En turquie

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En turquie

Message  benoit77 le Jeu 28 Jan - 11:46

La Turquie envisage de s'équiper de 1000 tanks lourds

La quantité n'est pas anodine. Elle fait penser que l'hypothèse d'un conflit lourd est sur le plan de travail. avec la Russie? avec la Syrie kurde soutenue par la Russie depuis Lataquié ??

http://news.liga.net/news/world/8730206-turtsiya_anonsirovala_seriynoe_proizvodstvo_tyazhelykh_tankov.htm

En tout cas c'est un signe que les tensions de géopolitiques ne sont pas en voie d'apaisement.
avatar
benoit77

Messages : 1712
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Александр le Jeu 28 Jan - 11:58

Possible sinon probable.
A lire, les deux articles que je vais poster "En Russie".
avatar
Александр

Messages : 5359
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Krispoluk le Jeu 28 Jan - 12:36

L'immense majorité des forces blindées turques est encore équipée de (très) vieux "Patton" M48 et M60, le nombre après la lettre M, indiquant l'année de mise en service du char !

Il est donc normal qu'elle pense à renouveler ses équipements, d'autant que les conflits se multiplient dans la région...

Elle veut aussi en profiter pour se doter d'une industrie d'armement digne de ce nom et accéder ainsi à ce marché international juteux... Beaucoup de pays sunnites se déclarent déjà intéressés, dont l'Arabie Saoudite, des émirats et le Pakistan.

Elle va donc faire réaliser son propre char de combat par son groupement national "Otokar" en collaboration avec le Sud-Coréen Hyundaï.



Turkey & South Korea’s Altay Tank Project
Jan 21, 2016 00:20 UTC by Defense Industry Daily staff

Latest update [?]

Altay
click for video
Issue with Korea’s base K-2 tank.
January 21/16: Turkey’s Undersecretariat for Defense Industries (SSM) has announced that a number of parties have expressed interest in purchasing their indigenous new generation main battle tank, the Altay. Those that may look to make purchases are regional allies, including a number of Gulf countries and Pakistan. Saudi Arabia in particular has been expressing keen interest after officials from these countries were invited to observe firing tests of the tank. While still in development, and a manufacturer for serial production is yet to be announced, the interest seemingly generated may lead to some big business for Ankara in the coming years.
Keep reading for the whole story with recent events put in context


South Korea’s XK2
(click to view full)
Turkey’s tank fleet is currently made up of American M-48s and M-60s, some of which have been modernized with Israeli cooperation into M-60 Sabra tanks, plus a large contingent of German Leopard 1s and Leopard 2s. That is hardy surprising. America and Germany are Turkey’s 2 most important geopolitical relationships, and this is reflected in Turkey’s choice of defense industry partners. The country’s industrial offset requirements ensure that these manufacturers have a long history of local partnerships to draw upon.
In recent years, however, a pair of new players have begun to make an impact on the Turkish defense scene. One was Israel, whose firms specialized in sub-systems, upgrades, and UAVs. The other is the Republic of [South] Korea, who has made inroads in the Turkish market with turboprop training aircraft, mobile howitzers… and now, main battle tanks.

Advertisement




The Altay Program



Turkey’s Altay
(click to view full)

Turkey’s new tank is named after Gen. Fahrettin Altay, a cavalry commander in Turkey’s War of Independence. The tank will use a 120mm smoothbore gun, with the usual 7.62mm coaxial machine gun and a pintle-mounted 12.7mm machin gun up top. Compared to the ROK’s K2 Black Panther, the Altay is reportedly longer, with an added road wheel and a slightly modified turret. It may also carry heavier armor.

The 2008 System Development deal includes the production of 4 prototypes worth $70 million dollars, and technology transfer worth $330 million dollars.


Altay
click for video

Once development is complete, a second set of production contracts will be signed. The Turks’ official goal was to design, test, and build the first Altay tank in 6.5 years, which would place the event in early 2015. So far, 2015 remains the target date for production to begin.

Turkey reportedly plans to produce 200-250 of the tanks locally.

Industrial




Under this $400 million development deal, The Republic of Turkey will own all design and intellectual property rights to the final vehicle. Turkey’s Otokar will build the tanks in cooperation with various sub-contractors, including:


  • South Korea’s Hyundai Rotem (XK2 Black Panther base design, expertise and parts as required, technical support system, C3I, help with modernization of Otokar’s factory in the northwestern province of Sakarya).
  • Aselsan (fire control and C3I systems, other sub-systems)
  • MTU Friedrichshafen (1,500 hp diesel engine. May be replaced by 1,800 hp Turkish engine if they can develop it)
  • SSM’s STM group (C3I co-development with Aselsan)
  • Turkish Mechanical and Chemical Industry Corporation, i.e. state-owned MKEK, (120mm/55 caliber main gun)
  • Roketsan (Modular Armor Package)


Foreign companies are reportedly under consideration for key items beyond the engine, including armor and complex systems integration.

Contracts and Key Events




ROK governments have been building a formidable local defense industry as a matter of policy, and those efforts are beginning to win export sales around the globe. The Altay project is just the latest payoff.

Relations with Turkey have been especially warm, owing in part to the Turks’ heroic combat record in the Korean War. In recent years, that combination of warm relations and solid products has led to Turkish orders worth hundreds of millions of dollars for KT-1 turboprop training aircraft, and K-9/K-10 derived “Firtina” mobile howitzers. In July 2007, South Korea’s inroads became undeniable, as discussions began concerning a deal to develop Turkey’s next generation tanks. That was a major upset, but it had yet to coalesce into a deal. By the end of July 2008, however, the ink was dry on a deal that made Korea’s new XK2 the basis of Turkey’s co-produced Altay tank.

2016



Altay unveiled
(click to view full)

January 21/16: Turkey’s Undersecretariat for Defense Industries (SSM) has announced that a number of parties have expressed interest in purchasing their indigenous new generation main battle tank, the Altay. Those that may look to make purchases are regional allies, including a number of Gulf countries and Pakistan. Saudi Arabia in particular has been expressing keen interest after officials from these countries were invited to observe firing tests of the tank. While still in development, and a manufacturer for serial production is yet to be announced, the interest seemingly generated may lead to some big business for Ankara in the coming years.



2011 – 2014


Nov 18/14: XK-2. South Korea’s WON 2+ trillion (about $1.84 billion) XK-2 tank project, which served as the basis for Altay, has experienced delays due to technical difficulties. Acceleration performance has been a particular issue, and the ROK plans to field it with a locally-made engine and transmission by 2017. So far, about 100 K-2 Black Panther tanks have been deployed in Korea. Sources: Yonhap, “S. Korea to put K-2 combat tank into full service by 2017”.

Feb 27/14: Engines. While talking to reporters about Airbus’ A400M contract, Undersecretary for Defense Murad Bayar mentions that:

“Turkey’s Altay tank’s engine must be made in the country. There are also proposals from two Turkish companies to produce the engine in Turkey.”

It’s a blow to initial engine provider MTU Friedrichshafen. Whether it ends up affecting the tank depends on whether Turkish firms produce an engine in time, with adequate performance, efficiency and reliability. Sources: Anatolia News Agency, “Airbus and Turkey Dispute Over A400M Military Aircraft”.

Nov 14/13: Industrial shift? SSM’s chief, Murad Bayar, tells Defense News that they’re looking at a different approach to Altay’s production contract. Koc-owned Otokar is very likely to remain the main manufacturer, but they’re reportedly considering a consortium/ cooperative approach composed of Turkish and even foreign firms. Politics is playing a strong role:

“Otokar is owned by Turkey’s biggest business conglomerate, Koc Holding, whose defense business may be a casualty of a row between Prime Minister Recep Tayyip Erdogan and one of its top executives after a month of civil unrest that battered the Turkish government. In one incident during June demonstrations, protesters tried to escape police tear gas and pepper spray by taking refuge in a posh Istanbul hotel, Divan, owned by Koc. Hotel management admitted the protesters to its lobby, but police fired more tear gas and pepper spray into the hotel lobby, although it is illegal to fire these chemicals into indoor spaces.”

The Erdogan government’s response was to relax the laws regarding police conduct, while calling the youthful protesters “terrorists” and promising to punish firms that helped them in any way. Koc has already lost a contract to build “Milgem” corvettes, so suspicions of a political motive over Altay are well founded. Defense News , “Turkey Mulling ‘Big Team’ for Tank Production” | Hurriyet Daily News , “Koc’s defense business a casualty of feud with government?” | Wikipedia , 2013 Protests in Turkey.

Nov 15/12: With about $500 million invested in development to date, Otokar officially rolls out its first 2 Altay tank prototypes at its Sakarya plant. Prototype #1 is already in use for mobility tests, with over 2,000km of mileage under its treads. Prototype #2 will be used for firing tests. Any changes will feed back into the design and construction of prototypes #3-4.
Kudret ONEN, Head of Koc Holding Defence Industry Group and Otokar’s Chairman of the Board, says that the project currently has 550 engineers (260 at Otokar), and nearly 100 subcontractors. Mass production is still promised for 2015. Otokar [in Turkish].
Rollout

June 11/12: Update. While announcing its vehicle lineup for Eurosatory 2012, Otokar provides a project update :

“The first phase of the project, ‘Conceptual Design Process’, has been completed in 2010. And we presented the full-scale model, which reflects the concept design of ALTAY, at IDEF Exhibition, last year. In scope of the ‘Detailed Design Process’ which is the second and the most critical phase of the project, ‘Preliminary Design Phase’, has been successfully completed by the last quarter of 2011. During this phase, manufacturing of prototypes took start in line with this process. Following the completion of the Second Phase, we’re planning to start the ‘Prototype Development and Qualification Phase’ which is the third and the last phase. In scope of the project plan we continue investing in the first prototype of the ALTAY tank which will be ready for testing by the last quarter of this year. In addition to our existing facilities within Otokar plant, we have recently established a new Tank Test Center with an investment of USD 10 million.”

March 27/12: SSM’s plan. Turkey’s SSM procurement agency has unveiled their new 5-year strategic plan, with timetables for key acquisitions. The plan commits to begin deliveries of the Altay tank by 2015. Hurriyet Daily News

2005 – 2010



XK2, firing
(click to view larger)

July 6/09: US Pressure on Israel. The Jerusalem Post reports that the USA had pressured Israel out of Turkey’s tank competition, in order to give American firms better odds. Israel would have entered the competition with a strong position to build on. Turkey’s existing M-60 tanks were heavily modernized by Israeli firms, based on the same “Sabra” modification set that Israel used on its own M60s. Beyond Sabra, Israel’s current Merkava family tanks are purpose-built for the needs of warfare in the Middle East, with unique features for urban warfare and counter-terrorism conflicts.

Within a couple of years, worsening relations between Turkey’s Islamist government and Israel made any such project unthinkable anyway.

July 30/08: Representatives of the Turkish and South Korean governments sign the $400 million System Design & Development Memorandum of Understanding, making the Altay tank project a reality. This contract does not include the mass production process. The South Korean Defense Ministry added that:
“The signing of the contract on the ROK-Turkey technology cooperation in tank development is expected to greatly help boost the cooperation between the two countries in the defense industry sector, while the Ministry of Defense and the DAPA plan to provide full support to ensure smooth technology cooperation throughout the entire process of tank development from designing to production and testing.
Meanwhile, Defense Minister Lee held ministerial talks with his Turkish counterpart in Ankara on July 28/08, in which the two agreed to continue building a cooperative relationship between their militaries…”
See: ROK Ministry of Defense | Otokar Aug 1/08 release | KOIS | Korea Times |Turkish Daily News (beforehand) | Turkish Daily News (post-deal) | Today’s Zaman (Turkey) | Aviation Week Ares | Agence France Presse .
Altay Development MoU

March 2007: According to a resolution adopted at the meeting of the National Defence Executive Committee, the Turkish government decides to begin contract negotiations with Otokar, as the nominee for prime contractor.

February 2007: Bid evaluation process, aiming to appoint the prime contractor, is completed in February 2007.

July 2006: RFP bids are submitted by Otokar’s team, and by the BMC-FNSS Consortium.
FNSS Savunma Sistemleri A.S. makes some of Turkey’s armored personnel carriers; it is a joint venture between BAE Systems and the Turkish Nurol Group. BMC Sanaye Ve Ticaret A.S. makes wheeled vehicles and trucks for the Turkish armed forces, and is part of the large Turkish conglomerate Cukurova Holding.
February 2006: SSM issues the project’s Request for Proposals.
RFP

April 2005: Feasibility study complete. The path forward is defined as “designing and development of the main battle tank inside Turkey by getting technical support and assistance from abroad whenever required.”

2005: The Turkish SSM defense procurement agency charges a 3-firm Turkish industrial consortium with a feasibility study to determine the production pattern for the Turkish National Main Battle Tank Project.

Additional Readings




Categories: Asia - Other, Contracts - Awards, Middle East - Other, New Systems Tech, Other Corporation, Partnerships & Consortia, South Korea, Tanks & Mechanized
avatar
Krispoluk

Messages : 4188
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Александр le Jeu 28 Jan - 13:13

Krispoluk a écrit:L'immense majorité des forces blindées turques est encore équipée de (très) vieux "Patton" M48 et M60, le nombre après la lettre M, indiquant l'année de mise en service du char !

Il est donc normal qu'elle pense à renouveler ses équipements, d'autant que les conflits se multiplient dans la région...
. . .
Logique aussi. Wink
avatar
Александр

Messages : 5359
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Caduce62 le Mer 3 Fév - 2:18

avatar
Caduce62

Messages : 3590
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  benoit77 le Ven 15 Juil - 22:33

avatar
benoit77

Messages : 1712
Date d'inscription : 17/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Sam 16 Juil - 0:17

Qui semble (pour l'instant) réussir.
Voir demain pour plus d'informations.
Remarque perso, pas une grosse perte l'Erdogan. Un islamiste soit disant modéré, qui dans les faits, est un vrai dictateur.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Sam 16 Juil - 1:13

Situation plus que confuse.
Ce qui est sûr, l'armée a pris le contrôle de la TV nationale.
L'état d'urgence serait décrété par l'armée.
Erdogan, via CNN Turquie, a appelé la population à descendre dans les rues pour contrer les militaires (et l'état d'urgence).
Actuellement, des hélicos (et des F16 selon inforesist) survolent Ankara et auraient ouvert le feu (sur quoi/qui?)
Selon LCI, Erdogan aurait demandé (et obtenu) l'asile en Allemagne (encore un réfugié de plus à gérer pour Merkel  Laughing).

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Caduce62 le Sam 16 Juil - 2:00

Va falloir éviter aussi la Turquie comme destination de vacances Evil or Very Mad

Il y a un endroit "calme" sur cette planète Shocked
avatar
Caduce62

Messages : 3590
Date d'inscription : 05/01/2010
Age : 54
Localisation : chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Fredbreizh le Sam 16 Juil - 7:20

Caduce62 a écrit:Va falloir éviter aussi la Turquie comme destination de vacances Evil or Very Mad

Il y a un endroit "calme" sur cette planète Shocked
La Suisse !!!!

Fredbreizh

Messages : 583
Date d'inscription : 02/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Titi079 le Sam 16 Juil - 9:48

Caduce62 a écrit:Va falloir éviter aussi la Turquie comme destination de vacances Evil or Very Mad

Il y a un endroit "calme" sur cette planète Shocked
Je te recommande de t'installer au Dome Fuji" Smile

Prépare juste la combinaison anti froid extrême  Very Happy Very Happy Very Happy

Titi079

Messages : 250
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : Lviv, Ukraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Krispoluk le Sam 16 Juil - 10:15

Caduce62 a écrit:Va falloir éviter aussi la Turquie comme destination de vacances Evil or Very Mad

Il y a un endroit "calme" sur cette planète Shocked

L'Ukraine à l'ouest du Donbass Wink Les services de sécurité et l'armée appuyée par les milices volontaires, Praviy Sektor et Azov y sont très efficaces, m'a t-on dit... Laughing

C'est pour ça que j'y vais en août en repérage, comme ça, si on a la grande explosion en France, je fous le camp à l'Est. J'embarque la Fatma (non, c'est vrai, elle y est déjà... Laughing ), les gosses et le poisson rouge et je fais mon "alya" à Odessa cheers

Au fait, ça se dit comment "émigration" en Ukrainien ? Laughing Laughing Laughing
avatar
Krispoluk

Messages : 4188
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Titi079 le Sam 16 Juil - 10:19

Krispoluk a écrit:
Caduce62 a écrit:Va falloir éviter aussi la Turquie comme destination de vacances Evil or Very Mad

Il y a un endroit "calme" sur cette planète Shocked

L'Ukraine à l'ouest du Donbass Wink Les services de sécurité et l'armée appuyée par les milices volontaires, Praviy Sektor et Azov y sont très efficaces, m'a t-on dit... Laughing

C'est pour ça que j'y vais en août en repérage, comme ça, si on a la grande explosion en France, je fous le camp à l'Est. J'embarque la Fatma (non, c'est vrai, elle y est déjà... Laughing ), les gosses et le poisson rouge et je fais mon "alya" à Odessa cheers

Au fait, ça se dit comment "émigration" en Ukrainien ? Laughing Laughing Laughing
еміграція d'après google, je ne connais pas ce mot

Titi079

Messages : 250
Date d'inscription : 08/06/2016
Localisation : Lviv, Ukraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Krispoluk le Sam 16 Juil - 10:26

Titi079 a écrit:
еміграція d'après google, je ne connais pas ce mot

Ouais, je connaissais mais c'était pour faire un trait d'humour Wink

C'est le même mot en polonais et en russe...

Petit truc linguistique : quand on veut parler russe ou ukrainien et qu'on ne connait pas un mot terminant par "tion" en français, transformez le mot français en remplaçant "tion" par "ція" ("cija" en polonais) et vous êtes sur de tomber juste à 90%, déjà vérifié maintes et maintes fois... Wink
ex : educa-tion = eduka-cija en polonais.
avatar
Krispoluk

Messages : 4188
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Sam 16 Juil - 13:35

Pour revenir au sujet:

Turquie: la tentative de putsch avortée, menace d'une "nouvelle flambée"

Le coup d'état avorté en Turquie mené dans la nuit par des militaires rebelles a fait 161 tués et 1.440 blessés par les forces loyalistes et les civils, sans compter les putschistes, a déclaré samedi le Premier ministre Binali Yildirim. Le président Recep Tayyip Erdogan exhortait la foule à rester dans les rues pour faire face à une éventuelle "nouvelle flambée".


© REUTERS

Le premier ministre turc Yildirim, qui s'exprimait devant la presse à Ankara, a indiqué que 2.839 militaires avaient été arrêtés en lien avec cette tentative qu'il a qualifiée de "tache" sur la démocratie turque. La situation est "entièrement sous contrôle", a-t-il ajouté. "Ces lâches écoperont de la peine qu'il méritent", a martelé le chef du gouvernement.

Auparavant le chef de l'armée avait fait état de son côté de 104 putschistes abattus. Tout comme le président Recep Tayyip Erdogan, M. Yildirim a accusé le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen d'être derrière cette initiative sanglante. Le régime turc considère que M. Gülen, un ex-allié de M. Erdogan, est à la tête d'une "organisation terroriste". Ankara avait par le passé demandé à Washington de l'expulser, ce que les Américains ont toujours refusé. "Le pays qui sera aux côtés de Fethullah Gülen n'est pas notre ami", a lancé M. Yildirim, sans citer nommément les Etats-Unis, alliés d'Ankara au sein de l'Otan.
Publicité


Menace d'une "nouvelle flambée"

Malgré cette annonce, le président Erdogan a demandé aux Turcs de rester dans les rues. "Nous devons continuer à être maîtres des rues (...) car une nouvelle flambée est toujours possible", a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

Lire aussi: Tentative de putsch meurtrière en Turquie: Erdogan reprend la main


Les affrontements, avec avions de chasse et chars, ont donné lieu à des scènes de violences inédites à Ankara et Istanbul depuis des décennies. Outre les 90 morts parmi les forces loyalistes et les civils, ils ont fait plus de 1.100 blessés, selon le dernier bilan de l'agence pro-gouvernementale Anadolu.


Des dizaines de milliers de personnes, brandissant souvent des drapeaux turcs, ont bravé les militaires rebelles, grimpant sur les chars déployés dans les rues ou se rendant à l'aéroport d'Istanbul pour accueillir M. Erdogan, rentré précipitamment de vacances dans la mégalopole dont il fut longtemps maire et qui est son fief.



© REUTERS

C'est peu avant minuit (21H00 GMT) qu'un communiqué des "forces armées turques" avait annoncé la proclamation de la loi martiale et d'un couvre-feu dans tout le pays, après des déploiements de troupes notamment à Istanbul et dans la capitale Ankara.

Les putschistes ont justifié leur "prise de pouvoir totale" par la nécessité d'"assurer et restaurer l'ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l'Homme et les libertés et laisser la loi suprême du pays prévaloir".


Mais Erdogan, cible ces dernières années de nombreuses critiques l'accusant de dérive autoritaire, a accusé les soldats rebelles d'être liés à son ennemi juré l'imam Fethullah Gülen, un ancien allié exilé depuis des années aux États-Unis.

Lire aussi: Qui est Fethullah Gülen, l'ennemi juré d'Erdogan accusé de la tentative de putsch?

"Je réfute catégoriquement ces accusations", a toutefois rétorqué ce dernier dans un communiqué. "J'ai souffert de plusieurs coups d'État militaires au cours des 50 dernières années et trouve donc particulièrement insultant d'être accusé d'avoir un quelconque lien avec cette tentative".


Ankara. © REUTERS


Une "trahison"


Depuis Marmaris (ouest) où il était en vacances, Erdogan a immédiatement appelé la population à s'opposer au putsch, dans une intervention en direct à la télévision depuis un téléphone portable.

"Il y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple" et "si Dieu le veut, nous allons surmonter cette épreuve", a-t-il lancé. "Ceux qui sont descendus avec des chars seront capturés", a-t-il renchéri à son arrivée à l'aéroport d'Istanbul, dénonçant une "trahison" devant une foule compacte de sympathisants. Et de féliciter les Turcs pour être descendus "par millions" dans les rues, notamment sur l'emblématique place Taksim à Istanbul, noire de manifestants conspuant les putschistes.

Erdogan fait une déclaration depuis la station balnéaire de Marmaris. © REUTERS

De nombreux hauts responsables militaires s'étaient désolidarisés publiquement dans la nuit des putschistes, dénonçant "un acte illégal" et appelant les rebelles regagner leurs casernes.

Plus de 1.500 militaires ont été arrêtés suite à la tentative de putsch, selon une source officielle, alors que 200 soldats, qui étaient retranchés à l'état-major, se sont rendus. Et le général Dündar a promis "de nettoyer l'armée des membres de structures parallèles", dans une référence évidente aux fidèles de Fethullah Gülen.

Depuis l'arrivée au pouvoir de M. Erdogan, la hiérarchie militaire a été purgée à plusieurs reprises. L'armée de ce pays clé de l'Otan, qui compte 80 millions d'habitants, a déjà mené trois coups d'Etat (1960, 1971, 1980) et forcé un gouvernement d'inspiration islamiste à quitter sans effusion de sang le pouvoir en 1997.

Lire aussi: La Turquie, théâtre de multiples coups d'état

Samedi au petit matin, des dizaines de soldats se rendaient aux forces de sécurité sur un des ponts sur le Bosphore à Istanbul, où les rebelles avaient dans la nuit ouvert le feu sur des civils.


Le pont sur le Bosphore à Istanbul. © REUTERS

Alors que des tirs sporadiques résonnaient encore dans certains quartiers d'Istanbul et Ankara, le Parlement turc s'est réuni en session extraordinaire.

Dans la capitale, un avion avait largué tôt samedi une bombe près du palais présidentiel, aux abords duquel des avions de chasse F-16 ont bombardé des chars de rebelles, selon la présidence, et M. Erdogan a déclaré que l'hôtel où il se trouvait en vacances avait été bombardé après son départ.


'Tentative idiote'

Les condamnations internationales se sont multipliées contre ce que le Premier ministre Yildirim a qualifié de tentative "idiote", "vouée à l'échec".

Le président américain Barack Obama a appelé à soutenir le gouvernement turc "démocratiquement élu", et l'Union européenne a demandé un "retour rapide à l'ordre constitutionnel" assurant "soutenir totalement le gouvernement démocratiquement élu, les institutions du pays et l'État de droit".

Dimanche matin, Moscou a estimé que cette tentative de putsch accroissait "les risques pour la stabilité régionale et internationale".

Le gouvernement belge salue la fin de la tentative de putsch, soutient la démocratie

Le gouvernement belge a salué samedi "la fin de la tentative de coup d'Etat" en Turquie et exprimé son "soutien aux institutions démocratiques" de ce pays, dans un communiqué signé par le Premier ministre Charles Michel et le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. L'exécutif a également appelé à à la fin des violences et au retour au calme.

"Toutes les parties doivent faire preuve de retenue et respecter l'Etat de droit et l'ordre constitutionnel", soulignent M. Michel et le chef de la diplomatie belge. Selon eux, "le respect des institutions démocratiques en Turquie, et le soutien de l'Etat de droit et des libertés fondamentales sont essentiels dans le cadre de la poursuite des relations avec l'Union européenne".

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  steven21 le Sam 16 Juil - 14:31

Krispoluk a écrit:
Petit truc linguistique : quand on veut parler russe ou ukrainien et qu'on ne connait pas un mot terminant par "tion" en français, transformez le mot français en remplaçant "tion" par "ція" ("cija" en polonais) et vous êtes sur de tomber juste à 90%, déjà vérifié maintes et maintes fois... Wink
ex : educa-tion = eduka-cija en polonais.

hoooo sympa comme astuce , je n avais jamais remarqué ...  cheers
avatar
steven21

Messages : 812
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 37
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Sam 16 Juil - 23:50

Elémentaire mon cher Watson . . .  Laughing
Ben oui, ça marche à presque tous les coups.  Very Happy

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Dim 17 Juil - 0:08

Ai oublié de le souligner: un coup raté:

Comprendre le putsch raté contre Erdogan en 3 questions

Quelles sont les raisons derrière ce coup d'état? Pourquoi a-t-il échoué? S'agit-il d'un consensus ou d'une répression? Le point sur les événements de la nuit dernière en Turquie en trois points.



Des partisans d'Erdogan au lendemain du coup d'état raté. © REUTERS

Il a surmonté des manifestations antigouvernementales qui ont duré des mois en 2013.

Il a échappé aux flammes qui ont emporté certains de ses ministres lors d'un scandale de corruption de la fin 2013, qui a touché son cercle intime.

Des partisans d'Erdogan au lendemain du coup d'état raté. © REUTERS

Il a surmonté des manifestations antigouvernementales qui ont duré des mois en 2013.
Il a échappé aux flammes qui ont emporté certains de ses ministres lors d'un scandale de corruption de la fin 2013, qui a touché son cercle intime.


Et le président turc Recep Tayyip Erdogan a survécu à un coup d'Etat militaire - un exploit dont beaucoup de ses prédécesseurs renversés par des coups d'Etat ne peuvent se vanter.
Personne en Turquie n'avait prévu ce qui est arrivé



 vendredi soir quand des soldats ont pris le contrôle des deux principaux ponts sur le Bosphore à Istanbul, et fait voler des avions de chasse à basse altitude au-dessus de la capitale, Ankara.

Cependant, dans ce pays qui a connu trois coups d'Etat militaires, il y a toujours eu des lignes de faille qui ont pu conduire à cette tentative de putsch.



Quelles sont les raisons derrière ce coup ?

Ces dernières années, détracteurs de M. Erdogan, gouvernements étrangers et citoyens turcs ont fait part de leurs inquiétudes sur sa tendance grandissante à l'autoritarisme.


Arrivé à la tête du gouvernement en 2003 sur les ruines d'une grave crise financière, M. Erdogan est loué par ses partisans comme l'homme du miracle économique et des réformes qui ont libéré la majorité religieuse et conservatrice du pays du joug de l'élite laïque et des interventions politiques de l'armée.


Mais depuis trois ans, il est aussi devenu la figure la plus critiquée de Turquie, dénoncé pour sa dérive autocratique et islamiste.
Le chef de l'Etat veut changer la Constitution turque actuelle, rédigée sous l'influence de la junte militaire qui avait pris le pouvoir en 1980 en Turquie. Cette réforme a essentiellement pour but de faire passer la Turquie d'un régime parlementaire à un régime de type présidentiel afin de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains.


Or, l'homme fort du pays possède déjà un pouvoir politique, économique et médiatique inégalé dans l'histoire moderne de la Turquie.
Selon Aykan Erdemir, chercheur à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) à Washington, la peur au sein de l'armée de ce nouveau système est l'une des raisons de cette tentative de coup, ainsi que "le refus d'Erdogan d'être impartial".



Pourquoi le coup a échoué ?

Selon Sinan Ulgen, directeur de l'Edam (centre de recherche basé à Istanbul), à la différence des précédents coups, ce dernier n'était pas soutenu par l'ensemble de l'armée, mais mené par un groupe de militaires.


"Cela a dépassé la chaîne de commandement : un groupe assez réduit au sein de l'armée, qui a mêm
e pris en otage" le chef d'état-major des armées, le général Hulusi Akar, a expliqué à l'AFP M. Ulgen.


"Ce n'était pas une opération organisée par l'armée, et on l'a bien vu. Sans le soutien total de l'armée, ils ont manqué d'hommes et de compétences", poursuit cet expert.

Selon le chercheur Aykan Erdemir, l'ère des coups d'Etat réussis - comme en 1960, 1971 et 1980 - est terminée, et l'opinion publique y est en majorité hostile.


Cette fois-ci, le pays a fait preuve de plus de solidarité avec le régime civil en place. Les trois partis d'opposition au Parlement ont rapidement condamné la tentative de coup.


© reuters
Les partis politiques n'ont pas "de très bons souvenirs" des précédents coups et de leurs expériences amères sous la férule des régimes militaires, note M. Erdemir.

"Quand les gens ont réalisé qu'il (ce coup) n'avait pas le soutien de l'armée, cela a été plus facile pour eux d'être contre", explique Sinan Ulgen.

Des théories de la conspiration ont même fleuri sur Twitter avec le hashtag "#Darbedegiltiyatro" ("ceci n'est pas un coup, c'est du théâtre").
Cette tentative de coup, qui "semblait destinée à échouer", a soulevé des soupçons, juge ainsi Natalie Martin, conférencière spécialisée en relations politiques et internationales à l'Université de Nottingham Trent (Royaume-Uni).


Consensus ou répression ?

M. Erdogan, tacticien politique hors pair, verra sans doute dans ce putsch raté une occasion de resserrer son contrôle sur la Turquie, mais il fait face à un dilemme.

"Il peut capitaliser sur le fait que tous les partis (politiques) l'ont soutenu et construire une ère de consensus, ou il peut utiliser cette opportunité pour consolider encore plus" son pouvoir, relève M. Erdemir.

"Presque tout dépend de lui - le chemin qu'il va prendre va avoir d'énormes conséquences. Mon côté optimiste veut croire à la voie démocratique, mais mon côté réaliste et pessimiste pense que Erdogan ne ratera jamais une telle occasion", estime-t-il.
Pour Sinan Ulgen, le président turc en sortira plus fort, mais "la question est de savoir si il est enclin à utiliser cette situation pour aller vers une politique plus consensuelle".

"C'est une occasion unique de progresser vers une politique démocratique plus ambitieuse. Mais le scénario le plus probable est que Erdogan va l'utiliser pour assouvir ses ambitions personnelles et mettre en place un système présidentiel", conclut M. Ulgen.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Александр le Lun 18 Juil - 13:43

Résultat de la dernière question de l'article précédent:

Turquie: le "grand ménage" d'Erdogan continue dans l'armée

Les forces de sécurité turques ont effectué tôt lundi de nouveaux coups de filet dans l'armée, poursuivant le "grand ménage" entrepris par le président Recep Tayyp Erdogan qui inquiète de plus en plus la communauté internationale.


© Reuters

Au total, quelque 6.000 militaires ont déjà été placés en garde à vue et près de 3.000 mandats d'arrêt ont été délivrés à l'encontre de juges et de procureurs, après la tentative de coup d'Etat qui a officiellement fait au moins 290 morts, dont plus de 100 putschistes.

Des unités de la police antiterroriste à Istanbul ont effectué une descente à la prestigieuse académie de l'armée de l'air de la métropole à la recherche de factieux, a annoncé l'agence Anadolu.

Par ailleurs le général Mehmet Disli, qui a mené la prise en otage du chef d'état major Hulusi Akar pendant la tentative de putsch, a lui aussi été placé en garde à vue, ont indiqué des responsables turcs.

Au total 36 généraux ont été placés en garde à vue. L'agence Dogan a indiqué que 10 d'entre eux avaient été mis en détention provoisoire.

Par ailleurs, quelque 1.800 membres des forces spéciales de la police ont commencé à être déployés dans la nuit à Istanbul afin de sécuriser les points sensibles de cette mégalopole, a rapporté tôt lundi Anadolu.
Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées dans la nuit de dimanche à lundi sur la place Taksim, ainsi que sur la place Kizilay, à Ankara, afin d'apporter leur soutien au président Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a réitéré son appel à descendre dans la rue malgré la mise en déroute des putschistes.

La communauté internationale a mis en garde la Turquie contre la tentation d'une répression généralisée.

Le président américain Barack Obama a ainsi rappelé "le besoin vital" que toutes les parties concernées "agissent dans le cadre de l'Etat de droit". Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault a souligné que ce coup d'Etat avorté n'était pas un "chèque en blanc" au président Erdogan pour procéder à des "purges".

Même son de cloche à Bruxelles, où Federica Mogherini, qui dirige la diplomatie européenne, a souligné que le respect "de l'Etat de droit et de la démocratie étaient (...) le meilleur moyen d'affronter les difficultés que vit la Turquie"
avatar
Александр

Messages : 5359
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Krispoluk le Lun 18 Juil - 14:14

Bien confuse cette affaire, c'est le moins qu'on puisse dire... Suspect Quels étaient les objectifs des putchistes ? Connaîtra-t-on un jour la vérité ???

2 petites remarques :

Dans l'avant dernier article posté, j'ai relevé cette phrase savoureuse : " M. Erdogan est loué par ses partisans comme l'homme du miracle économique et des réformes qui ont libéré la majorité religieuse et conservatrice du pays, du joug de l'élite laïque..."

Transposez la même phrase à un contexte (de pure fiction, je vous rassure Laughing ) français, cela donne : " Après avoir battu de très peu en 2022, l'ex-président de la république M. Alain Juppé, le nouveau Président de la République Française, monsieur Abdaleslam Ben Mhidi a fait cette déclaration : " Grâce à la pleine et entière coopération du parlement, nous avons pu dépasser ces vieux clivages émanant d'une poignée de vieux laïcards attardés et chacun en France pourra vivre pleinement et entièrement sa foi religieuse et sera fortement encouragé à convertir ses voisins pour les conduire sur la voie du bonheur..." Ca serait tellement plus sympa, cette grande paix universelle... Wink cheers sunny

2ème remarque : certains ne voyaient pas d'un mauvais oeil la Turquie intégrer l'UE... Qu'est-ce qu'ils en pensent maintenant ??? 
avatar
Krispoluk

Messages : 4188
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Александр le Lun 18 Juil - 15:05

Krispoluk a écrit:. . . chacun en France pourra vivre pleinement et entièrement sa foi religieuse et sera fortement encouragé à convertir ses voisins pour les conduire sur la voie du bonheur..." Ca serait tellement plus sympa, cette grande paix universelle... Wink cheers sunny

2ème remarque : certains ne voyaient pas d'un mauvais oeil la Turquie intégrer l'UE... Qu'est-ce qu'ils en pensent maintenant ??? 
Ben tient!!!

La Turquie n'a que peu de territoire en Europe (géographiquement parlant), donc, pas de raisons de l'intégrer dans l'UE.
Et maintenant, ceux dont tu parles ne voient pas les choses d'un bon oeil (c'est le moindre qu'on puisse dire). Wink
avatar
Александр

Messages : 5359
Date d'inscription : 23/03/2010
Localisation : Leuven, België

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Krispoluk le Sam 23 Juil - 10:38

Article très intéressant paru sur Ukraine Crisis Media center où un journaliste russe établit un parallèle très pertinent entre le régime d'Erdogan et le régime de Poutine. Twisted Evil 
J'adhère totalement à cette analyse et je sentais confusément que la réussite du putsch aurait pu être bénéfique pour l'Occident. Au lieu de cela, l'islamisation qui n'était que rampante de la Turquie, va devenir de plus en plus forcenée Twisted Evil
Mais on est tellement cons en Occident qu'on applaudit des 2 mains à cette "victoire de la société civile sur les méchants militaires..." Tu parles !
C'est du même tabac que lorsqu'on a applaudit à la chute de Saddam Hussein et de Kadafi : on voit le brillant résultat aujourd'hui ! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil  
Bon, je vous laisse découvrir l'article brillant de clairvoyance :






Le coucher de soleil sur le Bosphore. Erdoğan frappera-t-il plus fort que Poutine?

Après un coup d’État raté en Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, le paradoxe de «la démocratie de façade» et la manière dont le Kremlin, le voisin de la Turquie, utilisera cette situation compliquée dans son intérêt sont très actuels.
L’opinion du représentant de l’opposition russe Konstantine von Eggert, spécialiste du Proche Orient et expert de la chaîne télé «Dojd», sur la situation, a été publiée sur le site SpektrPresse. L’Ukraine Crisis Média Center propose une version courte de l’article traduite en français.
La République Turque, telle qu’on la connaît depuis les 50 dernières années, est définitivement morte dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016. Elle a été tuée à petit feu par le Parti de la justice et du développement islamiste de Recep Tayyip Erdoğan. Les portraits de Mustafa Kemal Atatürk, vainqueur de l’Empire Ottoman et du Califat, fondateur et premier président de la République de Turquie laïque, continueront à décorer les murs des administrations en tant qu’icône des jours passés. Une icône pour l’Occident qui fermera les yeux sur beaucoup de choses pour garder un semblant de coopération avec la Turquie. Ce pays reste toujours membre de l’OTAN, un pays à problèmes, mais tout de même un pays clé, un membre du conflit autour de la Syrie.
Mais l’époque qui arrive ira dans le sens du renforcement du pouvoir personnel d’Erdoğan et le démontage des restes de démocratie en Turquie. Pour le président turc, le coup d’État raté est un prétexte pour développer aussitôt une campagne d’arrestation à grande échelle des opposants au régime islamiste, qui mènera à des règlements de comptes personnels.

Photo: bykvu.com
La démocratie de façade en Turquie et en Russie : les points communs et les différences.
Le régime turc actuel s’achemine vers la construction d’une «démocratie de façade» qui ressemble à celle qui existe déjà en Russie. Formellement, ce régime contient tous les éléments d’un gouvernement démocratique : le Parlement, les tribunaux, les médias, mais ils sont paralysés par des nominations politiques à des postes clé de fonctionnaires loyaux à Erdoğan, des fraudes électorales, la toute-puissance des services spéciaux et bien entendu, un accès illimité au «râtelier de l’État»pour «les siens», y compris les entreprises loyales. Il se pourrait que le régime d’Erdoğan soit pire que celui de Poutine.
Le régime turc qui se met en place a pour objectif l’islamisation totale de toutes les composantes de la vie. Les opposants seront pourchassés avec encore plus acharnement qu’en Russie ou au Vénézuela. La «cléricalisation» de la Russie n’est pas au niveau de ce qui attend la Turquie dans les années à venir. La domination de l’Église orthodoxe russe dans l’espace social russe n’est qu’une faible tentative d’une Eglise ayant peu de croyants actifs de se cramponner à un régime autoritaire plutôt faible pour une recherche commune de légitimité et de soutien dans une société potentiellement instable, car totalement athée, amorphe, passive.
En Turquie nous n’avons pas affaire aux concierges d’Asie Centrale qui n’ont aucun droit et qui, comme en Russie, sont transportés aux manifestations pour 500 roubles et un congé supplémentaire, mais à des millions de partisans ardents de l’autoritarisme religieux. Ils sont prêts à marcher contre des chars en criant «Allahu Akbar!». La force principale dans les événements de ces derniers jours n’était pas les libéraux laïques, mais les partisans du régime autoritaire actuel. Ils ont vaincu les organisateurs du coup d’État. Ils fêtent aujourd’hui leur victoire en organisant des tribunaux-lynchage pour les rebelles qui se rendent.

People react near a military vehicle during an attempted coup in Ankara, Turkey, July 16, 2016. REUTERS/Tumay Berkin TPX IMAGES OF THE DAY
L’absence de liberté de parole.
Le président de la Turquie est connu pour sa haine envers les journalistes qu’il mettait en prison bien avant le coup d’État. Désormais, ils sont encore plus en danger. Erdoğan s’est déjà fait plaisir en bloquant Twitter. Maintenant, il s’en prendra encore plus à eux, ainsi qu’aux autres réseaux sociaux en prétextant qu’ils étaient utilisés par les rebelles. L’ironie du sort est qu’Erdoğan a été sauvé par ce qu’il craignait le plus : les réseaux sociaux et les manifestations populaires.
L’anti – américanisme.
L’élite politique russe a un point commun avec l’élite turque: Moscou, tout comme Ankara, croit en une théorie du «complot» et voit partout la «main de Washington». Les ministres d’Erdoğan accusent les Américains de l’organisation du complot. Leur chef se limite pour le moment à exiger l’extradition de son ancien allié devenu un ennemi juré, l’activiste et prédicateur musulman Fethullah Gülen, vivant actuellement en Pennsylvanie, aux États-Unis. Les États-Unis ne rendront pas Fethullah Gülen pour une exécution inévitable. Cela provoquera une campagne anti-américaine permanente du régime d’Erdoğan dans ses médias «de poche».

Photo: inforesist.org
Le renforcement des liens avec Moscou.
Les conséquences de la rébellion ratée seront des répressions à l’intérieur de la Turquie, le refroidissement entre la Turquie et les États-Unis, mais aussi le renforcement des liens avec Moscou. Cet anti-américanisme a toujours rapproché Erdoğan de Poutine et pourrait vraiment renforcer davantage leurs relations.
Bien entendu, le Kremlin utilisera la crise turque pour atteindre ses propres objectifs. La propagande d’État commencera à faire mousser le sujet d’un enième «complot de Washington» contre un «régime répréhensible». Le thème des conspirateurs ayant utilisé les moyens modernes de communication servira de prétexte pour éditer une nouvelle loi sur un contrôle plus sévère d’Internet.
Quelle est la faute de l’Union Européenne?
L’Union Européenne a aussi sa part de responsabilité dans cette catastrophe politique turque. Depuis la fin des années 90, le gouvernement européen a exigé des politiciens turcs de mettre fin au rôle spécial des militaires comme garants de la laïcité de l’État, en guise de condition préalable pour les négociations sur l’adhésion à l’Union Européenne.
La classe politique turque résistait à cette exigence de démonter l’élément clé de l’héritage d’Atatürk. Bien au contraire, Erdoğan s’est fait plaisir : il a licencié et mis en prison les officiers supérieurs et les généraux qui n’appréciaient pas sa politique de renforcement du pouvoir personnel et l’islamisation rampante.
Les leaders européens espéraient une «démocratie islamique» mythique en Turquie et ignoraient les procès politisés avec l’utilisation de preuves douteuses de «complot des militaires contre la démocratie». Les députés et les fonctionnaires européens ont aidé Erdoğan à éliminer la seule force qui pouvait réellement lui résister.
En outre, la promesse de l’adhésion à l’UE pour la Turquie n’était qu’une fiction : l’Allemagne a mis son veto. Erdoğan en a été satisfait : cela a discrédité et affaibli les forces laïques pro-européennes en Turquie.
Quel sera la suite des événements?
Et maintenant? Le pire des avenirs attend les turcs qui n’acceptent pas le régime des islamistes. Ils seront mis en prison, licenciés de leur travail, chassés du pays. La police et les services loyaux auront encore plus de pouvoir. Bien évidemment, la Turquie ne deviendra pas une deuxième Arabie Saoudite, mais les institutions de la république seront détruites.
L’OTAN se retrouvera dans des relations difficiles avec un allié capricieux et infidèle qui profitera de la situation en Syrie et en Russie pour corrompre l’Alliance.
Le triomphe d’Erdoğan durera longtemps. Ses opposants sont désorganisés et démoralisés. Le coucher de soleil au-dessus de la Turquie sera long. Et c’est mauvais pour tout le monde.
avatar
Krispoluk

Messages : 4188
Date d'inscription : 03/06/2014
Localisation : Chez les Ch'tis

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Sam 23 Juil - 14:11

Perso, j'aime beaucoup la clairvoyance de Ukraine crisis média center.
C'est un de mes passages obligé sur le net avant de poster ici.

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Thuramir le Mar 2 Aoû - 21:45

Voici ce qui s'appelle se faire remettre à sa place : 

Turquie: Erdogan s'en prend à l'Italie, Renzi réplique d'un tweet sur l'Etat de droit
(Belga) Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a sommé mardi les juges italiens de s'occuper de la mafia plutôt que de son fils, assurant qu'une enquête judiciaire en cours pour blanchiment d'argent risquait de compromettre les relations entre les deux pays.
"Que les juges italiens s'occupent de la mafia et non de mon fils", a lancé le président turc lors d'une interview mardi matin à la télévision italienne.
Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a répliqué d'un tweet lapidaire dans l'après-midi: "Dans ce pays, les juges suivent la loi et la Constitution italienne, pas le président turc. Cela s'appelle +l'Etat de droit+".
Bilal Erdogan, le fils aîné du président islamo-conservateur, fait l'objet d'une enquête ouverte en février par le parquet de Bologne à la suite d'une plainte déposée par un entrepreneur turc.
Cet entrepreneur, un opposant en exil, assure que Bilal a fui en Italie "avec une grosse somme d'argent" et une équipe de gardes du corps armés qui ont utilisé des passeports diplomatiques.
Bilal, qui s'était rendu à Bologne pour achever un doctorat, est l'un des principaux suspects dans un gros scandale de corruption révélé en décembre 2013, pour lequel toutes les enquêtes ont été classées.
"Mon fils devrait retourner à Bologne pour terminer son doctorat" mais risque d'être arrêté, a encore déclaré M. Erdogan à la télévision italienne. "Dans cette ville, ils m'appellent dictateur et ils manifestent pour le PKK. Pourquoi personne n'intervient ? C'est ça l'Etat de droit ? Son affaire pourrait compromettre nos relations avec l'Italie", a-t-il ajouté.
M. Erdogan fait l'objet de vives critiques pour son entreprise de répression tous azimuts après un putsch manqué il y a deux semaines. (Belga)
avatar
Thuramir

Messages : 2249
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Matt le Mar 2 Aoû - 23:56

Comme je dis toujours, on ne récolte que ce que l'on sème . . .

______________________________________________
Відвідайте Україну.
"Driven to perfection" (A. Senna)
avatar
Matt
Admin

Messages : 6259
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 56
Localisation : Bruxelles, Belgique

http://forum-ukrainien.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En turquie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum