Et aux USA !

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Krispoluk le Mer 21 Juin - 14:49

Александр a écrit:
La rencontre

Bien que Petro Porochenko ait rempli son objectif de réaliser un coup médiatique, notamment avec la photo de sa poignée de main dans le Bureau ovale, il semblerait que l’accueil ait été très minimaliste. Les médias américains soulignent une rencontre discrète, loin du cérémoniel déployé pour les autres rencontres de ce genre.

Porochenko en a tout de même profité pour tenter de persuader Trump de la nécessité de poursuivre les sanctions contre la Russie. Il a essayé de faire peser les positions ukrainiennes dans la reconfiguration diplomatique en cours, autour du règlement du conflit dans le Donbass. En effet, sur le terrain les accords de Minsk ne fonctionnent pas et la guerre, à l’est de l’Ukraine, a dépassé les 10 000 morts.

Récemment, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a plaidé pour un nouveau format diplomatique en abandonnant le cadre de Minsk pour adopter une nouvelle formule impliquant Washington, en prise directe avec Moscou. C’est ce scénario que craint Kiev, où l’on pense qu’un deal Poutine-Trump se ferait aux dépens de l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Oui, c'est ce que je crains le plus...

Abandonner le format "Normandie" pour un format "USA+Russie" ça peut amener le pire...Avec le Donald, "expert en géopolitique" (bon heureusement qu'il peut bénéficier maintenant d'experts à la présidence, à la CIA et au Pentagone) on ne sait pas quel lapin peut sortir du chapeau après la "négociation ultime" mais sans doute au détriment de l'Ukraine...
avatar
Krispoluk

Messages : 4248
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mer 21 Juin - 15:08

Assez d'accord avec toi.
Et comme tu le dis si bien, une chance que trompette ait de bons conseillers.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Jeu 22 Juin - 15:54

Réaction russe aux nouvelles sanctions américaines:

Sanctions : Moscou annule une réunion avec Washington


Les États-Unis ont annoncé mardi de nouvelles sanctions contre la Russie pour son annexion de la Crimée. Sur la photo, des nationalistes ukrainiens chantent des solgans devant le parlement ukrainien, en février.
PHOTO AFP


La Russie a annulé une rencontre diplomatique de haut rang avec les États-Unis prévue cette semaine à Saint-Pétersbourg après l'adoption par Washington de nouvelles sanctions contre Moscou liées à la Crimée et la crise ukrainienne, selon des responsables américains.



Le rendez-vous devait associer Tom Shannon, un haut responsable du département d'État, avec un vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Nous regrettons que la Russie ait renoncé à une opportunité de discuter des obstacles bilatéraux qui entravent les relations États-Unis-Russie», a déclaré Heather Nauert, une porte-parole du département d'État américain.

Alors que les relations entre les États-Unis et la Russie sont au plus bas, Washington comptait sur cette réunion pour tenter de discuter de points de friction plus mineurs, comme les intimidations de diplomates américains en Russie ou la saisie d'installations russes aux États-Unis.


Mais Moscou a estimé que les nouvelles mesures américaines était le fruit d'une «russophobie» de Washington.

«Les sanctions sont décrétées sous le vieux prétexte des évènements en Ukraine. L'absurdité de cette explication (pour les sanctions) est évidente», a indiqué mercredi la diplomatie russe dans un communiqué.

«Nous regrettons que les nouvelles autorités américaines se laissent guider par des russophobes acharnés du Congrès américain qui ne savent plus quoi inventer pour nous causer des ennuis, mais surtout pour réduire à zéro toute perspective d'amélioration des relations russo-américaines», a déclaré mercredi Sergueï Riabkov, cité par le communiqué.

Cette mesure «ne restera pas sans réaction, y compris sans mesures de rétorsion de notre part», a-t-il prévenu.

Les États-Unis ont annoncé mardi de nouvelles sanctions contre la Russie pour son annexion de la Crimée et son soutien présumé aux rebelles séparatistes en Ukraine, peu avant une rencontre entre Donald Trump et son homologue ukrainien à la Maison-Blanche.

Les nouvelles sanctions visent 38 individus et entités en Ukraine ainsi que deux responsables gouvernementaux russes et une douzaine d'individus et organisations opérant en Crimée.

Pour le département d'État, il s'agit avant tout de «maintenir» le niveau de pression déjà existant sur la Russie, dans la mesure ou Moscou trouve les moyens de contourner les mesures déjà annoncées.

«Nous avons régulièrement mis à jour ces sanctions deux fois par an depuis qu'elles ont été imposées», a déclaré mercredi Heather Nauert.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Lun 10 Juil - 9:46

Visite de Tillerson à Kiev, résultat:

Les États-Unis assurent que les sanctions contre la Russie seront maintenues aussi longtemps que durera l’annexion de la Crimée



La fin de l’annexion illégale de la Crimée est une des conditions nécessaires pour que les sanctions contre la Fédération de Russie puissent être levées.

Selon Petro Porochenko, Président ukrainien, Rex Tillerson, le Secrétaire d’État des États-Unis, s’en est entretenu avec lui lors de son séjour à Kyiv.

«Aujourd’hui, la Crimée était aussi à l’ordre du jour. Et je suis vraiment ravi de constater que nos partenaires américains, Monsieur le Secrétaire d’État, m’ont assuré que la Crimée restait constamment à l’ordre du jour et que les sanctions contre la Russie ne seront pas levées, tant que l’intégralité territoriale ukrainienne ne serait pas garantie et que durerait l’annexion illégale de la Crimée  », a-t-il souligné.

À son tour, Rex Tillerson a assuré que les sanctions introduites par les États-Unis et l’EU à l’égard de la Russie resteront en place, tant que «Moscou ne renoncera pas aux actes qui ont conduit à ces sanctions ».

Et version Poroshenko:

Meeting between the President of Ukraine and the U.S. Secretary of State: Ensuring territorial integrity and cessation of the illegal annexation of Crimea is a solid condition for lifting sanctions against Russia



President Petro Poroshenko discussed the restoration of Ukraine’s territorial integrity and cessation of the illegal annexation of Crimea during the meeting with U.S. Secretary of State Rex Tillerson.

“I would like to emphasize that today’s agenda also included the issue of Crimea. I am pleased to note that both our American partners and Mr. Secretary of State assured me that Crimea is constantly on the agenda and the issue of ensuring territorial integrity and cessation of the illegal annexation of Crimea is an absolute and solid condition for lifting sanctions against Russia,” Petro Poroshenko stated during the joint press conference with the U.S. Secretary of State following the meeting.

The Head of State emphasized that the parties had discussed the continuation of sanctions against Russia. “We have also discussed in details and have been assured that the abolition of sanctions would not be touched upon until the fulfillment of the Minsk agreements and liberation of the Ukrainian territory,” the President said.
At the same time, he assured that it was hard to find a person that would have greater interest in the abolition of sanctions than that of the Ukrainian President. “As sanctions are related to peace and liberation of the Ukrainian territory. And I seek that most of all,” Petro Poroshenko noted.

U.S. Secretary of State Rex Tillerson emphasized that USA supports the restoration of Ukraine’s sovereignty and territorial integrity. “Sanctions of the U.S. and the EU against Russia will remain in force until Moscow reverses actions that triggered these sanctions,” Rex Tillerson emphasized.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Lun 10 Juil - 22:04

Le fils aîné de Trump embourbé à son tour dans l’ingérence russe

LIBÉRATION 10 juillet 2017 à 20:16

Dans l’entourage de Trump, ils sont désormais peu nombreux à ne pas être embourbés dans l’affaire des tentatives russes de déstabilisation de l’élection américaine. Cette fois, c’est au tour du fils aîné du Président, Donald Trump Jr., d’être compromis. Dans deux articles publiés dimanche, le New York Times a révélé qu’une rencontre avait été organisée, le 9 juin 2016, entre «Don Trump» et l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, connue pour ses liens avec le Kremlin. En pleine campagne électorale, ce rendez-vous à la Trump Tower aurait eu pour but l’échange d’informations compromettantes sur Hillary Clinton.

Après la publication d’un premier article, où le motif du rendez-vous n’était pas précisé, le New York Times a pu contacter le principal intéressé. «Après avoir échangé des banalités, cette femme a assuré avoir des informations sur des individus en lien avec la Russie qui finançaient le Comité national démocrate et soutenaient Mme Clinton», déclare alors Trump Jr. Et d’ajouter, déçu : «Ses propos étaient vagues, ambigus et n’avaient aucun sens. Il est vite devenu clair qu’elle ne détenait aucune information intéressante.»

D’après le fils du Président, l’avocate voulait surtout lui parler de la loi Magnitski, passée en 2012 par Obama et le Congrès américain pour sanctionner les personnalités russes soupçonnées d’avoir commis des violations des droits de l’homme. «Il m’est apparu clairement qu’elle était venue pour me parler de cela et que ses potentielles informations utiles n’étaient qu’un prétexte pour qu’on se rencontre», a déclaré Donald Trump Jr. au journal.

Ces révélations émergent alors que, ces derniers jours, le locataire de la Maison Blanche a multiplié les bourdes sur Twitter concernant l’affaire russe. Après avoir rencontré pour la première fois le président Poutine au G20 ce vendredi, Trump a affirmé dimanche qu’il envisageait la création d’une unité de cybersécurité conjointe avec le Kremlin : «Poutine et moi avons discuté de la formation d’une unité de cybersécurité impénétrable pour que le hacking d’élections et beaucoup d’autres choses négatives puissent être empêchés…»

La déclaration a bien sûr suscité un tollé, car la Russie est justement accusée d’avoir interféré dans le scrutin présidentiel américain par l’intermédiaire de plusieurs agences de renseignement nationales, notamment via le hacking des serveurs du Comité national démocrate et de certains logiciels de vote. Quelques heures plus tard, Donald Trump s’est rétracté en publiant : «Le fait que le président Poutine et moi ayons discuté d’une unité de cybersécurité ne veut pas dire que je pense que cela va se faire. Cela ne se fera pas, mais un cessez-le-feu [en Syrie, ndlr] oui, et ça s’est fait !»

Aude Massiot
avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 11 Juil - 19:45

avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  benoit77 le Mer 12 Juil - 0:38

aux usa , on se frotte les mains : 4 milliards de $ d'équipements de défense patriot commandés par la Roumanie.
http://www.lapresse.ca/international/europe/201707/11/01-5115208-washington-va-vendre-a-la-roumanie-des-systemes-de-defense-patriot.php[url=tel:06 99 29 23 38][/url]
avatar
benoit77

Messages : 1729
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mer 12 Juil - 12:10

Washington : rencontre américano-russe au sommet le 17 juillet pour traiter des "sources d'irritation"


Thomas Shannon devrait évoquer notamment le dossier des ingérences russes mais aussi la Syrie et la situation en Ukraine lors de cette rencontre @ ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Au cours de cette réunion, le numéro trois du département d'État Thomas Shannon tenterait de traiter "certaines de ce qu'on appelle des sources d'irritation" avec son homologue russe.

En pleine tempête politique aux États-Unis sur l'ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine, des hauts diplomates des deux pays se retrouveront lundi prochain à Washington pour mettre sur la table leurs multiples contentieux, a indiqué mardi la diplomatie américaine.

Traiter des "sources d'irritation".

Le numéro trois du département d'État, le diplomate de carrière Thomas Shannon, accueillera le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, une rencontre programmée fin juin à Saint-Pétersbourg, mais que Moscou avait annulée en raison de nouvelles sanctions américaines liées au conflit en Ukraine. La porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères Heather Nauert a indiqué qu'au cours de cette réunion du 17 juillet à Washington Thomas Shannon tenterait de traiter "certaines de ce qu'on appelle des sources d'irritation".

Expulsion d'espions russes, Ukraine et Syrie au programme.

Elle n'est pas entrée dans les détails, mais des diplomates cités par les agences de presse russes soulignaient que Thomas Shannon et Sergueï Riabkov parleraient notamment des sanctions prises à la toute fin de la présidence de Barack Obama en décembre 2016 : expulsion d'une trentaine de diplomates et espions russes et fermeture de deux complexes résidentiels russes aux États-Unis. Les deux responsables devraient aussi discuter de l'Ukraine et de la Syrie, selon des diplomates américains.

Des signes d'ouverture de la part de Trump.

De retour le week-end dernier d'un voyage en Europe au cours duquel il a pour la première fois rencontré son homologue russe Vladimir Poutine, le président américain Donald Trump a affirmé vouloir "aller de l'avant" et "travailler de manière constructive" avec Moscou.

Mais un Congrès suspicieux.

Mais la volonté de Donald Trump se heurte au scepticisme d'élus du Congrès qui réclament de nouvelles sanctions pour l'ingérence russe, que Moscou nie, dans la campagne présidentielle américaine de 2016. D'autant que le fils aîné du président, Donald Trump Jr, est accusé de s'être coordonné avec Moscou. Il a rencontré l'an dernier une avocate présentée comme émissaire du gouvernement russe, apparemment désireux d'aider le candidat républicain à la Maison-Blanche en lui fournissant des informations compromettantes sur sa rivale démocrate lors de la présidentielle, Hillary Clinton.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Jeu 13 Juil - 10:46

Александр a écrit:. . .
Mais un Congrès suspicieux.

Mais la volonté de Donald Trump se heurte au scepticisme d'élus du Congrès qui réclament de nouvelles sanctions pour l'ingérence russe, que Moscou nie, dans la campagne présidentielle américaine de 2016. D'autant que le fils aîné du président, Donald Trump Jr, est accusé de s'être coordonné avec Moscou. Il a rencontré l'an dernier une avocate présentée comme émissaire du gouvernement russe, apparemment désireux d'aider le candidat républicain à la Maison-Blanche en lui fournissant des informations compromettantes sur sa rivale démocrate lors de la présidentielle, Hillary Clinton.
La preuve:

Un élu dépose la première résolution pour destituer Donald Trump


Brad Sherman, élu de Californie marqué à gauche, a déposé un texte contenant un article d’«impeachment», pour entrave à la justice, une offense justifiant selon lui la destitution. Son collègue Al Green a cosigné la mesure.-Reporters/DPA

Un élu démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis a déposé mercredi une résolution visant à lancer une procédure de destitution du président républicain Donald Trump, un acte symbolique à ce stade.

Brad Sherman, élu de Californie marqué à gauche, a déposé un texte contenant un article d’«impeachment», pour entrave à la justice, une offense justifiant selon lui la destitution. Son collègue Al Green a cosigné la mesure.

«Complètement ridicule, le pire du jeu politique», a commenté la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders.

Aux États-Unis, le Congrès a le pouvoir de destituer le président selon une procédure en deux temps. La Chambre des représentants vote une mise en accusation («impeachment», en anglais), puis le Sénat «juge» le président et vote pour condamner (à une majorité des deux tiers) ou acquitter. En cas de condamnation, le président est automatiquement destitué.

«Déposer des articles de destitution est la première étape d’une longue route», a déclaré Brad Sherman. «Mais si l’incompétence impulsive continue, à la fin, dans de nombreux mois, les républicains se joindront au combat en faveur de la destitution».

Jamais un président n’a été destitué dans l’histoire américaine. Deux ont été mis en accusation puis acquittés: Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998. Richard Nixon, en 1974, a préféré démissionner pour éviter une destitution certaine par le Congrès en raison du scandale du Watergate.

La résolution de Brad Sherman et Al Green estime que l’entrave à la justice s’est produite dans les interventions du président Trump auprès de l’ancien directeur du FBI James Comey dans l’enquête sur l’un de ses proches conseillers, Michael Flynn.

Oups . . .
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mer 26 Juil - 10:47

U.S. House passes new sanctions against Russia

La Maison des États-Unis adopte de nouvelles sanctions contre la Russie




The lower chamber of the U.S. Congress overwhelmingly approved the bill with a new package of sanctions against Russia, Iran and North Korea.


The bill was supported by 419 members of the House of Representatives. Only three Republicans voted against the bill, an Ukrinform correspondent reports.


The bill now goes to the Senate, where members of both parties have spoken in favor of revisions made to a version of the legislation they passed last month.

As Bloomberg reports, the White House has sent mixed messages about whether Trump would sign the measure, expressing concern over limiting the president’s power to ease sanctions on his own. Trump supports sanctions against the three countries but wants to make sure the U.S. gets “good deals,” White House spokeswoman Sarah Sanders told reporters aboard Air Force One on Monday.

La chambre basse du Congrès des États-Unis a largement approuvé le projet de loi avec un nouveau paquet de sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Le projet de loi a été appuyé par 419 membres de la Chambre des représentants. Seuls trois républicains ont voté contre le projet de loi, rapporte un correspondant Ukrinform.

Le projet de loi va maintenant au Sénat, où les membres des deux parties se sont prononcés en faveur des révisions apportées à une version de la loi qu'ils ont adoptée le mois dernier.

Comme l'indique Bloomberg, la Maison Blanche a envoyé des messages contradictoires sur la question de savoir si Trump signerait la mesure, exprimant son inquiétude quant à la limitation du pouvoir du président pour alléger les sanctions par lui-même. Trump soutient les sanctions contre les trois pays mais veut s'assurer que les États-Unis obtiennent des «bonnes affaires», a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, aux journalistes à bord de l'Air Force One lundi.


La Chambre passe massivement les sanctions en Russie




(CNN)The House of Representatives overwhelmingly passed a bill giving Congress the power to block any effort by the White House to weaken sanctions on Russia, offering a direct challenge to President Donald Trump's authority.

The vote was 419-3. The legislation moves to the Senate, but it's unclear when the Senate will vote on the measure, which includes new sanctions against Russia, Iran and North Korea. Senate Foreign Relations Committee chairman Bob Corker indicated Monday he may want to make some tweaks to the bill, which was negotiated between the House and Senate after the initial version he drafted sailed through on a 98-2 vote.
"This is a strong, bipartisan bill that will increase the United States' economic and political leverage," Rep. Ed Royce, who heads the House Foreign Affairs Committee, told reporters Tuesday.

The three votes against the bill came from Republicans -- Rep. Justin Amash of Michigan, Rep. Tom Massie of Kentucky and Rep. John Duncan of Tennessee.

(CNN) - La Chambre des représentants a largement adopté un projet de loi donnant au Congrès le pouvoir de bloquer tout effort de la Maison Blanche pour affaiblir les sanctions contre la Russie, offrant un défi direct à l'autorité du président Donald Trump.

Le vote était de 419 à 3. La loi passe au Sénat, mais il n'est pas clair quand le Sénat votera sur la mesure, qui comprend de nouvelles sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. Le président du Comité des relations extérieures du Sénat, Bob Corker, a indiqué lundi qu'il pourrait vouloir faire quelques ajustements au projet de loi, qui a été négocié entre la Chambre et le Sénat après la version initiale qu'il a rédigée lors d'un vote de 98-2.

"Il s'agit d'un projet de loi solide et bipartite qui augmentera le levier économique et politique des États-Unis", a déclaré le journaliste Rep. Ed Royce, qui dirige le Comité des affaires étrangères de la Chambre.

Les trois votes contre le projet de loi proviennent des républicains - le représentant Justin Amash du Michigan, le représentant Tom Massie du Kentucky et le représentant John Duncan du Tennessee.


Le président Poroshenko sur les sanctions américaines: le prix de l'agression devrait augmenter



President of Ukraine Petro Poroshenko has welcomed an important decision by the U.S. Congress on a new package of sanctions against Russia.
In a post on his Facebook page, President Poroshenko wrote: “An important decision of the U.S. Congress with strong bipartisan support regarding sanctions against Russia. The price of aggression should grow!”
As Ukrinform earlier reported, the lower chamber of the U.S. Congress overwhelmingly approved the bill with a new package of sanctions against Russia, Iran and North Korea.
The bill was supported by 419 members of the House of Representatives. Only three Republicans voted against the bill.

Le président de l'Ukraine, Petro Poroshenko, s'est félicité d'une importante décision du Congrès des États-Unis sur un nouveau paquet de sanctions contre la Russie.

Dans un article sur sa page Facebook, le président Poroshenko a écrit: "Une décision importante du Congrès des États-Unis avec un soutien bipartite solide en matière de sanctions contre la Russie. Le prix de l'agression devrait augmenter! "

Comme Ukrinform l'a signalé plus tôt, la chambre basse du Congrès des États-Unis a largement approuvé le projet de loi avec un nouveau paquet de sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Le projet de loi a été appuyé par 419 membres de la Chambre des représentants. Seuls trois républicains ont voté contre le projet de loi.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mar 1 Aoû - 12:00

L'affaire Trump/Russie continue:

Affaire russe: Trump aurait dicté la déclaration à son fils

Le président américain Donald Trump aurait dicté à son fils Donald Trump Jr. le récit qu'il a livré en juillet de sa rencontre avec une avocate russe en 2016, en pleine campagne électorale, a affirmé le Washington Post.


Donald Trump et son fils Donald Trump Jr. ©️ REUTERS

Mi-juillet, le fils aîné du président américain avait admis avoir rencontré l'an dernier l'avocate Natalia Veselnitskaya qui lui avait été présentée comme une émissaire du gouvernement russe en possession d'informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton.

Cette rencontre avait eu lieu dans ses bureaux, en compagnie du gendre de l'actuel président, Jared Kushner, et de son directeur de campagne, Paul Manafort. Mais "il est très vite apparu qu'elle n'avait aucune information intéressante" et que son réel objectif était d'évoquer l'adoption d'enfants russes par des couples américains dans le cadre d'un programme suspendu par le président russe Vladimir Poutine, avait affirmé le fils aîné de M. Trump.

Le Post affirme que c'est le président qui a lui-même dicté cette déclaration à son fils. Il l'aurait fait alors qu'il se trouvait à bord d'Air Force one, de retour du sommet du G20 qui s'est tenu les 7 et 8 juillet à Hambourg (Allemagne).

Citant des personnes liées à cette affaire, le Post affirme que l'équipe de juristes du président a voulu présenter cette rencontre comme un piège tendu par les démocrates pour piéger Trump Jr. et le président en personne, qui était à cette époque-là candidat à la présidentielle.

Le Post affirme que les conseillers du président redoutent désormais que l'implication directe de Donald Trump, dans la déclaration de son fils, puisse le mettre dans une position juridique dangereuse. "C'était... inutile", a déclaré au Post un conseiller du président sous couvert d'anonymat. "Il ne pense pas que c'est dangereux sur un plan juridique, il voit ça comme un problème politique qu'il doit résoudre lui-même", a affirmé la même source.

L'un des avocats de Trump, Jay Sekulow, a réagi à cet article, estimant qu'"en plus d'être sans conséquence, ces affirmations sont inexactes et non pertinentes".

S'il arrive à terminer son mandat, chapeau Exclamation

Et ça continue:

Abracadabra, Scaramucci, le sulfureux directeur de communication de Trump, s’en va déjà


M. Scaramucci, qui a défrayé la chronique la semaine dernière à cause d’une interview dans laquelle il insultait copieusement plusieurs collaborateurs du président Trump, a été forcé de partir à la demande de John Kelly, le tout nouveau secrétaire général de la Maison Blanche, affirme le New York Times.-AFP

A peine nommé directeur de la communication à la Maison Blanche, Anthony Scaramucci, un ancien financier sulfureux, a donné sa démission, après seulement 10 jours!

Ce matin Donald Trump tentait de persuader les foules: «NOn, le chaos ne règne pas à la Maison Blanche». Pourtant, au vu des démissions et autres échecs répétés, on peut se poser la question.

Dernière démission en date, celle du nouveau directeur de la communication du président, Anthony Scaramucci, pourtant fraîchement nommé.
Ce lundi matin, un nouveau secrétaire général de la Maison Blanche, le général John Kelly, a prêté serment en remplacement de Reince Priebus qui a présenté sa démission.

Une décision prise quelques heures après que le nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche, Anthony Scaramucci, eut déversé un torrent de propos d’une extrême vulgarité contre M. Priebus et d’autres membres de l’administration.

«The Mooch» a ainsi qualifié de «putain de schizophrène paranoïaque» Reince Priebus. Il s’en est également pris à Steve Bannon, conseiller stratégique du président.

Il semblerait que ces insultes n’ont pas été du goût de John Kelly et ce dernier a été forcé de partir.

Ce changement dans l’administration intervenait au terme d’une semaine cauchemardesque pour l’administration Trump. Outre ces dissensions internes, elle a essuyé un échec au Sénat, où une réforme républicaine du système de santé a été rejetée. Il s’agit d’une priorité de la présidence de Donald Trump.

Embarassed
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Mar 1 Aoû - 18:32

La présidence de Trump est à son image : imprévisible, colérique et fantasque.
avatar
Thuramir

Messages : 2256
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mer 2 Aoû - 19:13


avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Jeu 3 Aoû - 8:41

Trump signs bill on Russia sanctions, - Bloomberg

Trump signe un projet de loi sur les sanctions de la Russie, - Bloomberg

U.S. President Donald Trump has signed the bill on new sanctions against the Russian Federation.

Censor.NET reports citing Bloomberg.

Read more: Minsk accords must be achieved to relieve sanctions from Russia, - Tillerson

President Donald Trump has signed the Russia sanctions bill Congress forced on him, and is adding a statement saying the administration will carry out the law but with reservations about its impact and the constitutionality of some provisions.

The so-called signing statement, obtained by Bloomberg, lays out Trump's concerns about the legislation, including that it encroaches on presidential authority and may hurt U.S. ability to work with allies.

Trump's statement doesn't signal any intent to bypass or circumvent aspects of the law. Instead, the president indicates he intends for his administration to carry out the law in a way consistent with his constitutional authority, language that leaves open some room for interpretation of how the law is executed.

Read more: US think tank to publish report on Trump-Russia collusion, - BuzzFeed

Trump's concerns cover four areas: encroachment on executive authority, unintentional harm to U.S. companies and business, as well as U.S. international partners, and limits on the flexibility of the administration to act in concert with allies in dealing with Russia.

Last week, the U.S. Senate
passed the new sanctions bill against Russia overwhelmingly and sent it to Trump for signature. Russia in response restricted U.S. diplomatic missions' access to several facilities and demanded to shorten the staff of the mission by 755 people by Sept. 1.

Le président américain Donald Trump a signé le projet de loi sur les nouvelles sanctions contre la Fédération de Russie.

Censor.NET rapports citant Bloomberg.

Lire la suite: les accords de Minsk doivent être obtenus pour soulager les sanctions de la Russie, - Tillerson

Le président Donald Trump a signé le projet de loi sur les sanctions de la Russie qui lui a été contraint et ajoute une déclaration indiquant que l'administration mènera la loi, mais avec des réserves quant à son impact et à la constitutionnalité de certaines dispositions.

La déclaration de signature, obtenue par Bloomberg, expose les préoccupations de Trump concernant la législation, y compris qu'elle empiète sur l'autorité présidentielle et peut nuire à la capacité des États-Unis de travailler avec des alliés.

La déclaration de Trump ne signale aucune intention de contourner ou de contourner des aspects de la loi.
Au lieu de cela, le président indique qu'il a l'intention de son administration d'exécuter la loi d'une manière conforme à son autorité constitutionnelle, ce qui laisse ouvrir une certaine marge d'interprétation de la façon dont la loi est exécutée.

Lire la suite: le groupe de réflexion américain publiera un rapport sur la collusion Trump-Russie, - BuzzFeed

Les préoccupations de Trump couvrent quatre domaines: l'empiétement sur l'autorité exécutive, les dommages non intentionnels aux entreprises et aux entreprises américaines, ainsi qu'aux partenaires internationaux des États-Unis, et les limites de la flexibilité de l'administration pour agir de concert avec les alliés face à la Russie.

La semaine dernière, le Sénat des États-Unis a adopté la nouvelle loi sur les sanctions contre la Russie de manière écrasante et l'a envoyé à Trump pour signature. La Russie a répondu à l'accès aux missions diplomatiques des États-Unis restreints à plusieurs installations et a demandé de raccourcir le personnel de la mission par 755 personnes d'ici le 1er septembre.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Jeu 3 Aoû - 12:27

Chaos à la Maison-Blanche: les dix victimes de Donald Trump

Depuis que le président américain Donald Trump est entré à la Maison-Blanche il y a six mois, celle-ci semble s'être transformée en pigeonnier.


Donald Trump © Reuters

Ces derniers mois, il y a eu un véritable jeu de chaises musicales à la Maison-Blanche. Les nombreux changements dans le staff de Donald Trump et les cabinets du gouvernement sont significatifs. Aperçu :

1. Anthony Scaramucci

Anthony Scaramucci © Reuters
Le 31 juillet, après à peine dix jours à la tête du service de communication de la Maison-Blanche, Anthony Scaramucci a quitté ses fonctions.

Pendant sa courte période à la Maison-Blanche, Scaramucci a réussi à déclencher une tempête médiatique. Lors d'un entretien avec un journaliste du magazine The New Yorker, il a menacé de virer tout le département de communication de la Maison-Blanche. Au cours du même entretien, il a qualifié l'ancien secrétaire général de la Maison-Blanche Reince Priebus de schizophrène paranoïde et il a déclaré que Steve Bannon, conseiller et confident de Trump "se suçait la bite".

Scaramucci est parti juste avant que l'ex-général John Kelly soit nommé nouveau secrétaire général de Trump. D'après The New York Times, c'est précisément sur insistance de Kelly que Scaramucci a été poussé vers la sortie.

2. Reince Priebus

Reince Priebus © Reuters
Reince Priebus a démissionné quelques jours plus tôt avant Scaramucci à cause de la tirade de ce dernier dans The New Yorker. Il était secrétaire général de la Maison-Blanche. Critiqué depuis le début de son mandat, l'homme a fini par plier sous les insultes de Scaramucci. Finalement, Trump a décidé de le remplacer par le général John Kelly.

Interrogé par CNN, Priebus a déclaré qu'il avait démissionné suite à un entretien avec le président. Il a ajouté que le général John Kelly était un excellent successeur et a souligné qu'il n'y avait pas de mauvaises intentions en jeu.

3. Michael Short
La même semaine, Scaramucci a fait une autre victime. Michael Short a démissionné de son poste de porte-parole adjoint de la Maison-Blanche après que Scaramucci a déclaré à Politico qu'il avait l'intention de licencier Short afin de faire cesser les fuites depuis la Maison-Blanche vers la presse. Short a réagi à la nouvelle en démissionnant avant que quelqu'un ne puisse le licencier.

4. Sean Spicer


Sean Spicer © Reuters
Sean Spicer, le premier porte-parole de la Maison-Blanche sous la présidence de Trump a démissionné le 21 juillet peu après que le président ait engagé Scaramucci pour le poste de directeur de la communication.

Il a occupé sa fonction pendant six mois, mais cette période a été marquée par les déclarations controversées. Ainsi, il a prétendu qu'il n'y avait jamais eu autant de monde à une investiture que lors de celle de Trump alors que des photos aériennes de Capitole contredisaient clairement cette affirmation. Il a également affirmé qu'Hitler n'avait jamais utilisé d'armes chimiques et il a évoqué les "holocaust centers" en parlant des camps de concentration allemands.

Spicer n'a pas hésité non plus à déclarer que le mot "covfefe", probablement une erreur de frappe dans un tweet du président, avait une signification secrète. Du coup, le mot a fait buzz sur internet.

Dans son discours d'adieu, Spicer a déclaré qu'il partait "parce qu'il y a trop de cuisiniers dans la cuisine".
5. Walter Shaub




Walter Shaub © Isopix


Jusqu'au 6 juillet de cette année, Walter Shaub, directeur de l'Office of Government Ethics, était le chien de garde de la Maison-Blanche. Shaub travaillait au service depuis 2006 et en 2013 Obama l'avait nommé directeur. Mais après cinq mois de service sous Trump, son sentiment de frustration a pris le dessus.
Shaub a notamment critiqué ouvertement Trump dont il estimait qu'il ne tenait pas suffisamment compte de possibles conflits d'intérêts entre son rôle de président et l'empire d'affaires de sa famille, mais on ne l'a guère écouté.

Après avoir démissionné début juillet, Shaub a déclaré au New York Times que la Maison-Blanche était en train de se transformer en "cible de railleries". Il était convaincu qu'il ne pouvait plus obtenir grand-chose dans la situation telle qu'elle était. La Maison-Blanche a répliqué que Shaub voulait surtout se profiler dans les médias, et non conseiller le gouvernement.
6. Michael Dubke



Michael Dubke © Isopix


En tant qu'ancien directeur de communication de la Maison-Blanche, Michael Dubke a succédé à Sean Spicer. Après la nomination de Dubke, Spicer est resté porte-parole, une fonction qu'il occupait avant. Après trois mois, Dubke a fait savoir à ses collègues qu'il démissionnait pour des "raisons personnelles". Avant son départ, la communication de la Maison-Blanche a été très critiquée, notamment suite aux déclarations contradictoires du président et de son équipe de communication. Fin mai, Dubke a fini par démissionner.
7. James Comey



James Comey © Reuters


Début mai, le président a licencié James Comey, directeur du FBI, sur les conseils du ministre de la Justice Jeff Sessions. Au moment de son licenciement, Comey menait une enquête sur les éventuelles relations de l'équipe de campagne de Trump avec la Russie.
Selon la version officielle de la Maison-Blanche, Comey aurait commis des bévues dans l'enquête sur les e-mails d'Hillary Clinton.
L'opposition démocrate a désapprouvé le licenciement de Comey. Elle y a vu une tentative d'entrave de l'enquête sur les relations entre la Russie et l'équipe de Trump durant la campagne.
8. Katie Walsh



Katie Walsh © Reuters


Fin mars, Walsh a décidé de quitter ses fonctions de porte-parole adjointe quand la première tentative d'abrogation d'Obamacare a échoué. Pour elle, c'était le signe qu'elle devait renforcer l'ASBL America First Policies, une organisation qui cherche du soutien pour la politique du président Trump.
9. Michael Flynn



Michael Flynn © Reuters


En 63 ans, jamais il n'y a eu de mandat de conseiller à la sécurité nationale aussi court que celui de Flynn : à peine 24 jours. Il a été démis de ses fonctions en février quand il y a eu une controverse au sujet de ses contacts avec l'ambassadeur russe Sergueï Kislyak.
Flynn aurait téléphoné à Kislyak et aurait menti à ses supérieurs au sujet du contenu de ses téléphones. Il s'est avéré que les entretiens concernaient le rôle de la Russie lors du piratage des systèmes du parti démocrate lors des campagnes pour les dernières élections présidentielles.
10. Sally Yates



Sally Yates © Reuters


Le 30 janvier, Trump a licencié la procureure générale après à peine 10 jours. Elle a été renvoyée pour avoir refusé de défendre l'interdiction d'entrée sur le territoire depuis sept pays musulmans, qu'elle considérait comme illégale.
"La ministre de la Justice intérimaire, Sally Yates, a trahi le ministère de la Justice en refusant d'exécuter le décret qui doit protéger les Américains", a fait savoir la Maison-Blanche. Trump a qualifié Yates de " faible quand il s'agit de frontières et de très faible quand il s'agit de migration illégale."
Dana Boente a temporairement pris la succession de Yates, avant de transmettre la fonction à Jeff Sessions.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Ven 4 Aoû - 8:25

Putin behind worsening U.S.-Russia relations, not Congress, - U.S. senators

Poutine derrière l'aggravation des relations entre les États-Unis et la Russie, et non le Congrès, sénateurs américains
En gros, faut pas inverser les rôles Wink


Reuters

Russian leader Vladimir Putin is the one to be blamed for deteriorating relations between Moscow and Washington; it’s not the U.S. Congress that made the things worse. The Washington Post wrote that, referring to U.S. senators who have composedly commented on the issue.

The outlet quotes Trump saying he could ‘make far better deals with foreign countries than Congress’ and slamming it for contribution to worsening relations with Moscow, which he defined as ‘at an all-time and very dangerous low’.

Senator Bob Corker (Republicans, Tennessee), chairman of the Foreign Relations Committee. 'I know there’s some frustration. I get it,' Corker said, speaking of Trump's reaction to the sanctions bill. 'We acted in the country’s national interest in doing this. Putin, through his actions, is the one who has taken this relationship back to levels we haven’t seen since 1991,' he said as quoted.

His colleague from Arizona, Senator John McCain, responded to Trump on Twitter by blaming a different party: 'You can thank Putin for attacking our democracy, invading neighbors & threatening our allies,' The Washington Post quoted him as saying.

Le leader russe Vladimir Poutine est le responsable de la détérioration des relations entre Moscou et Washington; Ce n'est pas le Congrès des États-Unis qui a aggravé les choses. Le Washington Post a écrit cela, en se référant aux sénateurs des États-Unis qui ont commenté le sujet.

La sortie cite Trump en disant qu'il pourrait «faire de meilleures affaires avec les pays étrangers que le Congrès» et le claquer pour avoir contribué à l'aggravation des relations avec Moscou, qu'il définit comme «à un niveau record et très dangereux».

Le sénateur Bob Corker (républicains, Tennessee), président du Comité des relations extérieures. «Je sais qu'il y a de la frustration. Je l'ai compris ", a déclaré Corker, en parlant de la réaction de Trump à la facture des sanctions. «Nous avons agi dans l'intérêt national du pays pour ce faire.
Poutine, par ses actions, est celui qui a ramené cette relation à des niveaux que nous n'avons pas vus depuis 1991 », at-il déclaré.

Son collègue d'Arizona, le sénateur John McCain, a répondu à Trump sur Twitter en accusant un autre parti: «Vous pouvez remercier Poutine pour avoir attaqué notre démocratie, envahir ses voisins et menacer nos alliés», a t'il déclaré au Washington Post.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mar 8 Aoû - 12:00

Le "vrai journal" de Trump a des airs de propagande dictatoriale

Accusant les médias traditionnels de propager trop de " fake news " à son sujet, le président Donald Trump a développé son propre bulletin d'informations.


© REUTERS
Agacé des nouvelles publiées par les médias, Donald Trump sort son propre journal, pour lutter contre les "fake news" qui le concernent et mettre en avant les points positifs de son mandat. Une émission qui a des airs de journaux de propagande au sein des régimes dictatoriaux. "C'est dangereux si Trump parvient à discréditer les médias traditionnels. Avoir un bon quatrième pouvoir est crucial pour la démocratie", confirme Dries Lesage, professeur de politique internationale à l'UGent, au Morgen.

Spectacle présidentiel

"Je suis Kayleigh McEnany... et ceci sont les vraies informations". C'est avec ces mots que la présentatrice de Trump TV prend congé de ses 35.000 téléspectateurs, qui ont regardé le journal sur Facebook. Les bulletins d'informations sont présentés tour à tour par l'ancienne chroniqueuse pro-Trump de CNN Kayleigh McEnan et par la belle-fille du président, Lara Trump. Le show télévisé hebdomadaire est tourné à la Trump Tower et se concentre sur les réalisations du président des Etats-Unis, comme la création d'emplois par exemple. Ce journal, que certains qualifient déjà de propagandiste, a été mis sur pied "parce qu'il y a tellement de fausses nouvelles" qui circulent sur Trump, assurait sa belle-fille la semaine dernière lors de la première édition.

La vidéo a été partagée avec enthousiasme par les membres de l'équipe de Trump et hébergée sur la page Facebook personnelle de Donald Trump. Il a tout de même trouvé judicieux de ne pas la partager sur le compte Twitter officiel du président des Etats-Unis. Ce "spectacle présidentiel" est-il financé par le Comité national républicain ou par l'équipe de campagne de Trump ? D'après CNN, impossible de répondre à cette question pour l'instant.

https://www.facebook.com/DonaldTrump/videos/10159619784950725/

Pente glissante

Assiste-t-on à un journal de propagande mis en place par un président en fonction ? Si on ne peut pas encore associer les pratiques de Donald Trump à certaines dictatures du monde, "il est sur une pente glissante. Les frontières entre la démocratie et l'autoritarisme sont devenues floues", confie Lesage. "Mais dans une dictature, le pouvoir est dans les mains d'un seul homme, il n'y a pas de freins et de contrepouvoir, et il y a une répression brutale. En bref, le genre d'Assad ou de Kim Jong-un".

Des tendances similaires tendant progressivement vers un régime autoritaire sont également perceptibles dans des pays comme la Pologne, la Turquie, la Hongrie ou encore plus récemment le Venezuela. Pour Dries Lesage, c'est souvent le résultat "d'une lourde polarisation de la société, avec un parti élu contre l'opposition", où chaque partie communique via ses propres canaux médiatiques.

Mais les Etats-Unis ne sont pas dans la même situation. "La critique constructive des médias peut être une bonne chose lorsqu'elle est ponctuelle et ciblée", assure-t-il au Morgen. Mais la qualification en "fake news" de toute nouvelle négative concernant le président n'en est pas une. "Le président n'utilise aucun argument de fond, mais utilise un bazooka pour tirer sur tous les médias américains. Cela représente un danger si Trump et ses alliés idéologiques arrivent à discréditer complètement les médias traditionnels".
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Mar 8 Aoû - 12:30

avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Ven 11 Aoû - 14:02

Les USA vont avoir une base navale près de Mykolaev:

Seabees Break Ground on Maritime Operations Center in Ukraine

Seabees Break Ground sur le Centre des opérations maritimes en Ukraine

NAVAL STATION ROTA, Spain (NNS) -- Seabees held a groundbreaking ceremony for a maritime operations center on Ochakiv Naval Base, Ukraine, July 25.

 The Seabees, assigned to Naval Mobile Construction Battalion (NMCB) 1, have been in Ochakiv since April to establish contracts, obtain construction permits, and perform other logistical necessities needed for long term sustainment of the maritime operations center project.

 The maritime operations center is one of three projects that are currently planned to be executed by the Seabees in Ochakiv and will serve as a major planning and operational hub during future military exercises hosted by Ukraine.

 "Beginning construction in Ukraine is a significant accomplishment for NMCB 1," said Lt. j.g. Jason McGee, officer in charge of Det. Ukraine. "Our ability to maximize European reassurance initiatives in Ukraine holds strategic importance, and will ultimately improve host nation defense capacity and infrastructure, strengthen relations, and increase bilateral training capabilities."

 Maritime operations centers are the operational-level warfare command and control organizations designed to deliver flexible maritime capabilities throughout the full range of military operations. Maritime operations centers support fleet management and the execution of operational responsibilities by providing commanders with flexible, tailored, and scalable staff and processes to make mission-critical decisions and enhance maritime capabilities.

 Other future Seabee projects in Ochakiv include a boat maintenance facility and entry control points with perimeter fencing.

 "These projects have been in waiting for many years and to see them come to fruition is a major accomplishment for Seabees, and who better to lead the way than 'the first and finest,'" said McGee.

NAVAL STATION ROTA, Espagne (NNS) - Les Seabees ont tenu une cérémonie innovative pour un centre d'opérations maritimes sur la base navale d'Ochakiv, en Ukraine, le 25 juillet.

 
Les Seabees, affectés au Bataillon de construction mobile navale (NMCB) 1, ont été à Ochakiv depuis avril afin d'établir des contrats, d'obtenir des permis de construction et d'effectuer d'autres nécessités logistiques nécessaires à la maintenance durable à long terme du projet du centre d'opérations maritimes.

 
Le centre des opérations maritimes est l'un des trois projets qui sont actuellement projetés pour être exécutés par les Seabees à Ochakiv et serviront de centre de planification et d'opération majeur lors d'exercices militaires futurs organisés par l'Ukraine.

 "Le début de la construction en Ukraine est une réalisation importante pour NMCB 1", a déclaré le j. J.g. Jason McGee, responsable de Det. Ukraine.
«Notre capacité à maximiser les initiatives européennes de réassurance en Ukraine revêt une importance stratégique et va finalement améliorer la capacité et l'infrastructure de défense de la nation hôte, renforcer les relations et accroître les capacités de formation bilatérales».

 Les centres d'opérations maritimes sont les organismes de commandement et de contrôle de guerre au niveau opérationnel conçus pour offrir des capacités maritimes flexibles dans toute l'éventail des opérations militaires.
Les centres d'opérations maritimes soutiennent la gestion de la flotte et l'exécution des responsabilités opérationnelles en fournissant aux commandants un personnel et des processus flexibles, adaptés et évolutifs pour prendre des décisions critiques et améliorer les capacités maritimes.

 
D'autres projets futurs de Seabee à Ochakiv comprennent une installation d'entretien de bateaux et des points de contrôle d'entrée avec des clôtures de périmètre.

 "Ces projets ont été en attente de nombreuses années et de les voir se concrétiser est une réalisation majeure pour Seabees, et qui préfère être le premier et le meilleur", a déclaré McGee.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Thuramir le Ven 11 Aoû - 22:10

Александр a écrit:Les USA vont avoir une base navale près de Mykolaev:

Seabees Break Ground on Maritime Operations Center in Ukraine

Ce qui n'est peut-être pas sans relation possible avec les récents signaux militaires en Transnistrie...
avatar
Thuramir

Messages : 2256
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

De mal en pis pour Trump

Message  andré le Dim 13 Aoû - 16:14

Une réponse à sa lente réaction de condamner sa base électorale fait réagir un Sénateur républicain...il perd des appuis le président de pacotille...

"Orin Hatch, sénateur républicain de l'Utah: Mon frère et moi ne sommes pas allés à la guerre pour voir les nazis défiler chez moi."




Le calme semble être revenu à Charlottesville et le FBI a ouvert une enquête sur les affrontements violents entre suprémacistes blancs et contre-manifestants antiracistes ayant causé la mort d'au moins trois personnes, samedi.

Radio-Canada avec Reuters et Associated Press


La police fédérale sera appuyée par la police de l’État de Virginie.
Quatre personnes ont été interpellées après ces violences, dont James Fields, un jeune homme de 20 ans originaire de l'Ohio, qui est soupçonné d'avoir précipité sa voiture dans la foule de manifestants antiracistes, tuant une femme de 32 ans et blessant 19 personnes, dont cinq sont dans un état grave. L'homme est notamment accusé de meurtre au deuxième degré.
La police n'a pour l'instant pas fourni d'explication à cet acte, mais les services du procureur et le FBI ont ouvert une enquête, a indiqué le bureau local de la police fédérale américaine.
En entrevue avec l'Associated Press, la mère de l'accusé, Samantha Bloom, a raconté avoir été prévenue par son fils qu'il participerait à une manifestation, mais elle ignorait qu'il s'agissait d'un rassemblement de suprémacistes blancs.
« Je croyais que cela avait un lien avec [Donald] Trump qui n'est pas un suprémaciste blanc », a-t-elle expliqué en ajoutant qu'elle serait très surprise d'apprendre que les opinions politiques de son fils soient si extrêmes.

Ces incidents constituent un véritable défi politique pour Donald Trump, vivement critiqué à gauche comme à droite pour avoir tardé à réagir aux événements et pour ne pas avoir condamné explicitement les manifestants blancs racistes à l'origine des désordres.

Quelques heures après le début des affrontements, le président américain a tweeté que les incidents de Charlottesville avaient impliqué « diverses parties ». En ne dénonçant pas explicitement les suprémacistes blancs, Donald Trump s’est attiré les critiques de la classe politique américaine.
« Monsieur Trump – nous devons nommer ce mal comme il se doit. Ces gens étaient des suprémacistes blancs et il s’agit de terrorisme en sol américain », a écrit sur Twitter le sénateur du Colorado Cory Gardner.
Pour sa part, le sénateur de la Floride, Marco Rubio, a indiqué « qu’il n’y a rien de patriotique dans le nazisme, le KKK [Ku Klux Klan] ou le suprémacisme blanc. C’est l’inverse de ce que l’Amérique souhaite être. »

Or la ville étudiante ne semble pas en avoir terminé avec l’extrême droite, a annoncé l’organisateur de la manifestation « Unifier la droite ».
« Nous allons effectivement avoir de nouvelles manifestations à Charlottesville parce que nos droits constitutionnels sont bafoués », a déclaré un blogueur nationaliste blanc connu des organisations de défense des droits civiques, Jason Kessler.
Kessler avait organisé le rassemblement de samedi afin de protester contre le projet de retrait de la statue du général confédéré Robert E. Lee dans un parc de la ville.

Une manifestation « contre l'extrême droite » et en solidarité avec les victimes de Charlottesville aura lieu dimanche soir au square Phillips à Montréal.

andré

Messages : 5
Date d'inscription : 05/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Ven 18 Aoû - 15:34

avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Lun 21 Aoû - 9:34

Moins drôle:

Collision au large de Singapour: 10 marins d’un destroyer américain portés disparus Shocked

Question "repérage" de l'ennemi, il y de quoi se poser des questions:


Le destroyer lance-missiles USS John S. McCain.-AFP

Dix marins américains sont portés disparus et cinq ont été blessés dans une collision entre leur destroyer et un pétrolier au large de Singapour, le deuxième accident impliquant un navire de guerre américain en deux mois.

Le destroyer lance-missiles USS John S. McCain est entré en collision avec le navire marchand Alnic MC près du détroit de Malacca aux premières heures de la matinée, a précisé l’US Navy dans un communiqué.

«Les premiers rapports indiquent que l’USS John S. McCain a subi des dommages à bâbord arrière. Il y a actuellement 10 marins portés disparus et cinq ont été blessés», selon le communiqué.

Quatre des blessés ont été évacués en hélicoptère vers un hôpital de Singapour avec des blessures légères, tandis que le cinquième n’a pas eu besoin d’examens médicaux supplémentaires, a ajouté l’US Navy.

Des opérations de recherches sont en cours en coordination avec les autorités locales, tandis que le navire de guerre se dirigeait vers le port de Singapour, selon le communiqué, soulignant que l’incident ferait l’objet d’investigations.

Les opérations de secours ont été lancées dans cette région d’Asie du Sud-Est après la collision qui s’est produite lundi à 05H24 (21H24 GMT dimanche) alors que le destroyer faisait route vers le port de Singapour, selon l’US Navy.

Singapour a dépêché trois remorqueurs et quatre bateaux de garde-côtes, tandis que la Malaisie - – dont l’État de Johor (sud) est proche du lieu de la collision - – a dépêché huit bateaux et devait également envoyer un avion.

Un hélicoptère américain participait également aux recherches, tandis que deux autres avions américains étaient attendus sous peu dans la zone, selon l’US Navy.

Seconde collision en deux mois

«C’est regrettable», a déclaré le président américain, Donald Trump, dans une première réaction à des journalistes qui l’interrogeaient sur cette collision, à son retour de vacances à la Maison Blanche à Washington.

«Pensées et prières pour nos marins de l’US Navy à bord du John S. McCain où des efforts de sauvetage sont en cours», a ensuite ajouté M. Trump dans un tweet.

L’autre bateau impliqué dans la collision est un pétrolier battant pavillon du Liberia utilisé pour le transport de pétrole et produits chimiques et pesant plus de 30.000 tonnes, selon le site internet spécialisé dans l’industrie Marine Traffic.

C’est la seconde collision récente impliquant un navire de guerre américain.

Le 17 juin, sept marins avaient péri dans une collision entre le destroyer USS Fitzgerald et un porte-conteneurs battant pavillon philippin, au large de la ville japonaise de Yokosuka, où transitent de nombreux porte-conteneurs qui se rendent dans les ports de Tokyo et Yokohama.

Le bâtiment militaire avait été fortement endommagé côté tribord par un violent choc avec l’ACX Crystal, beaucoup plus massif. La collision avait provoqué une entrée d’eau dans une salle des machines, la salle de radio et des espaces de couchage, dans lesquels des plongeurs avaient retrouvé les corps des marins, âgés de 19 à 37 ans.

L’équipage du destroyer sera «certainement» tenu responsable de l’accident, avait déclaré il y a un mois un responsable du Pentagone.

Le destroyer USS John S. McCain impliqué dans la collision lundi s’était approché le 10 août à six milles marins du récif Mischief – récif Meiji en chinois -, qui fait partie de l’archipel disputé des Spratleys, avait alors indiqué sous couvert d’anonymat un responsable américain.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Александр le Mar 22 Aoû - 8:40

Collision entre un destroyer US et un pétrolier: mais comment est-ce possible?


Le destroyer américain USS Mc Cain a été percuté par un pétrolier, avec des victimes et de sérieux dégâts. à l’arrière.-AFP
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Caduce62 le Jeu 24 Aoû - 23:54

avatar
Caduce62

Messages : 3670
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et aux USA !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum