Et en Russie !

Page 41 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Lun 10 Juil - 16:11

avatar
Caduce62

Messages : 3413
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Caduce62 le Mer 12 Juil - 19:42

Le ballet Noureev censuré au Bolchoï pour « propagande homosexuelle »

LE MONDE | 11.07.2017 à 19h56 • Mis à jour le 12.07.2017 à 10h16 | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)

La première du ballet Noureev, prévue mardi 11 juillet, au théâtre Bolchoï, à Moscou, n’a pas eu lieu. A la dernière minute, la représentation consacrée au légendaire danseur Rudolf Noureev, telle que l’avait imaginée le metteur en scène Kirill Serebrennikov, a été reportée « au mois de mai 2018 » au motif, selon Vladimir Ourine, directeur de l’établissement, que le spectacle n’était « pas prêt ». La dernière répétition générale, le 7 juillet, s’était pourtant achevée par une longue salve d’applaudissements en présence de nombreux invités, dont le milliardaire Roman Abramovitch.

Dans la salle, rapporte Alexeï Venediktov, rédacteur en chef de la radio Echo de Moscou, s’étaient glissés ce jour-là des représentants de l’Eglise orthodoxe habillés en civil. « Ils ont couru voir l’évêque Tikhon [réputé être le confesseur de Vladimir Poutine] », indique-t-il. Dans les heures qui ont suivi, le ministre de la culture, Vladimir Medinski, aurait donné pour consigne de suspendre le ballet. Lundi, l’agence Tass, citant une source anonyme proche du ministre, affirmait que ce dernier, en colère, avait invoqué une « propagande des valeurs sexuelles non traditionnelles » contraire à la législation russe en vigueur. Le ballet devait retracer la vie du célèbre danseur (mort du sida à l’âge de 54 ans en France après avoir fui l’URSS en 1961), en exposant une photo de lui dénudé.

Démenti du ministère
Depuis, la dépêche de Tass a disparu. Le ministère a démenti. Mais d’autres médias ont confirmé l’information. « Le ballet était mauvais », a tenté de justifier M. Ourine. Vladislav Lantratov, qui devait jouer le rôle principal du ballet, a pour sa part réagi avec amertume sur son compte Instagram. « Les mots me manquent. Je commençais à aimer et à m’approprier le rôle. Tout prenait forme et c’est à ce moment-là que l’on te déracine de cette nouvelle “vie”… Le pire pour un artiste. »

Mardi, Kirill Serebrennikov est à son tour sorti de son silence. « Aujourd’hui devait avoir lieu la première mais “Roudik” [diminutif de Rudolf] ne peut pas exister sans liberté. Il s’est de nouveau envolé », écrit-il sur son compte Facebook en publiant l’image incriminée du danseur, le sexe masqué par un panneau « Bolchoï », et d’autres clichés de la troupe assortis de ce commentaire : « Merci à tous pour votre énorme travail qui continue d’exister. Je vous aime ! Je suis sûr que Roudik est content de nous. »

Depuis plusieurs semaines, le metteur en scène, 47 ans, homosexuel revendiqué, est dans le collimateur des autorités russes. Le 23 mai, soupçonné de détournement de fonds portant sur 200 millions de roubles (environ 3 millions d’euros) d’argent public perçus pour sa troupe, il avait fait l’objet d’une perquisition musclée à son domicile, tout comme au Centre Gogol, qu’il dirige depuis 2012. L’ex-directeur, Alexeï Malobrodski, a été placé en détention provisoire. S’adressant aux acteurs du centre réunis samedi pour la clôture de la saison, celui qui est présenté comme l’une des figures les plus talentueuses de la scène russe a lancé : « Les maux s’en vont, les régimes changent, les personnalités aussi, mais l’art reste. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/07/11/le-ballet-noureev-censure-au-bolchoi-pour-propagande-homosexuelle_5159235_3214.html#bPvduxf1cfgY1XVf.99
avatar
Caduce62

Messages : 3413
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Jeu 13 Juil - 14:05

Le ministère des Affaires Étrangères de l’Ukraine exhorte les Ukrainiens à se joindre à la campagne de soutien d’Oleg Sentsov



Le ministère des Affaires Étrangères de l’Ukraine demande aux ukrainiens de se joindre à la campagne de soutien envers Sentsov, otage politique du Kremlin #FreeSentsov qui se déroulera le 13 juillet, soit le jour de son anniversaire.

Cette information a été communiquée par le Ministère des Affaires Étrangères.

«Pour le soutenir moralement , le ministère vous invite à vous joindre à la campagne #FreeSentsov, venir au ministère et vous prendre en photo avec un décor installé en l'honneur d’Oleg Sentsov. En publiant cette photo sur les réseaux sociaux, nous prouverons que nous ne l'avons pas oublié et continuons de nous battre pour sa libération», peut-on lire dans le communiqué.

Le 13 juillet, Oleg Sentsov, metteur en scéne ukrainien, originaire de la Crimée, emprisonné illégalement par le pouvoir de la Fédération de Russie, aura 41 ans. En août 2015, le tribunal russe a reconnu Oleg Sentsov et Olexandre Koltchenko coupables d'avoir créé une «organisation terroriste » en Crimée, d'avoir participé «à deux actes terroristes » et d'en avoir préparé un autre, ainsi que la détention illégale d'armes et le projet d’acheter des engins explosifs. Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de prison, Koltchenko à 10 ans.

Et tant qu'à faire, un autre otage du Kremlin:

La Cour de Moscou laisse Souchtchenko en état d'arrestation jusqu'au 30 septembre 2017



La Cour de la ville de Moscou a rejeté une plainte déposée par l'équipe de défense de Roman Souchtchenko, correspondant permanent d'Ukrinform détenu illégalement en Russie, contre la prolongation du délai de son arrestation pendant trois mois supplémentaires, jusqu'au 30 septembre prochain.

Mark Feyguine, avocat du journaliste ukrainien, a communiqué cette information sur son compte Twitter :

« La Cour de la ville de Moscou a confirmé la décision de la Cour de Lefortovo de prolonger la détention de Roman Souchtchenko de trois mois », a-t-il écrit.

Selon une autre information de Mark Feyguine, Souchtchenko a été autorisé à faire trois appels téléphoniques à ses proches en Ukraine. « Le fils de Roman Souchtchenko, Maksym, fête ses 10 ans le 15 juillet. Maintenant, Roman le félicitera! », a précisé Feyguine.

Pour rappel, Roman Souchtchenko, correspondant permanent en France de l’agence de presse ukrainienne Ukrinform depuis 2010, a été arrêté sans aucun respect des règles internationales le 30 septembre dernier à Moscou, où il s'était rendu avec une visite privée.

Tout en l'accusant d'espionnage, le FSB de la Russie a déclaré que le journaliste était un employé de la Direction générale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien. Cette dernière a démenti la déclaration et les accusations d'espionnage, soulignant qu'elle n'était pas conforme à la réalité.

Auparavant, la Cour de Lefortovo à Moscou avait prolongé la détention de Roman Souchtchenko jusqu'au 30 septembre 2017.
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Jeu 13 Juil - 14:31

Assassinat de Nemtsov : 20 ans de prison pour le lampiste.
circuler, y'a plus rien à voir.

http://www.lefigaro.fr/international/2017/07/13/01003-20170713ARTFIG00143-meurtre-de-nemtsov-vingt-ans-de-prison-pour-le-principal-accuse.php
avatar
benoit77

Messages : 1657
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Jeu 13 Juil - 14:46

Exactement ça.
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mar 18 Juil - 14:37

Liza Peskov en France (en haut) et en Tchétchénie (en dessous).



Faculté d'adaptation. Laughing
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Dim 23 Juil - 21:51

ET en Russie ?
la poste de Rostov pille les colis : https://youtu.be/4WPwXgwpljg
avatar
benoit77

Messages : 1657
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Lun 24 Juil - 10:03

Il n'y a pas qu'en Russie que c'est le cas.
Des brebis galeuses, il y en a partout, même chez nous. Twisted Evil
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mar 25 Juil - 9:36

10 cartes qui expliquent la stratégie de la Russie

Many people think of maps in terms of their basic purpose: showing a country’s geography and topography. But maps can speak to all dimensions—political, military, and economic. 
In fact, they are the first place to start thinking about a country’s strategy, which can reveal factors that are otherwise not obvious.
The 10 maps below show Russia’s difficult position since the Soviet Union collapsed and explain Putin’s long-term intentions in Europe.

Russia is almost landlocked


Mauldin Economics

Sometimes a single map can reveal the most important thing about a country. In the case of Russia, it is this map.
One of the keys to understanding Russia’s strategy is to look at its position relative to the rest of Europe. 
The European Peninsula is surrounded on three sides by the Baltic and North Seas, the Atlantic Ocean, and the Mediterranean and Black Seas. The easternmost limit of the peninsula extends from the eastern tip of the Baltic Sea south to the Black Sea.
In this map, this division is indicated by the line from St. Petersburg to Rostov-on-Don. This line also roughly defines the eastern boundaries of the Baltic states, Belarus and Ukraine. These countries are the eastern edge of the European Peninsula.
Hardly any part of Europe is more than 400 miles from the sea, and most of Europe is less than 300 miles away. Much of Russia, on the other hand, is effectively landlocked. The Arctic Ocean is far away from Russia’s population centers, and the few ports that do exist are mostly unusable in the winter.


Europe controls Russia’s access to the oceans


Mauldin Economics

Russia’s access to the world’s oceans, aside from the Arctic, is also limited. What access it does have is blocked by other countries, which can be seen through this map.
European Russia has three potential points from which to access global maritime trade. One is through the Black Sea and the Bosporus, a narrow waterway controlled by Turkey that can easily be closed to Russia. Another is from St. Petersburg, where ships can sail through Danish waters, but this passageway can also be easily blocked. The third is the long Arctic Ocean route, starting from Murmansk and then extending through the gaps between Greenland, Iceland, and the United Kingdom.
During the Cold War, air bases in Norway, Scotland, and Iceland, coupled with carrier battle groups, worked to deny Russia access to the sea. This demonstrates the vulnerability Russia faces due to its lack of access to oceans and waterways.
It also reveals why Russia is, for all intents and purposes, a landlocked country.
A country’s access to the sea can greatly influence its economic and political strength.




Most of Russia's population lives along the western border


Mauldin Economics
Russia’s population clusters along its western border with Europe and its southern border with the Caucasus (the area between the Black Sea and Caspian Sea to the south). Siberia is lightly populated. Rivers and infrastructure flow west.


Russian agriculture is in the southwest.


Mauldin Economics
The heartland of Russian agriculture is to the southwest. Northern Russia’s climate cannot sustain extensive agriculture, which makes the Russian frontier with Ukraine and the Russian frontier in the Caucasus and Central Asia vital. As with population, Russia’s west and south are its most vital and productive agricultural areas.



Russia's railroad network is critical


Mauldin Economics

The importance of the western and southern regions can also be seen in the country’s transportation structure.
Rail transportation remains critical to Russia. Observe how it is oriented toward the west and the former Soviet republics. Again, the focus is the west and south—only two rail lines link European Russia to Russia’s Pacific maritime region, and most of Siberia is outside the range of transport.
 


Russia has lost its buffer against the West


Mauldin Economics

The next three maps show a basic internal pattern for Russia. The primary focus and vulnerability of Russia is in the west… with a secondary interest in the Caucasus. Siberia looms large on a map, but most of it is minimally populated and of little value strategically.
The first of the three maps shows that the current western border of Russia coincides with the base of the European Peninsula. The other maps show that population, agriculture, and transportation are located along the western border (with a secondary cluster in the Caucasus). This area is the Russian core, and all other areas eastward in Asia represent the periphery.
As a land power, Russia is inherently vulnerable. It sits on the European plain with few natural barriers to stop an enemy coming from the west. East of the Carpathian Mountains, the plain pivots southward, and the door to Russia opens. 
In addition, Russia has few rivers, which makes internal transport difficult and further reduces economic efficiency. What agricultural output there is must be transported to markets, and that means the transport system must function well. 
And with so much of its economic activity located close to the border, and so few natural barriers, Russia is at risk.



Russia wants to move its frontier as far west as possible


Mauldin Economics

It should be no surprise then that Russia’s national strategy is to move its frontier as far west as possible. The first tier of countries on the European Peninsula’s eastern edge—the Baltics, Belarus, and Ukraine—provide depth from which Russia can protect itself, and also provide additional economic opportunities. 
Consider Russia’s position in 1914, just before World War I began.
Russia had absorbed the first tier completely and some of the second tier countries, such as present-day Poland and Romania. Its control over the bulk of Poland was particularly significant.
When Germany and the Austro-Hungarian Empire attacked Russia in 1914, the depth this buffer gave the Russians allowed them to resist without the fight extending into Russia itself until 1917.


Germany has


Mauldin Economics

In 1941, when Germany again attacked Russia, its penetration was more extreme. This map shows the extent of the advance. Germany held all of this territory at one point but not all at the same time.
The Germans seized almost all of the European Peninsula and, in their final thrust, moved east and south into the Caucasus. Ultimately, Russia defeated Germany through depth and the toughness of its troops.
The former exhausted the Germans, and the latter imposed a war of attrition that broke them. If the Russians didn’t have that strategic depth, they would have lost the war.
Therefore, the Russian strategy at the close of World War II was to push its frontiers as far west as possible.




Mauldin Economics

This was the furthest Russia extended—and it ultimately broke the Soviet Union. Russia had seized the first tier of countries—the Baltics, Belarus, and Ukraine – and pushed westward seizing the second tier, as well as the eastern half of Germany.
The ideal position of Russia posed an existential threat to the rest of Europe. The Europeans and the US had two advantages. They had a broad encirclement of Russia and could close its access to the sea when they wished. 
But more important, they created a maritime trading block that generated massive wealth compared to the Soviet alliance (dragged down as it was by landlocked Russia). The arms race that resulted was a minor strain on the West but created an insurmountable cost to Russia. 
When oil prices fell in the 1980s, the Russians could not sustain the decline of revenue. This crippled the Soviet Union.


Now Russia has nothing to lose


Mauldin Economics

Returning to the first map, the retreat of Russian forces back to the line separating the country from the European Peninsula was unprecedented. Since the 18th century, Russia controlled the first tier of the peninsula. After 1991, it lost control of both tiers. Russia’s border had not been that close to Moscow in a very long time.
The West absorbed the Baltics into NATO, bringing St. Petersburg within a hundred miles of a NATO country. There was nothing that the Russians could do about that. Instead, they concentrated on stabilizing the situation—from their point of view, this involved fighting Chechen insurgents on their side of the frontier, intervening in Georgia, sending troops to Armenia, and so on.
But as you can tell from these maps, the key country for Russia after 1991 was Ukraine. The Baltics were beyond reach for now, and Belarus had a pro-Russian government. But either way, Ukraine was the key, because the Ukrainian border went through Russia’s agricultural heartland, as well as large population centers and transportation networks.
This was one of the reasons the Germans in World War II pushed to, and beyond, the Ukrainian border to reach Russia.
With regard to the current battle over Ukraine, the Russians have to assume that the Euro-American interest in creating a pro-Western regime has a purpose beyond Ukraine. From the Russian point of view, not only have they lost a critical buffer zone, but Ukrainian forces hostile to Russia have moved toward the Russian border.
It should be noted that the area that the Russians defend most heavily is the area just west of the Russian border, buying as much space as they can.
The fact that this scenario leaves Russia in a precarious position means that the Russians are unlikely to leave the Ukrainian question where it is. Russia does not have the option of assuming that the West’s interest in the region comes from good intentions.
At the same time, the West cannot assume that Russia—if it reclaims Ukraine—will stop there. Therefore, we are in the classic case where two forces assume the worst about each other. But Russia occupies the weaker position, having lost the first tier of the European Peninsula. It is struggling to maintain the physical integrity of the Motherland.
Russia does not have the ability to project significant force because its naval force is bottled up and because you cannot support major forces from the air alone. Although it became involved in the Syrian conflict to demonstrate its military capabilities and gain leverage with the West, this operation is peripheral to Russia’s main interests. The primary issue is the western frontier and Ukraine. In the south, the focus is on the Caucasus. 
    
It is clear that Russia’s economy, based as it is on energy exports, is in serious trouble given the plummeting price of oil in the past year and a half. But Russia has always been in serious economic trouble. Its economy was catastrophic prior to World War II, but it won the war anyway… at a cost that few other countries could bear.




Difficulties unite the Russians


Mauldin Economics

Thucydides distinguished between Athens and Sparta by pointing out that Athens was close to the sea and had an excellent port, Piraeus. Sparta, on the other hand, was not a maritime power. Athens was much wealthier than Sparta. A maritime power can engage in international trade in a way that a landlocked power cannot.
Therefore, the Athenian is wealthy, but in that wealth there are two defects. First, wealth creates luxury and luxury corrupts. Second, wider experience in the world creates moral ambiguity.
Sparta enjoyed far less wealth than Athens. It was not built through trade but through hard labor. And thus, it did not know the world, but instead had a simple and robust sense of right and wrong.
The struggle between strength from wealth and strength through effort has been a historical one. It can be seen in the distinction between the European Peninsula and Russia. Europe is worldly and derives great power from its wealth, but it is also prone to internecine infighting. 
Russia, though provincial, is more united than divided and derives power from the strength that comes from overcoming difficulty. The country is in a geographically vulnerable position; its core is inherently landlocked, and the choke points that its ships would have to traverse to gain access to oceans could be easily cut off. 
Therefore, Russia can’t be Athens. It must be Sparta, and that means it must be a land power and assume the cultural character of a Spartan nation. Russia must have tough if not sophisticated troops fighting ground wars. It must also be able to produce enough wealth to sustain its military as well as provide a reasonable standard of living for its people—but Russia will not be able to match Europe in this regard.
So it isn’t prosperity that binds the country together, but a shared idealized vision of and loyalty toward Mother Russia. And in this sense, there is a deep chasm between both Europe and the United States (which use prosperity as a justification for loyalty) and Russia (for whom loyalty derives from the power of the state and the inherent definition of being Russian). 
This support for the Russian nation remains powerful, despite the existence of diverse ethnic groups throughout the country.
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mar 25 Juil - 9:59

10 cartes qui expliquent la stratégie de la Russie

Beaucoup de gens pensent aux cartes en fonction de leur but fondamental: montrer la géographie et la topographie d'un pays. Mais les cartes peuvent parler à toutes les dimensions - politiques, militaires et économiques.

En fait, ils sont le premier endroit à commencer à penser à la stratégie d'un pays, ce qui peut révéler des facteurs non évidents.

Les 10 cartes ci-dessous montrent la position difficile de la Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique et expliquent les intentions à long terme de Poutine en Europe.


La Russie est presque enclavée

Mauldin Economics

Parfois, une seule carte peut révéler le plus important sur un pays. Dans le cas de la Russie, c'est cette carte.

L'une des clés de la compréhension de la stratégie de la Russie est d'examiner sa position par rapport au reste de l'Europe.

La péninsule européenne est entourée de trois côtés par la mer Baltique et la mer du Nord, l'océan Atlantique et la Méditerranée et la mer Noire.
La limite la plus à l'est de la péninsule s'étend de l'extrémité orientale de la mer Baltique au sud jusqu'à la mer Noire.

Dans cette carte, cette division est indiquée par la ligne de Saint-Pétersbourg à Rostov-on-Don. Cette ligne définit aussi grossièrement les limites orientales des pays baltes, la Biélorussie et l'Ukraine.
Ces pays sont à l'est de la péninsule européenne.

À peine une partie de l'Europe se trouve à plus de 400 milles de la mer, et la plupart de l'Europe se trouve à moins de 300 milles de distance. Une grande partie de la Russie, d'autre part, est effectivement enclavée. L'océan Arctique est loin des centres de population russes, et les quelques ports qui existent sont en grande partie inutilisables en hiver.


L'Europe contrôle l'accès de la Russie aux océans

Mauldin Economics

L'accès de la Russie aux océans du monde, en dehors de l'Arctique, est également limité. L'accès qu'il possède est bloqué par d'autres pays, ce qui peut être vu à travers cette carte.

La Russie européenne a trois points potentiels pour accéder au commerce maritime mondial. L'une est à travers la mer Noire et le Bosphore, une voie navigable étroite contrôlée par la Turquie qui peut facilement être fermée à la Russie. Un autre est de Saint-Pétersbourg, où les navires peuvent naviguer à travers les eaux danoises, mais ce passage peut également être facilement bloqué.
La troisième est la longue route de l'océan Arctique, à partir de Murmansk, puis s'étendant entre les écarts entre le Groenland, l'Islande et le Royaume-Uni.

Au cours de la guerre froide, les bases aériennes en Norvège, en Écosse et en Islande, associées à des groupes de bataille porteurs, ont travaillé à nier l'accès de la Russie à la mer.
Cela démontre la vulnérabilité de la Russie en raison de son manque d'accès aux océans et aux cours d'eau.

Il révèle également pourquoi la Russie est, à toutes fins pratiques, un pays enclavé.

L'accès d'un pays à la mer peut influencer grandement sa force économique et politique.

La majeure partie de la population de la Russie vit le long de la frontière occidentale

Mauldin Economics

La population de la Russie se regroupe le long de sa frontière occidentale avec l'Europe et sa frontière sud avec le Caucase (la zone entre la mer Noire et la mer Caspienne vers le sud). La Sibérie est peu peuplée. Les rivières et les infrastructures s'écoulent vers l'ouest.

L'agriculture russe se trouve dans le sud-ouest.

Mauldin Economics

Le cœur de l'agriculture russe est au sud-ouest. Le climat de la Russie du Nord ne peut pas soutenir une agriculture extensive, ce qui rend vitale la frontière russe avec l'Ukraine et la frontière russe dans le Caucase et l'Asie centrale. Comme pour la population, l'ouest et le sud de la Russie sont les zones agricoles les plus vitales et les plus productives.

Le réseau ferroviaire de la Russie est critique

Mauldin Economics

L'importance des régions occidentales et méridionales peut également être observée dans la structure de transport du pays.

Le transport ferroviaire reste essentiel pour la Russie. Observez comment il est orienté vers l'ouest et les anciennes républiques soviétiques. Encore une fois, l'accent est mis sur les deux lignes ferroviaires ouest et sud qui relient la Russie européenne à la région maritime maritime de la Russie, et la plupart de la Sibérie est en dehors de la gamme des transports.


La Russie a perdu son tampon contre l'Occident

Mauldin Economics

Les trois cartes suivantes montrent un modèle interne de base pour la Russie. L'accent principal et la vulnérabilité de la Russie est à l'ouest ... avec un intérêt secondaire dans le Caucase. La Sibérie se profile en grande partie sur une carte, mais la plupart sont peu peuplées et peu valorisées stratégiquement.

La première des trois cartes montre que la frontière occidentale actuelle de la Russie coïncide avec la base de la péninsule européenne. Les autres cartes montrent que la population, l'agriculture et les transports sont situés le long de la frontière occidentale (avec un groupe secondaire dans le Caucase).
Cette zone est le noyau russe, et toutes les autres régions vers l'est en Asie représentent la périphérie.

En tant que puissance terrestre, la Russie est intrinsèquement vulnérable. Il se trouve sur la plaine européenne avec peu de barrières naturelles pour empêcher un ennemi venant de l'ouest.
À l'est des Carpates, la plaine pivote vers le sud, et la porte vers la Russie s'ouvre.

En outre, la Russie a peu de rivières, ce qui rend le transport interne difficile et réduit encore l'efficacité économique.
Il faut transporter les produits agricoles sur les marchés, ce qui signifie que le système de transport doit bien fonctionner.

Et avec tant de son activité économique située à proximité de la frontière, et si peu de barrières naturelles, la Russie est à risque.


La Russie veut déplacer sa frontière aussi loin que possible à l'ouest

Mauldin Economics

Il ne faut donc pas surprendre que la stratégie nationale de la Russie soit de passer sa frontière aussi loin que possible à l'ouest. Le premier niveau de pays sur le bord de l'est de la péninsule européenne - les pays baltes, la Biélorussie et l'Ukraine - fournissent une profondeur à partir de laquelle la Russie peut se protéger et offre également d'autres opportunités économiques.

Considérons la position de la Russie en 1914, juste avant la Première Guerre mondiale.

La Russie avait complètement absorbé le premier niveau et certains pays de second rang, tels que la Pologne actuelle et la Roumanie. Son contrôle sur la majeure partie de la Pologne était particulièrement important.

Lorsque l'Allemagne et l'Empire austro-hongrois ont attaqué la Russie en 1914, la profondeur de ce tampon a donné aux Russes leur a permis de résister sans que le combat ne s'étende jusqu'à la Russie elle-même jusqu'en 1917.


L'Allemagne a

Mauldin Economics

En 1941, lorsque l'Allemagne a de nouveau attaqué la Russie, sa pénétration était plus extrême. Cette carte montre l'étendue de l'avance. L'Allemagne a tenu tout ce territoire à un moment donné, mais pas tous en même temps.

Les Allemands ont saisi presque toute la péninsule européenne et, dans leur but final, se sont déplacés vers l'est et vers le sud dans le Caucase. Finalement, la Russie a vaincu l'Allemagne par la profondeur et la dureté de ses troupes.

Le premier a épuisé les Allemands, et celui-ci a imposé une guerre d'attrition qui les a cassés. Si les Russes n'avaient pas cette profondeur stratégique, ils auraient perdu la guerre.

Par conséquent, la stratégie russe à la fin de la Seconde Guerre mondiale était de pousser ses frontières aussi loin que possible à l'ouest.



Mauldin Economics

C'était la Russie la plus éloignée, et finalement elle brisait l'Union Soviétique. La Russie a saisi le premier niveau de pays - les pays baltes, la Biélorussie et l'Ukraine - et a poussé vers l'ouest en saisissant le deuxième niveau, ainsi que la moitié orientale de l'Allemagne.

La position idéale de la Russie représentait une menace existentielle pour le reste de l'Europe. Les Européens et les États-Unis avaient deux avantages. Ils avaient un large cercle de Russie et pouvaient fermer son accès à la mer quand ils le souhaitaient.

Mais plus important encore, ils ont créé un bloc commercial maritime qui a généré des richesses massives par rapport à l'alliance soviétique (traîné comme il l'était par la Russie enclavée). La course aux armements qui a résulté était une contrainte mineure sur l'Ouest, mais a créé un coût insurmontable pour la Russie.

Lorsque les prix du pétrole ont diminué dans les années 80, les Russes n'ont pas pu supporter la baisse des revenus. Cela a paralysé l'Union soviétique.




Maintenant, la Russie n'a rien à perdre



 

Mauldin Economics



En revenant à la première carte, la retraite des forces russes dans la ligne séparant le pays de la péninsule européenne était sans précédent. Depuis le 18ème siècle, la Russie contrôlait le premier niveau de la péninsule. Après 1991, il a perdu le contrôle des deux niveaux. La frontière de la Russie n'était pas si proche de Moscou depuis très longtemps.

L'Occident a absorbé les pays baltes dans l'OTAN, amenant Saint-Pétersbourg à une centaine de kilomètres d'un pays de l'OTAN. Il n'y avait rien que les Russes pouvaient faire à ce sujet.
Au lieu de cela, ils se sont concentrés sur la stabilisation de la situation - de leur point de vue, il s'agissait de lutter contre les insurgés tchétchènes de leur côté de la frontière, d'intervenir en Géorgie, d'envoyer des troupes en Arménie, etc.

Mais comme vous pouvez le dire à partir de ces cartes, le pays clé pour la Russie après 1991 était l'Ukraine. Les pays baltes étaient au-delà de la portée pour le moment, et la Biélorussie avait un gouvernement pro-russe.
Mais de toute façon, l'Ukraine était la clé, parce que la frontière ukrainienne traversait le centre agricole agricole de la Russie, ainsi que les grands centres de population et les réseaux de transport.

C'était l'une des raisons pour lesquelles les Allemands de la Seconde Guerre mondiale ont poussé, et au-delà, la frontière ukrainienne à rejoindre la Russie.




En ce qui concerne la bataille actuelle contre l'Ukraine, les Russes doivent supposer que l'intérêt euro-américain dans la création d'un régime pro-occidental a un but au-delà de l'Ukraine. Du point de vue de la Russie, non seulement ils ont perdu une zone tampon critique, mais les forces ukrainiennes hostiles à la Russie se sont dirigées vers la frontière russe.

Il convient de noter que la zone que les Russes défendent le plus fortement est la zone juste à l'ouest de la frontière russe, en achetant autant d'espace qu'ils le peuvent.

Le fait que ce scénario laisse la Russie dans une situation précaire signifie que les Russes sont peu susceptibles de laisser la question ukrainienne où elle se trouve.
La Russie n'a pas la possibilité de supposer que l'intérêt de l'Ouest dans la région provient de bonnes intentions.

Dans le même temps, l'Occident ne peut pas supposer que la Russie - si elle réclame l'Ukraine - s'arrêtera là. Par conséquent, nous sommes dans le cas classique où deux forces assument le pire l'un de l'autre. Mais la Russie occupe la position la plus faible, après avoir perdu le premier niveau de la péninsule européenne.
Il est difficile de maintenir l'intégrité physique de la patrie.

La Russie n'a pas la capacité de projeter une force significative parce que sa force navale est embouteillée et que vous ne pouvez supporter que les forces majeures de l'air seul. Bien qu'il ait été impliqué dans le conflit syrien pour démontrer ses capacités militaires et prendre de l'influence sur l'Occident, cette opération est périphérique pour les intérêts principaux de la Russie. Le problème principal est la frontière occidentale et l'Ukraine.
Dans le sud, l'accent est mis sur le Caucase.
    
Il est clair que l'économie russe, basée sur les exportations d'énergie, pose de sérieux problèmes compte tenu de la chute du prix du pétrole au cours de la dernière année et demi. Mais la Russie a toujours eu de sérieux problèmes économiques. Son économie a été catastrophique avant la Seconde Guerre mondiale, mais elle a gagné la guerre de toute façon ... à un prix que peu d'autres pays pourraient supporter.




Les difficultés unissent les Russes


Mauldin Economics



Thucydide a distingué entre Athènes et Sparte en soulignant qu'Athènes était proche de la mer et avait un excellent port, le Pirée. Sparte, en revanche, n'était pas une puissance maritime. Athènes était beaucoup plus riche que Sparte. Une puissance maritime peut s'engager dans le commerce international de manière à ce que le pouvoir sans littoral ne puisse pas.

Par conséquent, l'athénien est riche, mais dans cette richesse il y a deux défauts. Tout d'abord, la richesse crée des corrupts de luxe et de luxe.
Deuxièmement, une expérience plus large dans le monde crée une ambiguïté morale.

Sparte jouissait d'une richesse beaucoup moins élevée que celle d'Athènes. Il n'a pas été construit par le commerce mais par le travail acharné.
Et donc, il ne connaissait pas le monde, mais avait plutôt un sens simple et robuste du bien et du mal.

La lutte entre la force de la richesse et la force par l'effort a été historique. On le voit dans la distinction entre la péninsule européenne et la Russie.
L'Europe est mondaine et tire son grand pouvoir de sa richesse, mais elle est également enclin à lutter contre les conflits intérieurs.

La Russie, bien que provinciale, est plus unie que divisée et tire le pouvoir de la force qui résulte de la difficulté de surmonter. Le pays est dans un poste géographiquement vulnérable;
Son noyau est intrinsèquement enclavé, et les points d'étranglement que ses navires devraient parcourir pour accéder aux océans pourraient être facilement coupés.

Par conséquent, la Russie ne peut pas être Athènes. Il doit être Sparte, et cela signifie qu'il doit s'agir d'une puissance terrestre et d'assumer le caractère culturel d'une nation spartiate. La Russie doit avoir des troupes difficiles, sinon sophistiquées, qui combattent les guerres terrestres. Il doit également pouvoir produire suffisamment de richesses pour soutenir ses militaires et fournir un niveau de vie raisonnable à son peuple, mais la Russie ne pourra pas égaliser l'Europe à cet égard.




Ce n'est donc pas une prospérité qui lie le pays ensemble, mais une vision et une fidélité idéalement partagées envers la mère Russie. Et en ce sens, il existe un profond abîme entre l'Europe et les États-Unis (qui utilisent la prospérité comme justification de la loyauté) et la Russie (pour qui la loyauté découle du pouvoir de l'État et de la définition intrinsèque de la Russie).

Ce soutien à la nation russe reste puissant, malgré l'existence de groupes ethniques diversifiés dans tout le pays.
  
  Tout cela donne aux Russes une opportunité. Quelle que soit la mauvaise économie de leur économie, la simplicité de leur position géographique à tous égards leur donne des capacités qui peuvent surprendre leurs adversaires et peut-être même rendre les Russes plus dangereux.
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Mar 25 Juil - 10:01

Article assez bien vu qui reprend l'évolution géo-stratégique à différents moments historiques de la Russie.

Maintenant, voir en la Russie actuelle une Sparte pure et dure qui se prépare à la guerre avec l'Occident est très excessif. D'abord parce que l'armée russe actuelle n'est plus qu'un lointain souvenir en comparaison de l'Armée Rouge toute puissante de 1945-1960.

On a beau posséder des matériels militaires très destructeurs, encore faut-il avoir les hommes motivés au moral d'acier pour les servir ! Ce qui est loin d'être le cas actuellement...

La jeune génération russe est plus intéressée à faire de l'argent, fréquente les réseaux sociaux occidentaux et les plus aisés vont se prélasser sur les plages d'Espagne, d'Egypte ou de Thaïlande... Le pouvoir aurait bien du mal à les mobiliser dans une guerre offensive contre l'Ouest Twisted Evil
avatar
Krispoluk

Messages : 4096
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Janchik le Mar 25 Juil - 10:05

Excellent article!
avatar
Janchik

Messages : 167
Date d'inscription : 12/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mar 25 Juil - 10:36

Sparte, c'était l'URSS. La Russie n'est plus Sparte, en effet, comme le relève Chris, mais un état en transition entre modernité et confort occidentaux et l'ancienne URSS, en quête d'une nouvelle identité.
avatar
Thuramir

Messages : 2204
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mar 25 Juil - 10:38

Avoir les gens est une chose, mais il faut aussi que le matériel soit à la hauteur.

Quand on voit un certain porte avion de notre connaissance . . . il y a de quoi s'interroger. Wink
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Mar 25 Juil - 10:39

Thuramir a écrit:Sparte, c'était l'URSS. La Russie n'est plus Sparte, en effet, comme le relève Chris, mais un état en transition entre modernité et confort occidentaux et l'ancienne URSS, en quête d'une nouvelle identité.

Exactement, parfaitement résumé en quelques mots mon ami ! Wink Cool
avatar
Krispoluk

Messages : 4096
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mar 25 Juil - 15:02

Videos suggest Russian government may be arming Taliban

Etat terroriste Exclamation
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Thuramir le Mar 25 Juil - 16:33

Александр a écrit:Videos suggest Russian government may be arming Taliban

Etat terroriste Exclamation

Euuuuh... Je crois me souvenir que les premiers à avoir armé les talibans du temps de l'URSS étaient les Etats-Unis ! Comme quoi, il ne faut pas être dupe des jeux de géostratégie internationale.
avatar
Thuramir

Messages : 2204
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 26 Juil - 8:36

Euh, je crois plutôt que les ricains ont aidé le commandant Massoud, qui combattait les soviétiques ET les talibans:

Le commandant Massoud

Ahmed Chah Massoud s'insurge contre la prise de pouvoir communiste à la fin des années 1970, en Afghanistan. Il est surnommé le Lion du Panshir, après avoir repoussé plusieurs attaque des soviétiques dans sa région natale. Dans les années 1990, il combat les talibans et appelle à l'aide internationale. Le Patchoune est assassiné dans un attentat-suicide le 9 septembre 2001, probablement par Al-Qaïda.



Le commandant Ahmad Shah Masood le 28 juin 2001 dans le nord-est de l'Afghanistan.

AFP / JOEL ROBINE
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Krispoluk le Mer 26 Juil - 9:15

Pas que lui, ils ont aussi formé et armé les premières troupes de Ben Laden. Je ne sais plus où j'ai lu ça mais c'est une vérité trouvée dans une source d'info digne de foi, je pense qu'en cherchant sur le net, on trouverait sans problème des éléments là dessus...
avatar
Krispoluk

Messages : 4096
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  travellergillou76 le Mer 26 Juil - 12:05

Krispoluk a écrit:Pas que lui, ils ont aussi formé et armé les premières troupes de Ben Laden. Je ne sais plus où j'ai lu ça mais c'est une vérité trouvée dans une source d'info digne de foi, je pense qu'en cherchant sur le net, on trouverait sans problème des éléments là dessus...

Ca n'a rien de secret. Very Happy
Je conseille de voir sur le sujet "la guerre selon charlie wilson", excellent film avec Tom Hanks et Julia Roberts sur les coulisses de l'opération cyclone (soutien militaire aux insurgés afghans).

Dans les années 80, la priorité était la lutte contre le communisme en application d'un adage connu: "l'ennemi de mon ennemi est mon ami".

On a fait pareil pendant le 2ème guerre mondiale en soutenant les soviétiques (fourniture de matériel militaire) contre les allemands.
Une fois le conflit terminé, l'URSS a posé une chape de plomb sur l'Europe de l'Est et ce fut le début de la guerre froide)

travellergillou76

Messages : 485
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  travellergillou76 le Mer 26 Juil - 12:10


travellergillou76

Messages : 485
Date d'inscription : 30/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 26 Juil - 12:19

study

Мuд Роисси‏

Президент Путин летает вот так. Именно поэтому он распорядился отменить вам, дорогие россияне, бесплатный багаж и ручную кладь в >5 кг:
Le président Poutine vole comme ça. Voilà pourquoi il a ordonné de vous annuler, chers Russes, bagages gratuit et bagages à main dans> 5 kg:









Lire les commentaires du tweet. Wink
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  benoit77 le Mer 26 Juil - 15:17





Le bidet , c'est pour les mauvais jour qu'il n'a pas.

La chute du mur c'était pas un mauvais jour pour lui ??
avatar
benoit77

Messages : 1657
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Mer 26 Juil - 15:42

C'était une catastrophe pour lui.
Tous ces allemands de l'Est qui déferlaient à l'Ouest, une honte. Wink
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Александр le Ven 28 Juil - 12:26

Thuramir a écrit:Il sera intéressant d'observer quelles mesures de rétorsion seront prises.
 
Nouvelles sanctions: Poutine promet une réponse à l’“insolence” américaine
© BELGA

La Russie répondra à l’“insolence” des Etats-Unis, où le Congrès a voté en faveur d’un renforcement des sanctions économiques contre Moscou, a prévenu jeudi le président russe Vladimir Poutine, dénonçant la “montée de l’hystérie antirusse” à Washington.

“Nous nous comportons de manière très réservée, très patiente, mais à un moment donné, nous devrons répondre, parce que c’est impossible de tolérer indéfiniment l’insolence à l’égard de notre pays”, a déclaré M. Poutine, au cours d’une conférence de presse commune à Savonlinna, en Finlande, avec son homologue finlandais Sauli Niinisto. Il a toutefois précisé que cette réplique restait à déterminer et dépendrait de la version finale du projet, adopté mardi par la chambre basse du Congrès mais qui doit être approuvé par le Sénat américain et promulgué par Donald Trump. Le texte, qui vise aussi l’Iran et la Corée du Nord, cherche à punir Moscou notamment pour son ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine de l’an dernier, au sujet de laquelle une enquête est en cours aux Etats-Unis. “Je ne considère même pas que ce soit une enquête, puisque une enquête suppose qu’on essaye d’établir l’ensemble des circonstances, d’étudier les raisons et d’entendre les parties”, a estimé Vladimir Poutine. “Nous voyons tout simplement une montée de l’hystérie antirusse”, a-t-il souligné. “C’est très triste que les relations russo-américaines soient sacrifiées” à des fins de politique intérieure.

Le Congrés américain a pris une décision renforçant les sanctions contre la Russie



Les législateurs du Congrès américain ont conclu un accord de principe sur l'approbation finale du projet de loi du Sénat qui renforcera les sanctions contre la Russie et limitera les pouvoirs du président pour les annuler.

Cette information a été communiquée par l’édition américaine influente The Hill.

«Le Senat avancera pour renforcer les sanctions contre l’Iran et la Russie comme cela a été conclu il y a 6 semaines, mais aussi les sanctions contre la Corée du Nord, élaborées par la Chambre des représentants », a déclaré Bob Corker, chef du Comité des relations internationales.

Il a expliqué que, après des discussions avec Kevin McCarthy,  chef de la majorité républicaine de la Chambre des représentants, ils sont parvenus à un accord, « qui nous permettra d'envoyer la législation sur des sanctions sur la table du président».

Russia starts 'diplomatic war' with U.S.

Russia has imposed sanctions against the United States, demanding that the number of American diplomats and technical staff working in Russia should be reduced to 455 people by September 1.


Photo de Unian

"We offer that the American side before September 1 of this year bring the number of diplomatic and technical personnel working in the U.S. Embassy in Moscow and consulates in St. Petersburg, Yekaterinburg and Vladivostok, in exact correspondence with the number of Russian diplomats and technical staff in the United States. This means that the total number of personnel employed by U.S. diplomatic and consular offices in the Russian Federation is being reduced to 455 people," the Russian Foreign Ministry said in a statement.

"In case of new unilateral actions by the U.S. authorities to reduce the number of our diplomats in the United States, a mirror response will follow," reads the report.


In addition, the Russian side has suspended from August 1 the use by the U.S. Embassy of all storage facilities on Dorozhna Street in Moscow and the ‘dacha’ compound in Serebryany Bor.
As UNIAN reported earlier,Russian President Vladimir Putin had commented on new U.S. sanctions, threatening to retaliate, according to Russian news outlets.

"As you know, we are behaving very composedly and patiently but we will have to respond at a certain point. It is impossible to constantly tolerate loutish behavior towards our country," the Russian news agency TASS quoted Putin as saying at a press conference after talks with Finnish President Sauli Niinisto.


La Russie a imposé des sanctions contre les États-Unis, exigeant que le nombre de diplomates et de techniciens américains travaillant en Russie soit réduit à 455 personnes d'ici le 1er septembre.

"Nous offrons que la partie américaine avant le 1er septembre de cette année porte le nombre de personnel diplomatique et technique travaillant à l'ambassade des États-Unis à Moscou et des consulats à Saint-Pétersbourg, à Ekaterinbourg et à Vladivostok, en correspondance exacte avec le nombre de diplomates russes et techniques
Aux États-Unis. Cela signifie que le nombre total de personnel employé par les bureaux diplomatiques et consulaires des États-Unis dans la Fédération de Russie est réduit à 455 personnes ", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

"En cas de nouvelles mesures unilatérales des autorités américaines pour réduire le nombre de nos diplomates aux États-Unis, une réponse miroir suivra", lit le rapport.

En outre, la partie russe a suspendu depuis le 1er août l'utilisation par l'ambassade américaine de tous les établissements de stockage sur la rue Dorozhna à Moscou et le complexe «dacha» à Serebryany Bor.

Comme l'a annoncé UNIAN, le président russe, Vladimir Poutine, avait commenté les nouvelles sanctions américaines, menaçant de prendre des représailles, selon les médias russes.

"Comme vous le savez, nous nous comportons avec beaucoup de compassion et de patience, mais nous devrons réagir à un certain point. Il est impossible de tolérer constamment les comportements envers notre pays", a déclaré l'agence de presse russe TASS citant Poutine lors d'une conférence de presse après Parle avec le président finlandais Sauli Niinisto.
avatar
Александр

Messages : 5111
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et en Russie !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 41 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum