En Pologne

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

En Pologne

Message  benoit77 le Sam 22 Oct - 20:48

avatar
benoit77

Messages : 2173
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Matt le Sam 22 Oct - 22:21

Le sujet est créé.  Wink

Smolensk tout une histoire.

Selon un reportage de National Geographic, il s'agirait d'un accident.
Les boîtes noire russe de l'avion ET la troisième polonaise confirment cette version.

Si les russes ont eu la possibilité de "travailler" leurs boîtes noire, ils n'ont pu le faire avec la polonaise qui a été envoyée à Varsovie et ouverte par les polonais qui l'ont analysée.

Il faut savoir que Smolensk est un aéroport militaire et ne figure pas dans les ordinateurs des avions civils.
Le contrôleur de la base ne parlait que le russe, or à bord, seul le commandant de bord parlait russe.
Donc en plus de piloter (dans de très mauvaises conditions météo), il devait "gérer" la radio et tout ce qui va avec (entre autre navigation).

Je vais essayer de trouver ce reportage sur le net.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Caduce62 le Dim 23 Oct - 0:59

Hélicoptères : mais à quoi joue la Pologne ?

La Tribune
Par Michel Cabirol  |  13/10/2016
   
Jean-Yves Le Drian est intervenu lors du conseil des ministres de mercredi "pour déplorer, constater la manière inacceptable dont la Pologne a remis en cause un accord qui avait été signé sur les hélicoptères Caracal" d'Airbus Helicopters.

Ce n'est pas digne d'un gouvernement. La désinvolture de l'Etat polonais avec laquelle il a traité un allié fiable comme la France est "inacceptable", a estimé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. D'autant que la Pologne va lancer un nouvel appel d'offres pour des hélicoptères militaires pour "consoler" Airbus, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement conservateur de Varsovie, après l'abandon des négociations sur les Caracal du groupe européen et l'achat d'appareils américains Black Hawk.

"Pour consoler le groupe Airbus, je peux dire seulement qu'un nouvel appel d'offres sur des hélicoptères sera lancé et qu'il y aura la possibilité d'y participer", a royalement indiqué Rafal Bochenek à la radio publique Jedynka, sans donner de détail sur ce nouvel appel d'offres. Un lot de consolation, mais quel lot de consolation?
La Pologne, sous le précédent gouvernement centriste, avait prévu d'acheter 50 hélicoptères Caracal pour 13,5 milliards de zlotys (3,1 milliards d'euros, dont 700 millions d'euros de TVA polonaise) dans le cadre de la modernisation de son armée. Mais il a été battu aux élections législatives d'octobre 2015 par le parti conservateur et eurosceptique Droit et justice (PiS), qui n'a jamais accepté le choix du gouvernement précédent. Et le 4 octobre dernier, le nouveau gouvernement a annoncé officiellement l'annulation du contrat, ce qui a suscité une crise diplomatique entre Paris et Varsovie.

Des compensations pour la France?
Cette déclaration intervient au lendemain de l'annonce par le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewicz, de l'achat d'au moins 21 hélicoptères américains Black Hawk, fabriqués en Pologne. Deux premiers Black Hawk seront livrés par Lockheed Martin cette année et huit en 2017, a-t-il précisé. Une rapidité de livraison qui laisse à penser que Varsovie n'a pas joué clairement joué le jeu avec Airbus Helicopters et la France. A terme, l'armée polonaise a besoin de disposer de 50 à 70 appareils, fabriqués en Pologne mais aussi à l'étranger, avait-il aussi précisé.

La Pologne proposera à la France d'autres projets d'investissement, a annoncé pour sa part la Première ministre polonaise Beata Szydlo citée par l'agence de presse Pap. "Le gouvernement polonais a agi conformément aux intérêts de l'Etat polonais. C'est une conduite normale en affaires, personne n'a été trahi", a -t-elle estiméo à la chaîne de télévision Telewizja Trwam. La Pologne présentera au ministre français des Affaires étrangères des "propositions de coopération, dans un domaine d'investissement d'un autre genre, ou un achat d'autre équipement", lors de sa prochaine visite à Varsovie.

Mais les mensonges se poursuivent
Comme d'autres ministres polonais, Rafal Bochenek a rejeté mercredi sur Airbus la responsabilité de l'abandon des négociations sur les hélicoptères multirôles, lui reprochant d'avoir fait une offre insuffisante de compensations industrielles (offset) accompagnant le contrat évalué à 13,4 milliards de zlotys (3,14 milliards d'euros), toutes taxes comprises. Il a mis en doute l'argument soulevé par l'avionneur de vouloir créer 6.000 emplois liés à tous ses investissements en Pologne, y compris sans lien direct avec les Caracal.

"Dommage que les lettres avec de tels arguments sont écrites après la fin des négociations car ce genre d'information n'est inscrit dans aucun des documents officiels présentés par Airbus", a insisté Rafal Bochenek. Et si Airbus Helicopters publiait ces documents officiels...

"Le contrat a été aiguillé en direction du producteur français et a ignoré le producteur polonais", a déclaré Antoni Macierewicz au diffuseur TVP Infor. "La Pologne est à la recherche de contreparties". Le ministre polonais de la Défense a également accusé mercredi Airbus d'être responsable de l'annulation de la commande d'hélicoptères passée à sa filiale Airbus Helicopters et estimé que le constructeur devrait indemniser la Pologne pour les pertes financières qu'elle pourrait essuyer.

Des mensonges dénoncés par la Plateforme civique (PO) aujourd'hui dans l'opposition, reproche au parti Droit et Justice de nuire aux intérêts des Polonais par opportunisme électoral. Grzegorz Schetyna, chef de file de la PO, a souligné mardi que les usines de l'américain Sikorsky, filiale de Lockheed Martin et AugustaWestland, filiale de l'italien Finmeccanica étaient situées dans des régions où le PiS bénéficie d'un fort soutien populaire.

Jean-Yves Le Drian furieux...
En France, la façon dont Varsovie a géré ce dossier ne passe décidément pas. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a déploré mercredi en Conseil des ministres "la manière inacceptable" dont la Pologne a "remis en cause" l'accord pour l'acquisition des 50 Caracal, a expliqué le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Jean-Yves Le Drian est intervenu "pour déplorer, constater la manière inacceptable dont la Pologne a remis en cause un accord qui avait été signé sur les hélicoptères Caracal" d'Airbus Group, a précisé Stéphane Le Foll, lors du compte rendu du Conseil.

Le porte-parole du gouvernement a rappelé que "c'est ce qui avait conduit le président de la République à annuler un déplacement en Pologne" prévu le 13 octobre. Heureusement... Car la Pologne a annoncé mardi l'achat d'au moins 21 hélicoptères américains Black Hawk, après avoir abandonné des négociations sur les hélicoptères.  L'annonce de la décision de Varsovie le 4 octobre a jeté un froid dans les relations franco-polonaises. Mardi soir, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault s'est entretenu au téléphone avec son homologue polonais, notamment à propos de l'affaire Caracal, a annoncé la partie polonaise, sans autres précisions.

... et Tom Enders très furieux
Mardi, le patron d'Airbus Group, Tom Enders, s'en est pris violemment à Varsovie, disant avoir "l'impression d'avoir été mené en bateau pendant des mois par l'actuel gouvernement polonais" conservateur. Il a annoncé que son groupe allait "demander réparation", sans plus de précision.
"Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement", avait réagi mardi le  patron d'Airbus Group, Tom Enders, ajoutant avoir "l'impression d'avoir été menés en bateau pendant des mois par l'actuel gouvernement polonais".

Préférer un hélico américain des années 80 et 5 fois plus cher ShockedShockedShocked
avatar
Caduce62

Messages : 5465
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Matt le Dim 23 Oct - 12:25

Matt a écrit:Selon un reportage de National Geographic, il s'agirait d'un accident.
. . .
Je vais essayer de trouver ce reportage sur le net.
Je ne le trouve qu'en anglais . . .  Embarassed


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Matt le Dim 23 Oct - 12:46

Polish Air Force - Tupolev TU-154M Smolensk, Russie 10 Avril 2010

Le Tupolev 154M opéré par l’armée de l’air polonaise avait décollé de Warszawa (Pologne) à destination de Smolensk (Russie). 88 passagers et 8 membres d’équipage avait pris place à bord, dont le président polonais Lech Kaczynski. L’appareil a été détruit lorsqu’il s’est écrasé durant son approche sur l’aéroport de Smolensk. Les 96 personnes à bord ont été tuées.

Les conditions météos à Smolensk étaient mauvaises au moment de l’accident, avec un épais brouillard. Durant son approche sur l’aéroport, les contrôleurs aériens ont informé l’équipage du Tupolev de la mauvaise visibilité (400 mètres de visibilité étaient annoncés) et lui ont recommandé de se dérouter sur un autre aéroport. L’équipage a répondu qu’il allait faire une tentative d’atterrissage, et se dérouter s’il n’arrivait pas à se poser. L’approche a été réalisée en pilote automatique et l’autothrust.

18 seconds avant l’impact avec le premier obstacle, les calculateurs de l’avion ont détecté le risque de collision avec le sol, ce qui a déclenché une alarme dans le cockpit. 5 secondes avant l’impact, l’équipage a décidé de remettre les gaz et le pilote automatique a été déconnecté. Mais l’avion a percuté à ce moment un premier obstacle à 40 mètres à gauche de l’axe de piste, et 1100 mètres avant le seuil de piste. A cette distance, sur un plan d’approche standard à 3°, l’avion aurait du se trouver à une hauteur de 60 mètres (200 ft). Le troisième impact a été la collision de l’aile gauche avec un arbre de 8 mètres de haut, avec un tronc de 30 à 40 cm de diamètre, à 840 mètres du seuil de piste et 80 mètres à gauche de l’axe. Ce troisième impact a été fatal : l’aile gauche s’est brisée, et l’avion s’est retourné et s’est écrasé 5 secondes plus tard. L’épave a été retrouvée vers 350 à 500 mètres avant le seuil de piste, un peu à gauche de l’axe de piste. Les forces de plus de 100g subit au moment du crash ne laissaient aucune chance de survie aux occupants.

Les enquêteurs ont remarqué le côté inhabituel de l’interaction de l’équipage, puisqu’un navigateur était présent à bord, en plus des trois personnes requises (pilote, copilote, mécanicien navigant) pour piloter l’avion. Tous les entraînement, procédures et manuels sont réalisés pour 3 membres d’équipage, et non 4.

L’enregistreur d’ambiance dépouillé par les enquêteurs a également permis de révéler la présence de personnes dans le cockpit ne faisant pas partie de l’équipage, environ 20 minutes avant l’accident.

Les sauveteurs qui sont arrivés sur place n’ont pu que constater les débris éparpillés au milieu des arbres, et de nombreux petits incendies sur la zone. La dérive de l’appareil avec les couleurs rouge et blanche de la nation polonaise était bien visible parmi les débris.

Trois vols devaient se poser au moment de l’accident: le premier était un Yakovlev YAK-40, transportant les journalistes accompagnant le président polonais. L’avion s’est posé sans problème. Le second était un Ilyushin IL-76 russe, qui après deux tentatives d’atterrissage manquées a décidé de se dérouter ailleurs. Le troisième était le Tupolev TU-154M présidentiel.

Le bureau d’enquête accident polonaise a émis en juillet 2011 le rapport final de l’accident. Le rapport conclut que la cause immédiate de l’accident est une descente en dessous de l’altitude de descente minimum à un taux de descente excessif dans des conditions météorologiques qui empêchaient d’établir le contact visuel avec le sol, et l’exécution tardive de la manœuvre de remise des gaz. Ces circonstances ont entraîné à un impact avec des obstacles au sol, ce qui a arraché une partie de l’aile gauche (dont l’aileron) et conduit à la perte de contrôle de l’appareil et au crash.

Les facteurs contribuant à l’accident sont :


  • Le non contrôle de l’altitude sur l’altimètre pendant l’approche de non précision.

  • La non réponse de l’équipage à l’alarme « PULL UP » générée par l’avertisseur de proximité du sol.

  • L’exécution de la manœuvre de remise des gaz en mode automatique.

  • La confirmation de la part des contrôleurs aériens d’approche que l’avion avait une position correct par rapport au seuil de piste, au plan de descente et au cap, ce qui a pu conforter l’équipage que leur approche se déroulait normalement alors qu’il était déjà hors des limites permises.

  • Les contrôleurs qui n'ont pas informer l’équipage d’une descente en dessous du plan de descente.

  • Un entraînement incorrect des équipages du régiment 36 sur TU-154M.


D’autres facteurs considérés comme non favorables ont été identifiés :

  • Mauvaise coordination de l’équipage, ayant entraîné une surcharge du commandant de bord sur la fin du vol.

  • Mauvaise préparation du vol.

  • La connaissance insuffisante de l’équipage des systèmes de l’avion et de leurs limitations

  • Mauvaise surveillance croisée entre les membres d’équipage et correction inappropriée des erreurs commises.

  • Composition de l’équipage inappropriée pour la tache.

  • Supervision inefficace de l’armée de l’air polonaise sur les entraînements du régiment 36.

  • Le régiment 36 n’a pas établi de procédures couvrant les actions de l’équipage et la répartition des tâches lorsque les minimas d’approche ne sont pas atteints.

  • Les performances variables du support au vol des contrôleurs sur les 12 derniers mois, en particuliers lors de mauvaises conditions météorologiques, et le manque d’expérience pratique des contrôleurs sur l’aérodrome de Smolensk Nord.



Avion de même type que celui accidenté (Tupolev TU-154M)



Photos de l'accident de la compagnie Polish Air Force (10 Avril 2010)


Cliquez sur une des photos de l'accident pour l'agrandir

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Александр le Mar 25 Oct - 11:13

En support à l'Ukraine:

Polish Sejm adopts statement in support of journalists Sushchenko, Semena



A group of members of the Polish Sejm has adopted a statement on arbitrary persecution in Russia of Ukrinform's correspondent in France Roman Sushchenko and Radio Liberty’s journalist in Crimea Mykola Semena, calling on Russian authorities to release them immediately.

The statement was signed by 15 members of the lower house of the Parliament of Poland, an Ukrinform correspondent reports from Poland.

"We voice our protest against the arrest of Roman Sushchenko, the correspondent of the Ukrainian National Information Agency "Ukrinform" in France, and Mykola Semena, the representative of the Radio Liberty’s Crimean office, by the authorities of the Russian Federation" the statement says.

The statement underscores that the circumstances of the arrest indicate that the journalists are being persecuted for their professional journalistic activities. It is noted that journalists are brought unfounded criminal charges against, particularly, of alleged spying. The MPs point out that these actions indicate a "clear violation of human rights, freedom of speech and are intended to intimidate journalists."

"We call on the Russian authorities to immediately release Roman Sushchenko, Mykola Semena, as well as other citizens of Ukraine, who are held in Russian prisons and pretrial detention facilities for political reasons," the Polish legislators noted.

Toujours aide "entre amis":

Aide to Polish legislator caught smuggling cigarettes, amber (Photo)

An aide to the deputy of the Polish Sejm attempted to smuggle across the border checkpoint Krakivets 2,430 packs of cigarettes with Ukrainian excise stamps and 11.8 kg of raw amber, according to the State Border Guard Service press secretary Oleh Slobodyan.


On October 24, at about 23:00, a Chrysler vehicle with Polish registration plates was moving through Krakivets checkpoint from the Ukrainian direction. The driver, a Polish citizen born in 1995, said he was the aide to the deputy of the Polish Sejm and asked for priority pass, citing service trip in important state affairs, Slobodyan wrote on Facebook.

However, as a group of border guards and customs officers examined the vehicle, the batch of 2,430 packs of cigarettes with Ukrainian excise stamps and 11.8 kg of raw amber was found under the rear seat and in the trunk. "Both the vehicle and the goods have been seized. The investigation is underway," Slobodyan wrote.

 Suivre le lien pour les photos. Wink

Nearly 900 vehicles piled up at Ukrainian-Polish border



As of 08:00, October 25, some 890 vehicles piled up at a number of crossing points at Ukrainian-Polish border.

This is reported by the western regional department of the State Border Guard Service of Ukraine.

In particular, 120 vehicles stuck in line at Yahodyn-Avto crossing point, 150 - at Rava-Ruska, 150 - at Uhryniv, 200 - at Ustyluh, 100 - at Krakivets, 70 - at Shehyni, 50 - at Hrushiv, another 50 cars at Smilnytsia crossing point in Ukraine's western regions.

As reported, there are no lines at the crossing points on the border of Ukraine with Slovakia, Moldova, Romania, and Hungary.
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  benoit77 le Ven 11 Nov - 21:14

avatar
benoit77

Messages : 2173
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Matt le Ven 11 Nov - 22:18

Avant, je me retranchais derrière le reportage de National Geographic, mais vu leur reportage sur Trump, je revois ma position et cherche plus d'infos.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 8123
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 58
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Александр le Ven 20 Jan - 15:40

Pologne : les soldats américains accueillis en héros


Quelques jours avant la passation de pouvoir à Washington, une brigade de soldats de l'Otan a pris position en Pologne. Objectif : montrer les muscles face à la Russie de Vladimir Poutine.

C'est près de la frontière allemande, dans la ville polonaise de Zagan, qu'a eu lieu, la semaine dernière, la cérémonie d'accueil des soldats américains. Entre 3 500 et 4 000 militaires stationneront dans le pays, dans le cadre du renforcement de l'Organisation du traité de l'Atlantique (Otan) en Europe de l'Est.

« C'est un grand jour pour nous », a déclaré la première ministre polonaise, Beata Szydlo. Les soldats américains « sont les représentants de la meilleure, la plus puissante, la plus merveilleuse armée du monde. Leur présence en Pologne est une nouvelle étape dans la stratégie adoptée par mon gouvernement pour renforcer la sécurité de la Pologne et de notre région ».

De fait, la « Brigade de Fer », venue du Colorado, a vocation à être déployée, par rotations, dans six autres pays membres de l'Otan : la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et les trois pays baltes. Une mission inscrite dans le cadre de l'opération « Atlantic Resolve », décidée par l'administration de Barack Obama en réaction à l'annexion de la Crimée par la Russie, en 2014.

Une « menace » pour la Russie

Du côté du Kremlin, on voit évidemment d'un mauvais œil ce déploiement des forces de l'Otan dans les anciens pays vassaux de la Russie soviétique. Les autorités russes ont qualifié l'entrée des soldats américains de « menace » pour leur pays.

Si aucun officiel présent lors de la cérémonie à Zagan n'a explicitement mentionné la Russie, cela n'a pas été le cas du ministre polonais de la Défense, qui a rappelé la guerre entre la Russie et la Géorgie en 2007, le conflit en Ukraine ou encore les « agressions cybernétiques et politiques » qui ont frappé, bien avant la campagne américaine, les pays baltes.

Reste à savoir quelle inflection donnera Donald Trump à l'Otan après sa prise de fonction. Durant la campagne, le candidat, qui ne cache pas sa volonté de rapprocher son pays de la Russie, avait martelé que les Etats-Unis n'avaient pas vocation à protéger des pays membres de l'Otan qui ne s'acquitaient pas d'un effort financier suffisant en direction de leur défense
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

En Pologne

Message  Александр le Mar 4 Avr - 11:07

Ce sujet manquait aussi. Wink

La Pologne accuse les contrôleurs aériens russes au sujet du crash de Smolensk

Les procureurs polonais ont déclaré lundi qu'ils imposeraient des accusations contre deux contrôleurs de la circulation aérienne russes de provoquer délibérément un accident d'avion en 2010 qui a tué le président de la Pologne et 95 autres personnes, selon Reuters.

L'accident près de Smolensk dans la Russie de l'Ouest a tué le président polonais Lech Kaczynski et son épouse, ainsi que le chef de la banque centrale, le grand chef de l'armée et plusieurs législateurs, a rapporté Reuters.

Une enquête menée par le gouvernement centriste précédent a rendu un verdict d'erreur pilote, mais le parti de loi et de justice (PiS) dirigé par Jaroslaw, le frère jumeau de Kaczynski, a déclaré que le crash aurait pu être causé par une explosion à bord.

Les procureurs ont déclaré lundi que, entre autres, une nouvelle analyse des enregistrements de conversations entre les pilotes et les contrôleurs russes justifiait de faire pression sur les accusations.

[ltr]"Une analyse de la preuve ... a permis aux procureurs de formuler de nouvelles accusations contre les contrôleurs de la circulation aérienne, citoyens de la Fédération de Russie", a déclaré le procureur général adjoint polonais Marek Pasionek lors d'une conférence de presse.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que les circonstances de la tragédie ont déjà été soigneusement étudiées.
[/ltr]
[ltr]"Et il n'est certainement pas possible d'être d'accord avec de telles conclusions", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique quotidienne avec des journalistes, se référant aux accusations faites par les procureurs polonais.[/ltr]
[ltr]La Russie a jusqu'à présent refusé de renvoyer l'épave du jet en Pologne, membre de l'OTAN et de l'Union européenne, en citant sa propre enquête.

Les accusations des procureurs polonais, que les PiS ont placés sous le contrôle direct du gouvernement, risquent d'aggraver les relations avec la Russie - déjà tendues sur le conflit en Ukraine - et d'accroître les tensions au sein de la société polonaise.

L'accident a été le pire sinistre en Pologne depuis la Seconde Guerre mondiale et a laissé la société profondément divisée sur ses causes.

Les procureurs polonais ont également déclaré lundi que la réouverture des cercueils des victimes, qui avait été scellée en Russie, a jusqu'à présent révélé que dans deux cas restent dans les faux cercueils et dans cinq cercueils, il y avait des fragments d'autres corps.

Les procureurs ont également déclaré qu'ils coopéreraient avec des laboratoires étrangers pour vérifier s'il y avait des traces d'explosifs sur les restes des victimes.

L'accident a eu lieu alors que les pilotes tentaient d'atterrir un TU-154 soviétique dans de lourds brouillards dans un aéroport rarement utilisé près de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, pour participer à des commémorations de 22 000 officiers polonais exécutés par la police secrète soviétique en 1940.
[/ltr]
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Thuramir le Mar 4 Avr - 15:19

Dans le cas présent, ces accusations semblent fortement relever du procès d'intention, qui est un des moteurs de la surenchère nationaliste de Jaroslaw Kaczynski. Une enquête, à laquelle la Pologne a été part prenante, a précédemment conclu à une faute de vol du pilote et du copilote de l'avion présidentiel, suite aux pressions exercées sur eux par l'ex-président Lech Kaczynski : http://www.lalibre.be/actu/international/kaczynski-et-des-responsables-ont-fait-pression-sur-l-equipage-51b8cbf1e4b0de6db9bf6714
avatar
Thuramir

Messages : 2731
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Александр le Mar 4 Avr - 15:50

Il y a à ce sujet le reportage controversé de Nat Geo qui dit la même chose en substance.
Il y aurait même eu des personnes "étrangères" à l'équipage dans le cockpit (=> la pression)
Autre soucis, Smolensk est un aéroport militaire et n'est donc pas repris par les ordinateurs de bord des avions commerciaux.
Une couche supplémentaire, le contrôleur russe ne parlait que russe et pas anglais.
Seul, le commandant de bord parlait russe et faisait la radio. Ce qui l'éloignait de ses tâches normales lors d'un atterrissage.
Dernière couche finale, la météo était très mauvaise (brouillard).
Atterrir sans instruments sur une piste "invisible" à vue relevait de la gageure dans ces conditions.

A noter qu'il y avait trois boîtes noire.
Deux russes d'origines (audio et données technique du vol, contrôlées plus tard à Moscou) et un polonaise (données de vol principales, contrôlée à Varsovie).
Les trois ne se contredisaient pas.
avatar
Александр

Messages : 5390
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Ven 21 Juil - 16:56

Atlantico : Dénoncée par l’opposition comme un « coup d’Etat » réduisant l’indépendance de la justice. Ce n'est pas la première fois que l'UE est en froid avec le gouvernement polonais. Aujourd'hui, Varsovie risque-t-elle d'être mise au ban de l'UE ?

Florent Parmentier : En Pologne comme dans tout pays en transition, la question de l'indépendance de la justice reste un problème fondamental pour tout Etat s'acheminant vers un système démocratique.



L’indépendance de la justice du pouvoir politique est l’une des conditions de l’avènement d’un Etat de droit dans les anciennes démocraties populaires. 
Comme j’avais pu le montrer dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit (Presses de Sciences Po, 2014), cette émergence de l’Etat de droit concerne tant des institutions que des hommes, une mécanique qu’un esprit ; or, si changer de Constitution peut prendre seulement quelques mois, changer d’état d’esprit peut réclamer plus de temps. En changeant les règles de fonctionnement de la Cour suprême, le pouvoir polonais ne joue plus selon les règles, mais avec les règles. Il contribue à créer un terrain de jeu inégal entre la majorité, qui estime avoir tous les droits de par l’onction du suffrage universel, et l’opposition qui dénonce depuis le retour du PiS au pouvoir les reculs de l’Etat de droit. Là où au cours des années 1990 les élites d’Europe Centrale voyaient une opinion publique considérer l’Europe comme un moyen de les contrôler, une partie des élites centre-européennes jouent aujourd’hui l’humeur de la population (et notamment des déclassés de la transition) contre les institutions de Bruxelles. Ce trait ne se limite pas aux pays centre-européens, mais ils font valoir cette ligne au niveau européen. 

 
L’arrivée du PiS au pouvoir en automne 2015 a suscité une certaine méfiance de la part des institutions européennes. Le Commissaire Frans Timmermans s’est exprimé clairement ces derniers mois à ce sujet, au point de devenir pour Gazeta Wyborcza l’homme de l’année 2017, qui voit en lui le « porte-parole de la démocratie » en Pologne. 
Varsovie risque-t-elle pour autant de se retrouver mise au ban de l’UE ? Rien n’est moins sûr, tant la Pologne reste un Etat important. Le pays pourrait toutefois se trouvé marginalisé par rapport à un duo franco-allemand en passe de retrouver une certaine efficacité. 
Cyrille Bret : Sur le plan idéologique, le parti conservateur PiS au pouvoir en Pologne, a choisi de placer le pays à la pointe de plusieurs débats et combats internes à l’Union européenne. En matière de protection des minorités (politiques, sexuelles, etc.), le PiS défend un modèle démocratique divergent de l’Etat de droit : le contrôle par les institutions judiciaires, les contre-pouvoirs attribués à l’opposition parlementaire, les garanties apportées aux médias sont affaiblies, au nom d’un culte tout rousseauiste de la majorité. En d’autres termes, les minorités ont tort du fait même qu’elles ne sont pas la majorité. Cela se traduit sur le plan institutionnel et géopolitique au sein de l’UE : la Pologne du PiS a repris le flambeau du souverainisme, de l’anti-fédéralisme et de l’euroscepticisme laissé par le Royaume-Uni après  le Brexit alors même que la Pologne sort de deux décennies d’europhilie aiguë matérialisée par le fait que le pays est le premier récipiendaire des fonds structurels européens.
En d’autres termes, sur le plan idéologique et géopolitique, le PiS à choisir d’animer un front interne à l’UE, en rupture avec les précédents gouvernements polonais.
 

Quelles seraient les conséquences pour l'Union Européenne si la Pologne venait à quitter l'UE ? L'UE peut-elle vraiment se le permettre un "Poxit" ?

Florent Parmentier : Il est vrai que les dirigeants polonais actuels ont fait part de leurs divergences politiques avec les autorités de Bruxelles, préférant proposer le modèle d'une Europe des nations.



Ce constat n'est guère surprenant si l'on considère que la Pologne pense avoir recouvert son indépendance en 1989, en sortant du bloc de l’Est. 

Toutefois, si la critique de Bruxelles est facile, les dirigeants polonais au pouvoir ne pensent en aucun cas à sortir de l’Europe, ce qui constituerait un problème de sécurité et affaiblirait son discours euro-atlantique. Sans l’Union européenne, la Pologne ne pourrait ni espérer influencer le jeu de l’Allemagne, ni espérer infléchir la position européenne à l’égard de la Russie, obsession polonaise par excellence. Le scénario d’un « Poxit » paraît de fait hautement improbable. La Pologne cherche davantage à peser sur l’Union européenne qu’à l’infléchir. 
 
Cyrille Bret : Une Europe sans la Pologne serait sur le point d’éclater. Le miracle économique polonais est un des plus grands succès des politiques d’intégration de l’UE. Aucun autre pays ayant adhéré en 2004 ne peut rivaliser avec la Pologne. Le pays est devenu tout à la fois un moteur économique pour l’Europe orientale, un poste avancé de la résistance à l’activisme russe, un vivier de renouvellement des élites bruxelloises avec la nomination de Donald Tusk, un facteur de puissance à l’est, un gage de l’atlantisme de l’UE… Le PiS sait que l’UE ne peut se passer de la Pologne et en joue. Qu’il n’oublie pas non plus que la Pologne ne peut pas davantage se passer de l’UE.
 
 

Outre l'article 7, la possibilité de lancer des « procédures d'infractions » contre Varsovie a été évoquée. Quelles seraient les conséquences de ces deux sanctions pour le pays ? 

Florent Parmentier : L’article 7 des traités de l’Union européenne concerne la possibilité de priver un Etat de ses droits de vote au Conseil : elle n’a pour le moment encore jamais servi, mais constituerait une mise au ban de l’Union européenne. Cette mise à l’écart entrainerait probablement un renforcement de la polarisation du débat en Pologne entre majorité et opposition, entre les Polonais connectés ayant profité de la transition et ceux qui se trouvent marginalisés. On peut en conclure que cela renforcera l’instabilité du pays. Quant à la possibilité de lancer les « procédures d’infraction » au droit de l’UE, elle est souhaitée par certains à la Commission, qui ne veulent pas être à nouveau accusés d’être trop conciliant comme elle en avait été accusé à propos des manœuvres de Viktor Orban. 
Une chose est sûre : le poids de la Pologne se trouvera amoindrie dans les prochains mois, quand bien même elle trouverait des alliés en Europe Centrale. L’incertitude provoquée par les tensions actuelles est encore renforcée par le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. 
 
Cyrille Bret : Pour la politique intérieure des deux pays, l’établissement de sanctions contribuerait sans doute, dans un premier temps, à renforcer les partis au pouvoir, le PiS et le Fidezs. En effet, les sanctions auraient pour effet de regrouper les opinions publiques autour de leurs dirigeants. Mais dans un second temps, les gouvernements en question seraient assurément contestés par les partis d’opposition sur le thème : le PiS et le Fidezs placent en situation de faiblesse la Pologne et la Hongrie dans l’économie de l’UE, dans la géopolitique du continent et dans les institutions de Bruxelles.
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Ven 21 Juil - 17:00

[size=41]Dans les échos, aujourd'hui.[/size]


[size=41]Pologne : forte mobilisation contre la réforme judiciaire[/size]

DANIEL BASTIEN Le 21/07 à 15:54Mis à jour à 16:50 
 


Entre 14.000 personnes, selon la police, et 50.000, selon la mairie, ont manifesté jeudi soir rien qu’à Varsovie, devant le palais présidentiel, en demandant au président de la République Andrzej Duda d’opposer son veto à la réforme de la Cour Suprême - Czarek Sokolowski/AP/SIPA


Des dizaines de milliers de manifestants ont protesté contre le vote de la réforme de la Cour Suprême par la Diète. Le Sénat pourrait également voter le texte ce vendredi. Varsovie se met ainsi davantage à dos l'Union européenne.


Varsovie persiste et signe dans sa volonté d'imposer une réforme de la justice contestée tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. La Diète, la chambre basse du Parlement dominée par le Parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, a adopté jeudi après-midi après trois jours de débats d'une rare violence le projet de loi qui va permettre à l'exécutif polonais d'exercer une forte influence sur le fonctionnement de la Cour Suprême du pays.

Le vote au Sénat assuré


Ce texte prévoit la mise à la retraite et le remplacement des juges de la Cour suprême, à l'exception de ceux choisis par une commission judiciaire désignée par le Parlement, alors que la Cour se prononce, notamment, sur la validité des élections. Le vote du Sénat, qui pourrait intervenir dès ce vendredi, est assuré d'avance puisque le PiS y détient également la majorité.
À LIRE AUSSI



Varsovie se met ainsi davantage à dos l'Union européenne, qui l'avaitaverti la veille des risques de sanctions si le gouvernement de la Première ministre Beata Sydlo ne renonçait pas à son projet; elle a également mis des dizaines de milliers de Polonais dans la rue jeudi soir, alors que l'opposition dénonce un « coup d'Etat » contre l'indépendance du système judiciaire. Dans la soirée, entre 14.000 personnes, selon la police, et 50.000, selon la mairie, ont manifesté rien qu'à Varsovie, devant le palais présidentiel, en demandant au président de la République Andrzej Duda d'opposer son veto à la réforme.

Deux autres réformes déjà votées


Deux autres textes ont d'ailleurs été déjà été votés le 12 juillet en ce sens. Le premier dispose que les membres du Conseil national de la magistrature seront désormais choisis par le Parlement. Le second a modifié le régime des tribunaux de droit commun, dont les présidents seront désormais nommés par le ministre de la Justice.


 Nous dynamitons notre système judiciaire.

L'opposition voit dans ces réformes, qui consacrent la subordination des tribunaux aux politiciens, un affaiblissement de la séparation des pouvoirs et une tentative des conservateurs de contrôler l'ensemble de la vie sociale. Le médiateur polonais pour les droits de l'homme, Adam Bodnar, a déclaré devant les députés que ces textes de loi allaient « priver les citoyens du droit à une justice indépendante ». « Nous dynamitons notre système judiciaire », a-t-il déclaré en réponse aux arguments du PiS -toujours en tête des sondages d'opinion- qui soutient que les magistrats doivent être tenus responsables de leurs décisions et que l'administration doit servir tous les Polonais et non les seules « élites ».

Bruxelles fait pression


« Nous ne les laisserons pas piétiner les valeurs européennes. Nous ne les laisserons pas nous faire expulser de l'Union européenne ", a de son côté déclaré Wladyslaw Kosiniak-Kamysz, chef de file du Parti paysan polonais (PSL).


À LIRE AUSSI



Donald Tusk, le président du Conseil européen, a publié jeudi une déclaration mettant en garde contre un « scénario noir » débouchant sur « la marginalisation de la Pologne en Europe » puisque son gouvernement va à l'encontre de ses valeurs : « L'Union européenne ne se résume pas à de l'argent et des procédures. C'est d'abord et avant tout des valeurs et des critères élévés de la vie publique », a dit l'ancien Premier ministre polonais, qui a demandé jeudi à rencontrer le président Andrzej Duda ... qui a réfusé. « Nous ne céderons pas à la pression », a prévenu jeudi soir la Première ministre Beata Szydlo lors d'une allocution à la télévision publique. « Nous ne serons pas intimidés par les défenseurs polonais et étrangers des intérêts de l'élite. ».
« Nous sommes désormais très proches de déclencher l'article 7 du traité de l'Union européenne », a pour sa part indiqué la Commission européenne.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/monde/europe/030458554445-pologne-forte-mobilisation-contre-la-reforme-judiciaire-2103553.php#wT32Htj2LAjQzwc2.99
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Sam 22 Juil - 14:16

[size=42]En dépit des avertissements de l'UE, les députés ont voté une réforme de la Cour suprême qui réduira l'indépendance de la justice. Explications du politologue Georges Mink.[/size]


 Justine Benoit Publié le 22 juillet 2017 à 07h55




Des dizaines de milliers de Polonais sont descendus dans la rue jeudi pour protester contre la réforme judiciaire votée jeudi 20 juillet par les députés. Par cette réforme, le parti au pouvoir Droit et Justice (Pis) fragilise  un peu plus encore l’indépendance du système judiciaire, au risque de mettre en péril l’Etat de droit
L'exécutif disposera désormais d’une forte influence sur la Cour suprême : une nouvelle étape vers l’autoritarisme. Le parlement polonais a ignoré la mise en garde de la Commission européenne, qui avait sommé Varsovie, mercredi 19 juillet, de "mettre en suspens" ses réformes du système judiciaire. 
Georges Mink, sociologue et politologue spécialiste des systèmes sociaux et politiques des pays d’Europe centrale et orientale, analyse ce choix politique très inquiétant en Europe.

Qu’est-ce que le vote de cette réforme judiciaire montre de la stratégie du parti Pis ?





Le parti Droit et justice (Pis) a été élu démocratiquement, mais ne possède pas la majorité constitutionnelle de deux tiers. Les députés ne peuvent donc pas s’attaquer directement à la Constitution et la changer en fonction de leurs objectifs politiques. Ils sont en quelques sortes obligés de bricoler, comme avec cette réforme judiciaire.
Leur objectif consiste à déshabiller les institutions politiques de tout contrôle démocratique. Ils ont dans un premier temps enlevé toute possibilité de jugement autonome au tribunal constitutionnel, l’instance centrale qui décide de la conformité entre les lois et la Constitution. La grande majorité de ses membres est en effet dévouée à leur cause et même désignée par eux.
Dans un second temps, Pis tente d’ôter toute autonomie et indépendance au système judiciaire dans son ensemble. Il cherche à bafouer l’un des principes fondamentaux des démocraties modernes, la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. La réforme qui vient d’être votée va démettre de leurs fonctions tous les juges du conseil national et de la Cour suprême, et les remplacer par ceux désignés par le Parlement.
Or cette impression d’indépendance est très artificielle car, même si Pis n’a pas la majorité des 3/5e, il peut s’allier avec le parti satellite Kukiz’15, qui vote à 80% dans le sens de Droit et Justice. Donc cette nomination par le Parlement est un leurre. Toute la fonction judiciaire sera entre les mains de Pis.




Le parti a clairement défié la Commission européenne, qui l’avait pourtant mis en garde. Que peut désormais faire cette dernière pour préserver l’Etat de droit ?
Menacer l’Etat de droit revient à bafouer les normes et les règles consignées dans les traités de l’Union européenne. La Commission peut donc déclencher une procédure de surveillance de l’Etat de droit - procédure dont fait déjà l’objet la Pologne depuis 2016, lorsque Pis a pris le contrôle du tribunal constitutionnel. Mais ce vote sonne comme  un nouveau défi, car le parti a montré qu’il n’avait que faire de l’injonction de l’Union européenne.
La Commission doit agir. Elle peut donc prononcer des sanctions financières, à la majorité qualifiée. Mais la menace la plus importante, c’est celle de "l’arme nucléaire" : l’article 7 du traité de l’Union européenne, qui peut aller jusqu'à priver un Etat de ses droits au sein de l’Union européenne, comme le droit de vote au Conseil. Sauf que le vote doit être cette fois-ci unanime et la Hongrie a déjà annoncé qu’elle ne voterait pas contre la Pologne. Cette sanction reste donc peu probable.  
Ce qui est très dommageable également, c’est que la Pologne avait l’image d’un pays extrêmement pro-européen. La population polonaise est d’ailleurs pro-européenne à 70%. Elle ne veut absolument pas sortir de l’UE. Mais ce pays démocratiquement exemplaire se transforme peu à peu en un pays autoritaire et anti-démocratique.
[size=26]Pologne : quand les nationalistes au pouvoir veulent réécrire l'Histoire

Il y a pourtant des manifestations dans le pays contre le parti au pouvoir…
Les réformes de Pis ne se passent effectivement pas sans résistance. Des milliers de personnes se mobilisent et descendent dans la rue. Ce qui est nouveau d’ailleurs, c’est la présence des jeunes. C’est un véritable tournant car ils se rendent compte qu’ils sont directement concernés par l’arbitraire qui va régner dans le domaine judiciaire. La présence de la jeunesse vient renforcer le mouvement social polonais.
Quel sera le prochain mouvement du parti Pis ? 
Le parti avance petit à petit mais progresse vite. Le prochain obstacle auquel il va se confronter, ce sera sûrement les médias privés et indépendants. C’est grâce à ces médias que la population polonaise est informée de toutes les entorses anti-démocratiques faites au système politique. Les débats autour de cette réforme judiciaire ont par exemple été retransmis par une télé privé, TVN 24, la radio TOK FM, et relayés par les journaux indépendants. Et ça, le parti Pis ne peut pas l’accepter, car c’est précisément ces médias qui font descendre la population polonaise dans la rue. Alors, leur prochain mouvement va probablement consister à trouver le moyen de museler les médias indépendants.  
Propos recueillis par Justine Benoit[/size]
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Krispoluk le Sam 22 Juil - 14:26

Ah ! Voilà un pays qui me plaît de plus en plus ! cheers

Il sait résister à la pression du monstre politique appelé UE qui prétend imposer sa loi à tous (Orwell 1984) et ses instances politiques régulièrement et largement élues, résistent aux quelques dizaines de milliers de gauchos de service qui n'ont rien d'autre à foutre que d'aller manifester dans les rues (comme en France, quoi !)

Bientôt le dernier village d'irréductibles gaulois en Europe... Je sens que ma retraite sera très intéressante et très heureuse... Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Sam 22 Juil - 22:58

Krispoluk a écrit:Ah ! Voilà un pays qui me plaît de plus en plus ! cheers

Il sait résister à la pression du monstre politique appelé UE qui prétend imposer sa loi à tous (Orwell 1984) et ses instances politiques régulièrement et largement élues, résistent aux quelques dizaines de milliers de gauchos de service qui n'ont rien d'autre à foutre que d'aller manifester dans les rues (comme en France, quoi !)

Bientôt le dernier village d'irréductibles gaulois en Europe... Je sens que ma retraite sera très intéressante et très heureuse... Laughing Laughing Laughing
La fille ingrate de l'Europe oui,  qui a été le principal bénéficiaire des fonds structurels européens depuis son adhésion en 2004: près de 10 milliards d'euro rien qu'en 2014. cheers cheers cheers
Tu parles d'une marâtre ! Very Happy
Les principaux contributeurs  au budget étant l'Allemagne et la France. Very Happy 
Et oui c'est nous qu'on paie! bounce bounce bounce 

Quand tu admires les infrastructures flambant neuves en Pologne, dis toi qu'une partie non négligeable est financée par le contribuable français. Very Happy


Le Pis n'a rien trouvé de mieux après son retour au pouvoir que de retirer le drapeau européen de la salle ou se tiennent les conférences de presse du gvt.
Evidemment ils ne sont pas allés jusqu'à proposer de rendre l'argent des européens. Pas fou les gars! Very Happy

Sans les milliards des fonds structurels européens, les performances économiques de ce pays piqueraient sérieusement du nez.
Je rappelle qu'il y a 20 ans, avant l'adhésion à l'UE, la Pologne était peu ou prou l'équivalent de l'Ukraine sur le plan économique.
C'est bien pour cela que les ukrainiens veulent aujourd'hui absolument intégrer l'UE, sachant les bénéfices qu'en a retiré leur voisin.

Le Gouvernement du Pis décrédibilise la Pologne affraid
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Invité le Sam 22 Juil - 23:02

travellergillou76 a écrit:
Krispoluk a écrit:Ah ! Voilà un pays qui me plaît de plus en plus ! cheers

Il sait résister à la pression du monstre politique appelé UE qui prétend imposer sa loi à tous (Orwell 1984) et ses instances politiques régulièrement et largement élues, résistent aux quelques dizaines de milliers de gauchos de service qui n'ont rien d'autre à foutre que d'aller manifester dans les rues (comme en France, quoi !)

Bientôt le dernier village d'irréductibles gaulois en Europe... Je sens que ma retraite sera très intéressante et très heureuse... Laughing Laughing Laughing
La fille ingrate de l'Europe oui,  qui a été le principal bénéficiaire des fonds structurels européens depuis son adhésion en 2004: près de 10 milliards d'euro rien qu'en 2014. cheers cheers cheers
Tu parles d'une marâtre ! Very Happy
Les principaux contributeurs  au budget étant l'Allemagne et la France. Very Happy 
Et oui c'est nous qu'on paie! bounce bounce bounce 

Quand tu admires les infrastructures flambant neuves en Pologne, dis toi qu'une partie non négligeable est financée par le contribuable français. Very Happy


Le Pis n'a rien trouvé de mieux après son retour au pouvoir que de retirer le drapeau européen de la salle ou se tiennent les conférences de presse du gvt.
Evidemment ils ne sont pas allés jusqu'à proposer de rendre l'argent des européens. Pas fou les gars! Very Happy

Sans les milliards des fonds structurels européens, les performances économiques de ce pays piqueraient sérieusement du nez.
Je rappelle qu'il y a 20 ans, avant l'adhésion à l'UE, la Pologne était peu ou prou l'équivalent de l'Ukraine sur le plan économique.
C'est bien pour cela que les ukrainiens veulent aujourd'hui absolument intégrer l'UE, sachant les bénéfices qu'en a retiré leur voisin.

Le Gouvernement du Pis décrédibilise la Pologne affraid

Du calme du calme les amis mais pourquoi parler Politique quand on peut penser au Filles Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Thuramir le Sam 22 Juil - 23:08

Si la Pologne ne veut respecter ni la règle de la séparation des pouvoirs, inscrite dans la Convention européenne des droits de l'homme, ni les règles de l'UE qui exigent le respect de cette convention, que la Pologne ait le courage de ne pas rester dans l'UE pour s'y comporter comme un vulgaire mendiant international de subsides, mais qu'elle en sorte et fasse ce qu'elle veut. Personne ne l'y retient de force ! Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
avatar
Thuramir

Messages : 2731
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Krispoluk le Sam 22 Juil - 23:22

travellergillou76 a écrit:
Krispoluk a écrit:Ah ! Voilà un pays qui me plaît de plus en plus ! cheers

Il sait résister à la pression du monstre politique appelé UE qui prétend imposer sa loi à tous (Orwell 1984) et ses instances politiques régulièrement et largement élues, résistent aux quelques dizaines de milliers de gauchos de service qui n'ont rien d'autre à foutre que d'aller manifester dans les rues (comme en France, quoi !)

Bientôt le dernier village d'irréductibles gaulois en Europe... Je sens que ma retraite sera très intéressante et très heureuse... Laughing Laughing Laughing
La fille ingrate de l'Europe oui,  qui a été le principal bénéficiaire des fonds structurels européens depuis son adhésion en 2004: près de 10 milliards d'euro rien qu'en 2014. cheers cheers cheers
 
Les principaux contributeurs  au budget étant l'Allemagne et la France. Very Happy 
Et oui c'est nous qu'on paie! bounce bounce bounce 

Quand tu admires les infrastructures flambant neuves en Pologne, dis toi qu'une partie non négligeable est financée par le contribuable français. Very Happy

Ben oui, mais le Français est con de nature ! Il accueille des dizaines de milliers d'immigrés clandestins sur son sol alors qu'il n'y a pas assez de boulots et de logements pour les français nés sur son sol !

Il raque pour les polonais qui viennent lui tailler des croupières sur son territoire grâce aux fonds européens !

Cons sont les français et cons ils resteront ! En plus ils se sont encore choisi un gouvernement de cons... Continuez à raquer les mecs puisque vous êtes masos !
Moi, je m'en fous ! A la retraite , je me tire en Pologne et en Ukraine et je vous dirai merci ! Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Dim 23 Juil - 11:10



Il raque pour les polonais qui viennent lui tailler des croupières sur son territoire grâce aux fonds européens !
Il était parfaitement normal d'aider les polonais au sortir du communisme. Very Happy

Mais la Pologne aurait du éviter ensuite de jouer sur tous les tableaux (quand le pis est au pouvoir) au lieu de s'inspirer de pays comme l'Espagne ou le Portugal, eux aussi entrés dans l'UE au sortir d'années de dictature et d'isolement, et qui ont toujours joué le jeu. cheers

Tout espoir n'est cependant pas perdu. Je prie pour que les dinosaures du pis soient balayés aux prochaines élections et que la Pologne s'éloigne à nouveau du côté obscur de la force. Twisted Evil
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Krispoluk le Dim 23 Juil - 11:57

travellergillou76 a écrit:


Il raque pour les polonais qui viennent lui tailler des croupières sur son territoire grâce aux fonds européens !
Il était parfaitement normal d'aider les polonais au sortir du communisme. Very Happy

Mais la Pologne aurait du éviter ensuite de jouer sur tous les tableaux (quand le pis est au pouvoir) au lieu de s'inspirer de pays comme l'Espagne ou le Portugal, eux aussi entrés dans l'UE au sortir d'années de dictature et d'isolement, et qui ont toujours joué le jeu. cheers

Tout espoir n'est cependant pas perdu. Je prie pour que les dinosaures du pis soient balayés aux prochaines élections et que la Pologne s'éloigne à nouveau du côté obscur de la force. Twisted Evil

Bon, parfois je suis un peu provocateur, hein ! C'est comme le Port-Salut, c'est marqué dans mon profil... Laughing bounce

La Pologne a toujours "joué sur 2 tableaux" ! Le Pis n'est pas au pouvoir depuis longtemps et si la Pologne a considérablement modernisé ses industries et ses infrastructures grâce aux fonds européens c'est au cours des dernières décennies sous des gouvernements libéraux...

"Jouer le jeu" ? Si c'est comme l'Espagne et le Portugal qui affrontent la pire crise économique depuis des décennies, je n'appelle pas ça faire preuve d'intelligence...  Evil or Very Mad

Le Polonais est roublard, c'est dans sa nature ! (je les connais très bien) partout où il y une brèche dans le système, ils vont s'infiltrer (aussi le vieil héritage du communisme et de la "combine" pour survivre...) Ce n'est pas leur faute s'ils s'enrichissent aux dépends de l'Europe, c'est la faute de l'Europe qui n'a pas su établir les garde-fous nécessaires (travailleurs détachés)... Mad
avatar
Krispoluk

Messages : 5790
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Dim 23 Juil - 12:51


"Jouer le jeu" ? Si c'est comme l'Espagne et le Portugal qui affrontent la pire crise économique depuis des décennies, je n'appelle pas ça faire preuve d'intelligence...  Evil or Very Mad


La crise a surtout frappé les économies dites "matures" d'Europe de l'Ouest (RU, France, Allemagne, Italie...).
La Pologne est encore en phase de rattrapage économique par rapport à ces même pays.

La prochaine fois, ils boiront la tasse comme tout le monde. cheers cheers cheers
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  travellergillou76 le Dim 23 Juil - 18:39

[size=40]Walesa rejoint les protestations contre la loi sur la Cour suprême en Pologne[/size]
Agence Belga , publié le 22 juillet 2017 à 22h04   |   

(Belga) L'ancien président polonais Lech Walesa a rejoint samedi à Gdansk (nord) les manifestants protestant contre une loi sur la Cour suprême, accusée par l'opposition de menacer l'indépendance de la justice.
"Notre génération a réussi à remettre la Pologne sur les rails et à la faire reposer sur la séparation des pouvoirs", a lancé l'ancien président. "On ne peut permettre à personne de détruire cela". "Moi, malgré mon état de santé, je serai toujours avec vous. En 1989, nous vous avons transmis une Pologne démocratique. Vous devez lutter pour elle par tous les moyens", a déclaré le leader historique de Solidarité, ovationné par la foule. Sans aucune consultation publique préalable, la proposition de loi de députés du parti conservateur au pouvoir a été adoptée mercredi par la chambre basse du Parlement, après des discussions d'une rare violence, puis par le Sénat dans la nuit de vendredi à samedi. Pour entrer en vigueur, le texte doit être promulgué par le président Andrzej Duda, lui-même issu du parti conservateur Droit et Justice (PiS), dirigé par Jaroslaw Kaczynski. Le chef de l'Etat dispose de 21 jours pour signer le texte, y opposer son véto ou, en cas de doute, le soumettre au Tribunal constitutionnel. Certains aspects de cette loi sont jugés inconstitutionnels par l'opposition, des organisations des magistrats, l'Union européenne et le département d'Etat américain. Le PiS juge pour sa part ces réformes indispensables pour rationaliser le système judiciaire et combattre la corruption. (Belga)
avatar
travellergillou76

Messages : 1015
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  lemonline le Dim 23 Juil - 19:23

Bon, c'est bien beau tout ça, mais il ne faudrait quand même pas croire que la gentille Union Européenne tende la main et ouvre son portefeuille par pure sympathie à nos voisins de l'est. En dehors des subventions européennes, qui a investi le plus en Pologne? Et dans les autres pays de l'Est?
C'est aussi vrai concernant la Syrie, on intervient uniquement pour libérer le peuple syrien des oppresseurs, qu'il s'agisse du gouvernement, de l'EI ou des autres groupes islamistes, ça ne fait aucun doute.
Après, concernant notre gouvernement, il ne faut pas perdre de vue non plus qu'il représente à peine 25% des électeurs en France.
Et actuellement, que reste t'il comme latitude à notre gouvernement pour décider de notre sort, par rapport aux règles imposées par l'UE?
Et aux states? Regardez le gold président qui ne fait que des déclarations provocantes, mais qui au final ne change pas grand chose.
Bon, un gouvernement n'est pour moi pas représentatif de son peuple. Et le peuple, et bien, comme dit Kris, il regarde ce qu'il peut trouver comme combine pour s'en sortir un peu mieux.
Business is business, faut juste savoir l'emballer sous un beau package marketing, et essayer de nous faire croire à la grande humanité de ce monde Very Happy
avatar
lemonline

Messages : 582
Date d'inscription : 12/10/2015
Age : 46
Localisation : Lorraine/Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Pologne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum