Et aux USA !

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 31 Oct - 13:20

AFP, publié le mardi 31 octobre 2017 à 09h07
Le procureur spécial enquêtant sur une ingérence russe présumée dans la présidentielle américaine a mis en accusation lundi trois membres de l'équipe de campagne de Donald Trump, dont son ex-directeur Paul Manafort et un conseiller ayant menti sur ses contacts avec Moscou.

Ces premières poursuites pénales lancées par Robert Mueller marquent une accélération de ces investigations qui empoisonnent la Maison Blanche, à quelques jours de l'anniversaire de l'élection du milliardaire républicain.

Le soupçon fondamental de savoir si, oui ou non, l'équipe de Trump s'est concertée avec Moscou pour influer sur le résultat du scrutin, s'est trouvé à la fois renforcé et affaibli par les développements de lundi.

Le procureur Mueller a inculpé Paul Manafort et son associé Richard Gates, contre lesquels il a retenu douze chefs d'accusation dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non-déclaration de comptes détenus à l'étranger.
Mais l'acte d'inculpation de 31 pages ne suggère pas de collusion entre l'équipe du candidat républicain et les autorités russes.

Nettement plus embarrassantes pour M. Trump sont les révélations concernant un de ses anciens conseillers subalternes, jusqu'à maintenant resté dans l'ombre: George Papadopoulos a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs de la police fédérale (FBI).

Cet homme chargé des questions de politique étrangère au sein de l'équipe de campagne a tenté de cacher ses contacts approfondis avec des intermédiaires russes
auprès desquels il avait appris que Moscou détenait "de quoi salir" Hillary Clinton, sous la forme de milliers d' emails.
Mme Clinton assure que l'un des facteurs de sa défaite a été la fuite d'emails du parti démocrate et de ses proches piratés par les Russes.
La Russie dément régulièrement et catégoriquement toute ingérence de sa part dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

- 'Aucune collusion', répète Trump -

M. Papadopoulos a, par ses fausses déclarations, "entravé l'enquête en cours du FBI sur l'existence de liens ou de coordination éventuels entre des personnes associées à la campagne et le gouvernement russe", a souligné le procureur Mueller.

Après s'être rendus lundi matin au FBI, MM. Manafort et Gates ont dans l'après-midi plaidé non coupables devant une juge fédérale à Washington.
La magistrate Deborah Robinson a assigné les deux hommes à résidence.

Réagissant sur Twitter, M. Trump a affirmé que les faits reprochés à M. Manafort remontaient à "des années". "Il n'y a AUCUNE COLLUSION!", a-t-il également écrit.
M. Manafort avait rejoint l'équipe de campagne du milliardaire républicain en mars 2016, avant d'être contraint de démissionner quelques mois après.
"Pourquoi Hillary la crapule et les démocrates ne sont-ils pas visés?????", a ajouté le président américain.

Ces poursuites annoncées publiquement offrent un vif contraste avec le secret qui entoure depuis six mois la tentaculaire enquête menée par Robert Mueller, un ancien patron de la police fédérale américaine.
Contrairement à un simple procureur fédéral, M. Mueller dispose d'une plus grande latitude d'action et d'une indépendance renforcée.

MM. Manafort et Gates se voient principalement reprocher des activités non déclarées de lobbyiste en faveur de l'ancien président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch.
Plus de 75 millions de dollars ont transité par des comptes offshore gérés par les deux hommes, Paul Manafort étant accusé d'avoir blanchi à lui seul 18 millions de dollars.
Ces opérations lui ont permis de "mener grand train" aux Etats-Unis, acquérant notamment diverses propriétés luxueuses, selon l'acte d'accusation.

L'avocat de M. Manafort, Kevin Downing, a dénoncé une inculpation "ridicule", concernant des activités liées à l'Ukraine auxquelles son client a mis un terme "deux ans avant de travailler pour l'équipe de campagne de Trump".

- Papadopoulos? Un 'bénévole' -

Les inculpations n'ont "rien à voir avec le président et rien à voir avec la campagne", a affirmé lundi Sarah Huckabee-Sanders, porte-parole de la Maison Blanche.
Elle s'est employée à relativiser le rôle "extrêmement limité" de George Papadopoulos, qu'elle a présenté comme un "bénévole" faisant partie d'un petit comité consultatif.

Au Congrès, le sénateur démocrate Mark Warner a averti Donald Trump qu'il serait "inacceptable" qu'il fasse usage de son droit de grâce, comme le permet la Constitution.

Cette accélération des investigations intervient à l'approche du premier anniversaire de l'élection de M. Trump, le 8 novembre 2016. Et à la veille du coup d'envoi mardi au Congrès d'auditions de responsables de Facebook, Twitter et Google devant les commissions parlementaires qui enquêtent sur l'affaire russe.

Or ces derniers devraient révéler que les tentatives de manipulation politique par des intérêts liés à Moscou sur ces réseaux sociaux pendant la campagne américaine de 2016 ont été beaucoup plus vastes que ce qui avait été avancé jusqu'ici, ont indiqué lundi plusieurs sources.

Facebook, Twitter et Google sont dans la ligne de mire du Congrès américain qui considère que les réseaux sociaux ont servi de plateformes pour de la propagande venue de Russie.
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 31 Oct - 18:08

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 17 Nov - 20:41

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 20 Nov - 21:01

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 4 Déc - 19:32

Paris s'inquiète de la réforme fiscale américaine


Les Echos.fr
INGRID FEUERSTEIN Le 04/12 à 17:59

Le conseil des ministres des finances européens (Ecofin) ce mardi sera l'occasion d'un point informel sur la réforme fiscale américaine. - Shutterstock
La France a proposé un échange de vues sur la réforme fiscale américaine lors de l'Ecofin de mardi. Certaines dispositions seraient en contradiction avec les conventions fiscales signées par les Etats-Unis.

Quelle réponse européenne face à la réforme fiscale qui s'annonce aux Etats-Unis  ? Avant même le vote définitif du Congrès américain, la France a souhaité que la question soit à l'agenda européen. Le conseil des ministres des Finances européens (Ecofin) ce mardi sera l'occasion d'un point informel sur l'ensemble des mesures en passe d'être adoptées outre-Atlantique, et qui pourraient constituer la réforme fiscale la plus ambitieuse depuis Ronald Reagan.

Il s'agit à ce stade d'un échange de vues pour voir si une position européenne se dégage. Des « contre-mesures » pourraient être envisagées ultérieurement. Elles paraissent prématurées à l'heure actuelle, sachant que les contours du texte américain peuvent encore évoluer d'ici son adoption définitive.

Augmentation de la base taxable

Cette réforme s'appuie sur une  forte baisse du taux d'impôt sur les sociétés à 20 % , accompagnée d'une augmentation de la base taxable. La France s'inquiète de plusieurs dispositions qui aboutiraient à un déplacement de l'assiette imposable aux Etats-Unis ou à une double imposition des sociétés étrangères. Parmi les mesures pointées du doigt figure une « excise tax » de 20 % qui s'appliquerait aux paiements entre différentes entités d'un même groupe basé aux Etats-Unis. Destinée à stimuler la production sur le territoire américain, cette taxe pénaliserait par exemple les grandes entreprises françaises importatrices dans le luxe ou les spiritueux ou les constructeurs automobiles ayant délocalisé au Mexique.

Source d'inquiétude

Ce n'est pas la seule source d'inquiétude côté français. Le texte implique une imposition minimale sur les bénéfices des filiales de groupes américains à l'étranger, au-delà d'un certain seuil de rentabilité du capital. Enfin, une autre imposition minimale pourrait créer une disparité de traitement entre opérations internes et internationales.

Tout ceci crée des risques de double imposition, estime la France, et vient donc en contradiction avec les conventions fiscales entre les Etats-Unis et ses partenaires au sein de l'Union européenne. D'où cet échange à l'Ecofin, pour en mesurer l'impact pour chaque Etat européen. En théorie, pour appliquer la réforme Trump, les Etats-Unis devraient dénoncer unilatéralement leurs conventions fiscales. « Une pratique très rare », souligne-t-on à Bercy.

Ingrid Feuerstein

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/030976608992-paris-sinquiete-de-la-reforme-fiscale-americaine-2135557.php#g0F2RF4doc8u30fK.99

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mer 6 Déc - 16:14

Caduce62 a écrit:Paris s'inquiète de la réforme fiscale américaine


Les Echos.fr
INGRID FEUERSTEIN Le 04/12 à 17:59

Quelle réponse européenne face à la réforme fiscale qui s'annonce aux Etats-Unis  ? Avant même le vote définitif du Congrès américain, la France a souhaité que la question soit à l'agenda européen. Le conseil des ministres des Finances européens (Ecofin) ce mardi sera l'occasion d'un point informel sur l'ensemble des mesures en passe d'être adoptées outre-Atlantique, et qui pourraient constituer la réforme fiscale la plus ambitieuse depuis Ronald Reagan.

Il s'agit à ce stade d'un échange de vues pour voir si une position européenne se dégage. Des « contre-mesures » pourraient être envisagées ultérieurement. Elles paraissent prématurées à l'heure actuelle, sachant que les contours du texte américain peuvent encore évoluer d'ici son adoption définitive.
C'est bien dans un cas pareil que l'UE est nécessaire, à condition d'édicter une réglementation qui pénalise les entreprises américaine autant que les Etats-Unis pénalisent les entreprises européennes.  Si l'UE peut servir à quelque chose de vraiment utile, il est indispensable qu'elle le démontre ici et qu'elle ne se noie pas dans le marais des avis divergents ou contradictoires entre Etats. Et il ne faut pas attendre cinq ans...
avatar
Thuramir

Messages : 2423
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 6 Déc - 16:53

Cher ami, tu connais déjà ma réponse à ce sujet...

L'Union Européenne est un conglomérat d'états séculaires, elle n'est pas une fédération d'états récemment créée et  librement unis, (après une guerre de sécession, quand même) comme les USA, ni un ancien empire "conforté" par la loi d'une dictature sanglante après 1917 comme l'URSS...

J'ai toujours dis et écrit qu'une telle union n'était qu'utopique, compte tenu des nombreuses diversités légales, économiques, culturelles ou fiscales existant entre nos nations européennes.

Je pense que plus nous avancerons dans le temps et plus les divergences nationales se feront sentir... La directive sur les travailleurs détachés n'en est qu'un petit exemple.

Comment faire admettre aux "ex-pays de l'Est" qu'on va fermer le robinet d'une situation économique très favorable pour leurs travailleurs, ainsi qu'en Allemagne, qui a bâti une partie de sa prospérité économique sur l'exploitation des "Gastarbeiter" payés royalement 4€ de l'heure ???

Comme l'avait très bien compris "Le Général", une Europe des patries et des coopérations bi-latérales est souhaitable, mais pas un monstre unique qui prétend imposer sa loi dans tous les domaines...
avatar
Krispoluk

Messages : 4588
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mer 6 Déc - 19:27

Krispoluk a écrit:Cher ami, tu connais déjà ma réponse à ce sujet...

L'Union Européenne est un conglomérat d'états séculaires, elle n'est pas une fédération d'états récemment créée et  librement unis, (après une guerre de sécession, quand même) comme les USA, ni un ancien empire "conforté" par la loi d'une dictature sanglante après 1917 comme l'URSS...

J'ai toujours dis et écrit qu'une telle union n'était qu'utopique, compte tenu des nombreuses diversités légales, économiques, culturelles ou fiscales existant entre nos nations européennes.

Je pense que plus nous avancerons dans le temps et plus les divergences nationales se feront sentir... La directive sur les travailleurs détachés n'en est qu'un petit exemple.

Comment faire admettre aux "ex-pays de l'Est" qu'on va fermer le robinet d'une situation économique très favorable pour leurs travailleurs, ainsi qu'en Allemagne, qui a bâti une partie de sa prospérité économique sur l'exploitation des "Gastarbeiter" payés royalement 4€ de l'heure ???

Comme l'avait très bien compris "Le Général", une Europe des patries et des coopérations bi-latérales est souhaitable, mais pas un monstre unique qui prétend imposer sa loi dans tous les domaines...

Cher Kris,

Heureusement, l'UE n'impose ses règles que dans certains domaines.

Ceci dit, la directive sur les travailleurs détachés a été modifiée dans un sens bien plus restrictif, et c'est bien ce qu'il fallait faire. L'Allemagne a d'ailleurs voté en faveur de sa restriction : http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/les-etats-membres-trouvent-un-accord-dans-la-douleur-sur-les-travailleurs-detaches-59ee5339cd70ccab36adb955

Ceci dit, dans le cas illustré ci-avant, une réponse ferme de l'UE serait vraiment nécessaire.
avatar
Thuramir

Messages : 2423
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 6 Déc - 22:12

Qui vivra, verra... Smile
avatar
Krispoluk

Messages : 4588
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  travellergillou76 le Jeu 7 Déc - 9:12



Comment faire admettre aux "ex-pays de l'Est" qu'on va fermer le robinet d'une situation économique très favorable pour leurs travailleurs, ainsi qu'en Allemagne, qui a bâti une partie de sa prospérité économique sur l'exploitation des "Gastarbeiter" payés royalement 4€ de l'heure ???

Comme l'avait très bien compris "Le Général", une Europe des patries et des coopérations bi-latérales est souhaitable, mais pas un monstre unique qui prétend imposer sa loi dans tous les domaines...

le terme de gastarbeiter est  daté aujourd'hui, surtout que l'Allemagne a assoupli sa législation concernant l'acquisition de nationalité il y a une 20 aine d'années si je ne m'abuse.

Les propos du "général" ont été tenus il y a plus d'un demi siècle dans un contexte bien différent. Connaissant le pragmatisme du personnage (élevé dans un milieu monarchiste et devenu le fondateur de la 5ème république) et sa conviction que le pays devait se moderniser en permanence (histoire de ne pas se prendre une branlée comme en 1940), il est probable que le général serait un fervent pro européen aujourd'hui (comme là plupart de ceux qui se revendiquent de la famille gaulliste).
Il faut d'ailleurs relativiser l'hostilité du general à l'UE (la CEE à l'époque). Il ne s'est par exemple jamais opposé au marché commun (traîté de Rome 1957) qu'il percevait comme un outil de modernisation de l'économie française. Very Happy

travellergillou76

Messages : 618
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 8 Déc - 20:27

Charge américaine contre la Russie à propos de l'Ukraine

VIENNE (AFP) 07.12.2017 - 20:58
 
Les Etats-Unis ont fermement signifié jeudi à la Russie que leurs divergences persistantes sur le conflit en Ukraine faisaient "obstacle à toute normalisation" entre les deux pays, dont les relations sont au plus bas.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et son homologue russe Sergueï Lavrov étaient au centre de l'attention à Vienne, où se réunissent les ministres des Affaires étrangères et représentants des 57 Etats membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

La réunion annuelle de l'organisation - l'Autriche assurant cette année la présidence tournante - se tient alors que Washington et Moscou débattent depuis plusieurs mois d'un déploiement de forces de maintien de la paix en Ukraine.

Un rapprochement sur cette question controversée semble hors de portée tant les échanges ont été fermes, jeudi, entre les deux responsables.

Lors d'une conférence de presse au côté de son homologue autrichien Sebastian Kurz, Rex Tillerson a rappelé que le président Donald Trump avait clairement souhaité l'an dernier une relance des relations avec la Russie.

"Mais la question qui se dresse sur le chemin est celle de l'Ukraine", a-t-il souligné. "Nous pouvons avoir un différend dans d'autres domaines (...) mais quand un pays en envahit un autre, c'est un différend difficile à ignorer ou à accepter".

"Et nous l'avons clairement indiqué à la Russie dès le début: nous devons nous emparer de la question ukrainienne, c'est l'obstacle le plus difficile pour normaliser nos relations".

Lors d'une réunion des ministres de l'OSCE dans la matinée, M. Tillerson avait déjà donné le ton: "De tous les défis auxquels l'OSCE est confrontée aujourd'hui, aucun n'est plus difficile et frustrant que la situation en Ukraine". Les Etats-Unis ne lèveront pas leurs sanctions tant que durera le contrôle de la Russie sur la Crimée et le Donbass, a-t-il averti.

Les relations entre Washington et Moscou sont par ailleurs plombées par les accusations d'ingérence russe dans la présidentielle américaine et les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du républicain et le Kremlin de Vladimir Poutine.

- "Crise de confiance" -

Rex Tillerson a relevé qu'il y avait eu plus de civils tués cette année dans l'est de l'Ukraine qu'en 2016, et que les violations du cessez-le-feu avaient augmenté de 60%: "Nous devons être clairs sur la source de cette violence: la Russie arme, dirige, entraîne et se bat aux côtés des forces anti-gouvernementales".

Quelque 600 observateurs de l'OSCE supervisent le cessez-le-feu plus que fragile entre les forces de Kiev et les rebelles séparatistes soutenus par la Russie.

Moscou soutient depuis plusieurs mois le déploiement de Casques bleus pour protéger cette mission de l'OSCE. Mais les puissances occidentales plaident pour un mandat plus étendu visant au maintien de la paix dans toute la région disputée du Donbass.

Cette hypothèse d'un mandat élargi est inacceptable pour Sergueï Lavrov, qui l'a assimilée jeudi à "une administration d'occupation (...) ayant pour objectif (...) de résoudre ce problème par la force". Il a reproché à Washington de vouloir "déformer" l'initiative russe.

Les deux ministres ont toutefois noué le dialogue lors d'une recontre bilatérale à huis-clos que M. Lavrov a qualifiée de "concrète". M. Tillerson a observé "des progrès".

Le chef de la diplomatie russe s'est également entretenu avec son homologue ukrainien Pavlo Klimkine, une première selon les agences de presse russes.

L'OSCE est une instance de discussion dans le domaine politico-militaire, de l'économie, des droits de l'Homme pour 57 pays allant des Etats-Unis à la Mongolie en passant par le Canada, l'ensemble du continent européen, l'Asie centrale et la Russie.

Créée pendant la guerre froide pour faciliter le dialogue Est-Ouest, l'organisation a servi de forum de dialogue depuis le début des affrontements en Ukraine.

Mais l'OSCE pâtit aussi des tensions diplomatiques internationales qui entravent ses processus de décision. Au sein de l'institution, "la confiance entre les principaux acteurs est au plus bas", a reconnu jeudi le secrétaire général de l'OSCE Thomas Greminger.
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Lun 11 Déc - 12:23

Caduce62 a écrit:Charge américaine contre la Russie à propos de l'Ukraine

VIENNE (AFP) 07.12.2017 - 20:58
 
Les Etats-Unis ont fermement signifié jeudi à la Russie que leurs divergences persistantes sur le conflit en Ukraine faisaient "obstacle à toute normalisation" entre les deux pays, dont les relations sont au plus bas.
Dont acte. Cependant, les protestations verbales ne semblent pas pour autant faire progresser la situation d'un millimètre. 
avatar
Thuramir

Messages : 2423
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mer 13 Déc - 15:32

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 13 Déc - 15:47

Assez bien vu le dessin... Suspect Wink affraid
avatar
Krispoluk

Messages : 4588
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 19 Déc - 19:47

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Sam 23 Déc - 14:59

Washington va fournir des armes létales à Kiev
Les Etats-Unis ont annoncé vendredi qu’ils allaient muscler leur aide à l’Ukraine en matière de défense, afin que Kiev puisse assurer la « souveraineté » de son territoire.


Le Monde.fr avec AFP et AP | 23.12.2017 à 06h05

Les Etats-Unis ont décidé vendredi 22 décembre de modifier la nature de leur soutien militaire à l’Ukraine. Washington va en effet fournir à Kiev des armes létales, notamment des missiles anti-tank Javelin, un choix auquel s’était refusé l’administration de Barack Obama.

Cette décision est susceptible de compliquer encore un peu plus les relations déjà difficiles avec la Russie. Elle intervient après la prolongation pour six mois par l’Union européenne de sanctions économiques adoptées contre la Russie pour son implication présumée dans le conflit qui déchire l’est de l’Ukraine depuis plus de trois ans et demi.

Officiellement, il n’est question pour Washington que de « fournir à l’Ukraine des capacités défensives renforcées » pour l’aider « à bâtir sa défense sur le long terme, défendre sa souveraineté, son intégrité territoriale et se prémunir de toute agression à venir », selon la formule de la porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert.

« Provocation » de Moscou

Il s’agit pourtant d’un tournant qui survient après la décision de la Russie de retirer le 18 décembre ses militaires d’un centre conjoint chargé de veiller à la mise en œuvre de fragiles trêves dans l’est de l’Ukraine. Kiev s’était déclaré « indigné par cette décision unilatérale », « une nouvelle provocation qui sape considérablement les accords » de paix de Minsk conclus en 2015. Moscou avait justifié ce retrait par des « entraves » posées par l’Ukraine au travail des militaires russes au sein de centre.

Lors d’une réunion des ministres de l’OSCE à Vienne, le 7 décembre, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson avait déjà donné un aperçu de la détermination de Washington. « De tous les défis auxquels l’OSCE est confrontée aujourd’hui, aucun n’est plus difficile et frustrant que la situation en Ukraine », avait-il assuré en écartant toute levée des sanctions américaines adoptées pour les mêmes motifs que celles de l’Union européenne tant que la Russie continuera de faire jouer son influence sur la région du Donbass.

M. Tillerson avait pointé l’augmentation du nombre de civils tués en 2017 dans l’est de l’Ukraine par rapport à 2016, et assuré que les violations du cessez-le-feu théoriquement en place avaient augmenté de 60 % : « Nous devons être clairs sur la source de cette violence : la Russie arme, dirige, entraîne et se bat aux côtés des forces anti-gouvernementales », avait-il affirmé.
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Dim 24 Déc - 17:03

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 5 Jan - 15:10

L’histoire secrète du consulat russe fermé à San Francisco

COURRIER INTERNATIONAL
Publié le 05/01/2018 - 11:15

Le consulat russe de San Francisco, dont le président américain a ordonné la fermeture le 31 août. Tayfun Coskun / Anadolu Agency
Ce haut bâtiment avec vue sur la baie, dont Donald Trump a ordonné la fermeture en août dernier, était le point focal d’une intense activité d’espionnage. Ces dernières années, des comportements étranges préoccupaient les services secrets américains. Enquête sur ce lieu au cœur du bras de fer entre Moscou et Washington.

La première chose qui frappe l’œil du visiteur en découvrant le bâtiment qui jusqu’à récemment abritait le consulat de Russie à San Francisco – une ville où la richesse et le pouvoir sont littéralement concentrés dans les hauteurs –, c’est l’impression de domination qui s’en dégage. Semblable à une sentinelle, il étire sa façade en briques sur six étages au sommet d’une colline de Pacific Heights, un des quartiers les plus huppés de la ville. La vue du haut de ce belvédère permet de contempler tout San Francisco, la baie, le pont du Golden Gate et au loin le Pacifique.

Autre chose qu’il faut avoir en tête : à peu près toute l’attention des médias, après la décision du président Trump, le 31 août, d’ordonner la fermeture du consulat dans les quarante-huit heures, s’est focalisée sur un inexplicable dégagement de chaleur et l’apparition d’une épaisse fumée noire sortant de la cheminée du bâtiment – où des employés semblaient affairés à brûler en quatrième vitesse des documents confidentiels ou incriminants.

Si le toit du consulat avait en effet de quoi intriguer, c’était toutefois moins à cause de ce panache de fumée qu’en raison de la multitude d’antennes, satellites et autres dispositifs de communication qui en hérissaient la surface.

La réponse du berger à la bergère

Le jour de l’annonce de sa fermeture, je me suis précipité devant le consulat. Le bâtiment était pris au milieu d’un étonnant ballet de camions de livraison et entouré par une foule inhabituelle de rôdeurs (dans leurs voitures, ou à vélo de l’autre côté de la rue). Des passants prenaient des photos avec leurs portables.

Il était clair que San Francisco était désormais au centre de l’imbroglio diplomatique de plus en plus tendu entre Moscou et Washington. En juillet, le président Poutine avait annoncé la suppression des postes de 755 diplomates et membres du personnel des ambassades et consulats américains en Russie. La fermeture du consulat de San Francisco (ainsi que deux annexes diplomatiques) n’était que la réponse du berger à la bergère. Poutine, de son côté, affirmait avoir agi en réaction à plusieurs décisions prises par l’administration Obama : la fermeture en décembre 2016 de deux sites russes sur la côte Est, l’expulsion de 35 diplomates russes soupçonnés d’espionnage (dont quatre travaillaient pour le consulat de San Francisco, y compris le chef de la délégation) et l’annonce de nouvelles sanctions votées par le Congrès. Autant de mesures qui avaient elles-mêmes été prises en réaction aux tentatives d’ingérence sans précédent de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

Mais pourquoi cibler le consulat de San Francisco ? Pourquoi celui de New York, Seattle ou Houston ? Et pourquoi à ce moment-là ?

La réponse tenait à l’existence d’intenses activités d’espionnage en provenance de ce bâtiment. Si le consulat de San Francisco n’avait pas l’apanage des “activités suspectes”, celles-ci étaient beaucoup plus fréquentes que dans les autres sites diplomatiques russes aux États-Unis, y compris l’ambassade russe à Washington. Pour reprendre la formule d’une ancienne source des renseignements, les agents russes “faisaient des choses bizarres à des endroits où ils n’avaient rien à y faire”.

Je me suis entretenu avec près d’une dizaine d’anciens hauts responsables des renseignements américains à propos de la fermeture du consulat. Presque tous avaient travaillé dans le contre-espionnage à San Francisco. Certains ont ouvertement parlé des manœuvres d’espionnage russes dans le nord de la Californie ; d’autres se sont longuement épanchés “en off” pour évoquer des sujets sensibles liés aux récentes activités de la Fédération dans la région et au-delà.
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 5 Jan - 19:18

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Jeu 11 Jan - 2:02

Le souvenir de Nemtsov est perpétué non pas à Moscou mais à Washington  cheers

Washington, d. C a approuvé à l'unanimité un nom de baptême de la place Boris Nemtsov, où se trouve l'ambassade de Russie Laughing , c'est la première mémoire officielle de Nemtsov depuis son meurtre.

À l'étranger, le nom de Nemtsov est associé à la lutte pour la Russie libre. Les autorités à tous les niveaux ont empêché de perpétuer sa mémoire. Aucun signe commémoratif n'est apparu sur le grand pont Moskvoreckom, à Nijni Novgorod, ni dans d'autres lieux connexes. Même la plaque commémorative improvisée de la maison où Boris vivait a été sauvagement détruite par des militants. 

Réaction indignée des autorités russes pour renommer la place à Washington. Le Kremlin a ouvertement laissé entendre que le nom de Boris est un acte hostile de la part des États-Unis, et à la Douma, il s'agit d'appeler la décision " ingérence grave et grave dans les affaires intérieures de la Russie ".
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Jeu 11 Jan - 10:17

Jusqu'à preuve du contraire, c'est à Washington que se décide le nom des rue et place de la ville.
Bon, le Kremlin à tellement l'habitude de s’immiscer chez les autres, qu'ils ne s'en rendent pas compte.  Twisted Evil

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6618
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 19 Jan - 0:18

Enquête du FBI : la Russie a-t-elle financé la campagne de Trump via la NRA ?

Enquête du FBI : la Russie a-t-elle financé la campagne de Trump via la NRA ? Donald Trump à la NRA, le 28 avril 2017 à Atlanta (Curtis Compton/AP/SIPA )
Le lobby des armes à feu, qui a versé au moins 30 millions de dollars à la campagne électorale de Trump, est soupçonné d'avoir été l'intermédiaire d'un banquier proche du Kremlin.

Par L'Obs
Publié le 18 janvier 2018 à 22h08
https://www.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20180118.OBS0885/enquete-du-fbi-la-russie-a-t-elle-finance-la-campagne-de-trump-via-la-nra.html

Le FBI mène une enquête pour déterminer si un important banquier russe lié au Kremlin a financé illégalement la campagne électorale de Donald Trump par l'intermédiaire de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes à feu aux Etats-Unis. C'est ce que rapporte l'agence de presse McClatchy, qui cite deux sources proches du dossier.

Fusillades aux Etats-Unis : pour Trump, ce n'est jamais la faute des armes à feu
Il est interdit aux Etats-Unis d'utiliser de l'argent étranger pour influencer des élections fédérales. L'enquête de l'équipe du procureur Robert Mueller
porte sur les activités d'Alexander Torshin, gouverneur adjoint de la banque centrale de Russie, proche de Vladimir Poutine et de la NRA.

55 millions de dollars, dont la moitié pour Trump

L'étendue des sommes qui auraient été transférées de Torshin à la NRA est inconnue, note McClatchy, mais l'agence indique que la NRA a déclaré avoir dépensé 55 millions de dollars – son record - pour les élections (parlementaires et présidentielle) de 2016, dont 30 millions pour la campagne de Trump ; soit trois fois plus que ce que la NRA avait versé pour Mitt Romney à la présidentielle de 2012.

La majeure partie de cette somme a été donnée par une branche de la NRA qui n'est pas tenue de révéler l'identité de ses donateurs. Par des opérations connexes, ont indiqué deux personnes aux journalistes de McClatchy, le montant total pourrait même être de 70 millions et non de 55.

Pendant la campagne, Donald Trump avait été un avocat véhément du droit aux armes à feu prôné par le Second Amendement de la Constitution. Soutenu par la NRA avant son élection, il l'a ensuite assuré de son soutien en retour, s'affirmant "un vrai ami" de l'organisation.

A la veille des 100 jours, Trump cajole ses "amis" du lobby des armes
Alexander Torshin, rappelle l'article, est un des dirigeants du parti politique de Poutine. Il a été impliqué en 2016 en Espagne dans une affaire de blanchiment de fonds détenus par des criminels russes, et suscite aussi l'intérêt des commissions parlementaires américaines d'enquête sur le rôle de la Russie lors de l'élection de 2016.

Un membre assidu de la NRA

Torshin, qui est membre de la NRA, a participé à plusieurs de ses conventions annuelles, dont celle de mai 2016 où le Russe a rencontré Donald Trump Jr lors d'une soirée de gala.

L'enquête de Robert Mueller a déjà largement avancé dans l'entourage de Trump : le procureur a conclu un accord avec Steve Bannon, l'ex-conseiller spécial du président américain, et il a amené l'ex-conseiller à la sécurité Michael Flynn et l'ex-conseiller de politique étrangère de la campagne George Papadopoulos à plaider coupables.

En outre, deux autres figures de la campagne de Trump, Paul Manafort, qui la présidait, et son adjoint Rick Gates, sont inculpés.

T. N.
avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 22 Jan - 20:25

avatar
Caduce62

Messages : 4017
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Ven 26 Jan - 19:06

Les Pays-Bas ont observé le piratage russe du parti démocrate américain (presse)

Les renseignements néerlandais ont alerté leurs collègues américains après avoir observé des pirates informatiques russes transférer "des milliers" d'e-mails du parti démocrate avant la présidentielle de 2016, a révélé vendredi la presse néerlandaise.

Les services de renseignements généraux et de sécurité néerlandais (AIVD) observaient le célèbre groupe de hackers Cozy Bear depuis 2014, d'après le quotidien de référence De Volkskrant et l'émission de télévision publique Nieuwsuur

Mais en plus d'être tombés sur le réseau d'ordinateurs du groupe dirigé depuis un bâtiment universitaire près de la Place Rouge de Moscou, les agents ont aussi eu accès aux caméras de sécurité surplombant la pièce.

"Non seulement les services de renseignements peuvent maintenant voir ce que font les Russes, mais ils peuvent aussi voir qui le fait", a expliqué De Volkskrant, citant des sources anonymes américaines et néerlandaises.

L'AIVD a alerté son homologue américain quand il est devenu en 2015 un "témoin des pirates russes harcelant et s'infiltrant auprès des dirigeants du parti démocrate, transférant des milliers d'e-mails et de documents", écrit le quotidien.


"Pourtant, il faudra des mois pour que les Etats-Unis se rendent compte de ce que signifie cet avertissement: qu'avec ces piratages, les Russes interfèrent avec les élections américaines. Et les hackers de l'AIVD ont vu cela se produire sous leurs propres yeux."

Cozy Bear a été largement accusé d'avoir interféré avec les élections américaines de 2016 remportées par Donald Trump.

"Les pirates de l'AIVD ont accès à l'espace aux allures de bureau dans le centre de Moscou depuis des années", affirme De Volkskrant. Et selon les sources du journal, les Néerlandais ont fourni "des preuves techniques" de cette attaque. Une porte-parole de l'AIVD a refusé de confirmer les révélations de la presse néerlandaise. "Nous ne commentons jamais les opérations", a-t-elle répondu à l'AFP.

Mais si l'ingérence de Moscou dans les élections - notamment sous forme de piratages informatiques ou de diffusion de fausses informations - ne fait pas de doute aux yeux des services de renseignement américain, Donald Trump et son équipe ne cessent de rejeter les soupçons de collusion, dénonçant "une chasse aux sorcières".

Le procureur spécial et ex-directeur du FBI Robert Mueller mène actuellement cette enquête russe ultra-sensible.
L'équipe de Mueller, qui interroge depuis huit mois les membres de la campagne de Trump et de l'équipe de la Maison Blanche, a inculpé quatre personnes, dont deux plaidant coupable.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6618
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Matt le Mer 31 Jan - 11:39

Trump accuse la Russie et la Chine de menacer "les intérêts, l'économie et les valeurs" des Etats-Unis

La Corée du Nord a aussi été longuement critiquée par le président américain.


WIN MCNAMEE VIA GETTY IMAGES
Trump accuse la Russie et la Chine de menacer "les intérêts, l'économie et les valeurs" des Etats-Unis

ETATS-UNIS - Donald Trump a mis en garde mardi 30 janvier dans son discours sur l'état de l'union contre toute "faiblesse" face aux rivaux des Etats-Unis et aux "régimes voyous", au premier rang desquels il a placé la Corée du Nord dont les missiles nucléaires pourraient "très prochainement menacer" l'Amérique.

"Autour du monde, nous faisons face à des régimes voyous, des groupes terroristes, et des rivaux comme la Chine et la Russie qui menacent nos intérêts, notre économie et nos valeurs", a déclaré le président américain.

Sans s'étendre sur les relations tumultueuses avec Moscou, sur fond de soupçons de collusion entre son équipe de campagne et le Kremlin de Vladimir Poutine lors de l'élection qui l'a mené à la Maison Blanche il y a un an, le milliardaire républicain a préféré insister sur les moyens d'assurer la "puissance" des Etats-Unis.

Il a ainsi demandé au Congrès de voter les crédits nécessaires pour l'armée américaine, notamment pour "moderniser et reconstruire notre arsenal nucléaire" afin de "le rendre si fort et si puissant qu'il dissuadera toute agression".

La crise nord-coréenne au centre des préoccupations

Car Donald Trump a fait des ambitions nucléaires de la Corée du Nord le défi international numéro un de son administration.
Après avoir dénoncé ses autres bêtes noires, du Venezuela de Nicolas Maduro à Cuba en passant par l'Iran, à propos duquel il a réaffirmé son soutien envers le peuple "dans sa lutte courageuse pour la liberté", et après avoir souligné qu'il "reste beaucoup à faire" contre le groupe jihadiste Etat islamique en Irak et en Syrie, le président s'est longuement attardé sur la crise nord-coréenne.

"Aucun régime n'a opprimé ses propres citoyens" aussi "brutalement que la dictature cruelle de Corée du Nord", a-t-il dit. Selon lui, "la dangereuse quête de missiles nucléaires par la Corée du Nord pourrait très prochainement menacer notre territoire" et il "suffit de regarder le caractère vicieux du régime nord-coréen pour comprendre" l'ampleur du défi. "Nous menons une campagne de pression maximale pour éviter que cela arrive", a-t-il rappelé. Il a jugé que "la faiblesse est la voie la plus sûre vers le conflit".

Il a ainsi mis en garde contre "la complaisance et les concessions", promettant de ne pas répéter "les erreurs des précédentes administrations", qu'il accuse régulièrement d'avoir trop longtemps fermé les yeux, permettant à Pyongyang d'accélérer sa course à la bombe atomique.

Le président des Etats-Unis, engagé dans une périlleuse guerre des mots avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, ne s'est pas étendu sur sa stratégie. Depuis un an, il a soufflé le chaud et le froid, menaçant de "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque mais se disant aussi, par moments, prêt au dialogue.

Une frappe militaire préventive?

Selon le Washington Post, celui qui était pressenti depuis des mois pour devenir ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud, l'universitaire et diplomate Victor Cha, ne sera finalement pas nommé par la Maison Blanche. La raison de ce revirement: ses critiques, rapportent des sources proches du dossier citées par le quotidien, contre la stratégie nord-coréenne de l'administration Trump, et notamment la possibilité envisagée de mener une frappe préventive ciblée contre le pays reclus tout en espérant éviter un conflit plus vaste.

Les menaces nord-coréennes "sont réelles et sans précédent", reconnaît Victor Cha dans une tribune publiée par le même journal. "Mais la réponse n'est pas, comme certains responsables de l'administration Trump le suggèrent, une frappe militaire préventive", ajoute le conseiller du think tank Center for Strategic and International Studies. "Une frappe (même une frappe importante) ne ferait que retarder les programmes balistiques et nucléaires de la Corée du Nord", prévient-il.

De nombreux observateurs en ont conclu que cette option militaire est bien sérieusement envisagée à Washington, et ont mis en garde sur Twitter contre les risques d'une telle stratégie qui pourrait dégénérer selon eux en guerre nucléaire.

Pour appuyer son propos sur Pyongyang, le président avait invité au Congrès les parents d'Otto Warmbier, cet étudiant américain détenu par Pyongyang et décédé en juin après son rapatriement dans le coma. "Vous êtes les puissants témoins d'une menace contre notre monde, et votre force nous inspire", a-t-il lancé à Fred et Cindy Warmbier.

Dans le public, Donald Trump a également fait applaudir le nord-coréen Ji Seong-ho qui a fait défection et "vit aujourd'hui à Séoul et vient en aide à d'autres transfuges".

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6618
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum