Et l'OTAN?

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Dim 17 Juin - 14:55

La Macédoine change de nom, un accord historique

Les ministres grec et macédonien des Affaires Étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont signé dimanche un accord historique pour rebaptiser l'actuelle Ex-république yougoslave de Macédoine (ARYM) en "Macédoine du Nord", lui dégageant la voie vers l'UE et l'Otan


© AFP

Parmi les parrains présents à la cérémonie, sur les rives du lac frontalier de Prespes, figuraient les Premiers ministres, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, le négociateur onusien Matthew Nimetz et la représentante de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini. "Nous faisons ce jour notre devoir patriotique (...), un pas historique pour refermer les plaies du passé, ouvrir la voie à la coopération pour nos pays, les Balkans et toute l'Europe", a déclaré M. Tsipras.

"Ce pas ne doit pas rester suspendu (...) car nous donnons un exemple pour construire l'avenir contre la haine", a-t-il ajouté. Cet accord, prévu pour entrer en vigueur sous six mois, doit lever le verrou grec à l'entrée de Skopje dans l'UE et l'Otan. Côté macédonien, il doit encore être ratifié par le Parlement, approuvé par référendum et acté par une révision constitutionnelle. Il sera ensuite soumis à la ratification du parlement grec. Si le règlement trébuchait côté macédonien, l'intégration euro-atlantique de Skopje serait stoppée, a prévenu M. Tsipras. Soldant 27 ans de querelle, ce règlement est d'une "importance stratégique et peut déplacer des montagnes" pour amener stabilité et prospérité, a pour sa part relevé le social-démocrate Zoran Zaev.

L'accord de 20 pages vise à régler une des dernières querelles héritées du démantèlement de la Yougoslavie. Depuis l'indépendance de son voisin en 1991, la Grèce s'opposait à ce qu'il garde le nom de Macédoine, parce qu'elle a sa propre province septentrionale du même nom qui fut le berceau de l'empire d'Alexandre le Grand, joyau du patrimoine historique grec. Le compromis a été débloqué par l'arrivée au pouvoir en 2017 de M. Zaev, en succession de la droite nationaliste. L'inquiétude européenne face à l'influence russe dans la région a aussi été déterminante selon les analystes.

Sous un soleil radieux, la délégation macédonienne était arrivée à bord de vedettes côté grec, où elle a été accueillie sous les applaudissements par M. Tsipras. Les festivités doivent se conclure avec un déjeuner de l'autre côté, macédonien, du lac. Les deux jeunes Premiers ministres ont dû faire face à de vives réactions dans leur pays, émanant de leur opposition de droite et des franges nationalistes de l'opinion publique.

Accusé de "trahison" par les ultras grecs, Alexis Tsipras a surmonté samedi une motion de censure déposée par son rival conservateur Kyriakos Mitsotakis contre son gouvernement. En Macédoine, le président Gjorge Ivanov prévoit d'exercer un droit de veto pour bloquer ce que l'opposition nationaliste, dont il est proche, a qualifié de "capitulation", ce qui ne peut toutefois que retarder un peu sa ratification.

"Capitulation"

Brandissant des drapeaux grecs, quelques centaines d'habitants de la région ont manifesté contre l'accord côté grec, tenus à distance de la cérémonie par des barrages policiers. Mais comme vendredi et samedi lors de rassemblements à Athènes, la mobilisation était inférieure à celle espérée par les organisateurs, opposés à tout partage du nom de Macédoine.

L'ex-Premier ministre Antonis Samaras, ministre des Affaires étrangères lorsque le différend a commencé, figure côté grec parmi les principaux pourfendeurs du compromis. "Vous avez reconnu une aberration qui ne stabilisera pas la zone, elle la minera", a déclaré samedi ce conservateur, qui avait fait chuter son gouvernement en 1993 par surenchère sur cette question.

Les conservateurs grecs avaient toutefois acté la nécessité d'un compromis au début des années 2000. Athènes met aussi en avant que la partie macédonienne s'engage dans l'accord à renoncer à toute appropriation de l'héritage macédonien antique. Pour M. Kotzias, actuel ministre grec des Affaires étrangères, ce règlement doit aussi permettre au pays de se concentrer sur d'autres défis régionaux, au premier rang duquel le retour de la tension avec la Turquie.

La Macédoine a été admise aux Nations unies en 1993 sous le nom provisoire d'ARYM, mais plus de 140 pays, dont la Russie et les États-Unis, ont reconnu le pays des Balkans sous le nom de "République de Macédoine". Skopje espère obtenir une date pour ouvrir ses pourparlers d'adhésion à l'UE lors d'un sommet européen fin juin et une invitation à rejoindre l'Otan à la mi-juillet.

Déclaration du secrétaire général sur l’accord conclu entre Athènes et Skopje

Je me félicite vivement de l’accord conclu entre les premiers ministres Tsipras et Zaev pour une solution au différend qui opposait Athènes et Skopje concernant le nom du pays. Cet accord historique témoigne de nombreuses années de patiente diplomatie et de la volonté des deux dirigeants de régler un différend qui pèse sur la région depuis trop longtemps.



J'appelle à présent les deux pays à finaliser l’accord conclu par les deux dirigeants. Skopje pourra ainsi s’engager sur la voie de l’adhésion à l’OTAN. Et cela permettra de consolider la paix et la stabilité dans l’ensemble des Balkans occidentaux.


 DOSSIERS


______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Mar 10 Juil - 1:39

D'une part:

Les États-Unis soutiendront les aspirations atlantistes de l'Ukraine au sommet de l'OTAN



La délégation américaine, dirigée par le président Donald Trump, a l'intention de soutenir les aspirations de l'Ukraine et de la Géorgie à adhérer à l'OTAN lors du Sommet de l'Alliance atlantique qui se déroulera à Bruxelles la semaine prochaine.

La représentante permanente des États-Unis auprès de l'OTAN, l'ambassadrice Kay Bailey Hutchison, a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse vendredi 06 juillet :


« Nous soutiendrons également les aspirations de la Géorgie et de l'Ukraine [dans leur volonté] d'adhésion à l'OTAN, ainsi que leur souveraineté, si nous parlons des résultats pratiques du sommet », a précisé le diplomate américain.
L'ambassadrice a également déclaré qu'en plus des principaux événements de l'Alliance, le président Trump assistera le 12 juillet à une réunion avec les dirigeants ukrainiens et géorgiens, ainsi qu'avec leurs partenaires afghans.
"Je crois que ce sommet sera l'un des plus productifs de tous ceux que nous avons connus", a déclaré la représentante des États-Unis.

Le Sommet de l'Alliance de l'Atlantique Nord se tiendra à Bruxelles du 11 au 12 juillet. Le président ukrainien, Petro Porochenko, a également l'intention d'y participer.

La coopération bilatérale entre l'Ukraine et l'OTAN célèbre par ailleurs ses 19 ans puisque c'est en effet le 9 juillet 1997 que les deux parties ont signé une Charte de partenariat spécifique..
Le dialogue entre l'Ukraine et l'Alliance de l'Atlantique Nord avait commencé en 1992, lorsque l'Ukraine avait rejoint le Conseil de partenariat euro-atlantique. En 1994, le pays avait également participé au programme de partenariat pour la paix.

En juin 2003, le Parlement ukrainien adoptait une loi sur les fondements de la sécurité nationale de l'Ukraine, confirmant le désir du pays de s'intégrer dans l'Alliance de l'Atlantique Nord et sous le président Viktor Iouchtchenko, l'Ukraine prenait de nouveau le chemin de l'intégration euro-atlantique de l'Etat afin d'accélérer son adhésion à l'OTAN. Malgré cela, lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008, il a été décidé de ne pas inviter l'Ukraine à un plan d'action pour son adhésion.

En 2010, lorsque l'équipe de Viktor Ianoukovitch arrive au pouvoir, le libellé sur l'intégration de l'Ukraine à l'OTAN est retiré de la loi «sur les fondements de la sécurité nationale de l'Ukraine». Néanmoins, au cours de ces années, l'Ukraine reste un pays partenaire de l'Alliance et participe à toutes les grandes missions de maintien de la paix en cours sous sa direction.

Après l'annexion de la Crimée par la Russie et le début des hostilités dans les régions de Donetsk et de Lougansk, la coopération entre l'Ukraine et l'OTAN atteint un nouvel échelon. En décembre 2014, la Verkhovna Rada (le Parlement ukrainien) adopte une décision sur le rejet par l'Ukraine de son statut de non-aligné, s'étant avéré inefficace dans le contexte de la sécurisation de l'État contre l'agression et les pressions extérieures. Actuellement, l'une des principales priorités du soutien pratique de l'OTAN à l'Ukraine est le soutien à la réforme des forces armées ukrainiennes. Le 6 juin 2017, le président Petro Porochenko a ratifié la loi «sur les amendements à certaines lois de l'Ukraine sur la politique étrangère de l'Ukraine», qui définit cette adhésion comme l'une des priorités de l'État.

Lire aussi : Jens Stoltenberg: Le principe des portes ouvertes de l’OTAN est aussi valable pour l’Ukraine

Et d'autre part:

Otan: "un sommet pénible" où la peur gronde


Les dirigeants de l'Otan appréhendent leur sommet avec Donald Trump, mercredi et jeudi à Bruxelles, car ils s'attendent à être mis sous pression, sinon rudoyés, par un président américain vindicatif, exigeant le partage du fardeau financier, au risque d'affaiblir la crédibilité de l'Alliance.


© Reuters

"Nous avons préparé au mieux le sommet qui chacun sait sera sous tensions et nous savons combien elles sont fortes", a déclaré à l'AFP la ministre française des Armées, Florence Parly, lors d'une réunion ministérielle de l'Alliance début juin.


"Je pense que le président des Etats-Unis mettra une très forte pression sur les Alliés, en particulier européens, pour que ceux-ci paient le fardeau que les Etats-Unis, selon lui, assument", a expliqué Mme Parly.


Fin juin, M. Trump a adressé un courrier comminatoire à neuf membres de l'Otan, dont l'Allemagne, le Canada et la Norvège, pour les sommer de respecter leur engagement de porter leurs dépenses militaires à 2% de leur PIB en 2024.


Le partage des dépenses sera un des principaux points du sommet, a confirmé le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, dont le pays, la Norvège, est au nombre des mauvais élèves fustigés par Washington.


- "Un sommet pénible" -


"Ce sommet va être pénible", prédit un diplomate européen sous couvert de l'anonymat. "Sa réussite dépendra de l'humeur de Donald Trump", précise un responsable de l'Alliance.

"Avec la présidence Trump, une forme d'incertitude profonde saisit l'ensemble des acteurs européens", souligne l'eurodéputé français Arnaud Danjean, spécialiste des questions de défense.

"Il ne s'agit pas seulement de doutes sur la fiabilité des engagements américains au sein de l'Alliance, mais également des orientations d'une politique étrangère américaine, erratique, pouvant, par isolationnisme comme par aventurisme, heurter plus ou moins directement les intérêts de sécurité européens", analyse-t-il.

En outre, pour Pierre Vimont, ancien numéro 2 de la diplomatie européenne, la première rencontre du président américain avec son homologue russe, quelques jours plus tard, est "beaucoup plus importante pour lui que le sommet de l'Otan".

"Il va vouloir obtenir quelque chose de sa rencontre avec le président russe, une percée sur le dossier ukrainien, bloqué malgré les efforts déployés par la France et l'Allemagne", estime le diplomate français, chercheur associé au centre de réflexion Carnegie Europe.
En restant récemment évasif sur la question de la Crimée, annexée par la Russie, Donald Trump "a envoyé un message à Poutine", relève Thomas Carothers, vice-président de la Fondation Carnegie.

"L'objectif de Poutine est la division entre les Etats-Unis et les Européens et les divisions entre les Européens. Il va se délecter pendant le sommet de l'Otan", pronostique cet expert américain.

- Hantise de la division -


L'étalage des divisions est la hantise de Jens Stoltenberg. Le chef de l'Otan ne peut nier les sérieuses divergences opposant les Etats-Unis aux autres membres de l'Alliance. Mais il veut croire qu'elles seront tues pendant le sommet.

Pourtant, l'imprévisibilité du président américain alimente toutes les hypothèses.

"Il pourrait faire annuler l'exercice +Trident Juncture+ prévu à l'automne en Norvège et annoncé comme le plus important jamais réalisé par l'Otan depuis la fin de la Guerre froide au motif que cela pourrait être considéré comme une menace par la Russie et que cela va coûter très cher aux contribuables américains", raisonne ainsi Ian Bond, expert de la Russie du think tank Centre for European Reform (CER).

Au-delà, les doutes entretenus par Donald Trump sur sa volonté réelle de faire intervenir automatiquement les Etats-Unis en cas d'attaque contre un des Alliés, comme le stipule l'article 5 du traité de l'Otan, ou sur un redéploiement des troupes américaines stationnées en Allemagne, poussent désormais certains Européens à accélérer la cadence pour se rendre autonomes.

"L'Europe de la Défense est une construction nécessaire dans ce contexte", soutient Florence Parly.

La France a enrôlé huit membre de l'Union européenne, dont l'Allemagne et le Royaume-Uni, dans un Groupe européen d'intervention capable de mener rapidement une opération militaire, une évacuation dans un pays en guerre ou d'apporter une assistance en cas de catastrophe.
"Ces efforts sont complémentaires à ceux menés au sein de l'Otan", assure la ministre française.

Mais ni le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo ni le ministre de la défense Jim Mattis ne semblent convaincus.
Donald Trump dira sûrement son sentiment lors de la signature à Bruxelles d'une nouvelle déclaration commune sur la coopération UE-Otan.

A nouveau je suis épuisé et n'arrive plus à . . . Embarassed

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Mer 11 Juil - 11:07

Invité de marque:

Porochenko assistera au sommet de l'OTAN à l'invitation de Stoltenberg



Les 11 et 12 juillet 2018, le président ukrainien Petro Porochenko se rendra au Royaume de Belgique, où il participera au sommet de l'OTAN à l'invitation du Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

Cette information a été communiquée par le service de presse de l'administration présidentielle :

« Dans le cadre du sommet, le chef de l’État prendra part à une réunion du Conseil de l'Atlantique Nord au niveau des chefs d’État et de gouvernement avec la participation de l'Ukraine et de la Géorgie, ainsi qu'à une réunion des chefs d’État et de gouvernement des pays contributeurs de la mission de l'OTAN « Soutien résolu » en Afghanistan », peut-on lire dans le communiqué.

Le programme de la visite prévoit également des rencontres bilatérales du président ukrainien avec des dirigeants des pays participant au sommet de l'OTAN.


En outre, Petro Porochenko participera à l'événement public «OTAN engages: Le dialogue au sommet de Bruxelles» organisé par le German Marshall Fund (GMF).

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Mer 11 Juil - 12:03

Trump: violente attaque contre l'Allemagne "prisonnière" de la Russie

Le président américain Donald Trump a lancé mercredi une violence attaque contre l'Allemagne, l'accusant d'être "prisonnière" de la Russie car elle achète à Moscou "une grande partie de son énergie", avant l'ouverture d'un sommet de l'Otan à Bruxelles


© Reuters

Très remonté, le président américain est resté sourd aux tentatives d'explications du secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg qu'il a rencontré avant l'ouverture officielle du sommet à Bruxelles à 12H30 GMT.

"L'Allemagne enrichit la Russie. Elle est prisonnière de la Russie", a-t-il martelé dans une longue diatribe contre la première puissance économique de l'UE.

"L'Allemagne est complètement contrôlée par la Russie. Elle paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie et nous devons payer pour la protéger contre la Russie. Comment expliquer cela ? Ce n'est pas juste", a-t-il encore asséné.

Le président américain a dénoncé à plusieurs reprises le projet de doublement du gazoduc Nord Stream reliant directement la Russie à l'Allemagne et exige son abandon. Ce projet divise les Européens.

Les pays de l'UE importent deux tiers (66%) de leurs besoins de consommation. En 2017, ceci a représenté 360 milliards de m3 de gaz, dont 55 milliards de m3 de GNL, pour une facture de 75 milliards d'euros, selon les statistiques européennes. A ce jour la moitié du gaz acheté est russe, mais les Européens cherchent à briser cette dépendance.

Les Etats-Unis sont engagés dans une stratégie de conquête de marchés pour leur gaz naturel. Ils ont exporté 17,2 milliards de m3 en 2017, dont 2,2% par méthaniers vers les terminaux de l'Union européenne.

De fait, les Européens appréhendaient un sommet de l'Otan acrimonieux et difficile.

Le président des Etats-Unis avait quitté Washington d'humeur belliqueuse, déclarant, avec le goût de la provocation qui est le sien, que sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Helsinki pourrait être "plus facile" que le sommet de l'Otan.

Ce comportement exaspère sur le Vieux continent.

Rompant avec le ton policé de ses prédécesseurs, le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, l'a interpelé mardi pour lui dire combien ses critiques presque quotidiennes étaient déplaisantes et l'a invité à "mieux considérer" ses alliés "car l'Amérique n'en a pas tant que ça".

Il lui a également rappelé que l'Europe avait été "la première à réagir" après les attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain.

- "Discussions franches" -

Le secrétaire général de l'Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, est embarrassé par cette tension et n'a pas caché son appréhension sur le déroulement du sommet.

"Je ne serais pas surpris qu'il y ait des discussions vigoureuses, notamment sur les dépenses de défense", a-t-il reconnu mardi.
Les Alliés se sont engagés en 2014 à consacrer 2% de leur PIB à leur défense en 2024, mais une quinzaine d'Etats membres, dont l'Allemagne, le Canada, l'Italie la Belgique et l'Espagne sont sous la barre de 1,4% en 2018 et seront incapables de respecter leur parole, ce qui ulcère Donald Trump.

"Les pays de l'Otan doivent payer PLUS, les Etats-Unis doivent payer MOINS. Très injuste !", a-t-il tweeté avant son départ pour Bruxelles. "Ce n'est pas juste pour le contribuable américain". Sa charge contre l'Allemagne mercredi matin s'est inscrite dans cette logique. "L'Allemagne est un pays riche. Elle peut augmenter sa contribution dès demain sans problème", a-t-il affirmé.

Jens Stoltenberg est apparu dépassé par la violence de la diatribe du président américain dont l'humeur va peser sur la réunion.

Leur entretien avait pourtant bien débuté. "Je crois que le secrétaire général aime Trump. Il est sans doute le seul, mais ça me va...", avait ironisé Donald Trump en lui serrant la main.

M. Stoltenberg a confirmé que les Alliés souhaitaient avoir des éclaircissements sur les intentions de Donald Trump avant sa rencontre avec son homologue russe.

"Il est absolument essentiel que le président Trump rencontre Vladimir Poutine", a-t-il répété. "Nous serons en mesure de discuter avec lui pendant le sommet de la relation entre l'Otan et la Russie. Il est important que l'Otan reste unie", a-t-il insisté.

Toutes les décisions qui seront souscrites durant le sommet visent à renforcer la capacité de dissuasion de l'Alliance, selon Jens Stoltenberg.
"Les Alliés ne doivent pas augmenter leurs dépenses pour plaire aux Etats-Unis, mais parce que c'est dans leur intérêt", a-t-il plaidé.

Dans le cadre de l'initiative américaine "4x30", les membres de l'Otan vont s'engager à être en mesure en 2030 de déployer sous 30 jours 30 bataillons mécanisés, 30 escadrilles et 30 navires de combat pour pouvoir faire face à une opération militaire de la Russie, identifiée comme un potentiel agresseur.

"Nous avons augmenté la préparation de nos forces sur le flanc Est et nous prenons des décisions pour acheminer rapidement des renforts le cas échéant. Tout cela contribue à rendre notre dissuasion crédible", estime le secrétaire général de l'Alliance.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Mer 11 Juil - 17:40

Otan : début du sommet qui s'annonce tendu


Les chefs d'Etat et de gouvernement des 29 pays de l'Otan ont entamé mercredi après-midi un sommet qui s'annonce tendu en raison des exigences du président américain de voir ses alliés consacrer tous et à court terme deux pour cent de leur Produit intérieur brut (PIB) à la défense.


© Belga

Le sommet s'est ouvert par une cérémonie militaire au nouveau siège bruxellois de l'Alliance atlantique avec un défilé aérien de 25 hélicoptères de treize pays en cinq formations - à chaque fois dirigée par un Agusta A109 de l'armée belge - et l'exécution de l'hymne de l'Otan. Les dirigeants des 29 mais aussi les ministres des Affaires étrangères et de la Défense faisaient aux drapeaux.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a rendu hommage aux hommes et femmes "de toutes nos forces armées qui se mettent en danger pour pour assurer notre sécurité" et servent au sein d'opérations de l'Otan. "Certains d'entre eux ont fait le sacrifice ultime" de donner leur vie, a-t-il déclaré.

En ouvrant la session formelle du Conseil du Conseil de l'Atlantique nord, le Premier ministre belge Charles Michel a pour sa part insisté sur la nécessaire solidarité entre les pays alliés. "La sécurité n'a pas de prix, mais elle à un coût et nous devons assumer davantage nos responsabilités. Il y a des divergences (entre les alliés), mais notre coalition à toujours su les surmonter", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également plaisanté en revenant sur la demi-finale de football Belgique-France - qui a vu l'élimination des Diables rouges par les Bleus: "les Belges ne sont pas chauvins, mais je peux dire que la France a eu beaucoup de chance hier", profitant de l'occasion pour faire un parallèle avec l'esprit d'équipe en football.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Mer 11 Juil - 19:41

Le point de vue . . . russe (RBC):

L'OTAN formera 30 bataillons et 30 escadrons de réaction rapide

В НАТО сформируют силы быстрого реагирования, способные развернуться в течение 30 дней. По словам замгенсека НАТО, эти войска смогут поддержать многонациональные батальоны в Прибалтике и Польше в случае кризисной ситуации

Фото: Ints Kalnins / Reuters

НАТО официально утвердило новую инициативу о готовности сил альянса, получившую название «Четыре тридцатки». Об этом сообщил генеральный секретарь Североатлантического альянса Йенс Столтенберг 11 июля, на пресс-конференции по итогам заседания глав государств — членов НАТО в первый день саммита, передает корреспондент РБК. Встреча на высшем уровне проходит 11–12 июля в новой штаб-квартире НАТО в Брюсселе.

В соответствии с новой инициативой Североатлантический альянс планирует к 2020 году создать 30 механизированных батальонов, 30 боевых кораблей и 30 воздушных эскадрилий, готовых развернуться при необходимости в течение 30 дней.

Инициатива необходима, чтобы обеспечить быстрое реагирование и мобилизацию сил альянса в случае «кризиса, активной угрозы вторжения на натовскую территорию или возникновения конфликта», ​объяснила журналистам заместитель генсека НАТО Роуз Гетемюллер. По ее словам, эти силы могут быть стянуты из всех стран альянса в случае возникновения кризисных ситуаций для поддержки размещенных в Прибалтике и Польше натовских сил. В 2016 году члены НАТО договорились о размещении четырех многонациональных комбинированных батальонов в Эстонии, Литве, Латвии и Польше. Однако многонациональные батальоны не смогут при необходимости защитить страны НАТО из-за их немногочисленности — всего в них задействованы 4 тыс. военных, уточнила заместитель генсека.

«Идея инициативы в том, чтобы каждый член НАТО сконцентрировался на необходимости быть готовым и иметь возможность быстро переместить свои войска», — объяснила Гетемюллер. По ее словам, инициатива не подразумевает формирование новых сил, эти войска уже есть у стран — членов НАТО. Инициатива также не подразумевает перемещение этих частей в прибалтийские страны и Польшу — они не будут находится там на постоянной основе.

Йенс Столтенберг (Фото: Paul Hanna / Reuters)

Кроме того, НАТО согласовало структуру двух новых командных центров — по Атлантике и по логистике в Европе, о создании которых министры обороны стран-членов договорились на февральской встрече в Брюсселе.

Командование по Атлантике займется защитой морских путей между Северной Америкой и Европой. Оно будет размещено в Норфолке (США, штат Вирджиния). Второе командование будет работать над обеспечением и совершенствованием быстрой переброски сил и средств альянса на территории Европы, разработкой для этой цели нормативно-правовой базы, а также улучшением инфраструктуры. По словам Столтенберга, НАТО за последние четыре года уже инвестировало больше €2 млн в инфраструктуру европейских стран — участниц альянса, в том числе в морские терминалы, топливные контейнеры и взлетно-посадочные полосы. Штаб-квартира европейского командования по логистике расположится в Ульме, Германия.

ВВС НАТО увеличат свою мобильность: самолеты альянса получат от Европейской организации по безопасности воздушной навигации (Eurocontrol) собственный позывной, а также приоритет при управлении воздушным движением в Европе в мирное и кризисное время.

Как неоднократно отмечал Столтенберг, все эти решения приняты для укрепления сил сдерживания и обороны альянса, а также его безопасности в условиях «непредсказуемого мира». По словам генсека, к 2020 году европейские страны и Канада собираются увеличить расходы на оборону на $266 млрд.​

Вечером 11 июля главы государств — ​​членов НАТО продолжат переговоры за рабочим ужином. На нем, как сообщил Столтенберг 10 июля, лидеры обсудят главные проблемы безопасности, с которыми сталкиваются союзники по НАТО, в том числе вызовы и угрозы Ближнего Востока и Северной Африки, «все более напористую Россию» и ситуацию на Корейском полуострове. До начала саммита генсек НАТО сообщил, что лидеры стран НАТО планируют обсудить с Трампом отношения альянса с Россией перед его саммитом с Путиным в Хельсинки 16 июля.

В НАТО будут внимательно наблюдать за встречей Путина и Трампа, пояснила на брифинге для российских журналистов Роуз Гетемюллер 11 июля. «Мы надеемся на этом саммите дать президенту Трампу очень хорошее напутствие, чтобы он мог передать Москве убедительные сигналы в поддержку НАТО и о силе и единстве альянса», — заявила она. Вместе с тем НАТО выступает за поддержку прямого диалога с Россией на самом высшем уровне, говорили и Столтенберг, и Гетемюллер.


L'OTAN formera une force de réaction rapide capable de se retourner dans les 30 jours. Selon le secrétaire général adjoint de l'OTAN, ces troupes seront en mesure de soutenir des bataillons multinationaux dans les États baltes et en Pologne en cas de crise

L'OTAN a officiellement approuvé une nouvelle initiative sur l'état de préparation des forces de l'alliance, appelée "Four Thirty". C'est ce qu'a annoncé le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, le 11 juillet, lors d'une conférence de presse à l'issue de la rencontre des chefs d'Etat membres de l'OTAN le premier jour du sommet, le correspondant des rapports RBC. Le sommet se tiendra du 11 au 12 juillet au nouveau siège de l'OTAN à Bruxelles.

Conformément à cette nouvelle initiative, l'Alliance de l'Atlantique Nord prévoit d'ici 2020 de créer 30 bataillons mécanisés, 30 navires de guerre et 30 escadrons aériens, prêts à être déployés si nécessaire dans un délai de 30 jours.

L'initiative est nécessaire pour assurer une réaction rapide et une mobilisation des forces de l'alliance en cas de «crise, menace active d'invasion du territoire de l'OTAN ou déclenchement d'un conflit», a expliqué la secrétaire générale adjointe de l'OTAN, Rose Goetemüller. Selon elle, ces forces peuvent être retirées de tous les pays de l'alliance en cas de situations de crise pour soutenir les forces de l'OTAN déployées dans la Baltique et en Pologne. En 2016, les membres de l'OTAN ont convenu de déployer quatre bataillons multinationaux combinés en Estonie, en Lituanie, en Lettonie et en Pologne. Cependant, les bataillons multinationaux ne seront pas en mesure de protéger les pays de l'OTAN si nécessaire en raison de leur rareté - tous emploient 4 000 militaires, a déclaré le secrétaire général adjoint.

"L'idée de l'initiative est que chaque membre de l'OTAN se concentre sur le besoin d'être prêt et de pouvoir déplacer rapidement ses troupes", a expliqué Goetemuller. Selon elle, l'initiative n'implique pas la formation de nouvelles forces, ces troupes ont déjà les pays membres de l'OTAN. L'initiative n'implique pas non plus de déplacer ces parties vers les pays baltes et la Pologne - elles ne seront pas là en permanence.

En outre, l'OTAN a convenu de la structure des deux nouveaux centres de commandement - l'Atlantique et la logistique en Europe, ce que les ministres de la défense des États membres ont convenu lors de la réunion de février à Bruxelles.

Le commandement de l'Atlantique protégera les routes maritimes entre l'Amérique du Nord et l'Europe. Il sera situé à Norfolk (États-Unis, Virginie). La deuxième commande travaillera pour assurer et améliorer le déploiement rapide des forces et des moyens de l'Alliance en Europe, le développement dans le but du cadre juridique, ainsi que l'amélioration des infrastructures. Selon Stoltenberg, l'OTAN au cours des quatre dernières années, a investi plus de 2 millions € dans l'infrastructure des pays européens - les participants de l'alliance, y compris les terminaux maritimes, des réservoirs de carburant et les pistes. Le siège du European Logistics Command sera situé à Ulm, en Allemagne.

L'OTAN renforcera sa mobilité: l'avion de l'alliance recevra son propre indicatif de l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol), ainsi que la priorité dans la gestion du trafic aérien en Europe en temps de paix et de crise.

Comme Stoltenberg l'a noté à plusieurs reprises, toutes ces décisions ont été prises pour renforcer les forces de dissuasion et de défense de l'alliance, ainsi que sa sécurité dans un «monde imprévisible». Selon le secrétaire général, d'ici 2020, les pays européens et le Canada vont augmenter les dépenses de défense de 266 milliards de dollars.

Dans la soirée du 11 juillet, les chefs des pays membres de l'OTAN continueront les négociations pour un dîner de travail. On dit Stoltenberg, le 10 Juillet, les dirigeants discuteront des défis majeurs de sécurité face alliés de l'OTAN, y compris les défis et les menaces du Moyen-Orient et Afrique du Nord, « une Russie de plus en plus affirmée » et la situation dans la péninsule coréenne. Avant le sommet, le secrétaire général de l'OTAN a déclaré que les dirigeants de l'OTAN devraient discuter des relations avec l'Alliance avec la Russie Trump avant son sommet avec Poutine à Helsinki le 16 Juillet.

L'OTAN suivra de près la réunion de Poutine et Trump, a expliqué lors d'un briefing pour les journalistes russes Rose Getemuller le 11 juillet. "Nous espérons donner au président Trump un très bon mot lors de ce sommet afin qu'il puisse donner à Moscou des signaux convaincants en faveur de l'OTAN et de la force et de l'unité de l'alliance", a-t-elle déclaré. Dans le même temps, l'OTAN soutient le soutien du dialogue direct  avec la Russie au plus haut niveau, a déclaré Stoltenberg et Gotemuller.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Thuramir le Jeu 12 Juil - 7:55

En brusquant systématiquement les européens par des manœuvres de chantage économique, politique et lié à sa défense, Trump favorise finalement l'UE et il permet à la Russie de se poser comme partenaire de sauvegarde d’une Europe attaquée de manière inéquitable. La vision à court terme de Trump constitue une erreur majeure dont un pays comme la Russie tirera les marrons du feu.
avatar
Thuramir

Messages : 2609
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Krispoluk le Jeu 12 Juil - 9:37

Thuramir a écrit:En brusquant systématiquement les européens par des manœuvres de chantage économique, politique et lié à sa défense, Trump favorise finalement l'UE et il permet à la Russie de se poser comme partenaire de sauvegarde d’une Europe attaquée de manière inéquitable. La vision à court terme de Trump constitue une erreur majeure dont un pays comme la Russie tirera les marrons du feu.

Il y a plusieurs façons de voir les choses...

En donnant "un coup de pied au c.l" de l'Otan, ça peut faire redémarrer la machine, cf. à des pays comme l'Allemagne qui préfèrent déléguer leur sécurité extérieure (et les dépenses qui vont avec) à d'autres...


Dernière édition par Krispoluk le Jeu 12 Juil - 19:10, édité 1 fois
avatar
Krispoluk

Messages : 5336
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Thuramir le Jeu 12 Juil - 18:18

Krispoluk a écrit:
Thuramir a écrit:En brusquant systématiquement les européens par des manœuvres de chantage économique, politique et lié à sa défense, Trump favorise finalement l'UE et il permet à la Russie de se poser comme partenaire de sauvegarde d’une Europe attaquée de manière inéquitable. La vision à court terme de Trump constitue une erreur majeure dont un pays comme la Russie tirera les marrons du feu.

Il y a plusieurs façons de voir les choses...

En donnant "un coup de pied au c.l" de l'Otan, ça peut faire redémarrer la machine, cf. à des pays comme l'Allemagne qui préfère déléguer leur sécurité extérieure (et les dépenses qui vont avec) à d'autres...

En tout cas, son coup de pied n'a pas produit de résultats, si ce n'est de la crispation supplémentaire.
avatar
Thuramir

Messages : 2609
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Thuramir le Jeu 12 Juil - 18:48

D'ailleurs, voici ce qu’en écrit la presse belge :

« La Belgique confirme son engagement
La Belgique a confirmé jeudi son engagement d'augmenter progressivement ses dépenses de défense en direction des deux pour cent du PIB réclamés par l'Otan - et avec une insistance renouvelée par le président américain Donald Trump -, mais sans fixer d'échéance, a indiqué le Premier ministre Charles Michel.
"Nous avons à nouveau confirmé nos engagements du Pays de Galles. Cela signifie qu'une direction existe vers les 2%", a-t-il affirmé à la presse à l'issue d'un sommet de l'Otan de deux jours à Bruxelles au cours duquel M. Trump a pressé ses alliés d'accélérer la hausse de leurs budgets militaires.
Mais le Premier ministre s'est refusé à évoquer toute échéance pour la réalisation de cet objectif, en soulignant que la question restera à l'agenda de son gouvernement et qu'elle devra à nouveau être discutée lors de la prochaine législature.
Il n'est selon lui "pas réaliste" d'imaginer qu'en Belgique et dans bien d'autres pays les 2% puissent être atteints "l'an prochain". ».

Voici un bel exemple de langage diplomatique pour dire : « Oui, on le fera certainement, mais la semaine des quatre jeudis ».
avatar
Thuramir

Messages : 2609
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Krispoluk le Jeu 12 Juil - 19:06

Bien d'accord avec toi, les pays de l'ouest européen vivent depuis 3 décennies dans une sorte de béatitude douillette : "Une nouvelle guerre en Europe c'est impensable..." Suspect

Ouaip... Les voisins Baltes et Polonais n'en sont pas aussi persuadés...

La France maintient vaille que vaille - et plutôt avec difficulté -une défense crédible mais c'est parce qu'elle n'a pas encore abandonné ses statuts internationaux de membre du Conseil de Sécurité de l'Onu et de "Gendarme de l'Afrique"...
avatar
Krispoluk

Messages : 5336
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Ven 13 Juil - 1:30

Je veux voir le communiqué final, mais il semble que tous le membre de l'OTAN portent leur participation à 2% de leur PIB.
Pas plus d'info selon la TV.
Vais voir demain, j'aurai (j'espère) plus de temps.

Passé 3 heures bien pleine à . . . tondre la pelouse.
Purée, m'étais pas rendus compte de la taille.  Laughing

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  lemonline le Ven 13 Juil - 11:49

Et maintenant Trump demande qu'on porte nos dépenses à 4% du PIB. En gros, il nous demande de financer 70% du budget de l'Otan. Dans ces conditions, on ferait aussi bien de financer notre propre défense européenne, non?
avatar
lemonline

Messages : 495
Date d'inscription : 12/10/2015
Age : 46
Localisation : Lorraine/Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Ven 13 Juil - 12:59

lemonline a écrit:Et maintenant Trump demande qu'on porte nos dépenses à 4% du PIB. En gros, il nous demande de financer 70% du budget de l'Otan. Dans ces conditions, on ferait aussi bien de financer notre propre défense européenne, non?
Pas faux et l'avantage, c'est que nous ne serions plus dépendant d'un président américain . . . imprévisible.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Ven 13 Juil - 13:16

En attendant, la déclaration de Jens Stoltenberg:

Déclaration du secrétaire général : “Les résultats sont là”

Le sommet de l'OTAN qui se tenait à Bruxelles s’est terminé jeudi (12 juillet 2018), après deux journées de décisions visant à renforcer la posture de dissuasion et de défense de l’Alliance, à intensifier la lutte contre le terrorisme et à assurer une répartition plus équitable des charges entre l’ensemble des Alliés. Le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a souligné que l’OTAN était l’expression du lien vital unissant l’Europe et l’Amérique du Nord. « Les décisions que nous avons prises au sommet de Bruxelles montrent qu’alors que le monde change, l’Europe et l’Amérique du Nord sont solidaires et agissent ensemble au sein de l’OTAN », a-t-il déclaré.



Lisez ici la transcription du point de presse du secrétaire général.


Déclaration du secrétaire général : « L’OTAN soutient fermement l’Ukraine
S’exprimant en prélude à une réunion des dirigeants des pays de l’Alliance avec l’Ukraine et la Géorgie prévue dans le cadre du sommet de Bruxelles (12 juillet 2018), le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a réaffirmé le ferme soutien de l’OTAN à l’Ukraine.



Pour lire le texte de l’allocution prononcée par le secrétaire général de l’OTAN au point de presse conjoint avec le président Porochenko, cliquez .ici.

Stoltenberg: Aucun des pays de l'OTAN ne reconnaît l'annexion de la Crimée



Aucun des pays membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord ne reconnaît l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie.

Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en a fait état le 11 juillet à l'issue de la première journée du sommet de l'OTAN à Bruxelles, selon DW :

« Nous [tous les États membres de l'OTAN - Ndlr] condamnons fermement l'annexion illégale et illégitime de la Crimée par la Russie, que nous ne reconnaissons et ne reconnaîtrons pas. La discrimination dont sont victimes les Tatars de Crimée et les membres d’autres communautés locales doit cesser. Il est impératif de permettre aux structures d'observation internationales d'accomplir leur travail, essentiel, en faveur de la protection des droits de l'homme. Nous appelons à la pleine application des accords de Minsk par toutes les parties, et nous soutenons les efforts entrepris dans le cadre du format Normandie et du Groupe de contact trilatéral. La réponse de l'OTAN vient à l'appui de cet effort global, qui comprend des sanctions, décidées par l'Union européenne (UE), le G7 et d'autres, et qui vise à favoriser une solution pacifique au conflit et à faire face aux actions de la Russie », peut-on lire dans la déclaration du sommet de Bruxelles.

Stoltenberg a également ajouté que l'annexion de la Crimée était l'une des principales raisons du renforcement de la défense collective de l'Alliance, qui a conduit à une présence militaire accrue dans les pays baltes, en Pologne et dans la région de la mer Noire.

Le 11 juillet 2018, les pays de l'OTAN ont confirmé lors du sommet les aspirations euro-atlantiques de l'Ukraine.


Déclaration du sommet de Bruxelles : Les dirigeants de l'OTAN exhortent la Russie à retirer ses troupes de l'Ukraine



Les chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l'OTAN ont appelé la Russie à cesser toute intervention militaire en Ukraine et à retirer ses forces armées du territoire de l’État.

Cette information figure dans la déclaration du sommet de l'OTAN, qui se tient à Bruxelles du 11 au 12 juillet, selon un correspondant d'Ukrinform:

« Nous exhortons la Russie à cesser d’apporter tout soutien politique, financier ou militaire aux groupes rebelles et à ne plus intervenir militairement dans les régions de Donetsk et de Louhansk, ainsi qu’à retirer ses troupes, ses équipements et ses mercenaires du territoire de l'Ukraine, et à revenir au Centre conjoint de contrôle et de coordination », souligne la déclaration.

Les dirigeants de l'OTAN ont réitéré leur soutien à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l'Ukraine, de la Géorgie et de la République de Moldova à l’intérieur de leurs frontières internationalement reconnues, et appelé la Russie à « retirer, conformément aux engagements qu’elle a pris au niveau international, les forces qu’elle a stationnées dans ces trois pays sans leur consentement ».

Les dirigeants de l'OTAN ont en outre appelé à la pleine mise en œuvre des Accords de Minsk par toutes les parties et ont soutenu les efforts du format Normandie et du Groupe de contact trilatéral.

À cet égard, l'Alliance a soutenu des sanctions internationales contre la Russie.


Petro Porochenko dévoile les résultats de sa participation au sommet de l’OTAN (vidéo)



Petro Porochenko, président de l’Ukraine, estime qu’il est impossible de ne pas se rendre compte des changements qui se déroulent actuellement dans le pays.

Il a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse à Bruxelles à l’issue du sommet de l’OTAN.

«Je pense que nous avons vraiment avancé, il est impossible de ne pas s’en rendre compte, il est impossible de ne pas s’apercevoir des changements dans les Forces armées, il n’est pas possible de ne pas s’apercevoir des changements dans le domaine de l’armement, dans le domaine de la sécurité et de la défense, il est impossible de ne pas s’apercevoir  du principe de la politique extérieure de notre pays», a-t-il dit.
Il a souligné que les participants au sommet avaient confirmé que l’Ukraine aurait ses chances de devenir membre de l’Alliance.

«La position clé qui se dresse devant l’Ukraine est une adhésion à l’OTAN. Je reste ferme sur ces positions. Je suis heureux car la plupart des Ukrainiens soutiennent cette position. Aujourd’hui, nous sommes dans l’obligation de faire notre devoir. Et je souligne que tous ceux qui sont intervenus ont confirmé la perspective de notre adhésion à l’OTAN», a-t-il déclaré.

Selon le président ukrainien, la position conjointe de tous les membres de l’OTAN concernant la guerre en Ukraine est reflétée dans la déclaration résumant les résultats du sommet. 

«Nous avons enfin cessé de dire que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN fâcherait la Russie. Et je tiens à vous rappeler que, quand la Russie a annexé illégalement la Crimée et nous a attaqués à l’est de notre État, notre pays avait un statut de non-aligné. Et je suis persuadé que la position de tous les membres de l’Alliance est aujourd’hui reflétée dans la déclaration résumant les résultats du sommet», a-t-il déclaré. 
En outre, le président ukrainien a déclaré que la Russie avait détruit le système de sécurité d’après la guerre et l’OTAN restait le seul mécanisme fiable de défense.

«Pourriez-vous vous imaginer que pratiquement 3 000 soldats ukrainiens ont été tués? Plus de 10 000 civils ont été tués. Qui est responsable de ces victimes innocentes? Et bien, c’est Poutine», a-t-il dit.

Le chef de l'État ukrainien a souligné que le système actuel de sécurité, basé sur le Conseil de sécurité des Nations Unies et la décision unanime des membres permanents, avait été détruit, « Quand l'un des membres du Conseil de sécurité des Nations unies est l'agresseur, ce mécanisme ne fonctionne plus, il est complètement détruit ».
Selon Petro Porochenko, «La pratique démontre qu'un seul mécanisme est efficace: c'est l'OTAN. Il n'y a pas d'autre mécanisme. Et notre pays ne veut pas attaquer qui que ce soit, mais il veut seulement protéger sa souveraineté, son indépendance et son intégrité, et il est prêt à coopérer et être membre de l'OTAN ».

Le président a rappelé que l'Ukraine avait une autre garantie de sécurité - le Mémorandum de Budapest. «L'État ukrainien était le troisième plus grand pays nucléaire du monde. Si l'Ukraine avait un arsenal nucléaire, serait-elle l’objet d'une agression? Jamais. Conformément à la stratégie de non-prolifération, nous avons donné le troisième arsenal et reçu en retour la garantie des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Chine et de la Russie. Où sont ces garanties?», a-t-il souligné.

Le chef de l’État ukrainien a également souligné que la question de la libération des prisonniers politiques ukrainiens avait été abordée à toutes les réunions au sommet, notamment lors de son entretien avec Recep Tayyip Erdoğan, président turc, et Emmanuel Macron, président français.

Et bien entendu, une question que le président ukrainien n’a pas manqué d’aborder a été celle de la construction du gazoduc Nord Stream 2. Il a exprimé sa certitude que les pays européens qui comprenaient le véritable objectif du projet Nord Stream 2 étaient de plus en plus nombreux.

«Je souligne une fois de plus qu’il ne s’agit pas d’un projet économique, mais purement politique, dont l’objectif est de porter un coup à l’Ukraine et à d’autres pays européens et membres de l’OTAN et qui représente des risques, y compris pour l’économie européenne. Pourquoi prévoit-on de dépenser des dizaines de milliards d’euros afin de rendre l’économie européenne moins efficace, moins concurrentielle et rendre la politique énergétique de l’UE plus dépendante de la Russie?! Plus le temps passe, plus nombreux sont les pays européens qui se rendent compte de l’objectif réel du Nord Stream 2», a précisé Petro Porochenko.

Le lien de la vidéo

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Caduce62 le Ven 13 Juil - 20:44

avatar
Caduce62

Messages : 4953
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 55
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Matt le Lun 16 Juil - 13:22

Porochenko: Tous les pays de l’OTAN soutiennent l’idée d’une mission de la paix pour le Donbass



Petro Porochenko, président de l’Ukraine, estime que si la Russie continue de s’opposer au déploiement d’une mission de la paix dans le Donbass, c’est parce qu’elle n’a pas l’intention d’arrêter son agression contre l’Ukraine.

Le chef de l’État ukrainien l’a déclaré dans une interview accordée à des chaînes de télévision ukrainiennes.

«Poutine a sans aucun doute du mal à expliquer pourquoi il n’autorise pas le déploiement de la mission de la paix, confirmant ainsi que l’intérêt de la Russie est de poursuivre l’agression et l’occupation du territoire ukrainien», a-t-il précisé. 

Petro Porochenko a souligné que les pays de l’OTAN soutenaient le déploiement des Casques bleus de l’ONU dans le Donbass. Il a cité la résolution de l’OTAN, adopté lors du dernier sommet.

«Nous avons soigneusement discuté des perspectives du déploiement de la mission de la paix de l’ONU dans le Donbass. Nous soulignons que cela soutiendra et assurera l’implémentation des accords de Minsk et le mandant correspondant pour couvrir toute la zone d’occupation, y compris la frontière. Telle est la position des pays de l’OTAN», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Petro Porochenko dévoile les résultats de sa participation au sommet de l’OTAN (vidéo)


Vers une solution comme au Kosovo et intervention militaire de l'OTAN?  Suspect

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 7561
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 57
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et l'OTAN?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum