans.

"Elles semblent avoir un double rôle: diriger la circulation et illuminer les rues de la capitale".

"Je ne crois pas qu'il y ait un seul touriste qui ait visité Pyongyang sans prendre une photo d'une agente. Il n'est pas exagéré de dire qu'elles sont emblématiques" même si les visiteurs les réduisent parfois au rôle "d'objet".

Pour la capitaine Ri, la retraite approche et elle suit une formation pour devenir enseignante. Comme on lui demande si elle n'est pas agacée par toute cette attention, la discipline se fissure une seconde et elle rit: "On est si concentrées (...) qu'on n'y prête rarement attention".
avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Krispoluk le Mer 14 Juin - 20:46

Ah ! Si j'avais connu la même chose en Ukraine à la "belle époque" Smile 

Au lieu de ça, c'était des vieux flics ventripotents en fin de carrière, qui nous rackettaient aux carrefours...  Twisted Evil Sad Sad Sad
avatar
Krispoluk

Messages : 4178
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mar 4 Juil - 10:10

La Corée du Nord fait son "feu d'artifice" du 4 juillet:

La Corée du Nord teste un tir de missile intercontinental en guise de feu d’artifice du 4 juillet


Lancé près de la frontière chinoise, le missile a terminé sa course en mer du Japon.-AFP

La Corée du Nord a affirmé avoir testé mardi avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM), étape cruciale vers la réalisation de son objectif qui est de pouvoir menacer les États-Unis du feu nucléaire.
Des experts américains ont de leur côté estimé que l’engin testé mardi matin, au moment où les États-Unis se préparent à célébrer leur fête nationale, pourrait atteindre l’Alaska.

Cet essai a entraîné une vive réaction du président américain Donald Trump qui a demandé à Pékin, principal soutien international de Pyongyang, de «mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes».

La Chine, principal allié de la Corée du Nord, a pour sa part appelé toutes les parties «à la retenue».

La Corée du Nord, qui a déjà réalisé cinq essais nucléaires et dispose d’un petit arsenal de bombes atomiques, affirme que sa quête d’un missile intercontinental (ICBM) est contrainte par la menace d’invasion des 28.000 soldats américains stationnés en Corée du Sud.

Le fait qu’elle soit effectivement dotée de missiles balistiques intercontinentaux bouleverserait l’évaluation du risque posé par Pyongyang.

L’essai «historique» d’un missile Hwasong-14 a été supervisé par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a annoncé mardi dans un bulletin spécial une présentatrice émue de la Télévision centrale coréenne.

La Corée du Nord est «une puissance nucléaire forte» qui est dotée d’un «très puissant ICBM qui peut frapper tout endroit au monde», a-t-elle ajouté, précisant que le projectile tiré mardi avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur une distance de 933 km.



«Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie?»



Les analystes doutent de la capacité de Pyongyang à miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile et de sa maîtrise de la technologie de rentrée dans l’atmosphère nécessaire à un missile intercontinental.

Mais tous les experts s’accordent sur les progrès remarquables des programmes balistique et nucléaire de l’un des États les plus isolés au monde, depuis l’arrivée de M. Kim à sa tête fin 2011.

Ce tir, qui avait été repéré dans la matinée par les forces sud-coréennes, japonaises et américaines, avait entraîné une cinglante réponse de Donald Trump.

«Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie?», a écrit le président américain sur Twitter au sujet du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

«Difficile de croire que la Corée du Sud et le Japon toléreront cela très longtemps. Peut-être que la Chine va faire un geste fort au sujet de la Corée du Nord et mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes!», a-t-il ajouté.

La Corée du Nord est sous le coup de nombreuses résolutions de sanctions de l’ONU pour ses programmes nucléaire et balistique interdits.

Le «missile balistique non identifié» a été lancé depuis un site proche de Banghyon, dans la province de Phyongan Nord, frontalière de la Chine, a indiqué l’état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué. L’engin est tombé en mer Orientale, appellation coréenne de la mer du Japon.

L’armée américaine a affirmé qu’il s’agissait d’un projectile de portée intermédiaire et qu’il avait volé pendant 37 minutes, soit une durée inhabituellement longue.

Le ministère japonais de la Défense a estimé que le missile avait atteint une altitude «excédant largement les 2.500 km» pour s’abattre dans la zone économique exclusive nippone.



L’Alaska à portée de tir


«Ca y est! C’est un ICBM. Un ICBM peut atteindre Anchorage, pas San Francisco, mais quand même», a déclaré sur Twitter Jeffrey Lewis chercheur à l’Institut Middlebury des études internationales, dont le siège est en Californie.

David Wright, scientifique membre de l’association Union of concerned scientists, a estimé sur la base des données disponibles que l’engin avait potentiellement effectué une trajectoire «très incurvée» et qu’il «pourrait atteindre une portée maximale d’environ 6.700 km sur une trajectoire standard».

«Cette portée n’est pas suffisante pour atteindre les 48 États (situés au sud du Canada) ou les plus grandes îles de Hawaï, mais elle serait suffisante pour atteindre tout l’Alaska.».

«Ce tir montre clairement que la menace a augmenté», a déclaré de son côté aux journalistes le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon se réuniront cette semaine en marge du G20, a-t-il ajouté: «J’encourage aussi le président (chinois) Xi Jinping et le président (russe Vladimir) Poutine à prendre davantage de mesures constructives», a-t-il poursuivi.

Le président sud-coréen Moon Jae-In, qui défend à la fois des sanctions et des efforts pour ramener le Nord à la table des négociations, et qui avait rencontré vendredi M. Trump à Washington, a parlé de «provocation irresponsable».

Les tensions avaient atteint en début d’année un niveau rarement aussi élevé en raison des premières déclarations de Donald Trump en tant que président, qui s’était dit prêt à régler seul, et si besoin par la force, la question nord-coréenne.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mer 5 Juil - 8:18

Réaction:

En réponse au tir nord-coréen, le Sud et les USA simulent une attaque

Séoul et Washington ont répliqué mercredi au lancement historique d'un missile intercontinental (ICBM) nord-coréen par plusieurs tirs de missiles simulant une attaque contre la direction du régime de Pyongyang.


© AFP

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un a affirmé mercredi que le tir d'un ICBM la veille, jour de la fête nationale américaine, était un "cadeau" aux "salauds d'Américains".

La maîtrise d'un missile intercontinental est un succès majeur pour le régime de Pyongyang, dont l'objectif avoué est d'être en mesure de menacer le sol continental américain du feu nucléaire.

"Cela n'arrivera pas", avait promis en janvier le président américain Donald Trump. Reste que selon de nombreux experts, le Hwasong-14 testé mardi pourrait atteindre l'Alaska.

Cette percée nord-coréenne, qui constitue un défi géopolitique pour la Maison blanche, impliquera une réévaluation de la menace posée par l'un des régimes les plus isolés au monde.

Pyongyang, qui a déjà mené cinq essais nucléaires et dispose d'un petit stock de bombes atomiques, soutient que son nouveau missile peut porter "une grosse tête nucléaire".

Moins de 24 heures après cet essai qui a été largement condamné par la communauté internationale, les forces sud-coréennes et américaines ont tiré de la péninsule plusieurs missiles de courte portée qui se sont abattus en mer du Japon.

'L'armistice et la guerre'

L'agence sud-coréenne Yonhap a parlé d'un "fort message d'avertissement", quand l'état-major interarmes sud-coréen expliquait que cet exercice avait "montré la capacité d'une frappe de précision contre le quartier général de l'ennemi en cas d'urgence".

Le président sud-coréen Moon Jae-In, par ailleurs favorable à une reprise du dialogue avec le Nord, a "déclaré que la sérieuse provocation de la Corée du Nord nécessitait que nous réagissions avec davantage qu'un communiqué", selon Yonhap.

"La retenue, qui est un choix, est ce qui sépare l'armistice de la guerre", a déclaré le général américain Vincent Brooks, commandant des forces américaines en Corée du Sud.

"Comme le montrent ces tirs de missiles à munitions réelles de l'Alliance, nous sommes en mesure de modifier notre choix quand l'ordonnent les dirigeants nationaux de l'Alliance", a-t-il averti.

La Corée du Sud et les Etats-Unis sont tenus par une étroite alliance militaire. Environ 28.000 militaires américains sont déployés sur la péninsule.

Ces tirs devraient provoquer la fureur du régime de Pyongyang, qui se dit justement acculé au développement de programmes balistique et militaire par la menace que pose pour sa survie la présence massive de troupes américaines au Sud.

Plusieurs résolutions assorties de sanctions ont été votées par le Conseil de sécurité pour tenter de pousser Pyongyang à renoncer à ces programmes interdits.

L'exécutif de l'ONU doit se réunir en urgence mercredi pour évoquer le dossier nord-coréen, le secrétaire général Antonio Guterres ayant qualifié mardi soir le tir nord-coréen de "violation éhontée des résolutions" et d'"escalade dangereuse".

Ce lancement a aussi entraîné une vive réaction de Donald Trump qui a demandé à Pékin, principal soutien international de Pyongyang, de "mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes".

Hawaï à portée ?

Alors que le président chinois Xi Jinping se trouvait à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine, la Russie et la Chine ont appelé à un double "moratoire": Pyongyang arrêterait ses tests nucléaires et balistiques et Washington renoncerait à organiser des manoeuvres militaires à grande échelle aux côtés de son allié sud-coréen.

Après avoir personnellement supervisé le tir de mardi, Kim Jong-Un a déclaré selon l'agence nord-coréenne KCNA "que les salauds d'Américains ne seraient pas très heureux de ce cadeau envoyé pour l'anniversaire du 4 juillet".

Hilare, selon KCNA, il a "ajouté que nous devrions leur envoyer des cadeaux de temps en temps pour les aider à tromper leur ennui".

Le leader nord-coréen a inspecté le Hwasong-14, et "dit sa satisfaction, affirmant qu'il était beau comme un joli garçon et bien fait".

Des questions demeurent sur les caractéristiques de ce projectile, sur la capacité de Pyongyang à miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile et sur sa maîtrise de la technologie de rentrée dans l'atmosphère.

L'agence KCNA a assuré que le lancement de mardi avait répondu à "tous les critères technologiques, y compris la résistance à la chaleur et la stabilité structurelle de l'ogive" nécessaire pour qu'elle rentre sans dommages dans l'atmosphère. L'ogive était en fibre de carbone, selon KCNA.

"Dans des conditions difficiles, impliquant une chaleur de milliers de degrés, de la pression et des secousses, la température à l'intérieur de l'ogive était stable, entre 25 et 45 degrés Celsius", a précisé l'agence. L'engin a eu une trajectoire "parfaite" et "a atteint sa cible avec précision".

Le missile n'a parcouru qu'une distance inférieure à 1.000 km. Mais l'altitude qu'il a atteinte -plus de 2.800 km selon Pyongyang- prouve qu'il peut voyager bien plus loin.

Le ministre sud-coréen de la Défense Han Min-koo a avancé une portée potentielle de 7.000 à 8.000 km, ce qui lui permettrait largement d'atteindre le commandement américain du Pacifique installé à Hawaï.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Lun 10 Juil - 12:51

avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Mar 11 Juil - 19:46

avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Lun 7 Aoû - 12:35

Suite au vote du conseil de sécurité de l'ONU:

La Chine appelle la Corée du Nord à prendre une "décision intelligente"

La Chine, principal allié de la Corée du Nord, a appelé dimanche Pyongyang à prendre une "décision intelligente" après le durcissement par l'ONU des sanctions contre le régime nord-coréen.


© Getty Images/iStockphoto

"Il serait bénéfique pour la Corée du Nord de prendre une décision bonne et intelligente", a déclaré à la presse le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, selon la traduction de ses propos. Il venait de s'entretenir des sanctions de l'ONU avec son homologue nord-coréen Ri Hong-Yo avant un forum sur la sécurité régionale à Manille.

Nouvelle riposte aux programmes balistique et nucléaire nord-coréens, le conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi à l'unanimité une résolution qui représente un certain succès pour les Etats-Unis.

Si la résolution est respectée, Pyongyang sera privé d'un milliard de dollars de recettes annuelles. Le texte a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation après ses tirs de missiles balistiques intercontinentaux en juillet.

Le ministre chinois a réitéré que la seule façon de résoudre la crise était par le dialogue, alors que Washington n'a pas exclu une action militaire contre le régime de Kim Jong-Un.

M. Wang a appelé à la reprise des "pourparlers à six" (Chine, Etats-Unis, Russie, Japon et les deux Corée) visant à réfréner les ambitions nucléaires de Pyongyang et qui sont au point mort depuis des années.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Thuramir le Mar 8 Aoû - 22:53

Voilà qui semble beaucoup plus clair comme langage :

Le président américain Donald Trump a promis mardi "le feu" à la Corée du Nord si elle continuait de menacer les Etats-Unis sur fond de développement de son arsenal nucléaire.

"La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis", a déclaré M. Trump depuis son golf de Bedminster (New Jersey) où il passe des vacances. "Elles se heurteront au feu et à la colère", a-t-il ajouté.
avatar
Thuramir

Messages : 2249
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Mar 8 Aoû - 23:20

avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  steven21 le Mer 9 Aoû - 0:05

je sens que ca va partir en cacahuete cette histoire.  Evil or Very Mad
avatar
steven21

Messages : 802
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 37
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mer 9 Aoû - 10:08

Le ton monte encore:

La Corée du Nord menace de frapper l’île américaine de Guam


Photo publiée par l’agence de presse nord-coréenne le 29 juillet, lors du dernier essai balistique en date.-AFP

La défense nord-coréenne a affirmé mercredi considérer des frappes visant les installations militaires américaines sur l’île de Guam dans le Pacifique, en dépit du dernier avertissement de Donald Trump.

Des missiles balistiques de portée intermédiaire Hwasong-12 pourraient viser le territoire américain dans le Pacifique en frappant les bases militaires américaines sur l’île de Guam qui accueillent des installations militaires nucléaires américaines entre autres.

Dans une déclaration, l’armée du régime affirme «envisager sérieusement une attaque d’encerclement» pour envoyer un «message d’avertissement» à Washington, démontrant que la Corée du Nord peut neutraliser ses bases dans le Pacifique.

Ce projet sera finalisé «et sera mis en pratique de manière consécutive et simultanée, dès que Kim Jong Un, le commandant suprême de la force nucléaire le décidera», a ajouté l’agence.

Trump promet «le feu et la colère»

Cette annonce du porte-parole de l’armée nord-coréenne, cité par l’agence officielle KCNA, survient quelques heures après les propos fracassants du président américain Donald Trump qui a promis «feu et colère tels que le monde n’en n’a jamais vus» à Pyongyang en cas de nouvelle menace. Quelques jours auparavant, les Nations Unies avaient adopté une volée de nouvelles sanctions envers de le régime de Kim Jong Un.

«La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les États-Unis», a déclaré le président américain depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

Les menaces, si elles se poursuivaient, «se heurteront au feu et à la colère», a-t-il ajouté, promettant une réaction d’une ampleur «que le monde n’a jamais vue jusqu’ici».

Le ton est sensiblement monté depuis lundi, lorsque Pyongyang a promis de faire payer «un millier de fois» aux États-Unis «le prix de leurs crimes».

Le contexte s’est encore alourdi avec des révélations du Washington Post sur les progrès réalisés par les Nord-Coréens dans leur programme nucléaire.

Le régime communiste a réussi à adapter suffisamment la taille de ses têtes nucléaires pour pouvoir les placer sur ses missiles intercontinentaux et ainsi faire peser la menace d’une attaque nucléaire sur la première puissance mondiale, selon les conclusions d’un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l’agence américaine de renseignement militaire, la DIA, et révélées mardi par le journal.

Grâce à cette capacité, le régime communiste deviendrait une puissance nucléaire à part entière, en mesure de réaliser l’objectif affiché par le leader Kim Jong-Un: frapper les «salauds d’Américains».

Guam reste calme

Le gouverneur de Guam Eddie Calvo a minimisé mercredi les menaces nord-coréennes contre cet avant-poste stratégique de l’armée américaine dans le Pacifique mais déclaré que le territoire était «prêt à toute éventualité».

Dans un discours télévisé, le gouverneur du territoire américain a déclaré qu’il travaillait avec Washington pour «assurer (sa) sécurité».

«Je veux rassurer la population de Guam qu’actuellement, aucune menace ne pèse sur notre île ni sur les îles Mariannes (du Nord voisines)», a-t-il ajouté.

«J’ai parlé à la commandante interarmées de la région des Mariannes, la contre-amiral Shoshana Chatfield, qui me l’a confirmé», a-t-il ajouté.

Guam, île reculée du Pacifique de quelque 550 km2, est un avant-poste clé pour les forces américaine, stratégiquement situé entre la péninsule coréenne et la mer de Chine méridionale. Environ 6.000 soldats y sont déployés, en particulier sur la base aérienne Anderson et la base navale Guam.

D’après M. Calvo, «plusieurs niveaux de défense» stratégiques sont mis en place pour défendre Guam. La Maison Blanche l’a assuré qu’une frappe contre le territoire serait assimilée à une attaque contre les États-Unis, a-t-il dit.

«Ils ont dit que l’Amérique sera défendue. Je veux aussi rappeler aux médias nationaux que Guam est en territoire américain et que 200.000 Américains vivent à Guam et dans les Mariannes. Nous ne sommes pas que des installations militaires. Cela dit, je veux m’assurer que nous sommes prêts à toute éventualité».

Dans les rues de la capitale, Hagatna, les gens semblaient conserver leur calme.

«Ce n’est pas comme si on pouvait faire quelque chose de toute façon», a déclaré à l’AFP James Cruz, un habitant. «C’est une petite île. Il n’y a nulle part où s’enfuir».

Madeleine Bordallo, déléguée de Guam à la chambre des représentants américaine, a déclaré que si les capacités nucléaires nord-coréennes étaient «profondément inquiétantes», elle était sûre que l’île était sûre, bien protégée.

Environ 162.000 personnes vivent à Guam. Les principales ressources de l’île sont le tourisme et l’armée américaine.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Mer 9 Aoû - 12:07

La menace nucléaire nord-coréenne est-elle crédible?

La Corée du Nord a averti mercredi qu'elle pourrait tirer des missiles près de l'île américaine de Guam, dans le Pacifique, alors que le président américain Donald Trump a promis au régime nord-coréen "le feu et la colère". Mais la menace est-elle crédible?


© Reuters

Le renseignement militaire américain en est désormais convaincu: la Corée du Nord a réussi à miniaturiser l'arme atomique pour l'embarquer à bord d'un missile --y compris intercontinental-- capable de menacer les Etats-Unis, a révélé le Washington Post mardi suite aux conclusions d'un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l'agence américaine de renseignement militaire, la DIA. Grâce à cette capacité, le régime communiste deviendrait une puissance nucléaire à part entière, en mesure de réaliser l'objectif affiché par le leader Kim Jong-Un: frapper les "salauds d'Américains".

Est-ce crédible ?

Le pays a réussi ce tour de force technologique plus rapidement que prévu mais, selon les experts, il lui reste des obstacles à franchir avant de devenir une puissance nucléaire à part entière, capable de frapper partout, à tout moment, à un endroit précis. Le point sur la question.

Où en est la capacité nucléaire de Pyongyang?

La Corée du Nord a mené cinq essais nucléaires dont le dernier en date le 9 septembre 2016. La bombe avait à peu près la puissance de celle lancée sur Nagasaki le 9 août 1945, soit environ 20 à 30 kilotonnes. Pyongyang avait alors annoncé que c'est ce type d'engin qu'il comptait miniaturiser et "standardiser" pour les embarquer sur ses missiles balistiques. Le pays a procédé à de nombreux tirs de missiles y compris deux lancements réussis de missiles intercontinentaux, dont les experts estiment qu'ils ont la capacité d'atteindre la côte ouest et la côte est des Etats-Unis avec une portée d'environ 10.000 kilomètres.

Le danger est-il immédiat?

La miniaturisation de la charge nucléaire et la fabrication d'un missile avec une portée et une précision suffisante ne sont que deux éléments d'une équation complexe. Il faut que la tête survive à un vol à 25.000 km/h pour la propulser dans l'espace et, surtout, elle doit résister à un retour dans l'atmosphère où les frottements la soumettent à des températures et des vibrations extrêmement élevées. Or, selon Michael Elleman, du centre de réflexion International Institute for Strategic Studies, le véhicule de ré-entrée s'est délité lors du test d'un missile intercontinental le 28 juillet. Avec un tir réel, la charge aurait sans doute été détruite avant d'atteindre son objectif.

Il est néanmoins possible que les ogives actuelles soient assez robustes pour résister à un tir de missile de moins longue portée. Siegfried Hecker, un expert nucléaire à l'université de Stanford, estime qu'il faudra peut-être encore cinq ans à la Corée du Nord avant d'avoir un véhicule de ré-entrée assez résistant. "Je ne pense pas qu'ils aient suffisamment d'expérience en matière de missiles ou d'essais nucléaires pour être capables de mettre en oeuvre une ogive nucléaire suffisamment petite, légère et robuste pour survivre à un tir par missile balistique intercontinental", a-t-il expliqué à l'AFP.

Quels autres obstacles?

M. Hecker, qui a visité la Corée du Nord à plusieurs reprises pour évaluer son programme nucléaire, estime que le programme militaire nucléaire de Pyongyang est fortement freiné par ses faibles stocks d'uranium et surtout de plutonium, le matériel de choix pour une arme destinée à un missile intercontinental. Selon lui, la Corée du Nord a de l'uranium et du plutonium pour fabriquer 20 à 25 bombes. C'est beaucoup moins que les 60 armes nucléaires dont disposerait Pyongyang, selon le renseignement militaire américain, cité par le Washington Post mardi.

Guam dans le viseur

Pyongyang a déclaré qu'"actuellement, elle étudie avec attention le plan opérationnel afin de faire feu sur les zones situées autour de Guam avec une fusée balistique à portée intermédiaire Hwasong-12", selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Ce plan sera finalisé et pourrait être mis en oeuvre "à tout moment, dès que Kim Jong-Un, le commandant suprême de la force nucléaire de la DPRK (Corée du Nord) le décidera", a ajouté l'agence. Guam est un territoire non incorporé organisé des Etats-Unis, qui compte une base navale et une base militaire américaine.

Le feu et la colère

Quelques heures auparavant, Donald Trump avait lancé une spectaculaire mise en garde contre le régime communiste, lui promettant "le feu et la colère". "La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis", a déclaré le président américain depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances. Les menaces, si elles se poursuivaient, "se heurteront au feu et à la colère", a-t-il ajouté, promettant une réaction d'une ampleur "que le monde n'a jamais vue jusqu'ici".

Bras de fer diplomatique

Pour l'heure, le régime de Pyongyang a testé plusieurs engins atomiques et a réussi deux lancements de missiles balistiques intercontinentaux, capables de frapper les Etats-Unis. Mais sa capacité à miniaturiser suffisamment une bombe atomique pour la placer sur l'un de ces lanceurs était encore en doute. Les analystes et autres membres du renseignement étaient, jusqu'ici, convaincus que malgré les dix ans écoulés depuis le premier test nucléaire de Pyongyang en octobre 2006, la Corée du Nord était encore à quelques années de savoir maîtriser le processus de miniaturisation.

Mais selon le rapport daté du 28 juillet, dont un extrait a été lu au Washington Post, "la communauté du renseignement estime que la Corée du Nord a produit des armes nucléaires qui peuvent être embarquées sur des missiles balistiques, y compris des missiles balistiques intercontinentaux". Selon le journal, le ministère japonais de la Défense est parvenu aux mêmes conclusions. Les menaces répétées et l'enchaînement ces derniers mois de tests de missiles par Pyongyang sont un casse-tête pour Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir.

Le milliardaire américain a notamment engagé un bras de fer diplomatique à trois bandes, en demandant avec insistance à la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, d'agir pour faire infléchir son incontrôlable voisin.

Ligne rouge

Toujours sur le plan diplomatique, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté samedi à l'unanimité une résolution renforçant nettement les sanctions déjà imposées à Pyongyang. Aux termes de celle-ci, la Corée du Nord devrait être privée d'un milliard de dollars de recettes annuelles.

En frappant le pays au portefeuille, la communauté internationale a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation, notamment après les deux tirs de missiles intercontinentaux effectués en juillet. Depuis 2006, l'ONU a imposé six trains de sanctions à la Corée du Nord mais rien ne semble faire dévier le jeune leader Kim Jong-Un. Le dernier essai nucléaire remonte au 9 septembre 2016, avec une détonation jugée deux fois plus puissante que la bombe américaine lâchée sur Hiroshima.

A Washington, nombre de voix se sont élevées pour dénoncer les propos présidentiels.

Le démocrate Eliot Engel, membre de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, a regretté la "ligne rouge absurde" tracée par M. Trump, tant les déclarations menaçantes de Pyongyang sont récurrentes. "La sécurité de l'Amérique est basée non seulement sur la force de notre armée mais aussi sur la crédibilité de notre commandant en chef", a-t-il souligné, dénonçant "l'emportement impulsif" du milliardaire.

Le sénateur républicain John McCain a aussi fait part de son scepticisme, soulignant que les "grands dirigeants" ne menaçaient pas leurs ennemis sauf s'ils étaient prêts à passer à l'action. "Et je ne suis pas sûr que le président Trump soit prêt à agir", a-t-il ajouté.

Pour Anders Fogh Rasmussen, ancien secrétaire général de l'OTAN, cette formulation "visait à faire peur à Pékin comme à Pyongyang". "Mais les lignes rouges présidentielles qui restent lettre morte créent des précédents dangereux", a-t-il mis en garde.

Avec AFP
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Александр le Jeu 10 Aoû - 10:22

steven21 a écrit:je sens que ca va partir en cacahuete cette histoire.  Evil or Very Mad
Pourrait bien:

Face à un Trump qui a «perdu la raison», Pyongyang précise son plan d’attaque sur Guam


La Corée du Nord dévoile son plan d’attaque de l’île américaine de Guam.-AFP

Pyongyang s’est moqué jeudi de Donald Trump, accusé d’avoir «perdu la raison», et a surenchéri dans la confrontation avec Washington en présentant un plan détaillé pour tirer une salve de missiles vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique.

Ce plan d’une rare précision, et qui vise un avant-poste stratégique des forces américaines sur la route de l’Asie, constituera «un avertissement crucial aux États-Unis», a prévenu le Nord. Car d’après lui «seule la force absolue» aura un effet sur le président américain.

Cet avertissement fait suite à un tweet menaçant du chef de la Maison Blanche affirmant que l’arsenal nucléaire américain est «plus fort et plus puissant que jamais».

Quelques heures auparavant, Donald Trump avait stupéfait la communauté internationale en promettant au dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un la «colère» et le «feu», mise en garde qui semblait tout droit sortie du répertoire oratoire de Pyongyang.

Quatre missiles tirés simultanément

Cette guerre rhétorique autour des programmes balistique et nucléaire de Pyongyang alimente les craintes d’une erreur de calcul qui aurait des conséquences catastrophiques sur la péninsule coréenne et au-delà.

En juillet, le Nord a mené deux tirs réussis de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), mettant une bonne partie du continent américain à sa portée.

Les propos incendiaires du président américain sont autant «d’absurdités», a déclaré le général Rak-Gyom, commandant des forces balistiques nord-coréennes, cité par l’agence officielle KCNA. «Un dialogue sensé n’est pas possible avec un tel gars qui a perdu la raison».

L’armée nord-coréenne apportera les touches finales à son projet contre Guam d’ici la mi-août et le soumettra pour évaluation au jeune dirigeant nord-coréen, a-t-il ajouté.

L’armée explique que quatre missiles seront tirés simultanément et qu’ils survoleront les préfectures japonaises de Shimane, Hiroshima et Koichi. Les engins «voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3 356,7 km, et s’écraseront en mer à 30 ou 40 km de Guam». Ils s’abîmeraient ainsi à l’extérieur des eaux territoriales américaines.

Le Japon, qui a déjà averti qu’il abattrait tout missile menaçant son territoire, a réaffirmé qu’il ne pourrait «jamais tolérer les provocations» du pays reclus.

Des drôles de précisions

Située dans le Pacifique-ouest, à quelque 3.500 km de la Corée du Nord, Guam compte des installations stratégiques américaines – bombardiers lourds à longue portée, chasseurs et sous-marins – qui participent régulièrement à des démonstrations de force sur et près de la péninsule coréenne, à la grande fureur de Pyongyang.

Guam, où vivent 162 000 habitants, est également équipé d’un bouclier anti-missiles THAAD.

Le professeur Yang Moo-Jin, de l’université des Etudes nord-coréennes de Séoul, souligne le caractère inhabituel des précisions fournies par Pyongyang. «Le Nord semble être en train de dire que ce qu’il va faire se fera conformément au droit international», dit-il à l’AFP. «Donc, on ne peut exclure que le Nord mette ce projet en application».

Pendant la Guerre froide, dans les années 1980, l’Union soviétique avait tiré des missiles non armés qui s’étaient abîmés dans le Pacifique à un millier de kilomètres de Hawaï.

Les analystes expliquent que des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: s’il ne tente pas de les intercepter, sa crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d’ICBM grandeur nature.

«Un risque crédible d'escalade»

Mais si une interception était tentée et qu’un missile y survivait, l’efficacité des systèmes de défense balistique américains serait remise en cause.

«C’est une menace coercitive pour mettre fin aux vols de B-1», a jugé sur Twitter Adam Mount, du Centre pour le progrès américain. «À la différence des menaces floues et incendiaires de Trump, celles de la Corée du Nord sont coercitives, claires, précises et présentent un risque crédible d’escalade. Y répondre est difficile».

Des milliers de Nord-Coréens ont défilé mercredi, les poings levés, dans les rues de Pyongyang, où les autorités avaient organisé des manifestations de soutien. «Dix millions de cœurs s’enflamment avec la promesse de défendre la mère patrie jusqu’à la mort», proclamait une banderole.

Chez le voisin du Sud, l’armée a prévenu que le Nord s’exposait «à des représailles fortes et résolues» en cas d’attaque.

«Une question de vie ou de mort»

Les tensions sur la péninsule coréenne ont tendance à s’envoler au moment des exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington et les prochains commencent autour du 21 août.

«L’interprétation nord-coréenne de la rhétorique de Washington diffère de l’interprétation occidentale des menaces habituelles de Pyongyang. Pour le Nord, les propos incendiaires de Trump sont une question de vie ou de mort», relève Hong Hyun-Ik, analyste à l’Institut Sejong.

Le chef du Pentagone Jim Mattis a mis en garde la Corée du Nord contre la fin du régime. Et une porte-parole de la Maison Blanche a souligné que les mots employés par le président lui appartenaient mais que le «ton et la force du message» résultaient d’une concertation avec son équipe.
avatar
Александр

Messages : 5358
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Caduce62 le Jeu 10 Aoû - 14:05

avatar
Caduce62

Messages : 3580
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Corée du Nord

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum