La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Ven 3 Juin - 9:57

Un député français propose de décréter des sanctions contre l'Ukraine


https://fr.sputniknews.com/international/201606031025532832-ukraine-sanctions-donbass-france/

Le député de l'Assemblée nationale Thierry Mariani estime que la Rada suprême (parlement ukrainien) n'a procédé à aucune réforme prévue par les accords de Minsk destinés à régler la crise dans le Donbass.

Dans une interview accordée au journal russe Izvestia, M.Mariani a plaidé pour l'imposition de sanctions à l'encontre de Kiev qui ne respecte pas, selon lui, ses engagements inscrits dans les accords de Minsk.

Le député a rappelé que le Sénat français devrait bientôt se prononcer sur la résolution appelant l'Union européenne à lever les sanctions introduites à l'encontre de Moscou sur fond de crise ukrainienne. D'après l'interlocuteur du quotidien russe, la résolution, qui revêt un caractère de recommandation, a de fortes chances d'être adoptée.
En avril dernier, l'Assemblée nationale avait soutenu le projet de résolution de Thierry Mariani appelant à lever les sanctions imposées par l'Union européenne contre Moscou.
La prolongation des sanctions anti-russes devra être évoquée dans le cadre du sommet européen programmé pour les 28 et 29 juin prochain. Plusieurs Etats membres de l'UE, dont l'Italie, la Grèce et la Hongrie, se sont auparavant déclarés prêts à plaider pour un adoucissement des sanctions.
Pourtant, le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprimant en marge du récent sommet du G7 au Japon a déclaré que la politique de l'UE à l'égard de la Russie resterait inchangée.


Dernière édition par benoit77 le Ven 3 Juin - 9:59, édité 1 fois
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Ven 3 Juin - 9:59

Marine Le Pen à Moscou. C’est qui maintenant les « moscoutaires » ?

http://www.politis.fr/blogs/2015/05/marine-le-pen-a-moscou-cest-qui-maintenant-les-moscoutaires-31271/
La présidente du Front national, Marine Le Pen, a rencontré mardi 26 mai le président de la Douma lors d'une visite discrète à Moscou, sans accès à la presse.

Au siècle précédent, la droite extrême avait forgé un mot pour désigner les communistes. En raison de leurs liens avec le régime soviétique et de leur propension à suivre inconditionnellement ses directives politiques, ils étaient « les moscoutaires ». Une expression péjorative et stigmatisante qu’affectionnaient encore, jusqu’à la chute du Mur, Le Pen père et les polémistes rescapés des fourgons de la milice, du PPF ou du RNP, qui noircissaient les colonnes de la presse frontiste.
Les vents de l’histoire ont tourné. Et si le mot est tombé en désuétude, il pourrait aisément resservir pour qualifier l’incroyable attrait exercé par le régime de Vladimir Poutine sur l’extrême droite française, et singulièrement le Front national. Une relation payante, comme l’a abondamment montré Mediapart (Lire ici, ou ).
Lire > Marine Le Pen, la Crimée et les « remerciements » de Moscou
Pour son troisième voyage à Moscou en deux ans , Marine Le Pen, qui a été vue se promenant sur la place Rouge avant de se rendre à la Douma, l’a joué discrète. Le programme de sa visite n'a pas été rendu public. Mais les services de la chambre basse du Parlement avaient annoncé qu'elle serait reçue par Sergueï Narychkine, le président de la Douma, qui figure sur la liste des personnes sanctionnées par l'Union européenne en raison de la crise ukrainienne.

Les médias russes et étrangers, qui avaient d'abord été conviés à cette rencontre, se sont vu notifier au dernier moment que celle-ci se déroulerait sans accès à la presse et que sa retransmission en direct à la télévision russe était annulée. Le service de presse du FN a affirmé ne pas être informé du programme de Mme Le Pen ou de ses entretiens dans la capitale russe.
Après les entretiens, M. Narychkine a félicité Mme Le Pen pour le score du FN aux élections départementales de mars, affirmant que le parti d'extrême droite symbolisait « le temps et l'esprit de la France moderne » , saluant « une structure stable et durable » et « l'une des principales forces politiques en Europe » , selon un communiqué diffusé par la Douma.
La présidente du Front National s'était déjà rendue à Moscou en juin 2013 et en avril 2014. A chaque fois, elle avait été reçue par M. Narychkine, un proche de Vladimir Poutine. Auprès de lui, l’an dernier, quelques semaines après l'annexion de la Crimée par la Russie, elle avait soutenu la proposition russe d'une fédéralisation de l'Ukraine tout en dénonçant les sanctions européennes.

En octobre 2014, Jean-Marie Le Pen, avait également visité la capitale russe et vanté l'annexion de la Crimée, selon lui « province russe » depuis toujours. En décembre 2012, Marion Maréchal-Le Pen avait aussi fait son voyage de Moscou.

Ce n'est plus un Front national mais le Front russe...
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Ven 3 Juin - 10:03

Dans les deux cas, que des conneries.
Mais il faut se méfier des conneries . . . Embarassed
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Ven 3 Juin - 11:01

A voir "le projet russe pour l’Europe":


explication de celui qui murmure à l'oreille de Poutine


https://www.youtube.com/watch?v=2VRgNXYzq_s


Douguine et le FN:
https://www.youtube.com/watch?v=2FhWKt53bdw



et a lire ensuite:

Les Réseaux du Kremlin en France



 
Depuis quelques années, le Kremlin mène des campagnes de « séduction » très offensives dans l’Union européenne pour tenter d’influer sur les affaires intérieures de plusieurs pays membres. Dans ce but, il mélange sa conception du soft power avec des méthodes traditionnelles de ce KGB qui a formé beaucoup des dirigeants actuels. Alors que l’économie russe traverse une grave crise structurelle et qu’elle est sapée par une corruption de grande ampleur, le pouvoir finance, à l’étranger, des associations et des think tanks, des médias de propagande ainsi que des « usines à trolls » et des réseaux d’influence – voire des partis, comme le laissent supposer les millions d’euros perçus par le Front national.
En France, les représentants du Kremlin développent activement leurs relations avec des descendants de la diaspora russe, des politiciens français de divers bords, des journalistes, des hommes d’affaires et tous ceux que fascine, pour des différentes raisons, la personnalité de Vladimir Poutine.
Dès lors, une grave question se pose : cette politique intrusive représente-t-elle un danger pour la sécurité nationale française et l’intégrité européenne ? En mettant au jour la formidable machine mise en place par les idéologues du Kremlin, cette enquête de fond amène à croiser d’ex-officiers du KGB, des milliardaires orthodoxes, des princes nostalgiques d’une grandeur perdue, des agents d’influence, de nombreux « idiots utiles » et beaucoup, beaucoup d’argent…
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  pyxous le Ven 3 Juin - 14:32



C'est pas pour rien qu'on la surnomme "la pute de Moscou"    (caduce62)


Elle porte bien son nom celle là !
avatar
pyxous

Messages : 565
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 67
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  орис le Dim 5 Juin - 15:44

Par apport à ça, j'avais vu une vidéo de je ne sais plus quel russe (très discret ) sous poutine, peut être bien doughine qui expliquait dans un discours la volonté de la Russie de financer les extrêmes pour désorganiser l'Europe et ce qui se passe maintenant est déjà prévu et décrit il y a 10 ans

орис

Messages : 135
Date d'inscription : 09/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Matt le Dim 12 Juin - 18:19

Itar-Tass a falsifié le contenu de la Résolution du Sénat




Itar-Tass a écrit: «Le Sénat de la France a adopté une résolution prévoyant «l’allègement progressif» des sanctions européennes contre la Russie».
En vérité, cette formulation est très exagérée, parce que le Sénat français n’a pas le pouvoir d’intervenir sur les sanctions adoptées par l’Union Européenne. En fait, la Résolution est une demande adressé au gouvernement français. Il s’agit d’une recommandation. En outre, cette résolution est symbolique et n’a aucun caractère contraignant.

Website screenshot de lemonde.fr
Par la suite, l’article en question cite le discours du co-auteur de la résolution, le sénateur Yves Pozzo di Borgo (UDI), indiquant que «les relations avec la Russie sont stratégiques». En méprisant le standard journalistique qui oblige à présenter les opinions de tous les intéressés, ITAR-Tass ne cite aucun sénateur qui s’est exprimé en faveur du maintien des sanctions. Et pourtant, il y a eu des sénateurs pour rappeller que la Russie ne retire ni son armement ni son armée du territoire ukrainien et donc agit en agresseur, et pas en pacificateur.

Itar-Tass, comme la plupart des autres médias russes, a omis  le fait que le Sénat français a condamné «le recours à la force par la Russie sur le territoire ukrainien et l’annexion de la Crimée le 20 mars 2014, après un referendum considéré comme dépourvu de validité par les Nations unies».

Website screenshot « Voice of America »
Itar-Tass et d’autres médias russes ont affirmé que «ces étapes dans l’allègement des sanctions seraient liés avec la mise en œuvre des accords de Minsk». Or, l’armement russe est toujours employé dans le Donbass, l’Ukraine n’a toujours pas d’accès a la frontière russo-ukrainienne, les tirs vers le territoire ukrainien ne s’arrêtent pas une seule journée, et donc, les accords de Minsk ne sont pas appliqués par Moscou, si ce n’est de façon « trop partielle », comme a dit durant les débat le sénateur Jean-Yves Leconte. Dommage que sa remarque n’a pas attiré l’attention des journalistes russes.

Website screenshot de « Vesti »
Certains médias russes et ukrainiens ont déformé complètement la réalité en affirmant que le Sénat «a allégé les sanctions contre la Russie». Ce mensonge a été diffusé, par exemple, par les journaux en ligne Vesti et RBC.


Website screenshot de RBC

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Lun 13 Juin - 14:49

Commentaire de l'ambassadeur d'Ukraine en France:

Un équilibre de façade lors du vote au Sénat



Malheureusement, comme nous l'avions pressenti, le 8 juin les sénateurs français, à l'instar de leurs collègues du Palais Bourbon, ont approuvé la résolution relative au régime des sanctions de l‘UE à l’encontre de la Russie.

À première vue, on peut même considérer ce document en quelque sorte comme un progrès par rapport à la résolution de "Mariani et 55 de ses amis" vote par l’Assemblée National le 28 avril. En particulier, nos interlocuteurs français ont souligné à plusieurs reprises que le texte, est beaucoup plus équilibré que son « frère-aîné » et l’issue d'un travail complexe et persistante, ce qui a permis de le remplir par un certain nombre de points importants pour l'Ukraine.

En effet, la résolution rejette l'annexion de la Crimée par la Russie, met l'accent sur la nécessité d’implémenter les accords de Minsk, ainsi qu'affiche son respect pour l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Ukraine.

En revanche, le message que les sénateurs français ont en effet envoyé au gouvernement et à l’opinion publique en votant cette résolution reste profondément erroné – après tout il s’agit d’un appel à déclencher le processus de la levée des sanctions contre la Russie, pur et simple.

Dans les meilleures traditions de la realpolitik, qui sont si bienvenues au Kremlin, ce texte dissimule ou bien « oublie » de préciser l’existence de l’agression russe. Comme l'ont noté à juste titre certains parlementaires, prêts à appeler un chat un chat, cette rédaction de la résolution est un virage à 180° par rapport à l’implémentation des accords de Minsk. Comme l'ont récemment rappelé les dirigeants des pays du G7, dont le Président français, la durée du régime des sanctions est clairement liée à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk par la Russie et le respect de la souveraineté de l'Ukraine.

Ainsi le soutien aux accords de Minsk que cette résolution vante si fièrement n’est rien d’autre qu’une tentative à faire passer à la sauvette sa tâche principale – l’allègement progressif et partiel du régime des sanctions. Sur le fond la résolution adoptée par le Sénat contredit la logique du processus de Minsk.

Car le moindre pas vers l’allègement du régime des sanctions sera perçu par Moscou comme un signe de faiblesse qui encourage ses appétits envahissants.

Tout ce que la diplomatie a l’habitude d’appeler un compromis, la Russie le considère comme une concession donnant une nouvelle marge de manœuvre pour une action agressive. Cela me rappelle la phrase de l'un des dirigeants soviétiques qui est en fait très symptomatique pour la Russie d’aujourd'hui : tout ce qui est à nous – c'est le nôtre, et tout ce qu'est à vous est négociable.

Et tandis que les sénateurs français ont travaillé dur sur le texte afin de le rendre plus « équilibré », le bien connu « générateur des idées » Thierry Mariani, à la fois inspiré par le succès de ses initiatives et les attentes en vue de la résolution du Sénat, sur les pages de la presse russe a exigé pas simplement la levée des sanctions contre la Russie, mais aussi l'introduction de sanctions contre l'Ukraine.

Dans la foulée d'une telle irresponsabilité de la parole politique se développe une insouciance publique envers la tragédie d’Ukraine, torturée par l’agression russe.

Malgré tout, certaines choses doivent rester immuables: l’agression contre un pays et puis l’annexion de sa partie reste la violation de toutes les normes juridiques internationales possibles. Presque 10 mille vies ukrainiennes et des millions des destins brisés n’ont pas de prix, et surtout pas en terme d’indicateurs économiques. On ne peut pas fermer les yeux sur l’arrogance avec laquelle la Russie force le monde entier à accepter son insolence.

L’initiative de la levée des sanctions contre le pays agresseur qui n'a pas renoncé à sa politique agressive est un mouvement en arrière et ne peut pas être considéré comme un pas vers un règlement pacifique de la situation, même si cette initiative est enveloppé dans un papier cadeau « bien équilibré».
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Mar 14 Juin - 11:54

La position de la France reste la même :
Réalisation des accords de Minsk et seulement ensuite les sanctions seront révisées.

http://news.liga.net/news/politics/11200138-posol_frantsii_sanktsii_s_rf_ne_budut_snyaty_do_vypolneniya_minska_2.htm
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Mar 14 Juin - 20:21

il aura fallu attendre une semaine pour lire dans nos médias un article à la hauteur de la situation ! :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/14/russie-le-senat-a-t-il-vraiment-demande-la-levee-des-sanctions_4950272_3232.html

Russie, le Sénat a-t-il vraiment demandé la levée des sanctions ?


LE MONDE | 14.06.2016 à 13h29 |  Par Philippe de Lara (maître de conférences à l’université Panthéon-Assas)  


Il faut lire attentivement le texte voté au Sénat sur les « Sanctions à l’encontre de la Russie ». Habileté du lobby pro-Poutine ? Lâcheté des élus et du gouvernement français ? Suprême sagesse de la haute Assemblée ? Il y a de tout cela dans la résolution adoptée le 8 juin 2016 par les sénateurs après une longue bataille d’amendements. Le texte est déjà lu et sera lu comme une nouvelle demande de levée des sanctions, analogue à celle que M. Mariani avait fait passer en contrebande à l’Assemblée nationale, et donc comme un nouveau signe de faiblesse de l’Europe face à la Russie. On peut faire confiance à la machine de propagande du Kremlin, à l’insoutenable légèreté des médias où on ne lit plus que des prompteurs, comme à celle des élus dilettantes qui ne connaissent pas les dossiers. Vu ainsi, ce vote a l’air d’une victoire de Poutine. Et pourtant…
 
 
La Russie est acteur direct et agresseur dans la guerre
 
 
Le texte du Sénat est très éloigné de celui de l’Assemblée. Il souhaite certes une levée des sanctions, mais sous réserve de conditions « précises et ciblées » qui, à lire le texte, n’incombent qu’à la Russie, et dont le détail est laissé à l’appréciation du gouvernement français et des partenaires européens. Pour une fois, on a échappé à la langue de caoutchouc du renvoi dos à dos de l’Ukraine et de la Russie qui seraient également responsables de la poursuite des combats et du non-respect des accords de Minsk. C’est plutôt mieux que l’angélisme embarrassé d’un Ayrault et même d’une Merkel, qui font régulièrement semblant de croire que, si l’Ukraine voulait bien régionaliser le Donbass et y tenir des élections, il n’y aurait plus de « conflit ». Qui peut prétendre sans mentir que, si l’Ukraine se pliait à ces conditions, les « pro-Russes » évacueraient immédiatement Debaltseve, et la Russie retirerait ses troupes et ses armes lourdes, y compris les missiles dernier cri qui ont été exhibés sans vergogne au défilé militaire du 9 mai 2016 à Donetsk, en violation flagrante de Minsk 2 (février 2015) qui mentionne en toutes lettres le retrait des systèmes d’armes russes Tornado, Smertch, Ouragan et Totchka. En liant la levée des sanctions au respect par la Russie des accords de Minsk, le Sénat la repousse aux calendes grecques.
 
 
Il faut reconnaître que le président du Sénat Gérard Larcher, en dépit de l’attachement naturel du Sénat à l’autonomie des collectivités locales, a toujours été plus avisé sur cette question : il préconise certes une décentralisation plus poussée en Ukraine, mais il a admis publiquement que la guerre était un obstacle à une telle réforme et qu’il ne fallait pas mettre la charrue avant les bœufs. Lui, au moins, ne fait pas semblant d’ignorer ce que tout le monde sait bien au Quai d’Orsay et ailleurs : qu’il est grotesque d’envisager des élections dans un territoire où les « séparatistes » rançonnent, persécutent et assassinent tous ceux qui ne leur font pas allégeance.
 
 
Il suffit d’être catholique ou protestant pour être en danger de mort aujourd’hui dans le Donbass occupé (et pendant ce temps, la propagande du Kremlin raconte que l’Eglise orthodoxe affiliée à Moscou est persécutée en Ukraine, et il y a des idiots utiles, même aussi informés qu’à Causeur, pour colporter ce mensonge). Les chrétiens conservateurs qui prennent Vladimir Poutine pour un défenseur des valeurs chrétiennes contre la décadence libérale devraient s’en aviser, au lieu de croire aux bienfaits de la politique russe en Europe et en Syrie.
 
 
En somme, si on fait abstraction de la ruse manœuvrière de M. Pozzo di Borgo, de l’aveuglement lâche de nombre d’élus, y compris parmi les plus éminents (Raffarin) et qu’on lit le texte et seulement le texte, il en ressort que la Russie est acteur direct et agresseur dans la guerre russo-ukrainienne (voir la référence explicite dans la résolution à l’autorisation d’intervenir militairement en Ukraine votée par la Douma le 1er mars 2014) et que cette guerre a commencé avant l’intervention dans le Donbass, avec l’annexion de la Crimée et le pseudo référendum « considéré comme dépourvu de validité par les Nations Unies ». C’est plutôt mieux que le discours habituel des Occidentaux, qui ont tendance à passer la Crimée par pertes et profits pour ne soulever que le problème de l’occupation du Donbass. Certes, le texte est muet sur la destruction par un missile sol-air du MH17 à l’été 2014, bien que la responsabilité de la Russie soit désormais établie et que les sanctions européennes aient été renforcées à la suite de cette tragédie. Certes, la résolution semble exonérer les parlementaires russes de leur responsabilité dans l’agression russe, en insistant sur la levée des sanctions visant ces parlementaires. Mais elle est incohérente sur ce point puisqu’elle commence par condamner le feu vert de la Douma à l’agression russe.
 
 
« On ne devrait pas considérer que le Sénat a demandé la levée des sanctions »
 
 
Encore un point de détail : le texte publié par le Sénat immédiatement après le vote, ce qu’on appelle la « petite loi » et qui n’est pas définitif (seule la publication au JO fait foi) parle d’une levée de ces sanctions « sans délai », alors que cette mention, bien présente dans la proposition de M. Pozzo di Borgo, avait été supprimée par les sénateurs. Le texte voté « invite le gouvernement à appeler ses partenaires européens à travailler à la levée des sanctions individuelles visant les parlementaires russes », au lieu de « lever sans délai ». La nuance n’est pas mince : elle implique que la levée de ces sanctions doit être envisagée au cas par cas et non en bloc (cela a été souligné par l’auteur de l’amendement), et elle renvoie leur levée éventuelle à l’appréciation du gouvernement et des Européens. Même sur ce point, le Sénat ne demande donc pas à proprement parler la levée des sanctions, il souhaite qu’on y parvienne, si les conditions le permettent, c’est-à-dire si la Russie cesse son agression ou, dans le cas, si les élus russes concernés reviennent sur leur soutien à la guerre de Vladimir Poutine.
 
 
Je sais bien que la politique parlementaire est pavée d’ambiguïtés et de faux-semblants, et que cet épisode peu glorieux montre surtout le désarroi et le manque de courage et de vision de la majorité de nos politiques (y compris le gouvernement, représenté au Sénat par Harlem Désir). Mais on ne devrait pas considérer que le Sénat a demandé la levée des sanctions, que ce soit pour s’en réjouir ou pour le déplorer. Vladimir Poutine va bien sûr profiter de ce message conciliant du Sénat français, mais il n’a pas été réellement envoyé. Avec ce vote, le lobby pro-Poutine a réussi un beau coup de communication, mais il n’a rien gagné, au contraire. Comme en Syrie, la Russie peut bien apparaître pendant un moment comme un acteur redoutable et un partenaire indispensable, on finit par s’apercevoir à chaque fois qu’il n’en est rien. Après tout, Vladimir Poutine a échoué en Ukraine et son double jeu avec le terrorisme islamiste, à la fois combattu et instrumentalisé, est digne d’un méchant de James Bond, mais vain voire dangereux pour la Russie elle-même. La droite française n’a pas fini d’être déchirée entre les poutinolâtres (MM. Sarkozy, Fillon, Estrosi, etc.) et les autres, qui voient ou, au moins, entrevoient l’absurdité, immorale et suicidaire, de l’alignement sur Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon et autres porte-voix du Kremlin en Europe - de Nigel Farage à Aube Dorée et Jobbik, en passant par AfD, Gilders, et M.F. Bechtel : vaste programme….
 
 
Philippe de Lara (maître de conférences à l’université Panthéon-Assas)
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Matt le Mar 14 Juin - 21:29

Allélouia!  cheers

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Mer 15 Juin - 8:31

Malgré ça, certains n'en n'ont pas assez:

Ces députés qui réclament plus d’espions russes en France  Shocked



Douze députés européens – pour la plupart français, dont Rachida Dati – ont cosigné une tribune dans le quotidien britannique  « The Independent » demandant la levée de l’interdiction d’entrée en Europe des chefs du renseignement russe. Quelques jours auparavant, la version française de cette tribune avait été publiée dans un des principaux relais de la propagande russe – Sputnik – manifestement faute d’avoir trouvé un journal de langue française crédible. Nous sommes encore une fois face à un exemple d’instrumentalisation d’un problème bien réel à des fins plus que douteuses. Ci-dessous l’explication en plusieurs points.

Premièrement, les sanctions ont été imposées aux agents de renseignements russes à cause de leur participation active à l’annexion de la Crimée, puis aux opérations militaires dans le Donbass. A titre d’exemple, c’est un (ex-) agent du FSB Guirkine-Strelkov qui a dirigé la capture des bâtiments administratifs dans la région de Donetsk, après avoir préparé et pris part aux opérations de l’armée russe en Crimée.

Deuxièmement, le FSB, le GRU et le SVR, loin d’être coopératifs, ont réalisé des « mesures actives » et pas uniquement en Ukraine. Le tribunal britannique a clairement pointé du doigt la responsabilité des agents du FSB dans l’assassinat de Litvinenko. En France, plusieurs opérations auraient également été menées par des agents russes, notamment l’empoisonnement d’un oligarque et l’intimidation d’un ancien ministre tchétchène. Pour mener à bien ces opérations la Russie disposerait d’environ une centaine d’agents sous couverture diplomatique dans son ambassade de Paris [1]. Un chiffre important comparé aux estimations d’effectifs du contre-espionnage français [2].

Troisièmement, les informations fournies par les Russes sont souvent modifiées ou tout simplement inventées de toutes pièces. Pour citer un exemple récent : le trucage d’images par le ministère de la Défense russe en ce qui concerne le vol MH17. Ce problème est par ailleurs bien connu de nos services de renseignements. Un ancien haut responsable de l’espionnage français, Alain Chouet, le note dans un entretien à MediaPart:
« Quant à la Russie, c’est un autre problème, celui de l’intégration des services de renseignement au service de la politique étrangère russe. En résumé, ils ne nous donnent que ce qu’ils veulent, et en plus ça peut être calculé. À chaque fois, c’est donc à prendre avec des pincettes. »

Notre analyse serait incomplète sans noter les contacts déjà bien présents entre les élus LR et les renseignements russes. Dans son livre « La France russe », Nicolas Hénin, note la présence d’un responsable du GRU à la première réunion du Cercle Pouchkine parrainé par le député LR Mariani. Il fait remarquer également que les services français suspectent l’Association Dialogue Franco-Russe, dont un certain nombre de députés LR sont membres, d’être « gangrené par le SVR ».

Il est par ailleurs intéressant de remarquer que parmi les partenaires de l’édition 2015 du festival « le 7e art dans le 7e », organisée sous le patronat de Mme Dati, on retrouve l’Association France-Oural, présidée par le poutinolâtre M. de Kochko, connu, notamment, pour ses tentatives de recrutement de journalistes français.


Mairie du 7e Paris @mairie7 1 juin 2015
Venez nombreux à la 14e édition du Festival "Le 7e art dans le 7e" Inscription obligatoire au 01.53.58.75.60

Enfin, les points cités précédemment doivent être replacés dans leur contexte. Depuis plus de deux ans, la Russie mène une guerre hybride en Europe. On peut y distinguer trois fronts : militaire, diplomatique et informationnel. L’Europe, parfois inconsciemment, affronte la Russie sur les deux derniers, l’Ukraine, sur l’ensemble des trois. Les divers services de renseignement russes agissent sur tous ces fronts en Ukraine et en Europe.

En septembre 2014, le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian a très justement qualifié l’action de la Russie : « ce sont bien là les principes qui fondent la sécurité de l’Europe qui sont atteints ». Depuis, il y a eu, certes, les accords de Minsk. Des affrontements militaires ont été largement remplacés par des affrontements diplomatiques. Mais sur le fond, rien n’a changé, la paix en Europe est très loin d’être rétablie.

Vouloir dans ces conditions lever les sanctions contre les chefs des services de renseignement russes qui ont agi et continuent à œuvrer contre notre sécurité relève pour le moins d’une inconscience.

Par Igor Reshetnyak, en exclusivité pour Informnapalm France.
Relecture: E. Kloczko

Photo : Rachida Dati et l’ Ambassadeur Orlov à l’occasion de la сérémonie de la pose de la première pierre du Centre culturel russe 

[1] “Comment Poutine tisse sa toile en France”, Le Monde, 28 mai 2016
[2] « Révélations sur les espions russes en France », Le Nouvel Observateur, 24 juillet 2014.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Thuramir le Jeu 16 Juin - 0:54

Александр a écrit:Malgré ça, certains n'en n'ont pas assez:

Ces députés qui réclament plus d’espions russes en France  Shocked

Quand on lit le nom de Rachida Dati, tout le monde sait déjà que ce qui suivra sera du grand n'importe quoi, quel que soit le sujet qui sera abordé. 
avatar
Thuramir

Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Krispoluk le Jeu 16 Juin - 8:38

Thuram a écrit:
Quand on lit le nom de Rachida Dati, tout le monde sait déjà que ce qui suivra sera du grand n'importe quoi, quel que soit le sujet qui sera abordé. 

Non, non ! Pourquoi tant de hargne à son égard ?

Dans une intervention publique à l'assemblée nationale, autrefois, elle a fait un lapsus (révélateur ?) et a confondu "inflation" avec "fellation"...

Y'a bien au moins un domaine où elle doit être spécialiste ! Laughing Laughing Laughing lol!
avatar
Krispoluk

Messages : 4353
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Jeu 16 Juin - 11:08

Ukraine and the French Republican betrayal


Photo: REUTERS. Crimean "leader" Vladimir Konstantinov with French politician Thierry Mariani

Article by: Pierre Scordia


An open letter to Thierry Mariani, French MP who backs Crimea’s occupation

Dear Monsieur Mariani,

Congratulations! I can only admire your unfailing love for Russia and bow to your perseverance in such titanic efforts to pass a resolution draft to the French National Assembly calling for an end to economic sanctions against Russia. How we feel for you: the vote was held in a barely occupied lower house on a spring day! Now, isn’t the absenteeism of French MPs convenient? With the support of your cronies in the upper house who, like you, are inveterate fans of Crimean holidays, your resolution – somewhat diluted in order not to obstruct the extremely delicate task of our French Foreign Minister – was finally approved on June 8th by an overwhelming majority of 301 votes to 16. How can we not burst with pride to be French, European, Republican, courageous, rational, visionary and united with the great Russia, all at the same time! In actual fact, the French senators were more concerned that their rural electorate would have the means to dispose of their pig farming surpluses in Russia; far easier to support your cause, wouldn’t you say, than attempting to reform a system that is cruel to animals and woefully out-dated, given the impossibility of satisfying the almighty French Farmers’ Union!

Ever valiant, you also go to the utmost trouble to put an end to personal sanctions most unfairly imposed upon your Russian friends in Moscow. Your exemplary behaviour touches me beyond measure; it even reminds me a little of the fight for justice by those great enlightened minds of the eighteenth century. Come to think of it, isn’t it rather surprising that Amnesty International stays silent on this issue? You are so right to remind us of the insult inflicted onto your colleague Sergei Naryshkin, decorated with the highest distinction in France, la légion d’honneur. Although, please forgive my presumptuousness but I cannot help but feel that this distinction has become somewhat “wheeler-dealer” nowadays. Alas, I concede the system is unfair since we know that the Crown Prince of Saudi Arabia received this honour from our Glorious Republic for arms sales favours…

But who is this bel ami you are defending so valiantly? After a long search of a few seconds on Google, I discover he is chairman of the Duma, the man responsible for official propaganda lies, implicitly justifying the forceful Russian intervention in Ukraine, which has taken (just a trivial detail) tens of thousands of young lives. This high ranking yet ever so discreet gentleman rails against those Ukrainians who have seized power in Kyiv, accusing them of being nationalist, anti-democratic, anti-Russian and malicious towards so called Russian minorities. Monsieur, why condemn a man whose only crime has been to incite fear and hatred?

You are right to raise another pressing issue, one far more profound in my humble opinion: does it make sense to deprive our powerful, efficient, strike-free French defence industry of lucrative Russian contracts? After all, let’s be honest, this massive Eurasian federation would have merely invaded a tiny Russian-speaking peninsula barely larger than Brittany. Who cares if 40 % of the population of Crimea were at that time of Ukrainian or Tatar origin? We know that our traditional French Secular Republic despises minority and identity movements that are prey to division and communalism. It’s just as well that Putin put an end to this Ukrainian folly of giving visibility and autonomy to small, unimportant, forgotten cultures. But fear not, the sacrosanct policy that the Russians have mastered will create a new front in our common struggle against Islamism. And, if there is radicalisation among Crimean Tatars, we can always blame the deceitful Americans and their accomplices from Kyiv for arming them on the sly, much as your Muscovite acquaintances are doing so brilliantly in the Donbas. Please do not worry yourself; it is a safe bet that the Turks, slightly annoyed with their Russian friends, will not get involved if their Turkish brothers are ill-treated. Thierry, allow me to reassure you once again; it will always be more salutary to take up the Palestinian cause rather than the Tatars’ one and vilifying Israel in Parisian salons will remain eternally more chic than criticising Our Glorious Russia!Moreover, since we are now into redefining borders, perhaps we could get rid of the Alsatians who have at times been annexed to Germany? They will probably be so much happier in US-friendly, harmonious, modern, rich, dynamic, hardworking Germany and furthermore they will be better prepared to cope with the vagaries of globalisation.

I understand your anger but please do stay calm; the Russians are generous to their friends. And who knows, perhaps one day, if we Europeans bend to their utterly reasonable demands and provide them with weapons and livestock, we will witness the dismemberment of Kazakhstan that your wife knows so well. Now I come to think of it, this could yet be another great business opportunity for French companies in those new Russian-speaking Kazakh entities that your dear friends may very well rename “New Siberia”.

My dear Mr. Mariani, I give you a few minutes of relaxing music. Listen to Jamala’s song, winner of Eurovision 2016, which the Russians are so strangely fond of. In this music entitled “1944”, Jamala revived with beautiful lyrics the cruel deportation of her people by the Kremlin. The singer, who by the way did not cover her hair, cries for her homeland where today she is persona non grata. Crimea, a multicultural land, has been one too many times under the Russian steamroller of which you boldly make yourself the champion. But perhaps you would prefer to read Lev Tolstoy, who in his short story Hadji Murat, described all the hatred of the Caucasian Muslims crushed under the ruthless Russian yoke. A cause and effect relationship maybe, wouldn’t you say?
Pierre Scordia
Lecturer at University College London
Founder of FΩRMIdea |
form-idea.com
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Jeu 16 Juin - 11:36

c'est quoi la boite rouge ?
une parure or et diamant pour madame ??

Arf quelle vie de chien ces politiques!
Obliger d'aller faire la pute à Moscou pour quelques cailloux et oripeaux.

Si seulement Bokassa et Khadafi étaient encore de ce monde.

Mais à la guerre comme à la guerre faut bien faire la parade et trouver du pognon pour la résidentielle 2017 !
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Jeu 16 Juin - 11:50

Des chocolats Roshen? Laughing
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Jeu 16 Juin - 11:56

Александр a écrit:Des chocolats Roshen? Laughing
Oui mais alors fourrés aux diamants volés a l’Allemagne nazis !
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Jeu 16 Juin - 12:42

avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Matt le Ven 17 Juin - 17:28

En France, le Poutinisme se porte bien

Nicolas Hénin a cherché à savoir qui sont les poutinistes français, ce qui les anime, et livre en chemin quelques histoires savoureuses et significatives

Le journaliste Nicolas Hénin décrypte les diverses motivations des soutiens français à Vladimir Poutine et dessine une géographie de leurs réseaux, qui trouvent des relais dans des endroits parfois inattendus

Par Renaud Rebardy

Depuis la sortie du livre de Nicolas Hénin sur « La France russe » (1), début juin, on a vu le Sénat français voter une motion plus qu’ambiguë appelant à une « levée progressive des sanctions » européennes contre la Russie. Puis on a vu Nicolas Sarkozy se rendre se ranger à cette même idée. C’est donc dire à quel point ce livre est dans l’actualité.

Il existe en France une vaste coalition de Poutinophiles français. Ces membres ont des convictions parfois opposées. Certains sont ainsi très à gauche ou d’autres à l’extrême droite. On y trouve des gens de tous milieux : des hommes d’affaires, un évêque, un quarteron de généraux et beaucoup de militants de différents partis… Mais tous trouvent un attrait à la figure du président russe pour des raisons qui leur sont propres, et qui parfois s’opposent.

Le journaliste Nicolas Hénin a rencontré quelques-uns d’entre eux et dresse un portrait de cette France poutinienne. En chemin, il nous raconte quelques histoires plutôt savoureuses et significatives. Ainsi, il nous révèle comment, l’ancien premier ministre François Fillon avait forcé la main à l’administration française pour faire accepter l’installation, dans le 8e arrondissement de Paris, d’une statue célébrant l’armée russe.

Ce monument devait marquer le bicentenaire de l’entrée de l’armée du tsar dans Paris en 1814, avec les troupes coalisées contre Napoléon. La statue devait figurer un soldat russe tenant son cheval par la bride, avec à ses pieds un amoncellement de munitions et une mitrailleuse. Elle devait être érigée cours La reine, face au Grand Palais, soit le plein cœur de Paris. L’idée avait été inspirée par l’ambassade de Russie.

Apparemment, l’idée de rendre ainsi hommage à une armée d’occupation n’avait pas dérangé. C’est le maire de l’époque, Bertrand Delanoë, qui a eu une attaque en découvrant la chose et catégoriquement bloqué ce projet farfelu.

Nicolas Hénin révèle aussi le contenu d’une note interministérielle confidentielle sur l’activité des services de renseignement russe en France. Elle estime que la moitié des diplomates russes à Paris sont membres des services secrets, soit une bonne centaine de personnes.

Elle situe en 2008 l’année du début d’une offensive des services russes en France. Selon cette note, leur but est d’y créer un lobby, de diviser les opinions publiques, mais aussi les pays européens entre eux. Ce travail a porté ses fruits. Mais n’a pas empêché le président François Hollande de bloquer la vente des navires « Mistral », si ardemment voulus par la Russie, et finalement livrés à l’Égypte il y a quelques jours…

Le livre apporte aussi un bon décryptage de la stratégie russe sur les réseaux sociaux. Il nous montre comment des sites russes, richement dotés, aidés d’une armée de « trolls de Poutine », tentent de créer la confusion dans l’esprit du public français. Les Russes nomment cela « maskirovka », l’action cachée.

Il s’agit pour les agents de cette action de créer le doute, de faire en sorte que les lecteurs n’aient plus confiance dans ce qu’ils lisent, au point d’en perdre le discernement, de jouer sur la méfiance, de plus en plus grande, qui existe à l’égard de nos élites. Cette « spetspropaganda » (propagande spéciale) est un art enseigné depuis longtemps en Russie, à l’époque de l’URSS comme aujourd’hui, nous raconte Nicolas Hénin.

Spécialiste du Moyen-Orient et des relations internationales, Nicolas Hénin s’était surtout, jusqu’ici, intéressé au monde arabe. Il est notamment l’auteur de « Jihad Academy », un livre consacré à l’essor de l’État islamique en Syrie et en Irak.

L’implication de la Russie sur le théâtre syrien fait que, désormais, ces sujets sont liés. Le « Poutinisme » se veut une alternative globale, même s’il n’a pas la force d’attraction qu’a eue, à une époque, le communisme soviétique. Et en nous dévoilant les ressorts de cet activisme russe, cette enquête fait un travail salutaire, car elle peut nous aider à nous immuniser, un peu, contre la « maskirovka ».

(1) LA FRANCE RUSSE, enquête sur les réseaux Poutine, Nicolas Hénin, Fayard, 322 p., 19 €

No comment . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Mar 28 Juin - 18:40

Pour le Front national, Union européenne et URSS c'est du pareil au même

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/pour-le-front-national-union-europeenne-et-urss-c-est-du-pareil-au-meme_1807031.html


Les russes nostalgiques de L’URSS ne vont peut-être pas lui verser sa dernière prime pour les vacances !

A noter que le fameux article 50 qui permet de sortir l'UE a été créé à la demande des pays libérés de l'ex-URSS qui justement voulait ne pas subir en UE l’impossibilité d'être libre comme du tant de l'URSS.

Donc l'UE permet d'être libre!  ce qui n'était pas le cas de L’URSS, pas plus que ne permet Poutine à un peuple d'être libre aujourd'hui : tchétchènes et ukrainiens le savent bien mais les gourdasses du Fhaine plus occupées à compter le pognon en famille qu'a apprendre de l'histoire européenne ne peuvent ni savoir ni comprendre cela.
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  benoit77 le Mar 5 Juil - 22:23

Les vacances de nos dépités tout frais payé par le contribuable russe sont en préparation.

http://news.liga.net/news/politics/11535416-putinskie_marionetki_iz_frantsii_snova_priedut_v_krym.htm

De son coté le Kremlin prépare-t-il les goodies pour la bande à Marianni  ?( dollar, or, bijoux, montre de luxe...)

rappel:
http://news.liga.net/articles/politics/6303101-kremlevskiy_legion_kto_vo_frantsii_lobbiruet_interesy_moskvy.htm
avatar
benoit77

Messages : 1742
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Александр le Mer 6 Juil - 8:44

Et la réaction du ministre des affaires étrangères (français):

French Foreign Ministry comments on intention of some French MPs to visit Crimea

The position of France regarding Russia`s illegal annexation of Crimea remains unchanged, the Embassy of the French Republic in Ukraine emphasized in its statement referring to details of the press briefing by Romain Nadal, French Ministry of Foreign Affairs` spokesman.

The statement was issued in response to some media reports saying that a group of French MPs would allegedly visit Russia and the annexed Crimea.


The statement notes that France has reaffirmed its clear and unwavering position on the issue. Like the European Union and the entire international community, France does not recognize the illegal annexation of Crimea, the statement said. It is underlined that any initiatives that will aim to divert from this position must be avoided.


Earlier it was reported that a French parliamentary delegation was planning to visit the occupied Crimea.


UNIAN memo. In March 2014, after Russian troops invaded Crimea, Russia annexed the Ukrainian peninsula, having organized a sham ”referendum” on self-determination.


The self-proclaimed Crimean government said that 96.77% of participating voters had supported Crimea`s accession to Russia.


Ukraine designated the Crimean referendum as illegitimate.


On March 18, 2014, the Kremlin signed the so-called ”Treaty of Accession” regarding Crimea and Sevastopol, Russia`s naval base in the Black Sea.


Western countries did not recognize the annexation of Crimea and introduced a series of economic sanctions against Russia and Crimea.


Ils pourrons ne pas voir l'invasion des touristes ukrainiens et russes.
avatar
Александр

Messages : 5367
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  pyxous le Mar 9 Aoû - 13:35

Ukraine : les supplétifs français des séparatistes

La fuite de milliers d'e-mails d'une fonctionnaire de la République populaire de Donetsk, proclamée par les séparatistes pro-russes, démasque leur réseau de supporters français.


Kiev. Correspondance


Le 3 août, un tweet rendait public le contenu de la messagerie électronique d'une certaine Tatiana Egorova, attachée au service de presse de l'autoproclamée République Populaire de Donetsk (DNR) - la zone tenue par les séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine.
Une mine de 1 400 e-mails et autant de pièces jointes, reçus durant l'année passée, que Ouest-France a pu consulter.

Cette fuite, dont l'origine reste inconnue, révèle d'innombrables informations sur l'administration séparatiste, des histoires d'amour, des complots, des conflits internes, une paranoïa générale due à la peur d'espions étrangers... Mais, surtout, une présence importante de Français sur place.

Volontaire bourguignon, combattant normand


Depuis l'été dernier, Laurent B, un Bourguignon installé à Donetsk, était par exemple chargé d'espionner les journalistes français, et de refuser la venue de ceux qui ne respectaient pas les éléments de langage imposés. Il en a mis un grand nombre sur liste noire - dont nos correspondants.

De nombreux « intellectuels », chercheurs, écrivains, tous proches de l'extrême droite, sont également venus légitimer la république séparatiste. Figurent dans les e-mails, deux proches du député lepéniste Gilbert Collard : l'avocat Josy-Jean Bousquet venu débusquer « les crimes de guerre ukrainiens » et Jacques Clostermann, délégué national du FN, de passage à Donetsk en janvier.

Les données personnelles de Français venus combattre aux côtés des séparatistes pro-russes apparaissent également dans ces messages. Dont un Rouennais, néonazi et membre de l'Unité continentale, mouvement ultranationaliste implanté à Donetsk.

Comme beaucoup, après s'être battu des mois contre l'armée ukrainienne, ce Normand est rentré en France... comme un simple touriste.

Enfin, il y a cette lettre, dans laquelle Pascal Ellul, le président des jeunes de la Droite populaire, le courant des Républicains animé par le député Thierry Mariani, propose un « partenariat » aux séparatistes et écrit : « Nous serions ravis et surtout très honorés de pouvoir constater par nous-mêmes la réalité du terrain et pouvoir être des relais en France de ceux qui se battent pour la liberté. »
avatar
pyxous

Messages : 565
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 67
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Matt le Mar 9 Aoû - 18:31

Si je ne me trompe, ces gens là sont passible de prison , non?

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6295
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cinquième colonne aux ordres du kremlin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum