Et aux USA !

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 6 Aoû - 1:17

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 6 Aoû - 1:21

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 6 Aoû - 1:32



avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 6 Aoû - 1:32


avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Jeu 9 Aoû - 12:00

Après l’empoisonnement début mars à Salisbury de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, «  les États-Unis ont déterminé le 6 août (…) que le gouvernement russe avait utilisé des armes chimiques ou biologiques en violation des lois internationales  », a indiqué la porte-parole du département d’État, Heather Nauert.

Conformément à la loi américaine sur les armes chimiques, cette détermination entraîne l’imposition de sanctions économiques qui devraient entrer en vigueur fin août, a-t-elle ajouté.

L’empoisonnement confirmé de l’ex-agent double et de sa fille par leur exposition au Novitchok, un agent neurotoxique mis au point par l’Union soviétique à la fin de la Guerre froide, avait été attribué par Londres à Moscou, qui avait nié toute implication. L’affaire avait déclenché une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et une vague d’expulsions croisées de diplomates.

Le Royaume-Uni a par ailleurs demandé à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques d’accroître son assistance dans l’enquête sur la mort d’une Britannique qui aurait été exposée à l’agent Novitchok, a annoncé mardi l’organisation, dont le siège est à La Haye, aux Pays-Bas.
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Jeu 9 Aoû - 12:08

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Jeu 9 Aoû - 20:04

Reuters: la Russie dénonce les nouvelles sanctions américaines comme illégales, reproche des représailles

Moscow would start to work on retaliatory measures "in the same spirit" as any U.S. restrictions, the Foreign Ministry said.


dengi-info.com

Russia condemned a new round of U.S. sanctions as illegal on Thursday and said it had begun working on retaliatory measures after news of the curbs pushed the rouble to two-year lows over fears Moscow was locked in a spiral of never-ending sanctions.

Moscow has been trying with mixed success to improve battered U.S.-Russia ties since Donald Trump won the White House in 2016, and Russia's political elite was quick to chalk up a summit last month between Trump and Vladimir Putin as a victory, Reuters said.

But initial triumphalism swiftly turned sour as anger over what some U.S. lawmakers saw as an over deferential performance by Trump and his failure to confront Putin over Moscow's alleged meddling in U.S. politics galvanized a new sanctions push.

Having bet heavily on improving ties with Washington via Trump, Moscow now finds that Trump is under mounting pressure from U.S. lawmakers to show he is tough on Russia ahead of mid-term elections.

In the latest broadside, the U.S. State Department said on Wednesday it would impose fresh sanctions by the month's end after determining that Moscow had used a nerve agent against a former Russian double agent, Sergei Skripal, and his daughter, Yulia, in Britain, something Moscow denies.

The Kremlin said the sanctions were illegal and unfriendly and that the U.S. move was at odds with the "constructive atmosphere" of Trump and Putin's encounter in Helsinki.

Moscow would start to work on retaliatory measures "in the same spirit" as any U.S. restrictions, the Foreign Ministry said.

The new sanctions come in two tranches. The first, which targets U.S. exports of sensitive national-security related goods, comes with deep exemptions and many of the items it covers have already been banned by previous restrictions.

The second tranche, which can be selectively activated after 90 days if Moscow fails to provide "reliable assurances" it will no longer use chemical weapons and blocks on-site inspections, is potentially more serious.

According to the law, it could include downgrading diplomatic relations, suspending national flag carrier Aeroflot's ability to fly to the United States and cutting off nearly all exports and imports.

Foreign Ministry spokeswoman Maria Zakharova said Moscow had not yet received any official U.S. request to open up sites once linked to chemical weapons for inspection.

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué que Moscou commencerait à travailler sur des mesures de rétorsion "dans le même esprit" que toutes les restrictions américaines.

La Russie a condamné jeudi une nouvelle série de sanctions américaines comme illégales et a déclaré qu’elle avait commencé à prendre des mesures de rétorsion après que les nouvelles ont poussé le rouble à des creux de deux ans par rapport aux craintes de Moscou.

Moscou a tenté avec succès avec succès d'améliorer les relations américano-russes depuis que Donald Trump a remporté la Maison Blanche en 2016, et l'élite politique russe a rapidement remporté le sommet entre Trump et Vladimir Poutine, a déclaré Reuters.

Mais le triomphalisme initial a rapidement dégénéré en colère contre ce que certains législateurs américains considéraient comme une performance déférente de Trump et son échec à confronter Poutine à l'ingérence présumée de Moscou dans la politique américaine a galvanisé une nouvelle poussée de sanctions.

Ayant beaucoup misé sur l'amélioration des relations avec Washington via Trump, Moscou constate maintenant que Trump subit une pression croissante de la part des législateurs américains pour montrer qu'il est dur envers la Russie avant les élections de mi-mandat.

Dans le dernier numéro, le département d’Etat américain a annoncé mercredi qu’il imposerait de nouvelles sanctions avant la fin du mois, après avoir déterminé que Moscou avait utilisé un agent de sécurité contre un ancien agent russe, Sergei Skripal, et sa fille en Grande-Bretagne. Moscou nie.

Le Kremlin a déclaré que les sanctions étaient illégales et hostiles et que le mouvement américain était en désaccord avec "l'atmosphère constructive" de la rencontre de Trump et de Poutine à Helsinki.

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué que Moscou commencerait à travailler sur des mesures de rétorsion "dans le même esprit" que toutes les restrictions américaines.

Les nouvelles sanctions sont réparties en deux tranches. La première, qui cible les exportations américaines de biens sensibles relevant de la sécurité nationale, est soumise à de grandes exemptions et nombre des articles qu'elle couvre ont déjà été interdits par les restrictions précédentes.

La deuxième tranche, qui peut être activée sélectivement après 90 jours si Moscou ne fournit pas de "garanties fiables", n’utilisera plus d’armes chimiques et bloque les inspections sur place, est potentiellement plus grave.

Selon la loi, cela pourrait inclure la dégradation des relations diplomatiques, la suspension de la capacité de la compagnie aérienne nationale Aeroflot à se rendre aux États-Unis et à supprimer la quasi-totalité des exportations et des importations.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que Moscou n’avait pas encore reçu de demande officielle de la part des Etats-Unis pour ouvrir des sites autrefois liés aux armes chimiques à des fins d’inspection.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Jeu 9 Aoû - 21:33

Rigolo Smile 

Moscou très déçu après la nouvelle vague de sanctions du Congrès qui n'adhère pas à "l'atmosphère d'échanges constructifs" d'Helsinki...  confused affraid 
Des mesures de représailles économiques ? Ouaff ! Vont taxer à mort les Hummers et le Bourbon ? C'est les oligarches qui vont pas être contents...  Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Ven 10 Aoû - 0:18

Comme tu dis.  Laughing Laughing Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Dim 26 Aoû - 11:12

U.S. Senator John McCain, "one of greatest friends of Ukraine," dies at 81

Tout est dans le titre.  Neutral

John McCain était un critique avide des autorités russes actuelles et un défenseur actif de l'Ukraine.

Reuters

Le sénateur américain John McCain, figure politique américaine, est mort à l’âge de 81 ans


AFP/Gabriel BOUYS

Le sénateur conservateur John McCain, grande figure de la politique américaine, a succombé à son cancer du cerveau samedi. Il est mort dans sa maison en Arizona à l’âge de 81 ans. Il avait été battué par Barrack Obama à l’élection présidentielle américaine. John McCain s’est régulièrement opposé au président Trump dont il ne veut pas de la présence à son enterrement.

Le vétéran de la guerre au Vietnam a été combatif jusqu’à son dernier souffle, n’hésitait pas à aller à rebours de son parti pour critiquer l’actuel président américain Donald Trump.

«Le sénateur John Sidney McCain III est mort à 16h48 le 25 août 2018. Près du sénateur se trouvaient, quand il est décédé, son épouse Cindy et leur famille», a indiqué le bureau du sénateur républicain dans un communiqué. «Il a servi fidèlement les États-Unis pendant 60 ans», ajoute le communiqué.

Cet héro de la guerre du Vietnam, a été le rival George W. Bush au sein du parti conservateur lors des primaires de l’élection présidentielle américaine en 2000, avant d’être investi par son parti comme candidat conservateur face au démocrate Barrack Obama qui le battra aux scrutin de 2008.

Jusqu’à la fin de son mandat, John McCain était aussi une des rares voix conservatrices à critiquer l’actuel président Donald Trump qu’il qualifiait de «mal informé» et «impulsif». Une des dernières volontés du sénateur voulait que le milliardaire n’assiste pas à son enterrement.

AFP/BRENDAN SMIALOWSKI and MANDEL NGAN

Le président américain a toutefois présenté ses condoléances à la famille du sénateur, adressant sur Twitter sa profonde sympathie et son respect aux proches du défunt.

John McCain n’avait pas démissionné du Sénat, mais il ne s’y était plus rendu depuis décembre 2017. Il restait néanmoins relativement actif politiquement en défiant notamment durant l’été 2017 Donald Trump en votant contre sa réforme du système de santé, allant à rebours de son camp conservateur.

John McCain, fils et petit-fils d’amiraux, a d’abord été pilote de chasse, engagé dans la guerre du Vietnam où il fut blessé et emprisonné pendant plus de cinq ans. Après son retour aux États-Unis, en Arizona, il se fait élire à la Chambre des représentants, avant d’être élu sénateur en 1986, un siège qu’il a conservé depuis.

Cinq grandes dates de la vie de John McCain

29 août 1936: John Sidney McCain, troisième du nom, naît dans la zone du canal de Panama. Son père est sous-marinier, son grand-père amiral. Il s’oriente naturellement vers une carrière militaire et devient pilote de chasse, après une formation à l’Académie navale d’Annapolis.

26 octobre 1967: L’avion de chasse de John McCain est frappé par un missile sol-air au-dessus d’Hanoï. Le pilote s’éjecte et est fait prisonnier. Des fractures aux deux bras et à la jambe droite sont sciemment mal ou pas soignées, et le militaire est battu et torturé au long de sa détention. Il est libéré le 15 mars 1973, après la fin de l’engagement américain au Vietnam.

2 novembre 1982: Après avoir quitté la Navy, John McCain, qui vient de divorcer et de se remarier, est élu dans l’Arizona à la Chambre des représentants. Quatre ans plus tard, il est élu sénateur, fonction à laquelle il sera réélu cinq fois. Son mandat actuel courait jusqu’en 2022.

4 septembre 2008: Après un échec aux primaires de 2000 contre George W. Bush, John McCain est investi candidat du parti républicain pour la Maison Blanche, contre le démocrate Barack Obama. Il choisit une gouverneure quasi-inconnue comme colistière: Sarah Palin. Le ticket républicain est largement battu en novembre suivant.

AFP/Robyn BECK

28 juillet 2017: Vers 1h30 du matin John McCain, à qui l’on venait de diagnostiquer une tumeur au cerveau, entre dans l’hémicycle du Sénat et vote, d’un geste du pouce, contre l’abrogation partielle d’Obamacare, la loi sur la santé de Barack Obama, torpillant une promesse centrale de Donald Trump. Le président américain est furieux.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Sam 8 Sep - 17:34

Les chefs de la défense du nord de l'Europe abordent la dissuasion russe - Pentagone

The objective of the conference was to facilitate an open and candid dialogue to enhance cooperation among the northern European countries in support of enduring stability and peace during a period of emerging challenges.

Photo de Unian

Chiefs of defense from 11 northern European countries gathered on Friday to discuss a variety of topics at the 2018 Northern European Chief of Defense Conference.

The main focus of the conference was deterring Russian aggression, U.S. European Command officials said, the U.S. Department of Defense said.

Army Gen. Curtis M. Scaparrotti, the Eucom commander, was the senior U.S. military official who attended the conference, which was hosted by Adm. Haakon Bruun-Hanssen, the Norwegian chief of defense.

The two leaders opened the conference by highlighting their mutual appreciation for one another's collaboration and the benefits of partnering to address the regional challenges faced today.

"The United States and Norway have a long history of cooperation, and we value your partnership," Scaparrotti said. "We're pleased to be here today and to work so closely with you."

The objective of the conference was to facilitate an open and candid dialogue to enhance cooperation among the northern European countries in support of enduring stability and peace during a period of emerging challenges.


Presentations from both U.S. and Norwegian leaders helped to facilitate the discussion among the group. Topics focused on how nations can work more closely together to address disinformation and Russian malign influence, cyber threats and critical infrastructure protection, future military deployments and exercises in the region.

"We must be resolute and adaptable as we work together as a team to maintain our momentum," Scaparrotti said.

Conference participants represented Denmark, Estonia, Finland, Germany, Iceland, Latvia, Lithuania, Norway, Poland, Sweden and the United States.

L’objectif de la conférence était de faciliter un dialogue ouvert et franc pour renforcer la coopération entre les pays d’Europe du Nord en vue d’assurer une stabilité et une paix durables pendant une période de défis émergents.

Les chefs de la défense de 11 pays d'Europe du Nord se sont réunis vendredi pour discuter de divers sujets lors de la Conférence des chefs de la défense d'Europe du Nord en 2018.

La principale préoccupation de la conférence était de dissuader l'agression russe, ont déclaré des responsables américains du Commandement européen, selon le département américain de la Défense.

Le général d’armée Curtis M. Scaparrotti, le commandant d’Eucom, était le haut responsable militaire américain qui a assisté à la conférence, accueillie par l’amiral Haakon Bruun-Hanssen, chef de la défense norvégienne.


Les deux dirigeants ont ouvert la conférence en soulignant leur appréciation mutuelle pour la collaboration des uns et des autres et les avantages du partenariat pour relever les défis régionaux actuels.

"Les Etats-Unis et la Norvège ont une longue histoire de coopération et nous apprécions votre partenariat", a déclaré Scaparrotti. "Nous sommes ravis d'être ici aujourd'hui et de travailler si étroitement avec vous."

L’objectif de la conférence était de faciliter un dialogue ouvert et franc pour renforcer la coopération entre les pays d’Europe du Nord en vue d’assurer une stabilité et une paix durables pendant une période de défis émergents.


Les présentations des dirigeants américains et norvégiens ont aidé à faciliter la discussion au sein du groupe. Les thèmes étaient centrés sur la manière dont les pays peuvent collaborer plus étroitement pour lutter contre la désinformation et l’influence malicieuse de la Russie, les cybermenaces et la protection des infrastructures critiques, les futurs déploiements et exercices militaires dans la région.

"Nous devons être résolus et adaptables lorsque nous travaillons en équipe pour maintenir notre dynamique", a déclaré Scaparrotti.

Les participants à la conférence représentaient le Danemark, l'Estonie, la Finlande, l'Allemagne, l'Islande, la Lettonie, la Lituanie, la Norvège, la Pologne, la Suède et les États-Unis.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Trump et le pétrole

Message  Krispoluk le Mar 16 Oct - 11:07




Le Plus Grand Projet Énergétique De L'histoire Canadienne?


30 septembre 2018




Le WTI a dépassé 73 dollars le baril, atteignant son plus haut niveau en quatre ans la semaine dernière. Et très peu d'investisseurs au Canada en parlent même…
La croissance mondiale et la pression croissante des États-Unis pour limiter les exportations de brut iranien font monter les prix du pétrole. Alors que Trump exhorte l’OPEP à inonder le marché de son offre, en prévision des élections de mi-mandat de novembre, le secteur de l’énergie du Canada demeure une réflexion après coup. Les investisseurs du pays sont fascinés par l'espace de la marijuana et ne s'intéressent pas à ce qui reste une part importante du moteur économique du Canada.

Le Secteur Énergétique Du Canada | Un Géant Endormi



Un pays disposant des troisièmes plus grandes réserves de pétrole au monde (après le Venezuela et l'Arabie saoudite) devrait se réjouir du prix actuel du WTI. Au lieu de cela, le pétrole lourd canadien (connu sous le nom de Western Canadian Select) s'échange près d'un rabais record de 40 $ US par rapport à l'indice de référence du WTI. De nombreux producteurs de pétrole canadiens passent complètement à côté de cela et personne ne semble s'en soucier.
Alors que le secteur du cannabis stimule l'activité des fusions et acquisitions au Canada, il faut se demander pour combien de temps on peut compter sur cette industrie. Alors que le jeu du Canada en matière d'exportation d'énergie est en suspens et qu'aucun nouveau pipeline ne doit être approuvé, un back-log de pétrole albertain crée une surabondance d'approvisionnement et oblige les entreprises canadiennes à accepter des rabais démesurés…
C'est le seul problème du Canada, étant donné que presque toutes ses réserves de pétrole sont acheminées vers les États-Unis, le plus grand producteur du monde. En outre, sous le président Trump, les États-Unis sont sur le point de devenir le plus grand exportateur du monde depuis un mois. Regardez la hausse remarquable des exportations de pétrole brut américain au cours des dernières années:

C'est un diagramme parabolique…


L'augmentation Spectaculaire Des Exportations De Pétrole Brut Des États-Unis (En Milliers De Barils Par Jour)








source: eia.gov

 
Les États-Unis, qui jouent un rôle de premier plan dans le secteur du pétrole et du gaz naturel, ont forcé le Canada à se soustraire au pouvoir en vendant des produits à son voisin et à le rendre désespéré pour se diversifier comme jamais auparavant. À l'heure actuelle, le secteur de l'énergie du Canada doit se battre pour obtenir sa juste part du marché mondial de l'énergie ou le risque de dévastation économique au cours des dix à vingt prochaines années.

[size=30]Le Secteur Canadien De L'énergie Perd Ses Investissements Mondiaux[/size]



Le secteur du cannabis est un atout dans une communauté d’investisseurs canadienne plutôt sombre. Réfléchissez un instant… Et si le secteur du cannabis n'existait pas? De quoi les investisseurs canadiens devraient-ils être excités?
En 2017, les investissements directs étrangers ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2010 au Canada. Alors que les guerres commerciales se multiplient dans le monde, le pétrole et le gaz naturel devraient constituer un avantage indéniable pour l'économie canadienne. Cependant, de nombreuses sociétés pétrolières internationales ont quitté le Canada (ou ont réduit leur portefeuille au sein du pays), alors que certains diraient que nous avons besoin de l'investissement plus que jamais.
Selon le Financial Post ,

«Les investissements directs ont chuté de 26% en 2017 pour atteindre 33,8 milliards de dollars, a rapporté Statistique Canada jeudi à Ottawa. Les flux de capitaux ont chuté pour une deuxième année et ont diminué de plus de la moitié depuis 2015 ».

 

source: économie commerciale

 
2015 a été une année importante pour le Canada. Pouvoir transféré des conservateurs aux libéraux à la fin de l'année…
 

Reprise De L'économie Alors Que Les Entreprises Canadiennes Se Tournent Vers L'étranger



À l'heure actuelle, les libéraux de Justin Trudeau jouissent d'un nombre assez élevé de sondages, malgré des investissements directs étrangers ternes et un secteur de l'énergie en perte de vitesse. Mais ce n'est pas tout mauvais. Après un faible PIB au Canada de 1,4% au premier trimestre, le deuxième trimestre s'est inscrit à un taux annualisé de 2,9%, soit le niveau le plus élevé en un an. Et le taux de chômage se situe à 6%, ce qui représente une hausse récente par rapport à son niveau le plus bas depuis près de 40 ans.
Alors, où les entreprises canadiennes mettent-elles leur capital dans une quête de rendement?
Selon le récent rapport d’examen et de bilan semestriel des fusions et acquisitions 2018 de PwC Canada,

«Les entreprises canadiennes recherchent des offres à l’étranger. Les transactions sortantes du Canada vers les États-Unis ont augmenté de 8% au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à la même période l'an dernier. Il y a également eu 161 accords internationaux sortants non américains avec des pays tels que l'Australie et le Royaume-Uni, alors que les négociateurs canadiens cherchent à diversifier leurs portefeuilles en raison de l'incertitude des échanges et des conflits tarifaires. "

C'est surprenant à certains égards et pas à d'autres. D'une part, les États-Unis sont devenus plus compétitifs à la suite de la réforme fiscale historique, mais le dollar canadien s'est effondré ces dernières années.

source: Trading Voir 

Le Pétrole Canadien S'appuyant Sur Le Rail



La grande majorité du pétrole canadien exporté aux États-Unis devant être raffinée et tarifée, il n’ya donc rien d’étonnant à ce que nous en profitions. Le pipeline de Trans Mountain est toujours dans le doute, entraînant des expéditions canadiennes de pétrole par rail atteignant un niveau record de 204 000 b / j en juin, selon le Financial Post.
Rory Johnston, analyste des produits de base à la Banque Scotia, a déclaré:

«Nous pourrions très facilement transporter environ 400 000 barils par jour (transportés sur des wagons de chemin de fer) d’ici la fin de l’année prochaine.»

Entre-temps, certains des plus gros producteurs canadiens n'attendent pas que Trudeau conclue un accord sur Trans Mountain. Selon un article du Financial Post du 26 septembre ,

«Le producteur de sables bitumineux, Cenovus Energy Inc., a annoncé mercredi avoir signé un accord de trois ans avec le CP et le CN visant à acheminer 100 000 b / j du nord de l'Alberta vers la côte américaine du golfe du Mexique.»

Bien que statistiquement prouvé être plus dangereux que les pipelines, les producteurs canadiens n'ont d'autre choix que d'utiliser le rail tant que l'offre continue de se développer.
Mais ce ne sont pas toutes des nouvelles médiocres cette semaine…
Le secteur énergétique canadien pourrait avoir un dernier coup à se développer sans influence américaine.

[size=30]GNL Upside | Trop D'années Dans La Fabrication[/size]



Paradoxalement, alors que les tensions commerciales entre le Canada et les États-Unis atteignent leur maximum, le secteur des exportations d'énergie du Canada sous la surveillance de Trudeau pourrait faire plus que tout autre Premier ministre depuis des décennies…
On s’attend au début de la semaine prochaine pour savoir si Royal Dutch Shell Plc et ses partenaires vont de l’avant avec un terminal de gaz naturel liquéfié estimé à 40 milliards de dollars canadiens à Kitimat, en Colombie-Britannique.
Le Financial Post a indiqué que, selon les personnes ayant «une connaissance directe des activités», les préparatifs en vue d'une annonce du 5 octobre sont en cours. Les festivités, suivies d'un événement de LNG Canada, comprendront des feux d'artifice au club de golf local à Kitimat, en Colombie-Britannique, la ville où se déroule le projet proposé.
Selon WorldOil.com ,

«LNG Canada - appuyé par Shell, Mitsubishi Corp., Petroliam Nasional Bhd. De Malaisie, PetroChina Co. et Korea Gas Corp. - constituerait le plus important projet d'infrastructure du Canada."

Vendredi, deux nouvelles partenaires asiatiques de Royal Dutch Shell Plc ont approuvé leur part de l'investissement, selon Bloomberg .
 

Shell Au Bord De La Décision Historique Concernant Les Infrastructures Canadiennes



Il semble maintenant probable que le projet sera approuvé.
Un nouvel élan pour décider de l'approbation dès que possible repose sur divers allégements fiscaux qui doivent expirer. Selon WorldOil.com ,

«La Colombie-Britannique a fixé au 30 novembre la date limite pour une décision finale si le projet doit réclamer jusqu'à 6 milliards de dollars canadiens en allégements fiscaux et en économies.»

Des milliards de dollars ont quitté le Canada ces dernières années, projet après projet retardé ou annulé. Si ce projet potentiellement historique de Kitimat avance, il pourrait inverser le sentiment négatif qui entoure les investissements des entreprises au Canada.
Bien que le projet LNG Canada de Shell et le pipeline Trans Mountain (qui appartient maintenant au gouvernement fédéral) ne soient nullement garantis, il est peu probable que le 0-2 soit envisagé. Le Canada est le cinquième producteur mondial de gaz naturel et possède d'importantes réserves en Colombie-Britannique et en Alberta. Les libéraux ayant des déficits énormes et bouleversant de nombreuses provinces productrices d'énergie telles que l'Alberta et la Colombie-Britannique, cela pourrait être une aubaine pour le parti et sa candidature à la réélection. La première et la seule usine de GNL sur la côte ouest du Canada pourrait enfin être ouverte aux marchés asiatiques, longtemps convoités par les gouvernements précédents.
Le calendrier, si le projet est lancé le plus tôt possible, ne pourrait être meilleur. Trump et la Chine continuent à s'affronter sur le commerce, les Chinois menaçant de mettre des tarifs sur le GNL américain…

source: Association canadienne des producteurs pétroliers

 
Enfin, si Trudeau pouvait faire approuver (à nouveau) le pipeline de Trans Mountain et le construire, il triplerait les exportations de pétrole vers la côte ouest. Pour un pays aux prises avec un différend commercial, il ne peut pas gagner, l'expansion des échanges commerciaux avec l'Asie n'est plus une option. C'est une nécessité. Le secteur de l'énergie au Canada pourrait faire l'objet d'un élan tant attendu. Avec la décision finale de Shell à venir, la semaine prochaine pourrait être une étape cruciale pour l'avenir de notre pays…
PINNACLE DIGEST. COM


Trump a une arme pour baisser les prix du pétrole et ce n'est pas son Twitter

25 septembre 2018 à 23:00 UTC + 2 Mis à jour le 26 septembre 2018 à 08:45 UTC + 2


  • Les négociants et les analystes prévoient une éventuelle libération d'huile SPR avant novembre
  •  
    Citi: 30 millions de barils pourraient faire chuter le pétrole



Les tweets ne vous mèneront que jusqu'à présent. Après avoir échoué à convaincre l'OPEP de pomper davantage et de faire baisser les prix du pétrole, le président américain Donald Trump pourrait suivre une voie plus directe: exploiter la réserve de pétrole stratégique de son pays.

Et comme pour ses tweets, cela ne le mènera peut-être pas à son objectif.

Le Brent, un indice de référence mondial, atteint un record depuis 4 ans au-dessus de 80 USD le baril moins de deux mois avant les élections clés de mi-mandat aux États-Unis. Le consensus grandissant dans le secteur est que le problème est plutôt de savoir quand libération des stocks d'urgence constitués après la crise pétrolière de 1973-1974.



«Il est fort possible qu'une autre réserve stratégique soit libérée», a déclaré Antoine Halff, responsable du programme mondial du marché pétrolier au Center on Global Energy Policy de l'Université Columbia. "C'est un joker qui justifie une attention particulière pour les prochaines semaines."

Il y a eu un précédent: Bill Clinton l'a utilisé deux mois avant l'élection présidentielle de 2000 dans le but de réduire directement les prix du pétrole, plutôt que de réagir à une rupture d'approvisionnement à l'étranger, libérant 30 millions de barils sous forme de prêt d'un an. Son administration a défendu le mouvement contre les objections des républicains, affirmant que ce n'était pas politique et qu'il était nécessaire pour garder les familles américaines au chaud pendant l'hiver.

Certes, la Maison Blanche n’a pas indiqué qu’elle envisageait de prendre une telle mesure, et certains commerçants estiment que l’utilisation du SPR n’aura pas d’impact significatif sur les prix. Pourtant, lors de la conférence annuelle Asie-Pacifique sur le pétrole (APPEC) à Singapour cette semaine - l'un des plus grands rassemblements de l'industrie du commerce du pétrole -, ses dirigeants ont ouvertement spéculé sur le moment où Trump pourrait exploiter la réserve, combien de barils seraient libérés, et impact potentiel.


«Prix horribles»


Pendant ce temps, Trump perd patience. Aux Nations Unies mardi, il a déclaré aux chefs d'État et à la nation que «les pays de l'OPEP arnaquent, comme d'habitude, le reste du monde. Et je n'aime pas ça et personne ne devrait aimer ça. ”Il a ajouté:“ Nous n'allons pas supporter ces prix horribles plus longtemps. ”
Le Brent a progressé de 19 cents à 82,06 dollars le baril à 7h39 à Londres, après avoir grimpé de près de 4% au cours des deux sessions précédentes. Les prix ont augmenté d'environ 40% au cours des 12 derniers mois.
"Les États-Unis pourraient exploiter le RPS si les prix du pétrole continuent d'augmenter," a déclaré Ben Luckock, codirecteur du négoce de pétrole chez le principal négociant en matières premières Trafigura Group, dans une interview. Il ne voit que peu d'impact sur les prix d'une vente potentielle, si ce n'est de rendre le pétrole américain encore moins cher que dans le reste du monde. Ce rabais est maintenant d'environ 9 dollars le baril.
Mike Muller, dirigeant du groupe Vitol, le plus grand négociant en pétrole indépendant au monde, a déclaré qu'exploiter la réserve pourrait même s'avérer contre-productif. Cela pourrait amener les investisseurs à dire «c'est haussier car il y a moins de couverture» pour d'autres pannes potentielles, a-t-il déclaré. 


Peu d'impact


Bien que le président de Hess Corp., Greg Hill, ait déclaré qu'il ne voulait pas spéculer sur ce que ferait le président, il doutait que l'impact serait grand, peu importe. "Cela ne fera pas chuter le pétrole de 80 à 65 $, et tout effet serait à court terme."
Trump dispose de plusieurs moyens pour acheminer des produits SPR vers le marché. L'une pourrait consister à accélérer les ventes de la réserve autorisée par le Congrès dans le cadre d'accords destinés à financer les dépenses fédérales. Près de 240 millions de barils sont approuvés, sur les 660 millions accumulés dans des cavernes souterraines situées à des milliers de mètres au-dessous des côtes du Texas et de la Louisiane.
La première de ces transactions sera la libération de 11 millions de barils en octobre et novembre. La plupart des ventes autorisées sont fixées pour des années particulières et il n'est pas clair si leur accélération est possible. 
La deuxième voie est un ordre direct visant à réduire la réserve en vertu des pouvoirs étendus conférés à la loi utilisée pour la créer, à savoir la loi sur la politique énergétique et la conservation de 1975. Selon cette loi, Trump pouvait autoriser des rejets consécutifs pouvant atteindre 30 millions de barils. Sur des périodes de 60 jours, nous ajoutons 500 000 barils par jour d’approvisionnements supplémentaires - à propos des produits de l’Équateur, membre de l’OPEP. 
«Je pense que cela réduirait de deux dollars le prix du pétrole», a déclaré Ed Morse, responsable de la recherche sur les produits de base chez Citigroup Inc.


Effet Twitter


Jusqu'à présent, Trump s'est contenté d'utiliser les médias sociaux pour reprocher à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole l'augmentation des prix et les inciter à augmenter leur production afin de réduire les coûts. L'impact de ses tweets a toutefois commencé à diminuer .
L’OPEP et ses alliés, parmi lesquels la Russie, le Mexique et le Kazakhstan, n’ont pas promis d’augmenter immédiatement leur production dimanche, même après que Trump ait critiqué le groupe le 20 septembre, affirmant que "le monopole de l’OPEP doit faire baisser les prix!" 
Les responsables du secteur pétrolier et les négociants réunis lors de la réunion de l'APPEC ont spéculé sur le fait que l'exploitation du RPS pourrait être coordonnée avec l'Arabie saoudite pour atténuer l'impact des sanctions américaines sur l'Iran, qui pourrait détruire jusqu'à 1,5 million de barils par jour d'approvisionnement de Téhéran.
En théorie, Riyad peut pomper jusqu'à 12,5 millions de barils par jour, contre environ 10,4 millions le mois dernier, compensant ainsi la perte de l'offre iranienne. Néanmoins, pour atteindre ce niveau, il faut du temps pour forer plus de puits et un communiqué de SPR pourrait combler le vide jusqu'à ce que les Saoudiens soient prêts.

avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 16 Oct - 16:12

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mar 16 Oct - 22:30

Krispoluk a écrit:Trump a une arme pour baisser les prix du pétrole et ce n'est pas son Twitter


Peu d'impact

«Je pense que cela réduirait de deux dollars le prix du pétrole», a déclaré Ed Morse, responsable de la recherche sur les produits de base chez Citigroup Inc.


Effet Twitter


Jusqu'à présent, Trump s'est contenté d'utiliser les médias sociaux pour reprocher à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole l'augmentation des prix et les inciter à augmenter leur production afin de réduire les coûts. L'impact de ses tweets a toutefois commencé à diminuer .
L’OPEP et ses alliés, parmi lesquels la Russie, le Mexique et le Kazakhstan, n’ont pas promis d’augmenter immédiatement leur production dimanche, même après que Trump ait critiqué le groupe le 20 septembre, affirmant que "le monopole de l’OPEP doit faire baisser les prix!" 

La déclaration d'Ed Morse est significative du micro-impact de ce que Trump peut faire pour faire baisser les cours du pétrole. Et il ne faut guère attendre de la coopération de la part de la Russie, ni de l'Arabie Saoudite empêtrée dans l'affaire du journaliste disparu dans son consulat en Turquie et que Trump a menacé de sanctions très sévères. Enfin, pourquoi des pays producteurs de pétrole augmenteraient-ils leur production puisque plus le prix au baril monte, plus cela gonfle leur budget à quantité exportée égale ?
avatar
Thuramir

Messages : 2731
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 17 Oct - 11:56

Thuramir a écrit:
Krispoluk a écrit:Trump a une arme pour baisser les prix du pétrole et ce n'est pas son Twitter


Peu d'impact



«Je pense que cela réduirait de deux dollars le prix du pétrole», a déclaré Ed Morse, responsable de la recherche sur les produits de base chez Citigroup Inc.


Effet Twitter




Jusqu'à présent, Trump s'est contenté d'utiliser les médias sociaux pour reprocher à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole l'augmentation des prix et les inciter à augmenter leur production afin de réduire les coûts. L'impact de ses tweets a toutefois commencé à diminuer .
L’OPEP et ses alliés, parmi lesquels la Russie, le Mexique et le Kazakhstan, n’ont pas promis d’augmenter immédiatement leur production dimanche, même après que Trump ait critiqué le groupe le 20 septembre, affirmant que "le monopole de l’OPEP doit faire baisser les prix!" 

La déclaration d'Ed Morse est significative du micro-impact de ce que Trump peut faire pour faire baisser les cours du pétrole. Et il ne faut guère attendre de la coopération de la part de la Russie, ni de l'Arabie Saoudite empêtrée dans l'affaire du journaliste disparu dans son consulat en Turquie et que Trump a menacé de sanctions très sévères. Enfin, pourquoi des pays producteurs de pétrole augmenteraient-ils leur production puisque plus le prix au baril monte, plus cela gonfle leur budget à quantité exportée égale ?

C'est un peu plus compliqué que cela... En vérité, c'est une partie de billard à 3 bandes qui se joue dans ce Grand Jeu économique, politique et stratégique !

Cette forte hausse du prix du pétrole contient en germe sa propre baisse comme je l'ai déjà expliqué car elle rend à nouveau des gisements coûteux en termes d'exploitation, rentables. Notamment aux USA et Canada.

Par ailleurs, les conséquences d'un fort niveau de cours du pétrole peut être paradoxalement très dévastateur pour l'Arabie Saoudite (voire même pour la Russie !) Je m'explique : 

- Cette hausse joue beaucoup sur les coûts de production manufacturiers, donc l'impact en sera : inflation, baisse de la demande industrielle, économies d'énergie accrues, baisse de la demande de carburants (ça devient déjà critique en Inde) Bref, on n'est pas à l'abri d'une nouvelle crise financière et boursière comme en 1973. Qui seraient les premiers à en pâtir outre les USA ? L'Arabie Séoudite, dont tous les avoirs sont placés sur les bourses occidentales... Pour un gain somme toute marginal de quelques dollar le baril, l'Arabie pourrait perdre beaucoup, beaucoup plus, si un nouveau cataclysme se produisait sur les marchés financiers où se trouvent placées "toutes les économies d'une vie" Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

- Par ailleurs, si la crise d'un prix élevé se poursuivait, les USA (+ Canada et d'autres) pourraient accélérer leur production et venir concurrencer sérieusement sur les marchés traditionnels les membres de l'Opep dont c'est la seule ressource économique (Cf : fable de la poule aux oeufs d'or Wink)

- Ensuite, les USA sont le plus puissant allié de l'Arabie contre l'Iran, son ennemi mortel. Les saoudiens n'ont rien à gagner à se fâcher avec les USA (armement, soutien contre l'Iran). 
En fait, c'est une petite partie de bras de fer politique qui se joue actuellement entre les USA et l'Arabie mais c'est l'Arabie qui détient le moins d'atouts en main. Ils sont condamnés à s'entendre car ils y ont un intérêt mutuel... La question du journaliste probablement assassiné, n'est qu'un épiphénomène, qui est exploité à des fins politiques, de part et d'autre. 
Depuis quand la vie dun homme a-t-elle de l'importance face à un enjeu économique se chiffrant en millions de milliards de $ ???  Wink

- Enfin, Poutine profite un peu des prix des hydrocarbures actuellement mais il aurait aussi beaucoup à perdre d'un nouveau krach mondial. Quand Wall street chute lourdement, c'est le cataclysme à la bourse de Moscou et sur le Rouble...  Twisted Evil

Enfin les experts du FMI ont pronostiqué un reflux des prix du pétrole en 2019 mais on sait aussi, que les experts du FMI se sont souvent trompés...  Wink
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mer 17 Oct - 21:38

Krispoluk a écrit:

1. Par ailleurs, les conséquences d'un fort niveau de cours du pétrole peut être paradoxalement très dévastateur pour l'Arabie Saoudite (voire même pour la Russie !) Je m'explique : 

2. - Par ailleurs, si la crise d'un prix élevé se poursuivait, les USA (+ Canada et d'autres) pourraient accélérer leur production et venir concurrencer sérieusement sur les marchés traditionnels les membres de l'Opep dont c'est la seule ressource économique (Cf : fable de la poule aux oeufs d'or Wink)

3. Depuis quand la vie dun homme a-t-elle de l'importance face à un enjeu économique se chiffrant en millions de milliards de $ ???  Wink

4. - Enfin, Poutine profite un peu des prix des hydrocarbures actuellement mais il aurait aussi beaucoup à perdre d'un nouveau krach mondial. Quand Wall street chute lourdement, c'est le cataclysme à la bourse de Moscou et sur le Rouble...  Twisted Evil

Enfin les experts du FMI ont pronostiqué un reflux des prix du pétrole en 2019 mais on sait aussi, que les experts du FMI se sont souvent trompés...  Wink

1. Dévastateur pour la Russie ? J'en doute très fortement. Elle exporte beaucoup d'hydrocarbures et de gaz, et elle peut compenser bien des pertes par ces recettes supplémentaires. Pour l'Arabie Saoudite, c'est en effet plus nuancé, comme tu l'écris, mais un krach boursier, si on n'est pas obligé de vendre ses actifs et qu'on peut attendre n'est jamais mauvais pour l'investisseur à long terme. Et l'Arabie Saoudite a très largement des décennies de réserves financières devant elle.

2. Oui, c'est exact, mais cette économie est fragile, parce que lorsque les prix baissent de nouveau, ces exploitations deviennent rapidement déficitaires et entraînent leur lot de faillites, comme la dernière fois où cella a eu lieu aux Etats-Unis.

3. Aujourd'hui certainement bien plus qu'il y a quelques décennies. Il suffit de constater la colère qui gronde dans les rangs des élus républicains aux Etats-Unis face à ce lâche assassinat d'un journaliste opposant résidant aux Etats-Unis. Même Trump ne peut passer outre à une opposition du Sénat et/ou du Congrès.

4. Cfr. le point 1 : ceux qui peuvent attendre (c'est-à-dire ceux qui ont de l'argent en suffisance) la fin de la crise boursière ne perdent rien et les revenus des produits hydrocarburés compensent une large partie des pertes.

Quant au FMI, comme disait Euclide :"Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve".
avatar
Thuramir

Messages : 2731
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 17 Oct - 22:12

Qui vivra verra, mon ami ! Nul d'entre nous ne possède la science infuse, face aux immenses défis de ce monde ! 

Wait and see...  Wink Cool
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Mer 17 Oct - 22:20

Juste autre chose:
On arrive aux élections de mi-mandat.
Il est fort probable que l'opposition à Trump gagne ces élections.
Dans ce cas, la procédure "d'empechment" pourrait être entamée pour sa collusion avec la Russie pour avoir interféré dans les élections présidentielles.
Là aussi, "wait and see".  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mer 17 Oct - 22:49

Matt a écrit:Juste autre chose:
On arrive aux élections de mi-mandat.
Il est fort probable que l'opposition à Trump gagne ces élections.
Dans ce cas, la procédure "d'empechment" pourrait être entamée pour sa collusion avec la Russie pour avoir interféré dans les élections présidentielles.
Là aussi, "wait and see".  Wink

L'impeachment est très improbable à défaut de preuves formelles d'une collusion entre Trump et la Russie (et pas simplement la preuve des réunions ou des rencontres pendant la période électorale). Il faudrait d'abord que la commission spéciale chargée d'enquêter sur ces faits valide et motive une telle conclusion dans un rapport détaillé, ce qui, aujourd'hui, est très loin d'être le cas.

Ensuite, à supposer que la chambre des représentants (qui est celle où les démocrates pourraient devenir majoritaires après les élections législatives à venir) vote l'impeachment, encore faudrait-il que le Sénat condamne Trump dans le jugement de fond sur l'impeachment à une majorité de 2/3 des voix, ce qui rend l'hypothèse particulièrement improbable, le Sénat ayant une majorité républicaine qui n'est pas menacée par les élections de mi-mandat.
avatar
Thuramir

Messages : 2731
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Jeu 18 Oct - 22:55

Comme je l'ai dis, wait and see.  Wink

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 19 Oct - 19:38

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Dim 21 Oct - 14:59

Les Etats-Unis poursuivent une Russe pour ingérence dans les élections de mi-mandat 2018
Elena Alekseevna Khoussianova, 44 ans, est accusée d’avoir été la comptable d’une opération, baptisée « projet Lakhta », menée de Saint-Pétersbourg.


Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 19.10.2018 à 22h28 • Mis à jour le 20.10.2018 à 01h05

Le ministère de la justice dénonce une « une guerre d’information contre les Etats-Unis ».
A moins de trois semaines des élections de mi-mandat, la justice américaine se met en branle. Les Etats-Unis ont annoncé vendredi 19 octobre avoir inculpé pour ingérence une Russe soupçonnée d’avoir financé une campagne de propagande sur les réseaux sociaux pour influencer le vote du 6 novembre.

Elena Alekseevna Khoussianova, 44 ans, est accusée d’avoir été la comptable d’une opération menée de Saint-Pétersbourg, baptisée « projet Lakhta ». Celle-ci avait pour but d’attiser les tensions dans la société américaine, notamment en soutenant des groupes radicaux, selon un communiqué du ministère de la justice, qui évoque une « une guerre d’information contre les Etats-Unis » :

« Le but stratégique de ce complot, qui perdure à ce jour, est de semer la discorde dans le système politique américain pour diminuer la confiance envers nos institutions démocratiques. »

Concrètement, les membres de cette opération, se faisant passer pour des Américains, ont multiplié les messages sur les réseaux sociaux pour attaquer certains candidats, soutenir des groupes radicaux ou aggraver le ressentiment des minorités, dans le but d’attiser les tensions, selon l’acte d’accusation. Ils auraient aussi organisé des meetings politiques ou des manifestations dans le pays.

Mme Khoussianova aurait, selon l’acte d’inculpation, autorisé toutes les dépenses de cette campagne : publicité, salaires, frais de voyage, location de bureaux…

Le département de la justice soupçonne l’oligarque russe Evguéni Prigojine, un homme d’affaires de Saint-Pétersbourg, proche du Kremlin, d’avoir financé l’opération. L’homme est déjà inculpé par la justice américaine, qui le soupçonne d’être derrière une « usine à trolls » à l’origine de messages viraux sur Internet pour favoriser Donald Trump en 2016.
avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 22 Oct - 12:50

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 22 Oct - 12:54

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 30 Oct - 19:37

avatar
Caduce62

Messages : 5457
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum