Actualités diverses

Page 26 sur 30 Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Caduce62 le Lun 10 Juil - 12:20

AFP, publié le lundi 10 juillet 2017 à 11h18
Viacheslav Vlasenko rit de bon coeur si on suggère que son centre humanitaire russo-serbe de Nis, dans le sud de la Serbie, puisse être un nid d'espions comme le soupçonnent les Occidentaux.

Codirecteur de ce complexe proche de l'aéroport de la deuxième ville de Serbie, ce septuagénaire cordial montre les lits de camps, les tentes, le matériel de secours. Il énumère les opérations humanitaires auxquelles son équipe a pris part: inondations de 2014 dans les Balkans, crise migratoire, déminage, approvisionnement en électricité de zones montagneuses...

"Vous avez vu tous les coins et recoins de notre centre", "est-il possible de l'utiliser à des fins militaires?", demande-t-il avant de répondre: "Insensé!"

Depuis que les gouvernements serbe et russe ont signé un accord pour l'ouvrir en 2012, ce centre humanitaire suscite la suspicion des Occidentaux qui y voient un possible nid d'espions, voire un embryon de base militaire.

Ces doutes sont renforcés par la demande de Moscou d'octroi d'une immunité diplomatique qui, souhaite le centre, s'appliquerait au personnel et au site lui-même. Cette requête n'aurait comme objectif que de baisser les impôts, affirme Viacheslav Vlasenko.

Les autorités de Belgrade observent un attentisme prudent. Certains responsables se prononcent épisodiquement pour l'octroi d'un tel statut. Mais l'homme fort du pays, le président Aleksandar Vucic, ne s'engage pas.

"Je pense que la Serbie est très attentive à ne pas franchir de lignes rouges, d'un côté comme de l'autre", analyse Aleksandra Joksimovic, qui dirige le Centre sur la politique étrangère, un centre de réflexion serbe. Selon elle, les tensions entre Moscou et l'ouest placent les petits pays comme le sien sous "une immense pression".

- La Serbie, seule carte de Moscou -

Candidate à l'Union européenne, la Serbie ne peut se permettre de se fâcher avec le grand frère orthodoxe, son allié historique.

Moscou est son principal soutien dans son refus de reconnaître l'indépendance du Kosovo, son ancienne province albanaise. Belgrade refuse de s'associer aux sanctions économiques contre Moscou.  

Mais dans les Balkans, la Serbie est un atout bien isolé dans la manche de Moscou. Le Monténégro voisin a rejoint l'Otan, le nouveau gouvernement macédonien ne cache pas son intention de reprendre ses discussions d'adhésion. Tous les autres voisins, Albanie, Croatie, Grèce, Hongrie, Bulgarie et Roumanie sont déjà membres de l'Alliance atlantique.

Les Balkans "pourraient facilement devenir un échiquier des grandes puissances", a mis en garde en mars la patronne de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini.

A Nis, rien pour suggérer ces grandes manoeuvres. Quelques hommes revêtus de l'uniforme du ministère russe des situations d'urgence, y entretiennent le matériel dans la bonne humeur. Ils effectuent des roulements de trois mois.

Une vingtaine de personnes au total, des Serbes et des Russes, sont employées dans le Centre explique Viacheslav Vlasenko. En cas de nécessité des renforts viendront de Russie, poursuit le responsable selon qui Moscou a investi plus de 40 millions d'euros pour mettre en place le centre.

Le mois dernier, un haut responsable du Département d'Etat, Hoyt Brian Yee, en charge de l'Europe du sud-est, est allé dire au Sénat américain le mal qu'il pensait de ce "prétendu centre humanitaire".

Le diplomate craint "non pas tant" ce qu'est ce Centre "aujourd'hui, mais ce qu'il pourrait devenir s'il reçoit ce que la Russie demande de la Serbie, une sorte de statut spécial pour le protéger, un statut diplomatique ou une quelconque immunité".

- 'Tester la loyauté serbe' -

Hoyt Brian Yee a relevé la proximité de Nis avec le Kosovo, où est stationnée une importante force de l'Otan (Kfor).

"Si la Serbie autorise la Russie à créer une sorte de centre spécial pour l'espionnage ou de quelconques activités infâmes, elle perdra le contrôle d'une partie de son territoire", a-t-il mis en garde.

Espionnage ou non, le Centre permet à la Russie de soigner son image en Serbie comme en témoignent les nombreux certificats de remerciement placardés à l'entrée du complexe.

Dans les sondages, la Russie apparaît régulièrement plus populaire que l'UE en dépit d'une présence économique incomparablement plus faible.

Pour l'analyste militaire serbe Aleksandar Radic, qui ne croit pas à la volonté de Moscou d'édifier une base secrète aussi près de territoires contrôlés par l'Otan, l'Ouest utilise ce sujet pour "tester la loyauté de la Serbie".
avatar
Caduce62

Messages : 3570
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Lun 17 Juil - 9:41

Président: les pensions seront augmentées en automne



President Petro Poroshenko highlighted the importance of continuing reforms in Ukraine. The Head of State is confident that the initiated complex of reforms - decentralization, deregulation, judicial, healthcare and educational reforms - will be completed.

“Yesterday, the pension reform was adopted in the first reading. I hope that we will modernize and increase pensions in autumn,” Petro Poroshenko said during the working trip to Ternopil region.

“I expect that the Verkhovna Rada will adopt it (the Pension reform - editorial remark) already in September and the Ukrainian pensioners will receive increased pensions in autumn,” the President emphasized adding that the Government and the Verkhovna Rada had taken into account his proposals in the respective project.

“This is a fair attitude to the Ukrainian citizen,” the Head of State noted.

Petro Poroshenko added that the minimum salary had been increased and the unified social tax had been decreased. According to him, the UST decrease had raised the level of social benefits.



Le président Petro Poroshenko a souligné l'importance de la poursuite des réformes en Ukraine. Le chef de l'État est convaincu que le complexe de réformes introduit - décentralisation, déréglementation, réformes judiciaires, sanitaires et éducatives - sera complété.

"Hier, la réforme des retraites a été adoptée en première lecture.
J'espère que nous allons moderniser et augmenter les pensions en automne ", a déclaré Petro Poroshenko lors du voyage de travail dans la région de Ternopil.

"Je m'attends à ce que la Verkhovna Rada l'adopte (la réforme de la pension - remarque éditoriale) déjà en septembre et que les retraités ukrainiens recevront des pensions accrues en automne", a souligné le Président en ajoutant que le gouvernement et la Verkhovna Rada avaient pris en compte ses propositions
Dans le projet respectif.

"C'est une attitude juste envers le citoyen ukrainien", a souligné le chef de l'Etat.

Petro Poroshenko a ajouté que le salaire minimum avait été augmenté et que la taxe sociale unifiée avait diminué. Selon lui, la baisse de l'UST avait augmenté le niveau des prestations sociales.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  richard le Lun 17 Juil - 11:45

Amis de l Ukraine 

n oubliez pas svp que je cherche toujours responsable communes pour expliquer fonctionnement de la decentralisation à une delegation ukrainienne
avatar
richard

Messages : 1239
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 63

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Mer 19 Juil - 9:36

Pendant ce temps, la démocratie recule de plus en plus en Pologne :

Pologne: Kaczynski provoque un incident au parlement, travaux interrompus

Le parlement polonais, qui s'apprêtait à adopter une réforme controversée de la Cour suprême, a interrompu ses travaux dans la nuit de mardi à mercredi après une violente diatribe du dirigeant conservateur Jaroslaw Kaczynski.

Ce dernier a accusé les députés d'opposition d'avoir "détruit, assassiné", son frère jumeau, l'ancien président Lech Kaczynski, mort dans une catastrophe aérienne en 2010.

Le chef du parti conservateur au pouvoir Droit et Justice (PiS) a été exaspéré par l'utilisation du nom de son frère par des députés d'opposition, à l'appui de leurs critiques contre le projet de réforme de la Cour suprême.

"N'essuyez pas vos gueules de traîtres avec le nom de mon frère de sainte mémoire! Vous l'avez détruit, assassiné! Vous êtes des canailles!", a-t-il lancé, avant d'adresser un "dégage!" sec, à une députée souhaitant lui répondre.

Quelques minutes plus tard, dans une ambiance houleuse, le président de la chambre basse a annoncé l'interruption des travaux jusqu'à mercredi matin.

Le parlement, où le PiS est majoritaire dans les deux chambres, devrait adopter sans problème la nouvelle loi sur la Cour suprême.

Ce texte fait partie d'une réforme controversée plus globale du système judiciaire, critiquée par l'opposition centriste et des membres de la société civile. Ceux-ci disent craindre l'affaiblissement de l'indépendance des tribunaux.

Le Conseil de l'Europe a fait part de son "inquiétude" à propos de cette proposition de loi, que l'opposition polonaise assimile à une "annonce de coup d'Etat", tandis que la Commission européenne devrait faire mercredi un "état des lieux" sur les réformes de la justice polonaise.

Des milliers de manifestants, chandelles à la main, ont créé dans différentes villes du pays, des "chaînes de lumière", appelant le président Andrzej Duda à opposer son véto à ces réformes.

Le chef de l'Etat est intervenu mardi dans ce débat, en menaçant de censurer la réforme de la Cour suprême si le parti conservateur, dont lui-même est issu, refuse de modifier le nouveau statut, très critiqué, du Conseil national de la magistrature.

Selon ses collaborateurs, il devrait obtenir gain de cause, ainsi que quelques modifications dans la loi sur la Cour suprême, renforçant ses propres compétences au détriment de celles du ministre de la Justice.
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 19 Juil - 9:53

Ah ben justement concernant la Pologne:

Pologne. L’état de droit en péril, l’Union européenne en discussion


Plusieur milliers de personnes manifestent depuis dimanche, contre la réforme du système judiciaire menée par le parti Justice et Droit. | Reuters

Les commissaires européens se réuniront en collège, demain, pour discuter de la situation en Pologne, où le parti majoritaire Droit et Justice multiplie les initiatives politiques antidémocratiques.

Les vingt-huit commissaires européens se réuniront demain à Bruxelles pour discuter, des multiples mesures autoritaires du parti polonais Droit et Justice (PiS) arrivée au pouvoir en novembre 2015.

Ils attendront, en revanche, que la situation « se cristallise » pour tenter de prendre des mesures comme l’a indiqué, ce matin, de porte-parole de la Commission.

Le président est issu du parti au pouvoir

Depuis novembre 2015, le parti dispose d’une majorité au Parlement polonais, ce parti eurosceptique a voté une série de lois rognant les principes de l’État de droit en Pologne – qui implique une hiérarchie des normes, l’égalité devant le droit, et l’indépendance de la justice.

Le dernier empiétement du PiS sur cet État de droit remonte à la semaine dernière. Deux textes de loi réduisant l’indépendance de la justice ont été approuvés par le Parlement. Ils n’attendent plus que la signature du président de la République, Andrzej Duda pour entrer en vigueur.

Cette signature ne devrait pas être difficile à obtenir puisque le Président est issu du PiS.

Trois textes de loi visent l’indépendance de la justice

Le premier texte doit permettre au ministre de la Justice de choisir des remplaçants aux présidents des tribunaux de droit commun, sans donner de justification. Le second texte vise à remplacer les juges « indépendants » siégeant à l’organe constitutionnel assurant l’indépendance de la justice, par des juges choisis par le Parlement.

Un troisième texte a été introduit, en catimini, le 12 juillet, tard dans la soirée, dans les discussions de la chambre basse du Parlement. Il envisage de permettre au ministre de la Justice de mettre un terme aux mandats de tous les juges de la Cour suprême, de son président, et de proposer leurs successeurs.

Les médias sont également menacés

Ce projet doit être débattu, jusqu’à ce soir avant d’être présenté au Sénat, il bénéficiera ensuite de la pause politique estivale qui limitera les contestations si le président décide de le valider par sa signature.

Avec ces trois textes, le PiS complète son entreprise de mise au pas des organes nationaux censés rester indépendants, et des contre-pouvoirs de la société civile.

Les médias sont d’ailleurs en première ligne des mesures autoritaires du PiS. Le parti, s’en était pris aux médias publics, dès son arrivée au pouvoir en s’arrogeant le droit de nommer et révoquer leurs dirigeants.

Avec l’appui du ministère de la Défense

Il s’attaque désormais, par l’intermédiaire de son ministre de la Défense Antoni Macierewicz, aux médias privés. Le ministre vient de porter plainte contre le journaliste d’investigation Tomasz Piatek.

Depuis la publication de son livre sur les liens entre le ministre de la Défense et la Russie, le journaliste est poursuivi devant le tribunal militaire, par le ministre de la défense, non pas pour diffamation, mais pour « recours à la force contre un fonctionnaire », « insulte ou humiliation d’un organe constitutionnel » et « attaque illégale à l’encontre d’un représentant public ».

« Il s’agit de faire peur à toute la profession» a expliqué Tomasz Piatek au journal Le Monde. « En présentant ce genre d’accusations absurdes, le ministre de la Défense me donne raison, car à aucun moment il n’est question de plainte pour diffamation ou pour des mensonges supposés ».

Procédure inédite de « sauvegarde de l’État de droit »

Il a aussi été l’objet d’une compagne de dénigrement de la part des médias publics et proches du pouvoir.

Dorota Bawolek, une autre journaliste polonaise, a été accusée de « trahison » et « d’attaque envers la Pologne », et elle a reçu des menaces de mort après avoir interpellé le porte-parole de la Commission européenne sur son refus de commenter les réformes autoritaires du système judiciaire polonais.

Veto hongrois à toute volonté de sanction

La Pologne fait l’objet d’une procédure inédite de « sauvegarde de l’État de droit », menée par la Commission européenne, depuis janvier 2016. Procédure jusqu’à présent inefficace, puisque pour voter des sanctions financières contre le gouvernement polonais, elle a besoin de l’accord unanime des états membres.

Or, le président hongrois, Viktor Orbàn, a promis au chef du PiS, Jaroslaw Kaczynski d’opposer son veto à toute volonté de sanction contre la Pologne.

Mise au pas des médias, de la justice, restriction des libertés fondamentales, et rejet du programme européen d’accueil des migrants… Jusqu’à présent ni l’Union Européenne, ni les manifestations en Pologne, n’ont réussi à enrayer la politique autoritaire du PiS.

Et:

La contestation de la réforme de la justice croît en Pologne

Devant une contestation populaire croissante, le président polonais a menacé de de censurer la réforme controversée de la Cour suprême engagée par le parlement à majorité nationaliste en Pologne. Dans le même temps, la Commission européenne doit livrer une « évaluation de la situation » en Pologne dans la journée de mercredi.



Le recul de trop ? La réforme de la Cour suprême polonaise ne passe pas. Depuis 2015, les tentatives du gouvernement pour contrôler le pouvoir judiciaire se multiplient. Cette fois, le parlement ou le parti ultraconservateur et nationaliste, le parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, siège à majorité, a lancé une réforme de l'ensemble du système judiciaire, dénoncée par l'opposition comme un "coup d'Etat rampant". Des milliers de Polonais sont descendus dans la rue pour dénoncer cette dérive et défendre l’équilibre des pouvoirs, sous l’impulsion du comité pour la défense de la démocratie (KOD), un mouvement civique qui a soutenu la plupart des grandes manifestations dans le pays.



La pression s’est tant accentuée que dans la nuit, le parlement polonais, qui s'apprêtait à adopter la réforme, a dû interrompre ses travaux. Elle modifie le statut du Conseil national de la magistrature et stipule que le Parlement choisira désormais ses membres. Les manifestants ont appelé le président, Andrzej Duda, à user de son droit de veto envers les réformes votées par la majorité, et à la surprise générale, le chef de l'Etat, pourtant proche du PiS, a lui aussi critiqué cette réforme. Et mardi, il a exigé que les élus revoient leur copie, faute de quoi il ne promulguera pas une autre réforme, elle aussi très controversée, visant à soumettre la Cour suprême à l'exécutif.



Le Conseil de l'Europe a par ailleurs fait part de son "inquiétude" quant à cette dernière proposition de loi. Il doit statuer dans la journée sur les suites à donner à cette dérive. La Pologne a longtemps été considérée comme un exemple de réussite pour sa transition de pays communiste à une démocratie économiquement compétitive. Mais aujourd’hui, Jarosław Kaczyński, estime que la révolution démocratique de 1989 n’a pas réussi, parce que des agents du régime soviétique sont restés actifs au sein du gouvernement et des autres pouvoirs. C’est de cet argument dont se sert le PiS pour justifier les attaques du gouvernement actuel contre le pouvoir judiciaire.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 19 Juil - 9:57

Et pour revenir à l'Ukraine:

Kiev ne veut plus voir du russe partout

A Kiev, le 1er mars, des militants nationalistes du «Corps national» réclament la fermeture des banques russes en Ukraine.  Photo Efrem Lukatsky. AP

Langue, réseaux sociaux, banques… Toujours en conflit avec leur grand voisin au sujet du Donbass et de la Crimée, les autorités de Kiev adoptent toutes sortes de lois pour réduire son influence historique. Mais la population ne suit pas toujours.

«Il a fallu que nous intervenions. Vous vous imaginez ? A travers ces banques, c’était l’argent de la guerre de Poutine, qui s’infiltrait en Ukraine, sapait notre effort de guerre. Je suis fier que nous ayons mis un terme à cette infamie.» Dmytro, de son nom d’emprunt, est un militant du «Natsionalny Korpus» («Corps national»), le microparti du bataillon de volontaires ultranationalistes Azov. Au printemps, lui et ses camarades avaient bloqué l’entrée d’un bureau de la Sberbank, première banque russe, dans la ville de Lviv. Les locaux avaient fermé mi-mars, après que le gouvernement avait imposé des sanctions à cinq banques russes. Dmytro n’avait néanmoins aucune confiance dans l’exécutif du Président, Petro Porochenko. «Ils spéculent sur la guerre… Ils ont un intérêt dans ce conflit, commente-t-il. Il nous a donc fallu s’assurer qu’il n’y ait pas de manigances. Et tenir notre tente devant la banque, ça nous a permis d’expliquer aux gens pourquoi tout ce qui est russe doit être banni d’Ukraine.» Estimé pour son rôle très actif dans la guerre contre les forces prorusses et russes dans l’est du pays, le bataillon Azov est bien connu pour ses positions ultranationalistes radicales, et ne représente qu’une minorité dans le paysage politique. Son militantisme s’inscrit néanmoins dans un phénomène bien plus général de rupture avec la Russie.

Embargo commercial

Celle-ci est justifiée, aux yeux de nombreux Ukrainiens, par «l’agression russe», marquée principalement par l’annexion de la Crimée en 2014 et la participation à un conflit qui a déjà coûté la vie à plus de 10 000 personnes. Le processus de paix de Minsk, entamé en février 2015, est au point mort. Petro Porochenko a beau répéter son ambition de «récupérer» la péninsule et de mettre fin à la guerre, les perspectives de paix semblent toujours plus incertaines. Alexander Zakharchenko, le chef de la République autoproclamée de Donetsk, a rejeté une nouvelle fois, le 18 juillet, l’idée d’un retour au sein d’une Ukraine unie, en annonçant la création d’une «MaloRossia», ou «Petite Russie». Pour une majorité d’Ukrainiens, c’est le Kremlin qui est à la manœuvre, et qui attise les tensions.

En réaction, les actes signant la rupture entre deux pays jadis très liés se sont multipliés : arrêt des liaisons aériennes directes, embargo commercial, dispute énergétique, mesures de rétorsion financières, ou encore interdiction de médias russes et russophones. Les sanctions à l’encontre de Dojd, une des dernières chaînes de télé d’opposition russe, avaient soulevé un malaise en janvier.

De manière générale, les ruptures provoquent le mécontentement d’une large partie de la population. Comme l’interdiction par décret présidentiel, le 16 mai, des populaires réseaux sociaux VKontakte, le Facebook russe qui comptait 12 millions d’utilisateurs en Ukraine, et Odnoklassniki, l’équivalent de Copains d’avant, du moteur de recherche Yandex, ou encore du service de messagerie Mail.ru. En tout, ce sont 468 sociétés et 1 228 individus qui ont été ajoutés à une liste de sanctions préexistantes. Les critiques ont été immédiates, accusant Porochenko de punir davantage les utilisateurs ukrainiens que les sociétés russes et de porter atteinte à la liberté d’expression. Oleksandr Olshanskiy, du «Internet Invest Group», considère cette décision comme un aveu d’échec, voire une «capitulation» : «La guerre d’information est une lutte pour les cœurs et les esprits. On ne peut pas la gagner avec des interdictions.»

Pour l’exécutif, c’est l’exigence de sécurité nationale qui prime. Ces sociétés web sont dirigées par des proches de Vladimir Poutine, qui collaboreraient avec les services secrets russes (FSB). Un sondage du centre «Internet Liberté», publié en janvier, révélait que 43 % des Ukrainiens étaient d’accord pour des restrictions de navigation sur la Toile pour des raisons de sécurité nationale ; 35 % s’y opposaient. Une perquisition dans les bureaux kiéviens de Yandex (le Google russe), le 29 mai, aurait d’ailleurs confirmé que «la société a illégalement collecté, collectionné et transféré (au FSB) des données personnelles de citoyens ukrainiens», selon un communiqué des services de sécurité d’Ukraine (SBU). Yandex est accusé de «trahison». Cette perquisition, au lieu de légitimer le gouvernement dans son interdiction, a au contraire éveillé de nouvelles suspicions. Le spécialiste des médias Serhiy Rachinskiy estime ainsi que l’opération du SBU ne vise qu’à «vendre à l’opinion» le décret présidentiel. Oleksiy Komar, représentant de l’ONG «Centre de cybercriminalité internationale», rappelle, lui, que chaque moteur de recherche collecte et conserve les données de ses utilisateurs. Cibler Yandex spécifiquement ne serait donc pas justifié.

Le gouvernement est par ailleurs soupçonné de sélectivité dans sa défense de la sécurité nationale. La chanteuse russe Ioulia Samoilova, candidate à l’Eurovision organisé à Kiev en mai, avait été interdite d’entrée sur le territoire ukrainien pour avoir donné une série de concerts en Crimée annexée. Mais quand il s’est avéré que le participant bulgare s’était aussi rendu sur la péninsule sans autorisation préalable de Kiev, aucune sanction n’a été prise à son égard. L’acteur américain Steven Seagal est lui aussi persona non grata en Ukraine jusqu’en 2022. Il ne cache certes pas son admiration pour Vladimir Poutine. Mais la «menace» qu’il fait peser sur la sécurité nationale n’est pas évidente.

Même s’il n’y a pas de corrélation directe, le rejet de la Russie se conjugue à d’autres phénomènes, comme celui de la «décommunisation» votée en 2015, la persistance de l’héritage soviétique étant perçue par beaucoup comme un fardeau pesant sur la souveraineté nationale. Il en va de même pour la politique d’«ukrainisation» de la vie publique, qui bat son plein. Une loi, adoptée en mai, oblige les chaînes de télévision et de radio nationales à diffuser 75 % de leurs programmes en ukrainien. Le quota est de 50 % pour les chaînes régionales. Ces mesures visent à encourager le développement d’une offre culturelle en ukrainien. Elles impliquent une baisse de l’utilisation du russe dans l’espace public.

Patrouille linguistique

D’autres projets de loi sont à l’étude, qui prévoient une «ukrainisation» en profondeur de la vie publique : sous-titres obligatoires au théâtre, création d’une patrouille linguistique habilitée à dresser des amendes… Des propositions conformes «aux pratiques en vigueur dans de nombreux pays européens», selon la députée Iryna Podolyak du parti Samopomitch, une des coauteures d’un projet de loi. Au nom de la défense d’une langue historiquement malmenée par le russe, l’élue refuse toute tentative d’instrumentalisation du débat. Il n’empêche que, dans ce pays bilingue, de telles propositions font grincer les dents. Certains en profitent pour réactiver de vieux clichés : un clivage entre est russophone et ouest ukrainophone, les risques d’une dérive autoritaire de telles exigences. Ou bien avertissent sur un ressentiment présumé de la population russophone contre Kiev.

«C’est de la poudre aux yeux, tranche avec cynisme le poète Serhiy Zhadan. A chaque fois que le gouvernement est empêtré dans ses difficultés, et ne réussit pas à régler les problèmes économiques et sociaux du pays, il ressort la question linguistique.» Une initiative qui pourrait s’avérer contre-productive, dans la mesure où «on ne peut pas forcer les gens à aimer une langue», assène Iryna Bekeshkina, directrice de la Fondation des initiatives démocratiques. Elle remarque que la proportion de citoyens utilisant l’ukrainien en famille est en relative augmentation, de 37 % en 1992 à 42 % en 2016. En revanche, l’idée de conférer au russe le statut de langue officielle s’est effondré, de 51 % en 1996 à 33 % en 2016.

Pour le philosophe Serhiy Datsyuk, la question linguistique reflète aussi le manque d’assurance de la société ukrainienne face aux revendications des organisations nationalistes. Celles-ci, tel le bataillon Azov, sont légitimées par leur rôle dans la révolution et la guerre. Elles préconisent à la fois rejet de la Russie et de la langue russe. Les idées de «revanche, de suspicion et de haine à l’égard des Russes et des russophones» font ainsi leur chemin dans le débat public. Et ce, malgré une large mobilisation des russophones d’Ukraine en faveur de la cause nationale, notamment dans les forces armées. Pour l’artiste d’Odessa Oleksandr Roytbud, les tendances actuelles sont avant tout un gâchis du potentiel bilingue de l’Ukraine. «L’agression de Poutine nous a rendus plus forts, plus libres», lance-t-il. «Nous avons le potentiel de devenir des chantres de la culture russe libre.» A condition d’éviter un «aveuglement» qui pousserait à «interdire ce qu’il est impossible d’interdire».
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Mer 19 Juil - 12:38

Александр a écrit:Et pour revenir à l'Ukraine:

Kiev ne veut plus voir du russe partout

«C’est de la poudre aux yeux, tranche avec cynisme le poète Serhiy Zhadan. A chaque fois que le gouvernement est empêtré dans ses difficultés, et ne réussit pas à régler les problèmes économiques et sociaux du pays, il ressort la question linguistique.»

Les motifs de fond transparaissent de suite...
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 19 Juil - 13:02

Ca me fait penser à ce qui se fait chez nous, en Belgique.
Poudre aux yeux pour faire passer autre chose.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Jeu 20 Juil - 8:52

Le festival international du miel se déroulera à Ivano-Frankivsk



Le 22 juillet, le festival international « Le Miel de Prykarpattya» s’ouvrira à Ivano-Frankivsk, avec la participation d’apiculteurs d’Ukraine, de Pologne et de Lituanie.

Cette information a été communiquée par Ivan Yousko, coorganisateur du festival et directeur de l’Union des apiculteurs de Prykarpattya.

«Pendant plusieurs années nous avons choyé l’idée de ce festival, «Le Miel de Prykarpattya. Son objectif est de populariser une nourriture saine et notre métier d’apiculteur. Nous attendons des apiculteurs de tous les coins de l’Ukraine, mais aussi de villes polonaises et lituaniennes. Au total, plus de 50 apiculteurs participeront à ce festival», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le festival du miel commencera le 22 juillet à Ivano-Frankivsk, sur la place du marché, et durera deux jours. Dans le cadre du festival, différentes formations et des séminaires sont également prévus.   
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Krispoluk le Jeu 20 Juil - 9:29

Александр a écrit:Ca me fait penser à ce qui se fait chez nous, en Belgique.
Poudre aux yeux pour faire passer autre chose.

Et en France c'est pareil : on va amuser la galerie avec des réformettes sans grandes conséquences financières : réduction du nombre de députés et sénateurs, mais les problèmes de fond ???

Enfin, laissons-le agir mais pour l'instant ça me parait mal barré : la suppression de la taxe d'habitation est une immense erreur à mes yeux...
avatar
Krispoluk

Messages : 4168
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mar 25 Juil - 14:14

Ukrainian pilots awarded at Royal International Air Tattoo Show in UK. VIDEO



Pilots of the 831 Myrhorod Tactical Aviation Brigade received awards for best displays at The Royal International Air Tattoo 2017 held on July 14-16, 2017 in the U.K.
Censor.NET reports citing the Ministry of Defense and the Cabinet of Ministers on Facebook.S

Static and dynamic displays were provided by two Su-27s and Ol-76 transport aircraft.

Sukhoi Su-27P1M pilot Col Oleksandr Oksanchenko of the 831st Tactical Aviation Brigade, Ukrainian Air Force, from Myrhorod air base, performed a dynamic program.

Speaking through an interpreter, Oksanchenko said: "Thank you very much for your hospitality, your partnership and to all the guys who organise the Royal International Air Tattoo. A very high standard is set, and we are very happy to be here. Everything is well organised. The English weather made some corrections but we displayed a good result."


https://www.facebook.com/KabminUA/videos/1598709293495792/
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Mer 26 Juil - 10:44

Nouvelles sanctions américaines contre la Russie, mais couplées à des mesures économiques anti-européennes (puisque exclusivement dirigées contre des entreprises européennes), ce qui révèle, une fois de plus, que chacun roule pour soi !

L'UE sera sans doute amenée à prendre des mesures de rétorsion économiques anti-américaines si la question n'est pas réglée amiablement.

Quasi-unanimité au Congrès américain pour de nouvelles sanctions contre la Russie

La chambre basse du Congrès des Etats-Unis a adopté mardi à une quasi-unanimité de nouvelles sanctions contre la Russie, un projet qui provoque la colère à Moscou mais aussi en Europe, car il permettrait de sanctionner des entreprises européennes. La proposition de loi, qui doit encore être adoptée par le Sénat, inclut aussi des sanctions contre l'Iran, notamment contre les Gardiens de la révolution accusés de soutenir le terrorisme, et la Corée du Nord, pour ses tirs de missiles.

Les parlementaires américains, forçant la main du président Donald Trump au moment où il veut la tendre à Vladimir Poutine, veulent en premier lieu infliger des représailles à la Russie après une campagne de désinformation et de piratage attribuée à Moscou durant l'élection présidentielle américaine de l'an dernier. L'annexion de la Crimée et les ingérences en Ukraine sont les autres motifs de punition avancés.

Le vote a été de 419 voix contre 3.

Le texte prévoit aussi un mécanisme inédit qui déplaît à la Maison Blanche: les parlementaires vont s'arroger le droit de s'interposer si jamais Donald Trump décidait de suspendre des sanctions existantes contre la Russie.

De Paris à Berlin en passant par Bruxelles, l'initiative du Congrès américain passe très mal, car elle est unilatérale. Jusqu'à présent, le régime de sanctions contre la Russie en raison de la Crimée a été coordonné des deux côtés de l'Atlantique, de façon à faire bloc. Plusieurs pays européens, notamment l'Allemagne, sont aussi furieux car la loi donnerait au président américain la possibilité de sanctionner les entreprises qui travaillent sur des pipelines venant de Russie, en limitant par exemple leur accès aux banques américaines ou en les excluant des marchés publics aux Etats-Unis. (Belga)
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 26 Juil - 10:53

Je viens de poster la même chose dans "Aux USA".
A noter que le congrès s'est donné les moyens de bloquer Trump en cas d'allègement des sanctions. Wink
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 26 Juil - 12:13

Dans la région de Donetsk il y a un emploi pour dix chômeurs



Dans la période de fin juin à début juillet, dans la région de Donetsk, il y a dix chômeurs pour un poste.

Cette information a été communiquée par le Service principal de statistique de la région de Donetsk.

«Selon la statistique de la fin de juin-début de juillet, la charge des chômeurs inscrits est de dix personnes pour une place vacante », a indiqué un représentant du Service.

En juin 2017, le nombre d’emplois a diminué de 7,2%  par rapport au mois de mai. Cependant, il a augmenté de 36,4% par rapport au mois de juin 2016.

Au total, les services d’État ont enregistré 13 400 demandeurs d’emplois à compter de la fin juin 2017 dans la région de Donetsk.

Parmi les demandeurs d’emploi, il y a 62,4% des femmes et 33% de jeunes de moins de 35 ans.

En juin 2017, l’aide sociale aux chômeurs est de 2032 hryvnia.

2032 Grn => 67.733333 € affraid
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Mer 26 Juil - 15:47

Volodymyr Omelyan annonce la construction d’autoroutes payantes à partir de 2019



Volodymyr Omelyan, ministre de l’Infrastructure de l’Ukraine, annonce la construction d’autoroutes à concession payantes à partir de 2019.

Cette déclaration a été faite par le ministre lors d’une interview à Hromadske.

«Nous espérons mettre en place des autoroutes payantes Lviv-Krakovets et Kyiv-Ouman, ce sera une partie de l’autoroute "Go Highway" joignant la mer Noire et la mer Baltique. Mais je tiens à vous rappeler que les routes payantes seront construites parallèllement aux routes gratuites et que chacun aura le choix : prendre une route plus longue et moins confortable ou choisir une autoroute européenne et payer », a-t-il souligné.

Il a précisé que la construction des routes débutera en 2019.

Selon le ministre, la perspective de mise en place d’autoroutes payantes dépendra directement de la croissance économique.

«Si nous avons une croissance du PIB de 10%-15% tous les ans, alors, sans doute, cela encouragera le buisness, encouragera les transports, donc, les autoroutes de qualités seront très demandées », a-t-il ajouté.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Krispoluk le Mer 26 Juil - 16:51

Génial : Krakovets-Lviv et Lviv-Uman, ça permettra de desservir uniquement par 100 % autoroute depuis la France, Kiev et Odessa ! cheers sunny
avatar
Krispoluk

Messages : 4168
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  richard le Mer 26 Juil - 19:11

Lviv .uman pour l instant je conduis 2 jours en prenant chemin le plus court.
avatar
richard

Messages : 1239
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 63

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Jeu 27 Juil - 15:43

Fin des rêves boueux de pouvoir d'un nouvel oligarque en Ukraine, mais cela constitue cependant aussi un revers de la lutte contre la corruption, indépendamment du caractère torve et inquiétant de Saakachvili.
L'ex-président géorgien Saakachvili déchu de la nationalité ukrainienne
© BELGA

Le président ukrainien Petro Porochenko a déchu l'ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili de la nationalité ukrainienne qu'il lui avait accordée en 2015, ouvrant théoriquement la voie à son extradition vers la Géorgie où il est poursuivi par la justice.

“Mikheïl Saakachvili a été déchu du statut de citoyen ukrainien”, a annoncé mercredi soir sur Facebook Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre de l'Intérieur. Cette décision a été motivée par le fait que “le Parquet géorgien a récemment informé l'Ukraine de faits qui lui étaient inconnus lorsque la décision d'accorder à Mikheïl Saakachvili la citoyenneté ukrainienne a été prise et que ce dernier a caché intentionnellement”, a ajouté M. Guerachtchenko, sans davantage de précisions. Critiqué pour son style autoritaire et surtout pour la guerre désastreuse avec la Russie en 2008, M. Saakachvili a dirigé la Géorgie pendant une décennie. Il est recherché par la justice de son pays pour “abus de pouvoir”, une accusation qu'il dénonce comme politiquement motivée. Proche des autorités pro-occidentales arrivées au pouvoir en 2014 après le mouvement du Maïdan, M. Saakachvili avait obtenu un passeport ukrainien, peu avant d'être nommé gouverneur de la région d'Odessa (sud) en mai 2015. Il avait alors été déchu de sa nationalité géorgienne.
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Jeu 27 Juil - 22:54

Il sera intéressant d'observer quelles mesures de rétorsion seront prises.
 
Nouvelles sanctions: Poutine promet une réponse à l’“insolence” américaine
© BELGA

La Russie répondra à l’“insolence” des Etats-Unis, où le Congrès a voté en faveur d’un renforcement des sanctions économiques contre Moscou, a prévenu jeudi le président russe Vladimir Poutine, dénonçant la “montée de l’hystérie antirusse” à Washington.

“Nous nous comportons de manière très réservée, très patiente, mais à un moment donné, nous devrons répondre, parce que c’est impossible de tolérer indéfiniment l’insolence à l’égard de notre pays”, a déclaré M. Poutine, au cours d’une conférence de presse commune à Savonlinna, en Finlande, avec son homologue finlandais Sauli Niinisto. Il a toutefois précisé que cette réplique restait à déterminer et dépendrait de la version finale du projet, adopté mardi par la chambre basse du Congrès mais qui doit être approuvé par le Sénat américain et promulgué par Donald Trump. Le texte, qui vise aussi l’Iran et la Corée du Nord, cherche à punir Moscou notamment pour son ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine de l’an dernier, au sujet de laquelle une enquête est en cours aux Etats-Unis. “Je ne considère même pas que ce soit une enquête, puisque une enquête suppose qu’on essaye d’établir l’ensemble des circonstances, d’étudier les raisons et d’entendre les parties”, a estimé Vladimir Poutine. “Nous voyons tout simplement une montée de l’hystérie antirusse”, a-t-il souligné. “C’est très triste que les relations russo-américaines soient sacrifiées” à des fins de politique intérieure.
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  benoit77 le Ven 28 Juil - 9:05

la version de Saakachvili en direct sur france 24 hier :
a télécharger : https://www.dropbox.com/s/h26d73t9p2zz1zh/saakachvili.mp4?dl=0
fichier disponible en cours de matinée


En résumé : "je dérange les oligarchies en place" et "le cauchemar de Poutine c'est une ukraine sans corruption"
avatar
benoit77

Messages : 1708
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Thuramir le Lun 31 Juil - 6:49

Voici la représentation chiffrée de la réduction du personnel diplomatique américain en Russie :
 
En réponse à des sanctions américaines, 755 diplomates sommés de quitter la Russie

Par LIBERATION, avec AFP — 30 juillet 2017 à 20:02

Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutin, lors du sommet du G20 à Hambpourg, le 7 juillet 2017. Photo Saul Loeb. AFP AFP

Dans un entretien avec la chaîne Rossia 24, Vladimir Poutine a annoncé dimanche que ces diplomates devraient quitter la Russie. Une réponse aux nouvelles sanctions votées cette semaine par le Congrès américain.

Nouvel épisode dans les tensions russo-américaines. Dans un entretien diffusé avec la chaîne Rossia 24,Vladimir Poutine a annoncé ce dimanche que 755 diplomates américains devraient quitter la Russie, conformément à la décision de Moscou de réduire à 455 les effectifs du personnel de l’ambassade des Etats-Unis et de ses consulats sur le territoire russe.

Pas de changements positifs

«Plus d’un millier de personnes travaillaient et travaillent encore» dans les représentations diplomatiques américaines en Russie, a indiqué le président russe dans un entretien diffusé sur la chaîne publique. «755 personnes devront arrêter leurs activités en Russie», a-t-il précisé, Moscou ripostant ainsi aux nouvelles sanctions votées cette semaine par le Congrès américain.

Des changements positifs dans les relations avec Washington ne sont «pas pour bientôt», a poursuivi Vladimir Poutine, alors que la Russie a décidé de réduire drastiquement le personnel diplomatique américain sur son territoire après l’adoption de nouvelles sanctions américaines contre Moscou. «Nous avons attendu assez longtemps, en espérant que la situation changerait peut-être vers le mieux», a-t-il déclaré, «mais il semble, que même si la situation change, ce n’est pas pour bientôt».

Le Sénat américain a adopté jeudi des sanctions pour punir la Russie de son ingérence présumée dans l’élection présidentielle. Ce texte, qui a été dénoncé par Moscou mais aussi critiqué dans l’Union européenne parce qu’il permet de punir des entreprises européennes, a ensuite été soumis au président Donald Trump, qui a le choix de le signer en l’état ou de le bloquer. Vendredi, la Maison Blanche a annoncé que Donald Trump signerait ce texte, lui donnant ainsi force de loi.


LIBERATION avec AFP
avatar
Thuramir

Messages : 2238
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Lun 31 Juil - 8:44

Jouer l'escalade n'est pas la meilleure des solutions . . .
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Lun 31 Juil - 9:26

Tout autre chose:

Des pilotes ukrainiens ont réussi à faire atterrir un avion endommagé par la grêle (photos, vidéo)



Hier soir, à l’aéroport d’Istanbul, des pilotes ukrainiens ont fait atterrir à l’aveugle un avion endommagé par la grêle.

Cette information a été confirmée par Oleg Loungoul, ingénieur pilote.

«Hier, à Istanbull, il y a eu un ouragan et une pluie de grêlons de la grosseur d’un œuf de poule. L’avion de la compagnie aérienne «Atlasglobal », piloté par des pilotes ukrainiens, est passé sous la grêle. Suite à cet incident, le fuselage de l’avion a été endommagé, les vitres à l’avant ont été brisées, le système de pilotage automatique détérioré. Malgré tout, l’équipe ukrainiennes et les deux hôtesses de bord turques ont fait preuve d’un courage exceptionnel. Le capitaine a fait atterrir l’avion à l’aveugle, en regardant seulement par une petite fenêtre, sans même l’ouvrir», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Selon lui, quand le capitaine a fait atterrir l’avion, tout le personnel de l’aéroport l’a applaudi. Les pilotes des autres avions sont montés à son bord pour lui serrer la main.

Aujourd’hui, Petro Porochenko, Président ukrainien, a décerné l’ordre «Pour le courage» à Olexandre Akoupov, un pilote ukrainien qui a fait atterrir un avion turc dans des conditions météorologiques particulièrement difficiles, sauvant ainsi la vie des 21 passagers et des 6 membres d’équipage.

avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Krispoluk le Lun 31 Juil - 10:13

Geroyam Slava cheers cheers cheers
avatar
Krispoluk

Messages : 4168
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Александр le Lun 31 Juil - 11:15

Thuramir a écrit:Voici la représentation chiffrée de la réduction du personnel diplomatique américain en Russie :
 
En réponse à des sanctions américaines, 755 diplomates sommés de quitter la Russie
. . .
LIBERATION avec AFP
Pourront pas les expulser:

Here's a 2013 State Department report that details US personnel numbers in Russia. Total: 1,279. 934 are Russians https://oig.state.gov/system/files/217736.pdf 

A moins qu'ils n'expulsent des russes. Laughing
En tout cas, ils vont perdre leur job, c'est sûr.
avatar
Александр

Messages : 5319
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Actualités diverses

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 26 sur 30 Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum